Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’épopée posthomérique tardive : Nonnos de Panopolis

Nonnos et les combats singuliers de Dionysos

Nonnus’ Dionysus in hand to hand combat
Nonno e i combattimenti faccia a faccia di Dioniso
Hélène Frangoulis

Résumés

Dans l’épopée nonnienne, les combats singuliers de Dionysos contre les trois chefs indiens, Orontès, Dériade et Morrheus, s’achèvent d’une manière qui ne correspond pas aux normes épiques : au lieu d’être tué par le dieu, l’adversaire se suicide, meurt de façon inexpliquée ou disparaît simplement du poème. Ce scénario, voulu dès l’origine par l’auteur, est conforme à la figure que présente Bacchos tout au long de la guerre des Indes, celle d’un dieu propagandiste et clément.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est un hommage à Francis Vian, avec lequel j’avais évoqué le sujet peu de temps avant sa disparition.

Texte intégral

  • 1 Orontès : 17, 170-191, 249-261 ; Morrheus : 36, 430-469 ; Dériade : 36, 140-160, 334-35 (...)
  • 2 Duel Dionysos/Orontès : 17, 229-289 ; duel Dionysos/Dériade : 36, 292-391 et 40, 63b-96; du (...)
  • 3 Voir infra.

1Les chants 13 à 40 des Dionysiaques de Nonnos de Panopolis sont consacrés à l’expédition menée par Dionysos contre les Indiens. Leur roi Dériade et ses gendres, Orontès et Morrheus, lui reprochent de se comporter en lâche et en magicien, et non en véritable guerrier1 (c’est-à-dire en fait en guerrier homérique). L’observation est exacte dans la mesure où Dionysos combat avec des armes qui lui sont propres et qui sont inconnues de la norme épique. Mais ce qui est le plus remarquable est l’issue des combats singuliers livrés par Dionysos contre les trois chefs indiens2. Même si l’engagement peut prendre des formes diverses, le schéma général reste le même : après l’affrontement, l’adversaire n’est pas à proprement parler vaincu ou tué par le dieu ; c’est lui-même qui se suicide, se noie ou disparaît purement et simplement. Ce scénario, peu rationnel et en tout cas étranger aux normes épiques, a parfois surpris les modernes qui y ont vu une maladresse de l’auteur ou la marque de l’inachèvement du poème3. Mais une analyse plus approfondie de ces épisodes nous permettra de déterminer dans quelle mesure le scénario a été voulu par l’auteur et comment il peut nous éclairer sur la figure de Dionysos dans l’épopée nonnienne.

  • 4 17, 232b-242a.
  • 5 17, 242b-245; voir Les Dionysiaques, t. VI (chants 14-17), B. Gerlaud (éd.), Paris, CUF, (...)
  • 6 17, 245b-247a.
  • 7 17, 247b-262a.
  • 8 17, 262b-268a.
  • 9 17, 268b.
  • 10 17, 269-289.

2Examinons d’abord le schéma général des affrontements entre Dionysos et les trois chefs indiens. Le premier duel oppose le dieu à Orontès, au chant 17, pendant la bataille du Taurus. Au début du combat, le gendre de Dériade s’élance vers Bacchos et tente à deux reprises de l’atteindre avec son javelot : la première fois, l’arme est repoussée par les cornes du dieu4 ; la deuxième fois, elle se tord au contact de sa nébride5. À son tour, Dionysos passe à l’offensive en utilisant son thyrse : tout d’abord, il manque son adversaire6, puis, devant les railleries d’Orontès qui lui promet une défaite certaine7, il le désarme8. L’Indien prend alors la fuite9 ; il ne tardera pas à se suicider en se frappant de son épée, avant de rouler dans le fleuve qui porte son nom10.

  • 11 36, 293b-333 (feu, eau, lion, sanglier, arbre, panthère, feu) : voir Les Dionysiaques, (...)
  • 12 36, 355-376.
  • 13 36, 377-381.
  • 14 36, 382-385.
  • 15 40, 69-71. Sur le motif homérique des trois essais infructueux suivis d’un quatrième, voir Le (...)
  • 16 40, 82-90.
  • 17 40, 91-92.
  • 18 40, 93-96a.

3Le deuxième combat oppose Dionysos à Dériade. Le scénario est construit sur le même schéma ; mais il est beaucoup plus développé et, comme il est naturel chez Nonnos, comporte des variations. C’est ainsi qu’il se déroule en deux temps séparés, dans deux chants non consécutifs. Au cours de la première rencontre, au chant 36, Dionysos se joue de Dériade par ses métamorphoses11, puis, faisant apparaître une vigne qui l’emprisonne de ses pampres12, il l’oblige à demander grâce13 avant de le libérer14. Quant à l’affrontement final, au chant 40, il montre des similitudes évidentes avec le combat contre Orontès : à quatre reprises, Dériade lance vainement sa pique contre le dieu15 ; Dionysos le poursuit alors jusqu’à l’Hydaspe16 et égratigne sa peau avec son thyrse17 ; enfin, l’épisode s’achève par la noyade du roi indien18.

  • 19 39, 354b-359 (pendant la naumachie). D’ailleurs, si l’Indien, juste avant d’être blessé par B (...)
  • 20 Ou plutôt c’est Athéna qui prend son apparence pour causer la mort de Dériade en poussant ce (...)

4Morrheus se situe un peu à part, dans la mesure où son unique rencontre avec Dionysos tient en quelques vers. Au cours du duel, Bacchos le blesse de son thyrse, ce qui oblige le gendre de Dériade à retourner en ville pour se faire soigner (situation déshonorante pour un héros épique !)19. À partir de cette blessure, il n’est plus question de lui20 : malgré la brièveté de l’épisode, nous retrouvons donc le scénario habituel de l’affrontement et de la disparition.

  • 21 Sur les armes spécifiques de Dionysos, voir H. Frangoulis, « Dionysos dans les Dionysiaques…  (...)
  • 22 17, 247; voir F. Vian, « Dionysus in the Indian War : a Contribution to a Study of the Stru (...)
  • 23 17, 264.
  • 24 17, 266-267a.
  • 25 17, 267b-268.
  • 26 17, 287-288.

5Revenons maintenant sur les circonstances de ces disparitions. Une constante apparaît clairement : ce qui différencie les combats singuliers de Dionysos des monomachies homériques, ce n’est pas seulement l’usage d’armes étrangères aux normes épiques (cornes, nébride, thyrse, métamorphoses, vigne)21, mais l’attitude de Dionysos qui, à aucun moment, ne cherche à tuer, ou même à blesser son adversaire. Ainsi, lorsqu’il affronte Orontès, c’est d’abord « volontairement » (ἑκών)22 qu’il le manque, puis, quand il le touche à la poitrine, c’est seulement « d’un coup léger » (πεφιδημένος)23 ; la cuirasse est alors déchirée « mais la chair reste protégée : la pointe de Bacchos ne la touche pas, elle n’égratigne pas l’épiderme » (οὐ δέμας ἄκρον ἄμυξε)24. Enfin, quand Orontès désarmé s’enfuit, le dieu ne tente en aucune façon de s’y opposer25 et n’est pas la cause directe de sa mort, puisque l’Indien, de lui-même, « tire son épée, […] se la plante au milieu du ventre en se jetant, l’infortuné ! sur son fer homicide »26.

  • 27 36, 357-376. Sur la comparaison entre cet épisode et l’épisode d’Ambroisie (21, 28-61), (...)
  • 28 36, 379.
  • 29 36, 382-385.
  • 30 40, 91.
  • 31 Variante par rapport à 17, 267 où Dionysos n’égratigne même pas Orontès.
  • 32 40, 92.
  • 33 40, 93-96a.
  • 34 38, 64-69.
  • 35 C’est donc à juste titre que B. Gerlaud voit dans la mort d’Orontès la préfiguration de celle (...)
  • 36 40, 98-100.

6Le comportement de Bacchos est le même avec Dériade : lorsque le roi est emprisonné par les pampres de la vigne et qu’il se retrouve incapable de bouger27, Dionysos ne cherche pas à le tuer ; il l’oblige simplement à verser « des larmes de suppliant »28 et va même jusqu’à le libérer : il « délie les chaînes multiples de ses fruits, retire les belles grappes qui entravent Dériade, repousse le lierre sinueux qui couronne la vigne et libère le cou prisonnier des éléphants retenus par les mêmes liens »29. Ensuite, quand il affronte de nouveau le roi indien au chant 40, il a beau le blesser avec son thyrse, il n’utilise pas toute la puissance de cette arme « qui déchire la peau » (ταμεσίχροα)30, et n’inflige à son adversaire qu’une égratignure bénigne31 : il « égratigne seulement en surface la peau de Dériade » (ἀκρότατον χρόα μοῦνον ἐπέγραφε Δηριαδῆος)32. La blessure étant de toute évidence sans gravité, elle ne peut donc absolument pas être responsable de la noyade du roi indien dans l’Hydaspe, noyade qui intervient pourtant juste après : « alors celui-ci, touché par le rameau mortel (φθισήνορι) de lierre, glisse la tête la première dans les flots paternels : de ses longs membres, il couvre toute l’eau comme une chaussée, de lui-même » (αὐτόματος)33. Même si une telle fin avait été annoncée par les présages du chant 3834, même si le thyrse est ici qualifié de « mortel », la noyade demeure en fait inexpliquée. On peut même se demander si l’emploi de l’adjectif αὐτόματος n’implique pas, comme pour Orontès, une mort volontaire. En tout cas, le sort de Dériade rappelle sans aucun doute celui d’Orontès, puisque tous deux finissent noyés après avoir été simplement atteints, mais non tués par le thyrse de Bacchos35. Et la clémence du dieu se poursuit même après la mort du roi indien, puisque ce sont les Bacchants, et non Dionysos, qui transpercent le cadavre de leurs piques36.

  • 37 39, 357-359.
  • 38 Cet effacement peut se concilier avec l’annonce de sa future « apothéose » en Cilicie ( (...)

7Quant à Morrheus, il souffre lui aussi d’une blessure sans gravité, que les Brahmanes n’ont aucun mal à guérir : « la blessure infligée par le dieu, la main divine d’un Brahmane guérisseur la lui soigne grâce à l’art de Phoibos, en murmurant dans son chant magique une longue litanie. »37 Ici encore, Bacchos n’a pas mis à mort son adversaire ; et la blessure légère qu’il lui a infligée n’est certainement pas suffisante pour justifier l’effacement définitif du gendre de Dériade38. Dans les combats singuliers qui l’opposent aux trois chefs indiens, Dionysos ne s’est donc jamais départi de sa clémence.

  • 39 15, 121-131.
  • 40 27, 204-215.
  • 41 35, 353-356.
  • 42 Les Dionysiaques, t. IX (chants 25-29), F. Vian (éd.), Paris, CUF, 1990, p. 130 ; voir aussi (...)
  • 43 En tant que dieu justicier, il fait périr des criminels (Alpos en 25, 237-241 ; 45, 173 (...)
  • 44 Il n’est pas aussi généreux envers les Indiens anonymes : voir F. Vian, « Dionysus in t (...)
  • 45 Voir ibid., p. 94, sur l’emploi de l’adjectif γαληναίῳ. Il s’agit toutefois d’une conversion (...)
  • 46 Sur Orontès θεημάχοϛ (17, 248), voir l’excellent commentaire de B. Gerlaud (Les Dionysiaques, (...)

8Pour comprendre maintenant l’attitude du dieu, il faut se référer aux propos qu’il tient à plusieurs reprises au cours de la guerre des Indes : au chant 15, il demande à ses troupes de cesser le combat, de ne pas massacrer les Indiens, mais de les capturer vivants afin de les convertir à son culte39 ; ensuite, au chant 27, il veut qu’on lui amène Dériade ligoté par des sarments de vigne et vêtu d’une nébride pour l’initier à ses rites40 ; enfin, dans une harangue prononcée devant ses troupes au chant 35, il déclare : « Aujourd’hui, après la victoire remportée par nos porteurs de pampres, vous verrez Dériade suppliant, lui qui fut trop lent à se soumettre, et le chœur des Indiens courber la nuque devant le pacifique (γαληναίῳ) Dionysos, et leur fleuve rouler l’onde d’Évios qui fait tituber d’ivresse. »41 La figure que nous voyons se dessiner est donc celle d’un « Dionysos propagandiste, désireux de convertir à son culte tous les Indiens, y compris Dériade »42. Dans les Dionysiaques, ce comportement est propre à l’Indiade : dans les autres épisodes de l’épopée, Bacchos a une conduite plus conforme à ce qu’on trouve ailleurs dans les récits mythologiques, et il n’hésite pas à faire périr ses adversaires43. Mais pendant l’expédition en Inde, une expédition qu’il a entreprise en dieu pacifique et civilisateur, jamais Dionysos n’est directement responsable de la mort d’un Indien non anonyme44. Dans ces conditions, il n’y a pas lieu de s’étonner de la clémence45 dont il fait preuve envers les trois chefs indiens, même si ceux-ci agissent en θεημάχοι46.

  • 47 36, 334-336 ; 36, 354.
  • 48 36, 339-353 ; voir notamment 36, 351-353 : « […] et son esprit est incrédule ; son cœur reste (...)
  • 49 36, 355 ; Dériade est aussi qualifié de θεημάχον en 36, 317.
  • 50 Voir aussi 35, 359-360 (discours de Dionysos) : « l’arrogant souverain de l’Inde prisonnier d (...)
  • 51 36, 377-378.

9C’est ainsi que, pour répondre à l’arrogance impie de Dériade, il se comporte clairement en propagandiste. Au chant 36, en effet, le roi indien, malgré les multiples métamorphoses de Dionysos, continue à se battre47 et accable le dieu de sarcasmes, l’accusant de couardise et de sorcellerie48. Ayant alors constaté « le délire de l’impie » (ἀφραίνοντα θεημάχον ἄνδρα)49, Bacchos, au lieu de le tuer, choisit de l’emprisonner dans les pampres d’une vigne. En fait, tout se passe comme s’il voulait le ramener à la raison et le convertir, respectant ainsi le vœu qu’il avait exprimé au chant 27 : voir Dériade ligoté par des sarments de vigne et initié au culte bacchique50. Il le contraint donc à une supplication, au cours de laquelle le roi « implore d’une voix délirante (μαινάδι φωνῇ), poussant un faible cri de sa gorge devenue pieuse (θεουδέος) »51. Autrement dit, il le force à reconnaître sa divinité : désormais, Dériade semble avoir abandonné son statut de θεημάχος pour devenir un homme pieux ; son délire n’est plus un délire impie mais s’est transformé, tout au moins en apparence, en délire bacchique. Le vœu exprimé par Dionysos au chant 27 s’est donc réalisé et c’est tout à fait naturellement que le dieu libère Dériade, comme s’il n’avait attendu que la conversion du roi pour lui accorder son pardon.

  • 52 Selon R. Keydell, la dernière bataille serait celle des chants 35-36-40, l’emprisonneme (...)
  • 53 En 36, 391, après les nouvelles impiétés de Dériade, la nuit vient (artificiellement, i (...)
  • 54 36, 388-390. Sur l’attitude de Dériade (asservir et/ou tuer Dionysos), voir Les Dionysiaques, (...)

10Rien ne permet donc de considérer, comme l’ont fait certains commentateurs, que le duel devait initialement se terminer au chant 36 par la mort de Dériade : en fait, la clémence de Dionysos est ici en totale cohérence avec son attitude habituelle pendant la guerre des Indes ; elle correspond bien au scénario initial voulu par le poète et non à un remaniement tardif52. Seule l’arrogance du roi indien après sa libération justifiera ensuite la reprise du combat au chant 4053 puisque, sitôt délivré, Dériade retrouve toute son insolence : « […] loin de renoncer à la jactance accoutumée de ses menaces, [il] redevient le champion ennemi du dieu (θεημάχος) ; il a un double projet : tuer Bacchos ou en faire son esclave. »54

  • 55 40, 64-68.
  • 56 Voir R. Keydell, art. cité, p. 425 ; P. Collart, ouvr. cité, p. 229. Sur ce sujet, voir aussi (...)

11Pendant la rencontre finale du chant 40, il garde d’ailleurs cette attitude impie, se montrant oublieux de la clémence du dieu et affichant les mêmes intentions à son égard : « il a oublié la précédente victoire de Bromios, quand, le cou enserré dans le lien végétal, il exprimait une prière suppliante sous les yeux de Bacchos ; mais à nouveau il devient un champion qui brave le dieu (θεημάχος) ; il a un double dessein : ou tuer Bacchos ou le faire esclave. »55 Mais même dans ces conditions, Dionysos conserve sa modération : là encore, les modernes se sont étonnés de l’issue du combat, et notamment du caractère bénin de la blessure infligée par le dieu à Dériade, trouvant dérisoire et presque comique qu’un coup aussi léger puisse mettre fin à l’Indiade56. En fait, l’ensemble de notre analyse montre qu’il n’y a rien d’étonnant : puisque, pendant la guerre des Indes, Dionysos n’est jamais la cause directe d’une mort non anonyme, il est impossible que, pour terminer cette guerre, il porte un coup mortel au moins anonyme des Indiens, leur roi. Ce qui met fin à l’Indiade, ce n’est donc pas le coup de thyrse de Bacchos mais bien la noyade inexpliquée (et peut-être volontaire) de Dériade.

12Pendant les combats singuliers de l’Indiade, Dionysos ne s’est donc jamais départi de sa clémence. Apparaissant avant tout comme un dieu propagandiste et civilisateur, désireux de convertir à son culte tous les Indiens, il épargne ses adversaires, les libère dès qu’ils semblent vouloir se soumettre aux rites bacchiques et, même lorsqu’il répond à leurs provocations impies, se contente de les désarmer ou de leur infliger des blessures sans gravité, sans être jamais directement responsable de leur mort ou de leur effacement. À l’issue des duels qu’il livre contre les trois chefs indiens, l’un se suicide, un autre est victime d’une noyade inexpliquée, le troisième disparaît purement et simplement du poème. Ces trois dénouements, étrangers aux normes épiques, correspondent à la figure particulière que Nonnos a voulu donner au dieu pendant son expédition contre les Indiens. Même si cette figure ne se retrouve pas dans le reste de l’épopée, elle maintient sa cohérence tout au long de la guerre des Indes, selon le scénario initialement voulu par l’auteur.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Orontès : 17, 170-191, 249-261 ; Morrheus : 36, 430-469 ; Dériade : 36, 140-160, 334-353 ; 39, 33-73 ; 40, 37-60. Héra porte des accusations analogues en 20, 206-215 ; 22, 74-81. Sur ce sujet, voir H. Frangoulis, « Dionysos dans les Dionysiaques de Nonnos de Panopolis : dieu ou sorcier », dans A. Moreau, J.-C. Turpin (éd.), La magie, Actes du colloque international de Montpellier (25 -25 mars 1999), Montpellier, Publications de l’université Paul Valéry, 2000, t. II, p. 143-151, et plus particulièrement p. 146-148.

2 Duel Dionysos/Orontès : 17, 229-289 ; duel Dionysos/Dériade : 36, 292-391 et 40, 63b-96; duel Dionysos/Morrheus : 39, 354b-359. Les textes et les traductions sont tirés de l’édition CUF (chant 17 : traduction B. Gerlaud ; chant 35 : traduction B. Gerlaud, H. Frangoulis ; chant 36 : traduction H. Frangoulis ; chants 39-40 : traduction B. Simon).

3 Voir infra.

4 17, 232b-242a.

5 17, 242b-245; voir Les Dionysiaques, t. VI (chants 14-17), B. Gerlaud (éd.), Paris, CUF, 1994, p. 142, n. 4 (détournement du motif épique de l’arme qui « se tord comme du plomb »).

6 17, 245b-247a.

7 17, 247b-262a.

8 17, 262b-268a.

9 17, 268b.

10 17, 269-289.

11 36, 293b-333 (feu, eau, lion, sanglier, arbre, panthère, feu) : voir Les Dionysiaques, t. XII (chants 35-36), H. Frangoulis (éd.), avec la collaboration de B. Gerlaud, Paris, CUF, 2006, p. 85-87.

12 36, 355-376.

13 36, 377-381.

14 36, 382-385.

15 40, 69-71. Sur le motif homérique des trois essais infructueux suivis d’un quatrième, voir Les Dionysiaques, t. XIV (chants 38-40), B. Simon (éd.), Paris, CUF, 1999, p. 120-121. Sur la comparaison entre la mort de Dériade et la mort d’Hector, voir ibid., p. 120-122 ; N. Hopkinson, « Nonnus and Homer », dans N. Hopkinson (éd.), Studies in the Dionysiaca of Nonnus, The Cambridge Philological Society (Suppl. vol. 17), 1994, p. 9-42, p. 26-27 ; R. Shorrock, The Challenge of Epic. Allusive Engagement in the Dionysiaca of Nonnus, Leyde, Brill, 2001, p. 82-84, 86-87.

16 40, 82-90.

17 40, 91-92.

18 40, 93-96a.

19 39, 354b-359 (pendant la naumachie). D’ailleurs, si l’Indien, juste avant d’être blessé par Bacchos, a pu mettre les Bassarides en fuite (39, 351b-354a), jamais il n’est capable de s’en prendre directement à Dionysos lui-même : c’est peut-être la raison pour laquelle il n’a été un protagoniste que pendant la folie et l’absence du dieu.

20 Ou plutôt c’est Athéna qui prend son apparence pour causer la mort de Dériade en poussant ce dernier au combat (40, 1-30).

21 Sur les armes spécifiques de Dionysos, voir H. Frangoulis, « Dionysos dans les Dionysiaques… », art. cité, p. 144-145.

22 17, 247; voir F. Vian, « Dionysus in the Indian War : a Contribution to a Study of the Structure of the Dionysiaca », dans N. Hopkinson (éd.), ouvr. cité, p. 86-98, et plus particulièrement p. 89. Quand les héros homériques n’atteignent pas l’adversaire qu’ils visent, ce n’est jamais volontairement : voir par exemple Ε 15-17 (le Troyen Phégée lançant sa javeline contre Diomède et manquant sa cible).

23 17, 264.

24 17, 266-267a.

25 17, 267b-268.

26 17, 287-288.

27 36, 357-376. Sur la comparaison entre cet épisode et l’épisode d’Ambroisie (21, 28-61), voir Les Dionysiaques, t. XII, H. Frangouli (éd.), ouvr. cité, p. 87-88, 158-159.

28 36, 379.

29 36, 382-385.

30 40, 91.

31 Variante par rapport à 17, 267 où Dionysos n’égratigne même pas Orontès.

32 40, 92.

33 40, 93-96a.

34 38, 64-69.

35 C’est donc à juste titre que B. Gerlaud voit dans la mort d’Orontès la préfiguration de celle de Dériade (Les Dionysiaques, t. VI, ouvr. cité, p. 145).

36 40, 98-100.

37 39, 357-359.

38 Cet effacement peut se concilier avec l’annonce de sa future « apothéose » en Cilicie (34, 191-192). Dans une certaine mesure, le sort de Morrheus offre quelques analogies avec celui de Lycurgue, qui devient aussi un dieu après sa mort, du moins pour les Arabes (21, 157-161).

39 15, 121-131.

40 27, 204-215.

41 35, 353-356.

42 Les Dionysiaques, t. IX (chants 25-29), F. Vian (éd.), Paris, CUF, 1990, p. 130 ; voir aussi F. Vian, « Les cultes païens dans les Dionysiaques de Nonnos : étude de vocabulaire », REA 90, 1988, p. 399-410, p. 405.

43 En tant que dieu justicier, il fait périr des criminels (Alpos en 25, 237-241 ; 45, 173-215 ; 47, 627 ; Sithon en 48, 185-186) ou les métamorphose (les pirates tyrrhéniens en 45, 165-167) ; de même, aux chants 44-46, il provoque la mort de Penthée, conformément à la tradition.

44 Il n’est pas aussi généreux envers les Indiens anonymes : voir F. Vian, « Dionysus in the Indian War… », art. cité, p. 96 (F. Vian considère toutefois que Dionysos a causé la mort de deux Indiens non anonymes, Dériade et Orontès ; mais nous avons vu que, même dans ces deux cas, Dionysos n’est pas directement responsable).

45 Voir ibid., p. 94, sur l’emploi de l’adjectif γαληναίῳ. Il s’agit toutefois d’une conversion forcée (voir Les Dionysiaques, t. IX, F. Vian, éd., ouvr. cité, p. 130 ; Les Dionysiaques, t. XII, H. Frangoulis, éd., ouvr. cité, p. 42, n. 211).

46 Sur Orontès θεημάχοϛ (17, 248), voir l’excellent commentaire de B. Gerlaud (Les Dionysiaques, t. VI, ouvr. cité, p. 142-147, avec une comparaison entre le personnage d’Orontès et celui de Penthée dans les Bacchantes d’Euripide) ; sur Dériade, voir Les Dionysiaques, t. XIV, B. Simon (éd.), ouvr. cité, p. 120, n. 1 (comparaison avec le Penthée d’Euripide) ; voir aussi H. Frangoulis, « Dionysos dans les Dionysiaques… », art. cité, p. 147.

47 36, 334-336 ; 36, 354.

48 36, 339-353 ; voir notamment 36, 351-353 : « […] et son esprit est incrédule ; son cœur reste insensible au charme et il n’attribue à Dionysos qu’une science de sorcier, croyant vaincre par la magie le fils de Zeus. »

49 36, 355 ; Dériade est aussi qualifié de θεημάχον en 36, 317.

50 Voir aussi 35, 359-360 (discours de Dionysos) : « l’arrogant souverain de l’Inde prisonnier d’un lierre vineux, enveloppé de feuillages et de rameaux de vigne ».

51 36, 377-378.

52 Selon R. Keydell, la dernière bataille serait celle des chants 35-36-40, l’emprisonnement par les ceps de vigne et la mort de Dériade se produisant le même jour ; quant aux chants intermédiaires, ils auraient été ajoutés après coup (R. Keydell, « Zur Komposition der Bücher 13-40 der Dionysiaka des Nonnos », Hermes 62, 1927, p. 339-434, et plus particulièrement p. 423-427). Selon P. Collart, la guerre devait primitivement se terminer au chant 36, mais les événements devant composer ce chant auraient ensuite été partagés entre les chants 36 et 40, et l’intervalle comblé par des « intercalations » ; P. Collart se fonde notamment sur la présence de l’adverbe σήμερον dans les discours de Dionysos et de Dériade (35, 353 ; 36, 140) pour conclure que la guerre devait se terminer le jour même (P. Collart, Nonnos de Panopolis. Études sur la composition et le texte des Dionysiaques, Le Caire, Institut français, 1930, p. 204-206). Sur ce sujet, voir F. Vian, « Dionysus in the Indian War… », art. cité, p. 95 (naumachie figurant dans le projet initial du poète) ; Les Dionysiaques, t. XIV, B. Simon (éd.), ouvr. cité, p. 120, n. 2 ; Les Dionysiaques, t. XII, H. Frangoulis (éd.), ouvr. cité, p. 81 (valeur purement rhétorique de σήμερον), 88-89.

53 En 36, 391, après les nouvelles impiétés de Dériade, la nuit vient (artificiellement, il est vrai) suspendre le combat.

54 36, 388-390. Sur l’attitude de Dériade (asservir et/ou tuer Dionysos), voir Les Dionysiaques, t. IX, F. Vian (éd.), ouvr. cité, p. 123, n. 2 ; Les Dionysiaques, t. XII, H. Frangoulis (éd.), ouvr. cité, p. 89, et plus particulièrement n. 100.

55 40, 64-68.

56 Voir R. Keydell, art. cité, p. 425 ; P. Collart, ouvr. cité, p. 229. Sur ce sujet, voir aussi Les Dionysiaques, t. XIV, B. Simon (éd.), ouvr. cité, p. 121-122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Frangoulis, « Nonnos et les combats singuliers de Dionysos », Aitia [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://aitia.revues.org/466 ; DOI : 10.4000/aitia.466

Haut de page

Auteur

Hélène Frangoulis

Université de Toulouse - Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page