Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Conclusions

Lycophron et les images : un déplacement salutaire

Lycophron and images: a beneficial displacement
Licofrone e immagini: uno dislocamento vantaggioso
Claude Pouzadoux

Texte intégral

1Confronter Lycophron aux images se réduirait-il à une « nouvelle enquête difficile et incertaine » (Sébastien Barbara) pour éclairer un poème obscur à la recherche d’échos qui finalement enrichiraient l’analyse des documents figurés plutôt que celle de l’œuvre poétique ? Le « faisceau de convergences » (Sébastien Barbara) qu’ont mis en évidence les différentes communications va bien au-delà de simples parallèles thématiques. La confrontation systématique que nous avons menée deux par deux a révélé un patrimoine commun qui, au-delà des écarts entre les lieux, les périodes et les modes d’expression, relie entre eux les images et le texte dans une même vision pathétique du monde ou, plus exactement, dans une vision du même monde en pleine transformation au cours de la transition si féconde pendant laquelle s’élabora l’hellénisme occidental sous l’impulsion du rayonnement des royaumes en Méditerranée et de la conquête romaine de l’Italie. Entrer dans l’Alexandra par les images donne accès à une culture, à un imaginaire et à une conception de l’histoire propres à ce nouveau monde.

2Clef de lecture nécessaire de la poésie de Lycophron dont elles nous livrent la genèse, les images trouvent à leur tour une explication dans le choix du ton et des épisodes mythologiques effectué par le poète. L’échange est tel qu’on en arrive, après avoir maintes fois souligné le précieux apport de l’Alexandra à l’étude de l’iconographie de l’Italie antique, à ne plus pouvoir se passer des images pour comprendre Lycophron. Cela est sans doute lié au fait qu’elles font ressortir trois des orientations fortes du poème qu’on retrouve dans plusieurs communications : l’« italocentrisme » ou la « dynamique italienne », la violence et la brutalité, une conception téléologique de l’histoire et la force du destin.

3Tel est le cas, pour commencer, de la valeur exemplaire du viol de Cassandre par Ajax, modèle du « mariage manqué », dont Mauro Menichetti étudie l’effet visuel sur le récit par Lycophron des cultes que lui rendaient en Daunie les jeunes filles qui cherchaient à échapper au mariage ; Giulia Biffis confronte la description de ce rite de passage prénuptial au stock des représentations de poursuites figurées sur la céramique italiote retrouvée à Salapia, aux scènes de supplication de la céramique apulienne et aux processions nuptiales des plaques votives d’Italie du Sud et de Sicile, pour suggérer l’existence d’un culte à Cassandre dès le IVe siècle. C’est aussi dans la tradition figurée de l’Italie au IVe siècle, comme le montre Pascale Linant de Bellefonds, que la « cuisine macabre » de l’Iphigénie « très hellénistique » de Lycophron, analysée par Christophe Cusset, trouverait les premiers parallèles iconographiques, annonçant la « transfiguration » de la jeune victime d’Aulis en « vieille » prêtresse sanguinaire de la lointaine Tauride (Pascale Linant de Bellefonds, Antonella Marandino) ; cette évolution accentue le contraste avec l’autre vierge sacrifiée, la Troyenne Polyxène, dont le sort pathétique est renforcé dans le poème par la version de Lycophron qui fait de son meurtrier, Néoptolème, le fils d’Iphigénie, comme le met en évidence Antonella Marandino, et par les interférences entre les sphères du mariage et du sacrifice, dans le sillage d’une longue tradition figurée de ses noces mortelles particulièrement bien représentée en Occident depuis l’époque archaïque et transmise de la production tyrrhénienne aux productions italiotes, comme le souligne Eliana Mugione. On trouve encore le même intérêt pour les scènes violentes relevé par Sébastien Barbara avec la mort de Myrtilos par précipitation et celle de Thersite par décapitation, qui n’ont leur équivalent figuré que dans la céramique italiote ; le même écho entre images et poème avec les liens de parenté ou les enlèvements de femmes qui structurent le récit par Cassandre des malheurs de Troie (Évelyne Prioux) et relèvent de la même vision téléologique de l’histoire que celle des peintres italiotes qui avaient représenté Hélène en famille chez Tyndare ou accueillie dans celle de Priam (Claude Pouzadoux) ; même conception enfin du fatum dans la tombe François de Vulci et le poème de Lycophron, orchestrée par la combinaison du mythe et de l’histoire dans « un [même] récit panoramique » (Laurent Haumesser).

4Cette confrontation joue donc le rôle de révélateur d’une « écriture iconographique » (Christophe Cusset), qui puise dans un patrimoine figuré et culturel pour élaborer cette vision inquiète d’un monde en plein bouleversement. Elle invite l’auditeur, comme le suggère Pascale Linant de Bellefonds, à se laisser porter par les images « qui surgissent au fil (du) poème » pour poser un nouveau regard sur les mythes et leurs représentations figurées.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Pouzadoux, « Lycophron et les images : un déplacement salutaire », Aitia [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://aitia.revues.org/1080 ; DOI : 10.4000/aitia.1080

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page