Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Tradition et nouveauté dans la poésie hellénistique

Nέος et νεότης dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes : de la jeunesse unie au nouveau regard sur le monde

Nέος and νεότης in Apollonius Rhodius’ Argonautica: From an United Youth to a New Look at the World
Nέος e νεότης nelle Argonautiche di Apollonio Rodio: da una giovinezza unita ad un nuovo sguardo sul mondo
Laury-Nuria André

Abstracts

This article examines literary expressions of youth and newness in Apollonius of Rhodes. It explores the use of the diction of newness in a select number of passages throughout the Argonautica, employing philological, hermeneutic and metaliterary approaches in order to demonstrate that the concept and the language of novelty in Apollonius articulate new perspectives on the world.

Top of page

Full text

1Longtemps considérée comme décadente par une critique datée et marquée par les canons culturels et esthétiques archaïques et classiques, la période hellénistique n’en représente pas moins une véritable rupture dans l’histoire des sociétés de l’Antiquité. Depuis plusieurs décennies, les spécialistes contribuent à faire émerger, par-delà le poids d’une perception réductrice, les singularités qui constituent les éléments essentiels d’une véritable identité de l’alexandrinisme. Si elle s’actualise sur divers plans – politique, philosophique, linguistique, artistique… – la rupture que nous évoquons semble cependant n’être le résultat que d’une construction scientifique contemporaine : nous percevrions de mieux en mieux, à l’heure actuelle, dans quelle mesure cette période hellénistique présente une nouvelle société par rapport aux précédents régimes qu’a connus le monde antique. Le risque est grand, dans cette mesure, de poser un regard anachronique et de transposer sur cette ère antique les problématiques modernes et contemporaines que nous avons synthétisées sous le nom de « querelle des Anciens et des Modernes ». Qu’en est-il, en vérité, de la perception des Anciens par eux-mêmes à propos des questions d’archaïsme et d’« Anciens » face à celles de nouveauté et de « Modernes » ?

  • 1 Voir É. Prioux, « Présentation », Aitia 1, 2011. DOI : 10.4000/aitia.62.
  • 2 Voir également U. Mattioli, Senectus. La vecchiaia nell’antichità ebraica e cristiana. III, Ebraism (...)
  • 3 Les références sont disséminées dans divers champs de recherche comme l’archéologie, l’histoire de (...)
  • 4 Ce n’est pas tant que la question n’a pas été soulevée, mais elle a surtout été envisagée du point (...)

2Un fait marquant, récemment analysé par la critique1, doit être souligné : les Anciens eux-mêmes avaient une conscience propre de ce qui est plus ancien qu’eux2 et – ceci est sans doute l’une des singularités de la culture hellénistique – de ce qui, face à ce degré d’ancienneté, se constitue comme « nouveau ». Si, suite à de récentes études, on commence à mieux comprendre comment la notion d’ancienneté se présente à l’esprit alexandrin3, il semble alors opportun de questionner également celle de nouveauté4.

  • 5 « La jeunesse conçue comme une phase de formation entre l’adolescence et la vie d’adulte, comme un (...)
  • 6 La bibliographie est assez importante : C. A. Forbes, Neoi. A Contribution to the Study of Greek As (...)
  • 7 Le questionnement lexical, dans un texte antique, soulève plusieurs problèmes méthodologiques car i (...)
  • 8 Mais ce n’est pas le seul. La poésie de Callimaque, bien que mal conservée, nous donne également qu (...)
  • 9 Nous nous écartons ici quelque peu de la perspective de B. Legras qui, bien que prenant en compte A (...)
  • 10 Voir, entre autres, L. Canfora, Histoire de la littérature grecque à l’époque hellénistique, Paris, (...)

3Qu’entend-on en effet par « nouveauté » ? Le concept de nouveauté, à savoir « qualité de ce qui est nouveau, chose nouvelle, innovation, temps pendant lequel une chose est nouvelle, mode », n’apparaît pas tel quel dans le vocabulaire des Anciens. La nouveauté en tant que concept autonome, déliée de l’agent qui la produit, ne s’entend pas de la sorte dans la langue grecque. Bien au contraire, si nouveauté il y a – et effectivement on trouve des emplois qui tendent à autonomiser et à constituer la notion en tant que telle –, elle apparaît irrémédiablement liée à celui, à celles ou à ceux qui la produisent : les jeunes gens. C’est donc à partir de la notion de jeunesse, telle que les Anciens la comprenaient5, que notre enquête va se déployer mais, à la différence des études cardinales sur le sujet6, nous explorerons les emplois abstraits marquant le résultat des actions de la jeunesse pour en interroger la validité au regard de « notre » appréhension de la nouveauté, au sens de « chose nouvelle, innovation ». Malgré la difficulté que représente une telle tâche, nous avons fait le pari qu’une enquête lexicale raisonnée, c’est-à‑dire replacée dans son contexte et dans les problématiques liées au questionnement lexical dans le monde antique7, pourrait nous apporter quelques éléments de réflexion pour ouvrir un dossier de cette ampleur. L’un des lieux littéraires les plus fructueux8 pour mener une telle analyse est sans doute l’épopée9 car, à une période riche de réflexions entre passé et présent, entre formes anciennes et formes nouvelles, l’épopée, espace littéraire marqué par un fort héritage archaïque au travers du modèle homérique, se présente comme un laboratoire poétique expérimental qui se fonde sur une intertextualité critique. Reprendre Homère pour le questionner et non simplement pour le répéter, le reprendre pour le dépasser10, voilà quelle est la ligne de conduite esthétique qui marque l’esprit des poètes épiques du Musée et de la cour des Ptolémées.

  • 11 Voir n. 5 ainsi que nos travaux de doctorat, Formes et fonctions du paysage dans l’épopée hellénist (...)
  • 12 Il est tout à fait remarquable de noter que l’enquête lexicale portant sur l’ancien révèle une abse (...)
  • 13 Apollonios de Rhodes n’utilise pas les termes de νεαλής, νεαρός, νεοίη, νεολαία, νηρός.
  • 14 On note dans le corpus homérique les formes suivantes : vέα (1 occ.), νέος (7 occ.), νεώτατος (5 oc (...)

4Pour répondre à cette question, sinon d’une « définition » précise de la notion de « nouveauté », du moins d’une approche sémantique et littéraire, question aux enjeux épistémologiques divers, nous nous proposons de partir d’une méthode simple : un relevé lexical, celui du champ sémantique de la jeunesse, pour observer les emplois où elle rencontre notre idée de nouveauté, dans l’œuvre d’Apollonios de Rhodes. Épopée précieuse pour le spécialiste qui souhaite étudier les phénomènes d’intertextualité et de réécriture homérique, les Argonautiques sont une œuvre tout aussi importante pour répondre à la question de la nouveauté hellénistique (l’innovation dont fait preuve Apollonios de Rhodes)11 face, peut-être, à un ancien archaïque (le respect scrupuleux du texte homérique). Ainsi, une enquête menée autour du vocabulaire de la jeunesse, dans ses emplois proches de l’idée de nouveauté, se révèle rapidement fructueuse. Non seulement – et c’est déjà un indice fort – l’enquête du lexique désignant l’« ancien » ne se révèle guère productive12, mais encore l’enquête portant sur la « nouveauté » montre – autre fait décisif – une uniformité et une restriction des termes sollicités pour la désigner13, à tel point qu’elle se réduit rapidement à l’étude du lexique signifiant d’abord « jeune » puis « nouveau », νέος, et « jeunesse » puis « nouveauté », νεότης (ainsi que de leurs formes fléchies, peu nombreuses), ce qui n’est pas le cas chez Homère où le lexique est un peu plus varié et les formes fléchies bien plus diversifiées14.

  • 15 « Nous entendons le terme de “jeunesse” comme le temps de la vie qui s’étend entre l’enfance et l’â (...)
  • 16 On ne note que deux emplois où le terme νεότης faisant référence à la jeunesse étourdie due à la fo (...)
  • 17 L’apparition des jeunes gens chez Homère, la jeunesse, se présente quasiment toujours en opposition (...)
  • 18 On relève deux occurrences de cet adverbe en I, 125 et 972, uniquement dans la leçon de H. Fraenkel (...)

5Les emplois de νέος et νεότης, et le sens que l’on peut en dégager en contexte, nous révèlent un usage assez inattendu chez Apollonios de Rhodes15. Au lieu d’une répartition générique (par sexe, masculin ou féminin : νέος et νεότης concernent autant Jason que Médée ou d’autres personnages) ou chronologique (un usage opposant les personnages jeunes aux personnages vieux16 comme dans la majorité des emplois chez Homère17), voici que le terme de νέος est majoritairement employé dans sa forme fléchie au neutre singulier pour remplir des fonctions adverbiales dans la phrase, alors même que la forme adverbiale dérivée νεῖον existe et est employée en concurrence18.

  • 19 Voir, à propos d’Héraclès et des valeurs archaïques qu’il incarne dans les Argonautiques d’Apolloni (...)
  • 20 N’oublions pas que Héraclès, dans la version d’Apollonios de Rhodes, ne participe pas à l’ensemble (...)

6Que signifie cette « neutralisation » de l’emploi du principal terme caractérisant la jeunesse et la nouveauté ? L’étude en contexte révèle – et celle des emplois de νεότης vient le confirmer – que ces emplois de νέος interviennent à des moments clefs du périple des Argonautes : moment où Jason rassemble son jeune équipage pour débattre, moment où Jason décide de tracer des routes nouvelles sur la nouvelle carte du monde que ses escales paysagères dessinent. Il s’instaure, dans les Argonautiques, un jeu de répartition sémantique complémentaire entre les emplois de νέος au nominatif pluriel désignant un groupe de jeunes gens non différenciés sexuellement (l’ensemble de l’équipage) qui soutiennent unanimement les décisions de Jason – héros présenté sous la principale caractéristique de la jeunesse et prompt à prendre des décisions nouvelles (de manière parallèle au héros Héraclès, présenté comme plus âgé et emblématique des décisions « archaïques19 », héros congédié de l’épopée20) – d’une part, et les nouveaux espaces parcourus, les nouveaux paysages découverts et civilisés lors des routes prises par Jason dessinant un nouvel itinéraire sur la carte d’un monde en pleine mutation.

7Notre propos entend ainsi démontrer – par l’analyse des fonctions syntaxiques inattendues du vocabulaire de la nouveauté, par l’enquête herméneutique qui fait émerger l’esthétique du brouillage des frontières qui ressort de ces emplois et par la lecture métapoétique qu’il est permis d’en faire – que la répartition des emplois de νέος et νεότης (et de leurs formes fléchies) dans l’épopée d’Apollonios de Rhodes n’oppose que très rarement les personnages par leur âge (jeunes ou vieux), contrairement à la perspective homérique, ou par leur sexe (homme ou femme) mais tend bien plutôt à rassembler un groupe de jeunes gens unis derrière un « leader » jeune dont l’innovation consiste principalement en une (ré)invention du périple qui emprunte de nouvelles voies, celles-là mêmes que les héros homériques n’ont pas pu emprunter. Ce faisant, Jason, « leader » jeune épaulé par Médée, femme jeune qui elle aussi se singularise par ses ruses et ses inventions pour le seconder dans sa quête, ouvre et valide – grâce à l’assentiment d’un équipage essentiellement défini par le critère de sa jeunesse – une nouvelle carte du monde, un nouvel ordre du monde.

Emplois et sémantisme de νέος : vers une approche « neutre » de la jeunesse ?

Nέος : problème de genre, problème de nombre

  • 21 Voir par ex. l’idée de nouveauté que traduit le terme de καινότης dans le discours IV de Julien l’A (...)
  • 22 Il est à noter cependant que cette indistinction n’en est pas véritablement une et aboutit plus log (...)

8Loin d’offrir le degré d’autonomisation des emplois recouverts par la notion de καινός à période tardive21, le lexique de la nouveauté chez Apollonios de Rhodes n’en présente pas moins des restrictions d’emplois dans les seules occurrences de νέος qui sont intéressantes pour notre propos. Sur les trente-trois occurrences des formes fléchies de νέος, seulement neuf offrent des emplois génériquement singularisés : une seule forme apparaît au féminin pluriel, en position de datif, νέαις (Arg., III, 276), à laquelle il faut ajouter l’emploi unique d’un composé, νεόζυξ, signifiant « récemment, nouvellement mariée », sous sa forme fléchie au nominatif féminin pluriel, νεόζυγες (Arg., IV, 1191), quand huit autres se présentent sous la forme du masculin pluriel nominatif. Dans tous les cas d’emploi de νέοι (I, 341, 458, 1134 ; III, 194, 555 ; IV, 184, 503), le substantif désigne le groupe de jeunes gens qui accompagnent Jason dans sa quête. S’il est grammaticalement impossible de savoir si le terme désigne uniquement des jeunes gens masculins, et plus précisément la troupe de matelots et de guerriers entraînés, ou s’il s’agit plus largement – et au fil des étapes franchies – de l’équipage tout entier, femmes et captives comprises, le contexte semble en revanche éclairer plus précisément les désignations22. Quatre occurrences (I, 341 ; III, 194 ; III, 555 ; IV, 503) font référence à une assemblée au cours de laquelle Jason expose les décisions qu’il souhaite prendre concernant les directions et les routes de mer à suivre : les femmes ne siégeaient pas dans ce genre de conseils. Une occurrence concerne le repas pris en commun avant le départ de l’Argô (I, 458) : ici non plus, selon les usages archaïques, les femmes ne mangent pas en même temps que les hommes ni à leurs côtés. Un autre emploi (I, 1134-1135) désigne le fait que les jeunes gens bondissent en dansant sur l’ordre d’Orphée, mais le poète précise qu’il s’agit d’une danse armée (βηταρμὸν ἐνόπλιον), elle ne concerne donc pas les femmes. Une dernière occurrence aurait pu concerner l’ensemble de l’équipage : il s’agit de celle qui mentionne la stupeur éprouvée par l’équipage à la vue de la Toison étincelante (IV, 184). Mais les tournures homériques du vocabulaire de l’étonnement (θάμβησαν… μέγα) ainsi que la référence guerrière au foudre de Zeus désignent l’univers masculin de l’épopée dans lequel la femme occupe une place bien précise et circonscrite. Ainsi, les emplois fléchis de νέος ne permettent pas de répartir clairement – sinon de manière indirecte et implicite – le sémantisme en groupes caractérisés par l’appartenance sexuelle (masculin / féminin) ou par l’âge (jeune / vieux). À aucun moment des emplois nominaux, en position de sujet pour le masculin pluriel et de complément de lieu (construit avec ἐπὶ) pour le féminin pluriel, n’apparaît l’antonyme de la jeunesse : point d’élément en contrepoint pour construire l’idée d’une jeunesse singularisée par rapport à un ordre ancien. De sorte que le texte d’Apollonios de Rhodes nous montre bien une prise de distance par rapport à la représentation de la jeunesse dans l’épopée homérique. Chez Homère en effet, le jeune homme ou le groupe de jeunes gens apparaît toujours en compagnie de son antonyme, le vieil homme ou le groupe de vieillards. C’est ce que nous révèle, entre autres, l’analyse des occurrences de νέος dans l’Iliade, employé au nominatif singulier (IX, 57 ; XIV, 108 ; XXIV, 368 ; XXIV, 725) et pluriel (I, 463 ; II, 789 ; VIII, 102 ; IX, 36 ; IX, 258 ; XIII, 95). Ces emplois montrent que la jeunesse ne peut se concevoir de manière autonome sans la « tutelle » de la vieillesse garante de la sagesse et des précieux conseils, comme le note Naoko Yamagata :

  • 23 N. Yamagata, art. cit., p. 4-5.

In Homer, young people are normally considered thoughtless and mindless […] the contrast between reckless youth and wise maturity is most clearly represented when there is a tension between a younger people and mature person23.

9De ce point de vue, la représentation de la jeunesse que nous donnent à voir les Argonautiques est intéressante car elle constitue une étape dans le changement de mentalité qui montre que la jeunesse peut s’affranchir de son rapport, sinon de subordination à la vieillesse, du moins de comparaison ou d’étroite liaison, pour se présenter elle-même en tant que groupe qui tend à une certaine autonomie de fonctionnement.

10Est-ce à dire que l’idée d’un groupe de jeunes gens ou d’une entité vivante jeune existe en tant que telle et pour elle-même, sans discrimination de genre ni d’échelle d’âge, de manière clairement identifiée et autonome, dans le texte des Argonautiques ? La majorité des occurrences relevées va nous aider à éclairer ce problème.

Nέος : une discrimination sémantique par la fonction syntaxique ?

11Si l’on ne peut préciser le sémantisme ni par le critère du genre ni par celui du nombre, il semblerait que la discrimination syntaxique soit celle qui domine la logique d’emploi de νέος chez Apollonios de Rhodes. La plus grande fréquence d’emploi de cet adjectif est en effet celle qui consiste à le présenter dans sa flexion neutre – réduisant alors nos chances de compréhension précise des attributions de la jeunesse –, qui plus est dans sa fonction adverbiale. Ainsi νέος ne permet pas de discriminer un quelconque groupe social ou vivant, il ne porte pas sur des entités animées caractérisées par des appartenances spécifiques (genre, nombre, caractéristiques physiques, origines sociales ou ontologiques, etc.) mais bien au contraire sur des actions. Sur les vingt-cinq occurrences de νέος en position adverbiale, l’une est constituée par la forme concurrente νεῖον (I, 125) que les scholies ont éclairée dès l’Antiquité (124‑9a) :

νεῖον ἀπ᾽ Ἀρκαδ<ίης>: προπερισπωμένως ἀντὶ τοῦ νεωστί, ὀξυτόνως δὲ τὴν γῆν.

  • 24 G. Lachenaud (éd.), Scholies à Apollonios de Rhodes, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 32-33.

νεῖον ἀπ᾽ Ἀρκαδ<ίης> avec un périspomène c’est un équivalent de νεωστί, récemment, mais avec un accent aigu c’est une terre cultivée24.

12Le scholiaste indique clairement l’emploi adverbial de cette forme concurrente de νέον de même qu’il précise l’emploi adverbial de la forme νέον quelques lignes plus loin (974-6b) :

<νέον> νεωστί.

  • 25 Ibid., p. 144.

<νέον> récemment, νεωστί25.

  • 26 Pour les traductions d’Apollonios de Rhodes, on consultera entre autres É. Delage, F. Vian (éd.), A (...)

13La forme dominante est bien celle de νέον (21 occ.) et les emplois, si l’on suit l’ensemble de la réception du texte, depuis les scholies antiques jusqu’aux plus récentes traductions26, semblent tous désigner la temporalité de l’action en marquant l’immédiateté de cette dernière : « tout récemment, dernièrement ». Il s’agit donc de souligner, à l’exception d’un seul emploi qui désigne un passé un peu plus éloigné, le passé immédiat comme étant le résultat d’une action qui vient à peine de commencer, si ce n’est la simultanéité même de cette action. Le passé et le présent sont donc étroitement liés, presque de manière causale, dans les Argonautiques d’Apollonios. L’action que vient caractériser l’adverbe νέον serait donc envisagée du point de vue chronologique, articulant le temps de manière logique. On passerait de l’idée de jeunesse à celle d’immédiateté de l’action, et ce, de manière presque causale.

  • 27 A. Harder, « The Invention of Past, Present and Future in Callimachus’ “Aetia” », Hermes 131, 2003, (...)
  • 28 D. Selden, « Alibis », CSCA 17, 1998, p. 306, n. 4.
  • 29 Nous empruntons l’idée à A. Harder (art. cit., p. 292) : « [it] help[s] to activate the reader’s aw (...)
  • 30 Voir à ce propos M. Fusillo, Il Tempo delle “Argonautiche”, Rome, Ed. dell’ Ateneo, 1985 ; M. Fantu (...)

14Il est alors intéressant d’effectuer un parallèle avec l’œuvre de Callimaque. Les Aitia présentent en effet une conception temporelle qui articule passé, présent et futur selon un lien de cause à conséquence. Le présent y apparaît comme étant la conséquence du passé, et le futur celle du présent. Annette Harder remarque que « now a typical aspect of aetiological poetry is that it draws attention to the connections between the past and the present and that, in fact, the present is regarded as the result of the past events27 », et, dans la mesure où Callimaque est « fundamentally a political poet28 », on peut apprécier comment l’idée de nouveauté qu’apporte le temps futur est une fiction construite de toutes pièces par le poète afin de célébrer le règne de Ptolémée et d’attirer l’attention du lecteur sur le fait que son propre présent – c’est-à‑dire celui de la dynastie des Ptolémées – deviendra le passé des futures générations29 (passé en fonction duquel on construit une légitimité mythologique). Outre la question de la dimension politique chez Apollonios de Rhodes qui fait encore débat parmi les spécialistes, on remarque donc une étroite connivence des deux auteurs alexandrins à propos de la conception du temps qu’ils donnent à lire dans leurs œuvres respectives30. Ainsi, l’emploi à dominante adverbiale de νέον caractérisant les actions menées par un jeune homme ou un groupe de jeunes gens est à replacer dans le contexte général de la perception et de la construction de la chronologie chez Apollonios de Rhodes et Callimaque.

15L’analyse du contexte d’apparition de cet emploi adverbial est elle aussi révélatrice et contribue à éclairer cette « neutralisation » d’emploi que semble recouvrir le paradigme de νέος dans les Argonautiques. Quatre grands axes sémantiques se dégagent d’une analyse en contexte, replacée dans la logique de l’œuvre.

16Dans une très faible proportion (une seule occurrence), νέον établit un rapport entre une action qui vient de se produire et le sens que revêt pour nous la jeunesse. Il s’agit ici de l’emploi en II, 779, où le locuteur (Lycos) établit un rapport entre le fait que ses joues venaient de se couvrir de duvet – marque de l’entrée dans l’adolescence, marque physique de la jeunesse – et sa jeunesse (Arg., II, 777-779) :

      […] ὅτε δεῦρο δι᾽ Ἀσίδος ἠπείροιο
πεζὸς ἔβη, ζωστῆρα φιλοπτολέμοιο κομίζων
Ἱππολύτης· ἐμὲ δ᾽ εὗρε νέον χνοάοντα παρειάς

  • 31 Sauf indications contraires, le texte et la traduction sont ceux de l’édition de F. Vian et É. Dela (...)

[…] quand, à travers le continent asiatique, il passa ici à pied pour aller chercher le baudrier de la belliqueuse Hippolyte ; je le (Héraclès) rencontrai, mes joues se couvraient à peine de duvet31.

17Pour une part peu développée également (4 occ.), νέον est employé pour marquer l’immédiateté d’une action en contexte affectif. Ce sont souvent des métaphores qui opèrent le relais entre la simultanéité de l’action et la force du sentiment. Il est, dans cette mesure, assez peu surprenant que ces emplois apparaissent surtout au chant III qui est celui de la passion amoureuse de Médée pour Jason. En I, 273, il s’agit de signifier la peine de la mère de Jason qui se refuse à le laisser partir. La rapidité de l’action apparaît au sein d’une comparaison qui met en parallèle la peine de la mère avec celle ressentie par une jeune fille sous le joug d’une marâtre qui la rudoie. Si la double inversion jeunesse / âge adulte et mère / fils et fille / marâtre est particulièrement intéressante dans le cadre de notre réflexion sur le « brouillage » des frontières que marque l’emploi de νέος chez Apollonios de Rhodes, force est de constater que ce jeu subtil ne se répète pas toujours en contexte affectif. Les trois autres emplois ne traduisent pas le rapport entre sentiment et action immédiate avec le même degré de complexité et de réflexion sur les catégories génériques et l’échelle d’âge. L’emploi le plus simple se trouve en I, 976, où il s’agit de souligner la jeunesse de l’épouse de Lycos en mentionnant qu’elle vient juste de quitter la maison de son père pour se marier, tandis que les emplois en III, 690 et III, 757 marquent respectivement les affres de la passion de Médée par le topos d’un sommeil perturbé et rempli de cauchemars ou par une métaphore traduisant la force et la fréquence élevée des battements de son cœur au travers de l’image du miroitement des rayons du soleil dans un chaudron à l’eau fraîchement versée.

  • 32 Arg., II, 493-495 :
    ὦκα δὲ κεκλόμενοι Μαντήιον Ἀπόλλωνα ῥέζον
    ἐπ᾽ ἐσχαρόφιν, νέον ἤματος ἀνομένοιο·
    κ (...)
  • 33 Arg., IV, 54-56 :
    τὴν δὲ νέον Τιτηνὶς ἀνερχομένη περάτηθεν
    φοιταλέην ἐσιδοῦσα θεὰ ἐπεχήρατο Μήνη
    ἁρπαλ (...)
  • 34 Arg., IV, 1689-1693 :
    Κεῖνο μὲν οὖν Κρήτῃ ἐνὶ δὴ κνέφας ηὐλίζοντο
    ἥρωες· μετὰ δ᾽ οἵγε νέον φαέθουσαν (...)

18Pour une part bien plus importante, on note des emplois de νέον destinés à marquer la proximité temporelle d’une action accomplie par des éléments naturels ou dans le cadre d’une orientation géographique et paysagère. C’est le cas par exemple des éléments naturels qui marquent le rythme circadien ou les actions d’ordre météorologique. En I, 924-925, il s’agit de marquer à quel moment (νέον γε μὲν ἠελίοιο / δυομένου, « peu de temps après le coucher du soleil ») les Argonautes parviennent à l’une de leurs étapes, ici la pointe de la Chersonnèse (Χέρνησον ἐπὶ προύχουσαν ἵκοντο). Mention de l’immédiateté chronologique d’une action naturelle, le rythme circadien, et spatialisation géographique sont ici liées. De même, en II, 49432, l’immédiateté de l’action naturelle est liée à l’ancrage spatial que constitue l’autel d’Apollon, honoré par les Argonautes sur les conseils de Phinée. C’est également le cas pour la périphrase désignant la Lune qui se lève à l’horizon en IV, 5433, ou encore pour les premières lueurs de l’aurore qui marquent le moment où les Argonautes, presque au bout de leur voyage retour, repartent de Crète où ils ont passé leur ultime nuit avant de revenir au pays natal en IV, 169034. Enfin, les éléments naturels de la météorologie, indicateurs des conditions de navigation, permettent également, par l’immédiateté de leur action ou de la cessation de leur action, de signaler l’arrivée en un lieu singulier du périple, comme l’arrivée au cap Achéron, au moment où le vent vient de tomber (Arg., II, 751) :

Τῇ ῥ᾽ οἵγ᾽ αὐτίκα νῆα διὲξ Ἀχερουσίδος ἄκρης
εἰσωποί, ἀνέμοιο νέον λήγοντος, ἔκελσαν

C’est là qu’ils firent entrer aussitôt leur navire à travers le cap Achéron, comme le vent venait de tomber, et qu’ils abordèrent.

19Enfin, de manière bien plus marquée, et c’est là le plus intéressant pour notre réflexion, νέον apparaît en contexte géographique et paysager dans la plus forte fréquence d’emplois. En I, 125, 737, 1003, 1095, 1160, 1228 ; III, 1384 ; IV, 156, 1231, toutes les actions immédiates effectuées soit par le héros – seul ou en groupe, masculin comme féminin – soit par les éléments naturels (dans l’ordre d’apparition : Héraclès revenant tout juste d’Arcadie, fondations tout juste posées à Thèbes, poutres fraîchement équarries sur le rivage, révélations prophétiques de l’alcyon à Jason à propos du Dindymon, vents qui se mettent à souffler sur les fleuves, Nymphe surgissant de la fontaine du locus amoenus où se désaltère Hylas, combat contre les taureaux dans la plaine infertile d’Aia, rameau de genévrier tout juste cueilli pour endormir le dragon gardien de la Toison d’Or, terre de Pélops en vue depuis peu…) lient leur immédiateté à une localisation géographique ou paysagère précise. Les emplois de νέον, s’ils marquent des actions nouvellement effectuées, ne prennent vraiment sens que dans un contexte géographique ou paysager particulier.

20Ainsi, on se déplace de la logique des « acteurs » de l’épopée au cadre même de cette dernière : l’espace géographique, le paysage et le temps. Ce sont donc les interactions entre la notion spatio-temporelle et l’entité humaine qui définissent de manière plus précise les emplois de νέος. Nous serions en droit, en tant que lecteurs contemporains, de questionner fortement la validité d’une approche de ce lexique en termes de jeunesse, car dans « notre » logique sémantique, la jeunesse est précisément et seulement (?) incarnée par un groupe d’individus humains singularisés par leur âge peu avancé. Mais c’est là, nous semble-t‑il, que réside tout l’intérêt du questionnement du spécialiste de l’Antiquité. Et si, dans la logique des Anciens, appartenir à la jeunesse passait d’abord et avant tout par des actes, par une façon nouvelle de faire – surtout par une façon nouvelle de voir et, partant, de parcourir le monde – plus que par une façon d’être ou un résultat de l’être (avoir un âge jeune), par-delà les critères génériques (homme / femme) ou spécifiques (héros singularisé ou groupe) ? La jeunesse concerne ainsi plus une manière d’agir plus ou moins en rupture avec celle de la génération précédente (ce qui n’implique pas forcément de la désavouer) et surtout une manière de situer ses actes, de se situer soi-même, dans le temps et dans l’espace.

  • 35 Notons qu’il n’y a pas d’occurrence du terme νεότης dans les Aitia de Callimaque, l’enquête se rédu (...)

21Cette approche nouvelle de la question de la jeunesse, singularisée par une manière d’agir nouvelle, de créer de la nouveauté, et surtout d’être capable de regarder le monde nouveau dans sa spécificité, c’est-à‑dire dans sa nouveauté, ne semble pas être le fait unique d’Apollonios de Rhodes mais bien plutôt le reflet d’une conception propre à la période alexandrine dont les Argonautiques seraient en partie le reflet. Si l’hypothèse est hardie – car on ne peut ni dénier au poète sa part d’invention personnelle ni mesurer avec exactitude la part de vérité socio-historique – on trouve toutefois chez Callimaque une approche similaire35. De nouveau, les Aitia, bien qu’étant une œuvre fragmentée qui nous fournit des informations parcellaires, offrent des emplois de νέος qui montrent que le terme apparaît systématiquement en contexte de fondation d’une ville nouvelle ou de célébration de la politique nouvelle des Ptolémées. Deux exemples sont particulièrement édifiants à ce sujet. Il s’agit en premier lieu de l’aition de la fondation des cités siciliennes qui nous fournit trois occurrences de νέος étroitement liées à l’expression de la fondation de la ville. Tout d’abord, on trouve un lien explicite entre les éléments du paysage – ici les éléments météorologiques – et l’idée de nouveauté (fr. 43 Pf., 40-42) :

                                      ]ο.ωριδες Ὧραι
   †μὴ διὰ πεμφίγων <αἰ>ἐν ἄγου σι νέα.
φήσω καὶ Καμάριναν ἵν᾽ Ἵππαρις ἀγκύλος ἕρπει.

  • 36 Nous avons modifié la traduction de Y. Durbec (Callimaque. Fragments poétiques, Paris, Les Belles L (...)

[…] les heures automnales qui (?) avec les brises apportent toujours la nouveauté36.

22Ce lien est ensuite développé par les deux autres occurrences qui confirment la nouveauté de la fondation de la ville et les augures, ici le mauvais œil potentiel du mermnos (fr. 43 Pf., 63-68) :

καὶ γὰρ ὁ Βασκα[ί]νει πύργον ἐ[γειρόμεν]ον
γεωδαῖται καὶ σπάρτα διην εκὲς εὖτε βάλωνται,
στείνεα καὶ λευρὰς ὄφρα τάμ[ωσιν ὁ]δους.
μέρμν[ο]υ μοι πτερύγεσσι....[......]ου τε νέοιο
εἴ κοτετιξ[.]..ην λαὸν ἔποικον ἄ[γοις

  • 37 Ici aussi nous nous permettons de modifier la traduction proposée par Y. Durbec car nous interpréto (...)

Cet oiseau jette en effet le mauvais œil sur les tours [qui s’élèvent] et lorsque les arpenteurs déposent les cordes de mesure sur toute leur longueur afin de tracer des passages étroits et des routes planes. Aux ailes du mermnos nouveau me […] si […] tu devais conduire un peuple colonisateur37.

23Il s’agit ici d’un lien entre l’apparition récente de l’oiseau de mauvais augure, l’activité de fondation de la nouvelle ville et le déplacement du peuple colonisateur. Enfin, dans une dernière occurrence, l’emploi de νέος marque clairement la nouveauté de la fondation, suite à la consultation de l’oracle du dieu Apollon, étape fréquente dans les mythes de fondation de cités (fr. 43 Pf., 72-75) :

ὁ μὲν θε[..........]εσθαι
   ..]..[.]ν, ὁ δ᾽ ἀνίξουν εἶχε διχο[φροσύνην,
ἀλλήλοις δ᾽ ἐλύσαν· ἐς Ἀποόλ[λωνα δ᾽ ἰον]τες
   εἴρονθ᾽ ὁπποτέρου κτίσμα λέγοιτ[ο νέον.

L’un […] l’autre avaient un avis opposé. Ils furent en désaccord l’un avec l’autre et se rendirent auprès d’Apollon afin de demander lequel des deux donnerait son nom à la nouvelle colonie.

  • 38 Voir également l’idée de nouveauté qu’amène la question de l’étrangeté dans la représentation du pa (...)

24On voit donc que les occurrences de νέος sont fréquentes dans cet aition de fondation de cité nouvelle et que le terme apparaît étroitement lié aux éléments du paysage, de la météorologie ou des signes oraculaires, ornithologiques comme divins. Espace, paysage et divinité s’entremêlent autour de la notion de nouveauté chez Callimaque38. L’idée de fonder une nouvelle cité sur un nouvel espace n’est pas sans offrir des résonances favorables du côté de l’apparition de la nouveauté chez Apollonios de Rhodes qui tisse ensemble périple héroïque, paysage et espace nouveaux. Enfin, une toute dernière occurrence nous intéresse dans les Aitia, il s’agit de celle qui apparaît dans le célèbre fragment de la boucle de Bérénice (fr. 110 Pf., 60-63) :

φάσ]ιν ἐν πολέεσσιν ἀριθμιος ἀλλ[ὰ γένωμαι
   καὶ Βερ]ενίκειος καλὸς ἐγω πλόκαμ[ος,
ὕδασι] λουόμενόν με παρ’ ἀθα[νάτους ἀνιόντα
   Κύπρι]ς ἐν ἀρχαίοις ἄστρον [ἔθηκε νέον

comptée parmi les nombreux astres, mais [que je sois] moi, la belle boucle de Bérénice. Moi, baignée des flots, auprès des immortels […] Cypris me plaça entre les anciens astres, moi le nouvel astre.

  • 39 La dimension propagandiste du poème a déjà été soulignée par la critique : voir K. Gutzwiller, « Ca (...)

25Dans cet extrait se dit toute l’issue du poème, à savoir le catastérisme de la boucle royale qui devient une figure protectrice, secourable et bienfaitrice39. Ce geste, suivi de la consécration sous forme de constellation, inscrit dans l’espace du cosmos la marque de la nouveauté ptolémaïque puisqu’il s’agit d’une offrande de la reine Bérénice pour protéger son époux parti à la conquête de la Syrie, comme le rappelle C. G. Schwentzel :

  • 40 C. G. Schwentzel, « Les boucles d’Isis », dans L. Bricault (dir.), De Memphis à Rome. Actes du Ier  (...)

le fait que la boucle de Bérénice soit transformée en constellation, en étoiles secourables pour les navigateurs, n’est nullement le fruit du hasard ni d’un simple jeu poétique et courtisan. La signification symbolique des deux éléments, boucle et constellation, est en parfait accord. C’est la fonction secourable de la déesse qui est illustrée40.

26Ainsi, espace à conquérir, nouvelle géographie royale ptolémaïque et divinisation se trouvent ici scellés autour de l’emploi de νέον pour déployer le sens précis de « nouveauté » tel que l’entend le poète alexandrin Callimaque et qui va dans le sens des emplois d’Apollonios de Rhodes, la dimension propagandiste en moins.

27Enfin, cette singularité d’actualisation de l’idée de jeunesse qui passe par un type d’action plus que par une caractéristique physique de l’être trouve confirmation dans la logique de la grammaire, et ce, du point de vue même des Anciens. Si l’on peut toujours en référer à l’argument de la contrainte métrique dictant l’emploi de telle ou telle forme (νεῖον / νέον), il est en revanche un fait marquant pour notre réflexion : le recours massif aux emplois adverbiaux de νέος. Ceci est d’autant plus intéressant que la catégorie grammaticale de l’adverbe est, dès l’Antiquité, une catégorie clairement identifiée, singularisée et autonomisée dans les traités de grammaire qui voient le jour précisément au moment où Apollonios de Rhodes compose ses Argonautiques, alors même que les autres catégories grammaticales, comme celles du nom et de l’adjectif, connaissent des fluctuations théoriques. C’est ce qu’a démontré Jean Lallot qui note à propos du terme λόγος :

  • 41 J. Lallot, Études sur la grammaire alexandrine, Paris, Vrin, 2012, p. 287. Notons cependant que les (...)

la virtuosité des grammairiens ne doit pas faire illusion : l’existence d’un terme unique avait nécessairement pour corrélat, dans l’usage, une certaine dose de chevauchement (ou d’indécision) conceptuel(le)41.

  • 42 Voir ibid.

28Ainsi, l’autonomisation sémantico-syntaxique de l’adverbe, défini par les grammairiens grecs (Denys de Thrace, Apollonius Dyscole) comme « une partie de phrase non fléchie, dite du verbe ou appliquée au verbe42 », traduirait en termes de logique syntaxique une possible autonomisation de l’idée de jeunesse qui, en tant que concept émergeant, se définit dans l’esprit des Anciens par des actes et des décisions en rapport avec le nouvel ordre du monde, plus que par un état de fait physique. La pensée grammaticale étant, chez les Anciens et plus particulièrement à l’époque alexandrine, le reflet d’une pensée philosophique, elle peut représenter une transcription dans la chair de la langue d’une vision du monde. Une telle hypothèse trouve confirmation si l’on veut bien replacer les occurrences de νέος et de νεότης au sein de l’économie générale des Argonautiques.

Νέος et νεότης dans l’économie générale des Argonautiques : esthétique du brouillage et émergence d’une nouvelle figure du monde

Les emplois de νέος et νεότης : des positions signifiantes au regard de la diégèse

29De l’enquête menée ressort, outre les singularités d’emploi adverbial de l’un des rares mots traduisant l’idée de jeunesse, un lien plus étonnant de notre point de vue de contemporains, qui articule volontiers temps et espace. L’acte qui actualise la νεότης chez Apollonios de Rhodes est celui-là même qui opère à la jonction entre le temps – soit le temps « naturel » du rythme circadien, soit celui de la chronologie des actions narrées au cour du périple – et l’espace. Mais le cadre géographique n’est pas seulement sollicité, le paysage lui-même est dessiné et intégré comme élément fondamental de la réflexion sur les actions des héros, jeunesse de cette épopée alexandrine. Il a été montré, dans de récents travaux, combien le paysage est important dans la construction du sens nouveau de cette épopée qui rivalise avec le modèle homérique et cherche à le dépasser. La forte dimension intertextuelle se déploie précisément dans les espaces géographiques et paysagers au point de constituer des lieux privilégiés de démarcation par rapport au modèle homérique – figure textuelle de l’archaïsme – et de création singulière propre à la vision géographique et cartographique du monde d’Apollonios de Rhodes. Les occurrences étant nombreuses, nous nous proposons de nous concentrer sur deux moments particulièrement signifiants, pour l’un, du rapport de démarcation vis-à‑vis de l’archaïsme, et pour l’autre, du nouvel ordre du monde alexandrin.

30Il s’agit d’abord de la première occurrence de νέος, sous la forme νεῖον, dès l’ouverture de l’épopée, lors du premier morceau de bravoure attendu : le catalogue des héros. Si l’emploi de νεῖον ne concerne qu’un seul vers, le vers 125, il est cependant intéressant de replacer cette occurrence dans le passage entier (Arg., I, 122-132) :

Οὐδὲ μὲν οὐδὲ βίην κρατερόφρονος Ἡρακλῆος
πευθόμεθ᾽ Αἰσονίδαο λιλαιομένου ἀθερίξαι·
ἀλλ᾽ ἐπεὶ ἄιε βάξιν ἀγειρομένων ἡρώων
νεῖον ἀπ᾽ Ἀρκαδίης Λυρκήιον Ἄργος ἀμείψας,
τὴν ὁδὸν ᾗ ζωὸν φέρε κάπριον ὅς ῥ᾽ ἐνὶ βήσσῃς
φέρβετο Λαμπείης Ἐρυμάνθιον ἂμ μέγα τῖφος,
τὸν μὲν ἐνὶ πρώτοισι Μυκηνάων ἀγορῇσι
δεσμοῖς ἰλλόμενον μεγάλων ἀπεσείσατο νώτων,
αὐτὸς δ᾽ ᾗ ἰότητι παρὲκ νόον Εὐρυσθῆος
ὡρμήθη· σὺν καί οἱ Ὕλας κίεν, ἐσθλὸς ὀπάων
πρωθήβης, ἰῶν τε φορεὺς φύλακός τε βιοῖο.

Quant à la force d’Héraclès au cœur ferme, nous n’avons pas non plus ouï dire qu’elle avait trompé l’attente de l’Aisonide. Au contraire, quand il eut appris que les héros se rassemblaient, à peine eut-il parcouru le chemin qui le menait d’Arcadie dans l’Argolide Lyrkéienne, en portant vivant le sanglier qui paissait dans les vallons de Lampéia à travers le vaste marais de l’Erymanthos, qu’à l’entrée de la grand-place de Mycènes il secoua son large dos pour en faire tomber la bête enveloppée de liens ; puis, de sa propre initiative, malgré l’ordre d’Eurysthée, il s’élança. Avec lui venait Hylas, son noble écuyer, tout jeune adolescent, qui portait ses flèches et gardait son arc.

31Que nous apprend ici un adverbe qui, apparemment, ne dit que l’immédiateté d’une action ? On voit que, comme il a été noté précédemment, cette immédiateté est directement corrélée aux indications géographiques liées à la geste héroïque d’Héraclès. Christophe Cusset a démontré que toute l’évocation d’Héraclès revêt ici une forte valeur programmatique : elle dessine, dès l’orée de l’épopée, la ligne de réception de toute l’œuvre qui se propose de réfléchir sur les conditions d’existence des valeurs héroïques et leur (re)définition par les jeux intertextuels de distanciation et de réorientation de la matière homérique. L’analyse critique mérite d’être rappelée :

  • 43 C. Cusset, B. Acosta-Hughes, art. cit.

Cette présence donnée pour originale doit être mise aussitôt en relation avec une autre caractéristique de l’apparition d’Héraclès, qui est ici son lien au passé, selon différentes modalités. […] au moment même où il surgit dans le récit, Héraclès est désigné comme le sont les héros de l’épopée archaïque. C’est donc une tension qui s’installe dans le récit entre l’archaïsme de la formulation (qui se rapproche d’Homère) et le renouvellement de la matière mythologique et narrative (qui s’éloigne d’Homère par le choix d’un événement antérieur à la guerre de Troie rapportée dans l’épopée homérique). D’autre part, alors que la figure de Jason est entièrement inscrite dans cette aventure argonautique, Héraclès est aussitôt rapporté à un autre cycle mythique qui lui est propre, celui des douze travaux imposés par Eurysthée : Héraclès est déjà impliqué dans des aventures héroïques (ici il est en train de capturer le sanglier d’Érymanthe), aventures que l’épisode argonautique vient interrompre de manière parasitaire. Or, le lecteur sait qu’Héraclès est avant tout le héros des douze travaux : l’interruption même de ses travaux laisse entendre qu’il a mieux à faire ailleurs ; cette imbrication des deux cycles mythiques semble donc de nature à introduire une nouvelle tension entre un cycle déjà inscrit dans le passé parce qu’il est déjà bien entamé, et un autre cycle orienté vers l’avenir parce qu’il ne fait ici que commencer. […] Il y a une erreur, une incohérence de type mythologique dans cette imbrication de cycles mythologiques concurrents. Cette difficulté présentée ici par le narrateur sur le simple plan du récit est certainement à lire sur un plan esthétique plus large comme la tension entre un archaïsme partiellement dépassé et le renouvellement poétique proposé par les Alexandrins43.

32Ainsi, d’une contiguïté spatio-temporelle qui semblait ne prendre sens que d’un point de vue syntaxique, se dégagent des enjeux bien plus importants pour notre compréhension des occurrences de νέον et du sens que revêtent les diverses actualisations de la νεότης chez Apollonios de Rhodes.

  • 44 Voir à ce propos A. Hurst, « L’énigme dans la trame. Quelques allusions chez Apollonios de Rhodes » (...)

33Il est clair que le poète a à sa disposition plusieurs ressources sémantiques, syntaxiques et stylistiques pour signifier l’immédiateté d’une action. L’emploi de νέον, avec ses formes fléchies de νέοι ou dérivées de νεότης, ne peut pas être un choix anodin : bien au contraire, le poète, subtil compositeur et amateur d’énigmes44, construit patiemment un réseau sémantique autour de ces termes, déployant ce que lui – et sans doute l’esprit alexandrin dont il est un représentant – se figure à propos des questions de jeune héros, de groupe de jeunes gens, d’actes symboliques et emblématiques de la jeunesse. Et ceci en regard subtil (et non pas tranché par une ferme opposition entre la jeunesse et la vieillesse comme chez Homère) des anciennes valeurs, les valeurs de l’archaïsme, qui semblent n’être intégrées que pour mieux être questionnées et dépassées sans pour autant être niées, ou pire, oubliées.

34De ce point de vue, outre le déplacement de la sphère sémantique à la sphère syntaxique qui métaphorise celui des caractéristiques de l’être (des « accidents » de la substance, diraient les grammairiens héritant du système de pensée aristotélicien) sur les actes mêmes, sur les prises de décision des jeunes héros, ce sont les moments cruciaux de la diégèse au sein desquels les occurrences de νέον – surtout les plus fréquentes qui articulent temps et espace – qui délimitent bien mieux le sens qu’il nous faut mettre derrière les actes délibérés de cette jeunesse, nouvelle figure héroïque d’un monde qui, lui aussi, se transfigure au gré des nouvelles formes et frontières qu’il revêt, et ce, dans une logique spatio-temporelle proche de celle de Callimaque, la dimension propagandiste, s’il y en a une chez Apollonios de Rhodes, étant bien plus ténue.

  • 45 Voir C. Cusset, « Le Jason d’Apollonios de Rhodes : un personnage romanesque ? », dans B. Pouderon  (...)
  • 46 L.‑N. André, « Le Jason d’Apollonios de Rhodes, un héros paysan ? », Gaia 15, 2012, p. 183-209.
  • 47 « Jouant sur la connaissance qu’a le lecteur des codes de l’épopée homérique, Apollonios de Rhodes (...)

35Un autre exemple confirme bien le congé des valeurs archaïques dont Héraclès est le représentant – outre l’assemblée et le vote en faveur de Jason sur lequel nous allons revenir car il concerne le choix des νέοι – au cours de l’épisode clef qui doit démontrer la valeur physique et guerrière de Jason, ainsi que son courage : l’enlèvement de la Toison d’Or, finalité de l’expédition des Argonautes. Dans cette scène, dont la réflexion sur le statut du héros est préparée par l’épisode des labours de la plaine infertile d’Aia après la domestication des taureaux d’airain45, s’opère un complet retournement de situation. Ce n’est pas par la bravoure que Jason vient à bout de cette terrible épreuve infligée par le roi des Colques mais c’est grâce à la magie et aux onguents magiques préparés par les soins de Médée que Jason peut triompher. De même, lors de l’enlèvement de la Toison d’Or, c’est encore la magie de Médée qui endort le dragon, magie qui intègre précisément l’usage d’un rameau de genévrier fraîchement coupé – ou plutôt, au vu des renversements de valeurs et des émergences sémantiques insoupçonnées, pourrions-nous peut-être aller jusqu’à traduire, en glosant un peu, par « nouvellement coupé », « coupé pour la première fois » ou « coupé d’une main novatrice ». C’est donc bien au sein de deux scènes (III, 1384 et IV, 156) symboliques du complet changement de statut héroïque – au point de transformer, pour la première, Jason en héros paysan46 et, pour la seconde, Médée en héroïne47 – que l’adverbe νέον révèle avec évidence la logique des nouvelles valeurs portées par les Argonautiques qui définissent la jeunesse – ici la jeunesse des héros – d’abord et avant tout par une prise de décision et des actes qui sont en rupture avec la logique archaïque des épopées homériques. En outre, comme nous l’avons constaté pour chacune des autres occurrences de νέον, la temporalité de l’action – voire sa nouveauté – est toujours en lien avec l’espace, la géographie ou le paysage singulier de l’épisode évoqué.

  • 48 Voir à ce propos L.‑N. André, « Lemnos chez Apollonios de Rhodes : ekphrasis, paysage insulaire et (...)
  • 49 La métaphore, héritage homérique, joue donc un rôle essentiel dans la connivence avec le lecteur et (...)
  • 50 Voir C. Cusset, « L’Italie vue d’Alexandrie : Homère revisité par Apollonios de Rhodes », Lalies 21 (...)

36On pourrait multiplier ce genre de remarques à propos des autres occurrences relevées. En I, 737, il s’agit d’insister sur les fondations tout juste érigées par Amphion et Zéthos à Thèbes, mais cette scène est en réalité la description d’une partie du manteau de Jason. Or, on a démontré toute la valeur programmatique contenue dans cette ekphrasis qui passe essentiellement par le paysage48. En I, 1003, la métaphore des poutres fraîchement équarries tisse des liens avec le paysage du Dindymon et les géants qui ont attaqué les Argonautes et contre lesquels Héraclès s’est battu. De nouveau, c’est l’intertextualité homérique distanciée qui interagit avec le modèle archaïque pour le dépasser : le congé des valeurs archaïques et leur transformation en valeurs hellénistiques se lisent précisément, dans ce passage, au travers de la transfiguration esthétique du paysage : du locus horridus au locus amoenus49. De même, en I, 1095, les prophéties « nouvellement » révélées à Jason par l’alcyon sont en lien étroit avec la nature du paysage du Dindymon qui oscille entre locus horridus, lieu d’une geste archaïque que congédient les Argonautes, et locus amoenus, apparu après les offrandes à la déesse et l’idole artistement ouvragée déposée par les jeunes héros « civilisateurs ». Enfin, en IV, 1231, où, après avoir choisi des routes qu’Ulysse n’avait jamais empruntées, l’Argô, revenue après s’être éloignée, d’abord dans les sables de Libye, ensuite dans l’espace insulaire ausonien et occidental, périple au cours duquel la rencontre avec les Sirènes se transforme en réflexion métapoétique sur la transmission d’une nouvelle forme de savoir : celle de la nouvelle carte du monde50, les Argonautes sont enfin en vue de la terre de Pélops qui annonce le retour au pays natal.

  • 51 Voir, entre autres, F. Vian, « Les retours des Argonautes et le progrès des connaissances géographi (...)

37Comme l’indique ce dernier exemple, l’apparition de νέον, pour articuler temps et espace en des lieux géographiques et paysagers cruciaux sur le plan de l’économie générale de l’œuvre, n’en embrasse pas moins une valeur métapoétique qui permet à Apollonios de Rhodes de signifier, par de subtils jeux érudits dans le pur esprit alexandrin, que la jeunesse des personnages de son épopée actualise en réalité sa valeur héroïque, non pas sur le plan des actions épiques attendues selon une ligne de réception homérique, mais bien plus par sa capacité à décider, explorer et valider un nouvel ordre du monde, ce que confirme le rapprochement avec Callimaque. C’est ce que vient montrer, par les emplois nominaux de νέοι, le « dialogue » entre le groupe de jeunes gens et le « leader » « nouveau géographe51 » qu’est Jason.

Les emplois nominaux de νέος : quand la jeunesse valide le nouvel ordre du monde

  • 52 W. Arend (Die typischen Szenen bei Homer, Berlin, 1933) a répertorié les divers aspects typiques de (...)

38Les emplois nominaux de νέος, toujours présentés sous leur forme de masculin pluriel au nominatif, désignent, dans toutes leurs occurrences au cours de l’œuvre, un groupe de jeunes gens, équipage de l’Argô, que Jason consulte régulièrement pendant le périple. Ils se présentent toujours comme un groupe uni et fédéré, émanation harmonieuse d’une jeunesse qui suit son « leader » jusqu’aux confins du monde connu. Tout commence par la scène du repas sur le rivage la nuit précédant le départ de l’Argô, scène typique de l’univers homérique52, alliant cadre paysager agréable et moment de détente (Arg., I, 450-461) :

ἦμος δ᾽ ἠέλιος σταθερὸν παραμείβεται ἦμαρ,
αἱ δὲ νέον σκοπέλοισιν ὕπο σκιόωνται ἄρουραι,
δειελινὸν κλίνοντος ὑπὸ ζόφον ἠελίοιο,
τῆμος ἄρ᾽ ἤδη πάντες ἐπὶ ψαμάθοισι βαθεῖαν
φυλλάδα χευάμενοι πολιοῦ πρόπαρ αἰγιαλοῖο
κέκλινθ᾽ ἑξείης· παρὰ δέ σφισι μυρί᾽ ἔκειτο
εἴδατα καὶ μέθυ λαρόν, ἀφυσσαμένων προχόοισιν
οἰνοχόων. μετέπειτα δ᾽ ἀμοιβαδὶς ἀλλήλοισιν
μυθεῦνθ᾽ οἷά τε πολλὰ νέοι παρὰ δαιτὶ καὶ οἴνῳ
τερπνῶς ἑψιόωνται, ὅτ᾽ ἄατος ὕβρις ἀπείη.
ἔνθ᾽ αὖτ᾽ Αἰσονίδης μὲν ἀμήχανος εἰν ἑοῖ αὐτῷ
πορφύρεσκεν ἕκαστα, κατηφιόωντι ἐοικώς·

À l’heure où le soleil dépasse la station du zénith, où l’ombre des rochers commence à couvrir les campagnes, quand le soleil descend pour plonger sous les ténèbres du soir, tous maintenant, sur le sable, après avoir étendu un épais feuillage le long du rivage blanc d’écume, étaient placés côte à côte ; près d’eux, en abondance, étaient disposés les mets et le vin délicieux que les échansons puisaient avec des cruches. Puis, ils conversaient entre eux en échangeant ces nombreuses plaisanteries agréables aux jeunes gens qu’égayent la bonne chère et le vin, quand la funeste démesure est absente. Cependant, l’Aisonide, plein d’angoisse, pensait en lui-même à tous les dangers à venir, l’air accablé de tristesse.

39Nous avons souhaité citer le passage en entier car il présente deux coup sur coup occurrences de νέος. Tout d’abord, νέον apparaît pour marquer le rythme circadien dans un contexte paysager soigné qui joue sur les contrastes d’orientation spatiale : verticalité avec le zénith (σταθερόν) mis en relief, si l’on peut dire, au zénith même du vers puisque les deux coupes penthémimère et hephthémimère l’encadrent, et horizontalité avec les rochers (σκοπέλοισιν) qui étendent leur ombre sur la vaste campagne. Opposition spatiale que vient relayer un contraste de couleurs portées par la lumière du soleil qui plonge dans les ténèbres avec un jeu d’écho entre κλίνοντος à la fin du premier hémistiche et ἠελίοιο à la fin du vers, contraste qui se déploie sur l’espace environnant comme l’ombre de la nuit touchant les éléments mêmes du paysage avec l’opposition entre les ténèbres de la nuit et la blancheur du rivage écumant (πολιοῦ […] αἰγιαλοῖο).

  • 53 Homère, Od., III, 487 (auquel répond le vers 452 d’Apollonios) et III, 38 (auquel répond le vers 45 (...)

40Ensuite, νέοι présente les jeunes gens unis, couchés les uns à côté des autres (κέκλινθ᾽ ἑξείης – formule qui fait écho au style homérique53) et qui discutent entre eux en plaisantant : ἀλλήλοισιν marquant la réciprocité est bien mis en valeur à la fin du vers. La convivialité vient rehausser le tout, avec la circulation des plats et du vin (δαιτὶ καὶ οἴνῳ). À cet égard, remarquons la place centrale de νέοι dans le vers, littéralement enserré entre les plaisanteries et la bonne chère (μυθεῦνθ᾽ οἷά τε πολλὰ νέοι παρὰ δαιτὶ καὶ οἴνῳ) qui rendent heureux, comme le marquent l’adverbe et le verbe mis en relief par le rejet au début du premier hémistiche du vers suivant (τερπνῶς ἑψιόωνται).

41Ainsi, c’est sur un tableau harmonieux que s’ouvrent les relations entre le groupe de jeunes gens de l’équipage, les νέοι, et leur « leader » Jason. Pourtant, dans ce tout premier extrait, le chef est singularisé par rapport au groupe : il s’oppose à eux par son humeur inquiète quand tout le monde se réjouit : ἔνθ᾽ αὖτ᾽ Αἰσονίδης μὲν ἀμήχανος. D’emblée, le poète nous indique que l’union entre l’équipage et son chef est encore à faire et que les épreuves devront être surmontées ensemble. C’est sans doute par l’accomplissement de l’enlèvement de la Toison d’Or que Jason réjouit son équipage, comme nous l’indique la dernière occurrence de νέοι soulignant l’étonnement et l’admiration générale à la vue de l’objet précieux (Arg., IV, 183-185) :

Ἠὼς μέν ῥ ἐπὶ γαῖαν ἐκίδνατο, τοὶ δ᾽ ἐς ὅμιλον
ἷξον. θάμβησαν δὲ νέοι μέγα κῶας ἰδόντες
λαμπόμενον στεροπῇ ἴκελον Διός […]

L’aurore déjà se répandait sur la terre quand ils rejoignirent la troupe. La stupeur saisit les jeunes gens à la vue de la vaste toison qui brillait comme l’éclair de Zeus.

  • 54 Voir à ce propos L.‑N. André, « Regard et représentation du paysage dans l’épopée grecque d’époque (...)

42Ici aussi nous retrouvons le groupe des jeunes gens unis par une même réaction, la stupeur, l’étonnement admiratif face à l’objet de la quête épique. De nouveau, c’est une expression héritée d’Homère qui marque cet étonnement avec la formule θάμβησαν […] μέγα. Notons cependant qu’au cœur même de cette formulation homérique Apollonios de Rhodes opère quelques changements significatifs. Tout d’abord, la formule homérique « canonique » est celle du μέγα… θαῦμα ou du verbe θαύμαζειν plutôt que celle du θάμβος ou du verbe θαμβέω, qui tendent à les remplacer dans l’épopée posthomérique (Quintus de Smyrne, Nonnos de Panopolis, entre autres)54. Ensuite, notons que la tmèse entre l’emploi adverbial de μέγα et le substantif θαῦμα ou le verbe θαύμαζειν est, dans la mesure du possible, le plus souvent évitée. Or, ici, Apollonios de Rhodes pratique une double substitution : celle du vocabulaire et celle de la tmèse. Il crée ainsi, au sein même d’une formule archaïque, sa propre composition : il enserre l’occurrence de νέοι au cœur de l’action / réaction collective qui soude l’équipage à l’action de son « leader ». Ces deux occurrences de νέοι qui encadrent le reste de l’action des jeunes gens et du héros au cœur du périple ont donc une valeur métapoétique : elles montrent qu’au sein même d’une composante épique héritée d’Homère se dessinent de nouvelles valeurs, de nouvelles façons de recevoir et d’accomplir les valeurs épiques.

  • 55 C. Cusset, B. Acosta-Hughes, art. cit., § 5-8.
  • 56 L.‑N. André, « L’escale à Cyzique (Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques, I, 922-1152) : espaces (...)

43La jeunesse domine, elle est là pour valider les actions de son chef que le reste des occurrences de νέοι vont développer. En I, 341, 1134 ; III, 194, 555 ; IV, 184, 503, il s’agit tout d’abord d’élire Jason à la place d’Héraclès : de nouveau se rejoue le congé des valeurs archaïques dont Héraclès est porteur55. L’étape finale du livre I, au vers 1134, montre, par la danse armée des jeunes gens, que l’équipage fonctionne bien ainsi et que, solidaires, les Argonautes peuvent opérer leur action « civilisatrice » sur des espaces qui se présentaient comme barbares56. Ensuite, une fois cette solidarité installée et son efficacité prouvée, les autres occurrences de νέοι présentent le groupe de jeunes gens, en assemblée, consultés par Jason ou un délégué en son absence (Pélée) à propos des plans d’action et des voies à suivre (sur terre au chant III puisque la scène se passe à Aia, capitale de la Colchide, et sur mer au chant IV puisqu’il s’agit des voies maritimes du retour). Jason apparaît bien comme un « leader » novateur qui prend des risques en proposant des plans d’action et de nouvelles routes qu’Homère n’avait pas évoquées dans son épopée. Mieux encore, l’ensemble de la jeunesse qui accompagne ce chef actualise son statut même de jeunesse en validant les propositions d’un chef « nouveau cartographe ».

44Ce sont donc les nouvelles voies et les nouvelles formes du monde (carte mentale, géographie et paysage) que cette jeunesse valide, c’est par l’acte de reconnaissance et d’assentiment d’un nouveau monde que la jeunesse se définit comme telle dans l’épopée du poète alexandrin qui s’inscrit dans un écrin archaïque pour mieux en intégrer et dépasser les valeurs. Cette lecture instaurant une tension entre deux ordres pour mieux faire émerger de nouvelles conceptions trouve confirmation dans les occurrences de νεότης qui proposent au lecteur un véritable programme de lecture de l’ensemble des occurrences du champ sémantique de νέος.

Les emplois de νεότης et leur valeur métapoétique

Νεότης : substitut ou hyperonyme programmatique de νεός ?

45Dans ce dernier temps d’analyse du lexique de la jeunesse dans les Argonautiques, nous nous intéresserons aux emplois, peu nombreux mais décisifs, du terme νεότης (II, 327, 481 ; IV, 1585). Deux faits sont à retenir : dans toutes les occurrences, le terme est bien un hyperonyme qui recouvre les sens que nous attribuons à la « jeunesse », à savoir l’âge peu avancé, la jeunesse de l’âge mais encore la fougue, l’entêtement et l’inexpérience corrélatifs à cet âge jeune. Autre fait marquant : aucune occurrence du terme νέοι désignant l’ensemble des jeunes gens de l’Argô n’est présente dans le deuxième chant. C’est le terme νεότης qui s’y substitue. En contexte, on voit apparaître, de manière plus explicite que pour le reste du champ lexical de νεός, un système d’opposition entre la raison et la sagesse apportée par l’âge et la sottise et l’inexpérience dues à la jeunesse. Les deux occurrences du chant II le montrent clairement. Tout d’abord, quand Phinée révèle aux Argonautes ses conseils sur la route à suivre pour le voyage jusqu’en Colchide (Arg., II, 324-327) :

τῶ νῦν ἡμετέρῃσι παραιφασίῃσι πίθεσθε,
εἰ ἐτεὸν πυκινῷ τε νόῳ μακάρων τ᾽ ἀλέγοντες
πείρετε, μηδ᾽ αὔτως αὐτάγρετον οἶτον ὀλέσθαι
ἀφραδέως ἰθύετ᾽ ἐπισπόμενοι νεότητι.

Aussi, maintenant, suivez vos conseils, si vraiment la sagesse et le respect des dieux guident votre voyage, et gardez-vous de courir volontairement à un suicide inutile en allant droit devant vous, à l’étourdie, avec la fougue de la jeunesse.

46On voit bien ici s’opposer deux logiques : celle de la sagesse et du respect des dieux (πυκινῷ τε νόῳ μακάρων) portée par les prédictions de Phinée le vieillard doué de visions prémonitoires, et celle du danger de mort (ὀλέσθαι) à cause de la jeunesse inconsciente (νεότητι). Il en va de même quand, quelques vers plus loin, lors du second récit des prédictions de Phinée (un épisode mythologique à valeur paradigmatique est raconté), le protagoniste commet un acte d’impiété et d’absence de compassion à cause de l’entêtement et de la bêtise de la jeunesse en coupant l’arbre d’une Nymphe Hamadryade malgré ses supplications (Arg., II, 476-481) :

            ὁ γὰρ οἶος ἐν οὔρεσι δένδρεα τάμνων
δή ποθ᾽ ἁμαδρυάδος νύμφης ἀθέριξε λιτάων,
ἥ μιν ὀδυρομένη ἀδινῷ μειλίσσετο μύθῳ
μὴ ταμέειν πρέμνον δρυὸς ἥλικος, ᾗ ἔπι πουλύν
αἰῶνα τρίβεσκε διηνεκές· αὐτὰρ ὁ τήνγε
ἀφραδέως ἔτμηξεν ἀγηνορίῃ νεότητος.

Celui-ci, une fois que, seul, il coupait des arbres dans la montagne, avait dédaigné les prières d’une Nymphe Hamadryade qui, gémissante, l’adjurait par des pressantes suppliques de ne pas couper le tronc du chêne aussi vieux qu’elle, où elle avait vécu depuis toujours sa longue existence. Mais l’imprudent coupa l’arbre, avec la témérité de la jeunesse.

47L’antagonisme jeunesse / vieillesse passe par l’opposition entre l’impiété envers un arbre protégé par une figure divine caractérisée par son grand âge et la témérité de la jeunesse qui pousse à des actes stupides.

48Dans ces deux occurrences, toutes deux issues des prophéties de Phinée, il faut noter les subtils jeux de renversements entre jeunes et vieux, entre vieillesse-sagesse et jeunesse-folie. Mais, si l’on retrouve l’opposition jeunesse / vieillesse caractéristique de l’épopée homérique, les enjeux sont déplacés : non seulement on est face à un hyperonyme qui tend à présenter la jeunesse comme une notion de plus en plus autonome, mais encore l’opposition jeunesse / vieillesse est ici subtilement inversée.

49Ces deux occurrences en effet, répétées dans les propos dédoublés de Phinée, sont comme redoublées et prennent une importance particulière. C’est surtout la seconde qui nous intéresse. La parabole du jeune bûcheron inconséquent est en réalité l’histoire du père d’un homme qui est venu consulter Phinée afin qu’il lève la malédiction qui pesait sur lui depuis que ce père avait commis l’impiété envers la Nymphe Hamadryade. Il est important de noter ici que la faute s’est transmise d’une génération à l’autre. Dans le contexte mythologique, la faute du père, commise dans sa jeunesse, équivaut alors, par rapport au fils et encore plus par rapport aux auditeurs présents (dans le temps de la diégèse) que sont les Argonautes, à une faute commise dans l’ancien temps, par qui est, pour eux, un Ancien : il y a clairement ici un jeu sur les strates temporelles qui dénonce en réalité une faute qui remonte aux Anciens et qui rejaillit sur les plus jeunes. Le fils de cet homme maudit, plus jeune que le père, fait ainsi preuve de sagesse en venant interroger Phinée, devin figure emblématique de la sagesse. C’est donc sur les épaules du jeune fils que repose l’acte pieux et sage de briser la malédiction et de réparer une faute ancienne. Les valeurs sont renversées de sorte que le fils, qui est situé chronologiquement entre le père fauteur et les Argonautes, figure de la nouvelle génération, apparaisse comme une interface, une figure paradigmatique des Argonautes eux-mêmes. C’est à la nouvelle génération de ne pas commettre les erreurs du passé et de faire preuve de sagesse : voilà qui reprogramme alors entièrement la lecture des vers qui ouvrent l’épopée argonautique (Arg., I, 1‑4) :

Ἀρχόμενος σέο, Φοῖβε, παλαιγενέων κλέα φωτῶν
μνήσομαι, οἳ Πόντοιο κατὰ στόμα καὶ διὰ πέτρας
Κυανέας βασιλῆος ἐφημοσύνῃ Πελίαο
χρύσειον μετὰ κῶας ἐύζυγον ἤλασαν Ἀργώ.

C’est en t’invoquant, divin Apollon, que je commencerai à célébrer la gloire de ces anciens héros qui, par l’ordre du roi Pélias, firent voguer le navire Argo à travers l’embouchure du Pont-Euxin et les rochers Cyanées pour conquérir une toison d’or.

50Ces anciens héros, qui prennent les traits de la jeunesse alexandrine, sont donc le passé futur du lecteur qui doit les conserver comme exemples d’innovation et non comme passé parfois associé à l’erreur. En outre, cette sagesse de la jeunesse qui sait innover en corrigeant les erreurs du passé, si on veut bien la lire en regard des deux récits de prédiction de Phinée, s’actualise précisément dans le parcours, dans les routes de terre et de mer que les Argonautes doivent suivre. La sagesse des jeunes à la période alexandrine est celle qui est capable de tracer ses routes au sein d’un monde dont les contours sont en pleine mutation.

51Enfin, la dernière occurrence de νεότης en IV, 1585, dans le dernier quart du dernier chant, renchérit sur cette opposition mais dans un autre contexte. Il s’agit de la théophanie de Triton, surgi des eaux de son lac pour guider les Argonautes vers la passe qui les remettra à flot et leur permettra de poursuivre leur retour (Arg., IV, 1571-1572 et 1584-1585) :

Ὧς ἄρ᾽ ἔφη· ὁ δὲ χεῖρα τανύσσατο, δεῖξε δ’ ἄπωθεν
φωνήσας πόντον τε καὶ ἀγχιβαθὲς στόμα λίμνης·
“[…]
ἀλλ᾽ ἴτε γηθόσυνοι, καμάτοιο δὲ μή τις ἀνίη
γιγνέσθω, νεότητι κεκασμένα γυῖα μογῆσαι.”

À ces mots, Triton étendit la main et leur montra au loin par ces mots le large et la bouche profonde du lac […] « Allez joyeusement et que ne survienne aucune épreuve assez pénible pour accabler des corps pleins de jeunesse. »

52Dans cette dernière occurrence, il est intéressant de voir comment, après que la jeunesse qu’incarnent les Argonautes dans leur ensemble a fait ses preuves durant tout le périple, Triton, figure de la sagesse ancestrale, ne se pose pas en donneur de leçons mais leur souhaite bien plutôt un retour heureux et sans embûches. Pour mieux comprendre comment s’opère la validation de cet ordre du monde, il faut replacer Triton dans le contexte diégétique de cet épisode :

  • 57 L.‑N. André, S. Lécole-Solnychkine, « Le marais, figure du Neutre ? », dans B. Sajaloli, S. Servain (...)
  • 58 F. T. Griffiths, « Claiming Libya: Peleus and the Ptolemies in Apollonius Rhodius’ Argonautica », d (...)
  • 59 L.‑N. André, « Triton », dans D. Lanni (dir.), Bestiaire fantastique des voyageurs, Paris, Arthaud, (...)

Sur le chemin du retour, après avoir conquis la Toison d’Or, Jason et son équipage se font repousser loin des côtes natales par une violente tempête qui les fait s’échouer en Lybie. Enlisée dans les sables et les marais, Argô ne peut plus bouger, les marins sont prisonniers. Après douze jours de halage du navire sur leurs épaules, en plein désert, ils rencontrent enfin une étendue d’eau, le lac Triton. C’est par l’intervention de la divinité protectrice de cette zone humide, mi-marais, mi-lac, qui va ouvrir une brèche jusqu’à la mer, que les Argonautes vont pouvoir repartir à bord d’Argô. Cette intervention n’est possible en réalité que parce que Triton partage les caractéristiques physiques du lieu sur lequel il veille57. Triton est, dans l’imaginaire d’Apollonios de Rhodes, un monstre-paysage sur lequel il peut agir. En aidant les Argonautes à repartir et à boucler leur périple, Triton permet la validation d’un parcours sur terre et sur mer qui dessine le nouvel ordre du monde alexandrin, il insiste notamment, par cette brèche symbolique, sur les liens qui existent entre la terre libyenne (l’Égypte ptolémaïque depuis laquelle s’exerce le pouvoir depuis la mort d’Alexandre) et la terre grecque, celle des mythes et de l’identité grecque58. Ainsi, de la mer au marais, Triton, par son hybridité métaphorique de monstre-paysage, participe de la mise en ordre du monde dans l’imaginaire antique59.

53Les Argonautes, tout jeunes qu’ils soient, ont désormais acquis une forme de sagesse qui, pour être l’apanage des Anciens, n’est pas, formellement, la leur propre. S’ils ne s’opposent plus aux Anciens, ce n’est pas en répétant leurs actes aveuglément mais au contraire en décidant eux-mêmes de leurs propres actes sans pour autant renier ni oublier ceux des Anciens. Ils incarnent alors une certaine harmonie qui va au-delà des questions d’âge et de genre. Cette harmonie prend corps dans le paysage et la nouvelle carte du monde que les jeunes Argonautes viennent d’inaugurer.

54Nous l’avons vu, l’enquête lexicale menée à partir des deux termes νέος et νεότης révèle un spectre sémantique surprenant : non seulement la jeunesse n’est plus présentée en comparaison systématique avec la vieillesse dont elle doit écouter les leçons et les sages conseils, comme chez Homère, mais encore les emplois ne suffisent pas à clairement établir les contours physiques, génériques et sociaux de ceux qui sont jeunes. Si les critères génériques et physiologiques ne suffisent pas ou si, plus précisément, ils sont (volontairement ?) brouillés par Apollonios de Rhodes qui actualise une autre acception de l’idée de jeunesse, ce sont les fonctions syntaxiques qui mettent en lumière cette « neutralisation » (volontaire ?) des emplois de νέος (confirmée par ceux de νεότης). C’est par l’action en effet, et l’action seule, que la jeunesse s’actualise. L’accent est donc mis sur les actes ou les pensées issues des jeunes gens, c’est-à‑dire sur le résultat produit par une jeune personne ou par un groupe de jeunes gens. L’emploi au neutre, le plus souvent en position adverbiale, de νέος tend vers l’abstraction et vers l’autonomisation de la notion pour construire un basculement sémantique qui fait passer les termes de νέος et νεότης de leur sens de « jeune personne » et de « jeunesse » à celui de « nouveauté, production nouvelle, regard nouveau porté sur le monde ». On découvre alors un lien très fort entre temps et espace, et la question du sens à donner à la nouveauté alexandrine doit être replacée dans le cadre plus large de la conception du temps propre au poète. Cette conception lie étroitement, et de manière causale, le passé, le présent et le futur. De ce point de vue, la comparaison avec les emplois de νέος chez Callimaque permet de montrer qu’il s’agit bien d’une conception de la jeunesse et de la nouveauté qui est partagée par les deux poètes et qui a donc des chances d’être le reflet d’un changement de mentalité propre à la culture hellénistique, la nouveauté étant désormais la qualité de regard que l’on porte sur le « nouveau » monde alexandrin. Dans un dernier temps, l’analyse comparative des emplois de νέος avec ceux de νεότης permet de clarifier les rapports entre la jeunesse et son antonyme, entre la nouveauté et le passé, dans une subtile inversion des rapports établis depuis Homère entre les deux catégories d’âge et leurs attributions respectives. Dans l’ensemble des occurrences de νεότης chez Apollonios de Rhodes, on voit que la forme de sagesse que la jeunesse acquiert et exerce pendant son temps béni est précisément celle qui corrige les erreurs passées, les erreurs commises par la vieillesse. C’est donc une jeunesse responsable, active et autonome que les Argonautiques donnent à voir, une jeunesse qui actualise la nouveauté de cette culture riche de métissage, qui ne renie pas ses Anciens mais les corrige pour mieux les actualiser et devenir à son tour, dans un futur construit selon la culture développée par la dynastie des Ptolémées, les Anciens des Nouveaux.

Top of pageTop of page

Notes

1 Voir É. Prioux, « Présentation », Aitia 1, 2011. DOI : 10.4000/aitia.62.

2 Voir également U. Mattioli, Senectus. La vecchiaia nell’antichità ebraica e cristiana. III, Ebraismo e cristianesimo, Bologne, Pàtron, 2007, ainsi que N. Lhostis, R. Loriol, C. Sarrazanas (dir.), Discours antiques sur la tradition. Formes et fonctions de l’ancien chez les Anciens, Actes du colloque de Lyon, 16 et 17 novembre 2011, Lyon, CEROR, 2015.

3 Les références sont disséminées dans divers champs de recherche comme l’archéologie, l’histoire de l’art, l’anthropologie et la littérature. Nous donnons ici quelques orientations bibliographiques pour le lecteur. Dans le cadre spécifique du champ littéraire qui est le nôtre, nous renvoyons, pour les éléments bibliographiques les plus récents, à É. Prioux, « Images de la statuaire archaïque dans les Aitia de Callimaque », Aitia 1, 2011. DOI : 10.4000/aitia.74 ; C. Pouzadoux, « Archaïsme et construction identitaire en Grande-Grèce : notes sur le Palladion d’Athéna dans la céramique italiote », Aitia 1, 2011. DOI : 10.4000/aitia.87 ; C. Cusset, B. Acosta-Hughes, « Héraclès comme figure de l’archaïsme dans la poésie hellénistique », Aitia 1, 2011. DOI : 10.4000/aitia.105.

4 Ce n’est pas tant que la question n’a pas été soulevée, mais elle a surtout été envisagée du point de vue de la notion de jeunesse, notion qui, nous le verrons dans cette étude, est étroitement corrélée à la question de nouveauté, ne serait-ce que par l’emploi du lexique. Nous essaierons de camper cependant la singularité de ce sémantisme à l’époque hellénistique.

5 « La jeunesse conçue comme une phase de formation entre l’adolescence et la vie d’adulte, comme un âge particulier de la vie précédant la maturité sociale qui se définit par un changement d’activité, de situation familiale et de résidence, est en effet un concept né avec l’industrialisation, au xixe siècle. La classe d’âge des jeunes gens âgés de 19 à 24 ans a alors reçu un statut particulier, car elle était celle où devaient être formés les futurs producteurs de la société industrielle par l’éducation de masse. La jeunesse qui se serait constituée ainsi en tant que classe d’âge originale avec l’industrialisation disparaît de nos jours avec l’avènement de la société post-industrielle. Dans ces conditions, toute étude sur la jeunesse dans le cadre de l’Antiquité grecque et romaine serait marquée par l’anachronisme. Et pourtant, la jeunesse grecque, de même que la jeunesse romaine, est une réalité incontestable. Tout est une question de vocabulaire. Les classes d’âge sont en effet présentes dans toutes les sociétés de l’Antiquité gréco-romaine, de l’époque archaïque jusqu’à l’Antiquité tardive » (B. Legras, Néotês. Recherches sur les jeunes grecs dans l’Égypte ptolémaïque et romaine, Genève, Droz, 1999, p. 1).

6 La bibliographie est assez importante : C. A. Forbes, Neoi. A Contribution to the Study of Greek Associations, Middletown, American Philological Association, 1933 ; Istorikótēta tēs paidikḗs ēlikías kai tēs neótētas. Praktiká [tou Diethnoús symposíou, Athḗna, 1-5 Oktōbríou 1984], Athènes, Genikḗ Grammateía Néas Geniás, 1986 ; M. Jaczynowska, Les Associations de la jeunesse romaine sous le Haut-Empire, Wroclaw, Zakład narodowy imienia Ossolińskich, 1978 ; G. Levi, J.‑C. Schmitt (dir.), Histoire des jeunes en Occident. I, De l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, Seuil, 1996 ; B. Legras, ouvr. cit. ; L. Bruit-Zaidman, G. Hourbe, C. Klapisch-Zuber, P. Schmitt-Pantel, Le corps des jeunes filles, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, 2001 ; P. Vidal-Naquet, « Les jeunes : le cru, l’enfant grec et le cuit », dans J. Le Goff, P. Nora (dir.), Faire de l’Histoire. III, Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974, p. 137-168, ainsi que J.‑P. Vernant, P. Vidal-Naquet, La Grèce ancienne. III, Rites de passage et transgressions, Paris, Éd. du Seuil, 2009 ; A. S. Chankowski, L’éphébie hellénistique. Étude d’une institution civique dans les cités grecques des îles de la mer Égée et de l’Asie mineure, Paris, De Boccard, 2010.

7 Le questionnement lexical, dans un texte antique, soulève plusieurs problèmes méthodologiques car il présuppose de pouvoir trouver des équivalents sémantiques à des notions qui soit ont déjà vu le jour dans l’Antiquité – mais alors il faut mesurer tout l’écart de perception entre ces notions et leurs sens actuels – soit n’ont pas encore été formulées sous un hyperonyme ou sous un ensemble de vocables qui recouvre les concepts et notions actuels. Pour autant, il ne faut absolument pas considérer que, sous prétexte qu’il n’y a aucun hyperonyme antique, la notion n’a pas pris forme. Il faut alors interroger cette notion par d’autres moyens que le lexique en lui-même, il faut étendre le questionnement lexical à une enquête littéraire, iconographique, anthropologique, etc. C’est un problème que nous connaissons bien pour avoir travaillé la notion de paysage qui interroge cette difficulté méthodologique là. Nous voudrions souligner que c’est un problème général, qui se pose avec beaucoup d’acuité dès lors qu’il s’agit d’étudier un lexique qui a trait à la sphère sensorielle. Citons, par ex., le cas du son et de la notion de paysage sonore : S. Perrot et alii (dir.), De la cacophonie à la musique. La perception du son dans les sociétés antiques, Actes de la table ronde internationale, EFA, Athènes, juin 2014, Le Caire, Presses de l’IFAO, à paraître, ainsi que le cas des cinq sens : voir M. Bradley, Smell and the Ancient Senses, Londres, Routledge, 2015.

8 Mais ce n’est pas le seul. La poésie de Callimaque, bien que mal conservée, nous donne également quelques perspectives intéressantes. Nous y ferons référence au cours de la présente réflexion.

9 Nous nous écartons ici quelque peu de la perspective de B. Legras qui, bien que prenant en compte Apollonios de Rhodes dans son corpus littéraire, l’écarte rapidement de son analyse car il ne présente pas une jeunesse clairement caractérisée comme vivant en Égypte (B. Legras, ouvr. cit., p. 82). Et pour cause ! Apollonios de Rhodes réécrit l’épopée de Jason, un héros grec d’origine thessalienne. Pour autant, Apollonios de Rhodes fournit de beaux exemples d’emplois du lexique de la jeunesse – certes grecque vivant en Grèce et non en Égypte (même s’il n’est guère impossible que cette jeunesse fictionnellement rattachée à une géographie mythologique soit en réalité décrite selon l’idée de jeunesse que se faisait Apollonios de Rhodes en fonction de la jeunesse qu’il avait sous les yeux au moment où il composait son épopée, c’est là toute la question de la superposition chronologique propre à l’épopée et à ses réécritures).

10 Voir, entre autres, L. Canfora, Histoire de la littérature grecque à l’époque hellénistique, Paris, Éd. Desjonquères, 2004. À propos d’Apollonios de Rhodes, on consultera des études précises, comme celles menées à propos du travail effectué sur les comparaisons épiques qui engage une véritable réécriture innovante. On consultera C. Cusset, La Muse dans la Bibliothèque. Réécriture et intertextualité dans la poésie alexandrine, Paris, CNRS éd., 1999, et B. Effe, « The Similes of Apollonius Rhodius: Intertextuality and Epic Innovation », dans Th. Papanghelis, A. Rengakos (dir.), A Companion to Apollonius Rhodius, Leyde, Brill, 2001, p. 199-221.

11 Voir n. 5 ainsi que nos travaux de doctorat, Formes et fonctions du paysage dans l’épopée hellénistique et tardive, sous la dir. de C. Cusset, Langues et Littératures Anciennes : Lyon, École normale supérieure : 2012, à paraître.

12 Il est tout à fait remarquable de noter que l’enquête lexicale portant sur l’ancien révèle une absence complète d’emploi des adjectifs comme παλαιός ou ἀρχαῖος ainsi que des substantifs correspondants comme ἀρχή.

13 Apollonios de Rhodes n’utilise pas les termes de νεαλής, νεαρός, νεοίη, νεολαία, νηρός.

14 On note dans le corpus homérique les formes suivantes : vέα (1 occ.), νέος (7 occ.), νεώτατος (5 occ.), νεώτερος (6 occ.), νέοιο (1 occ.), νέου (1 occ.), νεωτέρου (1 occ.), νέῳ (6 occ.), νεωτέρῳ (2 occ.), νέον (39 occ.), νεώτε ρον (3 occ.), νεωτέρω (1 occ.), νέοι (21 occ.), νεώτεροι (6 occ.), νέων (12 occ.), νέους (2 occ.), νεωτάτη (1 occ.), νέας (16 occ.), νέην (2 occ.), νέαι (2 occ.), νέες (13 occ.), νεῖαι (2 occ.), contre les occurrences suivantes chez Apollonios de Rhodes : νέον (21 occ.), νεῖον (2 occ.), νέοι (7 occ.), νέους (1 occ.), νέης (1 occ.), νέαις (1 occ.).

15 « Nous entendons le terme de “jeunesse” comme le temps de la vie qui s’étend entre l’enfance et l’âge mûr […] donc à la fois “l’adolescence” qui commence avec les transformations physiques, psychologiques et affectives de la puberté, et qui est caractérisé par une modification des liens avec la structure sociale et familiale, et cette période, à laquelle les sociologues réservent le terme de “jeunesse” dans l’étude des sociétés contemporaines, qui s’étend de l’adolescence à l’âge adulte. Nos jeunes seront donc à la fois des adolescents et des jeunes hommes. Le choix du mot néotês (νεότης) […] s’explique par le souci d’utiliser un vocable que les Anciens entendaient à la fois comme l’âge de l’adolescence et comme l’âge qui lui fait suite avant la maturité, l’explication la plus complète de son sens figurant dans un passage bien connu de la Rhétorique d’Aristote (II, 1389a-1389b), où le Stagirite définit par leurs caractères les trois âges : la jeunesse (νεότης), la maturité (ἀκμή) et la vieillesse (γῆρας) » (B. Legras, ouvr. cit., p. 5).

16 On ne note que deux emplois où le terme νεότης faisant référence à la jeunesse étourdie due à la fougue du jeune âge est placé dans la bouche des Anciens : Phinée ou Triton. Nous y reviendrons en dernier lieu dans cette étude.

17 L’apparition des jeunes gens chez Homère, la jeunesse, se présente quasiment toujours en opposition avec l’âge plus avancé, le groupe des Anciens. Voir, entre autres, N. Yamagata, « Young and Old in Homer and in ‘Heike Monogatari’ », G&R 40, 1933, p. 1-10 ; N. H. Couch, « Homer on Youth », The Classical Weekly 36, 18, Mar. 22 1943, p. 211-213.

18 On relève deux occurrences de cet adverbe en I, 125 et 972, uniquement dans la leçon de H. Fraenkel, Apollonii Rhodii Argonautica, Oxford, Clarendon Press, 1961, et non dans celle de F. Vian, Apollonios de Rhodes. Les Argonautiques, Paris, Les Belles Lettres, 1974, édition à laquelle nous faisons référence dans le présent travail.

19 Voir, à propos d’Héraclès et des valeurs archaïques qu’il incarne dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, C. Cusset, B. Acosta-Hughes, art. cit.

20 N’oublions pas que Héraclès, dans la version d’Apollonios de Rhodes, ne participe pas à l’ensemble du périple puisqu’il est « débarqué » de l’Argô lors de l’épisode de l’enlèvement d’Hylas par les Nymphes, et qu’il ne réapparaîtra qu’au chant IV, lors de l’épisode du jardin des Hespérides. Voir à ce propos C. Cusset, « Le traitement de la légende d’Hylas chez Apollonios de Rhodes et Théocrite : intertextualité ou coïncidence ? », Lalies 17, 1997, p. 283-290, ainsi que K. Mauerhofer, Der Hylas-Mythos in der antiken Literatur, Munich, Saur, 2004, plus spécifiquement p. 67-103.

21 Voir par ex. l’idée de nouveauté que traduit le terme de καινότης dans le discours IV de Julien l’Apostat ou encore l’idée d’invention ou d’innovation qu’il porte chez Lucien, dans son ouvrage sur Zeuxis (I, 13). Il y aurait ici aussi toute une étude à mener en contexte.

22 Il est à noter cependant que cette indistinction n’en est pas véritablement une et aboutit plus logiquement à la désignation d’un groupe de jeunes gens masculins. Nous nous appuyons sur les récents travaux menés sur la représentation des jeunes filles et des problématiques spécifiques qui sont liées à la jeunesse féminine : L. Bruit-Zaidman, G. Hourbe, C. Klapisch-Zuber, P. Schmitt-Pantel, ouvr. cit.

23 N. Yamagata, art. cit., p. 4-5.

24 G. Lachenaud (éd.), Scholies à Apollonios de Rhodes, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 32-33.

25 Ibid., p. 144.

26 Pour les traductions d’Apollonios de Rhodes, on consultera entre autres É. Delage, F. Vian (éd.), Apollonios de Rhodes. Les Argonautiques, Paris, Les Belles Lettres, 1974-1981 ; G. Paduano (éd.), Apollonio Rodio. Le Argonautiche, Milan, Rizzoli, 1986 ; P. Green (éd.), Apollonios Rhodius. The Argonautika, Berkeley, UCP, 1997 ; P. Dräger (éd.), Apollonios von Rhodos. Die Fahrt des Argonauten, Stuttgart, Reclam, 2002.

27 A. Harder, « The Invention of Past, Present and Future in Callimachus’ “Aetia” », Hermes 131, 2003, p. 290.

28 D. Selden, « Alibis », CSCA 17, 1998, p. 306, n. 4.

29 Nous empruntons l’idée à A. Harder (art. cit., p. 292) : « [it] help[s] to activate the reader’s awareness that his own present will become the past of the future generations ».

30 Voir à ce propos M. Fusillo, Il Tempo delle “Argonautiche”, Rome, Ed. dell’ Ateneo, 1985 ; M. Fantuzzi, R. Hunter, Muse e Modelli. La poesia ellenistica da Alessandro Magno ad Augusto, Rome, Ed. Laterza, 2002 ; J. J. Klooster, « Apollonius Rhodius », dans I. F. J. De Jong, R. Nünlist (éd.), Time in Ancient Greek Literature, Leyde, Brill, 2007, p. 65-80 ; A. Köhnken, « Hellenistic Chronology. Theocritus, Callimachus, and Apollonius Rhodius », dans T. Papanghelis, A. Rengakos (dir.), ouvr. cit., p. 73-92.

31 Sauf indications contraires, le texte et la traduction sont ceux de l’édition de F. Vian et É. Delage, Apollonios de Rhodes. Argonautiques, Paris, Les Belles Lettres, 1974-1981.

32 Arg., II, 493-495 :
ὦκα δὲ κεκλόμενοι Μαντήιον Ἀπόλλωνα ῥέζον
ἐπ᾽ ἐσχαρόφιν, νέον ἤματος ἀνομένοιο·
κουρότεροι δ᾽ ἑτάρων μενοεικέα δαῖτ᾽ ἀλέγυνον
« Ils invoquaient Apollon, dieu des oracles, et sacrifiaient sur le foyer, quand le jour venait à peine de finir. »

33 Arg., IV, 54-56 :
τὴν δὲ νέον Τιτηνὶς ἀνερχομένη περάτηθεν
φοιταλέην ἐσιδοῦσα θεὰ ἐπεχήρατο Μήνη
ἁρπαλέως, καὶ τοῖα μετὰ φρεσὶν ᾗσιν ἔειπεν...
« La déesse fille du Titan, qui venait de se lever à l’horizon, la Lune, en la (Médée) voyant aller à l’aventure, se réjouit avec délectation et se dit en elle-même... »

34 Arg., IV, 1689-1693 :
Κεῖνο μὲν οὖν Κρήτῃ ἐνὶ δὴ κνέφας ηὐλίζοντο
ἥρωες· μετὰ δ᾽ οἵγε νέον φαέθουσαν ἐς ἠῶ ἱρὸν
Ἀθηναίης Μινωίδος ἱδρύσαντο,
ὕδωρ τ᾽ εἰσαφύσαντο, καὶ εἰσέβαν, ὥς κεν ἐρετμοῖς
παμπρώτιστα βάλοιεν ὑπὲρ Σαλμωνίδος ἄκρης
« Donc, cette nuit-là, les héros pouvaient camper en Crète. Ensuite, aux premières lueurs de l’aurore, ils consacrèrent un sanctuaire à Athéna Minoenne, firent des provisions d’eau, puis s’embarquèrent pour doubler à la rame, dès que possible, le cap Salmônis. »

35 Notons qu’il n’y a pas d’occurrence du terme νεότης dans les Aitia de Callimaque, l’enquête se réduit donc à une comparaison des emplois de νέος.

36 Nous avons modifié la traduction de Y. Durbec (Callimaque. Fragments poétiques, Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 33-34) qui, au vu du contexte lacunaire, traduit le neutre pluriel νέα par « les choses nouvelles ». Compte tenu de notre réflexion générale, nous pensons pouvoir traduire ici par « nouveauté » sans trop forcer le texte.

37 Ici aussi nous nous permettons de modifier la traduction proposée par Y. Durbec car nous interprétons vέοιο comme épithète complétant le nom μέρμν[ο]υ alors qu’Y. Durbec choisit de le laisser de côté et de ne pas le traduire. Cette traduction a son importance de notre point de vue. On peut comprendre l’expression « mermnos nouveau » – mermnos désignant l’oiseau en question – comme « récemment apparu » ou « qui apparaît pour la première fois ».

38 Voir également l’idée de nouveauté qu’amène la question de l’étrangeté dans la représentation du paysage chez Callimaque, paysage lié aux expansions territoriales hellénistiques sollicitées pour composer le mythe des Ptolémées et célébrer leur puissance. Cf. É. Prioux, « On the Oddities and Wonders of Italy: When Poets Look Westward », dans M. A. Harder, R. F. Regtuit, G. Wakker (dir.), Nature and Science in Hellenistic Poetry, Louvain, Peeters, 2009, p. 121-148.

39 La dimension propagandiste du poème a déjà été soulignée par la critique : voir K. Gutzwiller, « Callimachus’ Lock of Berenice: Fantasy, Romance and Propaganda », AJPh 113, 1992, p. 359-385.

40 C. G. Schwentzel, « Les boucles d’Isis », dans L. Bricault (dir.), De Memphis à Rome. Actes du Ier Colloque international sur les études isiaques, Poitiers, Futuroscope, 8-10 avril 1999, Leyde, Brill, 2000, p. 32. Sans remettre en question l’interprétation ici mentionnée à laquelle nous adhérons, nous mentionnons cependant que la lecture qui fait de la boucle de Bérénice un héritage de la boucle d’Isis, dans sa dimension rituelle, c’est-à‑dire la traduction grecque d’un rituel égyptien, est actuellement questionnée afin de savoir si la pratique de la mèche coupée n’est pas plutôt un rituel typiquement grec qui se serait implanté en Égypte. Nous remercions C. Trouchaud, qui termine la rédaction de sa thèse de doctorat (Les portraits d’enfants porteurs de l’Hauslocke dans le monde gréco-romain, sous la dir. de L. Bricault, Université de Toulouse Jean-Jaurès), d’avoir attiré notre attention sur ce fait.

41 J. Lallot, Études sur la grammaire alexandrine, Paris, Vrin, 2012, p. 287. Notons cependant que les auteurs ici cités sont postérieurs à Apollonios de Rhodes car nous n’avons conservé de traités entiers que de manière postérieure. Néanmoins, J. Lallot a bien montré l’archéologie des notions grammaticales développées dans ces traités plus tardifs mais héritiers, en droite ligne, de la pensée alexandrine du Musée à laquelle Apollonios de Rhodes contribua activement dans ses débuts. Voir en particulier J. Lallot, « Origines et développement de la théorie des parties du discours en Grèce », dans Id., ouvr. cit., p. 271-285.

42 Voir ibid.

43 C. Cusset, B. Acosta-Hughes, art. cit.

44 Voir à ce propos A. Hurst, « L’énigme dans la trame. Quelques allusions chez Apollonios de Rhodes », dans D. Accorinti, P. Chuvin (dir.), Des Géants à Dionysos. Mélanges de mythologie et de poésie grecques offerts à Francis Vian, Alessandria, Ed. dell’Orso, 2003, p. 233-246.

45 Voir C. Cusset, « Le Jason d’Apollonios de Rhodes : un personnage romanesque ? », dans B. Pouderon (dir.), Les personnages du roman grec. Actes du colloque de Tours, 18-20 novembre 1999, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2001, p. 207-218.

46 L.‑N. André, « Le Jason d’Apollonios de Rhodes, un héros paysan ? », Gaia 15, 2012, p. 183-209.

47 « Jouant sur la connaissance qu’a le lecteur des codes de l’épopée homérique, Apollonios de Rhodes […] montre à son lecteur l’écart qu’il prend par rapport à l’épopée traditionnelle » au point d’écrire une « épopée au féminin » (B. Daniel-Müller, « Une épopée au féminin ? La question des genres dans le livre III des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes », Gaia 15, 2012, p. 97-120).

48 Voir à ce propos L.‑N. André, « Lemnos chez Apollonios de Rhodes : ekphrasis, paysage insulaire et spatialisation », dans M. Briand (dir.), La trame et le tableau. Poétiques et rhétoriques du récit et de la description dans l’Antiquité grecque et latine, Rennes, PUR, 2013, p. 343-360.

49 La métaphore, héritage homérique, joue donc un rôle essentiel dans la connivence avec le lecteur et dans le jeu d’intertextualité critique, voir à ce propos L.‑N. André, « L’escale à Cyzique (Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques, I, 922-1152) : espaces phobiques, stéréotypes paysagers et transfiguration », Rursus 5, 2010. DOI : 10.4000/rursus.422.

50 Voir C. Cusset, « L’Italie vue d’Alexandrie : Homère revisité par Apollonios de Rhodes », Lalies 21, 2001, p. 153-163, et L.‑N. André, « Les Sirènes d’Apollonios de Rhodes : du désenchantement homérique au sortilège paysager », dans H. Vial (dir.), Les Sirènes ou le savoir périlleux. D’Homère au xxie siècle, Rennes, PUR, 2014, p. 97-113.

51 Voir, entre autres, F. Vian, « Les retours des Argonautes et le progrès des connaissances géographiques », REL 64, 1986, p. 13-15. À propos de la place de la géographie dans les Argonautiques, voir D. Meyer, « Apollonius as a Hellenistic Geographer », dans T. Papanghelis, A. Rengakos (dir.), ouvr. cit., p. 217-235. D. Meyer analyse la place de la géographie, de manière générale, dans l’écriture des Argonautiques. En revanche, l’optique que nous proposons ici place directement Jason en position de « créateur », d’initiateur de la nouvelle carte du monde. Cet axe mériterait une étude à lui seul afin de bien montrer les rapports entre le personnage et la géographie sur divers plans (diégétique, scientifique, esthétique).

52 W. Arend (Die typischen Szenen bei Homer, Berlin, 1933) a répertorié les divers aspects typiques de scènes récurrentes dans l’épopée archaïque : arrivée, sacrifice, repas, voyage, armement, habillement, sommeil, débat intérieur, réunion, serment et bain.

53 Homère, Od., III, 487 (auquel répond le vers 452 d’Apollonios) et III, 38 (auquel répond le vers 453 d’Apollonios).

54 Voir à ce propos L.‑N. André, « Regard et représentation du paysage dans l’épopée grecque d’époque impériale : le cas des mirabilia », Pallas 92, 2013, p. 183-202.

55 C. Cusset, B. Acosta-Hughes, art. cit., § 5-8.

56 L.‑N. André, « L’escale à Cyzique (Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques, I, 922-1152) : espaces phobiques, stéréotypes paysagers et transfiguration », art. cit.

57 L.‑N. André, S. Lécole-Solnychkine, « Le marais, figure du Neutre ? », dans B. Sajaloli, S. Servain Courant (dir.), Zones humides et littérature. Actes de la journée d’étude 2011, Vincennes, Groupe d’histoire des zones humides, 2011, p. 119-129, ainsi que L.‑N. André, S. Lécole-Solnychkine, « L’imaginaire du marais chez Apollonios de Rhodes et Quintus de Smyrne », dans É. Ndiaye, L’imaginaire de l’eau dans la littérature antique. Actes de la journée scientifique du XLVe congrès de l’APLAES, Annales de l’APLAES 1, 2014, p. 27-39.

58 F. T. Griffiths, « Claiming Libya: Peleus and the Ptolemies in Apollonius Rhodius’ Argonautica », dans C. Cusset, N. Le Meur-Weissman, F. Levin (dir.), Mythes et pouvoir à l’époque hellénistique, Louvain, Peeters, 2012, p. 1-37.

59 L.‑N. André, « Triton », dans D. Lanni (dir.), Bestiaire fantastique des voyageurs, Paris, Arthaud, 2014, p. 383-384.

Top of page

References

Electronic reference

Laury-Nuria André, « Nέος et νεότης dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes : de la jeunesse unie au nouveau regard sur le monde », Aitia [Online], 7.1 | 2017, Online since 21 March 2017, connection on 23 August 2017. URL : http://aitia.revues.org/1685 ; DOI : 10.4000/aitia.1685

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page