Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Luigi Ferreri, Le Théocrite de l’humaniste Marcus Musurus. Avec l’édition critique des Idylles XXIV-XXVII de Théocrite

Turnhout, Brepols, Europa Humanistica 13, Du manuscrit à l’imprimé 2, 2014. ISBN : 978-2-503-55300-9
Christophe Cusset
Référence(s) :

Luigi Ferreri, Le Théocrite de l’humaniste Marcus Musurus. Avec l’édition critique des Idylles XXIV-XXVII de Théocrite, Turnhout, Brepols, Europa Humanistica 13, Du manuscrit à l’imprimé 2, 2014. ISBN : 978-2-503-55300-9.

Texte intégral

1Ce « petit livre », comme le qualifie modestement son auteur dans ses remerciements initiaux (p. ix), est un véritable chef-d’œuvre philologique qui mène une enquête palpitante dans le domaine de l’histoire des textes, et en particulier de l’histoire du texte de Théocrite, à partir du manuscrit autographe de l’humaniste Marc Mousouros (Marcus Musurus), redécouvert récemment, d’un petit recueil d’idylles et d’épigrammes de Théocrite, mis à la disposition de Luigi Ferreri par Filippo Rotundo de la Libreria Philobiblon de Rome. Ce recueil est ici étudié pour la première fois, et c’est là tout l’intérêt de cet ouvrage qui offre par ailleurs cinq planches de reproductions du manuscrit étudié en annexe. Cette étude permet notamment (et c’est l’objet de la première partie de l’ouvrage qui en comporte deux) de reprendre l’histoire du manuscrit Patauinus perdu de Théocrite qui est la source de certaines idylles et des épigrammes dans leur ensemble, publiées pour la première fois dans les deux éditions de Théocrite, parues presque simultanément en 1516, de Frosino Bonino et de Zacharie Calliergis. C’est en effet en utilisant le Patauinus que Marc Mousouros a établi son propre texte, avec ses propres corrections et conjectures, et c’est cette rédaction (ou peut-être deux rédactions différentes) de Mousouros qui a été utilisée par les deux éditeurs de 1516. L’étude de ce manuscrit autographe de Mousouros permet d’essayer de faire le départ entre les leçons originales du Patauinus et les corrections de Mousouros.

2La première partie de l’ouvrage est composée de quatre chapitres. Le premier présente le recueil autographe de Mousouros (p. 5‑8), signalé dans le catalogue ΜΥΡΙΟΒΙΒΛΟΝ (2010) : il comporte 18 f. et a été inséré dans un volume contenant un exemplaire de l’édition Aldine de la Grammaire de Théodore de Gaza et un exemplaire de l’édition Aldine emendatior de Théocrite (1495). La description est fondée sur une vision directe (mais rapide) du manuscrit et sur des reproductions. Dans une brève description codicologique du recueil, Luigi Ferreri donne le contenu de l’autographe page par page. L’écriture permet de dater le manuscrit entre 1503 et 1517.

3Le deuxième chapitre (p. 9‑23) analyse l’ensemble des témoignages sur le Patauinus perdu. Les pièces essentielles sont des lettres de Filippo Pandolfini à Frosino Bonini et de Paolo Melas à Filippo Pandolfini qui sont dans l’édition de Théocrite de Bonini publiée par les Giunti en 1516, ainsi qu’une lettre de Frosino Bonini à Giacomo Diaceto donnée en tête de l’édition Juntine d’Hésiode publiée aussi en 1516. Ces lettres sont données et traduites (sauf pour la dernière) par Luigi Ferreri. On y apprend que Pandolfini a utilisé un manuscrit corrigé par Mousouros qu’il envoie à Bonini ; mais Paolo Melas minimise l’apport du manuscrit de Mousouros. À cela doit s’ajouter la prise en considération de l’édition romaine de Théocrite donnée par Calliergis la même année. Contrairement à l’édition Aldine de 1496, dérivant de l’editio princeps de 1481 qui ne contenait que les idylles I‑XVIII, les deux éditions de 1516 donnent pour la première fois les idylles XXIV‑XXIX, les épigrammes et des poèmes figurés. On s’est beaucoup interrogé pour savoir, à partir des éditions de 1516, quelles étaient les leçons du Patauinus et les corrections qu’avait pu apporter Mousouros à ce « manuscrit très ancien », sans compter les corrections possibles des propres éditeurs et l’influence éventuelle d’autres manuscrits. Pour les autres témoignages, Ferreri reprend plus rapidement les conclusions de Gallavotti.

4Le troisième chapitre (p. 25‑69) rend compte des études sur ce manuscrit perdu. Il procède en six sections. La première fait l’état de la question avec l’édition d’Ahrens en 1855 : les indications de Pandolfini étaient presque toujours ignorées. Les deux éditions de Bonini et de Calliergis n’ont souvent été utilisés que de manière indirecte ou assez superficielle, à l’exception des éditions de Pagnini (1780), de Jacobs (1824) et de Wordsworth (1844). Ce dernier semble être le premier à indiquer que Bonini et Calliergis ont utilisé les mêmes sources. Il faudrait aussi signaler le commentaire inédit de Bouchard daté de 1633-1634. Les études sur l’authenticité des idylles dans l’ensemble du corpus Theocriteum qui se développent à partir de Daniel Heinsius au xviie siècle ne prennent pas davantage en compte les éditions de 1516. La deuxième section est consacrée au tournant constitué par la « découverte » des manuscrits Par. gr. 2726 (D) et Ambr. B 75 sup. (C), et à l’édition de l’idylle XXVI d’Hermann. Le manuscrit D fut collationné sans doute par D’Orville et Gail, puis de nouveau par Dübner, le manuscrit C par Ziegler : on se rend compte des affinités de D et C avec les éditions de 1516, notamment pour les idylles XXIV-XXVII. Ferreri donne une présentation précise de ces deux manuscrits et des débats qu’ils ont occasionnés chez les éditeurs, en s’appuyant notamment sur les travaux de Gallavotti. La troisième section va d’Ahrens (1855) à Wilamowitz (1906). Puis l’on passe aux premières études de Gallavotti qui conduisent à nier l’existence du Patauinus dans les années quarante et cinquante, et à affirmer que les éditions de 1516 ne donnent pas des leçons de manuscrits perdus, mais les mêmes leçons qui sont dans K et D, avant que le chercheur italien ne revienne aux positions d’Ahrens au début des années quatre-vingt (même si Gallavotti continue d’entretenir certaines contradictions sur différents points : voir p. 65). On peut signaler une erreur p. 54 où on lit « XXVI 88 » au lieu de « XXIV 88 », erreur qui est encore reproduite p. 67. Dans des considérations finales de ce chapitre, Luigi Ferreri rappelle que l’examen du nouveau témoin ne permet que de résoudre partiellement les problèmes posés par le manuscrit perdu et qu’illustrent les variations d’opinion de Gallavotti.

5Le quatrième chapitre (p. 71-107) propose un examen philologique du Théocrite de Mousouros en formulant notamment des hypothèses sur les relations de ce texte avec le Patauinus. Un point est sûr, c’est que le manuscrit perdu contenait bien l’idylle XXVII. On ne peut pas cependant trancher nettement entre les leçons du Patauinus et les conjectures de Mousouros. Mousouros n’a pas utilisé les éditions de 1516, mais on peut supposer que Calliergis s’est servi d’un exemplaire très proche de ce manuscrit de Mousouros, tandis que Bonini doit dériver d’un autre exemplaire plus proche du Patauinus. Luigi Ferreri donne la liste des variantes entre Mousouros, les deux éditions de 1516 et le manuscrit D à partir de sa propre collation. Il précise le plus souvent la situation par des explications synthétiques pour les cas les plus significatifs ou les plus complexes, offrant ainsi un support de première qualité pour une édition de ces poèmes de Théocrite.

6La seconde partie est consacrée à l’édition critique des idylles XXIV-XXVII accompagnée d’un commentaire philologique sur les points les plus importants. Cette nouvelle édition est rendue nécessaire par le parti pris de Gallavotti, dont dépend également Gow, concernant l’existence du Patauinus et les leçons des éditions de 1516. Désormais le manuscrit de Mousouros doit être considéré comme un témoin principal du Patauinus perdu, et il faut prendre en compte les divergences des éditions de 1516. Tout l’intérêt de ce chapitre réside dans la nouvelle recension que propose l’auteur, sans qu’il soit forcément possible de résoudre les difficultés posées par le texte. L’auteur met particulièrement bien en lumière les enjeux de son travail dans la présentation qu’il en offre.

7Il est dommage que l’auteur ne donne pas à la fin de son ouvrage une bibliographie des ouvrages et études utilisées. Mais le résultat est que ce « petit livre » recèle de véritables trésors concernant l’histoire passionnante du texte de Théocrite, et ses apports ne peuvent plus être ignorés des futurs éditeurs du corpus Theocriteum en ce qui concerne notamment les idylles XXIV-XXVII et les épigrammes. C’est l’un des meilleurs travaux concernant l’histoire du texte de Théocrite qui doit figurer dignement aux côtés de Wilamowitz et de Gallavotti.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Luigi Ferreri, Le Théocrite de l’humaniste Marcus Musurus. Avec l’édition critique des Idylles XXIV-XXVII de Théocrite », Aitia [En ligne], 7.1 | 2017, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 01 mai 2017. URL : http://aitia.revues.org/1791

Haut de page

Auteur

Christophe Cusset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page