Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Estelle Galbois et Sylvie Rougier-Blanc (dir.), La pauvreté en Grèce ancienne. Formes, représentations, enjeux

Bordeaux, Ausonius, Scripta Antica 57, 2014. ISBN 978-2-35613-098-3
Claire-Emmanuelle Nardone
Référence(s) :

Estelle Galbois et Sylvie Rougier-Blanc (dir.), La pauvreté en Grèce ancienne. Formes, représentations, enjeux, Bordeaux, Ausonius, Scripta Antica 57, 2014. ISBN 978-2-35613-098-3

Texte intégral

1Ce volume rassemble les communications des participants français et étrangers à la journée d’étude organisée par l’équipe CRATA‑PLH (EA 4601), qui s’est déroulée le 9 décembre 2011 à l’université Toulouse II – Le Mirail. Cette journée se proposait de poser les jalons d’une analyse de la pauvreté dans le monde grec antique, dégagée des grilles de lecture traditionnelles, qu’elles soient antiques ou modernes : il s’agissait de porter sur la pauvreté – ses formes, ses représentations et ses enjeux – un regard non exclusivement économique, social ou politique, mais sociologique et anthropologique, axé principalement sur les pratiques et les représentations de la pauvreté et de ceux qui la vivent, et de proposer ainsi un contrepoint à l’histoire des élites, particulièrement développée par la recherche contemporaine. Après avoir, dans l’introduction générale, replacé cette étude dans le paysage de la recherche moderne, souligné ses principaux enjeux et détaillé la méthodologie adoptée dans l’ouvrage, les éditrices soulignent la nouveauté de l’approche qu’elles souhaitent adopter en laissant la parole au sociologue Noël Jouenne, qui retrace son parcours d’« ethnologue des sans-abri » et explicite la méthodologie qu’il adopta lui-même pour étudier l’état de sine domo au début des années quatre-vingt-dix, privilégiant l’étude des pauvres et de leurs pratiques par l’observation participante et le contact direct. Cette méthodologie, qui met les pauvres eux-mêmes au cœur de l’étude et se heurte à des difficultés similaires, dans certains cas, à celles qui apparaissent au cours de l’analyse des phénomènes antiques, met en œuvre des concepts et motive une démarche qui peuvent utilement influencer celle de l’historien ou du philologue, bien qu’elle en diffère nécessairement.

2Les deux premières contributions consacrées à l’Antiquité grecque concernent la définition de la pauvreté – définition qui, par ailleurs, ne peut être pleinement élaborée que progressivement, au fil de l’ouvrage, suivant la démarche choisie pour cette étude – et des concepts qui lui sont liés à travers l’analyse des mots qui la désignent ou désignent ceux qui la vivent. Les éditrices placent à l’ouverture de cette première section une riche introduction offrant une réflexion méthodologique accompagnée d’un premier panorama du vocabulaire de la pauvreté.

3Sandrine Coin-Longeray consacre son intervention au traitement du pénès et du ptôchos dans la poésie ancienne d’Homère à Aristophane, en adoptant une approche lexicale des textes. Après avoir considéré l’étymologie et le sens de ces deux substantifs, elle porte son attention sur la situation matérielle, morale et sociale de ces figures, ainsi que sur le regard littéraire qui est posé sur elles. Il apparaît que le pauvre et le mendiant partagent des problèmes identiques (manque de nourriture et de vêtement, isolement social et politique), problèmes qui font naître cependant chez chacun d’entre eux des comportements différents à l’origine de traitements poétiques eux-mêmes distincts : le pauvre reste une figure rare – si ce n’est chez Théognis, Aristophane et Euripide – tandis que le mendiant connaît à partir du modèle odysséen un développement riche qui fait de ce complet exclu social un personnage littéraire clé.

4Interrogeant un corpus en partie similaire – Homère, Hésiode, Solon, Théognis –, Marie-Joséphine Werlings tente de déterminer si, aux yeux des Grecs de l’époque archaïque, les pauvres constituaient un groupe homogène, voire une catégorie socio-économique clairement identifiable, en analysant les emplois – rares jusqu’à Théognis – du vocabulaire de la pauvreté et ceux des termes apparentés, mais aussi le discours que les textes de ce corpus véhiculent au sujet de la pauvreté, ainsi que les figures de pauvres, notamment celle du mendiant, qui y sont présentes. Elle propose à son tour une définition de pénié, liée à la misère et à la grande précarité, et met en évidence le fait que les auteurs archaïques considérés n’attestent pas l’existence des « pauvres » comme groupe social homogène partageant les mêmes activités et intérêts, à l’exception de Solon, chez lequel les pénichroi forment un groupe défini par la pauvreté et des revendications économiques communes.

5Dans la deuxième partie de l’ouvrage est abordée la question des pratiques : peut-on parler de pratiques de pauvres, c’est-à‑dire propres aux personnes vivant dans une situation de pauvreté ? Si oui, quelles sont-elles et comment les reconnaître comme telles ? Dans l’introduction de cette section, les éditrices s’interrogent sur les données archéologiques qui pourraient contribuer à l’étude de la pauvreté et soulignent les difficultés que présente leur interprétation, en prenant successivement pour exemple les graffitis, les pratiques funéraires et le traitement des objets en céramique, qui sera également le thème de l’intervention d’Anna Południkiewicz.

6Lorenz Baumer compare l’image des sanctuaires ruraux véhiculée par la littérature grecque antique et par certaines études scientifiques modernes (des lieux de cultes à l’ornementation simple fréquentés par des paysans pauvres qui y déposent des offrandes modestes) aux données archéologiques de deux sites de sanctuaires ruraux attiques dont le matériel est particulièrement riche – la grotte de Vari et la grotte du Pentélique – et deux sites de sanctuaires ruraux au matériel archéologique modeste mais à la situation ou l’architecture remarquables – la terrasse de Varkiza et le sanctuaire de Trapouria. Il observe que les caractéristiques attribuées aux sanctuaires ruraux par la littérature antique et reprises par la recherche moderne ne correspondent que partiellement, voire nullement, à la réalité et souligne le fait que la richesse ou la pauvreté des offrandes déposées dans ces sanctuaires ne sont pas indicatives de celles de la population locale.

7Remettant de même en question certaines idées reçues, Sylvie Rougier-Blanc s’interroge sur la manière dont les plus pauvres habitent à l’intérieur de la cité aux époques archaïque et classique, en s’appuyant sur une documentation littéraire, épigraphique et archéologique : elle consacre la première partie de son intervention aux espaces de la pauvreté extrême, analysant le rapport des plus pauvres à l’oikos, leur visibilité et leur mode d’occupation des espaces publics et sacrés, tout particulièrement des espaces de transition, ainsi qu’à la manière dont ils ont recours au détournement d’espaces tels que les bains, voire au squat ; dans la seconde partie, elle étudie le cas spécifique de la maison, dont la modestie peut n’être qu’apparente, mais dont la situation dans la cité, la valeur économique et la structure peuvent apporter des indications sur la manière d’habiter des citoyens pauvres. Au terme de son étude elle souligne la relative intégration, du point de vue des espaces, de la pauvreté dans la cité.

8Anna Południkiewicz s’intéresse à la réparation des objets en céramique, en s’appuyant sur l’étude du matériel archéologique des sites égyptiens de Tell Atrib (delta du Nil) et Tebtynis (oasis du Fayoum) à l’époque ptolémaïque. Après avoir présenté les techniques employées pour effectuer ces réparations et les réutilisations possibles de ces objets, elle s’interroge sur les causes de cette pratique, qui restent difficiles à définir et ne peuvent être déterminées qu’au cas par cas : si la pauvreté des propriétaires de ces objets explique en partie leur réparation, il faut prendre en compte également l’influence de circonstances extérieures telles que la proximité ou au contraire l’éloignement géographique des centres de production, de vente et/ou de réparation des produits en céramique.

9Prenant comme objet d’étude, dans la sphère domestique, non plus la gestion des biens matériels, mais la famille, Jean-Manuel Roubineau s’intéresse au rapport qu’entretient la pauvreté avec la pratique de l’abandon d’enfants, dans la réalité mais aussi dans la pensée grecque. Analysant des données littéraires, épigraphiques et archéologiques et abordant également la question du genre de l’enfant exposé, il met en lumière le fait que l’abandon résulte de l’exercice d’une rationalité économique visant principalement à éviter la misère, l’appauvrissement ou le déclassement, rationalité qui en cela ne concerne pas exclusivement les pauvres, mais toutes les catégories socio-économiques grecques. Bien que les conceptions éthiques au sujet de l’abandon d’enfants varient en fonction des individus, des cités et des périodes, mais aussi de critères tels que l’état de santé de l’enfant, il apparaît dans certains textes législatifs que l’extrême misère constitue aux yeux des Grecs le seul motif recevable d’une telle pratique.

10La troisième partie de l’ouvrage, davantage axée sur le discours, est consacrée à la visibilité et aux images des pauvres dans les domaines artistique, littéraire et philosophique. L’introduction de cette section offre un tableau diachronique du lien existant entre les représentations réalistes de scènes de la vie quotidienne et la pauvreté, ainsi qu’une réflexion sur la représentation du philosophe cynique et son rapport à l’idée de vertu.

11Pascale Jacquet-Rimassa « cherche le pauvre » dans l’imagerie attique des vie et ve siècles. Il apparaît que le pauvre dans son dénuement est quasi absent de cette imagerie : dans les représentations de scènes de la vie quotidienne, il est possible de distinguer les personnages dominants des personnages dominés, en situation de dépendance, sans toutefois que soit signifié le dénuement de ces derniers ni leur statut de travailleur ou d’esclave. La pauvreté n’est représentée qu’à travers le filtre mythologique que constituent le personnage d’Ulysse mendiant et celui de Géras, métaphore de la vieillesse, qui se caractérise lui aussi par l’errance, la maigreur, le décharnement et le dénuement, et compose ainsi le contrepoint extrême de l’idéal du kalos kagathos dont les artistes de cette période font leur principal objet.

12Menant une recherche similaire dans le domaine de la coroplathie hellénistique, Estelle Galbois s’interroge sur la présence de représentations de personnages pauvres parmi les figurines de terre cuite hellénistiques d’Égypte et d’Asie Mineure. Elle dégage des « signes extérieurs de pauvreté » permettant, lorsqu’ils apparaissent de manière combinée, de reconnaître les figures de ptôchos et de pénès, analyse l’origine de l’intérêt des artistes hellénistiques pour ces figures et leur relation avec les représentations de personnages riches. L’importance des pathologies et des déformations physiques dans les représentations de pauvres, mais aussi plus généralement le grotesque et le ridicule qui les caractérisent dans la plupart des cas, la conduisent à replacer ces figurines dans la réalité économique, sociale et culturelle de l’époque hellénistique : elle évoque particulièrement les pratiques symposiaques qui voyaient dans les mendiants et les personnes affectées d’une pathologie visible des amuseurs et des objets de curiosité, et met en lumière la fonction apotropaïque de ces objets.

13Dans le domaine littéraire, Charalampos Orfanos analyse le traitement dont font l’objet les thèmes de la pauvreté et du désir de richesse dans le Ploutos d’Aristophane et en recherche les fondements anthropologiques et politiques. Le dramaturge adopte dans cette œuvre une posture différente de celle qui apparaissait, trente ans auparavant, dans les Cavaliers, mais qui reflète les changements politiques et sociaux que connut Athènes pendant la période séparant les deux pièces : il accompagne la valorisation morale de la pauvreté d’un discours dépréciant le phthonos, l’« envie », qui apparaît comme le pendant humain de la némésis divine, cause des maux des hommes. Loin de pousser les pauvres à l’action sociale et politique pour la recherche de l’égalité de fortune, Aristophane invite ainsi le public athénien, dans le Ploutos, à préserver le statu quo social.

14Portant son attention sur le corpus philosophique, Christophe Pébarthe étudie le rapport qu’entretient avec la richesse et la pauvreté la figure de Socrate, dont il remet en question l’image de philosophe pauvre, et accorde une attention particulière au thème de l’oikonomia et à la rétribution, ou l’absence de rétribution, de l’enseignement philosophique. S’appuyant sur l’analyse de l’Économique et des Mémorables de Xénophon, ainsi que sur celle des métaphores à caractère économique employées au sujet des philosophes et des sophistes dans les écrits platoniciens, notamment celle qui assimile le philosophe à Éros, fils de Poros et de Pénia, il souligne la compétence et la légitimité de Socrate, en tant que philosophe et sophiste, en matière d’économie et met en lumière sa conception particulière de l’enseignement, qui motive son refus de rétribution.

15Échappant à l’écueil de la fragmentation qui pouvait être induit par la rareté et la diversité de la documentation étudiée, ainsi que par l’ambition pluridisciplinaire de cette rencontre, les contributeurs de cet ouvrage, tout particulièrement les éditrices, prennent soin de situer leurs analyses dans le paysage scientifique ou dans une perspective diachronique et synchronique qui permettent d’offrir un panorama large et cohérent, bien que nécessairement partiel, de la pauvreté en Grèce ancienne. L’attention portée au contexte et à la méthodologie, ainsi que le regard critique posé sur les interprétations traditionnelles, garantissent enfin le caractère innovant de cette étude, qui ouvre de nouvelles et stimulantes perspectives de recherche.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire-Emmanuelle Nardone, « Estelle Galbois et Sylvie Rougier-Blanc (dir.), La pauvreté en Grèce ancienne. Formes, représentations, enjeux », Aitia [En ligne], 7.1 | 2017, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 22 juin 2017. URL : http://aitia.revues.org/1793

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page