Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Plutarque contre Colotès contre Empédocle

Plutarch against Colotes against Empedocles
Plutarco contro Colote contro Empedocle
Alain Gigandet

Résumés

Dans la partie du Contre Colotès consacrée à la polémique que l’épicurien, dans son écrit, développait contre Empédocle, Plutarque utilise ce qu’il considère comme un mauvais procès pour passer du terrain dialectique à celui des principes de la physique atomiste, dont il prétend montrer l’incohérence.

Haut de page

Texte intégral

1La section qui comprend les paragraphes 10-12 du Contre Colotès, de 111F à 1113 E, est en continuité directe avec la précédente, consacrée à la réfutation de Démocrite par Colotès. Continuité formelle : Plutarque réfute Colotès qui réfute Empédocle selon le même schéma, consistant à dévier l’argumentation de sa cible primitive pour la retourner contre l’épicurisme. Continuité thématique : Colotès s’attaque à un énoncé d’Empédocle qui a en commun avec Démocrite une même « inspiration » (hôs tauto pneontos) ; la discussion principale va donc se dérouler sur un terrain voisin. Ce jeu de billard à plusieurs bandes explique aussi, en partie au moins, la difficulté du texte.

Colotès polémiste : sa méthode

2Le mode d’argumentation que Colotès dirige maintenant contre Empédocle consiste à appliquer la règle canonique d’infirmation (antimarturêsis), en l’occurrence à développer les conséquences des principes ou thèses de la doctrine incriminée, pour montrer qu’elles sont incompatibles avec l’évidence sensible. C’est une sorte de calque, en négatif, des démonstrations physiques par non-infirmation du début de la Lettre à Hérodote, fidèlement reproduites par Lucrèce au chant I du De rerum natura. La radicalité de la critique réside dans le fait que les doctrines attaquées sont censées entrer en contradiction non pas avec tel ou tel élément de l’expérience, mais avec le fait même de l’expérience, sa condition fondamentale : l’existence d’êtres sentants. Plutarque, qui désigne Épicure lui-même comme l’initiateur de ce procédé, le résume ainsi en 1108D : « Les épicuriens reprochent aux autres philosophes de rendre, par leur sagesse, la vie impossible (anairousin) ». Peut-être faut-il étendre le champ de la conclusion à l’existence en général, comme semble l’indiquer la citation de Colotès reproduite plus bas par Plutarque, en 1112D : « Car nous n’existons pas et il n’existe pas de réalités autres, avec lesquelles nous aurions commerce dans notre vie ». Il est difficile d’en décider à ce stade.

  • 1 Plutarque cite le texte qui constitue pour nous aujourd’hui le fragment B VIII (Diels) (...)
  • 2 Voir DRN I, 742-762.
  • 3 « Quelque chose d’immuable subsiste, il le faut, / sinon le monde entier est réduit à néa (...)

3Dès le début de notre passage, Plutarque défend donc Empédocle contre ce même grief : « Pour ma part, je ne vois pas en quoi ces vers s’opposent à la vie (to zên hupenantioutai) de ceux qui considèrent qu’il n’y a ni génération de ce qui n’est pas, ni corruption de ce qui est… »1. To zên signifie ici l’existence des vivants, comme le confirme la fin du paragraphe, qui, après la défense d’Empédocle, retourne l’argument contre son auteur : « nos adversaires font disparaître la vie et l’existence de l’être vivant (to zên anaireitai kai to zôon einai) ». Notons que Lucrèce attaquait Empédocle (et avec lui Héraclite et Anaxagore2) selon le même schéma, mais en considérant la nature des principes à partir desquels celui-ci prétendait rendre raison de la genèse et de la nature des choses : il n’admet pas le vide, ce qui rend impossible, de fait, le mouvement ; il n’admet pas de minimum corporel, ce qui entraîne pour ses éléments mollesse et destructibilité etc. De tout cela, on ne peut conclure qu’à l’impossibilité du monde3.

  • 4 Voir leur édition de l’Adversus Colotes in Plutarch. Moralia, Volume XIV, Cambr (...)

4Plus loin cependant, et comme c’était déjà le cas dans sa réfutation de Démocrite, Colotès étendra le sens du « vivre » au mode d’existence, à la conduite de la vie, le « bien ou mal vivre ». Nous retrouvons la citation que Plutarque reproduit en 1112D : « Pourquoi nous éreintons-nous à prendre soin de nous-mêmes, à chercher à atteindre certaines réalités et à en éviter d’autres (ti koptomen hêmas autous, spoudazontes huper hêmôn autôn…) ? Car nous n’existons pas et il n’existe pas de réalités autres, avec lesquelles nous aurions commerce dans notre vie ». De l’abolition des êtres en général on passe donc à la considération des sujets agissants et des objets sur lesquels ils agissent, pour conclure à l’annulation de l’action : c’est le projet philosophique même de l’adversaire qui est vidé de son contenu. Cette extension pourrait venir à l’appui de l’hypothèse de Benedict Einarson et Phillip De Lacy, qui voient dans les critiques de l’apraxie sceptique l’origine ou le modèle de l’argument4.

Réfutation 1(1112A-D) : ce sont les principes épicuriens qui rendent la génération impensable

  • 5 Voir n. 1.

5Pour reconstituer la structure de ce passage, commençons par nous demander ce que Colotès vise exactement dans les vers d’Empédocle concernés5. La manière dont Plutarque introduit la citation fournit quelques indications. « C’est à un roi illettré que Colotès donne l’impression de s’adresser, lorsqu’il s’enflamme cette fois contre Empédocle, qui fait entendre la même inspiration ». Donc (a) il se permet de dire n’importe quoi, faisant comme si ses propos ne pouvaient pas être contrôlés par son dédicataire ; (b) « il s’enflamme » (exaptetai), peut-être une allusion à la doctrine empédocléenne du feu, agent de la Haine funeste ; (c) et ce, contre une ritournelle déjà entendue, de même inspiration (hôs tauto pneontos). Même inspiration, on l’a vu, que Démocrite, à qui Colotès reprochait juste auparavant, en 1110E sq., de dire que les qualités des composés et les composés eux-mêmes sont par convention (nomô). S’exprimer ainsi, objectait-il, c’est jeter le doute sur la réalité même des choses et du monde. Or que dit Empédocle ? Qu’il n’y a ni phusis (c’est-à-dire, va expliquer Plutarque, de génération), ni mort à proprement parler pour les mortels (thnêtôn) ; ceux-ci ne sont que mélange et échanges de choses mélangées (diallaxis te migentôn), à quoi les hommes appliquent improprement le terme phusis. Le verdict de Colotès, par conséquent, est le même que pour Démocrite : derrière la dénonciation des conventions du langage, c’est la consistance ontologique des choses elles-mêmes qui est en cause et c’est un verdict bien involontaire contre sa propre existence que prononce Empédocle.

  • 6 Ouvr. cit., p. 169-170.
  • 7 Voir Sextus Empiricus, Hypotyposes pyrrhoniennes, I, 233.
  • 8 Plutarque dans le miroir d’Épicure, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentr (...)

6Les remarques de Plutarque sont tellement concises et allusives qu’il est très difficile d’en dire plus sur cette réfutation. L’insistance avec laquelle il établit qu’Empédocle, par phusis, entend genesis, semble suggérer qu’à son sens, Colotès s’est mépris sur la signification du terme. B. Einarson et P.H. De Lacy estiment que c’est bien le cas6, Colotès, selon une source académicienne7, comprenant phusis comme la « réalité » en tant qu’elle s’oppose à l’apparence. Jacques Boulogne oppose à cette interprétation l’idée que Colotès ne se méprend pas sur le sens qu’Empédocle donne à phusis, mais le conteste8. Quoi qu’il en soit, la suite va confirmer les oscillations concernant le sens de phusis et leur enjeu.

7La réplique de Plutarque à cette critique, en revanche, est claire. Colotès s’attache à l’aspect le plus superficiel du discours d’Empédocle, celui de la signification et du juste usage du mot phusis, entre convention et vérité, mais c’est une querelle de mots. Il ne voit pas, ou feint de ne pas voir l’enjeu véritable des formules d’Empédocle, qui est qu’on ne peut expliquer la nature, c’est-à-dire la génération (et aussi bien la corruption) qu’en supposant qu’elle procède à partir d’un substrat immuable. Ce point une fois rétabli ôte à la critique de Colotès toute consistance. Mieux encore, Épicure, on le sait bien, place lui aussi en tête de sa physique le principe que rien ne naît de rien ni ne retourne au néant, qu’il n’y a par conséquent ni génération ni destruction absolues.

8– Le débat peut ainsi se déplacer vers son objet fondamental, que masquait la critique de Colotès : la question de la composition élémentaire, condition de l’existence des réalités empiriques. On peut reconstituer comme suit le mouvement de l’argumentation de Plutarque : (a) non seulement la loi générale énoncée par Empédocle ne s’oppose pas à la formation des vivants, mais (b) si les épicuriens la réfutent, ils se réfutent eux-mêmes puisqu’ils adoptent la même, (c) à ceci près (argument a fortiori) que l’interprétation atomiste qu’ils en donnent est incohérente, alors qu’Empédocle propose une théorie du mélange à tout prendre plus plausible.

9Première étape : Plutarque commente les quatre vers aujourd’hui identifiés comme le fragment B VIII (Diels) d’Empédocle. Pour expliciter ce que Colotès a ignoré et qui constitue l’essentiel, Plutarque commence par établir par le contexte l’équivalence phusisgenesis, en sorte de (a) rétablir l’opposition genesis/thanatos ; (b) introduire l’équivalence genesismixis. Il suggère donc de rattacher ici phusis directement à phuein, naître, croître. De fait, il est difficile de comprendre l’énoncé « il n’y a pas de phusis pour les êtres mortels » comme signifiant autre chose que « il n’y a pas de naissance ou d’engendrement pour les êtres mortels », quelle que soit sa forme paradoxale ; ce qui suit le confirme, même s’il y a là aussi des difficultés : « il n’est point non plus de funeste fin dans la mort ». Empédocle, comme l’ensemble des phusikoi, en expliquant l’existence des êtres empiriques et leur devenir par l’agrégation et la séparation d’éléments incorruptibles, refuse toute idée de génération et de destruction absolues. Rien ne naît jamais radicalement dans le monde, rien non plus n’y disparaît véritablement : il n’y a qu’une somme fixe d’éléments qui se distribuent et redistribuent à travers de nouveaux mélanges sans cesse défaits.

10Or Plutarque vient de rappeler, en conclusion du passage consacré à Démocrite, que cette position est partagée par l’ensemble des philosophes de renom – donc également par Épicure, dans le cadre hérité de l’atomisme démocritéen, avec à la clé la difficulté d’expliquer comment les qualités des corps peuvent être engendrées par des arrangements d’éléments en eux-mêmes dépourvus de ces qualités. La voie est donc ouverte pour retourner contre Colotès sa critique d’Empédocle.

11Deuxième étape : polémique sur la composition. En faveur d’Empédocle, il faut retenir qu’il pose des principes correspondant aux propriétés des éléments (chaleur, mollesse, humidité) qui permettent de concevoir la cohérence du composé. La nature propre des atomes épicuriens (dépourvus de toute qualité « seconde ») et les conditions de leurs rencontres, qui réduisent celles-ci à un choc, rendent en revanche impensable leur composition.

12(a) Qu’est-ce qui, dans ce que nous savons de la physique d’Empédocle, corrobore l’appréciation de Plutarque ? Il semble possible de remonter directement à un témoignage de Platon :

  • 9 Lois X, 889b, fr. A XLVIII d’Empédocle (Diels).

Ces éléments, transportés par le hasard, et chacun selon sa puissance respective – en se rencontrant et en s’accordant selon leurs affinités propres, les éléments chauds avec les éléments froids, les secs relativement aux humides, les mous relativement aux durs, et de toutes les façons qui peuvent résulter d’un mélange des contraires, selon une nécessité réduite au hasard – ont engendré alors, et de cette façon, la totalité du ciel et tout ce qui prend place dans le ciel, puis tous les vivants ainsi que les plantes…9

  • 10 Météorologiques, IV, 4, 381b 31, fr. B XXXIV d’Empédocle (Diels).
  • 11 « Et plus généralement le feu est dissociant et séparateur, alors que l’eau agg (...)
  • 12 Pour une synthèse de la question, voir A. Martin, O. Primavesi, L’Empédocle de Strasbourg(...)

13Au témoignage d’Aristote, « l’humide est la cause de ce que le sec prend contour, et ils se servent mutuellement de colle l’un pour l’autre, ainsi que l’a formulé Empédocle en vers dans sa Physique »10. Mais Plutarque a lui-même précisé ce point ailleurs, en montrant son lien avec la doctrine de la Haine et de l’Amitié11. Il oppose à l’épicurisme ce souci de fonder la possibilité d’un mélange cohérent, tout en partageant implicitement les réserves de Platon touchant l’absence d’une cause intelligente dans ce type d’explications : ce qu’indique sa formule restrictive « en quelque manière » (amôsgepôs). Il faut se souvenir en outre que, selon un scénario certes aujourd’hui controversé, mais qui s’appuie entre autres sur des témoignages de Platon et d’Aristote, c’est le règne de la Haine qui préside à l’engendrement des étants sous la loi de la séparation ; considération qui menace tout de même ici le dispositif critique de Plutarque et explique sans doute pourquoi il n’évoque pas cette dimension de la doctrine, pourtant essentielle, touchant la théorie de la génération12.

14(b) En regard, une double objection est opposée à la théorie épicurienne.

15– Impossibilité de la composition. La nature des atomes, « inaltérable » (atreptos) et « dépourvue de sympathie » (asumpatheis), c’est-à-dire d’un principe d’attirance mutuelle, fait que leur mise en relation ne peut prendre que la forme du choc. Or du choc ne résulte nul agrégat, mais au contraire un mouvement de répulsion mutuelle : la rencontre n’est pas une union, mais une guerre. La comparaison avec Lucrèce, qui introduit la même métaphore, est éloquente :

  • 13 DRN II, 116-120 : multa minuta modis multis per inane videbis / corpora misceri radiorum (...)

Tu verras parmi le vide maints corps minuscules
Se mêler de maintes façons dans les rais de lumière
Et comme les soldats d’une guerre éternelle
Se livrer par escadrons batailles et combats
Sans s’accorder de trêve et toujours s’agitant
Au gré des alliances et séparations multiples.13

16Lucrèce décrit ici analogiquement le mouvement stochastique des atomes non liés dans des composés ; Plutarque tient que la mise en rapport des atomes ne peut donner lieu à rien d’autre qu’à cela. Pour appuyer cette analyse, il doit se pencher de plus près sur la sumplokê, l’entrelacement des atomes : qu’est-ce que ce mot recouvre exactement ? Il lui faut défaire le modèle de la conjonction, du concilium lucrétien, en montrant que celle-ci n’est qu’une apparence (tout juste bonne à « empêcher la désagrégation ») qui recouvre son contraire, la disjonction. Reprenant la description des mouvements élémentaires, il explore les fondements mécaniques de cette séparation.

  • 14 « … étant donné que même les atomes, au plus profond de l’agrégat, ne peuvent absolument (...)

17Premier moment : la description a pour objet une collection, elle se penche sur la nature des interactions qui s’y produisent. La conjonction des atomes, leur agrégation, dans la mesure où elle ne met pas fin à leur mouvement, qui est rigoureusement constant, transforme celui-ci en un mouvement vibratoire qui intensifie de fait les chocs atomiques14. Conséquence : « … ce que l’on appelle “génération”, bien loin d’être mélange et agglutination, ne sera, si on les suit, que confusion et champ de bataille ». En somme, de l’entrechoquement aléatoire et improductif des atomes à leur composition en un ensemble plus ou moins stable, la tendance générale des mouvements et des effets produits n’est en rien modifiée, c’est toujours le modèle, répulsif et agonistique, qui commande.

18Second moment : la description des trajectoires élémentaires singulières confirme ce premier résultat. L’idée de Plutarque est que, dans le mouvement de rebond, les atomes restent écartés les uns des autres beaucoup plus longtemps qu’ils ne sont en contact et en voisinage immédiat. Rien ne peut donc vraiment advenir de leurs rencontres, qui sont par essence répulsives. Le choc, constitutif selon Lucrèce de la force féconde de la matière (vis materiae), est stérile. La composition épicurienne est une fiction. Rien par là ne peut être produit, « pas même de l’inanimé », transition vers le second argument, qui est a fortiori.

19– Impossibilité d’expliquer sensibilité et pensée. Même en admettant la possibilité d’une conjonction élémentaire telle qu’elle vient d’être réfutée, celle-ci ne pourrait pas produire l’âme et ses facultés.

  • 15 Erôtikos, 769F.

20Remarques : (1) Derrière la question du choc, on perçoit le problème du vide. Le mouvement élémentaire s’effectuant dans le vide, ce dernier installe un principe de dissociation au cœur même de l’assemblage. L’un absolu et clos sur lui-même de l’atome ne peut donner lieu à aucune espèce d’unité du multiple. Plutarque le confirme ailleurs : « <Quant à l’union de ceux qui> partagent leur vie d’une autre manière [que les époux qui s’aiment], elle ressemble aux contacts et aux enlacements dont parle Épicure : elle connaît des heurts et des écarts sans construire cette unité que crée l’Amour »15.

21(2) Il faut souligner la radicalité de cette critique physique, qui s’installe sur le terrain du mouvement élémentaire et de la nature du choc, en deçà de la question elle-même hautement problématique du hasard qui préside à ces chocs. La comparaison sur ce point avec les polémiques de Cicéron est instructive.

Réfutation 2 (1112D-F) : une querelle de mots

  • 16 Voir référence in J. Boulogne, ouvr. cit., p. 108-109.

22La réalité, « la nature, l’âme, l’être vivant », censée résulter de ces processus impossibles n’a donc d’existence que verbale. Les épicuriens sont ainsi les premiers à transgresser, et massivement, leur propre recommandation canonique d’éliminer les mots vides. Excellente occasion pour introduire un parallèle avec le plan religieux en assénant que le discours épicurien concernant la piété n’est lui-même qu’hypocrisie, selon le même schéma : les principes de la théologie d’Épicure annulant toute piété effective, celle-ci ne peut donc subsister que verbalement : kai logô kai tô phanai kai propspoieisthai kai onomazein16.

23C’est sur ce terrain de la dénomination que la polémique va maintenant se développer, autour du mot phusis. Qu’est ce qui est querelle de mots ? Qu’est-ce qui engage la nature effective des choses ? Pour commencer, essayons de reconstituer les positions en présence.

24– Pour Empédocle, par phusis pris rigoureusement il ne faut pas comprendre les êtres composés « mortels », mais seulement la nature naturante, les éléments, leur mélange et leur dissociation (mixis te diallaxis te migentôn). C’est ce que répètent les autres fragments cités ensuite par Plutarque : la nature, c’est l’impérissable des éléments et des processus élémentaires, qui se conservent dans les êtres qu’ils constituent. Toujours ce renvoi implicite à phuein.

25– Épicure, selon Plutarque, procède à une extension de sens : la nature, c’est « cela même à quoi la nature a donné naissance ». « Mais, si vraiment ils [les épicuriens] nomment “nature” cela même à quoi la nature a donné naissance et “génération” (genesis) ce qui a été engendré, de même que par extension on appelle “bois” les morceaux de bois et “consonance” les notes consonantes… ». Notons que les deux exemples ne sont pas redondants : le premier, le bois et les morceaux de bois, renvoie à la « cause matérielle », aux éléments ; le second, la consonance et les notes consonantes, à l’ordre présidant à leur composition.

  • 17 Épicure, Lettre à Hérodote 40.

26La suite (1112E-F) montrera bien cependant que la nature épicurienne comprend à la fois « les corps et le lieu », c’est-à-dire les atomes et le vide, et ce qui résulte de la composition des atomes dans le vide. On trouvera une confirmation de ce point dans l’extension épicurienne du concept de « corps » : « Parmi les corps, il y a les composés (sunkriseis) et ceux dont les composés sont faits »17.

27– L’attaque de Plutarque me semble insinuer que ce sont les épicuriens qui jouent sur les mots phusis et genesis, ce qui leur permet d’assurer verbalement au moins la réalité des composés (que leurs principes démentent) en les englobant dans la nature, en les « nommant “nature” ». Dans ces conditions, il est très paradoxal et mal venu en effet, de la part de Colotès (si du moins c’est bien cela qu’il fait), de reprocher à Empédocle d’abolir ces mêmes réalités, celles que nous sommes nous-mêmes ainsi que les choses extérieures, en réduisant la nature aux processus de génération et de corruption élémentaires.

  • 18 Voir en particulier B XVII et B XXI.

28Attaque subsidiaire : « Allons, rassure-toi, cher Colotarion, dira-t-on peut-être… ». Remarque ironique en défense d’Empédocle, qui s’inscrit, mais de manière allusive, dans la continuité du problème principal. La difficulté soulevée par Colotès à laquelle Plutarque fait allusion semble en effet être qu’en réservant le statut de « nature » aux éléments en tant que puissance du mélange et de la dislocation, Empédocle sépare la nature des composés des composés eux-mêmes, déréalisant par là ces derniers (en s’interdisant de les considérer en eux-mêmes). Il est vrai que plusieurs fragments d’Empédocle affirment que les éléments « sont les seuls à avoir l’être »18. Notons que le mot phusis ne peut plus être entendu ici au sens empédocléen de « génération », comme le rend évident la citation d’Épicure hê tôn ontôn phusis sômata esti kai topos.

  • 19 Voir l’opposition de l’apparaître et de la qualité considérée en elle-même dans (...)
  • 20 Voir DRN II, 303 : Nec rerum summam commutare ulla potest vis.

29De là la réplique : « personne ne t’interdit de prendre soin de toi en enseignant que Colotès en personne est la “nature” de Colotès et rien d’autre, ni non plus d’avoir commerce avec les réalités (…) en soulignant que ce qui existe, ce n’est pas la “nature” des gâteaux ni celle des odeurs et des relations sexuelles, mais des gâteaux, des parfums et des femmes ». Il faut sous-entendre : car Empédocle ne dit pas autre chose en vérité. D’ailleurs Colotès devrait le savoir, puisqu’Épicure dit lui aussi la même chose : la nature des êtres, identifiée aux corps et au vide, n’est rien de distinct des êtres eux-mêmes, elle n’est que ces êtres considérés dans leur composition plutôt que dans les effets de celle-ci, ou encore, à certains égards au moins, dans leur rapport à nous19. On peut voir une illustration de cette continuité dans le troisième principe de la physique épicurienne, qui prononce l’immutabilité du tout, c’est-à-dire, par la constance du nombre des atomes et des conditions de leurs arrangements, celle de la « somme des choses »20.

30Première remarque : avec l’exemple stylistique de la périphrase « la force d’Héraclès » (Héraclès lui-même en tant qu’il est défini par sa force), Plutarque marque bien son intention de réduire la question à une querelle de mots ; raison pour laquelle il fait l’impasse sur le problème épistémologique sous-jacent, qu’indiquent les textes correspondants d’Épicure et de Lucrèce. Mais on peut faire l’hypothèse qu’il se guide en cela sur la manière dont Colotès lui-même présente les choses dans l’écrit mis en cause.

31Deuxième remarque : derrière la citation d’Empédocle, « moi aussi je m’exprime ainsi par convention », qu’Épicure est censé reprendre à son compte pour justifier sa réponse à propos du vide, Plutarque glisse une allusion à la règle épicurienne d’usage du langage ordinaire, sous réserve de contrôle des significations. Façon de dire que si Colotès avait compris Épicure, il n’aurait pas cherché cette vaine querelle à Empédocle.

32Bilan : la polémique de Colotès engage les dénominations communes, pas les choses, et en s’avançant comme il le fait sur ce terrain il met objectivement Épicure plus en danger qu’Empédocle.

  • 21 DRN II, 655-660.

33Retour à ce qu’Empédocle nomme « nature » et « mort » au sens strict : to phuomenon, le « naître spontanément » et to thnêskon, le « mourir ». Il concède à l’usage commun d’appliquer ces termes, par déplacement ou trope, aux êtres que l’on voit naître et se défaire. Les exemples de « personnifications » de processus et d’événements empruntés à Homère : Querelle, Tumulte, Trépas, font penser à la légitimation des antonomases divines par Lucrèce21 : nouvelle allusion de Plutarque aux codes épicuriens en matière d’usage du langage ? En somme, Empédocle respecte le sens commun à la fois sur ce que celui-ci considère comme réel (les réalités empiriques, ta onta, ta phainomena) et sur les habitudes de dénomination qui en témoignent. Mais le rôle du philosophe consiste à rappeler la « loi divine » qui régit les apparences et sous-tend les conventions : pas d’engendrement ex nihilo, pas de destruction radicale. Le sens du mot phusis reste bien l’enjeu fondamental de la polémique.

Réfutation 3 (1113A-D) : autour du fragment B XV

  • 22 Voir Aétius, Opinions I, 22, 2 (fr. A XLIV) : « Empédocle, Anaxagore, Démocrite, Épicure (...)
  • 23 Voir par exemple le fr. B XVI.

34C’est sur ce point qu’insiste Plutarque dans la conclusion du texte (§ 12). Colotès a déplacé l’objet vrai du débat, se rendant ainsi aveugle à ce qui aurait dû faire réellement problème pour lui. Cet objet est réaffirmé par le biais d’une nouvelle citation d’Empédocle (fr. B XI) : « Ils s’imaginent qu’il y a naissance (ginesthai) sans préexistence, / Ou qu’il y a mort et anéantissement complets ». D’où il ressort une fois encore que phusis signifie « génération » en un sens relatif uniquement22. Il y a bien, pour Empédocle, de l’inengendré, condition de la génération, mais, outre les éléments, ce sont la Haine et l’Amitié23. Plutarque, toutefois, ne fait aucune allusion, à ce moment de la polémique, à cette dernière dimension de la doctrine.

35La dernière phase marque un infléchissement lié à une sorte de renversement de perspective dans la présentation de la doctrine d’Empédocle : « … la suite fournira peut-être matière à l’accusation opposée » annonce Plutarque. En effet, dans le fragment B XV cité à la suite, le caractère inengendré et permanent des éléments semble conduire Empédocle à distinguer en quelque sorte les termes de « vie » et d’« existence » pour affirmer qu’un vivant préexiste à sa propre naissance et continue d’exister post mortem dans les éléments qui le composent en tant que mélange. On trouvait déjà dans la citation précédente, celle qui correspond au fragment B XI : hoi dê ginesthai paros ouk eon elpizousin, « ils s’imaginent que peut naître ce qui n’est pas déjà existant ». Plutarque s’appuie sur ces textes pour lancer une attaque à double détente : (a) elle confirme le contresens qui consiste à imputer à Empédocle la négation de l’existence des êtres composés, en particulier des vivants ; (b) le commentaire critique qu’en fait Colotès est déplacé (dans les deux sens du terme : décalé et non pertinent) et se retourne en définitive contre lui. Ce dernier point constitue la conclusion du passage.

36(a) Les vers d’Empédocle poussent aussi loin qu’il est possible la continuité ontologique entre les éléments et les forces qui les animent d’une part, les existants qu’ils constituent par leur mélange d’autre part. Plusieurs fragments confirment cette manière d’exprimer les choses, par exemple ces vers du fragment B XXXV (Simplicius) :

De façon continue, toujours plus s’insinuait
Le bénéfique élan immortel de l’Amour
Exempt de tout reproche. Aussitôt devenaient
Mortelles désormais les choses qui naguère
Avaient connu les joies de l’immortalité.

37Les objections précédentes de Colotès sont ainsi définitivement écartées. La paraphrase de Plutarque infléchit d’ailleurs la portée de l’affirmation en suggérant qu’elle revient à accorder l’existence éternelle aux vivants sans autre nuance : « Ces vers ne sont pas de quelqu’un qui nie que les êtres engendrés et vivants soient quelque chose, mais plutôt de quelqu’un qui estime que l’existence appartient aussi à ceux qui ne sont pas encore nés et à ceux qui sont déjà morts (einai de mallon oiomenou kai tous mêdepô gegonotas kai tous êdê tethnêkotas) ». Il s’agit à mon sens de pousser le balancier en sens inverse (« la suite fournira peut-être matière à l’accusation opposée » annonçait-il) afin de stigmatiser le manque de lucidité philosophique de Colotès, qui n’objecte rien à une position évidemment inadmissible pour un épicurien. Il suffit de penser à l’abondante réfutation d’une telle thèse au chant III de Lucrèce, sans d’ailleurs qu’Empédocle ne soit pour autant identifié comme une de ses cibles.

  • 24 Ouvr. cit., p. 170. Voir aussi P.H. De Lacy, compte-rendu de R. Westman, Plutarch gegen K (...)
  • 25 DRN III, 484-486. P.H. De Lacy aurait pu aussi invoquer III, 472 : Nam dolor ac morbus le (...)

38(b) Colotès, au dire de Plutarque, mettait en cause cet énoncé en affirmant qu’il revient à dénier aux vivants la possibilité d’être affectés par des maladies et des blessures. Il n’est décidément pas facile de comprendre le sens de cette objection. Une hypothèse est à nouveau proposée par B. Einarson et P.H. De Lacy24 : Colotès considère qu’Empédocle fait les hommes immortels. En recourant à Lucrèce : « Mais tout être se laissant bouleverser, entraver / montre qu’il périra, privé de vie future, / quand une cause un peu plus rude s’insinuera »25, ils proposent de reconstituer l’argument de Colotès de la manière suivante : à l’inverse, ce qui ne peut subir de destruction ne subit pas non plus de dommage ; or les immortels sont exempts de maladies (internes) et de blessures (externes). La doctrine d’Empédocle est en contradiction (a) avec elle-même puisqu’il a de fait supprimé la vie humaine dans les vers précédents ; (b) avec la propre vie du philosophe, puisque, dit-on, il devint fou et mourut d’une chute dans le cratère de l’Etna. L’objection de Plutarque serait alors : le texte d’Empédocle énonce littéralement que vivre, c’est « être soumis à des événements redoutables et favorables », donc être affecté. De toute façon, il y a contradiction à imputer en même temps à Empédocle une déréalisation des existants au profit de leur « nature élémentaire » et de lui reprocher de les faire non affectables parce qu’éternels.

  • 26 Comme le suggère 1111F : Empédocle « fait entendre la même chanson ».

39Peut-on adhérer à cette reconstruction ? J. Boulogne estime que Colotès prolongeait simplement la polémique fondamentale, selon le même argumentaire. Pour lui, De Lacy se fourvoie, l’argument reste en réalité, comme déjà en 1110E-F à propos de Démocrite26, que tenir le réel pour conventionnel entre en contradiction avec le témoignage des sens et revient à prétendre que la réalité est irréelle.

40Que Colotès, aux prises avec le discours d’Empédocle, (a) se soit arrêté à la thèse de l’immortalité des êtres pour la réfuter, ou (b) qu’il ait continué à souligner que ces êtres, de par la manière dont ils sont produits, n’ont pas de consistance : dans les deux cas il a pu objecter que les êtres ainsi conçus sont invulnérables, ce que dément l’expérience. La situation de l’interprète est donc bien embarrassante. Le fait que Plutarque reproche à l’épicurien de ne pas critiquer l’opinion « qu’existent aussi bien ceux qui ne sont pas encore nés que ceux qui sont déjà morts » donne du crédit à l’interprétation de P. De Lacy, mais la voie choisie par Colotès dans cette hypothèse, telle au moins que la rapporte Plutarque, apparaît tout de même saugrenue.

  • 27 DRN I, 742-762.

41La polémique peut en tout cas être littéralement bouclée ici, c’est-à-dire revenir à l’objection inaugurale : c’est penser à partir des atomes et du vide qui rend impensable donc impossible le monde, beaucoup plus, à tout prendre, que ne le font les principes et éléments d’Empédocle ; impossibles par conséquent les vivants qui le peuplent en étant susceptibles d’agir et de pâtir. Plutarque, plus clairement encore que précédemment, suggère que, pour concevoir la constitution des êtres sensibles, il faut penser la sensibilité comme se précédant elle-même dans les éléments. Faute de quoi, pas d’affects, donc pas non plus de plaisir ! Inévitable dialogue de sourds, car son enjeu fondamental est la manière même dont on décide des conditions d’intelligibilité de l’engendrement naturel, de la nature tout court, en somme. Le montre bien la comparaison avec Lucrèce, dont un argument majeur contre Empédocle est précisément qu’il ne peut concevoir un mélange élémentaire cohérent27.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Plutarque cite le texte qui constitue pour nous aujourd’hui le fragment B VIII (Diels) d’Empédocle, dont nous devons également à Aétius une version comprenant quelques variantes : « Je te dirai encore : il n’est point de naissance / D’aucun être mortel, et point non plus de fin / Dans la mort [à la fois effrayante] et funeste ; / Il y a seulement un effet de mélange / Et de séparation de ce qui fut mêlé : / Naissance n’est qu’un mot qui a cours chez les hommes. » (trad. J.-P. Dumont, Les Présocratiques, Paris, Gallimard, 1988, p. 376)

2 Voir DRN I, 742-762.

3 « Quelque chose d’immuable subsiste, il le faut, / sinon le monde entier est réduit à néant » (ibid., 790-791).

4 Voir leur édition de l’Adversus Colotes in Plutarch. Moralia, Volume XIV, Cambridge (Mass.) et Londres, Harvard University Press, 1967, p. 157-158, ainsi que la note a) : « The very charge that Colotès brings against the philosophers, that they make it impossible to live, is a variant of the charge brought against the Sceptists, that they destroy our life (…). A man shows certain beliefs by the acts of his life. These can be shown to conflict with his professed uncertainty about the world around him, since that uncertainty makes it impossible to live ».

5 Voir n. 1.

6 Ouvr. cit., p. 169-170.

7 Voir Sextus Empiricus, Hypotyposes pyrrhoniennes, I, 233.

8 Plutarque dans le miroir d’Épicure, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2003, p. 100.

9 Lois X, 889b, fr. A XLVIII d’Empédocle (Diels).

10 Météorologiques, IV, 4, 381b 31, fr. B XXXIV d’Empédocle (Diels).

11 « Et plus généralement le feu est dissociant et séparateur, alors que l’eau agglomère et rassemble, retenant et agglutinant par l’effet de l’humidité. C’est ce à quoi fait allusion Empédocle qui chaque fois qualifie le feu de Haine funeste et l’humide d’attachant Amour », Du premier froid, 16, 952B, fr. B XIX d’Empédocle (Diels).

12 Pour une synthèse de la question, voir A. Martin, O. Primavesi, L’Empédocle de Strasbourg, Strasbourg, Berlin et New York, De Gruyter, 1999, p. 64-75.

13 DRN II, 116-120 : multa minuta modis multis per inane videbis / corpora misceri radiorum lumine in ipso, / et velut aeterno certamine proelia, pugnas / edere turmatim certantia, nec dare pausam, / conciliis et discidiis exercita crebris.

14 « … étant donné que même les atomes, au plus profond de l’agrégat, ne peuvent absolument jamais cesser de se mouvoir et de s’entrechoquer, comme justement ils le disent eux-mêmes » (1116D).

15 Erôtikos, 769F.

16 Voir référence in J. Boulogne, ouvr. cit., p. 108-109.

17 Épicure, Lettre à Hérodote 40.

18 Voir en particulier B XVII et B XXI.

19 Voir l’opposition de l’apparaître et de la qualité considérée en elle-même dans la Lettre à Pythoclès 91 : to pros hêmas / to kath’ auto, à propos de la grandeur du soleil et des autres astres. Voir E. Asmis, Epicurus’ Scientific Method, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1984, p. 155.

20 Voir DRN II, 303 : Nec rerum summam commutare ulla potest vis.

21 DRN II, 655-660.

22 Voir Aétius, Opinions I, 22, 2 (fr. A XLIV) : « Empédocle, Anaxagore, Démocrite, Épicure et tous ceux qui envisagent une construction du monde par réunion de corps tout petits, introduisent des associations et des dissociations, et non des générations et des corruptions à proprement parler. Car ces générations ne résultent pas d’une altération qualitative, mais d’une conglomération quantitative ». Voir aussi le fr. A XLIII.

23 Voir par exemple le fr. B XVI.

24 Ouvr. cit., p. 170. Voir aussi P.H. De Lacy, compte-rendu de R. Westman, Plutarch gegen Kolotes: Seine Schrift « Adversus Colotem » als philosophiegeschichtliche Quelle (Helsingfors, Finnische Literaturgesellschaft, Acta Philosophica Fennica 7, 1955), in AJPh, 77, 1956, p. 433-438, ainsi que « Colotes’ First Criticism of Democritus », in J. Mau, E.G. Schmidt (éd.), Isonomia. Studien zur Gleichheitsvorstellung im griechischen Denken, Berlin, Akademie Verlag, 1964, p. 67-77.

25 DRN III, 484-486. P.H. De Lacy aurait pu aussi invoquer III, 472 : Nam dolor ac morbus leti fabricator uterquest.

26 Comme le suggère 1111F : Empédocle « fait entendre la même chanson ».

27 DRN I, 742-762.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Gigandet, « Plutarque contre Colotès contre Empédocle », Aitia [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://aitia.revues.org/636 ; DOI : 10.4000/aitia.636

Haut de page

Auteur

Alain Gigandet

Université Paris Est Créteil

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page