Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’épopée posthomérique tardive : Nonnos de Panopolis

Temps et récit dans la Paraphrase de l’Évangile selon Jean de Nonnos de Panopolis

Time and Narrative in Nonnus of Panopolis’ Paraphrasis of the Gospel According to John
Tempo e racconto nella Parafrasi del Vangelo secondo Giovanni di Nonno di Panopoli
Vincent Giraudet

Résumés

Dans cet article, nous proposons une analyse narratologique croisée de l’Évangile de Jean et de sa Paraphrase par Nonnos de Panopolis. Après avoir comparé le marquage temporel utilisé par les deux auteurs, nous relevons les différentes analepses et prolepses qui parsèment leur récit. Même contraint par le cadre temporel de son modèle, Nonnos affiche chaque fois une volonté très forte de narrativiser l’Évangile ; en particulier l’emploi qu’il fait des adjectifs proleptiques montre que le travail sur le temps du récit est au cœur de sa poétique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour des raisons de commodité, l’édition de la Paraphrase que nous suivons ici est cell (...)

1L’une des caractéristiques1 les plus frappantes des Dionysiaques de Nonnos de Panopolis est le traitement que Nonnos y fait subir à son récit du point de vue de la temporalité : tant au niveau de l’ordre que de la durée, le poète semble tout mettre en œuvre pour subvertir la séquence narrative de son poème par des effets de brouillage, de distorsion et de morcellement. Ainsi, pour ne donner que quelques exemples, Nonnos étend tellement l’amplitude de son épopée que le lecteur en vient souvent à perdre de vue le fil conducteur, il ne cherche pas nécessairement à coordonner la progression de son récit premier avec la foule des légendes qu’il raconte à l’arrière-plan et il n’évite pas toujours les contradictions occasionnées par les multiples annonces et rappels qui lui servent par ailleurs à assurer la cohérence de son poème. Cette particularité du récit nonnien est même tellement prégnante qu’on est fondé à y voir la marque d’une poétique tout à fait personnelle.

2Dès lors, il est intéressant de voir si, dans la Paraphrase de l’Évangile selon Jean, Nonnos montre la même désinvolture à l’égard de la temporalité du récit : l’originalité dont le poète fait preuve en la matière apparaîtra d’autant mieux que nous disposons, dans ce cas précis, du modèle qui lui fournit le cadre temporel des événements racontés. Or, si l’on prête attention justement à ce cadre temporel, on s’aperçoit que Nonnos suit de très près le calendrier des événements racontés par Jean : à deux exceptions près (deux omissions et une modification) sur lesquelles nous reviendrons, il reprend absolument toutes les indications temporelles de l’évangéliste, comme le montre l’analyse comparative des deux récits à laquelle nous nous sommes prêté.

3Après le prologue est rapporté l’interrogatoire que les Lévites font subir à Jean ; le lendemain (τῇ ἐπαύριον, Jn. 1.29 ~ ἀλλ’ ὅτε δὴ δρόμον ἄλλον ἑκηβόλος ἤγαγεν ἠώς, Par. 1.102), le Baptiste reconnaît Jésus comme l’agneau de Dieu ; le lendemain encore (τῆ ἐπαύριον πάλιν, Jn. 1.35 ~ ἀλλ’ ὅτε δὴ φάος ἄλλο παλίνδρομος ἤγαγεν ἠώς, Par. 1.128), il le présente comme tel à deux de ses disciples et l’un des deux, André, prévient son frère Simon ; le lendemain enfin (τῇ ἐπαύριον, Jn. 1.43 ~ ἀλλ’ ὅτε γείτων / ἀκροφανὴς δροσερῇσι βολαῖς πορφύρετο Σιών, Par. 1.167-168), Jésus rencontre Philippe et Nathanaël. Le premier miracle, celui des noces de Cana, est accompli trois jours après (τῇ ἡμέρᾳ τῇ τρίτῃ, Jn. 2.1 ~ ἀλλ’ ὅτε πέτρας / πορφυρέας τριτάτη θαλαμηπόλος ἔγραφεν ἠώς, Par. 2.1-2) : invité aux noces avec sa mère et ses disciples, Jésus change l’eau de six jarres en vin parce qu’il s’est aperçu que la boisson venait à manquer.

4Après ce premier signe, qui achève de convaincre les disciples, le Christ passe quelques jours à Capharnaüm (οὐ πολλὰς ἡμέρας, Jn. 2.12 ~ οὐδὲ μὲν αὐτόθι μίμνεν ἐς ἤματα πυκνὰ θαμίζων, Par. 2.69) avant de se rendre à Jérusalem pour la Pâque (καὶ ἐγγὺς ἦν τὸ πάσχα τῶν Ἰουδαίων, Jn. 2.13 ~ ἐγγύθι γὰρ τότε πάσχα, Par. 2.70 ; Ὡς δὲ ἦν ἐν τοῖς Ἱεροσολύμοις ἐν τῷ πάσχα ἐν τῇ ἑορτῇ, Jn. 2.23 ~ εὐάζων ἔτι πάσχα, καὶ ἀρνοφάγων ἱερήων / ὄργια μυστιπόλευε φιλόκροτα θυιὰς ἑορτή, Par. 2.112-113). Là, il chasse du Temple marchands d’animaux et changeurs de monnaie. Après avoir délivré, de nuit (νυκτός, Jn. 3.2 ~ νυκτός, Par. 3.4 ; ἔννυχος, Par. 3.5 ; νυκτιφανῆ Νικόδημον, Par. 3.7), au Pharisien Nicodème un enseignement sur la nouvelle naissance, Jésus se rend en Judée pour y baptiser.

5Les disciples de Jean, qui se trouve également en Judée, s’étonnent de voir tout le monde aller à Jésus ; Jean leur répond alors qu’il a vocation à s’effacer devant le Christ. Mais lorsque Jésus apprend que les Pharisiens ont découvert qu’il baptise plus de personnes que Jean, il décide de quitter la Judée pour retourner en Galilée. Sur le chemin, en Samarie, il rencontre à six heures (ὥρα ἦν ὡς ἕκτη, Jn. 4.6 ~ ἕκτη δὲ πτερόεσσα διέτρεχε δίψιος ὥρη, Par. 4.24) une Samaritaine à qui il demande à boire ; s’ensuit une discussion sur l’eau vive. Convaincus par le témoignage de la Samaritaine, les Samaritains invitent Jésus et ses disciples à rester auprès d’eux. Après deux jours passés au village (καὶ ἔμεινεν ἐκεῖ δύο ἡμέρας, Jn. 4.40 ; μετὰ δὲ τὰς δύο ἡμέρας, Jn. 4.43 ~ καὶ θεὸς αὐτόθι μίμνεν, ἕως δρόμος ἄλλος ἐπ’ ἄλλῳ / ὀξείῃ στροφάλιγγι παρέστιχε δίζυγος ἠοῦς. / Καὶ μετὰ διπλόον ἦμαρ ἄναξ σπεύδοντι πεδίλῳ, Par. 4.190-192), Jésus rentre en Galilée, et en particulier à Cana où un officier du roi obtient de lui qu’il guérisse son fils resté à Capharnaüm ; lorsque l’officier du roi rentre chez lui, ses gens lui apprennent que son fils n’est plus malade depuis la veille à la septième heure, c’est-à-dire à l’heure exacte où Jésus a annoncé sa guérison (ἐχθὲς ὥραν ἑβδόμην, Jn. 4.52 ~ υἱέα σὸν λίπε νοῦσος, ὅτε χθιζῇ παρὰ νύσσῃ / ἑβδομάτη στείχουσα βιοσσόος ἔτρεχεν ὥρη, Par. 4.240-241).

6Après ce deuxième miracle, Jésus se rend à Jérusalem à l’occasion d’unefête juive dont le nom n’est pas précisé (μετὰ ταῦτα ἦν ἑορτὴ τῶν Ἰουδαίων, Jn. 5.1) ; le jour du sabbat (ἦν δὲ σάββατον ἐν ἐκείνῃ τῇ ἡμέρᾳ, Jn. 5.9 ~ καὶ τότε σάββατον ἦεν, Par. 5.35), il y guérit un paralytique qui était incapable de pénétrer de ses propres moyens à l’intérieur de la piscine de Bethesda. De Jérusalem, Jésus traverse ensuite le lac de Tibériade, alors que la Pâque approche (ἦν δὲ ἐγγὺς τὸ πάσχα, Jn. 6.4 ~ καὶ σχεδὸν Ἑβραίοισι φιλόργιος ἦεν ἑορτή, / πάσχα τόπερ καλέουσι, Par. 6.9-10). Comme une grande foule l’a suivi, le Christ multiplie les pains et le poisson pour nourrir toute l’assemblée. Pendant la nuit (ὡς δὲ ὀψία ἐγένετο, Jn. 6.16 ; καὶ σκοτία ἤδη ἐγεγόνει, Jn. 6.17 ~ καὶ σκιόεις ὅτε κῶνος ἀνέδραμε γείτονος ὄρφνης, / […] ἀρτιφανὴς δὲ / γαῖαν ὅλην ἐκάλυψε μελαγκρήδεμνος ὀμίχλη, / καὶ χροῒ ποικιλόνωτον ἐπισφίγξασα χιτῶνα / ἀστερόεν σελάγιζεν, Par. 6.62 et 66-69), les disciples retournent à Capharnaüm, rejoints par le Christ qui traverse le lac à pied. Le lendemain (τῇ ἐπαύριον, Jn. 6.22 ~ ἀλλ’ ὅτε πορφύρων Τιβερηίδα γείτονα πέτρην / ἀκροφανὴς ἐχάραξε λιπόσκιον ὄρθρος ὀμίχλην, Par. 6.84-85), la foule s’aperçoit que Jésus n’est plus là et part à sa recherche ; elle le trouve à Capharnaüm : dans la synagogue, Jésus leur délivre un enseignement dans lequel il se présente comme le pain de vie qui vient remplacer la manne de l’Exode.

7Alors que la fête des Tabernacles est proche (ἦν δὲ ἐγγὺς ἡ ἑορτὴ τῶν Ἰουδαίων ἡ σκηνοπηγία, Jn. 7.2 ~ ἦν δὲ θεῷ πάνδημος ἐτήσιος ἐγγὺς ἑορτὴ / πηγνυμέναις κλισίῃσιν ἐπώνυμος, Par. 7.7-8), Jésus parcourt la Galilée ; puis en plein milieu des festivités (ἤδη δὲ τῆς ἑορτῆς μεσούσης, Jn. 7.14 ~ ὀψιφανὴς δὲ / ἤδη μυστιπόλοιο μέσην περὶ νύσσαν ἑορτῆς, Par. 7.49-50), il monte au Temple pour y délivrer un enseignement notamment sur la nécessité de juger selon la justice. Le dernier jour de la fête (ἐν δὲ τῇ ἐσχάτῃ ἡμέρᾳ τῇ μεγάλῃ τῆς ἑορτῆς, Jn. 7.37 ~ ἀλλ’ ὅτε λοίσθιον ἦλθε χοροστάδος ἦμαρ ἑορτῆς, Par. 7.140), Jésus continue par son enseignement à diviser la foule entre ceux qui croient en lui et ceux qui veulent le faire emprisonner. Après ces conversations, Jésus rencontre un aveugle le jour du sabbat (ἦν δὲ σάββατον ἐν ᾗ ἡμέρᾳ, Jn. 9.14 ~ ἑβδομάτη δ’ ἄπρηκτος ἔην τότε θέσκελος ἠώς, Par. 9.70) et le guérit en mélangeant sa salive à un peu de terre et en appliquant cette boue sur ses yeux. Tout cela se déroule pendant l’hiver, au moment de la fête de laDédicace (ἐγένετο τότε τὰ ἐγκαίνια ἐν τοῖς Ἱεροσολύμοις· χειμὼν ἦν, Jn. 10.22 ~ καὶ πάλιν ἦμαρ ἔην πανδήμιον, ᾧ ἔνι λαοὶ / μνημοσύνην τελέεσκον ἐτήσιον, ἐξότε νηοῦ / ἕδρανα δωμήσας Σολομῶν εὐκίονι τέχνῃ / θεσπεσίης ἀρχαῖον ἐκαίνισε θεσμὸν ἑορτῆς· / καὶ τότε παχνήεσσα παρίστατο χείματος ὥρη, Par. 10.77-82). Parce que les Juifs essaient de le lapider et de l’emprisonner, Jésus se réfugie alors dans la région du Jourdain, où Jean a commencé à baptiser.

8Après avoir appris que Lazare était mourant, le Christ reste encore deux jours en ces lieux (τότε μὲν ἔμεινεν ἐν ᾧ ἦν τόπῳ δύο ἡμέρας, Jn. 11.6 ~ διχθαδίης παράμειβε τελεσσιμόρου δρόμον ἠοῦς. / καὶ μετὰ δίζυγον ἦμαρ, Par. 11.24-25), puis il se rend en Judée, à Béthanie, pour y ressusciter son ami. Lorsqu’il arrive chez Marthe et Marie, les sœurs de Lazare, cela fait quatre jours que celui-ci est dans la tombe (τέσσαρας ἤδη ἡμέρας, Jn. 11.17 ~ τέτρατον ἦμαρ ἔχοντα γοήμονος ἔνδοθι τύμβου, Par. 11.62). D’une seule parole, Jésus parvient à ramener Lazare à la vie. Devant ce miracle, certains finissent par croire en Jésus, mais d’autres vont trouver les Pharisiens qui décident de réunir le Sanhédrin et le condamnent à mort. Le Christ se réfugie alors à Éphraïm, alors que la Pâque est proche (ἦν δὲ ἐγγὺς τὸ πάσχα τῶν Ἰουδαίων, Jn. 11.55 ~ καὶ ἐγγύθεν ἦεν ἑορτὴ / πάσχα πολυκλήιστον, Par. 11.222-223). Mais six jours avant la Pâque (πρὸ ἓξ ἡμερῶν τοῦ πάσχα, Jn. 12.1 ~ ὅτε γείτονος εἶχον ἑορτῆς / ἓξ πάρος ἤματα μοῦνα λελειμμένα μύστιδες ὧραι, Par. 12.5-6), Jésus retourne à Béthanie où Marie lui oint les pieds.

9Le lendemain (τῇ ἐπαύριον, Jn. 12.12 ~ ἀκροφανὴς δ’ ὅτε νύκτα λιπόσκιον ἔσχισεν ἠώς, Par. 12.51), le Christ se rend à Jérusalem où il pénètre sous les hosannas du peuple. Alors que des Grecs demandent à rencontrer Jésus, celui-ci annonce sa mort. Avant la fête de Pâque (πρὸ δὲ τῆς ἑορτῆς τοῦ πάσχα, Jn. 13.1 ~ καὶ ναέταις πρὶν πάσχα μολεῖν, πρὶν βωμὸν ἀνάψαι, Par. 13.1), lors de son dernier repas (καὶ δείπνου γινομένου, Jn. 13.2 ~ ἑσπερίου δὲ / δείπνου γινομένοιο, Par. 13.6-7) et pendant la nuit qui suit (ἦν δὲ νύξ, Jn. 13.30 ~ καὶ μεθύων μετὰ δόρπον ἀνὴρ φιλοκερδέι λύσσῃ / ἔνθεον ἄρτον ἔχων ἀνεχάζετο νυκτὸς ὁδίτης, Par. 13.124-125), le Christ lave les pieds de ses disciples, demande à Judas d’accomplir au plus vite ce qu’il a à accomplir, avertit Pierre qu’il le reniera trois fois avant le lever du soleil et prononce un discours d’adieu dans lequel il se présente comme la vraie vigne et déclare qu’il doit mourir avant la venue du Paraclet. Après ce discours, Jésus se retire en compagnie de ses disciples au jardin de Gethsémani au pied du mont des Oliviers. C’est là qu’il se fait arrêter par la cohorte que les Pharisiens ont donnée à Judas.

  • 2 Il faut signaler ici que R. Janssen (Das Johannes-Evangelium nach der Paraphrase des No (...)

10Après avoir été conduit devant Anne puis Caïphe, le Christ est présenté à Pilate le lendemain matin (ἦν δὲ πρωΐ, Jn. 18.28). À six heures, le jour de la préparation de la Pâque (ἦν δὲ παρασκευὴ τοῦ πάσχα, ὥρα ἦν ὡς ἕκτη, Jn. 19.14 ~ ἕκτη δ’, ἣν ἐνέπουσι, προσάββατος ἔτρεχεν ἠώς· / ἦν δὲ τιταινομένη τριτάτη θανατηφόρος ὥρη, Par. 19.66-67), Pilate livre Jésus aux Juifs pour qu’il le crucifie. Après avoir porté sa croix, le Christ est crucifié sur le Golgotha à côté de deux voleurs. Afin que les corps ne restent pas en croix le jour du sabbat (ἐπεὶ παρασκευὴ ἦν, ἵνα μὴ μείνῃ ἐπὶ τοῦ σταυροῦ τὰ σώματα ἐν τῷ σαββάτῳ, ἦν γὰρ μεγάλη ἡ ἡμέρα ἐκείνου τοῦ σαββάτου, Jn. 19.31 ~ ἕβδομον ὁππότε φέγγος ἐλεύσεται. Ἦν γὰρ ἐκείνη / πᾶσιν Ἰουδαίοισιν ἀθέσφατος ἔννομος ἠὼς / φέγγεος ἑβδομάτοιο, τόπερ δεδάασι γεραίρειν2, Par. 19.168-170), les Juifs demandent à Pilate qu’ils soient enlevés ; mais, une fois que Jésus a été descendu de la croix, Joseph obtient secrètement du préfet de Judée le droit de disposer de son corps. Avec l’aide de Nicomède, Joseph embaume le cadavre et le dépose dans un sépulcre.

11Le dimanche suivant (τῇ δὲ μιᾷ τῶν σαββάτων, Jn. 20.1 ~ Τῇ δὲ μιῇ φθαμένῃ μετὰ σάββατον ἠριγενείῃ, Par. 20.1), au matin (πρωῒ, Jn. 20.1 ~ πρώιον ἴχνος ἔκαμπτεν, ὅτε σκιοειδέι γαίῃ / νυκτιφανὴς ἀχάρακτος ἑώιος ἤιεν ἀστήρ, Par. 20.3-4), Marie Madeleine se rend au tombeau et s’aperçoit qu’il est ouvert ; après avoir prévenu Pierre et « le disciple que Jésus aimait », elle reçoit la visite de deux anges et de Jésus qui lui révèle qu’il est ressuscité et lui demande de l’annoncer aux autres disciples. Le soir (οὔσης οὖν ὀψίας τῇ ἡμέρᾳ ἐκείνῃ τῇ μιᾷ σαββάτων, Jn. 20.19 ~ καὶ σκιερὴν ὅτε γαῖαν ὅλην ἐμέλαινεν ὀμίχλη, Par. 20.84), Jésus leur apparaît à tous sauf à Thomas. C’est seulement huit jours après (μεθ’ ἡμέρας ὀκτώ, Jn. 20.26 ~ ὀγδοάτης μετὰ φέγγος ἐπήλυδος ἠριγενείης, Par. 20.114) que Thomas croit parce que Jésus leur réapparaît. La troisième fois (τοῦτο ἤδη τρίτον ἐφανερώθη, Jn. 21.14 ~ τὸ τρίτον, Par. 21.1) que le Christ rend visite à ses disciples, c’est pour accomplir le miracle de la pêche miraculeuse : le lendemain matin (πρωΐας δὲ ἤδη γενομένης, Jn. 21.4 ~ καὶ ῥοδέαις ἀκτῖσιν ὅτε ζόφον ἔσχισεν ἠώς, Par. 21.19) d’une nuit de pêche infructueuse (ἐν ἐκείνῃ τῇ νυκτὶ, Jn. 21.3 ~ ἐννύχιον, Par. 21.15), Jésus apparaît sur le rivage et indique à ses disciples de jeter leur filet sur la droite de leur barque. Après avoir pris une quantité incroyable de poissons, les disciples partagent un repas en compagnie du Christ. Celui-ci prédit alors à Pierre qu’il sera crucifié.

  • 3 La structure que nous dégageons ici s’inspire en grande partie de celle qui est proposée (...)

12Comme on le voit aisément, les deux récits sont rythmés par un certain nombre de fêtes du calendrier liturgique juif. Il est même possible d’y discerner huit unités, qui associent toutes (à l’exception de la première et de la dernière) une fête juive à un des miracles accomplis par Jésus3 :

Fête Miracle
Unité 1 Ø Noces de Cana
Unité 2 Pâque (Jn. 2.13) Guérison du fils de l’officier
Unité 3 Pentecôte ? (Jn. 5.1) Guérison d’un infirme
Unité 4 Pâque (Jn. 6.4) Multiplication des pains
Unité 5 Tabernacles (Jn. 7.2) Guérison d’un aveugle
Unité 6 Dédicace (Jn. 10.22) Résurrection de Lazare
Unité 7 Pâque (Jn. 13.1) Résurrection de Jésus
Unité 8 Ø Pêche miraculeuse
  • 4 Sur l’identification possible de cette fête, voir notamment R. Schnackenburg, Das Johan (...)
  • 5 Parafrasi del Vangelo di San Giovanni. Canto quinto, G. Agosti (éd.), Florence, Università de (...)

13Pourtant, Nonnos ne semble pas avoir été sensible à cette architecture puisqu’il ne fait pas référence à la fête que l’évangéliste mentionne au début du livre 5 sans préciser de laquelle il s’agit4. Certes, cette omission peut s’expliquer par un problème de transmission de l’Évangile ou de sa paraphrase : soit le texte évangélique que Nonnos a récrit en vers ne comportait pas une telle précision, soit le début du chant 5 de la Paraphrase comporte une lacune d’un ou plusieurs vers. Mais on supposera, avec plus de profit selon nous, qu’il cherche ainsi à faire disparaître une imprécision que des exégètes comme Jean Chrysostome (in Io. hom. 36, PG 59.203) ou Cyrille d’Alexandrie (in Io. 2, PG 73.337) avaient levée en proposant d’y voir une allusion à la Pentecôte5.

14En dehors de cette omission, une seule autre indication temporelle disparaît de la version nonnienne : dans la Paraphrase, Nonnos ne situe pas explicitement la comparution de Jésus devant Pilate au matin du vendredi de Pâque. Mais ici l’omission a d’autant moins de conséquences que Nonnos vient, comme l’évangéliste, de signaler que le coq s’est mis à chanter lorsque Pierre a renié le Christ pour la troisième fois (καὶ εὐθέως ἀλέκτωρ ἐφώνησεν, Jn. 18.27 ~ καὶ ἔκραγεν εὐθὺς ἀλέκτωρ, Par. 18.129). En revanche, il est plus surprenant de voir que Nonnos change l’heure d’un épisode capital : alors que Pilate livre Jésus aux Juifs à six heures dans l’Évangile, le paraphraste choisit de situer cet événement à trois heures, peut-être pour des raisons stylistiques. En effet, comme Nonnos fait référence au vendredi de la Pâque (παρασκευὴ τοῦ πάσχα, Jn. 19.14) en parlant de la « sixième aurore » (ἕκτη […] ἠώς, Par. 19.66), il semble vouloir introduire de la uariatio en remplaçant la « sixième heure » de l’Évangile (ὥρα ἦν ὡς ἕκτη, Jn. 19.14) par la « troisième heure » (τριτάτη […] ὥρη, Par. 19.67), et ce conformément à une tradition attestée par le Chronicon Paschale (ἦν δὲ παρασκευὴ τοῦ πάσχα· ὥρα ἦν ὡσεὶ τρίτη, 11.6).

  • 6 Voir A. Kuhn, Literarhistorische Studien zur Paraphrase des Johannes-Evangeliums von Nonnos a (...)

15Mais, au delà de ces quelques écarts, ce qui ressort surtout de ce double synopsis est bien évidemment le soin tout particulier que Nonnos apporte à reproduire, aussi fidèlement que possible, toutes les indications temporelles laissées par Jean. Le plus souvent, il se contente de les étoffer, comme la nuit de la traversée du lac dont il donne une véritable description (Par. 6.62-69), ou de leur donner un tour plus poétique6, ce qui a pour effet de les rendre encore plus visibles dans le poème. On voit ainsi que, parmi d’autres expressions, la formule τῇ ἐπαύριον, qui apparaît à cinq reprises dans l’Évangile (Jn. 1.29, 1.35, 1.43, 6.22 et 12.12), donne lieu à une imitation qui trahit très nettement l’influence des poèmes homériques :

ἀλλ’ ὅτε δὴ δρόμον ἄλλον ἑκηβόλος ἤγαγεν ἠώς (Par. 1.102)

Mais quand l’aurore qui porte au loin entreprit une autre course

ἀλλ’ ὅτε δὴ φάος ἄλλο παλίνδρομος ἤγαγεν ἠώς (Par. 1.128)

Mais quand l’aurore, dans sa course recommencée, apporta une autre lumière

ἀλλ’ ὅτε γείτων
ἀκροφανὴς δροσερῇσι βολαῖς πορφύρετο Σιών (Par. 1.167-168)

Mais quand sous les rayons humides de rosée s’empourpraient les sommets de la voisine Sion

ἀλλ’ ὅτε πορφύρων Τιβερηίδα γείτονα πέτρην
ἀκροφανὴς ἐχάραξε λιπόσκιον ὄρθρος ὀμίχλην (Par. 6.84-85)

Mais quand, empourprant la roche voisine de Tibériade, l’aurore qui poignait frappa l’obscurité de sa lumière

ἀκροφανὴς δ’ ὅτε νύκτα λιπόσκιον ἔσχισεν ἠώς (Par. 12.51)

Quand l’aurore qui poignait déchira la nuit de sa lumière

  • 7 Sur la grande variété stylistique de ces formules chez Nonnos, voir A. James, « Night and Day (...)
  • 8 G. Agosti appelle à juste titre une telle analyse de ses vœux : « Uno studio narratologico de (...)
  • 9 G. Genette définit ces anachronies narratives comme « les différentes formes de discordance e (...)
  • 10 Pour désigner ces deux formes de temporalité, les narratologues font le plus souvent appel à (...)

16Nonnos aurait très bien pu brouiller la séquence temporelle de l’Évangile en en modifiant grandement les repères temporels ou en abandonnant tout simplement le principe de la datation des événements racontés ; mais ce n’est pas la stratégie qu’il adopte dans sa Paraphrase. Cela ne doit pas pour autant nous conduire à rejeter notre idée de départ, selon laquelle le jeu avec la temporalité narrative est la clé de voûte de la poétique nonnienne. En effet, les Dionysiaques sont elles aussi rythmées par des indications temporelles et notamment, à la manière homérique, par des références précises au lever et au coucher du soleil7 ; mais le cadre ainsi constitué n’est le plus souvent que pure forme. C’est pourquoi il est nécessaire d’aller plus loin dans l’analyse narratologique de la Paraphrase8, en étudiant les sauts dans le temps que Jean et Nonnos à sa suite imposent ponctuellement à leur récit. Bien évidemment, ces anachronies, comme les appelle Gérard Genette9, sont pratiquement inévitables en raison de la différence radicale qui existe entre le temps de l’histoire et le temps du récit10. Il ne faudra donc pas y voir le signe que le récit de l’un ou l’autre de nos auteurs est particulièrement disloqué du point de vue de la temporalité. Cela dit, si la comparaison entre les deux textes montre que Nonnos intègre à son récit beaucoup plus d’anachronies que son original, cela sera un témoignage irréfutable de son goût pour la dislocation temporelle.

  • 11 G. Genette, ouvr. cité, p. 82.
  • 12 Ibid., p. 100.

17Commençons par la première catégorie d’anachronie, à savoir l’analepse, que Genette définit comme « toute évocation après coup d’un événement antérieur au point de l’histoire où l’on se trouve »11. À l’intérieur de cette catégorie, il faut encore distinguer entre l’analepse externe, qui fait référence à des événements situés à l’extérieur du champ couvert par le récit premier, et l’analepse interne, qui renvoie rétrospectivement à des événements déjà racontés par le récit premier12. Or, dans un cas comme dans l’autre, l’évangéliste est très parcimonieux, tout comme son paraphraste qui lui emboîte le pas.

18Ainsi, les analepses externes de l’Évangile, qui sont presque uniquement consacrées aux personnages de l’Ancien Testament, sont toutes reprises par Nonnos dans sa Paraphrase. Outre les allusions rapides aux tables de Moïse (ὅτι ὁ νόμος διὰ Μωϋσέως ἐδόθη, Jn. 1.17 ~ ὅττι θεμίστων / βίβλον ὅλων γενέτης διὰ Μωσέος ὤπασε λαῷ, Par. 1.52-53 ; ὃν ἔγραψεν Μωϋσῆς ἐν τῷ νόμῳ καὶ οἱ προφῆται εὑρήκαμεν, Jn. 1.45 ~ ὃν σοφὸς ἀνὴρ / Μωσῆς ἀρχιγένεθλος ἐπέγραφε θέσπιδι βίβλῳ, / εὕρομεν, ὅν ποτε πάντες ὁμορρήτῳ τινὶ μύθῳ / ἐσσομένων κήρυκες ἐπιστώσαντο προφῆται, Par. 1.178-181 ; οὐ Μωϋσῆς δέδωκεν ὑμῖν τὸν νόμον; Jn. 7.19 ~ οὐ πάρος ὑμῖν / Μωσῆς θεσμὸν ἔδωκε φόνου ποινήτορα φωτῶν; Par. 7.69-70) et au serpent qu’il a dressé dans le désert (καὶ καθὼς Μωϋσῆς ὕψωσεν τὸν ὄφιν ἐν τῇ ἐρήμῳ, Jn. 3.14 ~ καὶ σκοπιῆς παρὰ πέζαν ἐρημάδος οἷά τε Μωσῆς / δακνομένων ὕψωσεν ὄφιν ληθήμονα φωτῶν / δουρατέης μεθέποντα τύπον ποιητὸν ἀκάνθης, Par. 3.71-73), l’analepse sur le puits de Jacob est la seule que Nonnos développe véritablement ; alors que Jean, après avoir renvoyé à l’époque où Jacob a légué son champ à son fils Joseph (πλησίον τοῦ χωρίου ὃ ἔδωκεν Ἰακὼβ Ἰωσὴφ τῷ υἱῷ αὐτοῦ, Jn. 4.5), se contente d’une simple indication spatiale sans l’accompagner d’aucun développement proprement narratif (ἦν δὲ ἐκεῖ πηγὴ τοῦ Ἰακώβ, Jn. 4.6), Nonnos fait un véritable retour en arrière sur la construction du puits :

ὅπῃ φυτοεργὸς Ἰακὼβ
ἀμπελόεν πέδον εἶχε καὶ υἱέι δῶκεν Ἰωσήφ,
πηγὴ ὅπῃ βαθύκολπος, ὅθεν ποτὲ θεῖος Ἰακὼβ
ῥήξας ὑγρὰ θέμεθλα πεδοσκαφέων κενεώνων
φρείατος ἰλυόεντος ἀνήγαγε νέρτερον ὕδωρ. (Par. 4.17-21)

où Jacob le paysan avait un champ de vigne qu’il avait donné à son fils Joseph ; il y avait là une source au sein profond, d’où jadis le divin Jacob, en brisant les fondations humides des cavités creusées dans le sol, avait fait remonter l’eau souterraine du puits limoneux.

19C’est un passage des Dionysiaques qui permet de comprendre pourquoi Nonnos a choisi de développer cette allusion. Au chant 4, il dresse en effet le portrait de Cadmos, en comparant notamment les bienfaits qu’il a apportés à la Grèce à ceux de son oncle Danaos :

Ἔνθα Πανελλήνεσσι νεώτερα δῶρα τιταίνων
ἀρχεκάκου Δαναοῖο φερέσβιον ἔκρυφε τέχνην,
ὑδροφόρου Δαναοῖο. Τί γὰρ πλέον εὗρεν Ἀχαιοῖς,
εἴ ποτε χαλκείῃσι πεδοσκαφέεσσι μακέλλαις
χάσματος οὐδαίοιο χυτὸν κενεῶνα κολάψας
δίψιον Ἄργος ἔπαυσε, κονιομένοις δὲ πολίταις
ὑγρὰ ποδῶν ἐπίβαθρα πόρεν, ξεινήιον ὕδωρ,
ἐκ βυθίων λαγόνων ὀλίγον ῥόον; (Dion., 4, 252-259)

  • 13 L’édition et la traduction sont celles de P. Chuvin dans Nonnos de Panopolis, Les Dionysiaque (...)

Là, offrant à l’ensemble des Hellènes des présents nouveaux, il éclipse l’art vivifiant de Danaos, l’instigateur de crimes, de Danaos, le dispensateur de l’eau. En effet, qu’avait-il inventé de mieux, jadis, pour les Achéens, que de creuser dans le sol un trou aux parois ruisselantes, avec la pioche en bronze du terrassier, apaisant ainsi la soif de l’Argolide et payant aux poussiéreux habitants du pays un prix humide pour son séjour : l’eau, présent d’hospitalité, mince filet tiré des entrailles de la terre ?13

  • 14 D. Gigli Piccardi, « Il pozzo di Giacobbe e Danao in Nonno », Κοινωνία 19, 1995, p. 153 (...)

20Hormis des correspondances lexicales évidentes, c’est tout simplement la situation narrative qui est reprise d’un texte à l’autre, comme l’a remarqué Daria Gigli Piccardi14 : avec Jacob/Jésus et Danaos/Cadmos, un bien matériel, qui ne profite que localement, est opposé à un bien spirituel, universel. Cet aspect de synkrisis s’exprime, d’ailleurs, dans la Paraphrase comme dans l’Évangile, à la faveur d’une nouvelle analepse externe :

μὴ σὺ μείζων εἶ τοῦ πατρὸς ἡμῶν Ἰακώβ, ὃς ἔδωκεν ἡμῖν τὸ φρέαρ καὶ αὐτὸς ἐξ αὐτοῦ ἔπιεν καὶ οἱ υἱοὶ αὐτοῦ καὶ τὰ θρέμματα αὐτοῦ; (Jn. 4.12)

Serais-tu plus grand que notre père Jacob, lui qui nous a donné ce puits et y a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux ?

μὴ ἀρσενόπαιδος Ἰακὼβ
μείζων ἡμετέροιο πέλεις ζαθέοιο τοκῆος,
ὃς φρέαρ ὤπασε τοῦτο γέρας Σαμαρείτιδι γαίῃ,
καὶ πίεν ἐξ αὐτοῖο πεδοτρεφὲς ἄρκιον ὕδωρ
αὐτὸς ὁμοῦ καὶ παῖδες ὀρεσσινόμων τε γενέθλη
τετραπόδων τε φάλαγγες; (Par. 4.55-60)

Serais-tu plus grand que Jacob, notre divin père à la mâle descendance, lui qui a fait cadeau de ce puits à la terre de Samarie et y a bu une eau alimentée par le sol, suffisante pour lui, ses fils, la race des animaux de la montagne et les hordes de quadrupèdes ?

  • 15 Ajoutant une strate dans ce jeu, M. Caprara (Parafrasi del Vangelo di San Giovanni. Canto IV, (...)

21En somme, si Nonnos fait un retour en arrière en bonne et due forme sur la construction du puits de Jacob, c’est parce que cela lui permet de jouer sur l’intertextualité entre ses deux poèmes15, et partant, sur le sentiment de syncrétisme religieux qui naît de tels rapprochements : le brouillage (si tant est qu’il y ait brouillage), qui est créé par cette analepse sur la construction du puits de Jacob, la seule à être développée par Nonnos, n’est donc pas tant temporel qu’idéologique.

22En ce qui concerne les analepses internes, elles sont tout aussi rares et peu étendues que les analepses externes. On peut en citer quatre seulement, toutes reprises par Nonnos dans sa Paraphrase : au livre 3, Jean le Baptiste rappelle qu’il a répondu qu’il n’était pas le Messie, lors de son interrogatoire par les Lévites, qui – rappelons-le – est le premier événement couvert par le récit premier (αὐτοὶ ὑμεῖς μοι μαρτυρεῖτε ὅτι εἶπον· οὐκ εἰμὶ ἐγὼ ὁ Χριστός, Jn. 3.28 ~ ὑμεῖς μάρτυρές ἐστε δαήμονες, ὁππότε λαοῖς / ἀμφαδίην ἀγόρευον ἐμὴν ἀψευδέα φωνήν· / Χριστὸς ἄναξ οὐκ εἰμὶ βιοσσόος, Par. 3.140-142) ; au livre 4, Jésus retourne à Cana où il a changé l’eau en vin (ἦλθεν οὖν πάλιν εἰς τὴν Κανὰ τῆς Γαλιλαίας, ὅπου ἐποίησεν τὸ ὕδωρ οἶνον, Jn. 4.46 ~ ᾗχι πέδον Καναναῖον, ὅπῃ πάρος εἰς χύσιν οἴνου / ξανθὸν ὕδωρ ποίησε φύσιν χιονωπὸν ἀμείψας, Par. 4.208-209) ; au livre 5, le Christ, devant la colère des Juifs, invoque le témoignage que Jean a rendu lorsqu’ils l’ont fait interroger (ὑμεῖς ἀπεστάλκατε πρὸς Ἰωάννην, καὶ μεμαρτύρηκεν τῇ ἀληθείᾳ, Jn. 5.33 ~ εἰρόμενοι δὲ / ἁγνὸν Ἰωάννην θεοδέγμονος ἔγκυον ὀμφῆς / ὑμεῖς οὐρεσίφοιτον ἐπέμψατε λαὸν ὁδίτην / ἀνδρῶν μυστιπόλων καὶ ἀμεμφέα θέσκελος ἀνὴρ / μῦθον ἀληθείης ἀλύτῳ σφρηγίσσατο δεσμῷ / μάρτυρος ἐμπεδόμυθος, Par. 5.126-131) ; au livre 6, la foule part à la recherche de Jésus depuis l’endroit où elle a assisté, la veille, au miracle de la multiplication des pains (ἦλθεν πλοῖα ἐκ Τιβεριάδος ἐγγὺς τοῦ τόπου ὅπου ἔφαγον τὸν ἄρτον, Jn. 6.23 ~ λαὸς ὅπῃ νήριθμος ἐπ’ εὐχόρτοιο τραπέζης / θέσκελον ἤσθιεν ἄρτον, ὃν ἔκλασεν ἀμβροσίη χεὶρ / Χριστοῦ παμμεδέοντι χάριν γενετῆρι διδόντος, Par. 6.96-98).

23Tous ces exemples montrent très clairement le travail de récriture effectué par Nonnos, qui donne de l’épaisseur narrative à un texte assez sec. Pour cela, il amplifie par exemple l’une des analepses internes de l’Évangile, à savoir celle qui concerne la transformation de l’eau en vin, en échafaudant à partir de la seule expression δεύτερον σημεῖον (Jn. 4.54) un bref résumé du premier miracle de Cana :

πρεσβύτερον μετὰ θαῦμα φιλακρήτων ὑμεναίων
ὕδατος οἰνωθέντος ἐρευθιόωντι ῥεέθρῳ (Par. 4.253-254)

après le premier miracle des noces enivrées par le flot rougi de l’eau changé en vin

24Mais le plus souvent Nonnos transforme en de véritables analepses un certain nombre de notations simples, notamment par l’ajout des marqueurs ποτε et πάρος qui donnent l’impression d’un va-et-vient temporel.

  • 16 Sur les implications idéologiques de cet ajout et notamment de l’adjectif θεητόκος, voir Para (...)
  • 17 « Con la menzione del remoto fondatore N. intende contrapporre la simbologia veterotestamenta (...)

25Il faut remarquer, par ailleurs, que Nonnos prend, au cours de la Paraphrase, de plus en plus de libertés avec son modèle. En effet, dans les premiers chants de son poème, il n’ajoute que deux analepses à sa source, probablement pour des raisons doctrinaires, l’une concernant la virginité de Marie16 (παρθενικὴ Χριστοῖο θεητόκος ἵκετο μήτηρ / ἀχράντῳ παλάμῃ γαμίης ψαύουσα τραπέζης, / παιδοτόκος φυγόδεμνος, ἀεὶ μεθέπουσα κορείην, Par. 2.9-11) et l’autre la construction du Temple de Salomon17 (ὃν Σολομὼν ποίησε λίθων ἑτερόχροϊ κόσμῳ / εἰς δολιχὴν βαλβῖδα παλινδίνητον ὑφαίνων / ἓξ καὶ τεσσαράκοντα φιλοκτίστων ἐνιαυτῶν, Par. 2.97-99). On constate cependant qu’à partir du chant 9, il impose beaucoup plus régulièrement de brefs retours en arrière à son récit. En particulier, là où l’évangéliste se contente d’un simple τυφλὸν ἐκ γενετῆς (Jn. 9.1) ou τυφλὸς ἐγεννήθη (Jn. 9.19 et 20), Nonnos consacre à plusieurs reprises un embryon de récit à la naissance de l’aveugle :

ἄνδρα νόησε, τὸν ἐκ κόλποιο τεκούσης
τυφλὸν ἔτι σπαίροντα λεχωίδες ἔδρακον ὧραι (Par. 9.2-3)

Il aperçut un homme que les Saisons des couches avaient vu, encore tout palpitant, sortir aveugle du sein de sa mère.

οὗτος ἀλιτραίνων θεὸν ἤκαχεν ἠὲ τοκῆες,
εἰσόκε μιν δασπλῆτες ἐμαιώσαντο λοχεῖαι
μητέρος ἐκ λαγόνων ἀλαώπιδι σύγχρονον ὄρφνῃ; (Par. 9.12-14)

Souffre-t-il à cause d’une faute que lui ou ses parents ont commise envers Dieu, au point qu’un accouchement terrible l’a fait naître des flancs de sa mère en même temps que les ténèbres de la cécité ?

ἴδμεν ἑῆς ἀπὸ μητρὸς ὅτι βρέφος εἰς φάος ἕρπων
τυφλὸς ἔην ἀγάλακτος, ἔτι πνείων τοκετοῖο (Par. 9.102-103)

Nous savons de sa mère que le nourrisson rampant vers la lumière était aveugle, alors qu’il n’avait jamais tété et qu’il avait encore l’odeur de l’accouchement.

  • 18 Sur ce passage à la limite entre l’analepse et la description, voir Parafrasi del Vangelo di (...)

26Même si ces passages ne sont eux-mêmes pas très étendus, il faut bien reconnaître que les détails qu’ils comportent convoquent sous les yeux du lecteur un moment précis du passé, que l’Évangile ne cherche pas vraiment à faire revivre. De même, lorsque, par la suite, Nonnos fait allusion à l’institution de la fête de la Dédicace (καὶ πάλιν ἦμαρ ἔην πανδήμιον, ᾧ ἔνι λαοὶ / μνημοσύνην τελέεσκον ἐτήσιον, ἐξότε νηοῦ / ἕδρανα δωμήσας Σολομῶν εὐκίονι τέχνῃ / θεσπεσίης ἀρχαῖον ἐκαίνισε θεσμὸν ἑορτῆς, Par. 10.77-80), explique que les parents de Thomas l’ont surnommé Didyme (ὃν Δίδυμον γενετῆρες ἐφήμισαν, ἐξότε κούρῳ / ὀγδοάτης ἀνέτελλε φιλοτμήτου δρόμος ἠοῦ, Par. 14.15-16), et décrit la fabrication des lanternes portées par la troupe de Judas18 (ἄγγος, ὅπερ δονάκεσσιν ἀμοιβαίοισι συνάπτων / πυκνὰ μεριζομένοισι γέρων κυκλώσασο τέκτων / ἀστερόεν μίμημα καὶ εἴκελον ὀξέι δίσκῳ· / μεσσοφανὴς ὅθι λύχνος ὁμοζυγέος διὰ κόλπου / ὀξὺ φάος πολυωπὸν ὑπὸ σκέπας ἔκτοθι πέμπων, / ἀκροφανὲς σελάγιζε πολυσχιδὲς ἁλλόμενον πῦρ, Par. 18.19-24), il procède en quelque sorte à une narrativisation du texte évangélique.

  • 19 G. Genette, ouvr. cité, p. 82.

27Passons maintenant aux prolepses, définies par Genette comme « toute manœuvre narrative consistant à raconter ou évoquer d’avance un événement ultérieur »19. La situation est exactement la même que pour les analepses : l’Évangile comporte assez peu de prolepses, et Nonnos les reprend toutes sans exception dans sa Paraphrase. Ainsi, au livre 1, Jésus annonce à Nathanaël qu’il accomplira une série de miracles (μείζω τούτων ὄψῃ, Jn. 1.50 ~ ὄμμασι πιστοτέροισιν ὑπέρτερα θαύματα λεύσσεις, Par. 1.208) ; au livre 2, il prédit à mots couverts sa résurrection derrière l’image de la reconstruction du Temple (ἐκεῖνος δὲ ἔλεγεν περὶ τοῦ ναοῦ τοῦ σώματος αὐτοῦ. Ὅτε οὖν ἠγέρθη ἐκ νεκρῶν, ἐμνήσθησαν οἱ μαθηταὶ αὐτοῦ ὅτι τοῦτο ἔλεγεν, καὶ ἐπίστευσαν τῇ γραφῇ καὶ τῷ λόγῳ ὃν εἶπεν ὁ Ἰησοῦς, Jn. 2.21-22 ~ κεῖνος νηὸν ἔειπεν ἑοῦ χροός, ὅν τινι θεσμῷ / φρικτῷ Χριστὸς ἔμελλεν ἐπὶ τρίτον ἦμαρ ἐγείρειν. / Ἀλλ' ὅτε δὴ μετὰ κόλπον ἀνοστήτοιο βερέθρου / νόστιμος ἐξ Ἀίδαο παλινζώῳ τινὶ πότμῳ / ἀρχαίην παλίνορσος ἑὴν ἀνεδύσατο τιμὴν / οὐρανίην, τότε μῦθον ἀνεμνήσαντο μαθηταί, / ὅττι δόμον δέμας εἶπε· θεογλώσσοιο δὲ βίβλου / θεῖον ἐπιστώσαντο λόγον πείθοντό τε μύθῳ, / Ἰησοῦς ὃν ἔειπε, Par. 2.102-110) ; au livre 3, on apprend que Jean n’a pas encore été mis en prison (οὔπω γὰρ ἦν βεβλημένος εἰς τὴν φυλακὴν ὁ Ἰωάννης, Jn. 3.24 ~ οὔπω γὰρ διὰ λέκτρον ἀμερσιγάμου βασιλῆος / οἶκον ἀειφρούρητον ἐδύσατο πομπὸν ὀλέθρου, Par. 3.123-125) ; au livre 6, Judas est présenté comme celui qui trahira Jésus (οὗτος γὰρ ἔμελλεν παραδιδόναι αὐτόν, Jn. 6.71 ~ οὗτος γάρ μιν ἔμελλε πορεῖν ζωαρκέι πότμῳ / χρυσομανὴς δολίης πεφορημένον εἰς λίνον ἄγρης, Par. 6.228-229) ; au livre 7, Jésus révèle la venue du Saint-Esprit (τοῦτο δὲ εἶπεν περὶ τοῦ πνεύματος ὃ ἔμελλον λαμβάνειν οἱ πιστεύσαντες εἰς αὐτόν· οὔπω γὰρ ἦν πνεῦμα, ὅτι Ἰησοῦς οὐδέπω ἐδοξάσθη, Jn. 7.39 ~ εἶπε προθεσπίζων ἐπιδήμιον ὄψιμον αἴγλην / πνεύματος, οὗπερ ἔμελλε τυχεῖν θεοδέγμονι θυμῷ / πᾶσα πολυσπερέων μερόπων πεισθεῖσα γενέθλη· / οὔπω γὰρ βροτέῃσιν ἐνερρίζωτο μενοιναῖς, Par. 7.149-152) ; au livre 11, Caïphe prophétise la mort du Christ (ἀλλὰ ἀρχιερεὺς ὢν τοῦ ἐνιαυτοῦ ἐκείνου ἐπροφήτευσεν ὅτι ἔμελλεν Ἰησοῦς ἀποθνῄσκειν ὑπὲρ τοῦ ἔθνους, Jn. 11.51 ~ ἀλλὰ θυηπολίῃ μεμελημένος, οἷά τε κείνου / ἀρητὴρ λυκάβαντος, ἀληθέι θέσπισε φωνῇ, / ὅττι θανεῖν ἤμελλεν ἑκὼν ζωαρκέι πότμῳ / Χριστὸς Ἰουδαίων ὑπὲρ ἔθνεος, Par. 11.208-211) ; au livre 13, le Christ sait qui de ses disciples le livrera aux Romains (ᾔδει γὰρ τὸν παραδιδόντα αὐτόν, Jn. 13.11 ~ ἐπεὶ πάρος ᾔδεε θυμῷ, / τίς μιν ἀνὴρ ἤμελλεν Ἰουδαίοις παραδώσειν / ὤνιον ἀντιβίοισι, τίς ἔμπορος ἦεν ὀλέθρου, Par. 13.49-51) et il leur révèle qu’il est sur le point de mourir, trahi par l’un d’eux (Jn. 13.19-21 ~ Par. 13.85-99).

28Comme pour les analepses, Nonnos introduit dans sa Paraphrase un certain nombre de prolepses qui ne se trouvent pas dans son modèle. Ainsi, il annonce, beaucoup plus clairement que Jean, que Jésus ressuscitera Lazare d’entre les morts (ἀρτιθανῆ μὲν / Ἰησοῦς ἀγόρευε φιλοθρήνῳ παρὰ τύμβῳ / εὕδειν νεκρὸν ἄναυδον, ἀνήγρετον ὕπνον ὀλέθρου, Par. 11.43-45), et le Christ lui-même décrit par avance, d’une manière très précise, le retour à la vie de son ami (χαίρω δὲ δι’ ὑμέας, ὡς ἐνὶ χώρῳ / οὐ γενόμην, ὅτε κεῖνος ὁμίλεε γείτονι πότμῳ, / ὄφρα κε πίστιν ἔχοιτε νέκυν μετὰ πότμον ὁδίτην / δερκόμενοι ζώοντα, πάλιν ψαύοντα τραπέζης / ξεινοδόκον Χριστοῖο τὸ δεύτερον, Par. 11.50-54) ; juste avant d’ordonner à Lazare de sortir de la tombe, Jésus adresse encore à son père une prière qui annonce très exactement le futur, contrairement à celle de l’Évangile (ὅττι σύ με προέηκας, ἐσαθρήσαντες ὀπωπαῖς / νεκρὸν ἀελλήεντα διαστείχοντα βερέθρου, / ἰλλόμενον δεσμοῖσι καὶ οὐ πίπτοντα κονίῃ, Par. 11.152-156) ; enfin, Nonnos précise que Jésus, déposé au sein du tombeau par Joseph, n’y restera pas trois jours, précision absente de la péricope correspondante de l’Évangile (καὶ νέκυν οὐ μίμνοντα λιθώδεϊ θῆκε χαμεύνῃ, / νεκρὸν ἀειζώοντα, τριήμερον ἔνδοθι τύμβου, Par. 19.222-223).

29Bien que la distinction entre prolepses externes et prolepses internes ne nous ait pas semblé pertinente jusque-là, il faut tout de même compléter le tableau en signalant que certaines prophéties du Christ font allusion très concrètement à la marche du temps :

ὄφρα μιν ὃς δέξοιτο νόου πειθήμονι θεσμῷ,
ζωῆς κυδιάνειραν ἐσαθρήσειε γαλήνην,
εἰς ὅσον εὐρυγένειος ἑλίσσεται ἔμπεδος αἰών. (Par. 3.77-79)

pour que celui qui le reçoit d’un esprit fidèle contemple le calme glorieux de la vie, tant que le Temps à la large barbe continue son cours immuable.

καὶ πᾶς ἡμετέρην ἀστεμφέα πίστιν ἀέξων
οὔποτε διψήσειεν, ἕως ἔτι καμπύλος ἕρπων
αἰὼν εὐρυγένειος ἀτέρμονα νύσσαν ἀμείβει. (Par. 6.145-147)

Et tout homme qui cultive notre foi inébranlable n’aura jamais soif, tant que recourbé dans sa marche le Temps à la large barbe contourne la borne infinie.

τοῦτον ἀνὴρ ἐπάρουρος ἐτήτυμον ἄρτον ἐρέπτων
ζωὴν ὄψεται οὗτος, ἕως δολιχοῖο γενείου
ἀμφιλαφὴς πολιῇσι κόμην λευκαίνεται αἰών. (Par. 6.177-179)

L’homme, même esclave, qui goûte ce pain véritable, celui-là verra la vie, tant que blanchit la chevelure abondante du Temps à la longue barbe.

μίμνει δὲ φερέσβιος υἱὸς ἀμύμων
ναίων πάτριον οἶκον, ἕως χρονίῃ παρὰ νύσσῃ
ἱππεύων ἀκίχητος ἑλίσσεται ἔμπεδος αἰών. (Par. 8.92-94)

L’irréprochable fils, porteur de vie, continue d’habiter la maison paternelle, tant que, dans sa chevauchée inexorable autour de la borne ancienne, le Temps continue son cours immuable.

ὅστις ἐμῶν δέξοιτο θεοφραδέων στίχα μύθων
καί κεν ἀσυλήτοισιν ὑπὸ πραπίδεσσι φυλάξοι,
οὔποτε πικρὸν ὄλεθρον ἐσόψεται, εἰσόκε μίμνει
αἰὼν πουλυέλικτος. (Par. 8.154-157)

Quiconque reçoit les vers de mes paroles inspirées et les conserve dans son âme inviolable ne verra jamais la mort amère, tant que subsiste le Temps aux mille tours.

οὔποτε πώεα ταῦτα διόλλυται, εἰσόκε μίμνει
αὐτομάταις ἁψῖσιν ἕλιξ κυκλούμενος αἰών. (Par. 10.101-102)

Jamais ce troupeau ne mourra, tant que subsiste la spirale tournante du Temps dans le mouvement perpétuel de ses roues.

καὶ ὃς φρεσὶ πίστιν ἀέξει,
οὐ θνήσκει βροτὸς οὗτος, ἕως ἔτι φαίνεται αἰών. (Par. 11.86-87)

Et celui qui cultive la foi dans son âme, ce mortel ne meurt pas, tant que le Temps continue d’exister.

30Or, au moyen de ces notations, qui reformulent pour la plupart la simple expression εἰς τὸν αἰῶνα de l’Évangile (Jn. 6.58, 8.35, 8.51 et 10.28), Nonnos introduit de véritables prolepses externes, dont la portée est même maximale puisqu’elles ont une visée eschatologique et font référence à la fin des temps.

  • 20 Le sens que nous donnons ici à ce terme n’est pas celui de la grammaire traditionnelle, (...)
  • 21 Bien sûr, Nonnos n’est pas l’inventeur d’une telle technique, qui remonte au moins à Apolloni (...)

31Jusqu’à présent, nous n’avons pas observé le moindre signe que Nonnos s’évertuerait à brouiller la séquence temporelle de son texte-source : non seulement il reprend avec une scrupuleuse fidélité toutes les indications temporelles laissées par Jean, mais surtout il ne multiplie pas les analepses et les prolepses et reste aussi parcimonieux que son modèle. L’explication que l’on peut se risquer à donner tient bien sûr aux contraintes de l’exercice même de la paraphrase. Il nous semble, néanmoins, que Nonnos a trouvé une manière d’instiller un peu de sa poétique à l’intérieur de ce carcan : en introduisant un certain nombre d’adjectifs proleptiques20, il parvient à disloquer la séquence temporelle, sans véritablement faillir à son pacte de fidélité à son modèle. Cette technique se retrouve, du reste, dans ses Dionysiaques21. Par exemple, lorsque Nonnos mentionne la naissance de Léarchos, il annonce par un simple adjectif (αἰνοπαθῆ, Dion., 5, 558) qu’il connaîtra un sort cruel : c’est comme si Léarchos était marqué de toute éternité par l’infanticide à venir. Bien sûr, on ne saurait, à ce moment-là du récit, donner un sens analeptique à l’adjectif et comprendre « qui a connu un sort cruel ». Pourtant, l’ambiguïté est bien réelle lorsque Sémélé proclame sa supériorité sur ses sœurs, en raillant la naissance d’un « Actéon dévoré par ses chiens » (Ἀκταίωνα κυνοσπάδα, Dion., 8, 386) : comme cet événement ne doit se produire qu’au retour de la guerre indienne, soit l’adjectif est analeptique et Nonnos se contredit, soit l’adjectif est proleptique et le poète attribue à son personnage un savoir que lui seul devrait posséder. Dans les deux cas, l’effet de brouillage temporel est saisissant.

  • 22 Pour D. Accorinti, « Strutture narrative e retoriche nella Parafrasi di Nonnos », Studi (...)
  • 23 Parafrasi del Vangelo di San Giovanni. Canto B, E. Livrea (éd.), ouvr. cité, p. 153.
  • 24 Voir par exemple ce que E. Livrea dit de l’adjectif οἰνοσσόος : « Qui l’epiteto rappresenta l (...)

32Qu’en est-il dans la Paraphrase ? On y rencontre plusieurs adjectifs proleptiques de ce type22. Ainsi, au chant 2, l’adjectif θαλαμηπόλος (Par. 2.1), appliqué au jour qui se lève le matin des noces de Cana, ne signifie pas seulement « nuptial », mais doit être interprété dans le sens fort de « qui annonce un mariage »23 ; plus loin, la voix du Christ est qualifiée de οἰνοσσόος (Par. 2.30), adjectif qui annonce à lui tout seul le miracle de la transformation du vin en eau. Au chant 6, c’est la voix d’André qui est φερέδειπνος (Par. 6.23), c’est-à-dire annonciatrice du repas pendant lequel Jésus multipliera les pains et les poissons. Au chant 9, si la salive du Christ peut être qualifiée de λυσίπονος (Par. 9.26), ce n’est pas parce qu’elle a déjà guéri l’aveugle comme pourrait le laisser penser l’adjectif, mais bien parce qu’elle est destinée à lui faire retrouver la vue ; de même, la boue dont le Christ oint les yeux de l’aveugle est « illuminatrice » (φαεσφόρον, Par. 9.28) au sens où elle redonne la vue et même où elle redonnera la vue. Au chant 18, les accusateurs conduisent Jésus vers une mort « qui apportera la vie » (φερέσβιον, Par. 18.132) ; inversement, au chant 19, la troisième heure annonce la mort du Christ (θανατήφορος, Par. 19.67). C’est au moyen de ces adjectifs, dont l’ajout trahit parfois une intention exégétique24, que Nonnos réussit à bousculer la linéarité du texte évangélique sans trop s’en écarter et à redonner ainsi libre cours à ce goût pour les jeux avec la temporalité, si caractéristique de son autre poème. Du reste, si Nonnos choisit de paraphraser l’Évangile de Jean, aussi simple soit-il du point de vue narratologique, c’est peut-être parce qu’il lui permet de commencer son poème par une description grandiose de l’aube des temps.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Pour des raisons de commodité, l’édition de la Paraphrase que nous suivons ici est celle de A. Scheindler, qui reste la seule édition critique complète que nous possédions (Nonni Panopolitani Paraphrasis S. Evangelii Ioannei, Leipzig, 1881). En ce qui concerne le texte de l’Évangile de Jean, nous reprenons celui de K. Aland et al. (The Greek New Testament, 2e édition, Stuttgart, United Bible Society, 1968). Les traductions sont les nôtres.

2 Il faut signaler ici que R. Janssen (Das Johannes-Evangelium nach der Paraphrase des Nonnus Panopolitanus, Leipzig, J. C. Hinrichs, 1903, p. 73) voit une certaine liberté dans le rendu de la péricope de l’Évangile. Pourtant, du point de vue strict de la chronologie des événements, l’indication temporelle laissée par Nonnos est bien fidèle à celle de Jean.

3 La structure que nous dégageons ici s’inspire en grande partie de celle qui est proposée par M.-É. Boismard et al., Synopse des quatre Évangiles, t. III, L’Évangile de Jean, Paris, Cerf, 1977, p. 38-39.

4 Sur l’identification possible de cette fête, voir notamment R. Schnackenburg, Das Johannesevangelium, 2. Teil, Kommentar zu Kap. 5-12, Freibourg, Bâle et Vienne, Herder, 1971, p. 118.

5 Parafrasi del Vangelo di San Giovanni. Canto quinto, G. Agosti (éd.), Florence, Università degli studi di Firenze (Studi e testi 22), 2003, p. 265-266.

6 Voir A. Kuhn, Literarhistorische Studien zur Paraphrase des Johannes-Evangeliums von Nonnos aus Panopolis, dans Jahresbericht des Gymnasiums der Gesellschaft Jesu in Kalksburg, Kalksburg, Brzezowsky, 1906, p. 128-130.

7 Sur la grande variété stylistique de ces formules chez Nonnos, voir A. James, « Night and Day in Epic Narrative of Nonnus and Others », MPhL 4, 1981, p. 115-142.

8 G. Agosti appelle à juste titre une telle analyse de ses vœux : « Uno studio narratologico della Parafrasi è ancora tutto da fare » (« Poemi digressivi tardoantichi (e moderni) », Compar(a)ison 1, 1995, p. 143).

9 G. Genette définit ces anachronies narratives comme « les différentes formes de discordance entre l’ordre de l’histoire et celui du récit » (Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 79).

10 Pour désigner ces deux formes de temporalité, les narratologues font le plus souvent appel à la terminologie mise au point par G. Müller, Morphologische Poetik, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1968, p. 195-212, dans laquelle Erzählzeit renvoie au temps de l’histoire et erzählte Zeit au temps du récit.

11 G. Genette, ouvr. cité, p. 82.

12 Ibid., p. 100.

13 L’édition et la traduction sont celles de P. Chuvin dans Nonnos de Panopolis, Les Dionysiaques, t. II, Paris, CUF, 1976.

14 D. Gigli Piccardi, « Il pozzo di Giacobbe e Danao in Nonno », Κοινωνία 19, 1995, p. 153-161.

15 Ajoutant une strate dans ce jeu, M. Caprara (Parafrasi del Vangelo di San Giovanni. Canto IV, Pise, Edizioni della Normale, Testi e commenti 3, 2005, p. 157-158) rapproche également ce passage de l’épisode consacré à Icarios dans les Dionysiaques, et ce sur la base de deux ajouts effectués par Nonnos par rapport au texte évangélique : Jacob est φυτοεργός comme Icarios (Dion., 47, 58, 70 et 125) et comme lui il possède un vignoble.

16 Sur les implications idéologiques de cet ajout et notamment de l’adjectif θεητόκος, voir Parafrasi del Vangelo di San Giovanni. Canto B, E. Livrea (éd.), Bologne, EDB, 2000, p. 166-171 ; l’auteur de cette édition parle au sujet de ce passage de véritable « digressione dottrinale ».

17 « Con la menzione del remoto fondatore N. intende contrapporre la simbologia veterotestamentaria (Tempio) a quella neotestamentaria (Corpo di Cristo = Chiesa), secondo un topos frequente » (ibid., p. 282).

18 Sur ce passage à la limite entre l’analepse et la description, voir Parafrasi del Vangelo di San Giovanni. Canto XVIII, E. Livrea (éd.), Naples, M. D’Auria, 1989, p. 49-51.

19 G. Genette, ouvr. cité, p. 82.

20 Le sens que nous donnons ici à ce terme n’est pas celui de la grammaire traditionnelle, qui appelle ainsi les adjectifs résultatifs.

21 Bien sûr, Nonnos n’est pas l’inventeur d’une telle technique, qui remonte au moins à Apollonios de Rhodes.

22 Pour D. Accorinti, « Strutture narrative e retoriche nella Parafrasi di Nonnos », Studia ephemeridis augustinianum 50, 1995, p. 413-414, ces adjectifs peuvent également servir de sutures linguistiques entre deux chants.

23 Parafrasi del Vangelo di San Giovanni. Canto B, E. Livrea (éd.), ouvr. cité, p. 153.

24 Voir par exemple ce que E. Livrea dit de l’adjectif οἰνοσσόος : « Qui l’epiteto rappresenta la risposta nonniana ad una questione teologica, enunciata da Chrys. 135 […] e risolta assegnando a Cristo poteri demiurgici » (ibid., p. 199).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Giraudet, « Temps et récit dans la Paraphrase de l’Évangile selon Jean de Nonnos de Panopolis », Aitia [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://aitia.revues.org/528 ; DOI : 10.4000/aitia.528

Haut de page

Auteur

Vincent Giraudet

Université Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page