Navigazione – Piano del sito
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

L’epyllion hellénistique : une forme poétique en quête d’elle-même. Recherches sur les données métapoétiques de l’epyllion

The Hellenistic epyllion: a poetic form in search of itself. Research on metapoetics in epyllion
Il ellenistico epillio: una forma poetica alla ricerca di sé. Ricerce sugli dati metapoetici dell’ epillio
Christophe Cusset

Riassunti

Il presente studio si rifiuta di leggere le poesie ellenistiche attraverso il concetto di genere in quanto esso è il prodotto, necessariamente a posteriori della ricezione, e propone di cercare nei testi delle marche di genere così come degli indici della variazione di genere. Oggetto del presente studio sono due poesie di Teocrito (idilli 13 e 24) che rappresentano esempi di un genere ancora in fase di costruzione: il nuovo componimento epico che noi chiamiamo "epillio" appare come una parentesi proposta nella tradizione epica comune per una sperimentazione poetica decisiva.

Inizio pagina

Testo integrale

1La question de la définition, de la délimitation et de l’existence même de l’epyllion dans la littérature hellénistique est l’un des problèmes qui semblent insolubles dans l’histoire littéraire. Elle illustre parfaitement bien les difficultés de notre réception de la littérature antique qui, comme toute réception, n’a pas d’autre solution que de construire sa propre lecture en fonction de sa propre histoire.

  • 1 G. Most (« Neues zur Geschichte des Terminus ‘Epyllion’ », Philologus 126, 1982, p.153-156) a montr (...)
  • 2 L’usage du terme gagne dans le même temps le reste de l’Europe. En 1876, on le trouve pour la premi (...)
  • 3 Voir encore récemment l'état des lieux établi par M. Baumbach et S. Bär, « A short introduction to (...)

2On sait que la dénomination même d’epyllion est un tour de force de la critique philologique allemande du XIXe siècle1, d’où le nom s’est rapidement étendu pour désigner certaines productions des époques hellénistiques et romaines2, sans qu’un consensus réel puisse se faire sur ce que désigne véritablement ce terme3.

3Je voudrais revenir ici rapidement sur cette difficulté terminologique et épistémologique que représente l’epyllion pour en tirer quelques conséquences sur notre manière de lire les textes hellénistiques que nous rangeons sous cette appellation commode et pour essayer de trouver dans les textes eux-mêmes de quoi alimenter notre connaissance de cette forme poétique en quête d’elle-même au cours de sa propre constitution.

1. Heurs et malheurs d’une appellation mal contrôlée

  • 4 Aristophane, Acharniens 398 ; Paix 532 ; Grenouilles 942 ; Clément d’Alexandrie, Stromates 3, 3, 24 (...)
  • 5 Cf. Hesychius glose d’ailleurs le terme ἐπυλλίοις par στίχοις et la Souda glose l'expression ἐπύλλι (...)
  • 6 Cf. le titre de l'ouvrage de M. M. Crump, The Epyllion from Theocritus to Ovid, Oxford, 1931. Mais (...)
  • 7 Parmi les détracteurs du genre, on doit compter notamment W. Allen, « The Epyllion : a Chapter in t (...)

4Le terme ἐπύλλιον, qui ne connaît que cinq occurrences dans la littérature grecque conservée4, ne sert pas le plus souvent à désigner une forme littéraire ou un genre particulier, mais des vers de mauvaise qualité ou considérés en mauvaise part5. Seul l’emploi isolé et tardif d’Athénée donne au terme ἐπύλλιον le sens de « court poème » ou « petite pièce en vers épique ». On a parfois voulu voir dans ces emplois du mot dans la langue grecque le signe même que ce terme ne pouvait pas désigner le genre poétique que nous désignons ainsi, voire que le genre lui-même ne pouvait pas exister puisqu’il n’avait pas de dénomination en grec. Outre cette difficulté lexicale, les détracteurs de l’epyllion ont souvent argué de l’impossibilité à regrouper de manière adéquate et cohérente cet ensemble de poèmes grecs et latins « de Théocrite à Ovide », voire au-delà6, pour refuser l’existence du genre de l’epyllion7.

  • 8 Un mot peut exister sans renvoyer à un référent réel et une réalité peut exister sans avoir (encore (...)

5Si la quasi-absence d’emploi du mot dans un sens générique dans l’Antiquité ne doit pas être un obstacle réel pour prendre en considération la réalité de l’objet ainsi désigné postérieurement, pour la raison qu’il n’existe pas de lien nécessaire ni réciproque entre langage et réalité, entre un mot et un objet8, je voudrais surtout revenir ici sur quelques données que la théorie littéraire, notamment à propos de la théorie des genres, a pu mettre en place et montrer rapidement combien le cas de l’epyllion illustre bien les difficultés que l’on rencontre à penser un genre littéraire.

  • 9 On voit que, pour essayer de donner une sorte d'assise à l'existence hypothétique de la catégorie d (...)
  • 10 Cela vaut bien sûr pour tout genre constitué comme tel : le roman n'est pas défini au XVIIe siècle (...)

6Il convient tout d’abord de rappeler que si l’on parle d’epyllion à propos d’un certain nombre de poèmes composés à partir de l’époque hellénistique9, c’est à un genre, à une catégorie générique que l’on veut renvoyer, c’est-à-dire à une classe d’objets poétiques qui partagent une série de caractères communs. Il ne peut donc s’agir que d’une dénomination et d’une catégorie a posteriori, puisqu’il faut bien que les poèmes en question existent pour qu’en les comparant, on en retire des caractéristiques communes (même si celles-ci sont floues ou instables) afin d’en faire une classe. Parler donc d’epyllion relève de la réception qui opère dans le rapport de ces textes avec leurs publics ; ce lectorat ayant changé au cours des siècles, il est inévitable que le genre de l’epyllion soit une donnée variable et changeante10.

  • 11 J.-M. Schaeffer, « Du texte au genre. Notes sur la problématique générique », dans Théorie des genr (...)

7Il est donc parfaitement légitime qu’à un moment donné, plus ou moins éloigné de la période de composition, on puisse déterminer une classe d’objets comme un genre. C’est un effet de la réception. Quand bien même l’epyllion n’aurait pas existé comme tel (nous allons y revenir) à l’époque hellénistique, les philologues du XIXe siècle ou de notre époque sont parfaitement légitimes à envisager l’existence de l’epyllion comme genre puisque le genre se construit à partir d’une projection rétrospective11 qui consiste à isoler dans les poèmes existants des éléments communs (par exemple : le mètre, la longueur, la tonalité, le type des personnages, la position du récit à l’égard de l’héroïsme traditionnel etc.) ; ce qui est alors construit est un genre purement imaginaire et idéal dont les poèmes empiriquement réels ne sont que des échos plus ou moins lointains dès lors qu’ils ne mettent pas tous en œuvre à égalité les caractéristiques communes.

  • 12 Il utilise sans doute le même critère qu’Aristophane de Byzance et Aristarque de Samothrace qu’il m (...)
  • 13 Voir K. Gutzwiller, Studies in the Hellenistic Epyllion, Königstein/Ts., 1981, p. 3-4.

8Pour faire droit aux « inventeurs » de cette appellation, il n’est donc nullement absurde de considérer certains poèmes de l’Antiquité comme des epyllia, si cela correspond pour notre modernité à une forme de lisibilité. Pour les Anciens, la réalité littéraire pouvait être découpée autrement, sans que cela soit problématique. Et, de fait, il semble bien qu’elle l’était. À titre d’exemple, on peut rappeler que Quintillien semble classer les poèmes de Théocrite ou ceux d’Euphorion simplement dans la poésie épique puisqu’il les évoque en même temps qu’Homère, Hésiode, Antimaque, Panyasis, Apollonios et Aratos (10.1.55 et 56). Pour Quintilien, le seul critère retenu pour inscrire ces poèmes dans un type poétique commun est le mètre, l’hexamètre dactylique12. S’il ne prend pas d’autre critère, c’est qu’il n’en éprouve pas le besoin. Pour lui par exemple, le critère de la longueur du poème n’est pas pertinent pour constituer un genre poétique13.

  • 14 J.-M. Schaeffer, « Du texte au genre. Notes sur la problématique générique », dans Théorie des genr (...)
  • 15 J.-M. Schaeffer, « Du texte au genre. Notes sur la problématique générique », dans Théorie des genr (...)

9Or, si nous comparons la classification générique de l’epyllion dont Quintilien se fait l’écho à celle qui est globalement la nôtre aujourd’hui, il apparaît clairement que la relation qui relie plus particulièrement tel poème au genre auquel on le rattache est bien différente. Pour prendre un exemple clair, l’Idylle XXIV de Théocrite n’a pas la même relation au groupe générique de la poésie épique tel que l’envisage Quintilien d’Homère à Euphorion qu’à un groupe qui serait constitué par exemple de poèmes épiques composés entre le IIIe siècle avant J.-C. et le IIe siècle après J.C. : sa place dans la chronologie de l’apparition des différentes œuvres de la classe générique ou son importance par rapport aux autres éléments de la classe sont totalement différentes. Comme l’a bien montré J.-M. Schaeffer, « le texte en tant qu’il surgit à un moment t n’appartient pas au genre tel qu’il s’est constitué rétrospectivement […] ; le modèle générique est constitué uniquement par les textes antérieurs, ce qui signifie que le modèle générique textuel n’est jamais […] identique au modèle générique rétrospectif14 », ni identique au modèle générique d’un autre texte de la même classe considérée. Pour le dire de manière abrupte, « chaque texte a son propre genre15 ».

  • 16 Il me semble qu’il faut d’ailleurs ici distinguer les premières apparitions du terme epyllion des e (...)
  • 17 C’est le titre du chapitre 3 de son étude, The Development of the Epyllion Genre through the Hellen (...)
  • 18 G. Trimble, « Catullus 64 : The Perfect Epyllion ? », dans M. Baumbach et S. Bär (dir.), Brill’s Co (...)

10Or, il me semble que c’est là une des difficultés auxquelles se heurte tout particulièrement l’étude de l’epyllion hellénistique. La classe de l’epyllion16 s’est essentiellement constituée à partir des productions de l’époque impériale auxquelles les productions hellénistiques viennent servir de cautions et de précurseurs. Le caractère non satisfaisant du genre ainsi constitué vient sans doute du fait que les critères sont inégalement partagés par des œuvres qui appartiennent à des époques et de contextes historiques et culturels bien différents. La constitution essentiellement régressive de cette classe de textes ne peut qu’être problématique dans la mesure où les textes hellénistiques sont appelés à endosser les caractéristiques de poèmes qui leur sont postérieurs. On voit en effet que bien souvent ce sont les exemples latins qui apparaissent comme les réalisations les plus abouties du genre en question : c’est ce que révèle la présentation par C. U. Merriam du poème 64 de Catulle comme une « culmination of the Form17 », position justement questionnée par Gail Trimble18.

11Mais au-delà de cette difficulté de lecture, il me semble surtout que l’on essaie d’imposer la catégorie du genre aux individualités textuelles qui le composent alors que la classification en genre est nécessairement une classification rétrospective. Il est sans doute pour nous beaucoup plus productif d’adopter la distinction proposée par J.-M. Schaeffer entre le « genre », comme classification générique toujours arrêtée et définie en ce qu’elle relève de la réception rétrospective, et la « généricité » comme fonction propre du texte qui intègre en lui les potentialités de sa productivité et de sa constitution. Contrairement au genre qui enferme les textes qu’il rassemble selon la seule modalité de la réduplication de critères communs, la généricité propose une modalité plus dynamique de mise en œuvre de transformations des critères antérieurs, ce qui me semble être tout à fait adapté à l’esthétique hellénistique largement fondée sur le principe de la variation. Il me semble donc que pour étudier les poèmes de l’époque hellénistique que nous considérons comme des epyllia, il convient non de se demander dans quelle mesure ils reproduisent de manière conforme des critères théoriques qui leur sont imposés par notre lecture, mais plutôt de voir comment ils se positionnent par rapport à la production épique antérieure (sans qu’elle soit définie comme relevant elle-même de l’epyllion) et proposent eux-mêmes des critères génériques propres.

12Ce n’est donc pas du genre qu’il faut partir, ou de l’idée qu’on en a, mais des textes eux-mêmes. Bien sûr, les poèmes hellénistiques ne nous proposent pas des contrats génériques explicites en se présentant comme des epyllia, mais ils savent très bien mettre en place des contrats plus implicites et imagés pour dire l’écart par rapport à la norme épique traditionnelle, ce qui peut et même doit être compris comme des indices de généricité pour une évolution et une transformation de l’epos en quelque chose que nous pouvons nommer epyllion.

2. La mise en œuvre d’une généricité de l’epyllion dans deux poèmes de Théocrite

  • 19 Je renvoie pour l’inscription des deux idylles 13 et 24 ici étudiées dans le cadre de l'epyllion à (...)
  • 20 Il est bien évident que lorsqu’il est ici question d’epyllion, cette qualification n’est pas le fai (...)

13Dans la mesure où il est également bien difficile, sinon impossible, d’établir une chronologie relative des œuvres hellénistiques, l’étude du genre se heurte à la constitution précise d’une classe à partir de laquelle chaque poème pourrait se définir comme nouvel élément de la classe en question. C’est une raison supplémentaire, pour laisser de côté l’approche par le genre au profit d’une étude des marques de généricité dans les textes eux-mêmes. Je prendrai pour premier exemple l’idylle 13 de Théocrite19 qui a pour particularité d’offrir un préambule qui peut à certains égards passer pour une forme de pacte générique installant le lecteur dans l’epyllion20 (v. 1-4) :

Οὐχ ἁμῖν τὸν Ἔρωτα μόνοις ἔτεχ᾿, ὡς ἐδοκεῦμες,
Νικία, ᾧτινι τοῦτο θεῶν ποκα τέκνον ἔγεντο·
οὐχ ἁμῖν τὰ καλὰ πράτοις καλὰ φαίνεται ἦμεν,
οἳ θνατοὶ πελόμεσθα, τὸ δ᾿ αὔριον οὐκ ἐσορῶμες·

Ce n’est pas pour nous seuls, comme nous le croyions, Nicias, qu’Éros fut mis au monde par celui des dieux qui l’a eu un jour pour enfant ; ce n’est pas pour nous les premiers que ce qui est beau semble être beau, nous qui sommes mortels et qui ne voyons pas le lendemain.

14Plusieurs éléments sont remarquables dans ces quatre vers :

  • 21 Voir R. Hunter, Theocritus. A selection, Oxford, 1999, p. 265-266.
  • 22 Cf. la définition de l’épopée de Théophraste (citée par K. Gutzwiller, 1981, p. 9) : ἔπος ἐστὶν περ (...)

151) Le parallélisme des constructions et l’anaphore mettent l’accent sur le pronom ἁμῖν qui peut s’entendre à différents niveaux21, engageant initialement le lecteur en dehors de toute référence, avant de correspondre au couple du locuteur (le poète ?) et son destinataire Nicias apostrophé au vers 2, pour s’élargir à nouveau à la dimension universelle de l’humanité concernée, autant que les dieux et les héros, par la question de l’amour. Cette polysémie du pronom met d’emblée en évidence la large portée de cette ouverture poétique et permet d’associer en même temps les trois niveaux humain, héroïque et divin qui sont l’objet même de l’épopée22, tout en rapprochant le niveau humain du monde héroïco-divin, même si les humains sont mortels et ne peuvent prévoir l’avenir comme le rappelle le vers 4.

  • 23 Cf. D. J. Mastronarde, « Theocritus’ Idyll 13 : love and the hero », TAPhA, 99, 1968, p. 275 qui so (...)

162) La figure d’Éros et la thématique amoureuse qu’elle implique sont placées à l’ouverture du poème comme motif central, ce qui est peut-être un peu surprenant par rapport à ce que laisse attendre au lecteur le vers choisi, l’hexamètre dactylique de la poésie épique23. On est d’emblée placé en situation de décalage par rapport aux motifs et thèmes de la poésie épique.

  • 24 Cf. K. J. Dover, Theocritus. Select Poems, Londres, 1971, p. 181.
  • 25 R. Hunter, Theocritus. A Selection, Cambridge, 1999, p. 266.

173) La clausule du premier vers, soulignée par la pause bucolique qui confirme l’inscription du poème dans une tonalité décalée, est aussi plurivoque ; si l’expression ὡς ἐδοκεῦμες renvoie bien à l’expérience commune de tout amoureux qui suppose que personne avant lui n’a pu connaître un tel sentiment24, l’imparfait réfère en même temps à une expérience antérieure au début du poème, qui aurait porté à la connaissance du lecteur, les amours d’Héraclès et d’Hylas qui vont être développées dans le récit qui suit ; il faudrait donc y voir, avec R. Hunter25, une allusion au chant I des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes. Il y aurait donc la volonté de s’inscrire ici dans une lignée épique, mais une lignée particulière puisqu’elle donne une place centrale à l’amour.

184) L’expression τὰ καλὰ … καλὰ φαίνεται ἦμεν pose clairement la question de l’apparence dans la perception esthétique.

19Tous ces éléments attirent l’attention du lecteur sur le fait que le poète narrateur cherche à mettre en place un discours particulier, qu’il entreprend de poser ici les bases d’un contrat générique spécial que le récit qui suit vient aussitôt confirmer. Sans pouvoir faire ici une lecture minutieuse de l’ensemble du récit qui suit, il faut au moins en citer les vers 5-7 qui font suite immédiatement à cette ouverture :

ἀλλὰ καὶ Ἀμφιτρύωνος ὁ χαλκεοκάρδιος υἱός,
ὃς τὸν λῖν ὑπέμεινε τὸν ἄγριον, ἤρατο παιδός,
τοῦ χαρίεντος Ὕλα, τοῦ τὰν πλοκαμῖδα φορεῦντος…

mais aussi le fils d’Amphitryon au cœur d’airain, qui affronta le fameux lion sauvage, tomba amoureux d’un jeune garçon, le fameux et gracieux Hylas, qui portait une chevelure bouclée.

  • 26 Voir cependant plus loin une approche complémentaire de cet hapax.
  • 27 Il n’y a qu’une seule autre occurrence en Iliade XI, 480. Cf. A.S.F. Gow, Theocritus, Cambridge, 19 (...)
  • 28 Ce traitement temporel est à mettre en relation avec les derniers vers du poème où Héraclès redevie (...)
  • 29 R. Hunter, Theocritus. A Selection, Cambridge, 1999, p. 267.
  • 30 A.S.F. Gow, Theocritus, Cambridge, 1952, p. 233 ; R. Hunter, Theocritus. A Selection, Cambridge, 19 (...)

20Cette seconde ouverture, narrative cette fois, est la mise en œuvre directe de la nouvelle manière épique que laissent attendre les premiers vers. On est certes transporté du monde des hommes de l’adresse initiale au médecin Nicias au monde héroïque du plus parfait des héros, à savoir Héraclès, l’auteur de ces fameux Travaux (dont l’un est ici évoqué), qui est qualifié pour sa dureté et sa résistance par l’épithète χαλκεοκάρδιος, hapax de Théocrite qui marque bien l’unicité du héros26. Certes l’évocation du combat contre le lion de Némée souligne en peu de mots la grandeur d’un exploit digne de la grande épopée, comme le suggèrent l’emploi de la forme rare d’accusatif épique τὸν λῖν27 et la mise en valeur de l’épithète détachée τὸν ἄγριον. Mais toute cette construction héroïque de la figure d’Héraclès est largement trompeuse : s’il a un cœur d’airain, le personnage est fortement humanisé et n’est pas donné comme rejeton de Zeus, mais comme simple fils d’Amphitryon ; ses exploits héroïques ne sont même rappelés que pour être relégués dans un temps étranger à la chronologie du poème, à la fois antérieur et extérieur28, car celui-ci ne sera consacré qu’à une histoire d’amour qu’introduit, à la pause bucolique, de manière inattendue la clausule ἤρατο παιδός. L’aventure érotique remplace ici l’exploit héroïque, à partir du vif contraste suggestif entre τὸν ἄγριον et ἤρατο παιδός. L’épithète même qui qualifiait Héraclès, χαλκεοκάρδιος, ne semble plus appelée que pour marquer l’opposition, renforcée par la paronomase, avec l’épithète topique29 χαρίεις qui qualifie l’éromène Hylas. L’ensemble même des qualifications d’Hylas du vers 7, qui suggèrent de voir en lui un mignon féminisé30, contrebalance fortement la présentation initiale d’Héraclès et nous font quitter définitivement l’univers de l’épopée héroïque traditionnelle.

  • 31 L'étymologie a été notamment signalée par Mark A.J. Heerink, Echoing Hylas: Metapoetics in Hellenis (...)

21Signalons encore un fait important de cette ouverture narrative, lié à la dénomination. Héraclès au vers 5 n’est pas nommé par son nom, mais par une description définie qui permet aisément de le reconnaître ; le lion de Némée est identifié avec encore moins de précision au vers 6, car il est bien connu et déjà entré dans la légende. À cet anonymat partiel s’oppose la mention du nom d’Hylas au vers 7 : le passage au nom propre peut être compris comme l’effet du déplacement de l’intérêt du récit qui quitte le domaine héroïque pour l’univers érotique. Hylas n’a assurément pas la renommée d’Héraclès et n’a même été popularisé que par l’intérêt qui lui ont porté les poètes alexandrins et notamment Apollonios de Rhodes. Mais ce n’est pas tout : en se déplaçant du monde héroïque de la légende vers le gracieux Hylas, le récit indique en même temps qu’il change radicalement de « matière », de « sujet » conformément à l’étymologie de ce nom propre qu’il faut rattacher au terme ὕλη31. En se tournant vers l’amour, Héraclès s’intéresse à un nouveau sujet épique, en mettant de côté sa force héroïque qu’il a jusqu’ici réservée à l’accomplissement d’exploits physiques.

  • 32 A.S.F. Gow, Theocritus, Cambridge, 1952, p. 245 et R. Hunter, Theocritus. A Selection, Cambridge, 1 (...)

22Dans l’espace de cet epyllion, le poète nous propose d’envisager une autre matière épique et une autre vision d’Héraclès, soumis au sentiment amoureux : l’arc scythe et la massue qu’il porte encore (vers 56-57), vestiges de son rôle habituel, ne lui seront d’aucun secours dans cette nouvelle aventure. Il me semble d’ailleurs que le transfert d’Héraclès dans ce nouvel univers et dans cette nouvelle manière épique n’est pas considéré comme définitif par le poète : le dernier vers du poème, indiquant qu’Héraclès gagne la Colchide à pied pour rejoindre les Argonautes, replace Héraclès dans la lignée des exploits physiques et héroïques traditionnels ; le poète invente en cela une version inédite de la participation d’Héraclès à l’expédition des Argonautes, si l’on en croit le scholiaste32. Cette innovation dans le traitement du mythe me semble à mettre en rapport avec les préoccupations génériques du poète qui entend rendre le personnage d’Héraclès à son univers, après l’avoir détourné l’espace d’un poème pour assurer le renouvellement du récit épique. On peut dès lors penser que la quête d’Hylas dans laquelle se lance le héros peut aussi être lue comme une métaphore de la quête par le poète d’une nouvelle manière épique. L’échec d’Héraclès, qui s’agite vainement « dans d’impraticables épines » (vers 64) et « parcourt une vaste étendue de pays » (vers 65) en proie à son désir et à une véritable folie (vers 71) amoureuse, — cet échec signifie-t-il l’échec de l’epyllion ? Ce n’est pas certain : on voit qu’Hylas gagne son immortalité dans cette aventure (vers 72) ; le personnage d’Héraclès ne peut tout à fait échapper à son destin mythologique et se doit malgré tout d’accomplir des exploits de type héroïque pour gagner sa propre immortalité. L’epyllion ne serait donc pas une remise en cause de l’épopée traditionnelle, mais une simple fenêtre ouverte, une expérience particulière pour transformer momentanément ou partiellement l’épopée traditionnelle.

  • 33  L'adjectif ne connaît que deux autres emplois en 24, 4 (étudié ci-après) et en 2, 30. Il y a aussi (...)
  • 34 On songe aux pièces de joailleries décrites par Posidippe ou encore, pour rester dans l’epyllion, à (...)

23Pour en finir avec cette lecture générique beaucoup trop longue de cette idylle, je voudrais revenir une dernière fois sur l’épithète χαλκεοκάρδιος qui qualifie Héraclès au début du récit. Cet hapax a pour effet d’attirer l’attention du lecteur et l’on doit constater que dans l’économie du récit de cet epyllion, cette épithète entre en étroite relation avec un objet : le vase d’airain que porte Hylas pour aller puiser de l’eau (vers 39) : χάλκεον ἄγγος ἔχων. Le rapprochement semble d’autant moins déplacé que l’adjectif χάλκεος est peu fréquent dans les Idylles de Théocrite33. Ce rapprochement me semble avoir plusieurs conséquences intéressantes : l’épithète de type homérique qui qualifie Héraclès, qu’on avait d’abord placée du côté de l’héroïsme traditionnel, se trouve établir un lien étroit avec Hylas : le vase d’Hylas ne sert pas qu’à recueillir de l’eau (ce en quoi d’ailleurs il échoue), mais aussi les sentiments de notre Héraclès amoureux. Il est le réceptacle idéal de la nouveauté même de l’epyllion ; quant à Héraclès, s’il est χαλκεοκάρδιος, ce n’est peut-être pas tant pour être rattaché à l’épopée homérique, que pour être l’objet du travail particulier de l’epyllion : Héraclès devient ainsi un matériau susceptible d’être travaillé par un orfèvre ; on sait la richesse de cette image métapoétique dans la poésie hellénistique34 et l’on est en droit de se demander si l’on n’a pas ici une première trace d’un tel emploi. Le poète joue dans le cadre de l’epyllion avec Héraclès et ses sentiments, comme l’orfèvre qui cisèle les métaux précieux pour en faire jaillir de belles représentations sculptées.

24C’est en tout cas le même métal qu’on retrouve dans un autre objet qui me semble revêtir aussi une dimension métapoétique de transformation générique dans une autre idylle, sur laquelle je ne m’arrêterai que brièvement. Il s’agit bien entendu du bouclier dans lequel le même Héraclès est couché par sa mère au début de l’idylle 24 (vers 1-5) :

Ἡρακλέα δεκάμηνον ἐόντα ποχ᾿ ἁ Μιδεᾶτις
Ἀλκμήνα καὶ νυκτὶ νεώτερον Ἰφικλῆα,
ἀμφοτέρους λούσασα καὶ ἐμπλήσασα γάλακτος,
χαλκείαν κατέθηκεν ἐςἀσπίδα, τὰν Πτερελάου
Ἀμφιτρύων καλὸν ὅπλον ἀπεσκύλευσε πεσόντος.

Un jour, Héraclès, alors qu’il avait dix mois, et Iphiclès son cadet d’une nuit, furent baignés tous les deux et gorgés de lait par la midéenne Alcmène, puis déposés dans un bouclier d’airain, belle arme dont Amphitryon avait dépouillé Ptérélaos tombé au combat.

  • 35 On a le même effet dans l’ouverture de l’Europè de Moschos. Cf. H. White, Theocritus’Idyll XXIV. A (...)
  • 36 Voir J. Stern, « Theocritus’ Idyll 24 », AJPh 95, 1974, p. 348-361 ; K. Gutzwiller, Studies in the (...)
  • 37 On retrouvera un élément narratif qui vient confirmer cette atmosphère non héroïque plus loin dans (...)
  • 38 On note l’humour de cette précision, car justement le bouclier n’est plus ici une arme ; elle ne l (...)
  • 39 Cette précision sur la matière du bouclier-berceau montre qu’il ne s’agit pas d’abord ici d’un élém (...)

25On retrouve dans cette ouverture d’idylle, où le narrateur commence immédiatement son récit qu’il place dans le temps de la légende (ποκα35), sans prendre la peine de mettre en œuvre un pacte de généricité, certains éléments communs pour la construction de la généricité à ce qu’on a pu observer dans l’idylle 13. L’absence de pacte générique trouve peut-être son explication dans le fait que l’épisode est beaucoup moins « nouveau » et déstabilisant que l’aventure avec Hylas, dans la mesure où l’enfance d’Héraclès n’a pas été ignorée de la littérature, avec notamment les traitements que lui avait donnés Pindare, dont Théocrite ici se souvient très clairement36. Le récit reste inscrit dans la biographie canonique d’Héraclès et n’a besoin que d’être situé dans la chronologie du héros, ce que fait immédiatement le terme δεκάμηνον. Pour la constitution d’un epyllion, cette précision biographique est importante, car elle permet dans le même temps d’exclure momentanément Héraclès de la sphère héroïque ; c’est aussi ce que confirment ses activités : il est baigné et allaité par sa mère, à l’instar de son demi-frère Iphiclès. La mère ne fait pas de différence de traitement entre les deux enfants (cf. ἀμφοτέρους) : c’est une manière de ramener a priori le héros Héraclès, du fait de son âge tendre, à une plus simple humanité. D’une façon plus générale, c’est tout l’univers héroïque digne de l’épopée traditionnelle qui est ici mis à l’écart : l’exploit guerrier est rejeté dans le passé d’Amphitryon (vers 4-537) et n’est apparemment pas encore au programme pour Héraclès, ce bébé qui tête encore sa mère. On voit que l’epyllion semble s’ouvrir à nouveau comme une sorte de parenthèse non héroïque dans un domaine épique antérieur, comme une mise en retrait par rapport à la tradition épique. Ce déplacement se trouve matériellement concrétisé dans les premiers vers par le réemploi du bouclier pris comme dépouille à Ptérélaos : la belle arme (καλὸν ὅπλον38), sans doute précisément parce qu’elle est belle, est prise pour autre chose que ce qu’elle n’est ; elle est transformée en berceau, en dépit du caractère inadapté de la matière de l’objet, l’airain, assez peu adaptée à la douceur escomptée d’un berceau39. Mais elle n’est pas qu’un berceau : en étant ainsi « dénaturé » dans son emploi, ce boucler devient en même temps un objet de beauté, un signe de poésie, une marque de généricité de l’epyllion.

Conclusion

  • 40 Il faut bien rappeler que les Anciens ont considéré ces poèmes comme épiques, mais tout ce qui est (...)

26On voit donc par ces deux exemples pris dans le corpus de Théocrite que les poèmes ne se donnent pas explicitement comme des epyllia, mais qu’ils mettent volontiers en place, au moins dans l’ouverture du récit, des marques de leur généricité par transformation. Sans revendiquer leur appartenance à un genre qui, s’il existe, n’est qu’en cours d’élaboration, et tout en reconnaissant leur inscription dans la tradition épique, c’est à partir de cette tradition qu’il transforme, à laquelle ils apportent une variation, qu’ils expriment leur manière nouvelle d’envisager le récit épique40. Dans les exemples choisi, le nouveau récit épique apparaît comme une volonté d’ouverture de la forme épique traditionnelle, comme une parenthèse proposée dans la tradition épique pour une expérimentation d’ordre sans doute limité, mais néanmoins décisive.

Inizio paginaInizio pagina

Note

1 G. Most (« Neues zur Geschichte des Terminus ‘Epyllion’ », Philologus 126, 1982, p.153-156) a montré que le terme semble bien avoir été « inventé » par Fr. Aug. Wolf à propos du Bouclier d’Hésiode dans une édition de l’œuvre (datant au plus tard de 1824, date de la mort de Wolf), mais éditée de manière posthume par C. F. Ranke en 1840 à Leipzig. Il a été popularisé notamment par des études de Haupt (en 1855 De Catulii carmine XXIV) et Merkel (sur Ovide). À partir de ces études pionnières, le terme epyllion s’est imposé dans la critique et a été même élargi dans ses emplois. Dans les années 1870, l’usage se développe dans la philologie allemande : par exemple Fritzsche l’emploie à propos de l’Idylle 25 de Théocrite en 1881. Pour l'histoire de l'epyllion, voir encore Patricia F. Kirkwood, The Greek and Latin Epyllion (diss. J. Hopkins 1942) ; Vittorio d'Agostino, « Considerazioni sull'epillio e sull'idillio nel’età ellenistica » RSC 4, 1956, p. 34-40 ; Filippo M. Pontani, L'epillio greco, Florence 1973.

2 L’usage du terme gagne dans le même temps le reste de l’Europe. En 1876, on le trouve pour la première fois en Angleterre dans le commentaire d’Ellis à Catulle. En France c’est Auguste Couat qui l’emploie le premier dans son étude générale sur La Poésie Alexandrine Sous Les Trois Premiers Ptolémées (324-222 AV. J.C.), Paris, 1882. Puis Ph.-E. Legrand le reprend dans son Étude sur Théocrite, Paris, 1898.

3 Voir encore récemment l'état des lieux établi par M. Baumbach et S. Bär, « A short introduction to the ancient epyllion », dans M. Baumbach et S. Bär (dir.), Brill's Companion to Greek and Latin Epyllion and its Reception, Leyde-Boston, 2012, p. ix-xvi.

4 Aristophane, Acharniens 398 ; Paix 532 ; Grenouilles 942 ; Clément d’Alexandrie, Stromates 3, 3, 24 ; Athénée, Deipnosophistes 2, 65b. Sous sa forme transcrite, le terme epyllion a été aussi employé en latin, mais de manière encore plus limitée puisqu’il n’y a que deux occurrences connues chez Ausone : dans la préface du Griphe sur le nombre trois où le terme désigne les vers qui vont suivre ; et à la fin du Cento nuptialis où Ausone y désignerait des épigrammes érotiques (attribuées, faussement, à Platon). Dans les deux cas, il s’agit d’un sens dépréciatif.

5 Cf. Hesychius glose d’ailleurs le terme ἐπυλλίοις par στίχοις et la Souda glose l'expression ἐπύλλια ξυλλέγω par τὰ ἔπη ὑποκοριστικῶς.

6 Cf. le titre de l'ouvrage de M. M. Crump, The Epyllion from Theocritus to Ovid, Oxford, 1931. Mais l'epyllion va sans doute bien au-delà d'Ovide pendant l'époque impériale.

7 Parmi les détracteurs du genre, on doit compter notamment W. Allen, « The Epyllion : a Chapter in the History of Literary Criticism », TAPhA 71, 1940, p. 1-26 et « The Non-Existent Classical Epyllion », Studies in Philology 55, 1958, p. 515-518.

8 Un mot peut exister sans renvoyer à un référent réel et une réalité peut exister sans avoir (encore) de nom, notamment s'il s'agit d'une invention, d'une nouveauté. Cela est vrai particulièrement peut-être dans les domaines artistiques et littéraires. Pour l'Antiquité, on a pu fournir l'exemple parallèle du roman grec qui n'a pas de désignation dans la langue grecque comme tel.

9 On voit que, pour essayer de donner une sorte d'assise à l'existence hypothétique de la catégorie de l'epyllion, on n'hésite pas désormais à trouver des antécédents à l'epyllion hellénistique, dès l'époque archaïque : voir par exemple l'organisation du volume de Baumbach et Bär. Le terme a d'ailleurs été utilisé pour les Hymnes homériques ou le Bouclier pseudo-hésiodique. Cette perspective vise simplement en fait à mettre en place une classe antérieure de textes que les Alexandrins auraient pu constituer comme telle pour y trouver les critères qu'ils mettraient en œuvre à leur tour dans leurs propres compositions. Mais rien ne permet de savoir s'ils avaient effectivement constitué une telle classe : on voit ici l'effet pervers de la pensée du genre qui ne repose que sur le principe de la réduplication, alors que le principe de la transformation est également important, notamment pour l'apparition ou l'évolution des formes poétiques.

10 Cela vaut bien sûr pour tout genre constitué comme tel : le roman n'est pas défini au XVIIe siècle et au XXe siècle de la même manière.

11 J.-M. Schaeffer, « Du texte au genre. Notes sur la problématique générique », dans Théorie des genres, Paris, 1986, p. 188.

12 Il utilise sans doute le même critère qu’Aristophane de Byzance et Aristarque de Samothrace qu’il mentionne en 10. 1. 54, de sorte que l’on peut sans doute considérer que Quintilien nous livre ici une manière de voir la production épique qui était déjà celle d’un lectorat érudit des IIIe et IIe siècles avant J.-C. Voir P. Steinmetz : « Gattungen und Epochen der griechischen Literatur in der Sicht Quintillians », Hermes 92, 1964, p. 454-466.

13 Voir K. Gutzwiller, Studies in the Hellenistic Epyllion, Königstein/Ts., 1981, p. 3-4.

14 J.-M. Schaeffer, « Du texte au genre. Notes sur la problématique générique », dans Théorie des genres, Paris, 1986, p. 198.

15 J.-M. Schaeffer, « Du texte au genre. Notes sur la problématique générique », dans Théorie des genres, Paris, 1986, p. 200.

16 Il me semble qu’il faut d’ailleurs ici distinguer les premières apparitions du terme epyllion des emplois qui en sont fait ensuite plus largement.

17 C’est le titre du chapitre 3 de son étude, The Development of the Epyllion Genre through the Hellenistic and Roman Periods, Lewiston-Lampeter, 2001, p. 75-125.

18 G. Trimble, « Catullus 64 : The Perfect Epyllion ? », dans M. Baumbach et S. Bär (dir.), Brill’s Companion to Greek and Latin Epyllion and its reception, Leyde-Boston, 2012, p. 55-79.

19 Je renvoie pour l’inscription des deux idylles 13 et 24 ici étudiées dans le cadre de l'epyllion à K. Gutzwiller, Studies in the Hellenistic Epyllion, Königstein/Ts., 1981, p. 10-29 et à l'article de B. Acosta-Hughes, « Miniaturizing the huge : Hercules on a small scale (Theocritus Idylls 13 and 24) », dans M. Baumbach et S. Bär (dir.), Brill's Companion to Greek and Latin Epyllion and its reception, Leyde-Boston, 2012, p. 245-257.

20 Il est bien évident que lorsqu’il est ici question d’epyllion, cette qualification n’est pas le fait de l'auteur lui-même, mais de ma lecture qui recherche des marques de la généricité dans le texte.

21 Voir R. Hunter, Theocritus. A selection, Oxford, 1999, p. 265-266.

22 Cf. la définition de l’épopée de Théophraste (citée par K. Gutzwiller, 1981, p. 9) : ἔπος ἐστὶν περιοχὴ θείων τε καὶ ἡρωικῶν καὶ ἀνθρωπίνων πραγμάτων. Cette définition convient parfaitement aussi à l’epyllion.

23 Cf. D. J. Mastronarde, « Theocritus’ Idyll 13 : love and the hero », TAPhA, 99, 1968, p. 275 qui souligne que les aspects formels de cette ouverture renvoient le lecteur aux idylles pastorales, pour leur forme et leur sujet.

24 Cf. K. J. Dover, Theocritus. Select Poems, Londres, 1971, p. 181.

25 R. Hunter, Theocritus. A Selection, Cambridge, 1999, p. 266.

26 Voir cependant plus loin une approche complémentaire de cet hapax.

27 Il n’y a qu’une seule autre occurrence en Iliade XI, 480. Cf. A.S.F. Gow, Theocritus, Cambridge, 1952, p. 233.

28 Ce traitement temporel est à mettre en relation avec les derniers vers du poème où Héraclès redevient un héros épique traditionnel et regagne l'expédition des Argonautes à pieds (contrairement à ce qui se passe chez Apollonios de Rhodes) : au moment où Héraclès quitte le poème de Théocrite, il redevient donc un héros digne de l’épopée :
Ἡρακλέην δ᾿ ἥρεως ἐκερτόμεον λιποναύταν,
οὕνεκεν ἠρώησε τριακοντάζυγον Ἀργώ,
πεζᾷ δ᾿ ἐς Κόλχους τε καὶ ἄξενον ἵκετο Φᾶσιν.

29 R. Hunter, Theocritus. A Selection, Cambridge, 1999, p. 267.

30 A.S.F. Gow, Theocritus, Cambridge, 1952, p. 233 ; R. Hunter, Theocritus. A Selection, Cambridge, 1999, p. 268.

31 L'étymologie a été notamment signalée par Mark A.J. Heerink, Echoing Hylas: Metapoetics in Hellenistic and Roman Poetry. Diss. Leyde, 2010. Je n'ai pu accéder qu’à l'introduction et à la conclusion de cette étude ; il semble que l’auteur se concentre sur le personnage d’Hylas auquel il donne toute sa portée métapoétique. Sans remettre en cause cette perspective, je préfère ici me focaliser sur la figure d’Héraclès qui me semble plus propre, par sa continuité même de l’épopée traditionnelle à l’epyllion alexandrin, à assumer la dimension métapoétique de la variation générique qui m’intéresse ici.

32 A.S.F. Gow, Theocritus, Cambridge, 1952, p. 245 et R. Hunter, Theocritus. A Selection, Cambridge, 1999, p. 288.

33  L'adjectif ne connaît que deux autres emplois en 24, 4 (étudié ci-après) et en 2, 30. Il y a aussi deux occurrences dans les épigrammes. Le nom χαλκός n’est employé que deux fois en 17, 94 et 22, 203.

34 On songe aux pièces de joailleries décrites par Posidippe ou encore, pour rester dans l’epyllion, à la corbeille d’argent d’Europé dans le poème de Moschos. Voir à ce sujet, E. Prioux dans ce même volume.

35 On a le même effet dans l’ouverture de l’Europè de Moschos. Cf. H. White, Theocritus’Idyll XXIV. A commentary, Amsterdam, 1979, p. 7.

36 Voir J. Stern, « Theocritus’ Idyll 24 », AJPh 95, 1974, p. 348-361 ; K. Gutzwiller, Studies in the Hellenistic Epyllion, Königstein/Ts., 1981, p. 10-11 et C. Cusset, « L’enfance perdue d’Héraclès : l'image du héros au service de l’autre », BAGB, 1999, p. 191-210.

37 On retrouvera un élément narratif qui vient confirmer cette atmosphère non héroïque plus loin dans le récit : il s’agit de la réaction (tardive) d’Amphitryon qui ne fait qu’obéir à sa femme inquiète et doit revêtir ses armes qu’il a laissées au clou (vers 40-45). Lorsqu'il arrive dans la chambre des bambins, tout est déjà achevé.

38 On note l’humour de cette précision, car justement le bouclier n’est plus ici une arme ; elle ne l’est que dans le passé héroïque d’Amphitryon. Selon H. White, Theocritus’Idyll XXIV. A commentary, Amsterdam, 1979, p. 11, le choix de ce terme prosaïque serait délibéré, car déjà empreint d’humour hellénistique.

39 Cette précision sur la matière du bouclier-berceau montre qu’il ne s’agit pas d’abord ici d’un élément de réalisme, mais surtout d’un signe générique. Sur la critique du réalisme dans cette idylle, voir l’article de J. Stern (cité n. 36).

40 Il faut bien rappeler que les Anciens ont considéré ces poèmes comme épiques, mais tout ce qui est épique est transformé et c’est cette transformation qui est importante. On peut dire avec K. Gutzwiller, Studies in the Hellenistic Epyllion, Königstein/Ts., 1981, p. 5 que « the epyllion is epic which is not epic, epic which is at odds with epic, epic which is in contrast with grand epic and old epic values ».

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Christophe Cusset, « L’epyllion hellénistique : une forme poétique en quête d’elle-même. Recherches sur les données métapoétiques de l’epyllion », Aitia [Online], 6 | 2016, Messo online il 16 giugno 2016, consultato il 23 giugno 2017. URL : http://aitia.revues.org/1376 ; DOI : 10.4000/aitia.1376

Inizio pagina

Autore

Christophe Cusset

ENS de Lyon - UMR 5189 Hisoma

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© ENS Éditions

Inizio pagina