Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Benjamin Acosta-Hughes, Christophe Cusset, Yannick Durbec et Didier Pralon (éd.), Homère revisité : parodie et humour dans les réécritures homériques

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011. ISBN : 9782848673462. Prix : 21 euros.
Hamidou Richer
Référence(s) :

Benjamin Acosta-Hughes, Christophe Cusset, Yannick Durbec et Didier Pralon (éd.), Homère revisité : parodie et humour dans les réécritures homériques. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011.

Texte intégral

  • 1 B. Delignon, Y. Roman (éd.), Le poète irrévérencieux : modèles hellénistiques et réalités romaines(...)

1Benjamin Acosta-Hughes, Christophe Cusset, Yannick Durbec et Didier Pralon ont rassemblé dans cet ouvrage les 12 études présentées lors d’un colloque qui s’est tenu les 30 et 31 octobre 2008 à l’université d’Aix-en-Provence. La thématique abordée, « Parodie et humour dans les réécritures homériques », prolonge pour une part une réflexion menée à Lyon sur la problématique du « poète irrévérencieux1 » à Rome et dans la Grèce hellénistique. Seule la littérature grecque est ici envisagée, à travers diverses périodes (archaïque, hellénistique, impériale, tardive), et ce dans trois langues différentes (huit études sont rédigées en français, trois en anglais et une en italien). B. Acosta-Hughes ouvre ce recueil en rappelant combien la parodie et l’humour sont déjà présentes dans les poèmes homériques eux-mêmes.

2Deux études sont consacrées à la prose : M. Casevitz (p. 15-25) propose une lecture du traité de Plutarque intitulé Sur le fait que les animaux se servent de raison. Ce traité est fondé sur la double référence d’Homère et de Xénophon. En effet, il s’ouvre sur un dialogue entre Ulysse et Circé, et se poursuit par un entretien entre Ulysse et l’un des hommes transformés en animal par Circé, qui avait pour nom Gryllos. Après avoir rappelé que le fils de Xénophon s’appelait « Gryllos », et après avoir justifié l’ouverture in medias res de ce dialogue, qui a parfois déconcerté les philologues, M. Casevitz s’attache à montrer comment Plutarque s’amuse à prendre le contre-pied de son modèle homérique : Ulysse n’y est plus l’homme rusé de l’Odyssée, mais devient un homme « balourd », incapable de convaincre l’animal Gryllos de reprendre forme humaine. Celui-ci multiplie les arguments en faveur de sa nouvelle condition, et ne parvient pas à convaincre Ulysse.

3J.-L. Charrière (p. 27-49) commence par passer en revue l’ensemble des références homériques que contient le Charon de Lucien : le châtiment d’Héphaïstos, le complot des Aloades, la vue miraculeuse de Diomède, la tempête près de Schérie, les questions de Priam à Hélène, deux centons homériques, la comparaison des humains avec les feuilles, les Sirènes et les anciennes gloires homériques. Il constate ensuite que ces références sont essentiellement parodiques dans la première moitié du dialogue, puis poétiques dans la seconde moitié, et propose une synthèse articulée en trois temps : après avoir rappelé qu’Homère est une référence apprise par tout écolier de l’Antiquité, il montre que la cible visée par Lucien dans sa satire n’est pas tant la vanité des biens terrestres, que Charon dénonce pourtant à la fin du dialogue, mais la crédulité à l’égard des mythes dont les gens font preuve à son époque. Cette position ne l’amène pas toutefois à rejeter en bloc les mythes et la poésie, mais au contraire à les revisiter afin d’en mettre à jour les mécanismes – position qui rapproche Lucien d’un certain « post-modernisme » contemporain.

  • 2 Goold (1998), Allen (1946) et Firmin-Didot (1830).

4Les autres études sont toutes consacrées à la poésie grecque. R. Garnier (p. 107-121) propose une lecture de la Batrachomyomachie à partir de trois éditions2. Il y présente différents relevés des archaïsmes lexicaux et syntaxiques que présente le poème, et discute le problème métrique du vers 165. Il poursuit son analyse en montrant comment le formulaire homérique a été adapté par l’auteur, et présente à la fin de son étude différents arguments fondés sur le texte pour suggérer l’idée que l’auteur de la Batrachomyomachie n’est autre que Lucien.

  • 3 Pise et Rome, Fabrizio Serra, 2007.

5D. Pralon (p. 133-158) propose un commentaire très fouillé des 11 fragments désormais reconnus comme appartenant au Margitès d’Homère, à partir de la récente édition qu’en a donné G. Gostoli3. Chaque fragment est situé dans son contexte et discuté de manière systématique, ce qui fait de cet article une excellente prolongation de l’édition précédemment nommée.

6Deux études sont consacrées à la période hellénistique. C. Cusset et F. Levin (p. 51-63) se sont tout d’abord intéressés au personnage de Ménélas tel qu’il apparaît dans l’idylle XVIII de Théocrite, pour montrer combien ce personnage problématique de l’épopée pouvait fournir un très bon modèle à la période hellénistique pour la représentation de Ptolémée II Philadelphe, dont on observe souvent le manque de compétences guerrières au contraire de son père Ptolémée Ier Sôter. Les deux auteurs ouvrent leur réflexion par une étude systématique des épithètes qui caractérisent le personnage de Ménélas dans l’Iliade, puis comparent la situation homérique ainsi définie aux épithètes choisies par Théocrite dans son idylle. Le couple Hélène-Ménélas peut alors rappeler le couple Ptolémée-Arsinoé, ce qui prolonge la réflexion entamée dans le cadre du poète irrévérencieux.

  • 4 G. Giangrande, L’humour des Alexandrins, Amsterdam, A.M. Hakker 1975.

7Y. Durbec (p. 81-93) propose une illustration de « l’humour des alexandrins », tel qu’il a été défini par G. Giangrande4, à travers deux exemples. Le premier est la rencontre entre Héraklès et Theiodamas, telle qu’elle apparaît dans les Aitia (fr. 26 Massimilla) de Callimaque. Les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes relatent également cette rencontre (I.1211-1219), mais selon Y. Durbec la véritable réécriture de cette rencontre se trouve au chant IV, lors de la rencontre entre le héros Canthos et le berger qui le tue (IV.1485-1501). Le second exemple est une lecture croisée entre l’Alexandra de Lycophron et le catalogue des vaisseaux du chant II de l’Iliade, montrant comment Lycophron joue avec cette référence dans les vers 1067-1074 et 1011-1020 de son poème.

8V. Gigante Lanzara (p. 123-132) commence par définir la notion de parodie à partir de théoriciens anciens (Aristote) et modernes (Gérard Genette, Mikhaïl Bakhtine), puis présente deux exemples de ce qu’elle appelle « le jeu des contraires ». Dans l’Alexandra de Lycophron, elle montre tout d’abord comment Ulysse est dégradé de son rang de héros épique au rang « d’homme malheureux » par le jeu de ses dénominations, puis elle montre comment l’Alexandra de Lycophron (vers 293-297) détourne une comparaison iliadique (XVI.259-262). Le second exemple est emprunté aux Dionysiaques de Nonnos de Panopolis (XXIV.242-60 et 274-276), dont l’auteur discute différents rapprochements avec l’Odyssée effectués par plusieurs auteurs.

9La contribution d’Évelyne Prioux illustre la différence de traitement existant entre les images inspirées par les poèmes homériques, dont l’interprétation est incertaine, et la représentation du poète lui-même, qui, lorsque celle-ci prête à rire, se double d’un discours esthétique ambitieux. La première partie de sa contribution s’appuie sur des représentations de Pompéi et sur des « bols homériques ». La seconde partie s’appuie sur trois exemples : un tableau décrit par Elien (HV XIII.22) et montrant Homère en train de vomir, une fresque de Pompéi montrant Homère et des pêcheurs sur le point de lui proposer leur énigme fatale, enfin une ekphrasis de Philostrate l’Ancien (Imagines, II.8) décrivant les amours du fleuve Mélès et de la nymphe Critéis.

  • 5 Nous abrégeons ainsi « l’Anthologie Palatine » ; SH est l’abréviation usuelle de l’ouvrage de H. L (...)

10Deux études sont consacrées aux épigrammes grecques de l’époque impériale. Alexander Sens (p. 179-191) consacre quatre développements aux épigrammes satiriques de Lucilius : il propose tout d’abord un commentaire à l’épigramme AP5 IX.572, qui ouvre le second livre des épigrammes de Lucilius en détournant les premiers vers de la Théogonie et de l’Iliade ; il propose ensuite une lecture croisée des épigrammes AP XI.134 et AP XI.137, dans lesquelles Lucilius se prétend meilleur poète et meilleur connaisseur d’Homère qu’un grammairien nommé Héliodore ; il montre ensuite de façon convaincante comment la seule référence homérique ne suffit pas à comprendre l’épigramme AP XI.191, qui nécessite également la connaissance des fragments SH 411 et 412 issus du poème d’un certain Euboeis de Paros, et préservés par Athénée ; enfin il revient sur AP XI.77, où un boxeur méconnaissable après son combat est comparé au chien d’Ulysse Argos.

11Elena Sistakou s’est intéressée à la différence d’approche qui caractérise, respectivement, la période hellénistique et la période impériale. Avec Callimaque, Asclépiade, et Méléagre, la première s’est essentiellement attachée aux sentiments éprouvés par les amants, tandis que la seconde s’est attachée à déplacer la référence épique dans un contexte quotidien, d’où la réécriture parodique à laquelle ce déplacement donne lieu. Elle étudie tout d’abord comment Rufin (AP V.35 et V.36) et Straton de Sardes (AP XII.207) détournent le jugement de Pâris au profit d’un concours d’hétaïres, et l’Aphrodite anadyomène pour décrire un παῖς sortant de son bain. Εlle s’attache ensuite à la notion d’exemplum : Rufin (AP V.18) imite Pyrrhus en préférant des servantes aux femmes mariées, Straton (AP XII.217) montre comment un παῖς qui se casque évoque le couple Achille-Patrocle, enfin ces deux poètes (AP V.103 et XII.191) prennent Priam comme exemple du grand âge.

12Les deux dernières études sont consacrées à la période tardo-antique : Hélène Frangoulis (p. 95-106) et Claudio di Stefano (p. 65-79) reviennent tous les deux sur l’épisode de l’Aréos apatè que l’on trouve au chant XXIX des Dionysiaques de Nonnos de Panopolis. H. Frangoulis adopte une démarche linéaire pour montrer comment opère la réécriture parodique nonnienne de la Dios apatè (Iliade, XIV). Nonnos de Panopolis double sa propre Dios apatè du chant XXXI de son poème d’une Aréos Apatè au chant XXIX, qui fait référence au songe précédant la bataille au chant II de l’Iliade, et à l’épisode des amours d’Arès et d’Aphrodite du chant VIII de l’Odyssée. Cette double référence transforme l’Aréos apatè en véritable vaudeville, dans lequel les intérêts érotiques du dieu l’emportent sur ses intérêts guerriers.

13C. di Stefano structure son exposé autour d’une citation de François Vian (1991), qui affirme qu’en rivalisant avec son modèle homérique, Nonnos ne vise pas l’humour mais le sublime (ὕψος). L’humour et l’ironie ne serait que la conséquence indirecte de « l’amplification » auquel Nonnos soumet les poèmes homériques, et non une volonté explicite de viser Homère. L’auteur discute plusieurs passages empruntés aux chants I, II, VI, VIII, XXV et XXIX, et pense que Nonnos parodie son modèle tantôt sciemment, tantôt parce que les auteurs auxquels il fait référence l’y contraignent, en particulier les auteurs alexandrins.

14On regrettera que ce soit l’ordre alphabétique plutôt que l’ordre chronologique (adopté dans ce compte-rendu) qui ait été retenu pour la présentation de ces 12 études. Néanmoins cette remarque, qui relève du détail, n’ôte rien à la qualité de cet ouvrage, dont la perspective diachronique donne un bon aperçu de la manière spécifique dont chaque époque a détourné les références homériques. Il interdit définitivement toute lecture naïve des références homériques de la part des Anciens qui, bien loin de la plate déférence faite à un rival insurpassable, manifestent un emploi varié et complexe de cette référence. Il ne manque plus à cet ensemble d’études qu’un exemple tiré de l’époque classique pour donner un panorama diachronique complet des multiples usages de la référence parodique et humoristique du Poète en Grèce.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 B. Delignon, Y. Roman (éd.), Le poète irrévérencieux : modèles hellénistiques et réalités romaines, Lyon, CEROR, 2009.

2 Goold (1998), Allen (1946) et Firmin-Didot (1830).

3 Pise et Rome, Fabrizio Serra, 2007.

4 G. Giangrande, L’humour des Alexandrins, Amsterdam, A.M. Hakker 1975.

5 Nous abrégeons ainsi « l’Anthologie Palatine » ; SH est l’abréviation usuelle de l’ouvrage de H. Lloyd-Jones et P. Parsons, Supplementum Hellenisticum, Berlin et New York, de Gruyter, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hamidou Richer, « Benjamin Acosta-Hughes, Christophe Cusset, Yannick Durbec et Didier Pralon (éd.), Homère revisité : parodie et humour dans les réécritures homériques », Aitia [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://aitia.revues.org/1131

Haut de page

Auteur

Hamidou Richer

ENS de Lyon, laboratoire HISOMA - UMR 5189

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page