Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Évelyne Prioux et Agnès Rouveret (dir.), Métamorphoses du regard ancien

Christophe Cusset
Référence(s) :

Nanterre, Presses universitaires de Paris-Ouest (Modernité classique), ISBN : 9782840160472, 22 euros.

Texte intégral

1Ce volume collectif édité par Évelyne Prioux et Agnès Rouveret, dans une nouvelle collection des Presses universitaires de Paris-Ouest, est constitué des actes de rencontres organisées en 2004 à l’université Paris-Ouest Nanterre, à l’INHA et à l’ENS Ulm. Il est composé de huit contributions rédigées en français concernant la description d’œuvres d’art ainsi que sa réception dans la poésie hellénistique et romaine. De telles recherches étaient particulièrement justifiées après la publication en 2001 du papyrus de Milan portant un recueil d’épigrammes nouvelles de Posidippe de Pella, dans lequel les descriptions d’œuvres d’art tiennent une place importante. La valeur de cette découverte est mise en regard dans l’introduction avec la découverte dans les années 1970 des peintures de la nécropole de Vergina. Ce volume vient s’inscrire dans la lignée de travaux déjà engagés sur ce type de question par Barbara H. Fowler ou Graham Zanker, et offre des études précises de cas très représentatifs de ces questions esthétiques. Les contributions sont présentées dans l’ordre chronologique de l’objet étudié.

2Sandrine Dubel étudie d’abord « Aphrodite se mirant au bouclier d’Arès : transpositions homériques et jeux de matière dans l’epos hellénistique » ; en spécialiste avertie de l’ekphrasis, elle s’intéresse aux descriptions d’objets d’art que nous livre la poésie hellénistique, à savoir : Apollonios de Rhodes Argonautiques, I, vers 725-767 (le manteau de Jason) ; Théocrite, Idylle I, vers 27-56 (le kissubion) ; puis Moschos, Europe, vers 37-62. Les Alexandrins sont préoccupés notamment par le renouvellement du genre de l’ekphrasis, à partir du modèle homérique du bouclier d’Achille (Iliade, chant XVIII), dans un jeu constant d’imitation et de variation de tous ordres. Pour ce renouvellement, les poètes hellénistiques sont notamment influencés par les arts de leur temps (peinture, orfèvrerie). Évelyne Prioux s’intéresse ensuite à la première section (Lithika) du papyrus de Milan, P. Mil. Vogl. VIII 309, attribué à Posidippe de Pella, et nous propose une « Visite au cabinet des gemmes : images et idéologie lagides dans un cycle d’épigrammes hellénistiques ». Elle donne une traduction des vingt épigrammes de la section, puis cherche à mettre en évidence les principes d’organisation de cette section, en fonction notamment des types de pierres évoquées, qui sont variées puisque l’on va d’une gemme montée en bague à un domaine continental. Elle montre comment la section s’organise en miroir autour des deux épigrammes centrales, plus nettement porteuses d’un sens métapoétique (le terme τέχνης est au centre de la section), et situées à part du reste du groupe (puisqu’il s’agit de coquillages). Elle montre comment les épigrammes 8 et 15, où sont décrites deux pierres représentant un char, se répondent et s’opposent (notamment par la taille) ; de même pour les épigrammes 7 et 16. Prioux montre encore avec efficacité en quoi cette collection de pierres imaginaires correspond aussi à un programme idéologique à la gloire de Ptolémée II Philadelphe et d’Arsinoé. Kathryn Gutzwiller (« Images poétiques et réminiscences artistiques dans les épigrammes de Méléagre ») propose ensuite une relecture de Méléagre à la lumière de poèmes ecphrastiques antérieurs et des représentations de la figure d’Éros, sur une vaste période (de la fin du Ve siècle avant J.-C. à l’époque romaine). Gutzwiller s’installe dans un aller-retour très éclairant entre art et littérature, pour montrer combien Méléagre sollicite l’univers visuel de ses contemporains (voir les neuf illustrations d’objets d’art contemporains mis en regard des textes), ce qui lui permet, sans recourir lui-même à l’ekphrasis, de rendre les passions amoureuses plus palpables. En s’appuyant sur l’exemple de la maison des Épigrammes à Pompéi, Gutzwiller souligne les liens puissants qui unissent peinture et littérature, dans une convergence des deux domaines qui va au-delà de la simple illustration ou du commentaire. Florence Klein étudie les tenants et aboutissants poétiques et esthétiques de deux poètes latins : « Amores picti et scriptae puellae chez Properce et Ovide : questions d’esthétique et regards sur la λεπτότης callimachéenne ». Elle montre comment Ovide prend systématiquement une voie opposée à celle de Properce, en dépit de leur dette commune à Callimaque. Regina Höschele étudie ensuite dans une perspective intertextuelle le « Corp(u)s rufinien : l’ecphrasis du corps féminin dans la collection de Rufin » ; cette collection d’épigrammes du Ier siècle évoque de manière grivoise les corps de femmes, qu’il rapporte parfois à des statues divines, dans un vaste ensemble de références littéraires qui vont d’Homère à Philippe de Thessalonique. Joan Gomez Pallarès, dans une « Promenade dans Rome : les temples et les statues d’Horace, Odes, I, 2 », retrouve dans le poème d’Horace tout un itinéraire jalonné de temples augustéens qui sont autant d’expressions du pouvoir impérial augustéen et de sa restauration religieuse, même si certaines données du texte sont passées sous silence au profit de la cohérence de la lecture. Quittant l’univers poétique pour le cadre romanesque du Satiricon de Pétrone, Thomas Baier nous emmène avec « Eumolpe et Encolpe dans une galerie d’art » pour une leçon d’histoire de la peinture. Les allusions de Pétrone sont éclaircies grâce au livre 35 de Pline l’Ancien. Grâce à la visite d’Encolpe, on comprend que la peinture est l’objet d’une connaissance, et non d’une contemplation esthétique. C’est l’occasion d’avoir une analyse de la pensée de Pétrone sur la peinture. Pour finir, Anna Santucci étudie les « Thèmes mythologiques dans les peintures funéraires de Cyrène et de Cyrénaïque : de la collection d’images à la rhétorique de la laudatio funebris », à propos d’une série de peintures du tombeau d’Ammonius à Cyrène. Ces thèmes mythologiques présentent les caractères de la diversité ou de la rareté pour correspondre, comme dans un éloge funèbre, aux qualités mêmes du défunt.

3Ce volume consacré à la culture visuelle de l’époque hellénistique et romaine offre un bel échantillon de documents littéraires et archéologiques, qui montre la diffusion et l’évolution des positions esthétiques autour de la Méditerranée. Il est important de comprendre que l’intérêt pour un art visuel est souvent le moyen adopté par les poètes pour parler de leur propres pratiques. Le volume comporte de riches études de cas qui devraient susciter l’intérêt et éveiller d’autres approches similaires, à la croisée de pratiques artistiques diverses qui s’éclairent mutuellement.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Évelyne Prioux et Agnès Rouveret (dir.), Métamorphoses du regard ancien », Aitia [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://aitia.revues.org/581

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page