Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’épopée posthomérique tardive : Nonnos de Panopolis

Ampélos, Carpos et Hylas. Nonnos face à Théocrite et Apollonios de Rhodes

Ampelus, Carpus and Hyla. Nonnus face to face with Teocritus ans Apollonius of Rhodes
Ampelo, Carpo e Ila. Nonno dinanzi a Teocrito e Apollonio Rodio
Marie-Christine Fayant

Résumés

L’influence, souvent soulignée, de la poésie hellénistique sur les Dionysiaques de Nonnos de Panopolis revêt des formes diverses. Dans l’épisode d’Ampélos, lorsqu’il évoque la disparition du jeune Satyre aimé de Dionysos, dont la métamorphose posthume donne naissance à la vigne (chants 10-12), Nonnos, par un jeu subtil d’intertextualité avec le chant I des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes et l’Idylle XIII de Théocrite, invite à rapprocher le drame d’Ampélos et la légende d’Hylas, éromène d’Héraclès dont la disparition met fin à la participation du héros à l’expédition des Argonautes. L’article analyse les procédés mis en œuvre par Nonnos pour faire référence à ses prédécesseurs hellénistiques et les significations possibles, tant littéraires que mythologiques, de ces renvois à la légende d’Hylas.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous renverrons ici systématiquement à l’édition publiée en 18 tomes (plus un Index des (...)

1L’influence de la poésie hellénistique sur celle de Nonnos de Panopolis a été souvent relevée par les éditeurs des Dionysiaques1, que cette influence s’exerce sur l’ensemble d’un épisode (enlèvement d’Europe, mort d’Hymnos, épisode d’Icarios) ou sur des détails d’un récit. C’est une forme particulière de cette influence que nous voudrions examiner ici, dans un épisode inconnu de la poésie hellénistique mais où quelques allusions suffisent à le mettre en rapport avec une légende illustrée par les poètes hellénistiques.

  • 2 Ces chants sont édités dans les tomes IV (chants 9-10, par G. Chrétien, 1985) et V (chants 11 (...)
  • 3 Sur cette métamorphose, voir F. Vian, « L’“invention” de la vigne chez Nonnos », dans L. Bell (...)
  • 4 La légende d’Hylas semble avoir été traitée par d’autres poètes de l’époque hellénistique, ma (...)

2L’épisode des Dionysiaques qui nous intéresse se situe aux chants 10, 11 et 122, où Nonnos, dans son évocation de l’adolescence de Dionysos, consacre un long récit (10, 175, à 12, 289) à un jeune Satyre aimé de Dionysos, Ampélos, dont la mort tragique est suivie d’une métamorphose donnant naissance à une nouvelle plante, la vigne3. Le détail du récit fait apparaître des liens discrets mais réels avec la légende d’Hylas, l’éromène d’Héraclès qui se noie dans une source lors d’une escale en Mysie au cours de l’expédition des Argonautes, légende qui est le sujet d’une idylle de Théocrite (Idylle XIII) et d’un épisode du chant I des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes (vers 1207-1357)4. Les allusions à cette légende contenues dans l’épisode ont été mentionnées par les éditeurs, mais nous analyserons ici les procédés mis en œuvre par Nonnos pour faire référence à ses prédécesseurs hellénistiques et la signification possible de ces renvois à la légende d’Hylas.

  • 5 Cette comparaison n’est pertinente qu’au regard de l’histoire littéraire, la légende d’Héracl (...)

3À part le thème, banal, des amours d’un dieu ou d’un demi-dieu pour un jeune garçon, on n’aurait guère de raisons de rapprocher la légende d’Ampélos de celle d’Hylas si le poète lui-même n’y invitait son lecteur. En effet, aussitôt qu’un Satyre lui a annoncé la mort de son éromène, Dionysos court vers le lieu du drame et le poète le compare alors à Héraclès lors de la disparition d’Hylas5 :

καὶ θεὸς εἰσαΐων ταχὺς ἔδραμεν εἴκελος αὔραις·
οὐ τόσον Ἡρακλέης δρόμον ἤνυεν, ὁππότε Νύμφαι
ἁβρὸν Ὕλαν φθονεροῖσι κατεκρύψαντο ῥεέθροις
νυμφίον ἰκμαλέῃ πεφυλαγμένον ἅρπαγι κούρῃ,
ὡς τότε Βάκχος ὄρουσεν ὀρίδρομος· (11, 226-230)

Le dieu ne l’a pas plus tôt entendu qu’il se hâte d’accourir, prompt comme le vent. Héraclès ne courait pas aussi vite, le jour où les Nymphes lui dérobèrent le tendre Hylas dans leurs flots jaloux, époux promis à une humide ravisseuse : si rapide est alors la course de Bacchos dans la montagne. (Traduction F. Vian)

  • 6 Sur les allusions à la geste d’Héraclès dans le poème, voir F. Vian, notice du chant 25 (...)

4L’objet de la comparaison est seulement la rapidité de la course de Dionysos, comme le souligne son schéma syntaxique οὐ τόσον […] δρόμον (vers 227) […] ὡς […] ὀριδρόμος (vers 230), où δρόμον et ὀριδρόμος font écho au ἔδραμεν du vers 226 qui précède et suscite la comparaison. Néanmoins, la comparaison souligne aussi l’analogie des circonstances qui, pour les deux héros, déclenchent cette course également rapide : pour Héraclès, c’est la noyade d’Hylas, rappelée dans une longue subordonnée temporelle qui commence à la césure bucolique (vers 227-229 : ὁππότε […]) ; pour Dionysos, c’est la mort d’Ampélos, objet du récit principal, simplement rappelée ici par τότε (vers 230). La comparaison nous invite donc explicitement à rapprocher Dionysos et Héraclès, comme dans d’autres passages du poème6, mais suggère aussi discrètement un possible parallélisme entre leurs aimés, Ampélos et Hylas. Compte tenu de la notoriété conférée à Hylas par les poèmes de Théocrite et d’Apollonios mentionnés plus haut, la comparaison invite donc à s’interroger sur l’utilisation par Nonnos de ces modèles hellénistiques.

  • 7 La présentation est très différente chez Théocrite. Héraclès, inquiet de l’absence d’Hy (...)

5De fait, dans ce passage où Dionysos apprend la mort d’Ampélos, plusieurs éléments, outre la référence explicite à Hylas, évoquent les récits de Théocrite ou d’Apollonios. On peut d’abord relever, dans le récit nonnien, la présence d’un tiers qui joue le rôle de messager du malheur auprès du héros. Ce schéma narratif se trouve chez Apollonios où l’Argonaute Polyphémos, qui a entendu le cri poussé par Hylas tombant dans la source, part à sa recherche (I, 1240-1252), rencontre inopinément Héraclès et lui apprend la nouvelle de la disparition du jeune garçon (I, 1253-1260)7. Chez Nonnos, un Satyre voit le cadavre d’Ampélos et va annoncer sa mort à Dionysos (11, 224-225). Par rapport à Apollonios, les circonstances sont différentes, puisque le dieu connaît ainsi d’emblée la mort de son aimé et l’emplacement de son cadavre ; mais Nonnos conserve le rôle de l’intermédiaire, en le réduisant au minimum.

  • 8 Cette comparaison porte sur la rapidité de la course mais aussi sur ce qui la déclenche, le c (...)
  • 9 Voir Odyssée, XXII, 299-301.

6Le poète s’intéresse ensuite à la réaction de Dionysos : une course immédiate qui le mène vers le cadavre du jeune homme (11, 226-230, voir supra). Cette course de Dionysos fait écho à celle d’Héraclès chez les deux poètes hellénistiques. Chez Théocrite, elle est mentionnée deux fois (vers 64-65, 70b-71) et l’accent est mis sur l’affolement (μαινόμενοϛ en rejet au début du vers 71) du héros tourmenté par la passion, comparé à un lion affamé qui a entendu bramer un faon et court le capturer (vers 61-63)8. Chez Apollonios, la course du héros apparaît aussi (I, 1263-1264, 1270) et Héraclès est comparé à un taureau piqué par un taon (I, 1265-1269). Nonnos, chez qui les circonstances sont différentes, ne conserve de ses prédécesseurs que l’idée de rapidité de la course mais, comme Apollonios, l’enrichit d’une comparaison. Toutefois, au lieu que cette comparaison soit empruntée au monde de la nature (et à la poésie homérique9), elle est empruntée à l’univers mythique et renvoie à des antécédents littéraires.

7Ainsi la mention d’Hylas au moment où Dionysos, informé de la mort d’Ampélos, court vers son cadavre, renvoie aux précédents littéraires hellénistiques, mais, dans le détail, le contexte dans lequel elle s’insère est différent et aucun parallèle d’expression ne vient souligner le désir de Nonnos de rivaliser avec ses modèles. En revanche, si cette unique mention explicite d’Hylas apparaît tardivement dans l’épisode, après la mort d’Ampélos, l’épisode comporte aussi – et les éditeurs des chants 10-11 n’ont pas manqué de le signaler – quelques allusions à la légende d’Hylas.

  • 10 Ce portrait-type de bel adolescent ne doit rien de particulier à Hylas. Il n’y a pas de portr (...)
  • 11 Dans les trois séquences, l’idée d’absence est exprimée par des formules parallèles : εἰ νέοϛ (...)

8L’épisode s’ouvre par une brève évocation de la rencontre de Dionysos et d’Ampélos, occasion de peindre le portrait de ce dernier (10, 175-192)10, suivie de la déclaration du dieu au jeune garçon (10, 193-216). Le récit marque alors une pause pour laisser la place à une longue description des tourments que suscite la passion dans le cœur de Dionysos (10, 219-277). Cette description présente successivement, en séquences de trois à sept vers, différentes situations provoquant chez le dieu plaisir ou peine. Les trois premières ont trait à la joie ou à la tristesse liées à la présence ou à l’absence du jeune garçon dans trois situations différentes : dans les bois, selon qu’Ampélos est présent et joue de la musique, ou qu’il est absent (vers 219-221) ; au banquet, où Dionysos interdit à un Satyre de jouer du tambourin en l’absence d’Ampélos parti à la chasse (vers 222-225) ; quand Ampélos est parti puiser de l’eau pour le repas du soir (vers 226-229)11 :

εἴ ποτε Πακτωλοῖο παρ᾿ ἀνθεμόεντι ῥεέθρῳ
δηθύνων ἀνέμιμνεν, ὅπως ἐπιδόρπιον εἴη
αὐτὸς ἑῷ βασιλῆι φέρων γλυκερώτερον ὕδωρ,
κούρου νόσφι μένοντος ἱμάσσετο Βάκχος ἀνίῃ·

9Cette dernière situation renvoie au précédent littéraire des circonstances de la mort d’Hylas, entraîné par les Nymphes de la source où il était venu puiser de l’eau pour le repas du soir. La formulation même des vers 227b-228 s’inspire de Théocrite (XIII, 36b-37a) :

[…] ὕδωρ ἐπιδόρπιον οἴσων
αὐτῷ θ᾿ ̔Ηρακλῆι […]

10Dans les deux passages, la structure de l’unité syntaxique qui évoque le puisage de l’eau est identique : φέρω accompagné d’un complément d’objet à l’accusatif (ἐπιδόρπιον ὕδωρ dans les deux cas) et d’un complément au datif indiquant le destinataire de l’eau (Ηρακλῆι chez Théocrite, ἑῷ βασιλῆι chez Nonnos). Cette unité syntaxique est reliée au contexte par le même rapport de finalité ; mais, chez Théocrite, ce rapport est exprimé par un simple participe futur οἴσων, tandis que Nonnos emploie une subordonnée à l’optatif oblique dans laquelle il amplifie la forme verbale en recourant à la tournure périphrastique εἴη […] φέρων au lieu du simple φέροι attendu.

  • 12 Cette création est ensuite attestée, pour ce qui concerne la poésie, seulement deux fois chez (...)
  • 13 La séquence ἐπιδόρπιον εἴη peut s’inspirer formellement de ποτιδόρπιον εἴη qui termine (...)

11Mais l’imitation la plus perceptible porte sur la reprise de ἐπιδόρπιον à la même place dans le vers, reprise d’autant plus signifiante qu’ἐπιδόρπιοϛ est une création de Théocrite12. L’emprunt est en outre mis en valeur par la disjonction entre l’épithète et le nom qu’il qualifie, ὕδωρ, qui n’apparaît qu’à la fin du vers suivant. Il est aussi souligné par une prolepse ; il est en effet placé en tête de la proposition, à côté du verbe, avec lequel il n’entretient aucun lien syntaxique, et reste comme en suspens jusqu’à la fin du vers suivant13. Cette place est d’autant plus surprenante qu’il s’agit d’un simple adjectif épithète, alors qu’inversement, γλυκερώτερον, placé, lui, à côté d’ὕδωρ, est attribut : « afin d’apporter lui-même à son seigneur l’eau du repas du soir, pour qu’elle lui soit plus agréable ». En effet, à la différence d’Hylas chez Théocrite ou Apollonios, Ampélos n’est pas un serviteur de son amant ; en d’autres termes, aller puiser de l’eau ne fait pas partie de ses attributions, c’est une tâche qu’il accomplit de sa propre initiative, comme une faveur envers Dionysos pour qui cette eau prend ainsi une douceur particulière.

12L’imitation de Théocrite se prolonge au premier hémistiche du vers 228 où αὐτὸϛ ἑῷ βασιλῆι rappelle explicitement αὐτῷ θ᾿ ̔Ηρακλῆι. Le vers commence par le même pronom-adjectif et βασιλῆι, à la troisième trochaïque, fait écho phonétiquement à ̔Ηρακλῆι dans la même position métrique. Là où Théocrite désigne le destinataire de l’eau par son nom, Nonnos emploie un terme qui suggère la relation de respect qui unit l’adolescent au dieu.

13La comparaison de ces deux passages permet ainsi de repérer un certain nombre de mécanismes d’imitation et de transformation mis en œuvre par Nonnos :
– reprise de la notion (puiser l’eau du repas du soir pour X), mais en lui associant une notion nouvelle au moyen de l’attribut γλυκερώτερον : le même geste n’est plus une tâche normale mais une preuve d’affection ;
– reprise du rapport syntaxique qui unit cette idée au contexte (finalité), mais en le formulant avec plus d’ampleur ;
– reprise du vocabulaire (φέρω, ὕδωρ, ἐπιδόρπιον), mais en donnant plus de poids au verbe par une tournure périphrastique et en mettant en valeur le néologisme théocritéen ἐπιδόρπιον par l’homotaxie et par le jeu sur l’ordre des mots ;
– reprise du schéma métrique et phonique pour désigner le destinataire, mais en substituant un terme générique à un nom propre.

14Plus loin dans l’épisode, après la mort d’Ampélos, Dionysos, se lamentant sur son cadavre, mais refusant la réalité de sa mort qu’il prend pour un sommeil, se demande pourquoi l’adolescent ne va plus puiser de l’eau (11, 332-333a) :

εἰς προχοὰς ποταμοῖο τί σήμερον οὐκέτι βαίνεις
κάλπιν ἔχων εὔυδρον;

  • 14 Voir la note à 11, 333. Le même terme est repris en 1, 1234.

15Par sa structure syntaxique et métrique, le premier hémistiche du vers 333 rappelle, avec un ordre des mots différent, Théocrite (XIII, 39a) : Χάλκεον ἄγγοϛ ἔχων. Mais le terme choisi pour désigner le récipient qui contient l’eau, κάλπιν, est celui qu’utilise Apollonios quand il présente Hylas (I, 1207-1209a)14 :

  • 15 Dans ce passage, ὕδωρ est en fin de vers, position adoptée par Nonnos (10, 228). En out (...)

Τόφρα δ᾿ Ὕλας χαλκέῃ σὺν κάλπιδι νόσφιν ὁμίλου
δίζητο κρήνης ἱερὸν ῥόον, ὥς κέ οἱ ὕδωρ
φθαίη ἀφυσσάμενος ποτιδόρπιον.15

16Ainsi, alors que dans le premier passage relatif au puisage de l’eau Nonnos imitait exclusivement Théocrite, dans celui-ci il imite à la fois les deux poètes qui ont chanté Hylas, Théocrite pour la syntaxe et Apollonios pour le vocabulaire.

17Ces références manifestes à Hylas (et aux poètes qui l’ont chanté) à propos du puisage de l’eau invitent à chercher dans l’épisode d’autres allusions, plus discrètes. On peut peut-être en déceler une dans le passage relatif à la mort d’Ampélos.

  • 16 Voir la notice de F. Vian au chant 11, t. V, p. 8 et n. 1.
  • 17 Voir la note à 11, 190.

18Les circonstances de la mort des deux adolescents sont très différentes. Alors qu’Hylas meurt noyé, attiré au fond de la source par la/les Nymphe(s) séduite(s) par sa beauté, Ampélos est victime d’une machination divine. Envoyée par Héra, Até le persuade de monter un taureau (11, 118-154). Sitôt Até partie, se présente en effet un taureau. Ampélos le cajole, puis le monte (11, 155-184). Mais Méné, la Lune, défiée par Ampélos (11, 185-187), envoie un taon qui affole l’animal (11, 188-193) et Ampélos, malgré ses prières (11, 194-213), est jeté à terre et tué par cette chute (11, 214-223). Tout le passage mettant en scène le taureau rappelle la légende d’Europe et Nonnos s’y inspire à plusieurs reprises de l’Europé de Moschos16. Ce parallèle peut expliquer l’emploi au vers 190 (῎Αμπελον ἀνδροφόνῳ πεφορημένον ἅρπαγι ταύρῳ) de l’expression ἅρπαγι ταύρῳ pour désigner le taureau qui va causer la mort d’Ampélos, comme elle désigne en 1, 131-132 le taureau qui enlève Europe17. Car l’épithète ἅρπαγι, qui caractérise bien le taureau d’Europe, est en réalité impropre pour celui d’Ampélos, qui n’est pas envoyé pour l’enlever mais pour le tuer, ce qu’exprime, au même vers, l’emploi, par anticipation, de l’épithète ἀνδροφόνῳ.

  • 18 Ce nom au datif a cependant une fonction grammaticale différente dans les deux vers : au vers (...)

19Mais cette épithète inappropriée peut aussi être mise en rapport avec la légende d’Hylas, si on rapproche le vers 190 du vers 229 (νυμφίον ἰκμαλέῃ πεφυλαγμένον ἅρπαγι κούρῃ), et de la comparaison, étudiée au début, entre la course de Dionysos à l’annonce de la mort d’Ampélos et celle d’Héraclès apprenant la noyade d’Hylas. Les deux vers présentent plusieurs points communs :
– ils comportent deux syntagmes identiques : un nom complément d’objet, désignant la victime, auquel se rapporte un participe parfait passif dont dépend un nom au datif18 complété par deux épithètes dont la seconde est ἅρπαγι ;
– chacun de ces éléments occupe la même place dans le vers et a la même valeur métrique.

20Il est clair que les deux accusatifs initiaux se correspondent, ῎Αμπελον est l’équivalent de νυμφίον. Tout cela invite à mettre en parallèle, à la fin du vers, le taureau et la Nymphe. Mais seule cette dernière mérite l’épithète ἅρπαγι, tandis que le taureau d’Ampélos est qualifié ainsi pour suggérer une analogie avec la mort d’Hylas.

  • 19 Pour les antécédents littéraires de ce thème, voir la notice de F. Vian, p. 9, n. 3, 4, 5.
  • 20 Voir la note à 11, 191-192.

21Le taureau piqué par un taon19 qui cause la mort d’Ampélos n’est pas sans rappeler celui qui sert de comparant dans la comparaison, mentionnée précédemment, qu’utilise Apollonios pour exprimer la rapidité désordonnée de la course d’Héraclès apprenant la mort d’Hylas. Les formulations se font écho20 :

̔Ως δ᾿ ὅτε τίς τε μύωπι τετυμμένος ἔσσυτο ταῦρος (Arg., I, 1265)

  • 21 Οἱ désigne le taureau mentionné à la fin du vers précédent.

καί οἱ21 πέμπε μύωπα βοοσσόον (Dion., 11, 191)

22Le modèle formel de Nonnos est callimachéen (fr. 301 : βουσόον […] μύωπα). Chez les trois poètes le même terme μύωπα/μύωπι occupe la même position dans le vers (avant la troisième trochaïque) et βοοσσόον est emprunté à Callimaque, avec une place différente ; mais cet adjectif est aussi en filigrane dans le vers d’Apollonios par jeu étymologique puisque le second terme du composé βοοσσόος est formé sur le verbe σεύω qui apparaît dans le vers d’Apollonios sous la forme ἔσσυτο. Formellement, le vers de Nonnos évoque donc directement Callimaque et un peu moins directement Apollonios ; mais son contexte (Dionysos et Ampélos) le rapproche d’Apollonios (Héraclès et Hylas). On peut toutefois noter un double déplacement, chronologique et fonctionnel : le taon apparaît plus tôt dans le récit nonnien (juste avant la mort d’Ampélos) que chez Apollonios (après la mort d’Hylas) ; par ailleurs, simple comparant et donc extérieur au récit chez Apollonios, il est devenu chez Nonnos la cause directe de la mort d’Ampélos.

  • 22 Comme l’a montré H. Frangoulis (« L’eau et le vin dans le mythe d’Ampélos », dans D. Au (...)

23On peut encore identifier un autre rapprochement, indirect, entre la mort d’Ampélos et celle d’Hylas, par l’intermédiaire d’un autre personnage, Carpos. Dans le récit de Nonnos, en effet, entre la mort d’Ampélos et sa métamorphose en vigne prennent place plusieurs développements dont une longue consolation d’Amour sous les traits de Silène (11, 351-485). Pour réconforter Dionysos et lui faire comprendre qu’Ampélos va renaître sous une autre forme, Amour lui raconte les amours de Calamos et Carpos (11, 369-381) qui se terminent par la mort de Carpos et le suicide de Calamos, aussitôt suivis de leur métamorphose, respectivement en fruit et en roseau. Or la mort de Carpos, si elle présente peu de points communs avec celle d’Ampélos hormis son caractère soudain, se rapproche davantage de celle d’Hylas dans la mesure où elle est causée par l’eau22. Dans sa lamentation sur la mort de son ami, Calamos émet l’hypothèse que la noyade ait pu être provoquée par l’enlèvement d’une Nymphe des eaux (Εἰ μία Νηιάδων σε δυσίμερος ἥρπασε Νύμφη, 11, 449), ce qui évoque le destin d’Hylas. Le verbe ἥρπασε rappelle l’adjectif ἅρπαξ qui qualifie la Nymphe emportant Hylas en 11, 229 et le taureau qui tue Ampélos en 11, 190.

  • 23 Apollonios (I, 1271 et suiv.) mentionne aussi le cri d’Héraclès parti à la recherche d’Hylas, (...)

24Par ailleurs, dans la même lamentation, Calamos déclare « je me lasse à t’appeler et tu n’entends pas mes cris » (κάμνον ἐγὼ καλέων σε, καὶ οὐ βοόωντος ἀκούεις, 11, 454). Ce détail rappelle aussi un élément de la mort d’Hylas qui apparaît chez Théocrite (XIII, 58-60)23 : Héraclès, inquiet de l’absence d’Hylas, l’appelle trois fois ; celui-ci l’entend, répond, mais sa voix, venue du fond de l’eau, est inaudible, de sorte que l’appel d’Héraclès, comme celui de Calamos, reste sans réponse. Mais, chez Nonnos, ce thème du cri sans réponse apparaît déjà à propos d’Ampélos. Dans sa deuxième lamentation (11, 313-350), Dionysos demande à Zeus de rendre provisoirement la voix à Ampélos pour que ce dernier puisse lui dire : « J’ai des oreilles, mais n’entends pas tes cris » (Οὔατά μοι παρέασι, καὶ οὐ βοόωντος ἀκούω, 11, 319). L’identité des seconds hémistiches établit clairement le parallèle entre les deux vers, rapprochant Ampélos et Carpos, et, par l’intermédiaire de ce dernier, Ampélos et Hylas.

  • 24 Sur les sources de cet épisode, voir G. Chrétien, notice du chant 10, t. IV, p. 67-73.

25En choisissant de faire référence à Hylas à propos de l’éromène de Dionysos, Nonnos rattache l’épisode d’Ampélos, peu connu par ailleurs24, à des antécédents hellénistiques prestigieux que le lecteur érudit ne devait pas manquer de repérer. Il revendique ainsi une filiation littéraire.

  • 25 […] ἥτις καθαρή τε καὶ ἀχράαντος ἀνέρπει / πίδακος ἐξ ἱερῆς ὀλίγη λιβὰς ἄκρον ἄωτον (v. 111-1 (...)

26Ces hypotextes hellénistiques sont aussi bien des epyllia (de Théocrite ou de Moschos) qu’une épopée (les Argonautiques), genres auxquels Nonnos fait de nombreux emprunts dans l’ensemble de son poème. Mais ici, les références érudites se colorent peut-être d’une symbolique mimétique. Comme Hylas ou Ampélos, Nonnos puise à une source, mais lui ne s’y noie pas ; il n’imite pas ses modèles, il se les approprie. En détournant les images célèbres de la fin de l’Hymne II de Callimaque (à Apollon, vers 105-112), on pourrait dire qu’à la « mer » (vers 106) ou au « fleuve » (vers 108) de son chant, Nonnos mêle l’eau « qui sourd, nette et limpide, de la source sacrée, quelques gouttes, pureté suprême » (traduction Émile Cahen)25.

  • 26 Voir note 6.

27Toutefois la portée de ces allusions dépasse certainement le cadre littéraire. Nonnos aime rapprocher Dionysos et Héraclès26. Ici, la seule comparaison explicite entre les deux héros est celle par laquelle nous avons commencé notre étude, la rapidité de leur course dans des circonstances analogues, la disparition de leur aimé. Comme toujours dans les Dionysiaques, cette confrontation est un moyen de valoriser Dionysos et le procédé est ici d’autant plus clair que la comparaison est introduite par la formule restrictive οὐ τόσον et tourne donc à l’avantage de Dionysos. Quant aux allusions à Hylas, disséminées dans l’épisode, elles constituent autant de renvois à ce parallèle avec Héraclès.

28Mais au-delà des éléments explicités, le lecteur peut poursuivre la comparaison en confrontant les conséquences du drame pour les deux héros. Chez Apollonios, la disparition d’Hylas met fin à la participation d’Héraclès à l’expédition des Argonautes. Au contraire, l’épisode de la mort d’Ampélos, d’abord tragique pour Dionysos, a une issue heureuse puisque Ampélos est métamorphosé en vigne. La mort d’Ampélos fait ainsi de Dionysos un bienfaiteur de l’humanité, bien supérieur à Héraclès dont les glorieux exploits n’ont pas cette portée universelle.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Nous renverrons ici systématiquement à l’édition publiée en 18 tomes (plus un Index des noms propres) aux Belles Lettres (CUF) sous la direction de F. Vian de 1976 à 2006. Pour Nonnos et la poésie hellénistique, voir notamment A. S. Hollis, « Some Allusions to Earlier Hellenistic Poetry in Nonnos », Classical Quarterly 26, 1976, p. 142-150 ; id., « Nonnus and Hellenistic Poetry », dans N. Hopkinson (dir.), Studies in the Dionysiaca of Nonnus, Cambridge, University Press, 1994, p. 43-62.

2 Ces chants sont édités dans les tomes IV (chants 9-10, par G. Chrétien, 1985) et V (chants 11-13, par F. Vian, 1995).

3 Sur cette métamorphose, voir F. Vian, « L’“invention” de la vigne chez Nonnos », dans L. Belloni, G. Milanese, A. Porro (dir.), Studia classica Iohanni Tarditi oblata, Milan, Vita e Pensiero, 1995, p. 199-214 (= L’épopée posthomérique, D. Accorinti dir., Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2005, p. 551-564).

4 La légende d’Hylas semble avoir été traitée par d’autres poètes de l’époque hellénistique, mais seules les versions d’Apollonios et de Théocrite nous sont parvenues ; voir F. Vian, notice du chant I des Argonautiques, Paris, CUF, 1974, p. 39. La chronologie relative de ces deux œuvres est discutée (voir ibid., p. 39-48 ; B. Effe, « Die Hylas-Geschichte bei Theokrit und Apollonios Rhodios : Bemerkungen zur Prioritätsfrage », Hermes 120, 1992, p. 299-309) ; ce débat n’a pas d’incidence sur la question qui nous intéresse ici.

5 Cette comparaison n’est pertinente qu’au regard de l’histoire littéraire, la légende d’Héraclès et Hylas ayant été chantée avant celle de Dionysos et Ampélos. Comme le rappelle F. Vian (t. V, n. 1, p. 38), la chronologie mythique est inverse (Héraclès est postérieur à Dionysos). Si cette inversion permet, comme dans les autres synkriseis entre les deux héros, de valoriser Dionysos, elle offre aussi à Nonnos la possibilité de rivaliser avec les poètes hellénistiques.

6 Sur les allusions à la geste d’Héraclès dans le poème, voir F. Vian, notice du chant 25, t. IX, p. 22-26.

7 La présentation est très différente chez Théocrite. Héraclès, inquiet de l’absence d’Hylas, l’appelle à trois reprises ; celui-ci répond chaque fois mais sa voix est étouffée par l’eau (XIII, 55-60). Le récit s’arrête à la quête d’Héraclès et n’évoque pas la découverte de la mort d’Hylas.

8 Cette comparaison porte sur la rapidité de la course mais aussi sur ce qui la déclenche, le cri d’Hylas comparé au cri du faon.

9 Voir Odyssée, XXII, 299-301.

10 Ce portrait-type de bel adolescent ne doit rien de particulier à Hylas. Il n’y a pas de portrait d’Hylas chez Apollonios. Théocrite réduit le portrait à un détail, sa chevelure bouclée (τοῦ͂ τὰν πλοκαμῖδ͂α φορεῦντοϛ, XIII, 7). Cette indication apparaît pour Ampélos chez Nonnos en 10, 181b-184a, mais aussi après sa mort, en 11, 245-247, où la formulation πλόκαμοι χαρίεντεϛ rappelle Théocrite, XIII, 7.

11 Dans les trois séquences, l’idée d’absence est exprimée par des formules parallèles : εἰ νέοϛ ἐκτὸϛ ἔμιμνεν (v. 221), κούρου μὴ παρεόντοϛ (v. 225), κούρου νόσφι μένοντοϛ (v. 229). En revanche, la troisième séquence se démarque des deux qui la précèdent et de celle qui la suit (joie de Dionysos quand Ampélos joue de la flûte, v. 230-234), car elle ne fait aucune allusion à la musique. On a le sentiment que cette troisième séquence a été introduite un peu artificiellement dans la série pour suggérer très tôt dans l’épisode le rapprochement avec Hylas.

12 Cette création est ensuite attestée, pour ce qui concerne la poésie, seulement deux fois chez Lycophron (Alex., 607, 661) et une fois chez Nicandre (Alexipharm., 21). L’adjectif utilisé avant Théocrite est ποτιδόρπιοϛ, attesté chez Homère (Od., IX, 234, 249) et dans le passage des Argonautiques où Apollonios montre Hylas puisant de l’eau (I, 1209). Nonnos utilise ici cet adjectif dans le même contexte que Théocrite, mais il le reprend aussi neuf autres fois dans des contextes variés. Sur ces neuf occurrences, quatre reprennent l’expression théocritéenne ὕδωρ ἐπιδόρπιον mais dans un ordre inverse et en fin de vers (2, 53 ; 6, 40 ; 22, 128 ; 47, 395).

13 La séquence ἐπιδόρπιον εἴη peut s’inspirer formellement de ποτιδόρπιον εἴη qui termine les deux vers de l’Odyssée (IX, 234, 249) mentionnés précédemment ; mais, dans le texte homérique, l’adjectif est attribut et trouve naturellement sa place à côté de εἴη.

14 Voir la note à 11, 333. Le même terme est repris en 1, 1234.

15 Dans ce passage, ὕδωρ est en fin de vers, position adoptée par Nonnos (10, 228). En outre, la disjonction épithète (ἐπιδόρπιον) / nom (ὕδωρ) relevée chez Nonnos (10, 227-228) figure déjà chez Apollonios, mais Nonnos, en faisant apparaître l’adjectif en premier, surprend davantage.

16 Voir la notice de F. Vian au chant 11, t. V, p. 8 et n. 1.

17 Voir la note à 11, 190.

18 Ce nom au datif a cependant une fonction grammaticale différente dans les deux vers : au vers 190, il est complément d’agent du participe (« emporté par… ») ; au vers 229, il est complément d’attribution (« réservé pour… »).

19 Pour les antécédents littéraires de ce thème, voir la notice de F. Vian, p. 9, n. 3, 4, 5.

20 Voir la note à 11, 191-192.

21 Οἱ désigne le taureau mentionné à la fin du vers précédent.

22 Comme l’a montré H. Frangoulis (« L’eau et le vin dans le mythe d’Ampélos », dans D. Auger et É. Wolff, dir., Culture classique et christianisme.Mélanges offerts à J. Bouffartigue, Paris, Picard, 2008, p. 285-291), le thème de l’eau est omniprésent dans l’épisode d’Ampélos. Il apparaît notamment dans la première partie de l’épisode par le biais du dernier des trois concours entre Dionysos et Ampélos, le concours de natation (11, 7-45), qui précède immédiatement les préliminaires de la mort d’Ampélos. Ce concours de natation est à mettre en parallèle avec celui entre Carpos et Calamos (11, 400-426) qui se termine par la mort de Carpos.

23 Apollonios (I, 1271 et suiv.) mentionne aussi le cri d’Héraclès parti à la recherche d’Hylas, mais ne signale pas l’absence de réponse qui demeure implicite.

24 Sur les sources de cet épisode, voir G. Chrétien, notice du chant 10, t. IV, p. 67-73.

25 […] ἥτις καθαρή τε καὶ ἀχράαντος ἀνέρπει / πίδακος ἐξ ἱερῆς ὀλίγη λιβὰς ἄκρον ἄωτον (v. 111-112).

26 Voir note 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Christine Fayant, « Ampélos, Carpos et Hylas. Nonnos face à Théocrite et Apollonios de Rhodes », Aitia [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://aitia.revues.org/449 ; DOI : 10.4000/aitia.449

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Fayant

Université de Valenciennes

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page