Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Notes aux auteurs

A – Envoi des articles à la rédaction

Les auteurs adresseront par mail leurs fichiers (enregistrés au format .doc). Le texte sera paginé. Une version imprimée conforme au fichier (ou une version au format .pdf) fera foi en cas de problème typographique au transcodage.

B – Présentation des textes

Police de caractères

On utilisera uniquement une police unicode.

Structure

Le texte sera présenté de la façon la plus simple possible : texte non justifié où les niveaux de titre, les paragraphes, les citations et les légendes des illustrations seront bien identifiés.

La structure de l’article se déclinera dans l’ordre suivant :
– titre,
– auteur,
– affiliation institutionnelle,
– résumé dans la langue de l’article,
– mots clés dans la langue de l’article,
– corps du texte :
– deux niveaux de titre différenciés graphiquement (éviter la numérotation automatique),

  • les citations détachées du texte se différencieront du texte par un corps de police plus petit et des marges gauche et droite plus importantes,

  • les notes seront insérées automatiquement et placées en bas de page,

  • les illustrations ne seront pas insérées dans le texte. Indiquer entre crochets, sous la légende, le nom du fichier correspondant.

Tableaux

Les tableaux seront construits avec la fonction Tableau de Word (sans tabulations, avec des cellules). Les notes appelées dans les tableaux sont à inclure au bas de chacun d’eux et, pour éviter toute confusion, les appels revêtiront une forme différente par rapport à la numérotation automatique (a, b, c… par exemple).

C – Typographie

En règle générale on se référera au Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale pour un article rédigé en français, au Regole editoriali tipografiche e redazionale de Fabrizio Serra pour un article en italien, et pour l’anglais au Chicago Manual of Style (The University of Chicago Press).

Les majuscules seront accentuées.

Le trait d’union - (sans espace avant ou après) pour noter un trait d’union (ex. : c’est-à-dire ; indication de pagination : p. 39-42) ;

Le tiret moyen – (tiret moyen ouvrant : suivi d’une espace insécable ; tiret moyen fermant : précédé d’une espace insécable) permet un aparté dans le texte, s’utilise en début de ligne dans le cas d’une énumération et est employé pour introduire un dialogue.

On insère une espace insécable avant les signes de ponctuation doubles (: ; ? !), avant et après des valeurs chiffrées liées de fait au mot qui les suit ou les précède (3 ans, illustration 9, p. 2, n. 6, no 43, 2 m), entre l’initiale du prénom et le nom de l’auteur.

Les «  » (suivis et précédés d’une espace insécable) sont utilisés pour introduire une locution, une citation, une traduction, le titre d’un article, dans le corps même du texte. Les citations détachées du texte sont présentées sans guillemets.

À l’intérieur des guillemets chevrons on utilise les guillemets anglais “   ”.

L’appel de note se place en exposant immédiatement après le mot ou le groupe de mots auquel il se rapporte. Dans le développement, l’appel de note est introduit avant une virgule, deux points, un point-virgule, un point, un point d’interrogation ou d’exclamation mais après le point qui suit un mot abrégé (etc., J.-C., s.). En fin de phrase, il n’est pas suivi du point final s’il est précédé du point accompagnant un mot abrégé, ex. : etc.34

Après une citation, l’appel de note se place après le guillemet mais avant le signe de ponctuation. Ex. : … « Cela donnera naissance à plusieurs générations de martyrs »1.

Les siècles sont en chiffres romains et en majuscules ; on écrit en toute lettre « siècle avant / après » (IIIe siècle avant J.-C.).

Les distances et les mesures sont données en kilomètres, mètres ou centimètres, abrégés km, m, cm, ou mm sans point (3 m ou 3,50 m ou m2).

Les points cardinaux ne sont pas abrégés et commencent toujours par une minuscule, sauf lorsqu’il s’agit de la partie d’un pays (le Sud-Est asiatique, la Syrie du Nord).

Règles d’abréviation

Abréviations usuelles

  • 1  Pour l’éditeur d’un ouvrage collectif.
  • 2  Pour l’auteur d’une édition.

chap.

chapitre(s)

col.

colonne(s)

dir.

sous la direction de

éd.

éditeur1 / édité par2

no

numéro(s)

fr.

fragment(s)

n.

note(s)

p.

page(s)

pl.

planche(s)

t.

tome

trad.

traduit par

vol.

volume(s)

1er

premier

1re

première

2e

deuxième

Abréviations et locutions latines

Les citations, locutions et les mots latins sont en italique : ca (sans point), passim, ad loc., infra, supra, s.v. (pour introduire un article de dictionnaire, d’encyclopédie).

On évitera l’emploi des abréviations dans le corps du texte : sq., et al., i.e., e.g. : on préférera dire en français « et suiv. », « par exemple », « c’est-à-dire ».

La mention en toutes lettres et alii pourra être maintenue dans la présentation d’une référence bibliographique.

Usage des abréviations

Elles seront limitées au maximum dans le corps du texte.

On écrira « fragment » et non « fr. » mais cette abréviation pourra être utilisée dans les références entre parenthèses ou dans les notes.

On écria « illustration » et non « fig. » ou « ill. »

D’une manière générale, on réservera pour les notes l’emploi des abréviations : p., n., spéc., fr., pl., inv., coll. priv., v.

Langues étrangères

– Les citations latines ou les expressions latines habituelles dans la langue française, sont toujours en romain sans guillemets (par exemple : a priori, a posteriori, a contrario) ;

– Les citations de langues étrangères écrites ou transcrites en caractères latins (donc notamment les citations en latin) sont placées en italique, qu’elles soient longues ou limitées à un mot ou une expression dans le cours du texte ;

– Les citations en caractères non latins (grec, etc.) sont écrites sans guillemets et en romain.

Dans les citations grecques, on utilisera de préférence le gras, à la place de l’italique peu lisible, pour souligner un terme.

– On utilisera dans le corps du texte une transcription en alphabet latin pour les mots grecs désignant une réalité spécifique (en dehors des notions ou concepts traités comme tels – il n’est pas nécessaire de donner alors une traduction, sauf si l’auteur le juge nécessaire) : on dira ainsi : « Le peplos de la déesse dans cette représentation… », mais « afin d’expliquer comment l’οἰκείωσις contenait en elle l’origine du lien social… »

Traductions

On veillera dans le corps du texte à donner systématiquement une traduction dans la langue de l’article.

En fonction de l’utilisation de la citation, celle-ci pourra être donnée uniquement en traduction dans le texte si c’est le « contenu informatif » du texte qui est essentiellement visé et l’on reportera le texte original en note. Si des remarques formelles (style, images, sens des mots, etc.) interviennent, ou si c’est le sens du passage qui est problématique et qui est discuté, on donnera dans le corps du texte le texte original suivi de la traduction française.

Dans les notes, pour une citation supplémentaire et incidente par rapport au texte principal, on pourra se contenter de donner un texte cité uniquement dans la langue originale, sans traduction, pour ne pas alourdir. Mais on essaiera de privilégier l’usage texte + traduction.

Présentation des fragments

On se conformera à l’usage des éditions scientifiques :

].φ.ο̣ε̣ι̣c οἵ τε μάλιc[τα

    ν [λ]ειαίνουcι· τὸ δ’ἱερ[ὸν

ἐξ αὐ]το cχεδίηc κεῖνο τ.κ.[

    ]. . ύ . . ι cτ<α>φύλῃ . [.]ο̣ .[

        ]. . . . . . . . . . ν λεῖα̣ μ̣ε̣ .[

    ]. . . . . . . ιηcι μελιχροτ̣[

        ]ἀκριβὲc καὶ τότε Λητο[ΐ̣δ

            ]. . τὸ δ’ἔμελ λεν ἐς[ ὕcτερον

            ]. . ἀ̣μ̣φιπερικ[τίονεc

                ]ω̣η . αν . . ε .[

                ].[

Noter que les coupures de texte sont indiquées par […] et non par (…), sauf précisément lorsqu’il y a besoin de distinguer des lacunes dues à l’état du texte indiquées par […] et des coupures volontaires de l’auteur indiquées par (…).

D – Références bibliographiques

Les références bibliographiques sont citées en notes infra-paginales sous forme complète à la première occurrence et reprises ensuite avec le nom de l’auteur précédé de l’initiale du prénom, accompagné de ouvr. cit. ou art. cit. selon le cas. Ces abréviations permettront notamment de maintenir une forme d’homogénéité dans la présentation de références bibliographiques, indépendamment de la langue de l’article.

Il n’y a pas de bibliographie finale (ni en fin d’article, ni en fin de volume).

L’emploi des capitales dans les titres d’œuvres et de périodiques

Si le titre ne commence pas par l’article défini :
le mot initial prend seul la majuscule : À la recherche du temps perdu, Une saison en enfer, Opuscules rhétoriques, Antiquités romaines.

Si le titre commence par l’article défini :
– on mettra une majuscule à l’article initial seulement :

  • dans les titres formant phrase : La guerre de Troie n’aura pas lieu, Le roi s’amuse,

  • dans les titres d’ouvrages spécialisés et dans les titres d’articles de journaux ou de revues : La naissance de la philosophie à l’époque de la tragédie grecque, « Le métier de sociologue ».

– on mettra une majuscule non seulement à l’article initial mais aussi :

  • dans un titre contenant une comparaison ou une symétrie, à chaque terme en opposition ou en parallèle : La Belle et la Bête, Le Diable et le Bon Dieu.

  • dans les autres titres, au premier substantif (ainsi qu’aux adjectifs et adverbes qui peuvent le précéder) : La Guerre du Péloponnèse, Le Dernier

Différents cas

Le nom de l’auteur est saisi en bas-de-casse (minuscule). Pour le prénom, on indique uniquement la majuscule initiale dans les indications bibliographiques.
Le nom de la ville d’édition est donné dans la langue de l’article.
Pour les éditeurs universitaires, on privilégiera une forme abrégée (OUP, UCP, PUF, PUSE, etc.)

Monographies

Will É., Histoire politique du monde hellénistique I (2e édition), Paris, PUF, 1979.
À défaut de date, on porte les mentions : (s.d.), (sous presse) ou (à paraître).
La mention de la maison d’édition est donnée sous forme abrégée.

Articles de revue, de dictionnaire ou d’ouvrage collectif

Durand F., « Les lampes de terre cuite », Archaeologia Corsa 5, 1980, p. 5-68.
Balty J.-C., LIMC I, s.v. « Antiocheia », 1981, p. 840-851.
Dussart O., « Quelques indices d’ateliers de verriers en Jordanie et en Syrie du Sud de la fin de l’époque hellénistique à l’époque islamique », La Route du verre. Ateliers primaires et secondaires du second millénaire av. J.-C. au Moyen Âge, M.-D. Nenna (dir.), Lyon, MOM, TMO 33, 2000, p. 91-96.
Les titres sont en italique. Le titre de l’ouvrage collectif est introduit par « dans ».
Les titres de périodiques sont de préférence indiqués sous forme abrégée (quand elle existe) selon les habitudes de l’Année philologique : REG, REA, A&A, G&R, TAPhA, AantHung, etc.

Collection ou série

Nenna M.-D. (dir.), La route du verre. Ateliers primaires et secondaires du second
millénaire av. J.-C. au Moyen Âge
, TMO 33, Lyon, MOM, 2000.
Le nom ou l’abréviation de la collection est composé en romain (et non en italique).

Thèse inédite

Moorti U. S., Megalithic Culture of South India : a socio-economic perspective, Ph. D., University of Poona, 1985 (inédit).

Auteur ancien et édition d’auteur ancien

Le nom de l’auteur, non abrégé, est séparé par une virgule du titre de son œuvre ou du numéro du chapitre s’il est habituel de ne pas donner le titre. Le titre de l’œuvre peut être cité en abrégé conformément aux usages des dictionnaires de langue (A. Bailly ou F. Gaffiot).
Sophocle, Électre, 4-6 (vers 4 à 6 de la pièce).
Pausanias, II, 20, 3-5.
S’il n’y a pas de division en livres, on passe directement au découpage en paragraphes en chiffres arabes : Sénèque, De Clementia, 2, 3, 2.

E – Illustrations

– les fichiers images seront regroupés dans un dossier et accompagnés d’un tirage papier identifié par le nom du fichier,
– nommer les fichiers selon le modèle suivant : img1_Nom auteur.format
– noir et blanc ou couleurs sont acceptés indifféremment,
– haute résolution,
– la liste des illustrations sera jointe dans un fichier Word séparé pour chaque article ; indiquer la légende sous la forme suivante suivie du nom du fichier correspondant entre crochets :
Illustration I – Titre descriptif, source.
[img01_Nom auteur.jpeg]

F – Droits

Joindre à l’envoi du texte définitif :
– L’autorisation de diffusion en ligne signée par l’auteur (un fichier pdf avec signature électronique n’est pas valable. L’autorisation doit porter une signature manuscrite). Les coauteurs d’un même article sont tenus de remplir chacun une autorisation de diffusion.
– Les autorisations de reproduction et de diffusion des textes et des illustrations publiés dans l’article. Préciser lors de la demande le type de publication : publication scientifique électronique, en accès libre (gratuite), et indiquer l’URL du site (http://aitia.revues.org) ainsi que l’éditeur (ENS Éditions).

Notes

1  Pour l’éditeur d’un ouvrage collectif.

2  Pour l’auteur d’une édition.

Haut de page