Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Le chant funèbre en l’honneur d’Adonis – un epyllion ?

The funeral song in honor of Adonis - an epyllion?
La canzone funebre in onore di Adone - un epillio?
Antje Kolde

Abstracts

The paper investigates the literary genre of the Bion’s Ἀδώνιδος ἐπιτάφιος, the Epitaph for Adonis. A brief discussion of the text and of the two analyses devoted to its genre shows that the poet self-consciously blends traits of different genres in order to play with the reader’s expectations. If the poem clearly develops the reflection on literary genres begun by Hellenistic writers of the first generation, one may wonder whether it asks the question of the subject matter of literature, if literature may still have a subject matter of its own.

Top of page

Full text

1The funeral song in honor of Adonis - an epyllion?

  • 1 Cf. Fantuzzi M., « Achilles at Scyros, and One of His Fans », dans Brill’s Companion to Greek and (...)

2L’Ἀδώνιδος ἐπιτάφιος, Le chant funèbre en l’honneur d’Adonis, a été transmis essentiellement par deux manuscrits, le Vaticanus graecus 1824 et le Parisinus graecus 2832. Ces deux manuscrits ont été copiés à Thessalonique au début du xive siècle, sans doute sous la supervision du philologue byzantin Démétrios Triclinios (1280-1340) qui a notamment donné l’édition la plus complète de Théocrite à l’époque paléologue. Comptant vingt-sept Idylles, le Vaticanus graecus 1824 et le Parisinus graecus 2832 contiennent encore sept autres poèmes : quatre textes longtemps attribués à Théocrite mais qu’aujourd’hui on ne considère plus comme étant de son calame – à savoir les poèmes 19, 20, 21 et 23 –, le premier poème de Moschos, un poème anacréontique sur la mort d’Adonis et l’Épithalame d’Achille et de Déidamie. Ce dernier poème est aujourd’hui considéré comme un epyllion1. Le chant funèbre en l’honneur d’Adonis pourrait-il aussi relever de ce genre ?

3Après un rapide aperçu du poème, on posera la question de savoir quel genre littéraire il illustre. Dans la partie intitulée « Jeu de cache-cache ? », on verra pourquoi la réponse à cette question n’est pas simple. La conclusion proposera deux explications possibles à ce constat.

Le texte

  • 2 Cf. Reed J. D. (éd.), Bion of Smyrna. The Fragments and the Adonis, Cambridge Classical Texts and C (...)

4Le texte de l’Ἀδώνιδος ἐπιτάφιος – le titre n’est certainement pas original2 – compte 98 hexamètres dactyliques et il est composé en un dialecte dorien tardif. Il peut être divisé en 6 parties.

51. vers 1-6 : annonce de la mort d’Adonis par un narrateur qui parle à la première personne du singulier et qui enjoint à Aphrodite de se réveiller, de se lamenter et d’annoncer à tous la triste nouvelle ;
2. vers 7-15 : description du cadavre d’Adonis, tué par un sanglier lors d’une chasse et gisant dans les montagnes ;
3. vers 16-39 : course d’Aphrodite à travers la montagne, à la recherche du cadavre de son amant ;
4. vers 40-67 : lamentation de la déesse sur le corps d’Adonis ;
5. vers 68-96 : description des funérailles et réaction de divers dieux ;
6. vers 97-98 : exhortation du narrateur adressée à Aphrodite de cesser ses pleurs pour aujourd’hui, puisqu’elle devra pleurer à nouveau une autre année.

6À de nombreuses reprises, le texte est entrecoupé de lamentations, qui constituent des quasi-refrains et sont prononcées le plus souvent soit par le narrateur, soit par des Erotes. La plupart d’entre elles déplorent la mort d’Adonis et se situent au début du texte (v. 1-2) et aux charnières des parties 1-2 (v. 5-6), 2-3 (v. 15), 3-4 (v. 37-38) et 4-5 (v. 67). On trouve encore deux lamentations dans la troisième partie, relative à la quête du cadavre par Aphrodite. La première se situe à peu près à la moitié, au vers 28, et elle plaint Aphrodite ; la seconde, quelques vers plus loin, vers 31 et 32, pleure d’abord sur Aphrodite, puis sur Adonis. La cinquième partie contient plusieurs lamentations : l’une d’elles, au vers 86, est prononcée par les Erotes, qui plaignent à nouveau Aphrodite ; les autres sont adressées à Adonis par les diverses divinités qui apparaissent aux vers 87-94.

7Selon les manuscrits, ce poème serait l’œuvre de Théocrite. Cela a été mis en doute par Joachim Camerarius : en 1530, il propose de l’attribuer à Bion, ce qui est depuis unanimement accepté. On en sait relativement peu au sujet de ce poète originaire de Smyrne. On situe son apogée entre le milieu du iie et le milieu du ier siècle avant J.‑C., plutôt au début de cette période.

8Ces vingt dernières années ont vu la publication de deux monographies importantes. La première, de Marco Fantuzzi, intitulée Bionis Smyrnaei “Adonidis Epitaphium” et parue en 1985 à Liverpool, traite uniquement du chant funèbre. La seconde, de J. D. Reed, intitulée Bion of Smyrna. The Fragments and the Adonis, parue en 1997 à Cambridge, est consacrée aux 17 fragments conservés et au chant funèbre. Ces deux études livrent un commentaire très riche.

À quel genre littéraire appartient l’Ἀδώνιδος ἐπιτάφιος ?

9Dans le cadre de leur monographie, les deux philologues se posent la question de savoir de quel genre littéraire relève l’Adonis.

  • 3 Fantuzzi M. (éd.), Bionis Smyrnaei “Adonidis Epitaphium”, ARCA 18, Liverpool, F. Cairns, 1985, p. 1 (...)

10M. Fantuzzi juge que le poème illustre un nouveau type de croisement de genres3. Selon lui, pour résumer grossièrement, ce mélange de genres serait dû au contexte culturel, marqué par la perte de références culturelles et le déclin de la production littéraire. Le moteur dominant de ce mélange est le zèlos à l’égard d’une part des hymnes 2, 5 et 6 de Callimaque, des hymnes associant le mime et la narration diégétique, et de l’autre de l’Idylle 15 de Théocrite, qui décrit justement la visite de deux femmes à la célébration des Adônia.

11Influencé tant par la vague atticisante que par le courant asianique d’où il tirerait sa propension pour le pathos, Bion aurait mêlé trois genres auxquels il aurait apporté diverses modifications.

12Le premier de ces genres est le thrènos, que Bion aurait modifié à trois points de vue :
– alors que le thrènos chante normalement un homme décédé, le mort que célèbre Bion est un demi-dieu ;
– alors que les personnages qui apparaissent dans le thrènos sont habituellement au nombre de deux, à savoir le narrateur et le mort, un personnage passif, Bion introduit un troisième personnage, Aphrodite, un personnage actif – cela lui permet du même coup d’insérer une intrigue, celle de la recherche du cadavre ;
– alors que le thrènos s’évertue à montrer que le décédé n’était pas si imparfait que cela, malgré sa nature humaine, Bion insiste sur la beauté parfaite d’Adonis.

13Le deuxième genre auquel Bion emprunte des caractéristiques serait le mime, auquel s’apparentent aussi les trois hymnes précités de Callimaque. Ici également, Bion change à deux reprises les données :
– alors que les mimes mettent en scène des hommes – à côté de tableaux où apparaissent les dieux, les hymnes de Callimaque en question décrivent les faits et gestes des célébrants lors de cérémonies en l’honneur d’Apollon, de Pallas et de Déméter –, le poème de Bion met en scène uniquement des dieux ;
– alors que les hymnes précités de Callimaque traitent de dieux qu’ils glorifient, Bion a choisi de célébrer un demi-dieu généralement dépeint comme un anti-héros – il est cependant à noter qu’il ne lui prête aucun trait allant dans ce sens.

14À l’appui de la thèse selon laquelle le mime constitue bien un des genres dont Bion emprunte les caractéristiques, M. Fantuzzi montre que la structure du poème rappelle celle d’une tragédie, un genre que le mime a peu à peu remplacé.

  • 4 M. Fantuzzi, ouvr. cit., p. 152-160.

15Le troisième genre dont M. Fantuzzi reconnaît des éléments constitutifs dans la pièce de Bion est celui des chants rituels en l’honneur d’un dieu de la végétation, les ludi sacri primitivi, illustré notamment par le chant de la cantatrice dans l’Idylle 15 de Théocrite. La différence majeure est que Bion omet la partie sur laquelle ces chants se terminent, à savoir la résurrection du dieu4.

  • 5 Cf. Souda, s.v. « Théocrite », θ 166, 10.
  • 6 Souda, s.v. « Théocrite », θ 166, 9 : les trois poètes sont qualifiés de Βουκολικῶν ἐπῶν ποιηταί, « (...)

16J. D. Reed, quant à lui, discute d’abord du classement traditionnel de Bion parmi les auteurs bucoliques. De fait, la Souda le nomme en troisième position dans la triade des auteurs bucoliques, après Théocrite et Moschos5, et elle qualifie ses poèmes de βουκολικά6. Selon J. D. Reed, la poésie bucolique aurait connu après Théocrite une évolution importante à la suite de laquelle l’adjectif ne se rapporterait plus qu’à des critères formels, à savoir l’utilisation de l’hexamètre dactylique et du dialecte dorien ; par là, il se distinguerait nettement de « pastoral », qui se référerait au contenu, à savoir la mise en scène de bouviers et l’évocation de la vie rustique.

  • 7 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 3-17.

17Pour J. D. Reed aussi, l’Adonis mélangerait les deux genres du mime et de l’hymne, comme les trois hymnes précités de Callimaque. Les changements que Bion aurait introduits par rapport à Callimaque seraient les suivants :
– alors que, chez Callimaque, le narrateur est un homme, il s’agirait chez Bion d’une femme, car les Adônia étaient célébrées uniquement par des femmes ;
– alors que, chez Callimaque, les injonctions du narrateur s’adressent aux autres célébrants, elles interpellent chez Bion une déesse, Aphrodite ;
– alors que les poèmes de Callimaque sont des hymnes, celui de Bion n’en est pas un, du fait de l’absence de bien des éléments constitutifs du genre, comme l’éloge du dieu ou la formulation d’une requête ;
– alors que les hymnes callimaquéens s’inscrivent dans la célébration du rituel, le poème de Bion reconstituerait l’événement originel dont le lecteur deviendrait le témoin. Pour cette reconstitution, Bion se baserait sur la cérémonie – comme le montrent les deux derniers vers – et il en livrerait à la fois une interprétation et une étiologie7.

  • 8 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 4 : emotive mythological vignette.
  • 9 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 23-24.
  • 10 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 23, n. 47 : miniature epics.

18D’après J. D. Reed, l’Adonis, qu’il qualifie de « vignette mythologique émouvante8 », se distingue par une narration très claire, ce qui est inhabituel dans la poésie hellénistique, si l’on songe à des auteurs comme Lycophron, mais l’apparente également à d’autres textes hellénistiques, à savoir l’Europe et la Mégare de Moschos9, que J. D. Reed appelle des « épopées en miniature10 ».

  • 11 M. Baumbach – S. Bär, ouvr. cit., p. ix-xvi.

19Et de l’épopée en miniature, il n’y a qu’un pas pour atteindre l’epyllion. Dans leur introduction au Brill’s Companion to Greek and Latin Epyllion and Its Reception, Manuel Baumbach et Silvio Bär font la liste des critères qui distinguent à leur sens le genre de l’epyllion, même si celui-ci n’a pas été défini dans l’Antiquité. Ces critères sont les suivants :
– l’utilisation de l’hexamètre dactylique ;
– la brièveté du texte ;
– la narration qui, formulée à la troisième personne, progresse chronologiquement d’une façon linéaire et ne poursuit pas un but programmatique11.

20L’Adonis remplit les deux premiers critères. Quant à celui touchant la narration, il est également respecté, à deux conditions près 
– si l’on considère uniquement les parties 2, 3, 4 et 5, et non les parties-cadres 1 et 6, et que l’on excepte les vers 68-77, dans lesquels le narrateur – ou la narratrice – s’adresse à Aphrodite ;
– si l’on interprète la succession des vers 7-14 et 16-62 différemment de J. D. Reed. De fait, d’après lui, les vers 7-14 décrivent brièvement la scène dans son ensemble – la situation d’Adonis, l’angoisse d’Aphrodite et le baiser perdu – tandis que les vers 16-62 en donnent les détails ; à mon sens cependant, on peut comprendre ces deux blocs comme décrivant deux scènes successives, d’abord l’événement lui-même, puis la réaction de la déesse.

  • 12 Bion, Adonis, 97 : λῆγε γόων Κυθέρεια τὸ σάμερον, ἴσχεο κομμῶν, « Cesse tes lamentations pour aujou (...)
  • 13 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 251.
  • 14 Bion, Adonis, 1-2 : Αἰάζω τὸν Ἄδωνιν, « ἀπώλετο καλὸς Ἄδωνις » / « ὤλετο καλὸς Ἄδωνις », ἐπαιάζουσι (...)
  • 15 Par ex., v. 31 et 32, les deux plaintes – la première pour Aphrodite, la seconde pour Adonis – tout (...)

21Au respect des critères de l’epyllion s’ajoutent des parallèles stylistiques avec l’épopée, la grande sœur de l’epyllion, tels que le recours à la Ringkomposition, au chiasme et à l’ekphrasis. Ainsi, une Ringkomposition s’établit entre le début et la fin du poème : le narrateur exhorte Aphrodite à cesser ses lamentations, comme il l’a exhortée aux vers 3-5 à les entonner12. De plus apparaissent dans le dernier vers toutes les consonnes présentes au vers 1, avec l’addition du seul r, parfois en combinaison avec les mêmes voyelles13. Par ailleurs, le poème en son entier est construit en chiasmes : au vers 3, le narrateur exhorte la déesse à quitter son palais pour se rendre dans le monde sauvage ; au vers 68, il l’exhorte à retourner dans son palais ; ce chiasme, très ample, est préfiguré par le chiasme des vers 1-214. D’autres chiasmes se trouvent encore tout au long du poème15. Finalement, la description d’Adonis mort (v. 7-12) ou d’Aphrodite errant à travers la montagne (v. 19-27) s’apparente à l’ekphrasis.

« Jeu de cache-cache »

  • 16 Cf. les vers 18-19, qui évoquent les plaintes des chiens d’Adonis et des nymphes Oréades ; les vers (...)
  • 17 Théocrite, Idylle 1, 138-140 : τὸν δ᾽ Ἀφροδίτα / ἤθελ᾽ ἀνορθῶσαι· τά γε μὰν λίνα πάντα λελοίπει / ἐ (...)

22Hymne mimétique, thrènos, ludi sacri primitivi, épopée enfin, ou plutôt epyllion – n’invoque-t‑on pas là trop de genres pour essayer de cerner celui – ou ceux – qu’illustre notre poème ? Trop de genres ne rendent-ils pas cet exercice caduque ? Non, car les critères qui distinguent les uns et les autres, précis, sont chaque fois remplis. On peut plutôt avoir une autre impression : celle que le poète joue avec les attentes générées par l’utilisation de ces différents critères. Ainsi, le recours au quasi-refrain pourrait faire croire au lecteur qu’il a affaire à un hymne – il n’en est rien. De même, l’utilisation de l’hexamètre dactylique et du dialecte dorien pourrait éveiller l’attente de se trouver face à une pièce bucolique – il n’en est rien, hormis la participation du monde animal, végétal et minéral à la douleur de la déesse16. De même aussi, le chant en l’honneur d’un demi-dieu mort se clôt habituellement avec sa résurrection – et cela laisse présager celle d’Adonis ; or, le poème de Bion ne l’évoque pas. Des liens intertextuels génèrent également des attentes, vite déçues. Ainsi, qui ne penserait pas, à l’évocation de la mort d’Adonis et de la douleur d’Aphrodite, à l’Idylle 15 de Théocrite ? Mais ce parallèle est trompeur en ce que, dans ce dernier texte, le chant de la cantatrice, qui évoque les divers moments de la cérémonie, se clôt justement sur la résurrection d’Adonis. Ce parallèle attire cependant l’attention du lecteur sur Théocrite comme hypotexte. Et c’est bien chez lui que l’on trouve un parallèle très intéressant, celui de la plainte sur la mort de Daphnis, dans la première Idylle. Ainsi, les vers 94 et 95 de l’Adonis sont très proches des vers 138-140 de l’Idylle 1 de Théocrite17. Les deux poèmes partagent également nombre de motifs, tels que la lamentation de la nature et le cortège des dieux en deuil, outre le fait que les deux chants sont exclusivement des chants de deuil.

Conclusion

23On peut par conséquent se demander si l’allusion formelle à tant de genres ne recouvre pas chez Bion une réflexion sur ce qu’est un genre, sur les limites qui définissent un genre, une réflexion typiquement hellénistique.

  • 18 Photius, Bibliothèque 319 b 33 ; M. Fantuzzi, ouvr. cit., p. 154.
  • 19 Notamment μέλας , v. 25 : Aphrodite ; v. 9 : Adonis ; χιόνεος , v. 27 : Aphrodite ; v. 10 : Adonis.
  • 20 V. 30 : Cypris – Adonis ; v. 31 : Adonis – Cypris ; // v. 32 : Adonis – v. 33 : Aphrodite – v. 34 : (...)
  • 21 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 57.
  • 22 V. 10 : ὑπ᾽ ὀφρύσι δ᾽ ὄμματα ναρκῇ, « sous ses sourcils, ses yeux s’engourdissent ».
  • 23 V. 14 : ἀλλ᾽ οὐκ οἶδεν Ἄδωνις ὅ νιν θνᾴσκοντα φίλησεν, « mais Adonis ne sait pas, qu’elle (= Aphrod (...)
  • 24 V. 95 : ὃ δέ σφισιν οὐκ ἐπακούει, « mais il ne les (= les Moires) écoute pas ».

24Bion reprendrait-il donc la réflexion entamée un bon siècle plus tôt par ses prédécesseurs tels que Théocrite, Callimaque ou Apollonios de Rhodes ? Il me paraît même aller un peu plus loin, en ce que le jeu sur les limites me semble côtoyer un jeu sur les apparences : des éléments caractéristiques de genres génèrent d’habitude l’attente de se trouver en présence du genre en question – attente ici bientôt déçue. La présence d’un jeu sur les apparences des genres me semble corroborée par le fait que, dans le poème aussi, les apparences sont trompeuses, les données mélangées. Ainsi, la distinction entre homme et dieu est abolie : d’un côté, par le fait que le poème, sous les apparences d’un thrènos, chante un demi-dieu – or, jusqu’à Proclos18, la réflexion littéraire grecque distingue les textes qui s’adressent à des dieux et ceux qui s’adressent à des hommes ; de l’autre, par l’utilisation d’un certain nombre de substantifs et d’adjectifs identiques19 pour Aphrodite et pour Adonis, ce qui les assimile l’un à l’autre. Les limites entre eux s’estompent entièrement dans les vers 25-27a, où les traces physiques de leurs blessures les rendent semblables. La nature aussi les assimile dans ses plaintes : le va-et-vient entre eux est particulièrement bien mis en évidence par les chiasmes des deux noms propres qui s’enchaînent dans les vers 30-3420. Au niveau des sens également, on peut avoir l’impression que les apparences habituelles sont déjouées : alors qu’un vivant sait distinguer entre les différents sens, il y a mélange21 : on voit la chair blanche et le sang noir, on entend les cris aigus ; et alors que, pour les morts, il n’y a plus de distinction entre les sens, Adonis les perd l’un après l’autre : d’abord la vue22, puis le toucher23, et finalement aussi l’ouïe24.

25Il me semble donc que Bion continue la réflexion entamée par ses prédécesseurs sur les limites en la poursuivant au niveau des apparences, à l’aide d’un poème qui a certes des apparences de divers genres, sans toutefois appartenir réellement à l’un d’eux, un poème qui les métamorphose et les reflète, en en constituant comme un écho – tout comme les plaintes des Erotes sont l’écho de celles du narrateur :

Αἰάζω τὸν Ἄδωνιν, « ἀπώλετο καλὸς Ἄδωνις » / « ὤλετο καλὸς Ἄδωνις », ἐπαιάζουσιν Ἔρωτες
Je pleure Adonis, « le bel Adonis est mort ». / « Mort, le bel Adonis », pleurent les Érotes.

26Et si la quête du cadavre d’Adonis était une quête métapoétique, à l’instar de la quête d’Hylas (autrement dit de la « matière ») par Héraclès dans l’Idylle 13 de Théocrite ? En d’autres termes, si ce chant de deuil, n’étant plus qu’un écho des divers genres qui ont constitué la littérature grecque, était un chant funèbre sur cette même littérature ?

Top of pageTop of page

Notes

1 Cf. Fantuzzi M., « Achilles at Scyros, and One of His Fans », dans Brill’s Companion to Greek and Latin Epyllion and Its Reception, M. Baumbach – S. Bär (éd.), Leyde – Boston, Brill, p. 283-305.

2 Cf. Reed J. D. (éd.), Bion of Smyrna. The Fragments and the Adonis, Cambridge Classical Texts and Commentaries 33, Cambridge, CUP, 1997, p. 194.

3 Fantuzzi M. (éd.), Bionis Smyrnaei “Adonidis Epitaphium”, ARCA 18, Liverpool, F. Cairns, 1985, p. 152 : un nuovo tipo di Kreuzung der Gattungen.

4 M. Fantuzzi, ouvr. cit., p. 152-160.

5 Cf. Souda, s.v. « Théocrite », θ 166, 10.

6 Souda, s.v. « Théocrite », θ 166, 9 : les trois poètes sont qualifiés de Βουκολικῶν ἐπῶν ποιηταί, « poètes de vers bucoliques ».

7 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 3-17.

8 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 4 : emotive mythological vignette.

9 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 23-24.

10 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 23, n. 47 : miniature epics.

11 M. Baumbach – S. Bär, ouvr. cit., p. ix-xvi.

12 Bion, Adonis, 97 : λῆγε γόων Κυθέρεια τὸ σάμερον, ἴσχεο κομμῶν, « Cesse tes lamentations pour aujourd’hui, Kythérée, renonce à tes plaintes » ; v. 3-5 : μηκέτι πορφυρέοις ἐνὶ φάρεσι Κύπρι κάθευδε· / ἔγρεο, δειλαία, κυανόστολα καὶ πλατάγησον / στήθεα καὶ λέγε πᾶσιν, « ἀπώλετο καλὸς Ἄδωνις », « Ne dors plus sur ta couche de pourpre, Kypris ; réveille-toi, malheureuse, et, habillée de sombre, frappe-toi la poitrine et dis à tous : “Le bel Adonis est mort.” »

13 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 251.

14 Bion, Adonis, 1-2 : Αἰάζω τὸν Ἄδωνιν, « ἀπώλετο καλὸς Ἄδωνις » / « ὤλετο καλὸς Ἄδωνις », ἐπαιάζουσιν Ἔρωτες, « Je pleure Adonis, “Le bel Adonis est mort.” / “Mort, le bel Adonis”, pleurent les Erotes ».

15 Par ex., v. 31 et 32, les deux plaintes – la première pour Aphrodite, la seconde pour Adonis – toutes deux en fin de vers, sont construites en chiasme : Τὰν Κύπριν αἰαῖ, « Kypris, hélas ! » et Αἳ τὸν Ἄδωνιν, « Hélas, Adonis ! »

16 Cf. les vers 18-19, qui évoquent les plaintes des chiens d’Adonis et des nymphes Oréades ; les vers 32-36, où les arbres, les fleuves, les sources, l’île de Cythère toute entière pleurent.

17 Théocrite, Idylle 1, 138-140 : τὸν δ᾽ Ἀφροδίτα / ἤθελ᾽ ἀνορθῶσαι· τά γε μὰν λίνα πάντα λελοίπει / ἐκ Μοιρᾶν, χὡ Δάφνις ἔβα ῥόον, « Aphrodite voulut le (= Adonis) relever ; le fil qui vient des Moires manqua ; Daphnis entra dans le fleuve ».

18 Photius, Bibliothèque 319 b 33 ; M. Fantuzzi, ouvr. cit., p. 154.

19 Notamment μέλας , v. 25 : Aphrodite ; v. 9 : Adonis ; χιόνεος , v. 27 : Aphrodite ; v. 10 : Adonis.

20 V. 30 : Cypris – Adonis ; v. 31 : Adonis – Cypris ; // v. 32 : Adonis – v. 33 : Aphrodite – v. 34 : Adonis.

21 J. D. Reed, ouvr. cit., p. 57.

22 V. 10 : ὑπ᾽ ὀφρύσι δ᾽ ὄμματα ναρκῇ, « sous ses sourcils, ses yeux s’engourdissent ».

23 V. 14 : ἀλλ᾽ οὐκ οἶδεν Ἄδωνις ὅ νιν θνᾴσκοντα φίλησεν, « mais Adonis ne sait pas, qu’elle (= Aphrodite) lui donnera un baiser, lorsqu’il serait mort ».

24 V. 95 : ὃ δέ σφισιν οὐκ ἐπακούει, « mais il ne les (= les Moires) écoute pas ».

Top of page

References

Electronic reference

Antje Kolde, « Le chant funèbre en l’honneur d’Adonis – un epyllion ? », Aitia [Online], 6 | 2016, Online since 22 June 2016, connection on 25 May 2017. URL : http://aitia.revues.org/1504 ; DOI : 10.4000/aitia.1504

Top of page

About the author

Antje Kolde

Universités de Genève et Lausanne

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page