Navigazione – Piano del sito
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Floris Overduin, Nicander of Colophons's Theriaca. A literary commentary

Leiden-Bonston: Brill (Mnemosyne Supplements, vol. 374), 2015. ISBN : 978-90-04-27121-0
Nadège Wolff
Riferimento/i:

Floris Overduin, Nicander of Colophons's Theriaca. A literary commentary. Leiden-Bonston: Brill (Mnemosyne Supplements, vol. 374), 2015. ISBN : 978-90-04-27121-0

Testo integrale

1Longtemps réduits à une forme de manuel sur les morsures de serpent (alors qu'ils traitent aussi des araignées et des scorpions), les Thériaques de Nicandre de Colophon semblaient davantage l’œuvre d'un médecin que celle d'un poète. Dans son récent commentaire des Thériaques, Floris Overduin s'emploie au contraire à en démontrer l'intérêt littéraire en s'inscrivant dans la lignée de chercheurs qui ont accompli un travail de réhabilitation similaire ces vingt dernières années. Partant du principe que Nicandre est un poète avant d'être un médecin (ses connaissances scientifiques étant finalement limitées), Overduin s'attache à établir l'indéniable valeur d’œuvre d'art de ce traité. Le but de Nicandre est résumé en ces termes : « to turn science into art », un projet comparable d'après le critique aux Phénomènes d'Aratos, autre exemple d'une poésie scientifique qui n'est pas forcément savante, où les considérations techniques et les realia propres au genre didactique ne sont qu'un matériau nécessaire à l'élaboration d'un poème original.

2Une introduction dense et détaillée (1-143) ouvre le volume pour mettre en lumière ce statut d’œuvre littéraire des Thériaques en faisant porter l'analyse sur plusieurs niveaux : appartenance au genre de la poésie didactique, narratologie, structure, langue et métrique, intertextualité, motifs littéraires, questions de réception.

3Un premier chapitre (p. 12-31) propose une réflexion autour du statut de la poésie didactique, ou de ce que l'on nomme plus généralement le « genre » didactique. Après avoir posé une définition canonique de la poésie didactique, Overduin montre que les Thériaques de Nicandre répondent parfaitement à tous les critères qui caractérisent ce genre littéraire dont le premier représentant est Hésiode avec Les Travaux et les Jours, qui eurent une influence majeure sur Nicandre. Les Thériaques relèvent en effet de la poésie didactique par le mètre employé (l'hexamètre dactylique), par la présence d'un dispositif de recréation d'une situation pédagogique avec la présence de la voix d'un maître, par l'absence de narration (le traité ne raconte pas d'histoire), par le traitement exhaustif d'un sujet (et les Thériaques font effectivement état de toutes les morsures des nuisibles et des remèdes appropriés) et par la construction par le poète de sa propre persona. Avec tous ces éléments, on est déjà loin du pur traité médical. Par ailleurs, Nicandre, poète alexandrin, coupant avec l'esthétique de la brièveté attachée au genre didactique, élabore une construction poétique plus sophistiquée, émaillée de digressions et cédant à la poétique du catalogue. Ces choix renforcent l'aspect littéraire de ce poème didactique à part entière.

4Le deuxième chapitre (p. 32-44) fait état d'un dispositif narratologique complexe et dynamique où s'entremêlent plusieurs narrateurs et narrataires. On distingue ainsi quatre couches narratologiques pour le narrateur, qui peut être en premier lieu le poète historique (c'est-à-dire Nicandre lui-même), une figure idéalisée et construite du poète en tant que savant et lettré, une figure d'expert (le médecin), et enfin un dernier narrateur inconnu dans la sphragis finale mentionnant de manière externe le nom de Nicandre de Colophon. Différents narrateurs se côtoient donc dans la reconstitution d'une situation pédagogique en direct (« live speech ») que propose le traité. La présence d'un disciple destinataire du discours impliqué dans l'accomplissement de directives répond aux conventions du genre didactique, où il est souvent nommé : dans les Thériaques, c'est un certain Hermésianax, nom courant semble-t-il, qui est le premier destinataire du traité. Cependant, on observe le plus souvent un glissement dans le choix du narrataire, qui peut être cet Hermésianax ou un public beaucoup plus large s'étendant à l'humanité entière. Car le poème, loin d'être adressé à un lectorat de médecins, est orienté vers la guérison personnelle et fait appel à la capacité d'autodiagnostic, bien avant internet. Cette adresse à un public large et non à un public d'experts renforce le caractère littéraire du poème de Nicandre.

5Ce parti-pris littéraire s'observe également dans le choix de la structure, qu'Overduin étudie en détail (p. 44-63). Si le poème semble de prime abord épouser une structure assez systématique, accumulative et fastidieuse d'une liste de morsures et de remèdes, on ne saurait faire abstraction de choix esthétiques significatifs de la part du poète. L'initiative de s'inscrire contre la structure habituelle des poèmes didactiques s'observe ainsi dès le proème, où ne figure aucune ouverture hymnique comportant une invocation à un dieu ou aux muses, figures tutélaires traditionnelles du poète. Nicandre, fort de son autorité et de sa compétence, affirme en effet son indépendance en s'affranchissant de ce modèle et en y proposant une alternative qui consiste en une transition mythologique sur l'apothéose d'Orion. S'il consacre un vers à Hésiode qu'il désigne nommément en lui reconnaissant un rôle de modèle, Nicandre témoigne cependant d'une assurance qui atteste de sa confiance dans sa légitimité de poète : pour lui, l'entreprise est « facile » (ῥεῖα est le premier mot du poème). La structure d'ensemble est en revanche plus complexe. La structure externe est certes simple ; elle comporte deux parties, la première concernant les serpents et la seconde concernant les autres animaux nuisibles (scorpions et araignées), le tout étant encadré par un proème inaugural et par un épilogue final. Mais la structure interne ne répond à aucune logique : là où l'on attendrait un ordre « description de l'animal / description de la morsure et des symptômes / remèdes appropriés », Nicandre choisit de décrire dans une première section l'animal et la morsure pour parler des remèdes dans une deuxième section, c'est-à-dire une fois après avoir énuméré tous les animaux. Le choix de cette structure pourrait fournir un indice de littérarité, car une telle structure ne répond guère à un souci d'efficacité pratique de traitement rapide de la morsure ; au contraire, elle va à l'aventure, procédant par anticipations, pratiquant l'entremêlement libre des sujets et la pseudo-association (Nicandre associera ainsi deux serpents parce qu'ils présentent un trait physique similaire, même si la morsure ne produit pas les mêmes effets). Des digressions perturbent également la structure en dessinant parfois des vignettes épiques (le combat de la mangouste contre le cobra, par exemple). Cette structure lâche, marquée par une logique d'accumulation et de digressions ludiques, à l'instar d'Aratos faisant le poète dilettante devant le ciel étoilé, peut être à la rigueur interprétée comme le refus d'une structure, forme de parti-pris littéraire.

6Floris Overduin s'intéresse ensuite à des questions de langue et de métrique (p. 63-91), qui reflètent là encore l'ampleur du projet littéraire de Nicandre dans les Thériaques. On observe ainsi des variations dans le style, l'observation clinique côtoyant le lexique épique. Nicandre apparaît aussi comme un adepte des néologismes, avec une préférence pour certains suffixes récurrents dans son poème (ειον, ην, ήεις, όεις) et une inclination à créer des adjectifs composés avec le préfixe πολυ. Réflexe alexandrin oblige, on note également de nombreux archaïsmes, aoristes sans augment et hapax propres à l'imitation de la langue épique qui peuvent être par ailleurs des emprunts à d'autres poètes hellénistiques, notamment Lycophron et Euphorion (et, dans une moindre mesure, Apollonios de Rhodes et Aratos). En vrai linguiste, Nicandre, joue sur la mise en relation des mots entre eux par leurs racines (pratique fréquente de la figura etymologica) ainsi que sur l'ordre des mots (hyperbates, prépositions postposées). Les asyndètes et hypallages sont légion, de même que de nombreux synonymes pour un même terme, dans un souci alexandrin de variatio. Cette exploration de toutes les ressources de la langue suggère un usage plus ornemental et ludique qu'utilitaire du langage, ce qui va dans le sens d'une visée littéraire de l'ouvrage. La métrique respecte dans l'ensemble le modèle callimaquéen (vers holodactylique).

7L'intertextualité, bien présente, obéit à une logique complexe dans les Thériaques (p. 91-98). Overduin distingue différents régimes d'allusion, qu'il répartit en 6 catégories : l'intertextualité lâche et vague, parfois remaniée et se limitant à une allusion rapide (casual reference), l'allusion à un seul auteur (single reference), l'allusion à deux auteurs ou plus (combined reference), l'intertextualité différée, convoquant un élément d'imitation et amenant la suite un peu plus loin (split reference), l'opposition (le poète imite un autre poète à l'envers) et enfin l'intratextualité, qui consiste à faire référence à un passage d'une autre œuvre de Nicandre (les Alexipharmaques par exemple).

8Mais ce sont les motifs littéraires proprement dits qui alimentent évidemment le plus l'étude d'Overduin (p. 98-127). Les personnifications, qui présentent le bestiaire des Thériaques comme des forces agissantes, conscientes et mal intentionnées, donnent un relief littéraire évident à ce qui ne pourrait être au départ qu'un inventaire de serpents. L'anthropomorphisme des plantes, qui apparaissent comme des êtres souffrants, est plus étonnant et original. Le principe d'ἐνάργεια (Overduin reprend en grande partie les travaux de Zanker), qui recouvre divers modes de présentation littéraire, occupe une grande place dans le poème, que ce soit à travers le souci de réalisme riche en détails ou à travers la peinture de la vie quotidienne, lieu commun de la littérature hellénistique, mais envisagée ici surtout sous ses aspects négatifs (d'après Overduin, Nicandre, s'opposant à Théocrite, construit un monde anti-bucolique sans locus amoenus). Le souci de véracité mythologique et d'exactitude étiologique avec le motif de l'auteur se présentant comme πρῶτος εὑρετής sont également présents dans l’œuvre et confèrent au poète une stature de savant. Des éléments comiques, comme la parodie (un chien courageux face à sa blessure causée par un serpent est ainsi comparé de manière hyperbolique à Héraclès) ou l'exagération introduisent distance et légèreté dans le poème. Ces éléments comiques côtoient la grande érudition du poète antiquaire prompt à se laisser séduire par la tradition des phaenomena et des mirabilia et à transformer par moments les Thériaques en livres de miracles. De nombreuses comparaisons et métaphores émaillent le poème de même que l'image récurrente de la bataille, qui font partie intégrante de l'imaginaire épique.

9Overduin consacre enfin quelques pages à la réception de Nicandre, qu'elle soit littéraire ou non (p. 127-137) Si Nicandre de Colophon est reconnu comme un médecin renommé dans l'Anthologie grecque et si des grammairiens et médecins galéniques s'intéressent à son lexique, il semble surtout avoir eu une grande influence littéraire sur certains auteurs, comme Oppien dans ses Halieutica, ou Tertullien, qui a trouvé chez lui un réservoir de métaphores frappantes (notamment les scorpions). D'autres auteurs plus récents, comme John Milton dans Paradise Lost, font allusion à lui. La conclusion de cette introduction (p. 138-139) fait un résumé des différentes facettes littéraires des Thériaques et part du principe qu'à défaut de considérer avec certitude Nicandre comme un médecin assermenté, il semble plus prudent d'envisager son œuvre en prenant en compte son statut quasiment indubitable de poète et d'artiste.

10Avant le commentaire détaillé proprement dit, Floris Overduin établit le texte des Thériaques (p. 144-168) non sans signaler certains choix qui proposent des alternatives au texte établi par Jacques dans l'édition de la CUF. Un commentaire littéraire riche et pratiquement exhaustif examine chacun des mots du poème. Il se déploie de la page 169 à la page 538 à travers plusieurs sections nettement séparées : le proème (p. 170-192), les précautions générales (p. 192-246), les différents types de serpents (p. 247-367), les remèdes aux morsures de serpents (p. 368-444), les autres types d'animaux venimeux (p.444-494), les remèdes (p. 494-532) et l'épilogue (p. 532-538). Deux appendices reviennent sur un schéma de la structure de l’œuvre (p. 539-542) et sur l'histoire d'Ascalabos (p. 543-546).

11L’œuvre, balisée et balayée dans son entier par Overduin, laisse ainsi clairement voir son indéniable valeur littéraire en permettant de saisir dans les moindres détails l'étrange esthétique d'une œuvre qui se complaît dans la peinture de scènes violentes et frappantes, avec un manque total de compassion pour les victimes de ces animaux venimeux à la fois dangereux et fascinants. Avec ce travail d'analyse et de commentaire particulièrement approfondi autour des Thériaques, Overduin rend donc pleinement justice à la valeur littéraire encore méconnue des écrits de Nicandre de Colophon.

Inizio paginaInizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Nadège Wolff, « Floris Overduin, Nicander of Colophons's Theriaca. A literary commentary », Aitia [Online], 6 | 2016, Messo online il 20 giugno 2016, consultato il 21 ottobre 2017. URL : http://aitia.revues.org/1644

Inizio pagina

Autore

Nadège Wolff

École Normale Supérieure de Lyon

Inizio pagina

Diritti d'autore

© ENS Éditions

Inizio pagina