Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

La tradition épique d’Apollonios de Rhodes à Nonnos de Panopolis

Epic Tradition from Apollonius of Rhodes to Nonnus of Panopolis. Tribute to Francis Vian.
L’epos nella tradizione da Apollonio Rodio a Nonno di Panopoli. Omaggio a Francis Vian.
Christophe Cusset

Texte intégral

1Lorsque est né il y a un peu plus de trois ans le projet de cette revue électronique Aitia. Regards sur la culture hellénistique au XXIe siècle, nous venions d’apprendre la disparition de Francis Vian. Il a semblé au comité de rédaction qu’il était nécessaire de rappeler l’importance de cet enseignant-chercheur d’exception pour les études hellénistiques non seulement en France, mais aussi sur le plan international, par un numéro d’hommage qui prendrait en compte le vaste champ disciplinaire parcouru tout au long de sa carrière par Francis Vian, principalement par les éditions qu’il avait exécutées ou dirigées dans la Collection des universités de France (CUF) : Apollonios de Rhodes, Quintus de Smyrne, les Argonautiques orphiques, Nonnos de Panopolis. Il ne s’agissait pas bien entendu de faire une quelconque concurrence au volume Des Géants à Dionysos. Mélanges de mythologie et de poésie grecques offerts à Francis Vian, édité par Domenico Accorinti et Pierre Chuvin (Alessandria, 2003) : ce volume, composé au départ autour des élèves de Francis Vian et élargi au cercle des spécialistes de la poésie hellénistique et tardive, a permis dignement de faire de son vivant l’éloge de ce maître remarquable et savant impeccable que fut Francis Vian.

2Bien plutôt, il s’agissait pour nous, à l’aube d’une entreprise nouvelle dans l’univers des études hellénistiques qui, après avoir connu un développement considérable ces trente dernières années grâce au mouvement initié par Francis Vian et quelques autres pionniers de sa génération, s’ouvrent désormais plus largement au monde virtuel internautique – parfois aussi obscur et périlleux que les escales du périple argonautique –, de rechercher l’exemple d’un initiateur incomparable susceptible de nous soutenir dans les longs et pénibles efforts que représente la publication régulière d’une revue spécialisée. Nous escomptons que nous saurons être dignes de la persévérance et de l’acuité scientifique de Francis Vian. Il n’a pas été possible, pour des questions de calendrier, de consacrer le premier numéro à cet hommage, mais nous sommes heureux de pouvoir rattraper ce retard dès notre seconde livraison.

3Le choix de la thématique de ce numéro s’est imposé facilement dès lors que nous avions en perspective le travail éditorial de Francis Vian, qui a su à la fois faire redécouvrir à sa juste valeur l’épopée d’Apollonios et renouveler l’idée qu’on pouvait se faire des Dionysiaques de Nonnos de Panopolis : toute la tradition épique posthomérique doit aujourd’hui à des savants comme Francis Vian d’être étudiée au même titre que l’épopée archaïque ou le théâtre classique, sans a priori péjoratif ni arrière-pensée. Le présent dossier, sans rechercher ici une exhaustivité impossible à tenir pour l’ensemble de cette tradition épique, s’efforce d’apporter de nouveaux éclairages, d’une part sur la période hellénistique qui est le domaine principal d’investigation de la revue Aitia, et d’autre part sur l’œuvre monumentale de Nonnos à laquelle Francis Vian a consacré une grande partie de sa vie.

4La première section est consacrée à Apollonios de Rhodes dont les Argonautiques constituent, pour nous au moins, un élément essentiel de cette tradition épique, même s’il ne fut pas le seul ; mais c’est pour le lecteur contemporain le premier témoin complet de ce que peut devenir l’épopée après l’époque archaïque. Quatre contributions abordent des aspects divers de cette épopée, soit en étudiant des passages précis de tel ou tel chant, soit en prenant des perspectives plus synthétiques ou comparatives.

5La deuxième section mène l’investigation sur d’autres formes littéraires de la période hellénistique qui entretiennent des relations étroites, mais diverses, avec l’épopée : l’épigramme de Philodème, la poésie scientifique de Nicandre et l’hymne de Callimaque. Les trois études proposées envisagent différentes voies d’assimilation et de renouvellement de la tradition homérique en dehors de l’épopée.

6Dans la troisième section, consacrée à Nonnos, les contributions envisagent d’une part comment le poète tardif répond à la tradition mise en place à l’époque hellénistique ou se démarque des normes épiques communes ; d’autre part comment cette œuvre assimile aussi d’autres traditions, oraculaires, théologiques, évangéliques et philosophiques, qui sont autant de nouvelles voies pour un discours épique toujours en renouvellement et en attente de diversité.

7La section des Varia permet de revenir, sous un angle différent, à la période hellénistique avec deux contributions qui interrogent pour l’une la fameuse liste des bibliothécaires du Musée transmise par le papyrus d’Oxyrhynchos X 1241, et pour l’autre le domaine de la poésie iambique de Callimaque en marge de la tradition épique.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « La tradition épique d’Apollonios de Rhodes à Nonnos de Panopolis », Aitia [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://aitia.revues.org/301

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page