Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Nina Otto, Enargeia. Untersuchung zur Charakteristik alexandrinischer Dichtung

Christophe Cusset
Référence(s) :

Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Hermes Einzelschriften, 102), 256 p., ISBN : 9782915271355, 20 euros

Texte intégral

1L’étude part dans l’introduction d’une présentation circonstanciée et précise des thèses différentes de Bernd Effe et de Graham Zanker sur le traitement du réalisme, qui permet néanmoins de mettre en évidence le même phénomène caractéristique de la poésie hellénistique, à savoir que celle-ci est parcourue par la représentation jusque-là inégalée de la réalité quotidienne et triviale et par la volonté de mettre la poésie le plus étroitement possible en rapport avec une expérience intellectuelle, émotionnelle et sensorielle. Pour expliquer ce que l’on pourra appeler le « réalisme » spécifique de la poésie hellénistique, ces deux auteurs se posent la question de sa fonction, qu’il faut chercher dans les relations que le poète entretient par sa position sociopolitique avec son environnement : le réalisme est un mode de représentation choisi par les poètes dans des intentions bien définies. Mais alors que Zanker considère le recours aux détails quotidiens comme un moyen de rapprocher l’univers héroïque du monde contemporain, Effe voit, dans le vif contraste entre ces deux univers ainsi rapprochés, une tentative pour mettre en évidence l’éloignement des temps héroïques. Toutefois, selon Nina Otto, cette dimension réaliste de la poésie hellénistique n’est pas seulement à comprendre et à éclairer par un rapprochement avec l’état sociopolitique des Grecs, mais peut aussi trouver d’autres éclairages. Elle propose d’interroger ce concept à la lumière des questionnements philosophiques contemporains. Selon elle, l’intérêt des poètes hellénistiques pour les sens et les phénomènes empiriques trouve un écho particulier dans l’ontologie des philosophies stoïcienne et épicurienne. Il ne faut pas pour autant supposer une influence directe de la philosophie sur la littérature. Il s’agirait plutôt d’une sorte de courant spirituel diffus qui se manifeste par des canaux différents avec des significations et des intensités différentes. Dans cette relation la notion d’enargeia, qui est employée par les philosophies hellénistiques pour décrire l’expérience sensorielle et qui donne son titre à l’ouvrage, revêt une signification particulière. Cette notion est en effet aussi utilisée pour décrire l’efficacité de représentation d’un texte par la littérature critique. Il faut donc essayer de voir quelles sont les équivalences de sens que l’on peut établir entre l’usage philosophique et l’usage critique de ce terme, en supposant pour le coup une influence de la philosophie sur la théorie littéraire : c’est précisément à l’étude de cette question qu’est consacré l’ouvrage d’Otto, qui progresse en trois temps.

2La première partie est une mise au point des enseignements philosophiques apportés par le stoïcisme, l’épicurisme et la Nouvelle Académie. Une double perspective est retenue : ontologique et épistémologique. L’objet de cette présentation n’est pas de remettre en question la compréhension académique de ces philosophies hellénistiques, mais d’en dégager les lignes de force, qui sont exposées de manière précise dans un discours qui s’appuie sur les textes cardinaux des différentes écoles, abondamment cités en notes. Un accent particulier est mis sur l’importance de la notion d’enargeia dans l’épistémologie épicurienne comprise au sens d’une représentation par l’esprit et dont les fondements sont recherchés dans le sens de l’adjectif enargès notamment chez Platon. Dans le cadre du Portique, c’est la représentation cataleptique comme critère de vérité qui est au cœur du propos : elle dispose de la propriété qu’Épicure désignait par le nom enargeia, ce qui favorise la reprise du mot enargeia de la part des stoïciens. Les différentes écoles sont ensuite confrontées entre elles.

3La deuxième partie est consacrée à une description des concepts utilisés par la critique et la théorie littéraire antique, spécialement pour essayer de voir comment est appréhendé ce que nous désignons par le terme de « réalisme ». L’un de ces concepts est celui d’enargeia qui provient des discours philosophiques hellénistiques sur la théorie de la connaissance. Il s’agit ici encore, par une étude précise des textes, de comprendre quelle signification précise est donnée à ce terme. Les sens du concept sont traqués à travers les textes de Démétrios, de Longin, de Cicéron qui s’interroge particulièrement sur la traduction latine des notions grecques, et partant sur leur définition précise, et enfin de Quintilien.

4La troisième partie est une étude pratique à travers seulement deux exemples particulièrement révélateurs : l’Herakliskos de Théocrite et l’ecphrasis du manteau de Jason dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, par rapport aux modèles anciens qu’ils mobilisent, qu’il s’agisse de Pindare pour Théocrite ou d’Homère pour Apollonios. Pour l’histoire d’Héraclès enfant rapportée dans l’Idylle 24 de Théocrite, Nina Otto commence par une présentation très détaillée de la version donnée par Pindare dans la Ire Néméenne, avec une étude précise de la composition et des épisodes du récit mythologique qui permet, après l’étude circonstanciée de l’idylle théocritéenne, d’établir une comparaison des deux auteurs : ceux-ci se rapprochent par certains points communs (la volonté dans les deux cas de louer un puissant ; la présentation de l’épisode des serpents comme une annonce proleptique du devenir du héros) et se distinguent par des différences importantes dans le traitement de la psychologie des personnages, dans les pratiques descriptives et dans l’organisation des événements. La même méthode comparative est appliquée à l’ecphrasis du manteau chez Apollonios mise en regard de l’ecphrasis du bouclier d’Achille dans l’Iliade, chant XVIII. Au terme de ces comparaisons, Otto montre que ce n’est pas à partir de la fonction de la poésie qu’il faut essayer de déterminer la particularité de la poésie hellénistique comme tentaient de le faire Effe et Zanker, car la comparaison avec les modèles anciens révèle que cette fonction n’est pas profondément modifiée. Mais la différence principale est dans la manière dont le récit ou la description dans la poésie hellénistique invitent le lecteur à se représenter ce qui est raconté ou décrit comme s’il le vivait ou le voyait lui-même, comme si tout cela était véritablement porté devant ses yeux.

5L’étude proposée par Otto ne manque pas d’intérêt, mais elle reste peut-être encore un peu cloisonnée. Même s’il y a bien une volonté de trouver des ponts entre littérature et philosophie, ceux-ci sont encore assez peu exploités dans leur dynamique ; la notion d’enargeia est bien envisagée dans les deux domaines, mais les croisements entre les deux approches restent insuffisamment mis en œuvre dans l’étude des textes littéraires.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Nina Otto, Enargeia. Untersuchung zur Charakteristik alexandrinischer Dichtung », Aitia [En ligne], 1 | 2011, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://aitia.revues.org/196

Haut de page

Auteur

Christophe Cusset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page