Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Alessandra Romeo, Orfeo in Ovidio. La creazione di un nuovo epos

Soveria Mannelli, Rubbettino (Studi di Filologia Antica e Moderna, 25), 2012. ISBN : 978-88-498-3426-0. Prix : 19,80 euros.
Gwénaëlle Hubert
Référence(s) :

Alessandra Romeo, Orfeo in Ovidio. La creazione di un nuovo epos. Soveria Mannelli, Rubbettino (Studi di Filologia Antica e Moderna, 25), 2012. ISBN : 978-88-498-3426-0. Prix : 19,80 euros.

Texte intégral

1Alessandra Romeo donne suite dans cet ouvrage à quelques articles qu’elle a publiés sur les Métamorphoses d’Ovide en présentant une étude systématique de l’ensemble de la section orphique du poème (livres X et XI). Ce passage a déjà fait l’objet d’études démontrant qu’il est représentatif de la poétique ovidienne, mais A. Romeo revient sur cette question en faisant l’hypothèse qu’une caractéristique innovante des Métamorphoses réside dans les modalités de narration du contenu. Elle s’attache donc à les éclairer en suivant pas à pas le récit de chaque épisode, confrontant le texte d’Ovide à d’autres versions, observant les choix d’exposition et le travail de greffe entre un réseau de thèmes et de motifs et les données du mythe. Elle se propose ainsi de caractériser la diction épique ovidienne par comparaison avec Virgile d’une part, en particulier dans le récit-cadre du mythe d’Orphée, et d’autre part en essayant de cerner les ressorts de la facilité narrative ovidienne dans les récits emboîtés qui constituent les chants d’Orphée.

2Le premier chapitre (p. 11-36) porte sur le mythe d’Orphée proprement dit. En suivant le déroulement du récit, A. Romeo montre comment le texte d’Ovide renvoie constamment au texte de Virgile en l’infléchissant, pour aller au-delà de ce modèle. Il en corrige le pathos, y ajoute de la vraisemblance, dissout sa concision. Le profil métalittéraire d’Orphée n’est plus simplement élégiaque mais devient l’emblème d’une diction épique ovidienne totalisante, intégrant une pluralité de motifs. Ainsi, le travail des enchaînements entre les livres IX à XI est typique, comme le recours au récit emboîté, le développement d’éléments du mythe moins traités, le polythématisme, la levitas annoncée, la légitimation épique du thème érotique. Le deuxième chapitre (p. 37-43) fait une première incursion après la mort d’Orphée dans le livre XI, car l’émulation avec les Géorgiques marque aussi l’épisode de l’union de Pélée et Thétis. En effet, selon une attitude callimachéenne, plutôt que sur les noces, déjà traitées par Catulle, Ovide se concentre sur l’embuscade amoureuse et les conseils pris auprès du devin Protée pour maîtriser Thétis malgré ses métamorphoses. Or A. Romeo souligne que l’innovation mythographique passe ici par le souvenir, particulièrement pertinent pour ce poème, d’un passage de l’Odyssée et du récit encadrant le mythe d’Orphée dans les Géorgiques, et par l’intégration à la trame narrative de motifs conventionnels.

3Le troisième chapitre (p. 45-49) est consacré aux « histoires d’arbres », ces récits étiologiques pris dans un catalogue qui opèrent la transition entre la catabase et les chants d’Orphée en en préfigurant des thèmes. A. Romeo montre comment, pour ménager cette transition, Ovide donne une fonction rationnelle à un motif du mythe (le pouvoir d’attraction du chant d’Orphée sur la nature), puis elle décrit la façon dont les deux mythes d’Attis et de Cyparissus sont traités (l’un avec brevitas, l’autre comme un épyllion).

4Avant de revenir en détail sur chacun des épisodes chantés par Orphée, le quatrième chapitre (p. 51-66) aborde la composition d’ensemble. A. Romeo présente d’abord la place de cette section dans le poème (intégrée à la biographie du personnage dans un souci de vraisemblance, elle permet à Ovide d’accentuer le profil du vates, porte-parole d’une poétique). Elle relève ensuite les points de comparaison entre ce chant dans le chant et celui de Calliope au livre V. S’intéressant au proème d’Orphée, elle note la reprise de plusieurs topoi, dont le début ab Iove et le précepte de la leptotès, qui ont des racines hellénistiques. Le premier thème annoncé, celui des pueri dilecti, procède du motif de la misogynie dans le mythe d’Orphée, exploité pour son potentiel narratif et non biographique ici ; le second thème, celui du désir féminin, est présenté avec des connotations élégiaques. A. Romeo précise ensuite la dispositio des récits : quelques-uns ont une place à part (transitions, récit de 3ème niveau), et quatre mythes majeurs se répondent en chiasme (Hyacinthe et Adonis partagent le même déroulement narratif et des topoi communs ; Pygmalion et Myrrha ont des thèmes communs et des modalités d’exposition complémentaires). Enfin, A. Romeo signale l’influence des Bucoliques (III et VI en particulier) sur les chants d’Orphée, et de l’élégie et du drame pour les mythes centraux (Pygmalion et Myrrha).

5Un bref cinquième chapitre (p. 67-69) montre comment, profitant du topos du commencement ab Iove, Ovide livre une version de l’épisode de Ganymède empreinte de levitas, conformément au programme d’Orphée, par comparaison avec d’autres versions augustéennes du mythe. À propos du mythe d’Hyacinthe, le sixième chapitre (p. 71-82) explique comment l’écriture mêle stylèmes élégiaques et épiques. Ovide, dans la veine alexandrine, met l’accent sur le versant amoureux de l’histoire et il reprend des éléments de la topique élégiaque (le servitium amoris, le motif de la blessure, la plainte). Dans le même temps, il développe le thème de la mort prématurée du jeune héros, qui lui permet des modulations épiques faisant écho à des passages homériques ou virgiliens.

6Le chapitre 7 (p. 83-95) caractérise le rôle de Vénus dans la deuxième partie des chants d’Orphée. Outre sa puissance ambiguë et ses traits maternels, A. Romeo insiste en particulier sur le profil d’amante éloquente qu’Ovide prête à Vénus dans ce livre, en mettant notamment à profit la technique du récit dans le récit. En effet, c’est le discours d’avertissement de la déesse à Adonis, contenant le récit du mythe d’Atalante et Hippomène, qu’Ovide choisit de déployer (et A. Romeo en décrit les modalités d’exposition), au lieu de l’habituel éloge funèbre d’Adonis. Le chapitre 8 (p. 97-98) revient brièvement sur les procédés qui assurent la transition vers cette partie des chants d’Orphée dominée par la figure de Vénus. Ovide utilise la comparaison entre cités (Sparte, dont il est fait l’éloge à la fin du mythe d’Hyacinthe, et Amathonte) pour introduire Vénus et le thème de l’impiété, qu’illustrent les histoires des Cérastes puis des Propœtides, et il se sert des mœurs et de la pétrification de ces dernières pour amener le mythe suivant. Il s’agit du mythe de Pygmalion, rapproché de celui de Myrrha dans le chapitre 9 (p. 99-116). A. Romeo commence par mettre en évidence les traits communs ainsi que les effets de réponse (dans les thèmes ou la composition) entre les deux histoires. Elle justifie ensuite par un réseau de correspondances la présence, malgré son issue heureuse, du mythe de Pygmalion parmi les chants d’Orphée, puis relève les spécificités de la version ovidienne. Enfin, A. Romeo analyse les modalités d’exposition du mythe de Myrrha, qui empruntent à la fois à la dramaturgie (sans toutefois verser dans la tragédie) et à la rhétorique. Elle attire notamment l’attention sur le fait que le monologue initial de Myrrha s’inscrit dans une tendance de l’épos ovidien à prêter un monologue marqué par la technique oratoire à une série d’héroïnes en proie à une passion défendue. Les deux derniers récits des chants d’Orphée sont ensuite rassemblés dans le dixième chapitre (p. 117-129), placé sous le signe de la beauté qu’ont en commun Adonis, Hippomène et Atalante. Par ailleurs, l’histoire d’Adonis rappelle en conclusion des chants d’Orphée celle d’Hyacinthe qui les ouvrait : elle parcourt la même topique (le servitium amoris de Vénus ressemblant à celui d’Apollon ; la blessure, évoquant des modèles épiques ; la lamentation funèbre, réduite). Quant au mythe d’Hippomène et Atalante, de tradition prestigieuse, A. Romeo y retrouve plusieurs caractéristiques de la mythographie ovidienne, et notamment l’interaction entre éléments narratifs composant la trame de la fable et motifs thématiques consacrés (qui concourent ici à convertir Atalante en héroïne amoureuse).

7Pour finir, le chapitre 11 (p. 131-141) s’intéresse au livre XI, et plus précisément au mythe qui le clôt, celui d’Ésaque. A. Romeo explique l’exploitation de ce mythe par Ovide non seulement par l’appartenance au catalogue des récits ornithogoniques, mais par le principe du carmen continuum (il permet de travailler la transition vers l’histoire troyenne) et par un principe de sélection callimachéen (il s’agit ici de traiter des motifs épiques à propos d’un représentant mineur de la descendance de Priam). Ce récit entretient en outre des liens thématiques nets avec le livre X, et permet à Ovide d’évoquer à sa manière une partie du mythe d’Orphée présente dans les Géorgiques, l’histoire d’Aristée. A. Romeo détaille ensuite les modalités d’exposition du mythe, qui mêlent motifs épiques, échos tragiques et couleur élégiaque.

8L’ouvrage est complété par quatre annexes (sur la période de trois ans suivant la catabase d’Orphée ; sur un problème d’édition de texte en 10, 731-734 ; sur les monologues d’héroïnes ; sur les superpositions entre personnages mythologiques homonymes, par exemple Atalante), une bibliographie et quatre index (personnages mythologiques et littéraires ; passages cités ; auteurs et textes antiques ; auteurs modernes). On peut seulement regretter que les conclusions concernant « la creazione di un nuovo epos » ne soient pas formulées d’une manière qui achève de mettre en valeur des analyses riches, en les y articulant en fin de chapitre ou en les rassemblant dans un bilan général.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwénaëlle Hubert, « Alessandra Romeo, Orfeo in Ovidio. La creazione di un nuovo epos », Aitia [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://aitia.revues.org/1128

Haut de page

Auteur

Gwénaëlle Hubert

Université Paris-Sorbonne, EA 1491 EDITTA

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page