Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

La Vie de Polémon

Thème et variations : Antigone de Caryste, Philodème de Gadara et Diogène Laërce
The Life of Polemon. Theme and variations : Antigonus of Carystus, Philodemus of Gadara and Diogenes Laertius
La Vita di Polemone. Tema e Variazioni: Antigono di Caristo, Filodemo di Gadara e Diogene Laerzio
Tiziano Dorandi

Résumés

On peut reconstituer une large partie de la Vie de Polémon dans les Biographies d’Antigone de Caryste grâce aux témoignages de Philodème de Gadara et de Diogène Laërce. L’étude comparée de ces textes prouve que Philodème a eu un accès direct à Antigone, tandis que Diogène a utilisé et retravaillé son modèle. Diogène nous livre donc une nouvelle image de Polémon, moins expressive que celle donnée par Antigone, et en même temps plus riche en détails érudits.

Haut de page

Texte intégral

Prélude

  • 1 Col·leció Cum Laude 2, Barcelone, PPU, Institut Privat d’Estudis Món Juïc, 2009. De manière plus g (...)

1La figure du philosophe dans les Vies et Doctrines des philosophes de Diogène Laërce a fait récemment l’objet de la monographie bien documentée et convaincante de S. Grau i Guijarro, La imatge del filòsof i de l’activitat filosòfica a la Grècia antiga. Anàlisi dels tòpics biogràfics presents a les Vides i doctrines dels filòsofs més il·lustres de Diògenes Laerci1. Il serait donc inutile de revenir sur ce sujet sinon pour y apporter quelques éléments nouveaux ou en modifier l’une ou l’autre des suggestions. N’ayant rien d’important à ajouter à la recherche de Grau, j’ai choisi de me concentrer sur un aspect différent de l’art de la biographie de Diogène Laërce à partir d’une lecture de la Vie de Polémon, troisième successeur de Platon dans la direction de l’Académie. Pour cette biographie, on dispose en effet (par l’intermédiaire de Philodème de Gadara) de larges extraits de la source principale utilisée par Diogène, les Biographies d’Antigone de Caryste. L’étude comparée de ces données montre comment Diogène, en retravaillant et en intégrant en plusieurs endroits son modèle, a créé une nouvelle image de Polémon, moins expressive que celle brossée par Antigone. La description singulière et vivante d’Antigone, témoin oculaire des événements de la vie de Polémon, s’est ainsi figée dans un portrait statique qui découle de la culture livresque d’un savant désormais enfermé dans sa tour d’ivoire.

Thème

  • 2 Antigone de Caryste, Fragments, texte établi et trad. par T. Dorandi, CUF, Paris, Les Belles Lettr (...)

2Antigone de Caryste (ive/iiie siècle) 2, écrivain et auteur de sculptures en bronze, avait rédigé, outre les Biographies, des traités d’histoire de l’art et un livre Sur les animaux.

3Les Biographies enregistraient les souvenirs des personnages célèbres qu’Antigone avait connus et côtoyés dans ses années de jeunesse, en particulier plusieurs philosophes qui appartenaient à des écoles différentes et souvent rivales. En composant son œuvre, Antigone s’était inséré de façon originale dans la tradition de la littérature mémorialiste. Doué d’un indéniable esprit d’objectivité, il s’intéressait surtout à la description du caractère et de la personnalité de ses héros sans négliger de dévoiler les vertus et les vices, les qualités et les défauts de ces hommes plongés dans la réalité de leur époque.

4Les Biographies aujourd’hui perdues avaient été lues et appréciées par de nombreux auteurs : Philodème, Aristoclès de Messène, Athénée et Diogène Laërce.

  • 3 U. von Wilamowitz-Moellendorff, Antigonos von Karystos, Berlin, Weidmann, 1881.

5À la suite des recherches du jeune Wilamowitz, on admet qu’Antigone avait écrit les biographies notamment des philosophes sceptiques Pyrrhon et Timon ; des académiciens Polémon, Cratès, Crantor et Arcésilas ; du péripatéticien Lycon ; de Ménédème d’Érétrie et des stoïciens Zénon de Citium et Denys d’Héraclée 3.

  • 4 F. Longo Auricchio, G. Indelli, G. Del Mastro, Dictionnaire des philosophes antiques, Va, s.v. « P (...)
  • 5 Diogenes Laertius, Lives of Eminent Philosophers, ed. with introd. by T. Dorandi, Cambridge, CUP, (...)

6La biographie de Polémon figure parmi celles qu’il est le plus facile de cerner et de reconstituer grâce au témoignage de Philodème (ier siècle avant J.‑C.), dans son Répertoire des philosophes consacré à Platon et à ses successeurs, de Speusippe à Antiochus d’Ascalon et à son frère Aristos (Academicorum historia) 4, et à celui de Diogène Laërce (iiie siècle après J.‑C.), dans le quatrième livre de ses Vies des philosophes, qui traite de l’Académie de Speusippe à Clitomaque 5.

7Wilamowitz avait déjà remarqué que, pour les biographies des académiciens, il est possible de confronter plusieurs passages de Diogène avec la tradition parallèle transmise par Philodème. Dans son interprétation, le savant partait de la conviction que Philodème n’était qu’un compilateur et que les données des Biographies d’Antigone lui étaient parvenues de seconde main, par une source intermédiaire – une Histoire de l’Académie qui remonterait au iie siècle avant J.‑C. – utilisée également par Diogène dans son quatrième livre. L’auteur anonyme de cet ouvrage aurait complété le travail d’Antigone par des apports tirés de la Chronologie d’Apollodore et d’autres auteurs impossibles à identifier. Tous les passages communs à Philodème et à Diogène dériveraient donc d’Antigone.

  • 6 K. Gaiser, Philodems Academica. Die Berichte über Platon und die Alte Akademie in zwei herkulanens (...)

8Plus récemment, Gaiser a réexaminé les rapports Antigone – Philodème – Diogène, ce qui l’a conduit à des résultats novateurs 6. Philodème cite le nom d’Antigone au moins quatre fois, mais c’est toute la partie de l’Academicorum historia relative à la période allant de Polémon à Arcésilas (col. XIII-XVIII et SRQ) qui est fondée sur les Biographies d’Antigone. Si les passages des Biographies d’Antigone utilisées par Diogène et Philodème sont les mêmes, on trouve chez Philodème beaucoup plus d’informations que chez Diogène. En général, Philodème rapporte Antigone de manière plus détaillée et plus fiable, tandis que Diogène est plus succinct. Les points de comparaison entre les deux auteurs varient de chapitre en chapitre : quelquefois, on trouve chez Diogène des phrases qui manquent chez Philodème, et pas seulement à cause du caractère lacunaire du papyrus ; Philodème a probablement travaillé sur un texte d’Antigone qui n’était pas complet (peut-être même l’a-t‑il coupé), mais de première main, tandis que Diogène ne s’en est servi que de seconde main. Par conséquent, on ne peut pas parler de Philodème comme d’un compilateur car Antigone lui est parvenu directement et non par le biais d’une histoire anonyme de l’Académie datable du iie siècle avant J.‑C. et qui avait servi aussi de source à Diogène. Antigone est encore moins parvenu à Philodème par l’intermédiaire d’une source déjà utilisée par l’auteur anonyme de l’Histoire de l’Académie, et dont, à son tour, Diogène a eu connaissance via une nouvelle compilation. On doit aussi exclure, du moins en ce qui concerne Philodème, l’existence d’une source intermédiaire dans laquelle les passages d’Antigone auraient été enrichis des listes des disciples et insérés dans une tradition organisée selon le schéma des διαδοχαί. Philodème tirait directement des Biographies d’Antigone les informations concernant l’histoire de l’Académie, alors que Diogène n’avait recours à Antigone qu’à travers une Zwischenquelle complétée et enrichie de données parallèles.

9Hormis quelques détails, il me semble que la définition des rapports entre Antigone, Philodème et Diogène proposée par Gaiser est correcte. L’acceptation de cette théorie permet de voir sous un nouveau jour tous les extraits d’Antigone décelés chez Diogène.

  • 7 Pour le texte de Philodème, voir Filodemo, Storia dei filosofi. Platone e l’Academia (PHerc. 1021 (...)

10Le moment est donc venu d’analyser dans les détails les témoignages conjoints de Philodème et de Diogène et, grâce à leur comparaison, de définir les caractéristiques de la Vie de Polémon d’Antigone et les nouveautés introduites par Diogène. Voici les deux textes de Philodème et de Diogène, chacun étant suivi de ma traduction française 7 :

Philodème, Academicorum historia (PHerc. 1021 et 164), col. IV, 38-XIII-XV (p. 144-148 Dorandi) = fr. 9A

Ἅτ᾿ ἐξ Οἴου τῶ[ν δήμων ὤ]ν, ὥς
φησιν Ἀντίγ[ο]νος, υ[ἱὸ]ς δὲ Φι-
40 λοστράτου τῶν πρώτων
Ἀθηναίων ἐλέγετο δ᾿ εἶναι
τῶν [ἐ]πί τινα χρόνον ἁρμα-
τοτροφησάντων. Ἱστορεῖ-
ται δὲ κα[ὶ] νεανικ[ῶς] ἀκ[όλασ]-
45 τος γεν[έσ]θαι τὴν πρώ[την,
XIII ὥστε] καὶ διὰ τ[ο]ῦ Κεραμει
[κοῦ πο]τε μεθύοντα κω-
[μάσ]αι μεθ᾿ ἡ`μέ´ραν· φυγεῖν
δίκην αἰσχρὰν κακώ{σ}-
5 σεως ὑπὸ τῆς γυναικός· εἶναι
γὰρ φιλόπαιδα καὶ φιλομει-
ράκιον· ὅς γε περιέφερε νό-
μισμα παντοδαπόν, ἵνα τῶι
συναντή[σ]αντ[ι χρῆσ]θαι προ-
10 χείρως ἔχηι. Θηραθεὶς δ᾿ ὑ-
πὸ Ξενοκράτου[ς] καὶ συστα-
[θε]ὶς αὐτῶι τοσοῦτο μετήλ-
[λ]αξε κατὰ τὸν βί[ο]ν, ὥστε
μηδέποτε `μήτε´ τὴν τοῦ προσώ-
15 που φαντασίαν δια[λῦ]σαι
καὶ σχέσιν ἀλλοιῶσ[αι] μ[ή]-
τε τὸν τ[ό]νον τῆς [φωνῆς],
ἀλλὰ ταὐτὰ διαφυλάττε[ιν]
κἂν δυσκ[ο]λώτερ[ο]ν ὄ[ντα.
20 Μά]λισ[τα δ᾿] ἐφυλάττε[το μὴ
σκύλ]ακας δεδίη[ι· φα]σὶ [δὲ]
κ[ύν]α τῶν λυττώ[ντ]ων
ἐπενεχθῆνα[ι καὶ τὴν ἰ]-
γνύαν αὐτοῦ δ[ιασπά]σαι· [τ]οὺ[ς]
25 μὲν `οὖν´ ἄλλους τυχὸν ἑω[ρα]-
κότας ὡρακ[ιᾶσαι καὶ διατρα]-
πῆναι, τὸν δ[ὲ . . .]ηγ[. . . .]. . .
.[.]ν οὔτε τὸν [. .]ατ[. . .]τα
.[. . . . .]νο[. . . . . .].ο. . [.]δος
30 αλλο[. . .]ειν[. . . . . . .]. . [. . .]
νομ[
τειν κ[. .]τη[
την .ουτο[
κ]αὶ παρεκά[λει
35 μ]ενον ει[
τε τοὺς εὔνου[ς . . . . .]τε [τοὺς]
ὑπεναντίους ὁρώιης κρατοῦν-
[τ]ας. Ἔν τε τοῖς θεάτροις ἀπα-
[θῆ] καθῆσθαι, τῶν ἄλλων
40 ἀν{σ}θυποφερομένων τοῖς
λεγομένοις. Φαίνεται δὲ καὶ
τὴν ἰδέαν γεν[έ]σ[θ]αι π[ως ὑ]πό-
βραχυς μέν, ἔχων δὲ γενναῖ-
όν <τι> καὶ ταῖς αὐθαδίαν καὶ ξη-
45 ρότητα γραφαῖς ἐμφαιν[ού]-
XIV σαις, [φη]σ[ὶ Μέλ]α[ν]θός γ᾿, ὅμοιο[ν],
πολιτικῆ[ι σ]εμνότητι κεκοσ-
μημένος. [Ἐ]δυσ<χ>έραινε δὲ κα[ὶ]
τοῖς εἰς [ἀδύ]νατ᾿ ἀνάγου-
5 σι τὰς ἐρωτήσεις, ἀξιῶν
ἐν τοῖς πράγμασιν γυμνά-
ζεσθαι. Διὸ καὶ κατὰ τὴν ἐπ[ι]-
χείρησιν ἀσόλοικος ἦν καὶ παν-
τὸς ἔξω πεπτωκὼς ἀσ-
10 τεϊ[σμο]ῦ καὶ Πινδάρειος ὀ[ρ]-
γ[ια]στὴ[ς] ἁρμονίας, ὡς ἂν
εἴποι τι[ς]. Καὶ πεφευγὼς τὸ
κοιν[ὸν κ]αὶ πρ[ὸ]ς πᾶ[σ]αν ὄ-
χλου συναγωγὴν ἠ[ιδε]σ-
15 μένο[ς κ]αὶ λειπόμ[ενο]ς
κατὰ το[ὺς] ἐ[κ]πατοῦ[ν]τας
τὰ τα[. . . . .]η καὶ κ[ ]
γος καὶ [. . . . . . .]ο[
. . .]πρα[. . . . . .]ω.[.].[. . .
20 .]ρεχησ[. . . . . . . .]υκ[
.]. . ην καὶ θαυμ[. . . .].[. . .]
διαφόρου παντ[ὸ]ς ἐπάνω
[.].[. . .]εν[.]νσ.[. . .]ι κριθείσηι
[δ]ι᾿ ἀστείαν κἂν [ἀρ]έσκου[σαν]
25 σχέσιν τῆι πόλει· [κ]αὶ [. . .] ιοιεπ[.]
λει θαυμαζό[με]νος κα[ὶ] ἐπ[αι]-
νούμενος ἐπὶ π[αν]τὸς [πισ]-
τότητι καὶ σωφρο[σύ]νηι. [Καὶ]
πάσης ἔξω κακ[ο]πραγ[μο-
30 σύν]ης ἀ[πεδ]έχ[θ]η κ[αὶ κα-
κώ]σεως ζῶν. Οὐδ᾿ α[.]ον[. . .
.]γο[.]ωνεχ[. .] δικα[σ]τήρι[ο]ν
ἢ[[ι]] κοινὸν ἀ[ρ]χεῖον, [ε]ἰ μὴ [ἀ]-
νάγκης πα[ρ]ά[σ]τασι[ς κατα]-
35 λάβοι. Τὸ δὲ πόλ[εω]ς δ[ιαμέ]-
νειν ἔξω [διε]νο[εῖτ]ο μόν[ον, ὥσ]-
τε καὶ τῶν [γ]νωρίμ[ων τοὺς]
πολλοὺς οἰ[κοδο]μησαμέν[ους]
ἐν τῶι κήπ[ωι] καλύβια μέ-
40 νειν αὐτοῦ [κ]ατὰ τὸ πλεῖσ-
τον. Δοκεῖ δὲ καὶ νεανι{σ}-
κῶς ἐκθαυμ[άσ]αι Ξενοκράτην
ἐξ ὧν αὐτ[ὸ]ν ὕμνει καὶ ἐ-
μιμεῖτο π[άντο]θεν τὰ περὶ
45 αὐτοῦ. Λέγ[ετ]αι δὲ καὶ φιλο-
σοφοκλῆς γενέσθαι καὶ μά-
XV λιστα τὸ πα[.]α[. . . . . . . . . . .]
τῆς φωνῆς καὶ παρα[. . . . .]
>ἀποδέχεσθαι. Ἔφη δ᾿ Ἀρκεσί-
λαος ὅτι αὐτῶι παρὰ Θεοφράσ-
5 του μετελθόντι φανείη-
σαν οἱ περὶ [Π]ολέμωνα
θεοί τινες ἢ λ[εί]ψανα τῶν
ἀρχαίων ἐκείνων καὶ {τῶν}
ἐκ τοῦ χρυσοῦ γένους διαπε-
10 πλασμένων ἀ[νθ]ρώπων,
ὃ καὶ ὀλιγ[. .]ς ετ[. . . . . .]ερεθ᾿
οὕτω [. . . . .]ικη[. . . . τ]ηλι-
καύ[τ]ην [. . . . . . . . .] φύ-
[σι]ν ἔχε[ιν . .]δεδιε.[.]
15 λέγοντ[ε]ς [ὡ]ς μάθοιε[ν] μά-
λιστα Πλάτωνος. Σπεύ[σι]π-
πον δὲ καὶ Ξεν[ο]κρά[την]
εἰς τελικὴ[ν . .]ιγ[. . .]σα
[.].ετ[. . . . .]. τοσούτου[ς δ]ὲ
20 [.]νηγ[. . .] ἔφη δεινὰς [. . .
. . . . . .]εινπαρεν[
. . . . . .]ιτησεισπ[
. . . . .]τε πως [αὐ]τοὺς [
. . . . . . . . . . . . .]λειασ[. . .
25 . . . . . . . . . . .]το.ησκα[. . .
. . .] ἅπαν[τ᾿] ἐδόκει ζη[
26bis `Ξενο]κράτους λιπὼ[ν´
. . . . . . . .]ανδ[. .]μ[
. . . . . . . . . .]ο[.]. . ειπρ[. .
τὰ] μειρά[κ]ια σεμ`ν´όν τε καὶ
30 φιλ[όπο]νον. Μετὰ ταῦτ[α δὲ
. . . . . . .].[. .]εν Κράτητος
[. . . . . . . . . . .] διατεθεὶς [
. . . . . . . . . . .] ως ε[. .]ησα
[. . . . . . . . . .]στηωστελε[. . .
35 . . . . . . . . . .]ς τῶν ἀφηγου-
μένων τῆς Ἀκαδημείας, [ὃς]
ἐδ[ό]κει καὶ τῶι σώματι βέλ-
[τισ]τα διακεῖσθαι τῶν ἐγδυ-
ομένων καὶ τῶν ἱκανῶς
40 βε[β]ιωκότων εἶναι, π[αρα]σπῶν-
τος τὸ μειράκιον μήτ᾿ εἶξαι
μήτε καταπλαγῆναι, μέχρι
δὲ τούτου πολεμῆσαι καὶ δι-
αντᾶισαι πρὸς αὐτόν, ἕως
45 ἐξηργάσατο καὶ μετήγαγε
τὸν Κράτητα πρὸς ἑαυ[τό]ν.

11[Polémon était Athénien …] puisqu’il était originaire du dème d’Oion, comme le dit Antigone, et fils de Philostrate, l’un des premiers parmi les Athéniens – on disait qu’il était de ceux qui, pendant un certain temps, avaient élevé des chevaux pour la course de chars. On raconte aussi que (Polémon), au début, était un débauché sans frein, (XIII) au point qu’une fois il avait participé en état d’ivresse à un cortège de fêtards qui traversait le Céramique en plein jour. Il eut la honte de subir de la part de sa femme un procès pour mauvais traitement : il était, en effet, amateur de garçons et d’adolescents. Il portait sur lui des pièces diverses pour être en mesure d’avoir des rapports avec le premier qui se présenterait. Capturé par Xénocrate et entré en contact avec lui, il changea tellement dans son mode de vie qu’il ne déforma plus jamais l’apparence de son visage, qu’il ne changea plus son attitude ni la tension de sa voix, mais garda tout cela identique, même quand il était de très mauvaise humeur. Il s’efforçait surtout de ne pas avoir peur des chiens. On raconte qu’un chien enragé l’avait attaqué et qu’il lui avait arraché le mollet ; les autres, qui avaient vu cela par hasard, blêmirent et prirent peur, mais lui […] ceux qui sont favorables […] et quand tu vis que tes adversaires l’emportaient. (Encore) dans les spectacles théâtraux, il restait assis impassible, alors que ses voisins réagissaient selon le texte. Il semble avoir été de taille plutôt petite, mais il avait <quelque chose> de noble, semblable à des tableaux qui manifestent assurance et sécheresse, comme le dit Mélanthos, (XIV) parce qu’il était doté de la gravité qui sied à un citoyen. Mais il s’emportait contre ceux qui conduisent l’examen des questions à des situations impossibles, disant qu’il convient de s’exercer dans les faits concrets. C’est pourquoi, lorsqu’il argumentait, il évitait tout solécisme et s’abstenait de tout raffinement exagéré, c’était un admirateur enthousiaste de l’harmonie pindarique, comme on pourrait dire. Et bien qu’il ait fui la vie publique et ait fait montre de timidité devant tout rassemblement de foule et ait demandé qu’on le laisse tranquille comme ceux qui vivent dans la retraite […] grâce à une attitude sociable et même agréable à l’égard de la cité. Et […] il était admiré et loué en toute circonstance en raison de sa fidélité et de sa sagesse. Il fut aussi apprécié parce qu’il vivait à l’écart de toute machination ou malhonnêteté. Même … tribunal ou bureau public, jamais il n’en eut besoin. Il tenait seulement à habiter en dehors de la ville, de telle sorte que la plupart de ses disciples s’étaient construit des cabanes dans le jardin (de l’école), où ils restaient le plus possible. D’autre part dès sa jeunesse il admira Xénocrate, comme le montre ce qu’il dit à son éloge, et en toutes choses il imita sa conduite. On dit aussi qu’il était devenu un admirateur de Sophocle et qu’il appréciait surtout (XV) chez lui […] de sa voix et ce qui […] Et Arcésilas a dit qu’en passant de (l’école de) Théophraste à celle de (l’Académie), Polémon et ses disciples lui apparurent comme des dieux ou des survivants des hommes de l’ancien temps, de ces hommes issus de la Race d’or, chose qui (à peu) […] avoir une nature si remarquable […] (ils) disaient qu’ils avaient surtout appris de Platon. Tant Speusippe que Xénocrate […] ayant quitté […] de Xénocrate, […] les adolescents avec dignité et appliqué au travail. Après cela […] de Cratès … (Polémon) étant tombé amoureux de […], l’un de ceux qui dirigeaient l’Académie, lequel apparemment se distinguait, à l’instar des éphèbes, par la beauté de son corps quoiqu’il appartînt déjà à ceux qui avaient atteint l’âge mûr, voulant s’emparer de l’adolescent (Cratès), (Polémon) ne céda pas ni ne s’effraya, mais il lutta et il se révolta jusqu’à ce qu’il obtienne ce qu’il voulait et mette Cratès de son côté.

Diogène Laërce, IV, 16-20 = fr. 9B16

12Πολέμων Φιλοστράτου μὲν ἦν υἱός, Ἀθηναῖος, τῶν δήμων Οἴηθεν. νέος δ᾿ ὢν ἀκόλαστός τε καὶ διακεχυμένος ἦν οὕτως ὥστε καὶ περιφέρειν ἀργύριον πρὸς τὰς ἑτοίμους λύσεις τῶν ἐπιθυμιῶν· ἀλλὰ καὶ ἐν τοῖς στενωποῖς διέκρυπτεν· καὶ ἐν Ἀκαδημίᾳ πρὸς κίονί τινι τριώβολον εὑρέθη προσπεπλασμένον αὐτοῦ διὰ τὴν ὁμοίαν τῇ προειρημένῃ πρόφασιν. καί ποτε συνθέμενος τοῖς νέοις μεθύων καὶ ἐστεφανωμένος εἰς τὴν Ξενοκράτους ᾗξε σχολήν· ὁ δὲ οὐδὲν διατραπεὶς εἶρε τὸν λόγον ὁμοίως· ἦν δὲ περὶ σωφροσύνης. ἀκούων δὴ τὸ μειράκιον κατ᾿ ὀλίγον ἐθηράθη καὶ οὕτως ἐγένετο φιλόπονος ὡς ὑπερβαλέσθαι τοὺς ἄλλους καὶ αὐτὸν διαδέξασθαι τὴν σχολήν, ἀρξάμενον ἀπὸ τῆς ἕκτης καὶ δεκάτης καὶ ἑκατοστῆς Ὀλυμπιάδος. 17 φησὶ δὲ Ἀντίγονος ὁ Καρύστιος ἐν τοῖς Βίοις τὸν πατέρα αὐτοῦ πρῶτόν τε εἶναι τῶν πολιτῶν καὶ ἁρματοτροφῆσαι. φυγεῖν δὲ τὸν Πολέμωνα καὶ δίκην κακώσεως ὑπὸ τῆς γυναικός, ὡς μειρακίοις συνόντα. τοσοῦτον δὲ ἐπιτεῖναι τὸ ἦθος ἀρξάμενον φιλοσοφεῖν, ὥστε ἐπὶ ταὐτοῦ σχήματος τῆς μορφῆς πάντοτε μένειν. ἀλλὰ καὶ τὴν φωνὴν ἀναλλοίωτος ἦν· διὸ καὶ θηραθῆναι Κράντορα ὑπ᾿ αὐτοῦ. κυνὸς γοῦν λυττῶντος τὴν ἰγνύαν {τινὸς} διασπάσαντος μόνον μὴ ὠχριᾶσαι· καὶ ταραχῆς γενομένης ἐπὶ τῆς πόλεως πυθομένων τὸ γενόμενον ἄτρεπτον μεῖναι. ἔν τε τοῖς θεάτροις ἀσυμπαθέστατος ἦν. 18 Νικοστράτου γοῦν ποτε τοῦ ἐπικαλουμένου Κλυταιμήστρα ἀναγινώσκοντός τι τοῦ ποιητοῦ αὐτῷ τε καὶ Κράτητι, τὸν μὲν συνδιατίθεσθαι, τὸν δ᾿ ἴσα καὶ μὴ ἀκοῦσαι. καὶ ὅλως ἦν τοιοῦτος οἷόν φησι Μελάνθιος ὁ ζωγράφος ἐν τοῖς Περὶ ζωγραφικῆς· φησὶ γὰρ δεῖν αὐθάδειάν τινα καὶ ξηρότητα τοῖς ἔργοις ἐπιτρέχειν, ὁμοίως δὲ καὶ τοῖς ἤθεσιν. ἔφασκε δὴ ὁ Πολέμων δεῖν ἐν τοῖς πράγμασι γυμνάζεσθαι καὶ μὴ ἐν τοῖς διαλεκτικοῖς θεωρήμασι, καθάπερ ἁρμονικόν τι τέχνιον καταπιόντα καὶ <μὴ> μελετήσαντα, ὡς κατὰ μὲν τὴν ἐρώτησιν θαυμάζεσθαι, κατὰ δὲ τὴν διάθεσιν ἑαυτοῖς μάχεσθαι. ἦν οὖν ἀστεῖός τις καὶ γενναῖος, παρῃτημένος ἅ φησιν Ἀριστοφάνης περὶ Εὐριπίδου, ‘ὀξωτὰ καὶ σιλφιωτά·’ ἅπερ, ὡς αὐτός φησι, 19 ‘καταπυγοσύνη ταῦτ᾿ ἐστὶ πρὸς κρέας μέγα’. ἀλλὰ μὴν οὐδὲ καθίζων ἔλεγε πρὸς τὰς θέσεις, φασί, περιπατῶν δὲ ἐπεχείρει. διὰ δὴ οὖν τὸ φιλογενναῖον ἐτιμᾶτο ἐν τῇ πόλει. οὐ μὴν ἀλλὰ καὶ ἐκπεπατηκὼς ἦν διατρίβων ἐν τῷ κήπῳ, παρ᾿ ὃν οἱ μαθηταὶ μικρὰ καλύβια ποιησάμενοι κατῴκουν πλησίον τοῦ μουσείου καὶ τῆς ἐξέδρας. {ὡς} ἐῴκει δὴ ὁ Πολέμων κατὰ πάντα ἐζηλωκέναι τὸν Ξενοκράτην· καὶ ἐρασθῆναι φησὶν αὐτοῦ Ἀρίστιππος ἐν τετάρτῳ Περὶ παλαιᾶς τρυφῆς. ἀεὶ γοῦν ἐμέμνητο ὁ Πολέμων αὐτοῦ, τήν τε ἀκακίαν καὶ τὸν αὐχμὸν ἐνεδέδυτο τἀνδρὸς καὶ τὸ βάρος οἱονεὶ Δώριός τις ἁρμονία. 20 ἦν δὲ καὶ φιλοσοφοκλῆς, καὶ μάλιστα ἐν ἐκείνοις ὅπου κατὰ τὸν κωμικὸν τὰ ποιήματα αὐτῷκύων τις ἐδόκει συμποεῖν Μολοττικός, καὶ ἔνθα ἦν κατὰ τὸν Φρύνιχον οὐ γλύξις οὐδ᾿ ὑπόχυτος, ἀλλὰ Πράμνιος. ἔλεγεν οὖν τὸν μὲν Ὅμηρον ἐπικὸν εἶναι Σοφοκλέα, <τὸν> δὲ Σοφοκλέα Ὅμηρον τραγικόν. ἐτελεύτησε δὲ γηραιὸς ἤδη ὑπὸ φθίσεως, ἱκανὰ συγγράμματα καταλιπών.

13Sequitur epigramma Diogenis in mortem Polemonis.

14(16) Polémon était fils de Philostrate et un Athénien du dème d’Oion. Dans sa jeunesse il était tellement débauché et dissolu qu’il gardait sur lui de l’argent pour être prêt à satisfaire ses désirs ; de plus, il en gardait caché dans des recoins. Dans l’Académie, on trouva, collée à une colonne, une pièce de trois oboles lui appartenant, destinée à une utilisation semblable à celles dont nous venons de parler. Un jour, à la suite d’un pari avec (ses) jeunes (amis), il arriva ivre et ceint d’une couronne dans l’école de Xénocrate. Celui-ci, nullement déconcerté, continua son discours sans rien changer. Il traitait de la modération. L’adolescent en l’écoutant fut peu à peu capturé et de la sorte il devint si appliqué au travail qu’il dépassa les autres (étudiants) et succéda (à Xénocrate) à la tête de l’école, à partir de la cent seizième Olympiade. (17) Antigone de Caryste, dans ses Vies, rapporte que le père de Polémon était le premier des citoyens et qu’il élevait des chevaux pour la course de chars. (Il rapporte encore) que Polémon subit de la part de sa femme un procès pour mauvais traitement, parce qu’il avait des relations avec des adolescents. Mais lorsqu’il commença à philosopher, il affermit son caractère au point de garder la même attitude en toute occasion. Même sa voix restait immuable. C’est pourquoi Crantor fut capturé par lui. De fait, alors qu’un chien enragé lui arrachait le mollet, lui seul n’en devint pas blême. Et lorsque survint de l’agitation dans la ville, après s’être informé de ce qui se passait, il ne participa pas à l’émotion collective. (18) Dans les spectacles théâtraux, il ne montrait aucune forme d’émotion. En tout cas, un jour que Nicostrate, surnommé Clytemestre, lui lisait, à lui et à Cratès, quelques vers du Poète, Cratès se laissa émouvoir, tandis que lui resta comme s’il n’avait pas entendu. Pour tout dire, il était tout à fait comme le personnage que le peintre Mélanthios a décrit dans son ouvrage Sur la peinture. Il dit en effet que sur les œuvres (d’art), mais aussi sur les caractères, doit se répandre une sorte d’assurance et de sécheresse. Polémon disait qu’il faut s’exercer dans les faits concrets et non pas dans les spéculations dialectiques, (pour ne pas apparaître) comme quelqu’un qui aurait ingurgité un manuel d’harmonie <sans> avoir pratiqué (la musique) : on admirerait de tels hommes pour leur habileté dialectique, mais ils seraient en contradiction avec eux-mêmes en ce qui concerne leur comportement. Il était donc raffiné et noble évitant les expressions « marinées dans le vinaigre et le sylphe » qu’Aristophane attribue à Euripide, et qui, (19) comme le dit (Aristophane), « sont des raffinements de débauchés comparés à un bon morceau de viande ». On dit encore que ce n’est pas assis qu’il discutait les thèses, mais qu’il argumentait tout en marchant. Ainsi donc il était honoré dans la ville à cause de sa noblesse d’âme ; de plus, il vivait à part et passait son temps dans le jardin (de l’Académie) ; pour habiter près de lui, (ses) disciples avaient construit de petites cabanes à côté du sanctuaire des Muses et de l’exèdre. Polémon imitait, semble-t‑il, Xénocrate en tous points. Aristippe, dans le quatrième livre de son ouvrage Sur la luxure des Anciens, dit que Polémon fut épris de lui. En tout cas, Polémon ne cessait de le citer et revêtait la sincérité, l’austérité et la gravité de son modèle, typique du mode dorien. (20) C’était un admirateur de Sophocle, et surtout de ces vers à la création desquels, selon le poète comique, « un molosse semblait avoir eu part » et de ceux qui, d’après Phrynichos, ne sont « ni édulcorés, ni frelatés, mais (sentent l’authentique vin) de Pramnos ». Il disait donc qu’Homère était le Sophocle de l’épopée, et Sophocle, l’Homère de la tragédie.

15L’épigramme de Diogène sur la mort de Polémon suit.

Variations

  • 8 La révision du papyrus à l’aide des microscopes de nouvelle génération et des photographies multis (...)

16Afin de rendre plus évidente mon analyse, j’ai partagé en trois sections les deux témoignages parallèles de Philodème et de Diogène 8.

17La première section correspond à Philodème, col. IV, 38-XIII, 19, et Diogène, IV, 16-17.

18Philodème commence par donner quelques renseignements sur le dème d’origine de Polémon et sur la noblesse de sa famille athénienne. Le genre de vie déréglée et débauchée du jeune homme avait décidé sa femme (sans aucun doute une riche héritière, ἐπίκληρος) à le provoquer en justice en l’accusant de mauvais traitement (δίκη κακώσεως).

19L’ordre des faits est légèrement manipulé dans la narration de Diogène : il y est fait mention du dème et du nom du père de Polémon ainsi que de sa jeunesse intempérante et dissolue ; on y lit que Polémon avait toujours sur lui de l’argent pour subvenir à ses passions et à ses plaisirs (on cite la pièce de trois oboles qu’il avait cachée dans l’Académie). L’épisode de la conversion à la philosophie après avoir rencontré Xénocrate manque, à ce qu’il semble, dans le récit de Philodème, au moins dans la partie encore conservée. C’est seulement à ce moment que Diogène declare le nom de l’auteur de sa source : Antigone de Caryste. Dans ses Biographies, affirme-t‑il, il avait appris que le père de Polémon était le premier des citoyens et qu’il élevait des chevaux pour les courses de chars, et que le jeune homme avait subi un procès pour mauvais traitement de la part de sa femme. Lorsqu’il avait commencé à philosopher, il avait affermi son caractère et gardait la même attitude en toute occasion. Même sa voix restait immuable. Grâce à ces qualités, il avait réussi à conquérir le jeune Crantor.

20Les points communs entre ces deux textes sont évidents et confirment l’hypothèse que Philodème et Diogène ont utilisé une source commune, les Biographies d’Antigone.

  • 9 Les fragments de Polémon sont cités selon l’édition de M. Gigante, « Polemonis Academici fragmenta(...)

21La nouveauté la plus importante dans la page de Diogène est incontestablement le récit de la « conversion » de Polémon à la philosophie à la suite d’une rencontre avec Xénocrate, célèbre dans l’Antiquité (fr. 15-33) 9. La mention de la succession de Polémon à Xénocrate dans la direction de l’Académie ne remonte pas à Antigone. La possibilité que Diogène ait utilisé ici la Chronologie d’Apollodore d’Athènes est la plus vraisemblable.

22La deuxième section correspond à Philodème, col. XIII, 20-XIV, 7, et Diogène, IV, 17-18.

23Philodème raconte que Polémon n’avait pas peur des chiens et qu’il restait impassible aussi au théâtre. Le philosophe était de taille assez petite, mais il y avait en lui quelque chose de noble « semblable à des tableaux qui manifestent assurance et sécheresse, comme le dit Mélanthos, parce qu’il était doté de la gravité qui sied à un citoyen ».

24La révision du papyrus grâce aux photographies multispectrales a remis en doute la présence de Mélanthos/Mélanthios dans le passage de Philodème. Le nom du peintre (orthographié Melanthios), avec en plus le titre de son œuvre, sont cités indubitablement par Diogène.

25Il faut souligner aussi que les nombreuses lacunes (en particulier celle de col. XIII, 33-38) empêchent de suivre le discours dans tous ses détails. Dès que le texte redevient lisible (col. XIII, 38-XIV, 12), on retrouve d’autres correspondances avec Diogène (IV, 18). Philodème ne cite pas l’anecdote sur l’acteur Nicostrate qui devait manquer déjà chez Antigone et semble avoir été ajoutée par Diogène lui-même ou par sa source. L’hypothèse de Gaiser selon laquelle il aurait été omis volontairement par Philodème m’apparaît moins vraisemblable.

26Il semble enfin que Diogène avait aussi, au moins une fois, apporté une légère retouche à la langue d’Antigone. Dans la description de l’attitude de Polémon au théâtre, tandis que chez Philodème on lit (col. XIII, 38-39) que Polémon, « dans les spectacles théâtraux, restait assis impassible » (ἔν τε τοῖς θεάτροις ἀπαθῆ καθῆσθαι), chez Diogène (IV, 18) la phrase est ainsi formulée : ἔν τε τοῖς θεάτροις ἀσυμπαθέστατος ἦν, « dans les spectacles théâtraux, il ne montrait aucune forme d’émotion ». L’adjectif ἀσυμπαθής commence à circuler dans la littérature grecque seulement à l’époque impériale, ce qui pourrait porter à penser que ἀπαθῆ était le qualificatif utilisé par Antigone et que Diogène l’avait modifié et mis à jour du point de vue lexical tout en gardant intact son sens en écrivant ἀσυμπαθέστατος.

27Venons-en à la troisième section qui correspond à Philodème, col. XIV, 7-XV, 46, et Diogène, IV, 18-20.

28Philodème et Diogène discutent du style littéraire de Polémon. Il y a encore une fois peu de différences entre les deux textes. Philodème avait déjà rapporté (à la fin de la section précédente) le jugement négatif de Polémon sur ceux qui « conduisent l’examen des questions à des situations impossibles ». Il en vient maintenant à décrire son style argumentatif : « C’est pourquoi, lorsqu’il argumentait, il évitait tout solécisme et s’abstenait de tout raffinement exagéré, c’était un admirateur enthousiaste de l’harmonie pindarique, comme on pourrait dire ».

29Diogène, mise à part une légère variation à propos du caractère de Polémon, qu’il définit de « raffiné et noble » (ἀστεῖός τις καὶ γενναῖος), ajoute le jugement du poète Aristophane sur certaines caractéristiques négatives du style d’Euripide que Polémon évitait d’habitude. Suit une brève description de la manière de philosopher de Polémon, qui manque chez Philodème : « On dit encore que ce n’est pas assis qu’il discutait les thèses, mais qu’il argumentait tout en marchant ».

30Les renseignements sur les relations de Polémon avec la communauté athénienne et sur sa manière de vivre en retraite sont eux aussi fournis par les deux auteurs. Dans la section la mieux conservée du texte de Philodème (col. XIV, 35-41), on retrouve le témoignage, connu également par Diogène (IV, 19 = fr. 44) et par Plutarque (De exilio 10, 603b-c = fr. 47), selon lequel les disciples de Polémon avaient construit des cabanes dans le jardin de l’Académie afin de vivre le plus près possible du maître qui s’y était retiré pour ne pas s’engager dans la vie politique.

31Philodème revient ensuite sur le motif de l’admiration de Polémon envers Xénocrate et il s’arrête sur son enthousiasme pour la poésie de Sophocle (col. XIV, 41-XV, 3). Le passage parallèle de Diogène (IV, 19-20) est, encore une fois, plus riche en détails : on y lit deux vers d’Aristophane (fr. 128 et 958 Kassel-Austin) et un de Phrynique (fr. 68 K.‑A.), et on y rapporte la comparaison entre Sophocle et Homère (test. 115 a Radt) proposée par Polémon.

32Il est difficile de savoir quelle est la version la plus proche du texte original d’Antigone, celle plus concentrée que nous livre Philodème ou celle plus ample de Diogène. À défaut d’éléments décisifs en faveur de l’une ou de l’autre et à la différence de Wilamowitz et de Gaiser, je serais porté à considérer le texte de Philodème comme l’original et à penser que Diogène (ou sa source) aurait ajouté au moins les citations des poètes comiques. Il me reste quelques incertitudes en ce qui concerne la comparaison entre Sophocle et Homère. Wilamowitz en justifie l’attribution à Antigone en rappelant qu’on lit le même récit dans un passage d’Hésychius dans la Souda (fr. 119), et il a vraisemblablement raison.

33À partir de ce point, les deux auteurs divergent. La Vie de Polémon de Diogène se termine par quelques mots sur la mort du philosophe par consomption (φθίσις) et sur sa production littéraire (IV, 20 = Polémon, fr. 55, 94). Philodème ne parle pas de la mort de Polémon. Il rapporte pourtant un long passage dans lequel on lit l’avis enthousiaste émis par Arcésilas sur l’ambiance de l’Académie à l’époque de Polémon, Cratès et Crantor, au moment où il y arriva après avoir quitté l’école de Théophraste (col. XV, 3-27). Arcésilas dit que les trois philosophes de l’Académie lui étaient apparus comme des dieux ou des survivants des hommes de l’ancien temps, issus de la Race d’or. Diogène connaît ce même épisode qu’il raconte sous une forme plus succincte dans la Vie de Cratès (IV, 22) : « Arcésilas, qui avait abandonné Théophraste pour venir dans leur école, disait qu’ils étaient des dieux ou des survivants des hommes de la Race d’or ». Le sens de ces mots n’est pas clair dans tous les détails, mais il est évident qu’il dérive d’Antigone.

34Le témoignage de Philodème donne l’impression qu’Antigone avait raconté cet épisode dans la Vie de Polémon et non, comme Diogène, dans celle de Cratès. On ne peut toutefois exclure de manière catégorique qu’Antigone en avait parlé en deux lieux différents ou que Philodème avait intégré l’épisode dans la Vie de Polémon en le récupérant de celle de Cratès.

35Antigone continue (col. XV, 27-46) en rappelant les vertus de Polémon, digne et appliqué au travail, dans un contexte où on lit le nom de Xénocrate. On pourrait supposer que l’on trouve ici une allusion à l’épisode de la « conversion » de Polémon et à l’influence exercée sur lui par Xénocrate, dont j’ai déjà remarqué l’absence, au moins apparente, dans la narration d’Antigone. Le mauvais état du texte invite cependant à la prudence. La partie la mieux conservée décrit l’amour de Polémon pour Cratès et la difficile conquête de l’être aimé.

36À ce qu’il paraît, un des guides de l’Académie – homme d’âge mûr, mais encore de belle prestance – était tombé amoureux de Cratès et avait tenté de l’enlever à Polémon, mais ce dernier « ne céda pas ni ne s’effraya, mais il lutta et il se révolta jusqu’à ce qu’il obtienne ce qu’il voulait et mette Cratès de son côté ».

  • 10 La relecture de la fin de la colonne XVI de Philodème sur les photographies multispectrales a mis (...)

37Cet épisode est inconnu par ailleurs. Diogène s’arrête sur le motif de l’amour de Polémon pour Cratès dans la Vies de Cratès (IV, 21, 22 = Antigone, fr. 15*), mais il dépend ici d’une source différente. Les deux hommes étaient tellement épris l’un de l’autre que, de leur vivant, ils avaient les mêmes activités. Ils se ressemblaient même toujours davantage, allant presque jusqu’à régler leur respiration l’un sur l’autre. Une fois morts, ils partagèrent la même sépulture. On retrouve le motif du tombeau commun dans la biographie de Crantor de Diogène (IV, 24-25) et dans celle de Philodème (col. XVI, 1-5, 41-S 9) avec la différence substantielle que Polémon avait partagé sa sépulture non avec Cratès, mais avec Crantor 10. La source commune de Philodème et de Diogène est encore une fois Antigone (fr. 11AB).

38En conclusion, ces résultats confirment l’hypothèse que Philodème et Diogène remontent à la même source – les Biographies d’Antigone de Caryste – et que Philodème avait eu accès directement au texte authentique de l’œuvre et en avait extrait de longs passages dans leur forme originale, alors que Diogène (ou sa source intermédiaire ?) avait coupé et retravaillé la narration d’Antigone et l’avait souvent contaminée avec des données hétérogènes ou plus récentes par rapport à son modèle.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Col·leció Cum Laude 2, Barcelone, PPU, Institut Privat d’Estudis Món Juïc, 2009. De manière plus générale, voir T. Hägg, The Art of Biography in Antiquity, Cambridge, CUP, 2012.

2 Antigone de Caryste, Fragments, texte établi et trad. par T. Dorandi, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1999, et T. Dorandi, « Accessioni a Antigono di Caristo », SCO 51, 2005 [ 2009], p. 119-124.

3 U. von Wilamowitz-Moellendorff, Antigonos von Karystos, Berlin, Weidmann, 1881.

4 F. Longo Auricchio, G. Indelli, G. Del Mastro, Dictionnaire des philosophes antiques, Va, s.v. « Philodème de Gadara », Paris, CNRS Éd., 2013, p. 334-359.

5 Diogenes Laertius, Lives of Eminent Philosophers, ed. with introd. by T. Dorandi, Cambridge, CUP, 2013.

6 K. Gaiser, Philodems Academica. Die Berichte über Platon und die Alte Akademie in zwei herkulanensischen Papyri, Stuttgart-Bad Cannstadt, Frommann-Holzboog, 1988.

7 Pour le texte de Philodème, voir Filodemo, Storia dei filosofi. Platone e l’Academia (PHerc. 1021 e 164), ed., trad. e comment. a cura di T. Dorandi, Naples, Bibliopolis, 1991 ; pour celui de Diogène, mon édition citée à la note 5. Les passages en petit corps dans le chapitre de Diogène indiquent les ajouts les plus évidents par rapport à Philodème et donc à la rédaction originaire des Biographies d’Antigone.

8 La révision du papyrus à l’aide des microscopes de nouvelle génération et des photographies multispectrales est en train de modifier ici et là quelques passages du texte de Philodème mais, pour l’instant, la pars destruens semble l’emporter sur la pars construens.

9 Les fragments de Polémon sont cités selon l’édition de M. Gigante, « Polemonis Academici fragmenta », RAAN 51, 1976, p. 91-144.

10 La relecture de la fin de la colonne XVI de Philodème sur les photographies multispectrales a mis en évidence des nouveautés intéressantes, mais l’établissement du texte demeure incertain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiziano Dorandi, « La Vie de Polémon », Aitia [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 18 août 2015, consulté le 29 mai 2016. URL : http://aitia.revues.org/1183 ; DOI : 10.4000/aitia.1183

Haut de page

Auteur

Tiziano Dorandi

UPR 76 Centre J. Pépin, Villejuif

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page