Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

La figure d’Hermione chez Collouthos

The Character of Hermione by Colluthus
La figura dell’Ermione in Collouto
Hélène Frangoulis

Abstracts

In Colluthus’ Rape of Helen Hermione is characterized by her richness and complexity, thanks to a subtle game of successive identifications that have their roots in both mythical traditions related to the family of that child and other myths depicting gods or heroes.

Top of page

Full text

  • 1 Selon Apollodore, Épitomé, III, 3, Hermione est âgée de neuf ans quand Hélène s’embarque pour Troie (...)
  • 2 Cf. West M.‑L., Gnomon 42, 1970, p. 657-661 (p. 657-658 ) : « Colluthus is one of the very worst an (...)
  • 3 Cf. Orsini P. (éd.), Collouthos. L’enlèvement d’Hélène, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1972, p. XX (...)
  • 4 Cf. P. Orsini, ouvr. cit., p. XXVII.
  • 5 Cf. P. Orsini, ouvr. cit., p. XXII.

1Dans l’epyllion de Collouthos intitulé L’enlèvement d’Hélène, la dernière partie, du vers 326 au vers 386, est dominée par le personnage d’Hermione, fille d’Hélène et de Ménélas, restée seule à Sparte après l’enlèvement de sa mère1. Après une brève introduction qui évoque les cris et les gémissements de l’enfant (v. 326-329), le passage comporte trois mouvements distincts : les réponses avancées par les servantes quand Hermione les questionne sur l’absence d’Hélène (v. 330-345), les plaintes de la petite fille (v. 346-363) et le songe où Hélène lui apparaît pour expliquer son départ (v. 363-379). Enfin, quelques vers de conclusion montrent Hermione, toujours en pleurs, continuant à chercher sa mère après avoir demandé aux oiseaux d’aller en Crète pour annoncer l’enlèvement à Ménélas (v. 379-386). Or, dans un poème qui fut souvent décrié, il arrive que ces 61 vers soient les seuls à trouver grâce aux yeux des commentateurs. Le jugement le plus critique est sans doute celui de Martin L. West qui, dans son compte rendu de l’édition du poème par Enrico Livrea, considère Collouthos comme le plus mauvais poète de l’Antiquité et le traite même de « perroquet »2. Quant à Pierre Orsini, dans la notice introductive de l’édition de l’Ἑλένης ἁρπαγή dans la Collection des Universités de France, il écrit sur le début de l’œuvre ce commentaire assez peu flatteur : « L’inspiration homérique semble donc certaine, mais, sous l’influence des mœurs et des idées du temps, combien affadie3 ! » Pourtant, avant de conclure sur le peu de valeur artistique et littéraire de l’ouvrage4, il modère quelque peu son jugement quand il en arrive au passage consacré à Hermione : « Nous voici parvenus à la dernière partie […], probablement la plus intéressante, parce qu’en apparence la plus personnelle5 ». Le but de mon étude n’est pas de prétendre trancher ce débat sur la qualité littéraire du poème, mais simplement d’y apporter quelques éléments de réponse, par l’analyse du jeu d’identifications qui fait toute la richesse de la figure d’Hermione dans l’epyllion de Collouthos.

  • 6 Ovide, Héroïdes, VIII, 41-42.
  • 7 Ovide, Héroïdes, VIII, 65-66 (trad. M. Prévost, CUF). Chez Apollodore, Épitomé, VI, 14, c’est égale (...)

2Ce jeu d’identifications s’opère tout d’abord entre Hermione et ses parents. Collouthos n’est évidemment pas le premier à mettre en rapport la destinée d’Hélène et celle de sa fille. C’est ainsi que, dans la huitième Héroïde d’Ovide, Hermione elle-même compare explicitement le moment où Néoptolème l’enleva à Oreste à celui où Pâris enleva Hélène à son mari, identifiant ainsi Oreste et Ménélas, Néoptolème et Pâris6, et enfin elle-même et Hélène, « le destin des femmes de [sa] race [étant] d’être vouées au rapt7 ». Qu’en est-il chez Collouthos ? Le lien d’assimilation, implicite cette fois, entre Hélène et sa fille y est établi par l’intermédiaire des différentes solutions successivement envisagées et repoussées dans les plaintes d’Hermione. L’enfant réfute en effet les trois hypothèses suivantes :

  • 8 Trad. P. Orsini, CUF, pour tous les extraits du poème de Collouthos.

Πλαζομένην θῆρές σε κατέκτανον;
T’es-tu perdue et les bêtes t’ont-elles tuée8 ? (v. 352)

Ἤριπες ἐξ ὀρέων χθαμαλῆς ἐπὶ νῶτα κονίης
σὸν δέμας οἰοπόλοισιν ἐνὶ δρυμοῖσι λιποῦσα;
Es-tu tombée, en courant la montagne, sur la poussière, le corps à l’abandon dans la solitude des bois ? (v. 354-355)

Μὴ διεροῖς γονόεντος ἐν Εὐρώταο ῥεέθροις
νηχομένην ἐκάλυψεν ὑποβρυχίην σε γαλήνη;
Est-ce que, dans le lit de l’Eurotas fécond, des eaux dormantes t’ont engloutie tandis que tu nageais et t’ont noyée ? (v. 359-360)

3Or, ces trois hypothèses (la mort après s’être perdue dans la forêt, la chute mortelle, la noyade) sont exactement, dans un ordre différent, les mêmes que les trois formes de suicide envisagées dans l’Andromaque d’Euripide par Hermione craignant la colère du fils d’Achille, après les machinations qu’elle a ourdies contre Andromaque et contre l’enfant que cette dernière a eu de Néoptolème. Effrayée en effet par les conséquences possibles de ses actes, la reine songe à se tuer et s’exclame :

  • 9 Euripide, Andromaque, 848-850 (trad. L. Méridier, CUF). La troisième hypothèse est d’ailleurs inter (...)

ποῦ δ᾽ἐς πέτρας ἀερθῶ,
ἢ κατὰ πόντον ἢ καθ᾽ ὕλαν ὀρέων,
ἵνα θανοῦσα νερτέροισιν μέλω;
Où m’élancer sur le haut des rocs, me jeter dans la mer, ou dans les forêts des monts et me remettre, morte, aux soins des ombres9 ?

  • 10 Euripide, Andromaque, 881.
  • 11 Euripide, Andromaque, 921-923.
  • 12 Songe : v. 376-377-378-375. Hélène partant volontairement : v. 305-315. La question de la responsab (...)

4Chez Euripide, ces interrogations, purement rhétoriques, précèdent de peu l’arrivée d’Oreste10 et le moment où Hermione supplie celui-ci de l’emmener avec lui11. La jeune femme abandonne alors toute idée de suicide, sa destinée n’étant pas de périr de l’une de ces trois morts, mais de partir volontairement avec l’homme venu l’enlever à son mari, puisque cette fois c’est Oreste et non Néoptolème qui se retrouve dans le rôle du ravisseur. De la même manière, l’absence d’Hélène chez Collouthos ne signifie pas qu’elle a succombé à l’une des trois formes de trépas envisagées puis repoussées par sa fille mais que, contrairement à ce qu’elle prétend ensuite dans le songe où elle apparaît à l’enfant, elle a quitté volontairement son mari pour suivre un autre homme12. Les propos d’Hermione, qui, à juste titre, réfute une à une les trois hypothèses, apparaissent donc bien comme une illustration de la véritable conduite d’Hélène, comme une négation anticipée de ses protestations d’innocence dans le songe, mais aussi comme une préfiguration de la destinée future d’Hermione qui, comme sa mère, quittera un jour le royaume de son mari pour suivre un autre homme.

  • 13 Nonnos, Dionysiaques, XLVII, 148-245.
  • 14 Cf. P. Orsini, ouvr. cit., p. XXIII-XXVI.
  • 15 Cf. P. Orsini, ouvr. cit., p. XXV-XXVI.
  • 16 Cf. Harries B., « The drama of pastoral in Nonnus and Collouthus », dans Brill’s Companion to Greek (...)

5À cette identification mère-fille s’ajoute, de façon peut-être plus inattendue, une identification père-fille. Certes, un autre point de vue a été défendu par Pierre Orsini dans l’introduction de son édition, puisqu’il considère qu’il faut rapprocher l’épisode d’Hermione chez Collouthos de l’épisode d’Érigoné au chant XLVII des Dionysiaques de Nonnos de Panopolis13, avec dans les deux cas une fille inquiète de la disparition d’un de ses parents (le père pour Érigoné, la mère pour Hermione)14. Dans cette assimilation, le rapprochement se fait donc entre Hermione et Érigoné d’une part (les deux filles) et entre Hélène et Icarios d’autre part (la mère et le père). Pourtant, en dépit de quelques correspondances textuelles15, et comme le remarquent tout à fait justement Byron Harries et Michael Paschalis16, il ne paraît pas possible d’établir de parallèle au-delà de l’apparition dans une vision d’un parent parti ou disparu et de la plainte d’un enfant orphelin. À cette identification père d’Érigoné – mère d’Hermione, il semble donc plus intéressant de préférer une identification père-fille entre Ménélas et Hermione.

  • 17 Ovide, Héroïdes, XVI, 301-302.
  • 18 Apollodore, Épitomé, III, 3. Cf. aussi Euripide, Troyennes, 943-944, où Hélène reproche à Ménélas d (...)
  • 19 On l’apprend de la bouche d’Hermione (v. 381-384), ce qui confère à celle-ci un rôle prééminent (cf (...)
  • 20 Cf. M. Paschalis, art. cit., p. 140.

6En effet, chez Collouthos comme chez Ovide17 ou chez Apollodore18, Ménélas ne se trouve pas à Sparte au moment du départ de sa femme mais en Crète19. C’est donc Hermione qui, comme l’écrit à juste titre Michael Paschalis, se substitue alors à son père en dormant dans le même lit qu’Hélène et en parlant à la place du roi20. Par exemple, quand elle demande aux oiseaux d’aller en Crète pour porter à Ménélas la nouvelle du départ de la reine, elle va jusqu’à s’approprier la fonction royale en prononçant des propos qui auraient été plus à leur place dans la bouche de Ménélas, roi de Sparte et maître du palais :

Hier un homme sans loi est venu à Sparte et a détruit tout ce qui faisait la beauté de mon palais (ἐμῶν … μελάθρων) (v. 383-384).

  • 21 La remarque avait déjà été faite par P. Orsini, ouvr. cit., p. XXIII, qui reconnaît même à Collouth (...)

7Par l’emploi de l’adjectif possessif ἐμῶν, Hermione se substitue donc à Ménélas et Michael Paschalis a raison de remarquer qu’elle parle ici avec la voix de son père21. Mais la fillette ne s’en tient pas là : non contente de tenir le rôle du souverain, elle tient aussi celui de l’époux. C’est ainsi qu’au moment où elle s’aperçoit qu’Hélène n’est plus à ses côtés, elle sort de la chambre, pousse des gémissements devant ses servantes et s’écrie :

Hier avec moi (σὺν ἐμοί) elle avait pris les clefs de notre chambre et s’était endormie après s’être mise au lit à mes côtés (ἐς μίαν ἤλυθεν εὐνήν) (v. 331-332).

8Plus tard, s’adressant à Hélène qui lui est apparue en songe, elle précise même que ce lit partagé est celui de son père :

Hier, par ton départ du palais, tu m’as laissée gémissante, alors que je dormais dans le lit de mon père (ὑπνώουσαν ὑπὲρ λεχέων γενετῆρος) (v. 372-373).

9En l’absence de Ménélas, Hermione semble donc avoir avoir pris sa place auprès d’Hélène, comme si l’enfant abandonnée se transformait peu à peu en un époux délaissé par une femme infidèle.

  • 22 Lysias, Sur le meurtre d’Ératosthène, 13.
  • 23 Lysias, Sur le meurtre d’Ératosthène, 13 (ἐκάθευδον) -14.

10J’irai même plus loin. On peut se demander pourquoi, au vers 331, Hermione mentionne qu’Hélène a « pris les clés » de la chambre (κληῖδας ἑλοῦσα) avant de se mettre au lit avec Hermione. Dans quel but a-t-elle pris les clés? Afin d’enfermer la fillette dans la pièce avant de sortir pour rejoindre Pâris ? Elle n’avait certainement pas besoin de tant de précautions. En revanche, ne pourrait-on pas voir ici un trait d’humour et une allusion à une femme adultère athénienne qui enferma une nuit son mari dans sa chambre afin de pouvoir recevoir tranquillement son amant ? Il s’agit bien sûr de la femme d’Euphilétos, dont les aventures extra-conjugales sont racontées dans le discours de Lysias intitulé Sur le meurtre d’Ératosthène. Comme son époux était revenu à l’improviste de la campagne alors que son amant était dans la maison, cette épouse ingénieuse quitta la chambre conjugale sous prétexte d’aller nourrir son enfant, ferma la porte comme par jeu et tira la clé (τὴν κλεῖν ἐφέλκεται)22 avant de rejoindre son amant au rez-de-chaussée, de passer la nuit avec lui et de revenir au petit matin pour délivrer son époux qui s’était endormi sans méfiance23. Même si l’issue de l’aventure est différente, nous avons donc chez Lysias une femme adultère en possession de la clé de la chambre quittant pendant la nuit son époux endormi dans le lit conjugal pour rejoindre son amant. Or, qu’avons-nous chez Collouthos ? Une femme adultère en possession de la clé de la chambre rejoignant son amant pendant la nuit après avoir quitté sa fille endormie à la place de l’époux dans le lit conjugal. Étant donné la similitude des situations et le jeu d’identifications auquel se livre Collouthos entre Hermione et Ménélas, je penserais volontiers, même s’il faut rester prudent, à un trait d’humour de la part d’un poète certainement assez érudit pour connaître les prosateurs classiques aussi bien qu’il connaît les poètes classiques, hellénistiques ou tardifs. Dans ce cas, la petite Hermione apparaîtrait, non sans ironie, comme une figure archétypale du mari trompé.

11Mais le jeu d’identifications entre Hermione et ses parents n’est pas le seul jeu pratiqué par Collouthos dans son epyllion, l’humour du poète transparaissant aussi dans un autre type d’assimilations, celles établies cette fois entre Hermione et des personnages masculins, dieux ou héros, désespérés par la perte de leur éromène. Le premier d’entre eux n’est autre qu’Héraclès. En effet, au moment où Hermione réfute une à une ses propres hypothèses sur la disparition d’Hélène, elle utilise l’argument suivant pour refuser celle de la noyade dans le fleuve de Sparte, l’Eurotas :

Ἀλλὰ καὶ ἐν ποταμοῖσι καὶ ἐν πελάγεσσι θαλάσσης
Νηιάδες ζώουσι καὶ οὐ κτείνουσι γυναῖκας.
Mais au sein des fleuves comme des étendues marines vivent des Naïades qui ne tuent pas les femmes ! (v. 361-362)

  • 24 Théocrite, Idylles, 13, 43-52.
  • 25 Apollonios de Rhodes, I, 1207-1357.
  • 26 Apollonios de Rhodes, I, 1232-1239 (trad. E. Delage, CUF).

12Peut-être… Mais si les Naïades ne tuent pas les femmes (οὐ κτείνουσι γυναῖκας), il leur arrive de causer la mort des hommes en entraînant de charmants jeunes gens dans les profondeurs des ondes. Tel fut le sort de l’éromène d’Héraclès, Hylas, qui, dans un épisode raconté aussi bien par Théocrite que par Apollonios de Rhodes, se noya dans une source de Mysie pendant l’expédition des Argonautes. Plus précisément, dans l’Idylle 13 de Théocrite, sont présentées trois Nymphes qui forment un chœur au milieu des flots et qui, poussées par leur amour pour le bel adolescent, le font tomber dans la source où il était venu puiser de l’eau24. L’histoire est similaire chez Apollonios de Rhodes25, même si le poète ne mentionne cette fois qu’une seule Nymphe qui, « affolée d’amour par Cypris […] posa sur son cou son bras gauche, brûlant de baiser sa bouche délicate [tandis que] de la main droite, elle lui tira le coude et l’entraîna au milieu des tourbillons26 ». Dans ces conditions, bien qu’elle soit repoussée par Hermione, l’hypothèse de la noyade d’Hélène, entraînée dans les profondeurs de l’Eurotas par des Naïades probablement amoureuses, débouche, au moins pour un instant, sur une assimilation implicite entre l’épouse de Ménélas et le charmant Hylas. Mais si Hélène est assimilée à Hylas, que devient alors Hermione, elle qui, à la fin de l’epyllion, continue à chercher sa mère, apparemment sans raison puisque celle-ci lui a déjà annoncé en songe qu’elle avait été enlevée par Pâris ? Et pourtant, le poète continue à décrire la quête de la fillette :

Ὣς ἡ μὲν πολύδακρυς ἐς ἠερα φωνήσασα,
μητέρα μαστεύουσα, μάτην ἐπλάζετο κούρη.
C’est ainsi que, ruisselante de larmes, la petite fille s’adresse à l’air et cherche sa mère au cours d’errances vaines (v. 385-386).

  • 27 Théocrite, Idylles, 13, 64-65, 70-71 ; Apollonios de Rhodes, I, 1263-1264.

13En fait, il semble donc que la petite Hermione, errant vainement à la recherche de sa mère, soit implicitement, par ces jeux successifs d’identifications, assimilée au grand Héraclès courant partout à la recherche d’Hylas27. Le procédé ne manque pas d’humour, d’autant plus qu’Hermione, après s’être retrouvée dans le rôle du mari trompé, apparaît maintenant dans celui de l’éraste désespéré par la disparition de son éromène.

  • 28 Nonnos, Dionysiaques, XI, 220-223 (trad. F. Vian, CUF, pour tous les extraits du chant XI).

14De plus, un nouvel examen des trois hypothèses avancées puis réfutées par la fille de Ménélas permet aussi une identification implicite avec un autre éraste aussi désespéré qu’Héraclès, Dionysos, héros d’un long poème épique bien connu de Collouthos, les Dionysiaques de Nonnos de Panopolis. En effet, les chants X à XII de l’épopée nonnienne sont consacrés aux aventures de Dionysos et de son bien-aimé Ampélos, éponyme de la vigne, jeune et charmant Satyre qui a attiré l’attention du dieu. Or, les deux premières hypothèses d’Hermione correspondent aux péripéties subies par Ampélos au chant XI des Dionysiaques. « Les bêtes t’ont-elles tuée ? » demande d’abord la fillette à sa mère au vers 352 (θῆρές σε κατέκτανον;). Trouver la mort à cause d’un animal, tel fut bien le sort d’Ampélos, tué par un taureau sauvage qui l’emporta dans une course folle, avant de le faire « tournoyer à la renverse sur le sol, puis [de] l’abat[tre] d’un coup de la pointe acérée de sa corne », pour qu’il ne soit « plus qu’un cadavre sans tête, un mort sans sépulture dont la blancheur du corps s’empourpre d’une rouge sanie »28. Dans ces conditions, la réfutation avancée par Hermione pour nier la possibilité de la réalisation de cette hypothèse ne manque pas d’ironie :

Ἀλλὰ καὶ αὐτοὶ
θῆρες ἀριζήλοιο Διὸς τρομέουσι γενέθλην
Mais les bêtes elles-mêmes redoutent la progéniture du brillant Zeus ! (v. 352-353)
  • 29 Nonnos, Dionysiaques, XI, 195.
  • 30 Nonnos, Dionysiaques, XI, 215-219.
  • 31 Nonnos, Dionysiaques, XI, 224.

15Il est évident que, dans le cas d’Ampélos, le taureau ne semble pas le moins du monde avoir « redouté » de tuer le bien-aimé du fils de Zeus ! Quant à la deuxième suggestion de la fillette (v. 354-355), une chute sur la poussière (κονίης) en parcourant la montagne, elle correspond elle aussi aux circonstances de la mort d’Ampélos, puisque c’est justement à travers la montagne que l’élan du taureau emporta l’adolescent29 et que celui-ci finit par tomber la tête la première30, avant de se retrouver « gisant sur le sol dans la poussière (κεκονιμένον ὑψόθι γαίης)31 ». Et même la troisième hypothèse, la noyade, apparemment à l’opposé du sort subi par l’éromène de Dionysos, peut en fait être mise en relation avec Ampélos, grâce aux liens précédemment établis entre les propos d’Hermione et la légende d’Hylas. En effet, Nonnos compare explicitement Ampélos et Hylas, et plus précisément la course de Dionysos se précipitant vers le cadavre d’Ampélos avec celle d’Héraclès à la recherche de son éromène :

  • 32 Nonnos, Dionysiaques, XI, 227-230.

Héraclès ne courait pas aussi vite, le jour où les Nymphes lui dérobèrent le tendre Hylas dans leurs flots jaloux, époux promis à une humide ravisseuse : si rapide est alors la course de Bacchos dans la montagne32.

  • 33 Cf. Fayant M.-C., « Ampélos, Carpos et Hylas. Nonnos face à Théocrite et à Apollonios de Rhodes », (...)
  • 34 Cf. Frangoulis H., « L’eau et le vin dans le mythe d’Ampélos », dans Culture classique et christian (...)

16Un article récent de Marie-Christine Fayant a d’ailleurs mis en évidence les relations étroites et le jeu d’intertextualité qui existent entre l’épisode d’Ampélos raconté dans les Dionysiaques et la légende d’Hylas telle qu’elle est évoquée par Théocrite et Apollonios de Rhodes33. Qu’il suffise ici de rappeler que les liens entre ces personnages sont encore renforcés lorsque, après la mort d’Ampélos, Éros vient raconter à Dionysos l’histoire de deux autres jeunes gens, Calamos et Carpos, qui est clairement associée à celle de Dionysos et d’Ampélos34. Or, la mort de Carpos, comme celle d’Hylas, survient par noyade, avant que Calamos désespéré ne s’écrie :

  • 35 Nonnos, Dionysiaques, XI, 449-450 (histoire de Calamos et de Carpos : XI, 369-481).

Εἰ μία Νηιάδων σε δυσίμερος ἥρπασε Νύμφη,
ἔννεπε, καὶ πάσῃσι κορύσσομαι
Si l’une des Naïades t’a ravi, une Nymphe au funeste désir, dis-le et je ferai la guerre à toutes35.

17Hylas et Héraclès, Carpos et Calamos, Ampélos et Dionysos : voilà donc trois épisodes de disparition d’éromènes, tous trois directement ou indirectement liés à la présence de Naïades amoureuses attirant les jeunes gens dans les profondeurs des eaux. L’allusion d’Hermione aux Naïades qui ne tuent pas les femmes pourrait donc bien s’inscrire dans cette tradition. Dans ces conditions, même s’il faut bien sûr faire preuve de prudence, le jeu subtil d’identifications auquel se livre Collouthos, par le biais des hypothèses avancées par Hermione, pourrait bien tisser des liens inattendus entre la petite fille désespérée par la disparition de sa mère et ces trois personnages désespérés par la disparition de leur bien-aimé. Mais après tout, puisque Hermione s’est déjà mise dans le rôle de l’époux en dormant avec sa mère dans le lit de son père, pourquoi ne se retrouverait-elle pas en position d’éraste, d’autant plus qu’elle est précisément en train de partager le lit d’une personne de son sexe. Tout l’humour de la situation vient de l’inversion du rapport d’âge, la fillette tenant le rôle du personnage le plus âgé et sa mère celui de l’éromène.

18Au terme de cette étude, il nous semble que la figure d’Hermione dans l’epyllion de Collouthos se caractérise par sa richesse et sa complexité, grâce à un jeu subtil d’identifications successives, puisant leurs racines aussi bien dans les traditions mythiques liées à la famille de l’enfant que dans d’autres mythes mettant en scène des dieux ou des héros. Loin d’être seulement une petite fille désespérée par la disparition de sa mère, Hermione se présente donc comme une figure aux multiples facettes. Dans les indices qui l’identifient à Hélène, on peut voir une préfiguration de son futur destin de femme quittant sa patrie pour suivre un autre homme que son mari. Lorsqu’elle se substitue à son père Ménélas en tant que roi et surtout en tant qu’époux, elle quitte, non sans humour, son rôle d’enfant abandonnée pour celui de mari bafoué et trompé. Enfin, grâce à certains des propos qu’elle tient, son désespoir ressemble à celui d’un éraste désespéré, comme le furent Dionysos ou Héraclès. Bref, par sa complexité, ce jeu d’identifications, empli de subtilité et d’humour, confère non seulement à la figure d’Hermione une grande richesse mythique et littéraire, mais fait aussi tout l’intérêt de l’epyllion de Collouthos.

Top of pageTop of page

Notes

1 Selon Apollodore, Épitomé, III, 3, Hermione est âgée de neuf ans quand Hélène s’embarque pour Troie. Chez Lycophron, Alexandra, 103, Hélène a laissé deux filles à Sparte. La seconde est probablement Iphigénie, qu’une tradition considère comme la fille d’Hélène et de Thésée (cf. Hurst A. [éd.], Lycophron. Alexandra, CUF. Série grecque 468, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 112, note au vers 103).

2 Cf. West M.‑L., Gnomon 42, 1970, p. 657-661 (p. 657-658 ) : « Colluthus is one of the very worst ancient poets to have come down to us […]. It is as if a parrot had learnt to fit his pseudo-speech to the metre of Shakespeare ». Cf. aussi Livrea E. (éd.), Colluto. Il ratto di Elena, Edizioni e saggi universitari di filologia classica 9, Bologne, R. Pàtron, 1968, p. XXI-XXII. Contra, cf. Giangrande G., CR 24, 1974, p. 129-131 ; Paschalis M., « The Abduction of Helen. A Reappraisal », dans Signs of Life? Studies in Later Greek Poetry, K. Carvounis – R. Hunter (éd.), Ramus 37, 1-2, 2008, p. 136-150.

3 Cf. Orsini P. (éd.), Collouthos. L’enlèvement d’Hélène, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1972, p. XXII.

4 Cf. P. Orsini, ouvr. cit., p. XXVII.

5 Cf. P. Orsini, ouvr. cit., p. XXII.

6 Ovide, Héroïdes, VIII, 41-42.

7 Ovide, Héroïdes, VIII, 65-66 (trad. M. Prévost, CUF). Chez Apollodore, Épitomé, VI, 14, c’est également Néoptolème qui apparaît comme le ravisseur.

8 Trad. P. Orsini, CUF, pour tous les extraits du poème de Collouthos.

9 Euripide, Andromaque, 848-850 (trad. L. Méridier, CUF). La troisième hypothèse est d’ailleurs interprétée ainsi par L. Méridier (CUF, p. 144, n. 1) : « s’enfoncer dans les forêts pour y mourir de faim ou y être dévorée par les bêtes sauvages ».

10 Euripide, Andromaque, 881.

11 Euripide, Andromaque, 921-923.

12 Songe : v. 376-377-378-375. Hélène partant volontairement : v. 305-315. La question de la responsabilité d’Hélène est déjà présente dans les poèmes homériques. Hélène coupable : Iliade, III, 156-157, 180 ; VI, 344, 356 ; Odyssée, IV, 145, 274-279 ; XI, 384 ; XIV, 68-69. Hélène innocente : Iliade, III, 164-165, 405 ; VI, 349 ; Odyssée, IV, 260-264 ; XXIII, 222-224. Pour un point sur la question, cf. Komornicka A.‑M., « Hélène de Troie et son double dans la littérature grecque (Homère et Euripide) », Euphrosyne 19, 1991, p. 9-26. Sur le songe d’Hermione chez Collouthos, cf. Magnelli E., « Colluthus’ Homeric epyllion », dans K. Carvounis – R. Hunter, ouvr. cit., p. 151-172 (p. 165).

13 Nonnos, Dionysiaques, XLVII, 148-245.

14 Cf. P. Orsini, ouvr. cit., p. XXIII-XXVI.

15 Cf. P. Orsini, ouvr. cit., p. XXV-XXVI.

16 Cf. Harries B., « The drama of pastoral in Nonnus and Collouthus », dans Brill’s Companion to Greek and Latin Pastoral, M. Fantuzzi – T. Papanghelis (éd.), Leyde, Brill, 2006, p. 515-548 (p. 545) ; M. Paschalis, art. cit., p. 147.

17 Ovide, Héroïdes, XVI, 301-302.

18 Apollodore, Épitomé, III, 3. Cf. aussi Euripide, Troyennes, 943-944, où Hélène reproche à Ménélas d’être parti pour la Crète en laissant Pâris dans sa maison.

19 On l’apprend de la bouche d’Hermione (v. 381-384), ce qui confère à celle-ci un rôle prééminent (cf. M. Paschalis, art. cit., p. 138).

20 Cf. M. Paschalis, art. cit., p. 140.

21 La remarque avait déjà été faite par P. Orsini, ouvr. cit., p. XXIII, qui reconnaît même à Collouthos l’originalité de ce trait.

22 Lysias, Sur le meurtre d’Ératosthène, 13.

23 Lysias, Sur le meurtre d’Ératosthène, 13 (ἐκάθευδον) -14.

24 Théocrite, Idylles, 13, 43-52.

25 Apollonios de Rhodes, I, 1207-1357.

26 Apollonios de Rhodes, I, 1232-1239 (trad. E. Delage, CUF).

27 Théocrite, Idylles, 13, 64-65, 70-71 ; Apollonios de Rhodes, I, 1263-1264.

28 Nonnos, Dionysiaques, XI, 220-223 (trad. F. Vian, CUF, pour tous les extraits du chant XI).

29 Nonnos, Dionysiaques, XI, 195.

30 Nonnos, Dionysiaques, XI, 215-219.

31 Nonnos, Dionysiaques, XI, 224.

32 Nonnos, Dionysiaques, XI, 227-230.

33 Cf. Fayant M.-C., « Ampélos, Carpos et Hylas. Nonnos face à Théocrite et à Apollonios de Rhodes », Aitia 2, 2012, passim [en ligne].

34 Cf. Frangoulis H., « L’eau et le vin dans le mythe d’Ampélos », dans Culture classique et christianisme. Mélanges offerts à Jean Bouffartigue, D. Auger – E. Wolff (éd.), Textes, images et monuments de l’Antiquité au haut Moyen Âge 8, Paris, Picard, 2008, p. 285-291 (p. 288-289).

35 Nonnos, Dionysiaques, XI, 449-450 (histoire de Calamos et de Carpos : XI, 369-481).

Top of page

References

Electronic reference

Hélène Frangoulis, « La figure d’Hermione chez Collouthos », Aitia [Online], 6 | 2016, Online since 22 June 2016, connection on 25 April 2017. URL : http://aitia.revues.org/1586 ; DOI : 10.4000/aitia.1586

Top of page

About the author

Hélène Frangoulis

Université Toulouse – Jean Jaurès

By this author

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page