Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Le Crépuscule des Idoles : une lecture politique de l’Idylle XIII de Théocrite

Il crepuscolo degli idoli: una lettura politica dell'Idillio XIII di Teocrito
Twilight of the Idols : A political interpretation of Theocritus’ Idyll 13
Bénédicte Daniel-Müller

Résumés

L’Idylle XIII, considérée essentiellement jusqu’à maintenant comme une remise en cause des thèmes et du langage épique traditionnels, peut également se lire comme une réaction face à leur utilisation par les Philadelphes pour promouvoir leur idéologie, laquelle rompt, en grande partie, avec celle de leurs prédécesseurs. Plusieurs éléments suggèrent en effet que ce poème possède une portée politique significative : que ce soit le cadre mythique du banquet, le choix d’un mythe étiologique de la geste argonautique – celui des amours d’Héraclès et d’Hylas – ou encore le renversement des rapports de force entre le masculin et le féminin dans le cadre d’une expérience douloureuse de l’éros, tout porte à croire que Théocrite dans ce poème cherche à montrer par l’ironie le caractère obsolète et par trop ambigu de la figure et des attributs traditionnels d’Héraclès pour incarner les nouvelles valeurs mises en avant par le couple royal. Cette critique, qui va jusqu’à la dénonciation d’un usage éculé du langage encomiastique traditionnel, et qui semble en grande partie être dirigée contre l’œuvre d’Apollonios de Rhodes, ne reste toutefois pas stérile : le poète pose également les jalons d’une expression poétique inédite, plus apte à représenter et propager l’imagerie royale, et qui se concrétisera dans d’autres poèmes comme les IdyllesXIV et XV.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une liste exhaustive de ces analyses, voir l’introduction de Di Marco M., « Il Proemio dell’I (...)
  • 2 Voir Gow A.S.F., « The thirteenth Idyzll of Theocritus », Classical Quarterly 32, 1938, p. 10-17 q (...)
  • 3 Di Marco M., art. cit., qui peut être considéré comme une forme d’aboutissement de cette analyse d (...)

1L’Idylle XIII, ou plus exactement le poème de Théocrite que l’on a la (mauvaise) habitude de nommer ainsi, a déjà fait l’objet de plusieurs études qui témoignent de l’évolution de la recherche sur la poésie hellénistique ces cent dernières années. Les premières analyses1 se sont ainsi attachées à situer chronologiquement ce poème et sa rédaction, notamment par rapport aux Argonautiques d’Apollonios de Rhodes qui, à la fin du livre I, traitent du même épisode : celui de l’enlèvement d’Hylas et de la folie amoureuse d’Héraclès, laquelle le conduit à abandonner, provisoirement du moins, la quête de la Toison d’or. Malgré les âpres débats qu'elles ont pu susciter, ces premières analyses2 n’ont finalement abouti qu’à une aporie et à un relatif statu quo : s’il est impossible de le prouver chronologiquement, il semble acquis désormais que, dans un ordre logique en tout cas, le poème de Théocrite succède à la version du mythe transmise par Apollonios de Rhodes. En effet, si tous deux peuvent se lire comme un commentaire et une remise en cause de certains aspects de l’univers épique traditionnel et notamment homérique, il semble que les différences qu’on peut observer chez Théocrite témoignent non seulement d’une remise en cause plus importante, mais qu’elles peuvent également être considérées comme un véritable commentaire de l’œuvre d’Apollonios de Rhodes3.

  • 4 Wilamovitz-Moellendorf U. von, Die Textgeschichte der Griechischen Bukoliker, Berlin, 1906, p. 174 (...)
  • 5 Rossi L.E., « L’Ila di Teocrito : epistola poetica ed epillio », dans AA.VV., Studi classici in on (...)
  • 6 Mastronarde D., « Theocritus’ IdyllXIII : Love and the Hero », TAPhA 99, 1968, p. 273-290.
  • 7 Pour une liste exhaustive de ces procédés, voir Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 19 (...)
  • 8 Voir Mastronarde D., art. cit., qui affirme dans une formule éclairante : « the hero cannot remain (...)

2Ces études comparatives ont ainsi permis de mettre au jour, dans un second temps, la distance ironique dont fait preuve le poète dans le récit du mythe : alors que Wilamovitz4 faisait du récit des amours d’Héraclès pour Hylas le parangon de la pédérastie idéale, ou que, selon le scénario élaboré par L. Rossi5, le récit de l’enlèvement d’Hylas formait un exemplum mythique destiné à servir de consolation à Nicias, malheureux en amour, sous l’impulsion de D. Mastronarde6, le premier à avoir relevé ce qu’il appelle les « incongruités » de la relation entre Hylas et Héraclès, les commentateurs du poème7 ont désormais mis au jour la plupart des procédés par lesquels Théocrite remet en cause sinon la pédérastie dans son ensemble, du moins son incapacité, sous sa forme idéalisée, à rendre compte de la brutalité sauvage et douloureuse du désir8 et montre l’avènement nécessaire d’un nouveau type de relation, hétérosexuel, dans lequel les femmes jouent un rôle actif inédit.

  • 9 Voir Hunter R., ouvr. cit., et Gutzwiller K., ouvr. cit.

3Enfin, plus récemment, la dimension méta-poétique de cette remise en cause de la représentation virile et idéalisée de l’amour a fait l’objet de recherches intensives qui ont pu montrer comment la relation amoureuse sert de paradigme à travers lequel Théocrite exprime la nature obsolète de certaines valeurs épiques traditionnelles – l’exaltation du κλέος fondée sur la seule force physique et les exploits guerriers – et surtout celle de leur langage poétique. Ainsi, à travers l’expression ironique du passage de l’adolescence pédérastique à l’âge adulte et à la maturité sexuelle, le poète démontre en réalité dans ce mythe l’inadéquation de la littérature héroïque et épique traditionnelle à rendre compte de la réalité contemporaine9 et le nécessaire avènement d’une nouvelle forme de poésie dont il esquisse les principales caractéristiques, celles que l’on retrouve dans la plupart de ses autres œuvres : importance nouvelle donnée à des thèmes non héroïques, et tout particulièrement l’expression des sentiments, légitimité inédite des personnages secondaires notamment féminins, utilisation d’une forme poétique courte qui, derrière une légèreté apparente, repose sur une érudition et une intertextualité complexes.

  • 10 Voir Clauss J.J., The Best of the Argonauts, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1993 ; Hunter R., The Ar (...)
  • 11 Griffiths F.T., Theocritus at Court, Leyde, 1979.
  • 12 Burton J., Theocritus’ Urban Mimes, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1995.
  • 13 Sur la proximité entre ces trois poèmes, voir Griffiths F., ouvr. cit., p. 51-70, qui relève d’aut (...)
  • 14 Hunter R., Theocritus and the Archaeology of Greek Poetry, Cambridge, 1996, p. 46-76 et Acosta-Hug (...)
  • 15 Griffiths F., ouvr. cit., p. 91 et suiv. et Fantuzzi M. & Hunter R., Muse e modelli. La poesia ell (...)
  • 16 Cusset, Les « Bacchantes » de Théocrite, texte, corps et morceaux, Paris, 2001 et « Mythe et pouvo (...)

4Poursuivant ces différentes analyses, et sans les remettre en cause, il semble que l’on puisse aussi lire dans cette transition amoureuse à forte valeur symbolique une dimension politique. Maintenant qu’il a été établi que les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes dans leur ensemble et l’épisode d’Hylas en particulier10 possédaient pour les lecteurs contemporains de l’œuvre une portée politique indéniable, il semble tout d’abord important de se demander dans quelle mesure cette dimension politique apparaît dans la lecture que fait Théocrite de son principal hypotexte. Cette question s’impose d’autant plus que depuis l’ouvrage fondateur de F. Griffiths11, la dimension sociale12 et politique de la poésie de Théocrite apparaît de plus en plus comme un élément indispensable de son analyse. Outre les poèmes explicitement encomiastiques, comme les Idylles XIV, XV, XVI et XVII, d’autres ont commencé à faire l’objet de lectures comparables, notamment des poèmes qui possèdent de nombreux points communs avec l’Idylle XIII, par leur contenu ou leur forme13 : l’Idylle XXII14, qui est une réécriture d’un autre épisode de l’épopée d’Apollonios de Rhodes et qui, ce faisant, interroge les liens entre les Dioscures et l’imagerie ptolémaïque ; l’Idylle XXIV15, qui met en scène le personnage d’Héraclès en dégradant son statut héroïque traditionnel par la présence d’un cadre nouveau, destiné à adapter aux nouvelles valeurs de la cour Ptolémaïque cette figure mythique traditionnelle ; ou encore l’Idylle XXVI16, qui peut être lue comme une réaction à la façon dont le pouvoir utilise une autre figure mythique, celle de Dionysos.

  • 17 Si le poème a longtemps été considéré comme une épître poétique, il n'y a en réalité aucun indice (...)
  • 18 Hunter R., ouvr. cit., p. 261.
  • 19 Pindare, Pythique IV. Voir Hunter R., The Argonautica of Apollonios. Literary Studies, Cambridge, (...)
  • 20 Comme c’est le cas dans les poèmes explicitement encomiastiques : voir notamment l’Id. XVI et la l (...)

5À ces arguments extra causa, s’ajoutent plusieurs indices donnés par Théocrite à son lecteur dès sa première lecture du poème. La présence même d’un prologue crée un ancrage dans le réel17, par la présence d’une situation d’énonciation renvoyant à un hic et nunc, même fictif et conventionnel ; on peut remarquer par ailleurs que ce cadre, suivi immédiatement de l’exemplum mythique, n’est pas sans rappeler l’alternance propre à l’épinicie pindarique, entre récits mythiques et adresses du poète à son commanditaire. Cette présence du modèle pindarique, visible à d’autres éléments dans le poème18, s’explique par le fait que Pindare est considéré par les poètes hellénistiques comme l’une des sources majeures de la geste argonautique19, mais peut également se lire comme un modèle de poésie encomiastique20.

  • 21 Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, p. 262.
  • 22 Sur le genre de l’epyllion, voir Gutzwiller K., ouvr. cit.
  • 23 Si la dimension politique est consubstantielle depuis son origine au genre de l’épopée, l’attentio (...)
  • 24 Voir Hunter R., ouvr. cit., p. 263.
  • 25 Sur cette dimension étiologique, voir Hunter R., ouvr. cit., p. 262-263. On peut rapprocher le tri (...)
  • 26 Voir Scheer T.S., « The Past in a Hellenistic Present : Mythe and Local Tradition », dans A. Erski (...)
  • 27 On peut penser aussi au genre de la ktisis, le récit de fondation, qu’Apollonios de Rhodes a beauc (...)
  • 28 L’épisode d’Hylas a probablement été traité aussi par Callimaque (fr. 24 et 26 Massimilla et Σ Arg(...)

6Bien plus, le mythe lui-même, qui appartient à la geste argonautique, ainsi que l’empreinte hexamétrique du poème21 permettent de le situer dans le genre de l’epyllion, cette forme, nouvelle à l’époque hellénistique, de « petite épopée »22, pour reprendre l’expression consacrée par V. Hugo. Cette dimension épique du poème devait suffire pour suggérer un lien étroit entre cette œuvre et la cour royale23. De manière plus précise, bien que son origine et sa tradition littéraire soient en grande partie perdues24, le mythe d’Hylas possède ici toutes les apparences d’un mythe étiologique25, un genre qu’affectionnaient tout particulièrement les poètes hellénistiques pour promouvoir l’imagerie royale et légitimer la politique impérialiste des monarques26, et dont l’emblème est le recueil des Aitia de Callimaque27. La popularité même de ce mythe chez les poètes hellénistiques28 tend d’ailleurs à confirmer son lien avec le pouvoir en place.

  • 29 Voir Mori A., ouvr. cit., p. 25 ; Cozzoli A.T., « Eracle: un eroe culturale e l’ideologia del pote (...)
  • 30 OGIS I, 54. Voir Burstein S.M., The Hellenistic Age from the Battle of Ipsos to the Death of Kleopa (...)
  • 31 Voir Stephens S., Seeing Double : The Politics of Poetry in Ptolemaic Alexandria, Berkeley-Los Ang (...)
  • 32 Dans cette île, Héraclès, arrivé de Troie pour punir les fautes de Mérope, s’y unit à Chalciopé, f (...)

7Enfin, la présence d’Héraclès comme personnage central devait, pour les contemporains de Théocrite, achever de conforter leur intuition première et confirmer la nécessité d’une lecture politique du poème. Les liens étroits qu’ont tissés les Lagides, et notamment Ptolémée Philadelphe, avec cette figure héroïque, ne sont plus à démontrer29. Héraclès fait en effet partie des figures dont se sont servis les Ptolémées pour légitimer leur ascendance divine mais aussi pour asseoir leur image de monarques civilisateurs et pacificateurs. Elle est présente dans les documents officiels comme l’atteste une inscription d’Adulis qui commémore l’expédition d’Évergète en Asie et le fait qu’il ait repris possession d’objets volés par la Perse : « Le grand roi Ptolémée (III), fils du roi Ptolémée et de la reine Arsinoé, les Theoi Adelphoi, enfants du roi Ptolémée et de la reine Bérénice, les Theoi Sôteres, descendants par leur père d’Héraclès, fils de Zeus, et par leur mère de Dionysos, fils de Zeus »30. En particulier, les liens anciens entre Héraclès et l’Égypte31 mais également ceux entre le héros et l’île de Cos32, en ont fait une figure privilégiée dans l’imagerie royale. Cette connivence étroite est rappelée par Théocrite lui-même à plusieurs reprises dans l’Idylle XVII, qui est un éloge explicite à Ptolémée Philadelphe (v. 26-27).

8Ainsi, dès une première lecture, la possibilité d’une lecture politique du poème est suggérée au lecteur alexandrin. Mais, selon un principe esthétique cher à Théocrite et aux poètes hellénistiques en général, la plénitude de cette portée politique et son sens précis restent dans l’implicite. C’est par un jeu de liens, de combinaisons intertextuelles qui se nouent avec la tradition, d’autres poètes contemporains et même d’autres poèmes de Théocrite, que ces significations sont suggérées. Notre hypothèse est que, dans ce poème, Théocrite cherche à montrer à ses lecteurs et au premier d’entre eux, le roi en place, combien les mythes traditionnels, ou traités poétiquement de manière traditionnelle, offrent un fonds trop ambigu et obsolète pour incarner les nouvelles valeurs de la cour ptolémaïque ; mais, ne s’arrêtant pas à ce constat d’échec, le poète de Cos suggère également que ces mythes et ces figures traditionnels doivent être remplacés par un nouvel univers poético-mythique, dont il esquisse ici les contours et qui sera pleinement réalisé dans des œuvres comme les Idylles XIV et XV.

1. Le cadre

  • 33 Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, p. 271.
  • 34 Voir Hunter R., ouvr. cit., p. 275 et la bibliographie citée ad loc.
  • 35 Mastronarde D., art. cit. et Hunter R., ouvr. cit., p. 270-271 (cf. notamment le rapprochement qu’ (...)
  • 36 Homère, Il., II, 467 ; Od., V, 72 ; Hésiode, Théogonie, 279.
  • 37 Sappho, fr. 94 Diehl (= Voigt 168b) ; voir Calame C., L’Éros dans la Grèce antique, Paris, 1996, p (...)

9Dès le début du poème, Théocrite se débarrasse du cadre maritime traditionnel en rappelant, dans un catalogue à peine esquissé et au milieu d’un développement sur les liens qui unissent Héraclès à son éromène, les principaux exploits de Jason et ses compagnons (v. 16-24) ; il y prend également, de manière explicite, ses distances face au récit d’Apollonios33, une façon de dire d’emblée que l’intérêt de son poème est autre : dans l’histoire d’amour qui va unir Héraclès et Hylas, à laquelle doit convenir un cadre plus propice. Ainsi, quand, aux vers suivants (v. 25-35), les Argonautes débarquent à Cios, on passe soudainement à un décor quotidien, non héroïque. Dans cette deuxième description, Théocrite infléchit nettement le topos épique du débarquement34 en ajoutant des éléments triviaux et réalistes qui, pour reprendre la formule de D. Mastronarde, transforment les Argonautes en véritables bergers bucoliques35. D’un point de vue méta-poétique, cette description dénonce le caractère obsolète de ce cadre mythique traditionnel en suggérant l’ambiguïté référentielle de certains motifs : les Pléiades et le λειμών peuvent fonctionner à la fois comme des symboles épiques36, mais aussi comme des lieux caractéristiques de la tradition lyrique37. Le poète démontre ainsi l’impossibilité de traiter désormais de la matière amoureuse sous le masque de l’idéalisation guerrière et héroïque.

  • 38 Le mot est employé explicitement au v. 38. Voir l’introduction de Carney D.E., Arsinoë of Egypt an (...)
  • 39 Cette image est détournée par Timon de Phlionte dans ses vers satiriques sur les « parasites » du (...)
  • 40 Cf. l’utilisation d’un pluriel indéfini qui ne met en valeur aucune personnalité héroïque, l’expre (...)
  • 41 Un thème que l’on voit également dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes (voir Mori A., ouvr (...)
  • 42 Voir le v. 31 et surtout les v. 34-35.
  • 43 Athénée, 11, 497b-c ; Théocrite, Id. XVII, 95-120 et XIV, 63-64 ; Hérodas, I, 26-33. Voir Hunter R (...)

10Or cette description peut se lire également dans la perspective du cadre idéalisé de la syssitie, une image traditionnelle pour représenter les liens entre le roi et ses ἑταῖροι38, et réactivée par la monarchie ptolémaïque pour définir les liens qui unissent le roi à ses courtisans39. Cette lecture est confirmée par l’insistance du poète sur l’entraide et l’union harmonieuse qui règnent parmi les Argonautes40, un autre leitmotiv de l’imagerie ptolémaïque41. Enfin, l’abondance qui caractérise le lieu42, rappelle sans détour la τρυφή dont se réclament les Ptolémées pour promouvoir une image positive et harmonieuse de la cour43. Ainsi, par l’insertion d’éléments triviaux et inadéquats, et surtout à l’aune des futurs déboires amoureux d’Héraclès et de son abandon par les Argonautes, ce que semble rejeter Théocrite ici, c’est donc, plus que certaines valeurs obsolètes de la tradition homérique, leur utilisation pour représenter de manière idéalisée, sous la forme de la pédérastie héroïque et d’une union harmonieuse entre guerriers, les rapports courtisans.

  • 44 Cf. l’absence de verbe, l’absence de césure au troisième pied aux v. 40-41 et le fait que les vers (...)
  • 45 Sur les liens entre la nature sauvage et la dangerosité féminine, voir Calame C., ouvr. cit., p. 1 (...)
  • 46 Voir notamment les v. 40-42 et les scholies qui les accompagnent.
  • 47 Id. XV,100-144 et surtout 112-127.
  • 48 Griffiths F., ouvr. cit., p. 82 et suiv. ; Burton J., ouvr. cit., p. 83 et suiv. et 133 et suiv. ; (...)
  • 49 Hylas est à la fois enlevé et réconforté par les Nymphes tandis qu’Aphrodite pleure Adonis tout en (...)
  • 50 Cette perméabilité est renforcée par les antithèses omniprésentes dans les deux textes : voir nota (...)
  • 51 Segal C., « Death by water : a Narrative pattern in Theocritus (Idyll 1, 13, 22, 23) », Hermes 102 (...)
  • 52 Stephens S., ouvr. cit.; Hunter R., Encomium of Ptolemy Philadelphus, Berkeley, 2003, p. 46 et sui (...)

11Cette remise en cause est confirmée par le troisième et dernier cadre du poème : celui des Nymphes, sorte de locus amoenus mystérieux qui voit la disparition d’Hylas (v. 39-53a). Parmi les caractéristiques de ce lieu quasi-fantastique, on peut remarquer les effets poétiques particulièrement insistants44 pour suggérer l’abondance de la végétation, une abondance symbolique qui suggère la dangerosité et la sauvagerie féminines de ce lieu hanté par les Nymphes, selon une association traditionnelle entre nature et féminité qui rappelle notamment l’antre de Calypso45. Mais les procédés stylistiques ostensibles et l’érudition botanique46 – qui mettent en avant le rôle de l’expression poétique pour créer artificiellement cette abondance – rapprochent également ce décor de celui qui se trouve dans l’hymne à Adonis de l’Idylle XV47 et qui incarne, de manière explicite et positive, les valeurs promulguées par Arsinoé II48. Dans ces deux textes, le cadre mystérieux confère une dimension étiologique et religieuse à la mort du jeune héros : l’ambiguïté des relations entre les divinités et les mortels d’une part49, et la perméabilité entre la mort et la vie d’autre part50 – que suggère le thème de l’eau51 – peuvent se lire comme un mélange des éléments de la religion grecque traditionnelle et des éléments plus proprement égyptiens, selon un syncrétisme typique de l’imagerie religieuse des Philadelphes52.

  • 53 Tandis que la fin de l’Id. XIII voit la mort du jeune Hylas, l’hymne de l’Id. XV commence quand le (...)
  • 54 Au triple cri de Hylas, fait écho de manière symbolique dans l’Id. XV l’épithète que Praxinoa util (...)

12Si on ajoute à ce cadre une certaine continuité narrative entre les deux textes53, la similarité entre les deux personnages, voire plusieurs échos textuels54, tout semble finalement suggérer que l’Hymne à Adonis de l’Idylle XV est une version perfectionnée du mythe de l’enlèvement d’Hylas de l’Idylle XIII. En ce sens, l’étrangeté du locus amoenus de l’Idylle XIII est sans aucun doute voulue par Théocrite pour suggérer qu’enfermées dans des stéréotypes épiques, les réalités de la cour ptolémaïque deviennent extrêmement ambiguës.

2. Les personnages

2.1. Héraclès

13Le regard ironique porté par le poète sur Héraclès est l’un des piliers sur lesquels Théocrite fonde la dimension méta-poétique de son poème : Héraclès, héros si brillant dans l’univers épique, se révèle une « bête » dans le cadre érotique où le poète l’a placé. Or force est de constater que plusieurs éléments de cette caractérisation correspondent parfaitement à ce que l’on peut reconstituer de l’usage que faisaient les Ptolémées, et plus particulièrement Philadelphe, de cette figure mythique pour servir sa propre image.

  • 55 Y compris celle d’Apollonios de Rhodes puisque cette formule détourne explicitement celle des Argo (...)
  • 56 Un trait qu’on peut rapprocher de la Première Néméenne de Pindare. Voir aussi v. 55 Ἀμφιτρυωνιάδας
  • 57 La variatio homérique χαλκεοκάρδιος  suggère à la fois le courage mais également la dureté, le man (...)
  • 58 Voir, entre autres, Samuel A.E., « The Ptolemies and the Ideology of Kingship » dans P. Green (éd. (...)
  • 59 Voir Σ 20. Est-ce une façon pour le poète de suggérer les limites de l’utilisation des mythes loca (...)
  • 60 Voir l’introduction de Carney D.E., ouvr. cit.

14Le premier de ces éléments est l’ambiguïté du statut du personnage, signe manifeste de la dégradation de son héroïsme : dès la première désignation, Héraclès est en effet présenté comme Ἀμφιτρύωνος ὁ χαλκεοκάρδιος υἱός (v. 5). La grandiloquence épique55 de cette formule est infléchie par le choix de l’ascendance mortelle du personnage56 et l’ambiguïté de l’épithète homérique χαλκεοκάρδιος57. Or, si Héraclès s’oppose aux simples mortels, aux θνατοὶ (v. 4) parmi lesquels sont inclus le poète et Nicias, cette insistance sur la nature mortelle du héros peut être analysée comme une réaction du poète face au statut divin dont se réclament les Philadelphes, ou au fait de continuer à utiliser Héraclès dans la légitimation de ce statut divin. On sait que c’est sous Ptolémée Philadelphe que le culte royal initié par Alexandre s’intensifie et se modifie sensiblement puisque ce roi est sans doute le premier à avoir introduit son propre culte et celui d’Arsinoé de son vivant et surtout à y avoir intégré des éléments égyptiens58. Or comment concilier ce nouveau statut avec la religion grecque traditionnelle ? C’est la question que semble soulever Théocrite, comme le confirme, quelques vers plus loin, la seconde désignation du personnage par une autre périphrase généalogique : Ἀλκμήνας υἱὸς Μιδεάτιδος ἡρωΐνας (v. 20). Cette seconde désignation contient un double décalage : non seulement Héraclès est désigné par son ascendance maternelle, mais en outre l’adjectif géographique renvoie à une variante inhabituelle59. Cette périphrase attire l’attention du lecteur sur la maternité, un thème présent en filigrane dans tout le poème, et qu’on peut facilement relier au rôle des épouses dans l’héritage dynastique des monarques macédoniens, puis alexandrins60.

  • 61 V. 5 : ἡμιθέων ; voir Hunter R., Encomium of Ptolemy Philadelphus, Berkeley, 2003, ad loc. Cette r (...)

15Fils d’Amphitryon ou fils d’Alcmène, ces deux désignations montrent, par leurs ambiguïtés, l’inadéquation du modèle héracléen à incarner les nouveautés religieuses introduites par les Theoi philadelphoi. Et l’humour contenu dans cette double désignation initiale devient à la fin du poème d’une ironie mordante, si on la relie au terme ἡμίθεοι (v. 69) qui, tout en faisant écho au statut des monarques défini par le poète lui-même dans l’Idylle XVII61, est appliqué ici non pas à Héraclès mais aux Argonautes qui l’attendent en vain. Une ironie redoublée par le fait que c’est Hylas qui rejoint les dieux à la fin du poème, et non Héraclès.

  • 62 Ce rappel (cf. aussi l’image du lion aux v. 61-65) est d’autant plus ironique que, comme le rappel (...)
  • 63 C’est aussi, semble-t-il, l'exploit choisi par Callimaque dans le troisième livre des Aitia, selon (...)
  • 64 Maelher H., « Poésie alexandrine et art hellénistique à Memphis », Chronique d’Égypte 63, 1988, p. (...)
  • 65 Apollonios, Arg. I, 1194-1197.
  • 66 Cf. la statuette décrite dans AP XVI, 95. Voir Maelher H., art. cit. ; Mori A., ouvr. cit., p. 25- (...)

16Cette ambiguïté du statut d’Héraclès se double d’un portrait ridicule du personnage dont les armes, reflets de sa gloire et de sa force physique extrême, ne lui sont d’aucune utilité ni pour secourir son amant ni pour se consoler de l’avoir perdu. Dès la présentation du personnage, le poète rappelle son exploit le plus glorieux et le plus significatif : celui du lion de Némée62 (v. 6) ; or celui-ci est, d’après les documents conservés63, celui que l’on trouve le plus représenté dans les œuvres iconographiques qui représentent Ptolémée sous les traits d’Héraclès64. De la même façon, les armes traditionnelles dont le pare Théocrite quand le héros part à la recherche de son compagnon disparu (v. 56-57), tout en pouvant se lire comme une reprise parodique de l’armement épique65, font également partie des attributs avec lesquels est représenté Ptolémée-Héraclès, tout particulièrement la massue66. Théocrite démontre donc combien le langage figuré et codifié de l’épopée transporte avec lui d’ambiguïtés interprétatives. Ce décalage pouvait, aux yeux du lecteur hellénistique, évoquer celui qui existait entre l’imagerie de Philadelphe représenté sous les traits d’un Héraclès guerrier, et ses principaux faits d’armes qui relevaient surtout de la militia amoris.

  • 67 Maelher H., art. cit.
  • 68 Une caractéristique topique du patronage royal à l’époque hellénistique selon Murray O., art. cit. (...)
  • 69 Sur l’importance de l’élément héracléen dans l’Id. XVII et la datation du poème, voir Mori A., ouv (...)

17L’ambiguïté de l’héroïsme d’Héraclès n’est pas un sujet inventé par Théocrite : c’est un thème déjà bien attesté chez Euripide et, dans sa variante érotique, c’était un thème artistique bien présent à l’époque hellénistique67. L’usage qu’en fait Théocrite dans ce poème est en revanche original : non seulement il remet en cause certains pans de l’héroïsme épique et les ambiguïtés de son langage – y compris dans sa version la plus récente qu’est l’épopée d’Apollonios de Rhodes – mais surtout il démontre, en acte, l’inadéquation politique de certaines figures traditionnelles et leur nécessaire dépassement. L’ironie parfois acerbe dont fait preuve le poète face à cette figure emblématique du pouvoir ptolémaïque est le signe d’une complicité entre le poète et la figure royale68, une complicité érudite puisqu’elle repose sur la connaissance partagée de traditions communes ; mais cela peut aussi être l’indice que ce poème appartient à un stade non initial de la relation entre le poète et le roi, contrairement à un poème comme l’Idylle XVII dans lequel la figure d’Héraclès joue un rôle fondamental et positif dans l’éloge du roi69.

2.2. Hylas

  • 70 Marquaille C., « The foreign policy of Ptolemy II », dans P. Mac Kechnie & P. Guillaume (éd.), Pto (...)

18En l’état actuel de nos connaissances, il est extrêmement difficile de relier directement ce héros mysien avec l’imagerie ptolémaïque, bien que cette région de Carie, occupée par Philadelphe, devait sans aucun doute, par sa situation stratégique, susciter de sa part une attention particulière70.

  • 71 Daphnis notamment. Voir Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, p. 263.
  • 72 L’insistance sur la féminité des deux personnages dans les deux poèmes est remarquable : si l’ambi (...)
  • 73 L’allusion à Zeus et à l’enlèvement de Ganymède dans l’Id. XV (v. 123-125) peut se lire comme une (...)
  • 74 Comme le suggère notamment dans l’Hymne à Adonis le catalogue des héros (v. 136-142) qui non seule (...)
  • 75 La faiblesse de son cri (v. 59-60) en est le signe le plus manifeste, contrairement à ce que l’on (...)

19La caractérisation du personnage semble néanmoins apporter plusieurs confirmations de la portée politique du poème, à commencer par ses nombreuses similitudes avec d’autres personnages des Idylles71 et notamment l’Adonis de l’Idylle XV : tous deux sont en effet de jeunes hommes beaux et délicats72, qui plaisent autant aux hommes qu’aux femmes73, mais qui restent totalement impuissants74. Cette ressemblance suggère que, malgré ses fragilités apparentes, Hylas peut incarner une forme de renouvellement poétique. Ainsi, dans une sorte de chiasme, Théocrite montrerait dans ce poème qu’alors qu’Héraclès est en inadéquation avec le nouveau cadre dans lequel les Ptolémées veulent l’utiliser, les qualités d’un héros moderne comme Hylas, si on les laisse dans un cadre mythique traditionnel, non seulement sont inutiles75, mais surtout peuvent apparaître comme équivoques.

  • 76 Néanmoins, ce superlatif, si l’on songe à l’épithète d’Éros, peut tout autant suggérer une forme d (...)
  • 77 Apollonios, Arg. I, 774-786a.
  • 78 Callimaque, fr. 110 Pf. Voir Gutzwiller K., « Callimachus’ Lock of Berenice : Fantasy, Romance and (...)
  • 79 Hunter R., ouvr. cit. ad loc., et Campbell M., « Theocritus’ thirteen », dans E.M  Craik (éd.), Ow (...)

20En effet, la seule réelle qualité d’Hylas dans ce poème est sa beauté : il est κάλλιστος76 (v. 72). Cette beauté provoque toutefois un attrait irrésistible, ce que confirme l’image finale de l’astre (v. 49-53a), une image que l’on retrouve chez Apollonios de Rhodes pour caractériser l’extraordinaire beauté et le pouvoir de séduction de Jason sur les femmes de Lemnos77 et qui n’est pas sans évoquer les thèmes et les procédés qu’utilise Callimaque dans sa Boucle de Bérénice78, si l’insistance sur la rapidité de la chute et le rythme des vers suggèrent bien que cette chute est une visualisation de la chevelure du héros79.

  • 80 Le v. 3 est une reprise de la célèbre invocation à Éros de l’Andromède (fr. 136 Nauck = 136 Pagano (...)
  • 81 Pagano V., L’Andromeda di Euripide, Alessandria, 2010.
  • 82 Fantuzzi M. & Hunter R., ouvr. cit., p. 275-286.
  • 83 Ce qui constitue une des différences capitales par rapport aux Argonautiques d’Apollonios où non s (...)
  • 84 Ce qu’il avait déjà montré dans l’Id. XI, en transformant Polyphème en figure de poète amoureux cr (...)
  • 85 On sait que les Ptolémées se sont heurtés à la difficulté de faire d’Adonis une figure majeure pou (...)

21Cette image de l’astre révèle un autre point essentiel du poème : le fait que ce soit Hylas, et non Héraclès, qui rejoigne les Immortels (v. 72). Ce décalage ironique s’ancre dans un réseau d’allusions à l’Andromède d’Euripide80, choisi comme modèle ici pour proclamer que l’ἔρως peut devenir une valeur positive, une source d’immortalité poétique. Cette tragédie, qui raconte le parcours initiatique de l’héroïne vers l’immortalité d’une métamorphose en astre, est en effet la seule tragédie grecque connue qui donne une dimension positive au thème de l’ἔρως81. En se mettant sous ce patronage littéraire, le poète montre à son protecteur qu’il existe d’autres traditions légitimes pour représenter l’ἔρως que l’épopée, et surtout il lui rappelle qu’à défaut d’une véritable déification, c’est lui qui, en tant que poète, peut détenir les clefs de l’immortalité, celles du κλέος. Le choix du personnage d’Héraclès est extrêmement significatif puisque son statut divin n’est pas inné mais résulte d’une apothéose in extremis, voulue par Zeus pour se venger d’Héra. Allant encore plus loin que dans l’Idylle XXIV où le poète amorçait déjà une comparaison entre l’immortalité à laquelle accède infine Héraclès et celle que confère la poésie82, Théocrite choisit ici délibérément de faire disparaître Héraclès83 au profit d’un héros largement méconnu, démontrant ainsi en acte sa capacité à immortaliser des types inédits de figures qui possèdent des qualités très éloignées des valeurs épiques traditionnelles84 : jeunesse, beauté, vulnérabilité85. De plus, pour le lecteur érudit qui se rappelle qu’Andromède et Persée sont les ascendants d’Héraclès, Théocrite démontre de manière paradoxale et non sans humour, que le renouvellement passe parfois par des mythes plus anciens encore que ceux que l’on veut dépasser.

  • 86 Murray O., art. cit. et Hunter R., Encomium of Ptolemy Philadelphus, Berkeley, 2003, p. 34-36 qui (...)
  • 87 Griffiths F., ouvr. cit., p. 110-111.
  • 88 Voir l’adjectif ἁδύς et surtout ἐρωτικός, qu’on pourrait presque traduire par « glamour » puisqu’i (...)

22Cette lecture semble confirmée par le fait que ce programme poético-politique esquissé dans l’Idylle XIII est pleinement réalisé dans l’Idylle XIV : ce poème reprend en effet les mêmes composantes que celles de l’Idylle XIII – un banquet, une déception amoureuse et l’amitié — mais dans un cadre et un langage totalement différents, urbains et contemporains, comme si, d’un poème à l’autre, Théocrite avait gratté le vernis épique. Dans ce nouveau cadre parfaitement assumé, le poète fait explicitement l’éloge de son protecteur royal (v. 60b-64) en donnant de lui une image contemporaine, débarrassée des lourdeurs mythiques : Ptolémée II y est en effet dépeint sous les traits d’un convive idéal86 – la juste mesure entre l’affectation de l’amoureux éconduit qu’est Aischinas et la suffisance austère et méprisante de Thyonichos87 – dont les principales qualités sont de bien savoir s’entourer, d’être généreux, d’apprécier les raffinements culturels et de posséder un pouvoir de séduction hors du commun88.

23Grâce au personnage d’Hylas, Théocrite semble donc ouvrir une nouvelle voie à l’imagerie ptolémaïque : au lieu de choisir des figures obsolètes et qui peuvent donner lieu à des ambiguïtés indépassables, il suggère la possibilité de se tourner vers d’autres figures, certes plus mineures, mais en adéquation avec les nouvelles valeurs prônées par l’imagerie royale ; surtout, il montre en acte le pouvoir qu’a la parole poétique de les immortaliser. Il met ainsi Philadelphe face à un choix : rester Héraclès ou devenir Hylas ; pour l’instant, un Hylas auquel fait de l’ombre l’antériorité et la gloire de son protecteur mais qui possède toutes les qualités pour devenir, grâce au talent poétique d’un Théocrite, une véritable « étoile montante ».

2. 3. Les Nymphes

  • 89 Apollonios, Arg., I, 861-878 (Héraclès à Lemnos) ; Asclépiade, AP XII, 75, 105 et AP V, 7, 150, et (...)
  • 90 Pretagostini R., art. cit.

24Centrée sur la relation qui unit Héraclès à Hylas, l’Idylle XIII présente en réalité un triangle amoureux typique de la conception hellénistique de l’amour89, celle qui oppose à une relation pédérastique idéalisée mais obsolète, la réalité douloureuse et nécessairement « déceptive » d’une relation hétérosexuelle : les rivales d’Héraclès dans le texte sont des femmes qui, sous les traits de Nymphes, font passer symboliquement Hylas du statut d’éromène à celui d’homme adulte et marié90.

  • 91 Hazzard R.A., ouvr. cit., p. 81 et suiv. ; Mori A., ouvr. cit., p. 91 et suiv. ; Carney D.E., « Be (...)
  • 92 Et peut-être même un véritable rôle politique comme le suggère l’inscription dédicatoire du nouvea (...)
  • 93 Callimaque, fr. 228 Pf. ; Pausanias, 9.31.1. Voir Lelli E., « Arsinoe II in Callimaco e nelle test (...)
  • 94 Hunter R., Theocritus. A Selection, Cambridge, ad loc.

25Bien que la sphère d’influence précise et l’autorité des reines ptolémaïques restent encore aujourd’hui difficiles à définir91, il a été établi qu’elles ont joué à la cour d’Alexandrie un rôle inédit, notamment à partir d’Arsinoé II, qui aurait été protectrice des arts et aurait joué un rôle religieux non négligeable92. Plusieurs poèmes93 d’ailleurs attestent de cette nouveauté politique importante, dont l’Idylle XV. La difficulté essentielle pour confirmer la portée politique de l’enlèvement d’Hylas est l’absence dans ce poème d’Aphrodite, divinité qui est associée directement aux reines ptolémaïques. Mais cette absence n’est-elle pas justement lourde de significations ? Elle peut en effet s’expliquer par le fait que le récit de cet enlèvement est une réaction face à la tradition épique qui subordonne les femmes à des stéréotypes secondaires dont le modèle archétypal est le personnage de Circé dont Théocrite reprend ici, à dessein, plusieurs éléments94.

  • 95 Ce qui constitue une différence notable avec les Argonautiques où Hylas est enlevé par une seule N (...)
  • 96 Le culte des Theoi Sôteres aurait précisément été mis en place par Philadelphe au début de son règ (...)
  • 97 Comme le prouvent la déification de Philotera, sœur des Philadelphes et le rattachement de son cul (...)
  • 98 Ogden D., « How to marry a courtesan in the Macedonian courts », dans A. Erskine & L. Lewellyn-Jon (...)

26La portée politique du poème pourrait également expliquer le choix de Théocrite de représenter un chœur de trois Nymphes95 : cette pluralité n’est peut-être pas sans lien avec la polygamie macédonienne traditionnelle dont on sait qu’elle était encore d’actualité sous le règne de Sôter, lequel fut traversé par les rivalités violentes et incessantes entre Bérénice et Eurydice96. De plus, il semble que la reine était perçue comme émanant d’un groupe choral97, qui faisait écho au modèle symposiaque du roi et de ses φίλοι. Sans compter que, dans les faits, aux reines s’ajoutaient les courtisanes qui devaient en permanence fréquenter la cour et dont on sait qu’elles furent particulièrement nombreuses sous le règne de Philadelphe98.

  • 99 L’adjectif δειναί (v. 44) qui sert à les caractériser, variation de la formule épique δεινὴ θεός m (...)
  • 100 Cette ambivalence peut s’expliquer par le rôle d’intermédiaires que pouvaient jouer les reines pto (...)

27Si l’on se penche de plus près sur le portrait qui est fait de ces Nymphes (v. 43 et suiv.), dont l’apparition est solennelle, on peut y lire une ambiguïté certaine avec, d’une part, une insistance sur leur caractère violent99 et d’autre part, leur attitude compatissante et maternelle (v. 53-54). Tout comme Héraclès, leur ambiguïté peut donc servir au poète à dénoncer l’usage de figures et d’un cadre traditionnels pour glorifier les figures féminines de la cour royale. Bien plus, à la fois amantes et mères, ces trois nymphes semblent annoncer l’attitude d’Aphrodite envers Adonis dans l’Idylle XV100.

3. Le thème de l’amour

  • 101 Carney D.E., art. cit.
  • 102 Callimaque, fr. 392 Pf. ; voir Mori A., ouvr. cit., p. 93 et suiv.
  • 103 Id. XVII, 34-52 ; Id. XIV, 61-62 ; et l’hymne à Adonis de l’Id. XV.

28Il a été établi que le thème de l’amour, ou plus exactement de l’ἔρως, qui ne recouvre pas exactement le même champ sémantique, était un thème majeur de l’imagerie ptolémaïque, tout particulièrement chez les Philadelphes. Lié au caractère inédit de leur mariage, à leur volonté de stabiliser la dynastie et de fonder un culte royal syncrétique, comprenant à la fois des composantes grecques et égyptiennes, Ptolémée II et Arsinoé ont fait de l’ἔρως le fondement de leur union et l’une des principales valeurs promulguées par la cour101. Si plusieurs poèmes témoignent de cette dimension « érotique » du couple royal, dont les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes102, c’est chez Théocrite qu’elle apparaît le plus clairement et le plus fréquemment103. Ainsi, le fait de raconter les amours d’Héraclès pour Hylas puis l’enlèvement du héros par des Nymphes « débordantes d’amour » pouvait sans nul doute s’inscrire dans une perspective politique pour un lecteur alexandrin.

  • 104 V. 8 : ὡσεὶ φίλον υἱέα et ἐδίδαξε, en position forte, avant la césure.
  • 105 Mastronarde D., art. cit. et Gutzwiller K., Studies in the Hellenistic epyllion, Königstein, 1981.
  • 106 Apollonios, Arg. I, 1211 et suiv. Voir Hunter R., ouvr. cit., p. 268.
  • 107 Id. XVII, 63 et Id. XXIV, 105 et suiv. (catalogue des précepteurs d’Héraclès). Voir Fantuzzi M. & H (...)
  • 108 Lequel n’a pas d’ascendance certaine, le poète le rappelle avec malice au v. 2.
  • 109 Plutarque, Mor., 11a et Athénée 620f.

29On peut remarquer que les deux motifs qui fondent la remise en cause de la pédérastie idéale sont aussi deux des composantes les plus importantes de l’imagerie ptolémaïque traditionnelle : le thème de la filiation pédagogique et celui des genres. Pour définir les liens qui unissent Héraclès et Hylas, Théocrite utilise en effet l’image, éculée à l’époque hellénistique, de la filiation pédagogique104, avec une ironie qui repose sur ce que le lecteur connaît par ailleurs du mythe d’Héraclès105 : l’épisode bien connu de l’infanticide et le fait qu’il a tué le propre père d’Hylas, Theiodamas106. Cette ironie peut se lire comme un avertissement fait à Ptolémée des dangers qu’il y a à vouloir promouvoir l’ἔρως en le célébrant sous une forme idéalisée et traditionnelle. On sait combien le thème de la filiation et de la continuité dynastique était l’un des fondements de l’idéologie ptolémaïque107. Mais l’on sait également que, combiné à l’ἔρως108, dans le cadre du mariage incestueux des Philadelphes, ce thème pouvait apparaître comme équivoque, ce dont témoignent les fameux vers de Sotades109.

  • 110 Xénophon, Hiéron, III, 7. Voir Herman G., Ritualised Friendship and the Greek City, Cambridge, 198 (...)
  • 111 Id. XIV, 62 : εἰδὼς τὸν φιλέοντα, τὸν οὐ φιλέοντ’ ἔτι μᾶλλον.
  • 112 Voir Pythiques I, 118 et suiv. ; II, 83 et suiv.
  • 113 Apollonios, Arg. IV, 445.
  • 114 Hésiode, Travaux, 15.
  • 115 Comme le suggère le pronom personnel de la quatrième personne répété deux fois en début de vers, v (...)
  • 116 Comme le montre l’ironie avec laquelle Théocrite se moque du même Nicias dans l’Id. XI.

30Cette remise en cause de l’image de la filiation peut apparaître comme une réaction du poète face à une représentation idéalisée de la relation courtisane, dans laquelle doit être comprise celle du patronage poétique : ce type de relation est en effet souvent représenté sous la forme d’une relation, fraternelle ou filiale, relevant de la φιλία. Parfois, elle est même perçue et représentée comme l’émanation d’une relation pédérastique antérieure ou implicite110. Par conséquent, lorsque le poète, dans une intrusion qui rompt brutalement le caractère extra-diégétique du récit de l’exemplum, rappelle de manière gnomique : « σχέτλιοι οἱ φιλέοντες » (v. 66), la portée politique du thème érotique ne fait plus de doute ; en effet, la présence du verbe φιλεῖν, qui s’applique mal à la relation qui unit Héraclès et Hylas – relation dont le poète lui-même a précisé qu’il s’agissait d’une relation érotique (v. 6 : ἤρατο παιδός) – retient l’attention du lecteur et prend d’autres significations : elle se rattache tout d’abord aux φίλοι, les compagnons du roi, ce cercle restreint de conseillers dont on sait que le statut change sous les Ptolémées pour devenir un simple titre honorifique et auquel fait également allusion Théocrite dans l’Idylle XIV111; mais elle peut désigner également les rapports du poète avec ses protecteurs, selon une métaphore usuelle depuis la poésie pindarique112. Cette hypothèse se trouve corroborée par la combinaison intertextuelle et le jeu sur la polysémie de l’adjectif σχέτλιος : dans l’épopée traditionnelle, l’adjectif possède un sens actif, et signifie « terrible », « qui n’a aucune pitié ». C’est dans ce sens qu’on le trouve notamment dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, pour qualifier Éros dans la célèbre invocation du livre IV113, une formule qui fait elle-même écho à la description d’Éris dans les Travaux et les Jours d’Hésiode114. Par la reprise de cet adjectif, Théocrite démontre au lecteur érudit et philologue qu’est Ptolémée II, combien est équivoque le langage épique quand il s’agit de parler d’ἔρως. Bien plus, par sa dimension gnomique, cette remarque est reliée étroitement au prologue du poème et lui donne un nouvel éclairage : dans la mesure où le poète se réclame explicitement du modèle pindarique, la relation amicale qui y est esquissée avec Nicias, fondée sur une union réciproque115, une égalité véritable et une complicité érudite116, peut servir de contre-point positif à la relation spécieuse qui unit « Héraclès » et ses « φίλοι ».

  • 117 Voir χαρίεντος au v. 7 (Alcée, fr. 368 ; Anacréon, fr. 23 Gent. ; Theognidea, 1319-1322 ; Théocrit (...)
  • 118 Voir l’allusion à la relation adultérine entre Zeus et Aurore (v. 14-15) ou encore l’expression εὖ (...)

31Le second motif qui permet à Théocrite de renforcer l’aspect caricatural de la relation entre Hylas et Héraclès est la répartition genrée des rôles : l’infériorité passive d’Hylas est traduite comme un signe de féminité117 tandis qu’Héraclès est présenté comme un parangon de virilité. Cette sexualisation de la relation pédérastique est néanmoins déconstruite par plusieurs allusions et images incongrues118 – notamment celle qui assimile Héraclès à une mère nourricière qui veille sur ses oisillons (v. 12-13) – mais surtout par son échec final : alors qu’elle était censée permettre au jeune Hylas de devenir un ἀγαθὸς, ἀοίδιμος et ἀλαθινὸς ἀνήρ (v. 9 et 15), autrement dit un héros épique dans toute sa virilité, ce dernier restera à jamais le personnage féminin et faible qu’il est depuis le début.

  • 119 L’enlèvement est traditionnellement, dans la poésie grecque, l’expression virile de l’accomplissem (...)
  • 120 Le mot est d’ailleurs repris de manière significative une troisième et dernière fois juste après c (...)

32Car si l’Idylle XIII dénonce la désuétude de l’idéal viril pédérastique, elle constate également l’avènement d’une nouvelle conception de l’ἔρως – une conception hétérosexuelle et féminine. Néanmoins, le poète souligne également l’ambiguïté de cette dernière lorsqu’elle reste dans un cadre épique, comme l’incarnent les Nymphes : tout en étant décrites comme des divinités dangereuses et viriles119, les Nymphes sont présentées comme passives face à un désir incontrôlable. En outre, elles sont présentées elles aussi comme des figures maternelles, nous l’avons vu, dans un écho significatif à l’image qui assimile Héraclès à une mère oiselle : ce parallèle souligne de manière pathétique la passivité d’Hylas. Bien qu’il porte un κρωσσόν, un vase masculin et qu’il soit désigné par le terme κοῦρος (v. 46), Hylas redevient vite un παῖς (Ἀργείῳ (...) παιδί, v. 49) pour les Nymphes, comme il était, au début, le παῖς d’Héraclès120. De l’un à l’autre, l’ironie du poète se fait de plus en plus mordante quand on se rappelle les huit ans qui séparent Arsinoé de son frère cadet.

  • 121 La prédominance des personnages féminins sur les personnages masculins est même définie par Griffi (...)
  • 122 Burton J., ouvr. cit.
  • 123 Carney D.E., art. et ouvr. cit.
  • 124 Homère, Il. XIV, 294 et Archiloque, fr. 191 West. Voir Gow A.S.F., Theocritus, Cambridge, 1952 et (...)

33Cette ambiguïté nouvelle des rôles sexuels, caractéristique de la poésie de Théocrite121 et commune à beaucoup de poètes hellénistiques, a pu être reliée à la crise identitaire et au nouveau sentiment de mobilité, voire d’instabilité typique de la société alexandrine122. Elle peut également exprimer une réaction face à un nouveau type de monarchie, qui, à partir d’Arsinoé II surtout, pour mettre en avant le rôle des reines, promeut une image idéalisée d’un couple royal mixte, uni et amoureux123. S’il montre qu’enfermée dans un carcan épique la nouvelle féminisation de l’ἔρως peut être sujette à caution, Théocrite ouvre la voie à une expression poétique inédite capable d’incarner le nouvel idéal érotique de la cour. L’expression qui sert à définir le sentiment qui s’empare des Nymphes à la vue d’Hylas (ἔρως ἁπαλὰς φρένας ἐξεφόβησεν, v. 48) peut se lire comme une réécriture moderne d’un vers épique124. Cette réécriture innovante permet d’aboutir à une poésie mixte qui rééquilibre le masculin et le féminin en s’étant affranchie de la virilisation à outrance et caricaturale de l’épopée traditionnelle. Et si elle souligne le pouvoir irrésistible de l’ἔρως, elle met aussi en valeur celui de la poésie qui le sublime. Elle sert enfin à incarner les rapports nouveaux du poète à ses deux protecteurs. Et tant pis s’il s’agit d’une relation plus douloureuse ou plus dangereuse que la douce φιλία pindarique : elle a le mérite d’être plus complexe et plus subtile.

34En composant un poème qui, en surface, fait du mythe des amours malheureuses d’Héraclès pour Hylas un exemplum illustrant le pouvoir dévastateur d’Éros mais qui, grâce à un jeu d’allusions subtiles et à une intertextualité polyphonique, montre surtout de manière méta-poétique le nécessaire renouvellement des codes et du langage épique, y compris celui, contemporain, d’Apollonios de Rhodes, Théocrite, en véritable spin doctor, démontre à l’érudit monarque qu’est Philadelphe les risques qu’il y a à poursuivre une imagerie traditionnelle qui l’assimile à un héros comme Héraclès et surtout à confier sa propagande à une poésie traditionnelle ; bien plus, et c’est en quoi il se différencie le plus, nous semble-t-il, de l’épopée d’Apollonios de Rhodes, il y ouvre une nouvelle voie poétique, celle d’une expression poétique plus concise, plus adaptée aux thèmes et aux valeurs inédites prônées par la cour, une poésie d’apparence plus simple et plus légère, alors qu’elle repose en réalité sur une combinaison érudite d’hypotextes variés.

  • 125 Voir Cozzoli A.T., art. cit.

35En ce sens, on peut dire qu’Hylas ouvre la voie à Adonis. Tout comme on a pu montrer125 une évolution sensible entre les Hymnes I et IV de Callimaque dans les modalités de l’éloge à Ptolémée, on peut faire l’hypothèse que l’Idylle XIII joue un rôle central dans l’évolution de la poésie encomiastique de Théocrite et de ses rapports avec Philadelphe. On y trouve d’une part la remise en cause d’un type d’éloge suranné, proche de celui de l’Idylle XVII, et, d’autre part, l’avènement d’une nouvelle imagerie poétique, plus complexe, qui sera pleinement réalisée dans les Idylles XIV et XV. Ce poème pourrait ainsi constituer une preuve historique supplémentaire de l’évolution, pendant le règne de Philadelphe, d’une idéologie macédonienne – dans laquelle le roi est défini comme un guerrier polygame, les reines devant se battre pour assurer une légitimité à leurs enfants – à une idéologie alexandrine dans laquelle l’art et la culture sont d’égale importance avec les conquêtes militaires et qui promeut un mariage endogamique pour assurer aux nouvelles « divinités » royales une dynastie univoque. L’Idylle XIII témoigne enfin d’une évolution littéraire capitale : celle qui modifie en profondeur la représentation antique du patronage poétique, celle de la φιλία archaïque, pour la dépeindre comme une relation « érotique » dans laquelle l’irrévérence poétique peut in fine se révéler la meilleure arme de séduction.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Pour une liste exhaustive de ces analyses, voir l’introduction de Di Marco M., « Il Proemio dell’Ila : Teocrito, Apollonio e l’ἔρως παιδικός », Eikasmos 6, 1995, p. 121-139.

2 Voir Gow A.S.F., « The thirteenth Idyzll of Theocritus », Classical Quarterly 32, 1938, p. 10-17 qui liste de manière exhaustive toutes les reprises entre les deux textes.

3 Di Marco M., art. cit., qui peut être considéré comme une forme d’aboutissement de cette analyse de l’intertextualité entre les deux textes.

4 Wilamovitz-Moellendorf U. von, Die Textgeschichte der Griechischen Bukoliker, Berlin, 1906, p. 174-177.

5 Rossi L.E., « L’Ila di Teocrito : epistola poetica ed epillio », dans AA.VV., Studi classici in onore di Quintino Cataudella, II, Catania, 1972, p. 279-293 et Pretagostini R., « La struttura compositiva dei carmi teocritei », QUCC 5, 1980 = Ricerche sulla poesia alessandria, 1984, p. 89-103.

6 Mastronarde D., « Theocritus’ IdyllXIII : Love and the Hero », TAPhA 99, 1968, p. 273-290.

7 Pour une liste exhaustive de ces procédés, voir Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, p. 268 et suiv. et surtout Gutzwiller K., Studies in the Hellenistic epyllion, Königstein, 1981, p. 20-22.

8 Voir Mastronarde D., art. cit., qui affirme dans une formule éclairante : « the hero cannot remain heroic in love » (p. 274).

9 Voir Hunter R., ouvr. cit., et Gutzwiller K., ouvr. cit.

10 Voir Clauss J.J., The Best of the Argonauts, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1993 ; Hunter R., The Argonautica of Apollonios. Literary Studies, Cambridge, 1993, p. 152 et suiv. ; Stephens S., « Writing Epic for the Ptolemaic Court », dans M.A. Harder, R.F. Regtuit, G.C. Wakker (éd) : Apollonius Rhodius, Louvain-Paris-Sterling, 2000, p. 195-215 et Mori A., The Politics of Apollonius Rhodius’ Argonautica, Cambridge, 2008.

11 Griffiths F.T., Theocritus at Court, Leyde, 1979.

12 Burton J., Theocritus’ Urban Mimes, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1995.

13 Sur la proximité entre ces trois poèmes, voir Griffiths F., ouvr. cit., p. 51-70, qui relève d’autres points communs, comme le style hymnique. Toutefois, il exclut l’Id. XIII, au prétexte le poète y gommerait la dimension étiologique du mythe, ce qui nous semble discutable : voir infra, note 25.

14 Hunter R., Theocritus and the Archaeology of Greek Poetry, Cambridge, 1996, p. 46-76 et Acosta-Hughes B., « Les Dioscures dans la poésie alexandrine : caractère et symbolique », dans C. Cusset, N. Le Meur-Weissman, F. Levin (éd.), Mythe et pouvoir à l’époque hellénistique, Louvain-Paris-Walpole, 2012, p. 155-170.

15 Griffiths F., ouvr. cit., p. 91 et suiv. et Fantuzzi M. & Hunter R., Muse e modelli. La poesia ellenistica da Alessandro Magno ad Augusto, Rome-Bari, 2002, p. 275-286.

16 Cusset, Les « Bacchantes » de Théocrite, texte, corps et morceaux, Paris, 2001 et « Mythe et pouvoir dans l’Idylle 26 de Théocrite : les dessous de Dionysos et de la figure royale de Penthée », dans C. Cusset, N. Le Meur-Weissman, F. Levin (éd.), Mythe et pouvoir à l’époque hellénistique, Louvain-Paris-Walpole, 2012, p. 187-206.

17 Si le poème a longtemps été considéré comme une épître poétique, il n'y a en réalité aucun indice dans le prologue qui confirme une situation d’énonciation différée. Voir Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, p. 261.

18 Hunter R., ouvr. cit., p. 261.

19 Pindare, Pythique IV. Voir Hunter R., The Argonautica of Apollonios. Literary Studies, Cambridge, 1993, p. 1 et suiv. et Acosta-Hugues B., Arion’s Lyre: Archaic Lyric into Hellenistic Poetry, Princeton, 2010, p. 39.

20 Comme c’est le cas dans les poèmes explicitement encomiastiques : voir notamment l’Id. XVI et la lecture qui en est faite dans Hunter R., Theocritus and the Archaeology of Greek Poetry, Cambridge, 1996, p. 77 et suiv.

21 Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, p. 262.

22 Sur le genre de l’epyllion, voir Gutzwiller K., ouvr. cit.

23 Si la dimension politique est consubstantielle depuis son origine au genre de l’épopée, l’attention portée par les Ptolémées pour éditer l’œuvre d’Homère et le culte religieux qu’aurait fondé Philopator pour ce poète en disent long sur la portée politique que prend cette œuvre.

24 Voir Hunter R., ouvr. cit., p. 263.

25 Sur cette dimension étiologique, voir Hunter R., ouvr. cit., p. 262-263. On peut rapprocher le triple cri d’Hylas d’une pratique religieuse décrite par Strabon, XII, 4, 3 ; Antoninus Liberalis 26, 5 et Athénée, XIV, 620a.

26 Voir Scheer T.S., « The Past in a Hellenistic Present : Mythe and Local Tradition », dans A. Erskine & L. Lewellyn-Jones, Creating a Hellenistic World, Oxford, 2003, p. 216-231, qui montre l’importance des figures d’Héraclès et Dionysos dans la portée politique des récits de mythes locaux parce que, par leurs multiples errances, ces figures permettaient d’helléniser des lieux étrangers.

27 On peut penser aussi au genre de la ktisis, le récit de fondation, qu’Apollonios de Rhodes a beaucoup pratiqué. Voir Gutzwiller K., A Guide to Hellenistic Literature, Malden-Oxford-Victoria, 2007, p. 74.

28 L’épisode d’Hylas a probablement été traité aussi par Callimaque (fr. 24 et 26 Massimilla et Σ Arg. I, 1207), par Nicandre et par Euphorion (fr. 74-76 Powell).

29 Voir Mori A., ouvr. cit., p. 25 ; Cozzoli A.T., « Eracle: un eroe culturale e l’ideologia del potere in età ellenistica », dans C. Cusset, N. Le Meur-Weissman, F. Levin (éd.), Mythe et pouvoir à l’époque hellénistique, Leuven/Paris/Walpole, 2012, p. 171-186.

30 OGIS I, 54. Voir Burstein S.M., The Hellenistic Age from the Battle of Ipsos to the Death of Kleopatra III. Translated documents of Greece and Rome, Cambridge, 1985, p. 125.

31 Voir Stephens S., Seeing Double : The Politics of Poetry in Ptolemaic Alexandria, Berkeley-Los Angeles, 2003, p. 170 et suiv. : elle montre comment dans les Id. XVII et XXIV, Théocrite assimile Philadelphe et son ancêtre héroïque Héraclès avec le pharaon égyptien et conquérant du monde, Sésostris.

32 Dans cette île, Héraclès, arrivé de Troie pour punir les fautes de Mérope, s’y unit à Chalciopé, fille d’Eurypile et de cette union naquit la dynastie des Héraclides de l’île, Tessalos et ses descendants. Voir Cozzoli A.T., art. cit.

33 Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, p. 271.

34 Voir Hunter R., ouvr. cit., p. 275 et la bibliographie citée ad loc.

35 Mastronarde D., art. cit. et Hunter R., ouvr. cit., p. 270-271 (cf. notamment le rapprochement qu’il fait avec le cadre urbain de l’Id. II.)

36 Homère, Il., II, 467 ; Od., V, 72 ; Hésiode, Théogonie, 279.

37 Sappho, fr. 94 Diehl (= Voigt 168b) ; voir Calame C., L’Éros dans la Grèce antique, Paris, 1996, p. 173 et suiv.

38 Le mot est employé explicitement au v. 38. Voir l’introduction de Carney D.E., Arsinoë of Egypt and Macedon, A Royal Life, Oxford, 2013 et Mori A., ouvr. cit., p. 52-90.

39 Cette image est détournée par Timon de Phlionte dans ses vers satiriques sur les « parasites » du Musée (SH 786). Voir Herman G., « “Friends” of the Early Hellenistic Rulers : Servants or Officials? », Talanta 12-13, 1980-1981, p. 103-127 et Murray O., « Ptolemaic Royal Patronage », dans P. Mac Kechnie & P. Guillaume (éd.), Ptolemy II Philadelphus and his world, Leyde-Boston, 2008, p. 9-26, qui montre à quel point le modèle du symposion sert à définir et représenter les relations entre le roi et les poètes de la cour ptolémaïque.

40 Cf. l’utilisation d’un pluriel indéfini qui ne met en valeur aucune personnalité héroïque, l’expression κατὰ ζυγὰ (v. 32) (voir Hunter R., ouvr. cit. ad loc.) et surtout, au v. 33, l’antithèse expressive πολλοὶ δὲ μίαν. La répétition au v. 38 de μίαν suggère par ailleurs que l’union entre Héraclès et Hylas est une sorte de quintessence de cette harmonie collective qui unit les Argonautes.

41 Un thème que l’on voit également dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes (voir Mori A., ouvr. cit., p. 52-90).

42 Voir le v. 31 et surtout les v. 34-35.

43 Athénée, 11, 497b-c ; Théocrite, Id. XVII, 95-120 et XIV, 63-64 ; Hérodas, I, 26-33. Voir Hunter R., Theocritus and the Archaeology of Greek Poetry, Cambridge, 1996, p. 89 et 117 ; Encomium of Ptolemy Philadelphus, Berkeley, 2003, p. 36-38 ; Hazzard R.A., 2000, p. 108-110 ; Carney D.E., ouvr. cit., p. 66.

44 Cf. l’absence de verbe, l’absence de césure au troisième pied aux v. 40-41 et le fait que les vers 42 à 44 sont tous trois spondeiazontes ; voir Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, ad loc.

45 Sur les liens entre la nature sauvage et la dangerosité féminine, voir Calame C., ouvr. cit., p. 130-145 et p. 181-185.

46 Voir notamment les v. 40-42 et les scholies qui les accompagnent.

47 Id. XV,100-144 et surtout 112-127.

48 Griffiths F., ouvr. cit., p. 82 et suiv. ; Burton J., ouvr. cit., p. 83 et suiv. et 133 et suiv. ; Foster J.A., « Arsinoe II as Epic Queen : Encomiastic Allusion in Theocritus Idyll 15 », TAPhA 136, 2006, p. 133-148.

49 Hylas est à la fois enlevé et réconforté par les Nymphes tandis qu’Aphrodite pleure Adonis tout en étant sa maîtresse.

50 Cette perméabilité est renforcée par les antithèses omniprésentes dans les deux textes : voir notamment XIII, 42-43 et XV, 123-124 et 136-137.

51 Segal C., « Death by water : a Narrative pattern in Theocritus (Idyll 1, 13, 22, 23) », Hermes 102, 1974, p. 20-38.

52 Stephens S., ouvr. cit.; Hunter R., Encomium of Ptolemy Philadelphus, Berkeley, 2003, p. 46 et suiv.

53 Tandis que la fin de l’Id. XIII voit la mort du jeune Hylas, l’hymne de l’Id. XV commence quand les Heures ramènent Adonis du royaume d’Hadès.

54 Au triple cri de Hylas, fait écho de manière symbolique dans l’Id. XV l’épithète que Praxinoa utilise pour désigner Adonis : ὁ τριφίλητος (v. 86). On peut noter une grande proximité dans la description du chœur des Nymphes (XIII, 44-45) et de celui des Heures (XV, 104-105).

55 Y compris celle d’Apollonios de Rhodes puisque cette formule détourne explicitement celle des Argonautiques (υἱὸς Διός, I, 1188).

56 Un trait qu’on peut rapprocher de la Première Néméenne de Pindare. Voir aussi v. 55 Ἀμφιτρυωνιάδας.

57 La variatio homérique χαλκεοκάρδιος  suggère à la fois le courage mais également la dureté, le manque de pitié. Voir Van Erp Taalman Kip A.M., « Intertextuality and Theocritus 13 », dans I.J.F. De Jong & J.P. Sullivan (éd.), Modern Critical Theory and Classical Literature, Leyde-New York-Cologne, 1994, p. 153-169.

58 Voir, entre autres, Samuel A.E., « The Ptolemies and the Ideology of Kingship » dans P. Green (éd.), Hellenistic History and Culture, Berkeley-Los Angeles, 1993, p. 168-210 ; Koenen L., « The Ptolemaic King as a Religious Figure », dans A.W. Bulloch, E.S. Gruen, A. Long, A. Stewart (éd.), Images and Ideologies: Self Definition in the Hellenistic World, Berkeley-Los Angeles, 1993, p. 25-115 ; Hunter R., Theocritus and the Archaeology of Greek Poetry, Cambridge, 1996, p. 78 et suiv. ; Hazzard R.A., Imagination of a Monarchy : Studies in Ptolemaic Propaganda, Toronto, 2000, p. 3 et suiv. ; Chaniotis A., « The Divinity of Hellenistic Rulers », dans A. Erskine (éd.), A companion to the Hellenistic World, Malden-Oxford-Melbourne, 2003, p. 431-445 ; Mori A., ouvr. cit., p. 19 et suiv. ; Busarelis K., « The problem of the Ptolemaic sibling marriage : a case of dynastic acculturation ? », dans P. Mac Kechnie & P. Guillaume (éd.), Ptolemy II Philadelphus and his world, Leyde-Boston, 2008, p. 298-299.

59 Voir Σ 20. Est-ce une façon pour le poète de suggérer les limites de l’utilisation des mythes locaux ?

60 Voir l’introduction de Carney D.E., ouvr. cit.

61 V. 5 : ἡμιθέων ; voir Hunter R., Encomium of Ptolemy Philadelphus, Berkeley, 2003, ad loc. Cette reprise semble suggérer que dans l’Id. XIII Théocrite remettrait en cause la façon qu’il a eu lui-même de faire l’éloge de Philadelphe dans l’Id. XVII.

62 Ce rappel (cf. aussi l’image du lion aux v. 61-65) est d’autant plus ironique que, comme le rappelle M. Fantuzzi (« Mythological Paradigms in Theocritus », PCPA 41, 1995, p. 23, n. 49), le lion était considéré par les Anciens comme un animal particulièrement chaste.

63 C’est aussi, semble-t-il, l'exploit choisi par Callimaque dans le troisième livre des Aitia, selon la reconstitution proposée par Massimilla G., Aitia: libro terzo e quarto, Pise, 2010, p. 19-31.

64 Maelher H., « Poésie alexandrine et art hellénistique à Memphis », Chronique d’Égypte 63, 1988, p. 113-136.

65 Apollonios, Arg. I, 1194-1197.

66 Cf. la statuette décrite dans AP XVI, 95. Voir Maelher H., art. cit. ; Mori A., ouvr. cit., p. 25-27.

67 Maelher H., art. cit.

68 Une caractéristique topique du patronage royal à l’époque hellénistique selon Murray O., art. cit., p. 20-21.

69 Sur l’importance de l’élément héracléen dans l’Id. XVII et la datation du poème, voir Mori A., ouvr. cit., p. 141 ; Hunter R., ouvr. cit. et Murray O., art. cit., p. 18-19.

70 Marquaille C., « The foreign policy of Ptolemy II », dans P. Mac Kechnie & P. Guillaume (éd.), Ptolemy II Philadelphus and his world, Leyde-Boston, 2008, p. 44-48.

71 Daphnis notamment. Voir Hunter R., Theocritus : A Selection, Cambridge, 1999, p. 263.

72 L’insistance sur la féminité des deux personnages dans les deux poèmes est remarquable : si l’ambiguïté sexuelle d’Adonis, inhérente à son culte, est exploitée de manière très riche dans l’Id. XV pour promouvoir le rôle d’Arsinoé à la cour (voir Burton J., ouvr. cit., p. 83 et suiv.), s’agissant d’Hylas, elle est d’autant plus innovante.

73 L’allusion à Zeus et à l’enlèvement de Ganymède dans l’Id. XV (v. 123-125) peut se lire comme une allusion à l’Id. XIII.

74 Comme le suggère notamment dans l’Hymne à Adonis le catalogue des héros (v. 136-142) qui non seulement exclut Achille au bénéfice de personnages plus délicats comme Patrocle ou Pyrrhos et surtout les présente par leur descendance maternelle.

75 La faiblesse de son cri (v. 59-60) en est le signe le plus manifeste, contrairement à ce que l’on trouve dans la version d’Apollonios de Rhodes dans laquelle Polyphème l’entend et vient à son secours (Arg. I, 1240 et suiv.).

76 Néanmoins, ce superlatif, si l’on songe à l’épithète d’Éros, peut tout autant suggérer une forme de pouvoir qu’une beauté surhumaine. Voir Fasce S., Eros. La figura e il culto, Genève, 1977.

77 Apollonios, Arg. I, 774-786a.

78 Callimaque, fr. 110 Pf. Voir Gutzwiller K., « Callimachus’ Lock of Berenice : Fantasy, Romance and Propaganda », dans G. Nagy (éd.), Greek Literature in the Hellenistic Period, New York-Londres, 2001, p. 305-331 ; Llewellyn Jones L. & Windef S., « A Key to Berenike’s Lock ? The Hathoric Model of queenship in early Ptolemaic Egypt », dans A. Erskine & L. Lewellyn-Jones, Creating a Hellenistic World, Oxford, 2011, p. 247-270.

79 Hunter R., ouvr. cit. ad loc., et Campbell M., « Theocritus’ thirteen », dans E.M  Craik (éd.), Owls to Athens. Esays on classical subjects presented to Sir Kenneth Dover, Oxford, 1990, p. 114-115.

80 Le v. 3 est une reprise de la célèbre invocation à Éros de l’Andromède (fr. 136 Nauck = 136 Pagano). Ce rapprochement est fait par Treu M., « Vorplatonisches bei Theokrit », PP XII, 1967, p. 81-93. Voir également Di Marco M., art. cit.

81 Pagano V., L’Andromeda di Euripide, Alessandria, 2010.

82 Fantuzzi M. & Hunter R., ouvr. cit., p. 275-286.

83 Ce qui constitue une des différences capitales par rapport aux Argonautiques d’Apollonios où non seulement l’exil d’Héraclès n’est que provisoire mais surtout où il est réhabilité dans le livre IV : voir Mori A., ouvr. cit., p. 47-48.

84 Ce qu’il avait déjà montré dans l’Id. XI, en transformant Polyphème en figure de poète amoureux crédible.

85 On sait que les Ptolémées se sont heurtés à la difficulté de faire d’Adonis une figure majeure pour incarner leur pouvoir (Griffiths F., ouvr. cit., p. 69-70).

86 Murray O., art. cit. et Hunter R., Encomium of Ptolemy Philadelphus, Berkeley, 2003, p. 34-36 qui parle de « bon viveur » (en français dans le texte).

87 Griffiths F., ouvr. cit., p. 110-111.

88 Voir l’adjectif ἁδύς et surtout ἐρωτικός, qu’on pourrait presque traduire par « glamour » puisqu’il suggère tout à la fois, par son sens actif et passif, le caractère passionné du roi, son goût pour les affaires amoureuses, mais également son pouvoir d’attraction, son « sex-appeal ».

89 Apollonios, Arg., I, 861-878 (Héraclès à Lemnos) ; Asclépiade, AP XII, 75, 105 et AP V, 7, 150, etc.

90 Pretagostini R., art. cit.

91 Hazzard R.A., ouvr. cit., p. 81 et suiv. ; Mori A., ouvr. cit., p. 91 et suiv. ; Carney D.E., « Being Royal and female in the early Hellenistic period », dans A. Erskine & L. Lewellyn-Jones, Creating a Hellenistic World, Oxford, 2011, p. 195-220 et ouvr. cit.

92 Et peut-être même un véritable rôle politique comme le suggère l’inscription dédicatoire du nouveau manuscrit de Posidippe. Voir Stephens S., « Battle of the Books », dans K. Gutzwiller (éd.), The New Posidippus : A Hellenistic Poetry Book, Oxford, 2005, p. 229-248.

93 Callimaque, fr. 228 Pf. ; Pausanias, 9.31.1. Voir Lelli E., « Arsinoe II in Callimaco e nelle testimonianze letterarie alessandrine (Teocrito, Posidippo, Sotad e altro) », ARF 4, 2002, p. 5-29.

94 Hunter R., Theocritus. A Selection, Cambridge, ad loc.

95 Ce qui constitue une différence notable avec les Argonautiques où Hylas est enlevé par une seule Nymphe.

96 Le culte des Theoi Sôteres aurait précisément été mis en place par Philadelphe au début de son règne dans le but d’affaiblir la branche eurydicéenne de l’héritage de Ptolémée I. Voir Hazzard R.A., ouvr. cit., p. 3 et suiv.

97 Comme le prouvent la déification de Philotera, sœur des Philadelphes et le rattachement de son culte à celui d’Aphrodite-Arsinoé. Voir Donnelly, 2013, p. 98.

98 Ogden D., « How to marry a courtesan in the Macedonian courts », dans A. Erskine & L. Lewellyn-Jones, Creating a Hellenistic World, Oxford, 2011, p. 221-246. Il est même possible que certaines d’entre elles aient joué un rôle officiel.

99 L’adjectif δειναί (v. 44) qui sert à les caractériser, variation de la formule épique δεινὴ θεός met l’accent sur le décalage. Voir Gow A.S.F., 1952 ad loc. et Mastronarde D, art. cit.

100 Cette ambivalence peut s’expliquer par le rôle d’intermédiaires que pouvaient jouer les reines ptolémaïques entre le peuple et la cour. Voir Carney D.E., ouvr. cit., p. 99.

101 Carney D.E., art. cit.

102 Callimaque, fr. 392 Pf. ; voir Mori A., ouvr. cit., p. 93 et suiv.

103 Id. XVII, 34-52 ; Id. XIV, 61-62 ; et l’hymne à Adonis de l’Id. XV.

104 V. 8 : ὡσεὶ φίλον υἱέα et ἐδίδαξε, en position forte, avant la césure.

105 Mastronarde D., art. cit. et Gutzwiller K., Studies in the Hellenistic epyllion, Königstein, 1981.

106 Apollonios, Arg. I, 1211 et suiv. Voir Hunter R., ouvr. cit., p. 268.

107 Id. XVII, 63 et Id. XXIV, 105 et suiv. (catalogue des précepteurs d’Héraclès). Voir Fantuzzi M. & Hunter R., ouvr. cit., p. 275-286.

108 Lequel n’a pas d’ascendance certaine, le poète le rappelle avec malice au v. 2.

109 Plutarque, Mor., 11a et Athénée 620f.

110 Xénophon, Hiéron, III, 7. Voir Herman G., Ritualised Friendship and the Greek City, Cambridge, 1987, p. 16 et suiv.

111 Id. XIV, 62 : εἰδὼς τὸν φιλέοντα, τὸν οὐ φιλέοντ’ ἔτι μᾶλλον.

112 Voir Pythiques I, 118 et suiv. ; II, 83 et suiv.

113 Apollonios, Arg. IV, 445.

114 Hésiode, Travaux, 15.

115 Comme le suggère le pronom personnel de la quatrième personne répété deux fois en début de vers, v. 1 et 3.

116 Comme le montre l’ironie avec laquelle Théocrite se moque du même Nicias dans l’Id. XI.

117 Voir χαρίεντος au v. 7 (Alcée, fr. 368 ; Anacréon, fr. 23 Gent. ; Theognidea, 1319-1322 ; Théocrite, Id. II, 115 ; AP VII, 25 ; AP XII, 167) et surtout πλοκαμῖδα (Aristophane., Thesm., 574 et AP VI, 279). Voir Hunter R., ouvr. cit., ad loc.

118 Voir l’allusion à la relation adultérine entre Zeus et Aurore (v. 14-15) ou encore l’expression εὖ ἕλκων (v. 15) qui peut connoter l’idée de mariage. Voir Σ13.15b ; Gutzwiller K., ouvr. cit., p. 20-22.

119 L’enlèvement est traditionnellement, dans la poésie grecque, l’expression virile de l’accomplissement du désir.

120 Le mot est d’ailleurs repris de manière significative une troisième et dernière fois juste après ce passage, au v. 55 : Ἀμφιτρυωνιάδας δὲ ταρασσόμενος περὶ παιδί / ᾤχετο (« Mais le fils d’Amphitryon angoissé pour le garçon, se mit en route »).

121 La prédominance des personnages féminins sur les personnages masculins est même définie par Griffiths F. (ouvr. cit.) comme une caractéristique spécifique des poèmes encomiastiques de Théocrite.

122 Burton J., ouvr. cit.

123 Carney D.E., art. et ouvr. cit.

124 Homère, Il. XIV, 294 et Archiloque, fr. 191 West. Voir Gow A.S.F., Theocritus, Cambridge, 1952 et Hunter R., ouvr. cit., ad loc. Le composé ἐξεφόβησεν est également repris dans l’Id. II, 137.

125 Voir Cozzoli A.T., art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Daniel-Müller, « Le Crépuscule des Idoles : une lecture politique de l’Idylle XIII de Théocrite », Aitia [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 19 août 2015, consulté le 27 août 2016. URL : http://aitia.revues.org/1312 ; DOI : 10.4000/aitia.1312

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page