Navigazione – Piano del sito
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

La rhétorique de l’ancien et du nouveau et la littérature hellénistique

The Rhetoric of Old and New and Hellenistic Literature
La retorica di vecchio e di nuovo e la letteratura ellenistica
Andrew Faulkner

Testo integrale

  • 1 Voir P. Fantuzzi, R. Hunter, Tradition and Innovation in Hellenistic Poetry, Cambridge, CUP, 2005, (...)

1L’originalité, cette nouveauté par rapport à la tradition, est un leitmotiv de la littérature hellénistique qui sera par la suite adopté par les écrivains romains. Callimaque défend notamment une esthétique qui rejette les voies poétiques habituelles. Le poète doit ainsi plutôt suivre « les chemins peu fréquentés » (Aet. 1, 27‑28 : κελεύθους | ἀτρίπτο]υς). Il ne s’agit pourtant pas d’une répudiation d’Homère ou du genre épique1 ; Callimaque se situe dans une longue tradition littéraire, à laquelle il ne participe que d’une manière innovatrice.

  • 2 Cf. S. M. Wheeler, A Discourse of Wonders. Audience and Performance in Ovid’s Metamorphoses, Philad (...)
  • 3 Voir P. Bing, The Well-read Muse. Present and Past in Callimachus and the Hellenistic Poets, Göttin (...)

2Les écrivains hellénistiques n’étaient pas les premiers à manifester un intérêt pour la nouveauté littéraire. Dans l’Odyssée, Télémaque conseille sa mère sur le chant de l’aède Phémios, mettant l’accent sur la popularité des chansons nouvelles (Od. 1, 351-352 : τὴν γὰρ ἀοιδῆν μᾶλλον ἐπικλείουσ᾽ ἄνθρωποι | ἥ τις ἀϊόντεσσι νεωτάτη ἀμφιπέληται)2. La métaphore employée par Callimaque remonte elle-même à Pindare, qui signale dans un péan (7b) ses divergences poétiques par rapport à Homère tout en utilisant la figure d’une « voie peu fréquentée » (11 : ἄτρι]π̣τον κατ᾽ ἀμαξιτόν)3.

  • 4 Voir É. Prioux, « Présentation », Aitia 1, 2011, et passim.

3Il semble néanmoins que l’on ait accordé une importance plus nette à l’innovation littéraire dans le milieu de plus en plus livresque de l’époque hellénistique. Cela dit, « nouveauté » et « ancienneté » sont des termes ambigus et relatifs. Les Grecs hellénistiques eux-mêmes distinguaient archaïsme et nouveauté dans les domaines de la littérature et de l’art, et les textes du premier numéro d’Aitia en sont notamment un témoignage4. Il n’est cependant ni possible ni valable de définir ces prétendus extrêmes, car leurs sens sont intimement liés.

4Les articles réunis dans le présent numéro explorent de différents points de vue la thématique de la nouveauté et de la tradition chez des auteurs hellénistiques, ainsi que la réception de la littérature et de l’art hellénistiques, à titre de symbole de la nouveauté, à l’ère impériale.

5La première section est consacrée à trois études sur Apollonios de Rhodes, Théocrite et Callimaque. Laury-Nuria André examine des expressions de la jeunesse et de la nouveauté dans les Argonautiques, et leur rapport à un nouveau regard sur le monde. Anatole Mori s’engage à réévaluer l’influence de Stésichore sur le portrait de Polyphème dans les 6e et 11e Idylles de Théocrite, mettant en évidence la relation entre les archives et de nouvelles formes littéraires à l’époque hellénistique. Robin Greene analyse par la suite la façon dont l’histoire régionale est présentée par Callimaque à l’aide, notamment, des jugements du poète sur l’utilisation du « nouveau » et de l’« ancien » dans les œuvres d’historiens de son époque.

6Dans la deuxième section, on se tourne vers l’épigramme, l’art et la littérature latine. Regina Höschele offre une étude détaillée de AP 4, 2 et d’un groupe de poèmes réunis de façon innovatrice dans la Couronne de Philippe de Thessalonique. Évelyne Prioux et Eleonora Santin examinent, à travers le cas du sculpteur Lysippe, les phénomènes de continuité et de discontinuité stylistiques entre un maître et ses disciples, mettant en relief les témoignages de la première épigramme du cycle des andriantopoiika de Posidippe et un passage du 34e livre de Pline. Jacqueline Klooster analyse finalement, à titre d’emblème de la modernité, la présentation des goûts littéraires hellénistiques de l’empereur Tibère chez Suétone.

Inizio paginaInizio pagina

Note

1 Voir P. Fantuzzi, R. Hunter, Tradition and Innovation in Hellenistic Poetry, Cambridge, CUP, 2005, p. 70-71.

2 Cf. S. M. Wheeler, A Discourse of Wonders. Audience and Performance in Ovid’s Metamorphoses, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1999, p. 14, sur la nouveauté dans la poésie romaine.

3 Voir P. Bing, The Well-read Muse. Present and Past in Callimachus and the Hellenistic Poets, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1988, p. 103-110 ; D. Fearn, Bacchylides: Politics, Performance, Poetic Tradition, Oxford, OUP, Oxford Classical Monograph Series, 2007, p. 9-16.

4 Voir É. Prioux, « Présentation », Aitia 1, 2011, et passim.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Andrew Faulkner, « La rhétorique de l’ancien et du nouveau et la littérature hellénistique », Aitia [Online], 7.1 | 2017, Messo online il 24 gennaio 2017, consultato il 23 giugno 2017. URL : http://aitia.revues.org/1683

Inizio pagina

Autore

Andrew Faulkner

Université de Waterloo

Inizio pagina

Diritti d'autore

© ENS Éditions

Inizio pagina