Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Euphorion et l´Hécalé de Callimaque : Mythèmes et structure narrative d´un epyllion fragmentaire (« res Atticae ») (I)

Euforio e l’Ecale di Callimaco: mitemi e struttura narrativa di un’ epillio frammentario
Euphorio and Callimachus’ Hecale: mythemes and narrative structure of a fragmentary epyllion (« res Atticae ») (I)
Josep Antoni Clua Serena

Résumés

Dans cet article nous envisageons des points de rencontre possibles entre l´Hécalé de Callimaque et les « res Atticae » d’Euphorion (dans ses poèmes les Arai ou la Mopsopie), et comment le poète de Chalcis se réapproprie un intérêt pour l’Attique de Callimaque dans son poème fragmentaire Hécalé. Mais nous montrons aussi comment Euphorion, pour la construction de son poème, a utilisé des mots comme κελέβη, parmi d’autres, qui sont cités aussi par Callimaque dans son epyllion.

Haut de page

Dédicace

À Michel Choniatès

Texte intégral

  • 1 Cf. J. A. Clúa, Estud’poesía de Euforión de Calcis. Cáceres, 2005, UNEX. On peut voir aussi, E. Mag (...)
  • 2 Cf. J. A. Clúa, « El riu assiri i el póntos en l' Himne II de Cal.límac », Actes de l’Homenatge a J (...)
  • 3 Cf. F. Klein, dans le congrès Vox Poetae. Manifestations auctoriales dans l’épopée gréco-latine, 13 (...)

1Lorsque nous cherchons à étudier l’epyllion grec, nous pouvons nous référer à l’Hécalé de Callimaque pour établir une comparaison avec d´autres epyllia, comme ceux d´Euphorion de Chalcis1. Nous pouvons aussi étudier « sensu stricto » l´epyllion chez le poète de Chalcis (« Euphorion’s concept of epyllion »), ou le confronter au fleuve Assyrien et au póntos de Callimaque dans l'Hymne II2. Mais l’éventail des influences de Callimaque est énorme et c’est pourquoi on pourrait aussi, parmi d’autres thématiques, se référer plus spécifiquement à l’« en aeisma dienekès » et au genre épique ainsi qu’à leurs échos alexandrins chez Callimaque ou Euphorion, mais c’est un sujet déjà bien étudié3. Il faut donc poursuivre l’étude d’un problème de « fontes » qui m’a préoccupé pendant de nombreuses années et qui peut donner lieu à quelques autres recherches. Il s’agit d’étudier les influences littéraires de l’Hécalé de Callimaque sur Euphorion, à savoir concrètement les res Atticae ou réalités de l’Attique, dans les Arai et la Mopsopie (ou le Dionysos), en envisageant les mythèmes et les structures narratives typiquement hellénistiques ou alexandrines, tout en ayant conscience qu’une certaine approximation existe dans un travail consacré à deux auteurs d’epyllia fragmentaires.

  • 4 Cf. A. S. Hollis, Callimachus : Hecale, Oxford, 2009, Clarendon Press (1990 1re édition), p. 25.

2Il ne faut pas non plus oublier l’absence de ce terme même d’epyllion chez les critiques antiques et ne pas négliger, par exemple, que Catulle (c. 64) et la Ciris du Pseudo-Virgile (avec ses 541 hexamètres) sont les paradeigmata à travers lesquels les Romains ont vu cette forme littéraire. Mais l’influence de l’Hécalé fut, comme celle des Arai, tout à fait extraordinaire chez les poètes néotériques romains : d’autres poèmes comme l’Io de Licinius Calvus ou la Smyrna d’Helvius Cinna sont des prolongements de ce même motif. Comme nous le rappelle A. S. Hollis4 dans l’introduction à son édition, « Roman poets who composed such works as Catul. 64 or the pseudo-Virgilian Ciris — not to mention lost poems like Cinna’s Zmyrna or Calvus’ Io — must surely have believed that they were using a recognizable form inherited from the Greeks; and the traces of Callimachus’ Hecale which may be found in both these works, as well as in several episodes of Ovid’s Metamorphoses, suggest that our poem was given an honoured place in the evolution of the genre. When Parthenius collected myths for his friend Cornelius Gallus to use εἰς ἔπη καὶ ἐλεγείας (Narr. Amat. Praef.), he surely envisaged Gallus treating them in what we call “epyllia” rather than in full-blown epics ».

  • 5 Cf. A. S. Hollis, ibidem, p. 28.

3Comment rendre compte de la reprise, chez Euphorion, d’épisodes mythologiques rares qui furent déjà traités par Callimaque dans son Hécalé ? Pouvons-nous préciser les influences subies et l’identité poétique d’un auteur comme Euphorion dont nous ne conservons le plus souvent que des lambeaux de vers, avec un chef d’école comme Callimaque ? Je prends comme point de départ une constatation : les Arai d’Euphorion, ou plutôt les mythes des Arai font allusion de façon continue à Athènes (« res Atticae »). Cela est corroboré, d’une part, par les mythèmes relatifs à cette ville (ainsi que par les sites antiques de l’Attique et les dèmes attiques), et d’autre part, par l’adaptation linguistique de termes employés dans l’Hécalé de Callimaque, œuvre qui, à son tour, trouve sa source littéraire dans la chronique de l’histoire de l’Attique, peut-être dans l’Atthis de Philochore, sur laquelle Plutarque s’appuie dans sa Vie de Thésée (14). Comme nous le savons, Philochore d’Athènes (fin du IVe siècle av. J.-C., début du IIIe siècle av. J.-C.) est le plus célèbre des atthidographes, et il ne faut pas oublier que Philochore a composé un ouvrage sur le calendrier athénien qui est perdu. Mais on peut se demander (c’est une question encore sans réponse) comme le fait A. S. Hollis5 : « Was it Callimachus himself or Euphorion who modified the Atthidographer´s version? ».

  • 6 Pour les commentaires suivants sur l’Hécalé, j’ai pris en compte l’édition d’A. Trypanis (Loeb Clas (...)
  • 7 Cf. A. S. Hollis, op.cit., p. 26-35 et l’« appendix III : The Hospitality Theme ».

4Si le thème principal de l’influence de l’Hécalé6, comme nous dit A. Hollis, est celui-ci de « l’hospitalité7 », les fontes d’Euphorion procédant de l’Hécalé, selon cet éditeur, sont les suivantes : fr. 9 Powell (= fr. 9 Cusset & Acosta Hughes = 9 Clua = 11 Ligthfoot) et SH 415 col. ii. 16-17 : 90 ; 418. 12 : 76 ; 418. 14-15 : 86 ; 430. 31-2 : 175 ; 443. 8-9 : 113. 2-3.

5Par ailleurs, l’esprit de controverse de l’Hécalé nous rappelle le caractère imprécatoire des Arai ou du Thrace d´Euphorion et a été, sans aucun doute, la raison pour laquelle Euphorion a tenu compte du poème de Callimaque, le plus célèbre du poète de Cyrène avec les Aitia. Nous savons aussi que l’Hécalé a eu une grande influence sur des écrivains comme Apollonios de Rhodes et Nonnos de Panopolis, ou encore sur Lucrèce et Apulée et d’autres poètes latins que j´ai cités plus haut. Nous avons un vaste matériel, en définitive, non négligeable pour une « Quellensforschung » qui jusqu’à présent a été assez largement négligée mais qui aide réellement à démontrer certains liens de dépendance de la poésie d’Euphorion à l'égard de celle de Callimaque.

  • 8 Cf. A. S. Hollis, op.cit., p. 336-340 (appendix II : « The length of the Hecale »).
  • 9 Cf. la « reviewed notice » de l’édition d´A. S. Hollis cité à la note 4, de J. Clauss.

6Comme on l’a dit et répété, le scholiaste de l’Hymne II, 106 de Callimaque signale : ἐγκαλεῖ διὰ τούτων τοὺς σκώπτοντας αὺτὸν μὴ δύνασθαι ποιῆσαι μέγα ποίημα, ὅθεν ἠναγκάσθη ποιήσαι τὴν Ἑκάλην... (« Dans ces vers il s’attaque à ceux qui l’ont bafoué en le disant ne pas être capable d’écrire un poème long, et c’est pourquoi il a été contraint de composer l’Hécalé »). Sur la question de la longueur du poème, A. S. Hollis nous a fourni des pages exhaustives8. En même temps, J. Clauss9 ajoute les mots suivants sur ce point et sur l’ « Attic geography » qui nous semblent apporter une lumière sur la question centrale qui nous occupe :

« From the scholiast’s note on H. 2.106 (that Callimachus wrote the Hecale in response to his critics’ claim that he could not write a sustained narrative) Hollis deduces — without going very far out on the limb — that the Hecale was "written at a time (? the 270s BC) when his literary principles and practice had already been established by published work, and had become well enough known to attract opposition" (p. 3). Moreover, he suggests that these negative comments might have been occasioned by the first edition of the Aetia. If so, the Hecale would have been "both a response to criticism and a positive manifesto, showing how a smart modern poet should handle traditional epic subject-matter (one of the Labors of Theseus) in the traditional epic meter" (pp. 3-4). All quite reasonable. Hollis neatly sums up Callimachus’ use of earlier and contemporary material and the style and language of his verse: "The Hecale seems to have encompassed a variety of tone as wide as the range of literary genres ... from which Callimachus drew" (p. 26). He provides brief discussions of the various elements which went into the composition of the poem (the literary background, Attic geography, traditions, cult, vocabulary, recondite learning, and verbal experimentation) with informative examples ».

7Les éléments qui nous étonnent chez Euphorion sont (cf. fr. 9 Cusset-Acosta-Hughes = 9 Clua = 11 Lightfoot) les allusions aux travaux de Thésée – épisode de la mort de Scyron –, les allusions à Hersé (et sa sœur) et l’épisode de la ἱερὰ κίστη Ἀθηναίης, qui apparaît dans l’Hécalé. En effet, nous constatons que le fragment 238, 11 s. Pfeiffer (= 17 Hollis = 19 Montes Cala = SH 281) et le fragment 260, 20 Pf. (= 70 Hollis = 65 Montes Cala = SH 288) comportent un récit évoquant Érichthonios et les filles de Cécrops, et également qu’au début du poème, la conversation entre Hécalé et Thésée donne l'occasion à Callimaque d’introduire un certain nombre de récits sur la naissance, l’enfance et les exploits de Thésée avec l’épisode de Scyron, entre autres (cf. fr. 245 Pf. = 34 Hollis = 53 Montes Cala, discuté en CR, 79 [1965], 259-60). Il est donc plausible de supposer une imitation thématique de la part d’Euphorion.

  • 10 Cf. L. A. De Cuenca, Euforión de Calcis. Fragmentos y epigramas, Madrid 1976, p. 45.

8Par ailleurs, il est intéressant de remarquer que l’autre fragment d'un seul vers des Arai (fr. 8 Cusset & Acosta-Hughes = 8 Clua = 8 Lightfoot) contient un vocable, κελέβην, qui apparaît également dans l’Hécalé (fr. 246 Pf.) et dans quelques autres textes. En ce qui concerne les parallèles lexicaux avec Callimaque, nous pouvons signaler par exemple : le fragment 9 = 7 πόδεσσιν avec le fragment 245, 2 Pf. (= 34 Hollis = 53 Montes Cala), avec le terme χύτλα = eaux et l’expression ποσὶ  πόδεσσιν (Euph.) ou même le v. 11 avec le fragment 527 Pf. (= 177 inc. sed. Hollis, etc.10).

  • 11 Cf. L. A. De Cuenca, op.cit., p. 44.

9La source lexicale principale des Arai d’Euphorion – malgré d’autres relations avec Homère, Apollonios de Rhodes ou Nonnos – est probablement l’Hécalé de Callimaque. Et cette imitation d’Euphorion, par une coïncidence amusante, se montre évidemment très appropriée dans les deux fragments 8 et 9 Cusset & Acosta-Hughes (= 8 et 9 Clua = 8 et 9 Lightfoot). Il ne suffit pas de justifier ces échos en affirmant seulement que « [Euphorion] était un auteur livresque qui éprouvait peut-être une sainte horreur du vide lorsqu’il ne reprenait pas des formules linguistiques déjà estampillées dans la littérature antérieure ou même contemporaine11 ».

  • 12 Cf. L. A. De Cuenca, op.cit., 45 et J. A. Clúa, « Les Araí de Euforión de Calcis », Ítaca IV 1988, (...)

10Ce que l’on remarque à propos d’Hersé et Scyron dans les Arai d’Euphorion semble prendre son origine dans l’Hécalé de Callimaque, selon l’opinion de L.A. De Cuenca12, éditeur d’Euphorion. Cependant, ce motif avait été traité avant Callimaque, dans la poésie de Philétas, le grand poète « doctus », précepteur de Ptolomée II. Et cette controverse autour d’Hersé et Scyron a connu une continuation après la mort du poète de Cyrène, d’après ce que les épigrammes d’époque tardive nous laissent soupçonner avec quelque fondement.

11Il y a d’autres parallélismes intertextuels entre les deux epyllia, car nous observons d’une part ces cas lexicaux typiques mais aussi des données argumentatives (ou mythèmes d´argumentation), et d’autre part, le caractère polémique et étiologique des deux poèmes (Hécalé et les Arai), l’utilisation de l’hexamètre, l’apparition d’épisodes marginaux et la coïncidence de versions connues (pour certains mythes). Toutefois, cette coïncidence est fausse parfois : quand nous lisons, par exemple, dans le fragment 245 Pfeiffer (= 60 Hollis = 53 Montes Cala), qu’Hécalé dit comment Thésée se lave les pieds dans une κελέβη, je pense qu’il s’agit d’une bassine (« a washing bowl », en anglais), comme dans le cas apparemment « semblable » des Arai (fr. 8 Acosta-Hughes – Cusset = 8 Clua = 8 Lightfoot), et c’est Hesychius, à propos de cette scène, qui dit que κελέβη correspond plutôt au ποιμενικὸν ἀγγεῖον. Comme tout lecteur d’Euphorion le sait, le mot κελέβη a ailleurs le sens de « coupe » chez le poète de Chalcis.

12Sur ce mot κελέβη à l’accusatif, assez rare, on lit dans l’édition de Cusset & Acosta-Hughes (p. 34, note 8) :

  • 13 Chez Euphorion.

« Le terme κελέβη est hérité d’Anacréon chez qui il se rencontre trois fois, pour désigner la coupe dont le vin est versé pour être bu, après qu’il y a été mélangé à l’eau (fr. 356a2 ; 383, 2 ; 409 P.). Les Alexandrins ont à leur tour utilisé ce substantif rare et érudit : chez Théocrite, Simaïtha l’utilise dans ses activités de magicienne et l’on peut supposer que l’objet y sert aussi à faire un mélange (Idylle 2,2) ; chez Callimaque, la κελέβη semble être le récipient d’où Hécalé puise l’eau pour la verser dans le bassin où Thésée se lavera les pieds. [...] Mais comme le note van Groningen (1977, p. 30, n. 2), de la scène de l’Hécalé, il ne ressort pas que la κελέβη soit le bassin dans lequel sont lavés les pieds de Thésée, mais bien plutôt la coupe d’où l’eau est puisée. Sans doute la définition d’Hesychius est-elle plus exacte : [...] « forme de coupe pour liquide chaud : vase de berger ». Athénée (Deipnosophistes, XI, 475c-f) débat du sens et de l’étymologie du mot, citant Anacréon et Théocrite : l’on y retrouve le sens de « coupe à boire », l’idée d’une coupe pour liquide chaud utilisée par les bergers et celle d’un récipient accueillant des mélanges. Il semble que par cet emploi d´un mot rare, le vol de la coupe retrouve13 quelque hauteur de ton : le larcin futile dont il est question ne saurait rivaliser avec son antécédent homérique dont Euphorion a ici conservé le souvenir, si ce n’est pas le prestige lexical de l’emploi d’un mot recherché. Euphorion utilise à nouveau le terme au fr. 175 ».

13Voici le fragment de l’Hécalé mentionné par Montes Cala (fr. 33 = 24 Hollis = 246 Pf.) :

ἐκ δ῾ἔχεεν κελέβην, μετὰ δ´αὖ κέρας ἡφύσατ´ἄλλο

Sud. (s.v. κελέβη): « ἐκ-ἄλλο ». Sud. (s.v. κέρας): « μετὰ-ἄλλο ».

κελέβη ed. Pr.: κελεύη codd.: κελέβην Lobeck, Meineke.

Et elle versa le contenu de la coupe … (trad. Cusset & Acosta-Hughes, p. 34)

14Il est donc clair qu’il s´agit d’un mot rare et utilisé par Callimaque (fr. 246 Pf. = 34 Hollis = 33 Montes Cala), Théocrite (II, 2) et Euphorion. Mais chez le poète de Chalcis, il s’agit d’un mot qui nous rappelle que ce possible « vol » de la coupe retrouve quelque « hauteur de ton ».

15Dans Euphorion, nous trouvons une autre allusion à τοὺς κλέπτας (aux voleurs) : on peut établir quelques similitudes avec le titre du poème Les Malédictions ou le voleur de la coupe (Ἀραί ἤ Ποτηριοκλέπτης), des malédictions (araí) adressées à un possible ennemi (ποτηριοκλέπτης), par Euphorion lui-même (voyez le μευ du fr. 8 de Cuenca = 10 van Groningen = 8 Clua = 8 Acosta-Hughes & Cusset), de nouveau avec un aition dérisoire, le vol ou la soustraction d’une coupe pour boire :

Étienne de Byzance, s.v. Alybè.:

Les formes Alybeus et Alybéis existent aussi. Ainsi, Euphorion dans les Malédictions ou le voleur de coupe:

“celui qui, seul, m’a dérobé la coupe (κελέβην) alybéenee”.

  • 14 Mais à mon avis, (je pense toujours en termes d’hypothèse), comme j’ai essayé de démontrer dans mon (...)

16Je voudrais rappeler que « l’auteur ignore l´identité du voleur et que cela permet de désigner comme tel ce qui est avant tout un jeu littéraire et que peu importe qui fut le voleur de coupe », comme le soulignent Cusset & Acosta-Hughes dans la note 38 de leur édition14.

17Et si nous laissons les parallèles entre les Arai et l’Hécalé pour revenir à l’hypothèse qui nous servait de point de départ, nous constatons en effet que l’apparition de mythes et d’allusions à Athènes (« res Atticae ») est donnée parce qu’Euphorion a pris comme modèle indéniable l’Hécalé de Callimaque, qui situe sa géographie mythique dans les environs de l’Attique et d’Athènes, et parce que les effets des malédictions qu’Euphorion lance contre son destinataire « maudit » (peut-être un ennemi ou ποτηριοκλέπτης) ont plus de force si les araí ou malédictions se fondent sur des exempla thématiques qui entretiennent un lien avec l’Attique, qui pourrait être la patrie du destinataire « maudit » – dans le cas des Arai comme dans celui des Chiliades – si nous acceptons deux faits pratiquement sûrs : que le vol « prétendu » avait eu lieu pendant le séjour d’Euphorion à Athènes, ou à la suite de son départ vers Antioche, comme nous en informe l’article de la Souda (χρήματα, ἅ παρέθετο...) ou également lorsque le poète nous parle de ses relations avec la Reine Nicée avant de s’en aller en Syrie (στερξάσης αὐτόν, εὔπορος σφόδρα γεγονὼς ἦλθε πρὸς Ἀντίοχον τὸν μέγαν...), et qu’en effet – deuxième fait – on puisse parler d’un destinataire « maudit » qui soit réel, comme celui-ci du Thrace d’Euphorion (réel ou non), et n’ait pas le statut d’un prétexte aux apparences de réalité qui serve à élaborer un long poème. En outre, je suis d’avis qu'Euphorion s´est servi a posteriori de l’Hécalé, une fois qu’il eut décidé de composer son poème.

  • 15 Cf. L. C. Watson, Arae. The Curse Poetry of Antiquity, Francis Cairns Publications, 1991 : chapitre (...)

18Il nous est pratiquement impossible d’évaluer la quantité d’araí ou de malédictions qui sont passées de l’Ibis de Callimaque aux poèmes d’Euphorion. La lecture du travail de L. C. Watson15, un livre « définitif et bien documenté » sur ce point, et plus particulièrement dans son chapitre II sur « The Greek [Ibis] and Alexandrian Literary quarrels », peut nous aider à comprendre ces possibles influences.

19En réalité, on n’a conservé aucun fragment de l’Ibis. Or, lorsque nous avons mentionné l’Hécalé du même Callimaque comme « source littéraire » des Arai, nous aurions pu parler de tout l’œuvre du poète, même si c’est surtout le passage conservé qui a fait l’objet de notre analyse (fr. 9 Acosta-Hughes = 9 Clua = 11 Lightfoot). Il ne faut pas écarter par manque de preuves sur l’Ibis que ce poème strictement polémique et imprécatoire du poète de Cyrène n’ait eu lui aussi une influence sur les Arai d’Euphorion, et les autres poèmes imprécatoires du même auteur, au niveau de leur structure ou de leur contenu.

  • 16 Cf. J. A. Clúa, Estudios sobre la poesía de Euforión de Calcis. Cáceres, 2005, UNEX, Chapitre 1 : « (...)

20On a déjà abordé ailleurs16 que le poète de Chalcis, contrairement à d’autres atthidographes et poètes hellénistiques, ne traite pas longuement les versions qu’il choisit pour ses poèmes. Il ne considère pas le poème comme un lieu approprié pour engager une telle discussion. En outre, nous trouvons souvent des versions de mythes très peu fréquentes, qui rendent le poème plus intéressant.

  • 17 Cal. Hec. fr. 230 Pfeiffer (= fr. 1 Hollis = fr. 1 Montes Cala).

21Ainsi, dans son poème sur l’Attique, Euphorion choisit le terme Ἀσίδα à l’accusatif comme ancien nom de cette région, mais nous ignorons curieusement l’origine et l’explication mythique de ce nom. Par ailleurs, comme exemple paradigmatique du silence manifeste des explications possibles et attendues, nous pouvons citer le cas d’Ἄκτη. Le poète indique seulement qu’ Ἀκτῆς δὲ παροίτερα φωνηθείσης. Outre le fait qu’il n’indique pas la provenance du nom (à comparer avec Strabon IX, 1, 18), ni son origine mythique, comme nous le trouvons dans l’Hécalé de Callimaque17 : Ἀκταίη τις ἔναιεν Ἐρεχθέος ἔν ποτε γουνῷ, le poète ne nous fait aucune mention d’une étymologie fondée sur la composition géographique de l’Attique. Je crois que mon observation est corroborée par le fait que le vers 3 s’explique laconiquement par le nom de Πωσειδωνία grâce à l’étymologie. Il faut donc parler d’une part d’érudition sans recherche et, d’autre part, de sélection complexe de versions mythiques.

22Les autres fragments conservés de la Μοψοπία correspondaient bien à l’autre rubrique ou sous-titre du poème, c’est-à-dire Ἄτακτα. De fait, qu’Euphorion aborde une thématique historique de l’Attique ne veut pas dire de manière absolue qu’il ne peut pas tout à la fois traiter d’une multiplicité de motifs non strictement relatifs à l’histoire mythique de cette région. Les motifs de ce type étaient certainement ceux que laissent entrevoir les fragments 52-55 Cusset & Acosta-Hughes (fr. 52-55 Clua = fr. 38, 39, 36 et 1 v. Groningen = fr. 38, 40, 39a et 39b 52-55 de Cuenca) ; on note en particulier le motif de Dionysos qui « avait été déchiqueté  par les Titans » (fr. 53-55 Cusset & Acosta-Hughes = 53-55 Clua = 40, 39a, 39b Lightfoot = 53-55 de Cuenca) ou par quelques κάπροι τε λίες (fr. 52 Cusset & Acosta-Hughes = fr. 52 Clua = fr. 38 Lightfoot = 52 de Cuenca).

  • 18 Cf. A. S. Hollis, « Attica in Hellenistic poetry », ZPE 93 (1992), p. 1-15 ; Idem, « Supplementum H (...)

23Par ailleurs, Euphorion a montré un grand intérêt pour les « sites grecs », en particulier ceux de l’Attique18, en relation avec le culte et les légendes de Dionysos. Cela est une constante chez notre poète et s’explique particulièrement par le droit de citoyenneté que lui-même avait obtenu des Athéniens et par ses longs séjours à Athènes. Mais dans le Dionysos, la thématique géographique n’est pas aussi évidente que dans la Mopsopie (ou dans les Arai). En effet, l’Attique n’y est pas la seule région mentionnée ; la Béotie, Argos ou Némée sont citées également. En outre, Dionysos était vénéré, pour ce qui est de l’Attique, dans la partie nord de cette région, en bordure de la Béotie, la patrie du dieu. Dionysos avait donc ses racines en Béotie, mais Euphorion a trouvé beaucoup de matériaux à caractère étiologique qui faisaient référence au passage du dieu par l’Attique.

  • 19 A. Barigazzi, « Il Dionisio di Euforione », dans Miscellanea di Studi Alessandrini in memoria di A. (...)

24Comme le signale A. Barigazzi19, Euphorion s’intéressait plus particulièrement au « ricordo dei demi attici collegati col culto del dio ». D’où il ressort que la plupart des vers de notre poème – au moins des vers conservés – se rapportent à l’Attique ; par ailleurs, l’Hécalé de Callimaque lui a fourni certains noms géographiques de cette région – comme dans le cas des Arai, ainsi que nous l’avons vu – bien que les intentions et les orientations descriptives de ces deux poèmes soient bien différentes.

  • 20 Cf. A. Barigazzi, ibidem, p. 422

25Ainsi, la mention par Euphorion d’Aphidna ou Mélaïnai (fr. 20 Cusset & Acosta-Hughes) provenait de l’Hécalé et peut-être – si l’on suit la tradition qui remonte à sa source initiale – de l’atthidographe Philochore20.

26Par ailleurs, outre les toponymes déjà mentionnés, nous avons des termes comme ἀλοίτης, dans la partie finale de l’hexamètre, qui se retrouve dans le fragment 271 Pf. de l´Hécalé (= 76 Hollis = Euph. v. 12) ; et aussi la référence à Borée, le gendre d’Érechthée (fr. 321 Pf. de l’Hécalé = 86 Hollis = Euph. v. 13).

  • 21 Cf. J. A. Clua, Licòfron de Calcis. Alexandra, Barcelone, 1996, Fundació Bernat Metge ; Idem, « Lyc (...)

27On peut donc penser que l’intérêt d´Euphorion dans ses Arai et dans d’autres poèmes fragmentaires ainsi que de Callimaque dans l’Hécalé pour les « res Atticae » est typiquement hellénistique. Callimaque, on l’a souligné souvent, s’intéresse plus à la figure d’un héros comme Thésée avec Hécalé, qu’à la geste avec le « taureau de Marathon ». Mais pour Euphorion et Callimaque c’est l’Attique, ce référent commun qui pourrait être une espèce de petit « locus amoenus », qui sert de base à ces « realia » et qui peut réunir ces deux projets littéraires. Nous ne savons pas si c’est Callimaque qui a modifié la version de l’atthidographe Philochore ou bien si c'est Euphorion, mais la comparaison de ces deux auteurs, entre « Allusions and Imitations » comme le dit A. S. Hollis, peut nous faire penser à une démarche d’intertextualité et à une façon de concevoir l’epyllion, qui nous rapproche de Lycophron, un autre auteur d’epyllia21 de l’époque de Callimaque.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Cf. J. A. Clúa, Estud’poesía de Euforión de Calcis. Cáceres, 2005, UNEX. On peut voir aussi, E. Magnelli, Rome, 2003, Studi su Euforione, ou bien la dernière édition de B. Acosta-Hughes et C. Cusset, Euphorion. Œuvre poétique et autres fragments, Collection Fragments, Les Belles Lettres, Paris, 2012, et E. Prioux, Regards alexandrins - Histoire et théorie des arts dans l’épigramme hellénistique, Louvain-Paris-Dudley, 2007, Peeters.

2 Cf. J. A. Clúa, « El riu assiri i el póntos en l' Himne II de Cal.límac », Actes de l’Homenatge a Josep Alsina (S. E.E.C. Secció Catalana d’Estudis Clàssics), Tarragone, Dip. Tarragona, 1992, p. 177-181.

3 Cf. F. Klein, dans le congrès Vox Poetae. Manifestations auctoriales dans l’épopée gréco-latine, 13 et 14 novembre 2008, Université Jean Moulin-Lyon 3 et édité par E. Raymmond (dir.), Vox Poetae, Manifestations auctoriales dans l’épopée gréco-latine, Lyon, 2011, CEROR.

4 Cf. A. S. Hollis, Callimachus : Hecale, Oxford, 2009, Clarendon Press (1990 1re édition), p. 25.

5 Cf. A. S. Hollis, ibidem, p. 28.

6 Pour les commentaires suivants sur l’Hécalé, j’ai pris en compte l’édition d’A. Trypanis (Loeb Class. Library, 1978), le Supplementum Hellenisticum, mais j’ai suivi les récentes éditions de J. G. Montes Cala, Calímaco. Hécale, Cadix, 1987 et surtout celle d’A. S. Hollis (Callimachus : Hecale. Oxford : Clarendon Press, 1990, et spécialement la seconde édition de 2009, avec d’autres articles publiés dans la ZPE et la nouvelle attention prêtée à Hesychius et à la Souda après 1990, contenus dans ce dernier travail) que j’ai prise comme référence et qui est un « supplément » de l´édition de Pfeiffer, mais Hollis ne le supplante pas pour la reconstruction du poème et l’analyse les parallélismes avec d´autres poètes (p. 45). Hollis n’est pas Pfeiffer et il y a quelques changements évidents dans son édition, comme dans celle de Montes Cala. J’ai utilisé, aussi, comme outil de référence la « reviewed notice » dans la Bryn Mawr Classical Review pour l’édition de Hollis, qu’a écrite J. Clauss. Ce dernier nous rappelle que cette édition est « a superb piece of scholarship », comme celle-ci de Montes Cala, très complémentaire, surtout son long commentaire et son exégèse subtile.

7 Cf. A. S. Hollis, op.cit., p. 26-35 et l’« appendix III : The Hospitality Theme ».

8 Cf. A. S. Hollis, op.cit., p. 336-340 (appendix II : « The length of the Hecale »).

9 Cf. la « reviewed notice » de l’édition d´A. S. Hollis cité à la note 4, de J. Clauss.

10 Cf. L. A. De Cuenca, Euforión de Calcis. Fragmentos y epigramas, Madrid 1976, p. 45.

11 Cf. L. A. De Cuenca, op.cit., p. 44.

12 Cf. L. A. De Cuenca, op.cit., 45 et J. A. Clúa, « Les Araí de Euforión de Calcis », Ítaca IV 1988, p. 67-79.

13 Chez Euphorion.

14 Mais à mon avis, (je pense toujours en termes d’hypothèse), comme j’ai essayé de démontrer dans mon travail « Euphorion, la malédiction mythique et le comique intentionnel », dans Christophe Cusset, Evelyne Prioux et Hamidou Richer (dir.), Euphorion et les mythes : textes et images, Naples, 2013, Cahiers de la Collection du Centre Jean Bérard, p. 267-279), si l’auteur ou l'objet des araí ou malédictions est un trickster, c’est à dire, un pseudo-ami (infidélité et abus de confiance) qui prive quelqu’un de quelque chose, un trickster qui rappelle Hermès, the « thief » (voleur de vaches violant toute confiance), tout cela nous rapproche de la poésie iambique. Et l’histoire d’Érysichthon (le domaine comique-Déméter) rappelle certains passages d’Euphorion (la fin du Thrace, l’épisode de Sémiramis, les épisodes du devin Chalcas, Thersite, etc.).

15 Cf. L. C. Watson, Arae. The Curse Poetry of Antiquity, Francis Cairns Publications, 1991 : chapitre II : Abuse in Curse-Poetry : a) The [Greek] Ibis and Alexandrian Literary Quarrels ; b) Targets of other Curse-Poems et le Chapitre 4, The Hellenistic Arai and the Defixiones. Appendix 1. On Euphorion frg. 9 P.

16 Cf. J. A. Clúa, Estudios sobre la poesía de Euforión de Calcis. Cáceres, 2005, UNEX, Chapitre 1 : « La poética de Euforión », p. 19-25.

17 Cal. Hec. fr. 230 Pfeiffer (= fr. 1 Hollis = fr. 1 Montes Cala).

18 Cf. A. S. Hollis, « Attica in Hellenistic poetry », ZPE 93 (1992), p. 1-15 ; Idem, « Supplementum Hellenisticum 948-9 : Callimachus, Hecale ? », ZPE 100 (1994), p. 17-21.

19 A. Barigazzi, « Il Dionisio di Euforione », dans Miscellanea di Studi Alessandrini in memoria di A. Rostagni, Turin, 1963, p. 416-454 (particulièrement p. 427).

20 Cf. A. Barigazzi, ibidem, p. 422

21 Cf. J. A. Clua, Licòfron de Calcis. Alexandra, Barcelone, 1996, Fundació Bernat Metge ; Idem, « Lycophronea », Actas del X Congreso Español de Estudios Clásicos, Alcalá, set. 1999, vol. I, Madrid, 2000, p. 357-362 ; Idem, « Poética e innovación en la Alejandra de Licofrón: tò skoteinón », AEF, XXVI, 2003, p. 43-56 ; Idem, « Paratextual elements and Paraphrases in Lykophron´s Alexandra », Emerita (2013, à paraître), et, surtout, A. Hurst & A. Kolde, Lycophron. Alexandra, Paris, 2008, Les Belles Lettres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josep Antoni Clua Serena, « Euphorion et l´Hécalé de Callimaque : Mythèmes et structure narrative d´un epyllion fragmentaire (« res Atticae ») (I) », Aitia [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 22 juin 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://aitia.revues.org/1565 ; DOI : 10.4000/aitia.1565

Haut de page

Auteur

Josep Antoni Clua Serena

Université de Lleida - Espagne

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page