Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

La moisson des Argonautiques et la poétique d’Apollonios dans le chant III

Harvesting in Argonautica and Apollonios' poetics in book III
La mietitura delle Argonautiche e la poetica di Apollonio nel canto III
Françoise Létoublon

Résumés

Un examen détaillé des comparaisons du chant III des Argonautiques par rapport aux comparaisons homériques montre qu’Apollonios s’inspire très fortement de ses modèles, dans la forme et dans le lexique en particulier. La plupart du temps pourtant, il détourne les comparaisons homériques de leur contexte d’origine pour les remodeler à son dessein personnel. Dans la première partie du chant III, les comparaisons servent une volonté commune de montrer les troubles que l’amour apporte dans l’âme et le comportement de Médée. Dans la seconde, les épreuves de Jason donnent lieu de manière surprenante à des images guerrières pour décrire les préparatifs, mais ensuite, Apollonios a recours à un registre artisanal et agricole pour évoquer des tâches qui effectivement consistent en un attelage, un labour, un semis et une moisson. Le plus remarquable est que plusieurs comparaisons groupées vers la fin du chant ne semblent répondre à aucun modèle homérique, comme si le récit de cette épreuve inédite avait peu à peu libéré Apollonios de sa dépendance par rapport à Homère.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Fantuzzi et A. Rengakos dans T.D. Papanghelis, A. Rengakos (éd.), A Companion to (...)
  • 2 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque. Réécriture et intertextualité dans la littérature (...)

1L’abondante bibliographie sur Homère et Apollonios, en particulier avec plusieurs articles du récent Companion publié chez Brill par deux éminents spécialistes de l’époque hellénistique1, rendait une synthèse de la question impossible dans le cadre d’un article de la revue Gaia et du dossier consacré cette année au chant III des Argonautiques. Il m’a semblé pourtant qu’un examen des images de ce chant, comparaisons principalement, serait intéressant, au moins pour les étudiants pour lesquels il tient place au programme du traditionnel chant de l’Iliade ou de l’Odyssée, dans le prolongement de l’importante analyse de la comparaison comme « lieu intertextuel » que l’on peut lire dans La Muse dans la Bibliothèque2. Partons d’une brève analyse de la tradition sur laquelle Apollonios se fonde à l’évidence, celle des comparaisons homériques, comme un élément important de la poétique d’Homère. Cela a été affirmé par de nombreux critiques depuis l’Antiquité, mais le plus souvent sans analyse véritable. Commençons donc par une sorte d’historique de la question des comparaisons chez Homère, dont j’ai bien conscience qu’il est très schématique.

  • 3 H. Fränkel, Die homerischen Gleichnisse, Göttingen, Vanderhoeck & Ruprecht, 1921, ouvrage r (...)

2La première analyse moderne digne d’examen, due à Hermann Fränkel (1921), mérite encore d’être citée, malgré la difficulté de la lecture3. Il attirait l’attention sur les domaines de référence des comparaisons homériques, les animaux, la nature sauvage ou cultivée, la météorologie, etc, et par là sur les relations entre les deux termes de la comparaison, entre l’image et le réel narratif, en insistant sur le fait que chez Homère, il y a en général un élément lexical commun entre l’un et l’autre, qui établit le lien d’un point de vue formel. On a parfois reproché à H. Fränkel ce formalisme, mais il me semble important de le poser au départ, si l’on veut montrer d’une manière un peu précise comment Apollonios se distingue d’Homère tout en l’imitant.

  • 4 W.B. Stanford, Greek Metaphor : Studies in Theory and Practice, Oxford, OUP, 1936.
  • 5 Voir sur le sujet les travaux de R. Schmidt (Dichtung und Dichtersprache in indo-germanisch (...)

3William Stanford (1936) s’attache à la métaphore dans la littérature grecque, d’un point de vue assez général4. Il fait référence, parmi ses précurseurs anciens, principalement à Aristote et à Hermogène, et s’attache à distinguer comparaison et métaphore pour montrer que le développement de la métaphore dans la poétique grecque est dû à Eschyle, Pindare et autres poètes classiques, prenant la place de la comparaison dans la recherche du poète : chez Homère, il y a bien selon lui quelques exemples de métaphores, mais le procédé roi est la comparaison. W. Stanford montre comment certaines métaphores homériques correspondent à des comparaisons (par exemple celle du « berger des peuples »). Par ailleurs, certaines métaphores grecques qui présentent un parallèle avec une autre tradition poétique indo-européenne pourraient remonter à un même fonds indo-européen commun5.

  • 6 D.J.N. Lee, The Similes of the Iliad and the Odyssey compared, Melbourne, Melbourne Univers (...)
  • 7 S. Lonsdale, Creatures of Speech : Lion, Herding, and Hunting, Stuttgart, Teubner (BzA 5), (...)

4Les années 60 à 80 du XXe siècle se marquent par plusieurs études précises des comparaisons homériques : Dionys Lee en 1964, William Scott en 1974, Carroll Moulton en 1977 et Rainer Friedrich en 19816. L’étude la plus systématique me paraît être celle de W. Scott qui recense toutes les comparaisons homériques en les classant par domaine de référence dans un tableau annexe facile à consulter. Son hypothèse d’ensemble est que les comparaisons font partie d’un répertoire traditionnel que la mémoire formulaire des aèdes peut facilement mettre en oeuvre dans le cadre par exemple d’une « scène typique » au sens de Walter Arend. On mentionnera encore Steven Lonsdale (1990) pour les comparaisons animales7.

  • 8 C.J. Ruijgh, Autour de « τε épique ». Études sur la syntaxe grecque, Amsterdam, A.M (...)

5Une référence sera peut-être plus surprenante pour le public, celle au chapitre dédié à la comparaison dans l’énorme livre d’un helléniste linguiste néerlandais (francophone), Cornelis J. Ruijgh, Autour de τε épique (1971)8. Malgré l’étroitesse apparente du sujet, le chapitre sur la comparaison est à mon avis essentiel pour la prise en compte des différents procédés poétiques mobilisés dans l’épopée archaïque. C.J. Ruijgh distingue en effet deux types de comparaisons homériques : la comparaison développée ou étendue occupe plusieurs vers, commence par le terme-image, introduit le plus souvent par ὡς, le développe en deux vers au moins, parfois davantage, puis revient au réel avec un ὥς résomptif ou anaphorique ; la particule τε a dans la comparaison une valeur généralisante ; la comparaison brève, elle, n’occupe qu’un vers ou moins encore, est introduite par un adverbe ou un adjectif comparatif (ἠύτε, εἴκελος, ἐοικώς, ἀτάλαντος...). Le premier modèle, à juste titre par le nombre et l’importance du procédé, a le plus souvent mobilisé seul l’attention ; pourtant, dans le détail, on rencontre à partir d’une analyse formelle d’intéressants exemples de glissements d’un type à l’autre. Surtout, pour nous, l’étude précise du chant III des Argonautiques montre qu’Apollonios a bien repéré les usages homériques des deux types et les a exploités d’une manière originale, parfois pour une grande réussite poétique.

  • 9 J.F. Carspecken, « Apollonius Rhodius and the Homeric epic », YClS 13, 1952, p. 33-143.
  • 10 C. Reitz, Zur Gleichnistechnik des Apollonios von Rhodos, Frankfurt am Main, Peter Lang (St (...)
  • 11 B. Effe, « The similes of Apollonius Rhodius. Intertextuality and epic innovation », in (...)
  • 12 On tiendra compte aussi des pages consacrées au sujet par C. Cusset dans le volume (...)

6L’ouvrage de John Carspecken sur Apollonios et l’épopée homérique (1952) consacrait déjà un chapitre intéressant à notre question9. Il existe aussi un livre plus récent (1996) sur les comparaisons chez Apollonios10, qui les étudie systématiquement chant après chant, mais la langue le rend peu accessible pour les étudiants. C’est pourquoi je me permets de proposer une étude en français, en me limitant au chant III des Argonautiques. Dans le Companion cité ci-dessus, l’article de Bernd Effe sur les comparaisons d’Apollonios11, plus accessible parce qu’en anglais, traite bien de la relation à Homère dans ce domaine, mais non spécifiquement du chant III dans son ensemble : on peut donc penser qu’il y a place pour une recherche originale en français sur ce sujet, tenant compte de la bibliographie disponible12. Nous suivrons le fil narratif du chant III en le divisant d’après la thématique des comparaisons en deux grandes parties : les comparaisons amoureuses, puis le labour et la moisson.

1. Les comparaisons amoureuses dans le chant III des Argonautiques

  • 13 Cette limitation certainement volontaire a parfois été interprétée comme un élément de cr (...)
  • 14 Le commentaire de R. Hunter à ce passage, sans traiter de la comparaison, note (...)
  • 15 Sur cette comparaison, voir C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque. ouvr. cit., p. 201-2 (...)
  • 16 Voir M. Fusillo, Il tempo delle Argonautiche. Un’ analisi del racconto in Apollonio Rodio(...)

7Comme pour les Argonautiques dans leur ensemble, les grandes comparaisons du chant III se réduisent strictement aux passages narratifs13. Une seule comparaison, du type bref, se rencontre dans le discours, à savoir celle de la balle (semblable à un astre) que Cypris-Aphrodite promet à son fils en récompense de son intervention pour provoquer l’amour de Médée pour Jason, au vers 141 : le terme-image de l’astre se retrouve à propos de plusieurs autres référents dans le chant. L’originalité du passage qui imite probablement le style familier d’une mère s’adressant à un enfant récalcitrant14, se trouve peut-être dans le fait que c’est la première comparaison du texte, suivie d’une autre comparaison brève de l’eau semblable à de la glace au vers 22715 : ces éléments semblent relativement secondaires dans le récit du complot des déesses visant essentiellement à former une sorte de prologue préalable à l’entrée en scène des protagonistes. La balle brillante comme un astre sert essentiellement à caractériser Eros comme un enfant capricieux, qui va jouer avec les cœurs des protagonistes comme il joue avec des dés ou compte le faire avec la balle promise16.

8La première comparaison d’importance intervient aux vers 275-277, à propos d’Eros encore. En rupture de ton apparente avec la brume poétique et mystérieuse du vers 275, le dieu est comparé au dard de l’insecte que l’on appelle myops. La comparaison à proprement parler se réduit à une partie du vers 276 :

οἷόν τε νέαις ἐπὶ φορβάσιν οἶστρος.

  • 17 W.C. Scott, (The Oral Nature of the Homeric Simile, ouvr. cit., p. 74-75) note que ce typ (...)
  • 18 R. Hunter, Apollonius Rhodius, Argonautica Book III, ouvr. cit. R. Hu (...)
  • 19 Apollonios de Rhodes, Argonautiques,tome II, chant III, texte établi et annoté (...)

9Mais il n’est pas sûr que la rupture de ton soit si nette, la poésie homérique présente déjà des comparaisons mettant en jeu des mouches ou des insectes en général17. Richard Hunter évoque une comparaison de l’Iliade dans laquelle Athéna détourne la flèche de Pandare de Ménélas, sa cible, « comme une mère qui écarte les mouches de son enfant », ce qui ne semble guère correspondre au contexte, puisque Eros attaque Médée comme un taon. D’ailleurs, comme il le remarque dans la même note de son commentaire, la comparaison à l’insecte piquant s’attaquant à des génisses est cohérente avec l’identification que fait Apollonios de Médée à une génisse18. Dans les notes complémentaires à l’édition Vian-Delage19, on lit le modèle callimachéen du fr. 301 : βουσόον ὅν τε μύωπα βοῶν καλέουσιν ἀμορβοί, rapproché d’Esch., Suppl. vers 307, et il est dit aussi que la comparaison d’Amour avec un taon se retrouve dans les Anacreont., 31 (probablement postérieurs aux Argonautiques) ; plus probant est le fr. 541, 10 de Simonide évoquant le « dard puissant d’Aphrodite » ; dans la note suivante, l’image d’Eros archer, réputée venir de l’Hippolyte d’Euripide, vers 530, est aussi invoquée avec raison : le dard de l’insecte est bien une arme utilisée volontairement par le dieu enfant.

  • 20 Vers 286-287 : … βέλος δ’ ἐνεδαίετο κούρῃ / νέρθεν ὑπὸ κραδίῃ φλογὶ εἴκελον.

10Au moment où Médée aperçoit Jason pour la première fois, le fait qu’Eros a obéi aux instructions maternelles se traduit par un phénomène rapide et fugitif, mais intéressant pour l’expression de ce « coup de foudre » : une comparaison brève, φλογὶ εἴκελον, assimile en effet la flèche d’Eros à un feu dans une comparaison brève au vers 287, mais au vers 286 déjà, la flèche est dite « brûler », βέλος δ’ ἐνεδαίετο κούρῃ20 : une métaphore prépare donc la comparaison, discrète puisque limitée à un mot, mais précise. On sait bien qu’Apollonios a cherché le renouveau du genre épique dans l’expression de la passion amoureuse, en s’appuyant sur la lyrique grecque archaïque, mais on voit ici comment l’étude spécifique des comparaisons permet de comparer très précisément les textes les uns aux autres : les diverses métaphores du « feu de l’amour », de sa flèche, d’Amour soldat, etc, sont nées et ont prospéré chez Anacréon, Sappho, Archiloque et leurs émules, dans une tradition différente de celle de l’épopée, et se sont transmises à la poésie classique et hellénistique. Tout ce passage lance le thème de l’amour et des maux qu’il entraîne, comme en écho à l’épisode des Lemniennes au chant I, mais surtout aux poètes de la lyrique archaïque. Dans le contexte de cette comparaison, on peut relever ainsi la rencontre au vers 290 de l’oxymore γλυκερῇ… ἀνίῃ, probable souvenir de Théognis 2, 13556 5 (γλυκύ…. ἀνηριότατον, à propos d’Eros).

  • 21 C. Reitz, Zur Gleichnistechnik des Apollonios von Rhodos, ouvr. cit., p. 59.

11Aux vers 290 à 298 intervient une très longue comparaison entre Médée saisie par l’amour et une pauvre ouvrière en travaux de laine qui se lève très tôt pour ranimer un tison. Même si elle le fait avec un schéma qui ne me semble pas très convaincant, Christiane Reitz a raison de mettre les deux comparaisons en relation l’une avec l’autre21 : comme le disait Mallarmé des vers de ses poèmes, elles « s’éclairent de reflets réciproques ».

12Examinons comment les termes de l’image et ceux du réel se font écho dans la comparaison étendue :

ὡς δὲ γυνὴ μαλερῷ περὶ κάρφεα χεύατο δαλῷ
χερνῆτις, τῇπερ ταλασήια ἔργα μέμηλεν,
ὥς κεν ὑπωρόφιον νύκτωρ σέλας ἐντύναιτο,
ἄγχι μάλ’ †ἐγρομένη· τὸ δ’ ἀθέσφατον ἐξ ὀλίγοιο
δαλοῦ ἀνεγρόμενον σὺν κάρφεα πάντ’ ἀμαθύνει –
τοῖος ὑπὸ κραδίῃ εἰλυμένος αἴθετο λάθρῃ
οὖλος ἔρως, ἁπαλὰς δὲ μετετρωπᾶτο παρειάς
ἐς χλόον, ἄλλοτ’ ἔρευθος, ἀκηδείῃσι νόοιο. (vers 290-298)

13Comme dans les comparaisons homériques, le terme-image est en tête, introduit par ὡς. Le terme réel substitue au ὡς attendu un encore plus explicite τοῖος : le masculin en accord avec οὖλος ἔρως du vers suivant ne répond pas exactement à la femme qui semblait être au centre de l’image, mais le glissement sémantique est clair : la femme entretient un feu caché, l’amour brûle en secret (fin du vers 295 αἴθετο λάθρῃ). Formellement, Apollonios a peut-être cherché à masquer la transformation qu’il apporte à la tradition par une répétition de deux termes en chiasme aux vers 290 et 294, entre le premier et le dernier vers de l’image : κάρφεα… δαλῷ / δαλοῦ… κάρφεα. L’habitude homérique voudrait que la répétition mette en relation l’image et le réel, alors qu’ici, avant le retour au réel, elle porte dans les deux cas sur l’image qu’elle prolonge en quelque sorte (de même que ἀνεγρόμενον rappelle peut-être au vers 294 le terme d’explication difficile †ἐγρομένη, à moins qu’il ne soit responsable d’une introduction erronée dans le texte, comme la crux éditoriale le suggère).

  • 22 Parallèle noté aussi dans le commentaire de R. Hunter ad loc. Voici les termes pertinents (...)
  • 23 B. Effe, « The similes of Apollonius Rhodius », art. cit., p. 154-155.

14La spécialiste allemande cite deux comparaisons homériques à l’appui de celle-ci : Od. V, 488-491 pour le thème du feu qui peut renaître d’un faible tison, où il est vrai qu’outre le terme δαλόν que l’on retrouve ici, sont présents les motifs de la cachette, du feu et de la préservation, mais le passage de l’Odyssée concerne Ulysse qui se cache pour se préserver, alors qu’Apollonios réutilise le motif en lui donnant une valeur psychologique : comme la pauvre ouvrière, Médée entretient son sentiment amoureux en le cachant dans son cœur (ὑπὸ κραδίῃ, qui rappelle au vers 295 le motif de la comparaison brève analysée précédemment). Elle établit aussi une relation avec une tisseuse (γυνὴ χερνῆτις) d’une comparaison iliadique, XII, 432-43522 où il s’agit de peser de la laine, pour insister sur le fait que même quand quelques mots homériques se retrouvent chez Apollonios, le déplacement dans le domaine de la psychologie leur donne un effet poétique tout différent. La comparaison de l’Iliade utilise en effet l’équilibre des plateaux de la balance pour montrer celui des forces en présence dans la bataille, mais Apollonios, en introduisant une autre comparaison métaphorique, celle du feu qui couve, détruit cet équilibre pour suggérer le trouble amoureux. Comme le suggère B. Effe, le feu utile du terme image, servant à chauffer et à éclairer, paraît légèrement discordant avec celui du terme réel, destructeur23. On notera aussi que dans les vers 297-298, la notation sur le changement de couleur des joues de Médée (en particulier les mots ἐς χλόον, ἄλλοτ’ ἔρευθος) évoquent assez littéralement le fr. 31, 14 de Sappho χλωροτέρα δὲ ποίας / ἔμμι), comme une note de F. Vian et É. Delage le signale. Citons l’analyse de C. Cusset :

  • 24 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 215.

Homère centre sa comparaison sur le travail achevé de la fileuse qui pèse sa laine, tandis qu’Apollonios, après avoir installé dans les deux premiers vers, la fileuse à son travail, la laisse de côté pour s’intéresser surtout au tison ; simple élément du décor au premier vers de la comparaison, le tison devient, au détour de l’enjambement des vers 294-295, l’élément essentiel de l’analogie et remplace la figure de la pauvre fileuse, simple prétexte à la comparaison. Le rejet, […] ainsi que la reprise sur deux vers successifs du même participe […], soulignent ce déplacement de la focalisation qui correspond bien à l’embrasement de l’âme de Médée.24

  • 25 Le modèle de l’expression θαλερὸν πόσιν se trouve dans Il. VIII, 190 sous la fo (...)

15Aucune autre comparaison, ni brève ni longue, n’intervient ensuite avant le moment, bien plus loin dans le texte, où Médée, tourmentée par l’amour, hésite à communiquer avec sa sœur Chalkiopé. La longue comparaison développée la montre alors comme une jeune femme qui pleure son jeune mari (θαλερὸν πόσιν, vers 65625) :

ὡς δ’ ὅτε τις νύμϕη θαλερὸν πόσιν ἐν θαλάμοισιν
μύρεται, ᾧ μιν ὄπασσαν ἀδελϕεοὶ ἠὲ τοκῆες,
οὐδέ τί πω πάσαις ἐπιμίσγεται ἀμϕιπόλοισιν
αἰδοῖ ἐπιϕροσύνῃ τε, μυχῷ δ’ ἀχέουσα θαάσσει,
τὸν δέ τις ὤλεσε μοῖρα πάρος ταρπήμεναι ἄμϕω
δήνεσιν ἀλλήλων· ἡ δ’ ἔνδοθι δαιομένη κῆρ
σῖγα μάλα κλαίει χῆρον λέχος εἰσορόωσα,
μή μιν κερτομέουσαι ἐπιστοβέωσι γυναῖκες –
τῇ ἰκέλη Μήδεια κινύρετο. τὴν δέ τις ἄϕνω
μυρομένην μεσσηγὺς ἐπιπρομολοῦσ’ ἐνόησεν
δμωάων
, ἥ οἱ ἑπέτις πέλε κουρίζουσα (vers 656-664)

  • 26 H. Fränkel, « Problems of text and interpretation in Apollonius’ Argonautica », AJPh 71, (...)
  • 27 A la suite d’autres auteurs que nous ne pouvons pas reprendre en détail ici (C. (...)

16Le terme-image occupe 7 vers, ce qui est considérable. Certaines éditions intervertissent quelques vers (les vers 658-659 sont déplacés après le vers 662 suivant une suggestion de H. Fränkel26) sans changer l’économie générale de la comparaison. L’essentiel des discussions des savants tourne autour de la question de savoir si le jeune mari est mort avant ou après la consommation du mariage : il me semble que πάρος ταρπήμεναι ἄμφω au vers 660 implique une mort prématurée, certes, pouvant impliquer qu’il est mort avant le mariage à proprement parler, mais qu’une interprétation moins étroite est aussi possible, dans laquelle la pleine jouissance des époux impliquerait qu’ils aient eu des enfants : la nymphè pourrait être une jeune femme, mariée récemment et non encore mère. En tout cas, le passage évoque à mon sens fortement, plutôt que la figure de Pénélope principalement évoquée par C. Reitz27, celle d’Andromaque dans l’Iliade, qui au chant VI évoque déjà par anticipation la veuve qu’elle deviendra, et qui pleure réellement son mari mort au chant XXII et XXIV. Je pense en particulier au monologue d’Andromaque en Il. XXII, 477-514, surtout au vers 483 :

… αὐτὰρ ἐμὲ στυγερῶ ἐνὶ πένθει λείπεις
χήρην ἐν μεγάροισι...

17... et à ses lamentations funèbres en Il. XXIV, 725-745, qui s’ouvrent par :

ἆνερ, ἀπ’ αἰῶνος νέος ὤλεο, κὰδ δέ με χήρην
λείπεις ἐν μεγάροισι...

18Le vocabulaire de la douleur et des gémissements forme le lien entre l’image et le réel dans la comparaison, avec des effets de variation morphologique peut-être dus au désir de poikilia bien alexandrin : μύρεται (vers 656) est repris dans le réel par un autre verbe conjugué (κινύρετο, vers 664) mais aussi par le participe μυρομένην au vers 665, de même que la structure typique ὡς… ὧς… est remplacée ici par ὡς… τῇ ἰκέλη. Autre effet de variation, dans l’image, c’est la jeune femme qui regarde sa « couche (de) veuve » en pleurant (vers 662 : κλαίει χῆρον λέχος εἰσορόωσα), alors que dans le réel, le regard est celui d’une servante voyant sa maîtresse absorbée dans ses gémissements : vers 664-666, τὴν δέ τις… / μυρομένην… ἐνόησεν / δμωάων.

  • 28 J.F. Carspecken, « Apollonius Rhodius and the Homeric epic », art. cit., p. 78-79 ; B. Ef (...)
  • 29 Arg. III, 648-650 : δὴν δὲ καταυτόθι μίμνεν ἐνὶ προδόμῳ θαλάμοιο / αἰδοῖ ἐεργομένη· μετὰ (...)
  • 30 Voir l’analyse de B. Effe, « The similes of Apollonius Rhodius », art. cit., p. 150-151.
  • 31 Plus loin dans le chant III, les vers 1063-1065 semblent faire écho à cette image, avec μ (...)

19Remarquons encore une différence entre l’image et le réel qui me semble importante : la jeune veuve de l’image recherche nettement la solitude aux vers 658-659, ceux que l’on a voulu déplacer, alors que dans le terme-réel, Médée est avec ses servantes, ce qui permet à Apollonios le déplacement du regard déjà noté plus haut : τὴν δέ τις… δμωάων rappelle thématiquement les servantes (ἀμϕιπόλοισιν) du vers 658, mais la forme positive donne une tonalité différente. Peut-être est-ce dû d’abord au désir du poète que la douleur de Médée soit vue par quelqu’un qui puisse ensuite en parler à sa sœur, mais cela contribue aussi à donner au personnage une sorte d’ancrage dans la réalité familiale et sociale à laquelle l’amour pour Jason va l’arracher. J.F. Carspecken note les qualités visuelles de cette image, « a miniature composition », parmi d’autres28. C. Reitz remarque avec raison que l’analogie principale des deux termes se trouve dans les larmes : la jeune femme de l’image pleure un bonheur anéanti, la jeune fille réelle sur quelque chose qui n’existe pas, qu’elle pressent et croit inaccessible. Peut-être faut-il donner au χῆρον λέχος de l’image, qui n’a aucun correspondant explicite dans le réel, une valeur forte pour l’imaginaire de Médée ? L’essentiel se trouve peut-être dans une contradiction subtile entre l’image et le réel : alors que la jeune veuve paraît entièrement abîmée dans sa douleur, Médée se trouve prise entre des sentiments contradictoires, la pudeur juvénile et l’amour. L’image longuement développée, avec des échos internes (μύρεται… μυχῷ δ’ ἀχέουσα) contient aussi des éléments qui conviennent à la Médée réelle autant qu’à la femme qui en est l’image, comme la mention au vers 659 de deux sentiments (αἰδοῖ ἐπιϕροσύνῃ τε ) qui cherchent à caractériser la femme de l’image, mais font écho aux vers 648-650 du récit29, avec le même αἰδοῖ en tête de vers, comme si l’auteur avait cherché à brouiller les frontières entre les deux termes de la comparaison30 : cet effet de brouillage rend la veuve ambiguë comme l’est Médée, et contribue me semble-t-il à la qualité poétique du passage31.

  • 32 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 233-234.
  • 33 Selon son analyse, l’histoire d’Iphidamas (Il. XI, 221-247) a pu exercer une in (...)

20Un autre rapprochement, fait par C. Cusset 32, avec le passage du chant VIII de l’Odyssée dans lequel les pleurs d’Ulysse provoqués par le chant de Démodokos sont comparés à ceux d’une femme qui pleure son époux mort au combat, montre une ouverture proche, mais une suite différente puisque la femme d’Homère a plusieurs enfants33.

21Une comparaison plus optimiste que la précédente (vers 756 à 760) fait voir le cœur de Médée comme un rayon de soleil pénétrant à l’intérieur d’une maison en faisant tournoyer la poussière :

πυκνὰ δέ οἱ κραδίη στηθέων ἔντοσθεν ἔθυιεν,
ἠελίου ὥς τίς τε δόμοις ἔνι πάλλεται αἴγλη,
ὕδατος ἐξανιοῦσα τὸ δὴ νέον ἠὲ λέβητι
ἠέ που ἐν γαυλῷ κέχυται, ἡ δ’ ἔνθα καὶ ἔνθα
ὠκείῃ στροϕάλιγγι τινάσσεται ἀίσσουσα –
ὧς δὲ καὶ ἐν στήθεσσι κέαρ ἐλελίζετο κούρης.

22Le vers 755, avant la comparaison proprement dite, est cité parce qu’il permet de voir comment Apollonios lance le thème de la comparaison (le cœur de Médée dans sa poitrine, κραδίη στηθέων ἔντοσθεν) avant la comparaison elle-même, ici introduite par ὥς τίς τε δόμοις ἔνι… αἴγλη. Ainsi, une fois de plus, il semble d’abord s’agir d’une comparaison brève, qui pourrait très bien s’arrêter là. Mais Apollonios semble aimer les développements descriptifs, et le fait ici en utilisant le participe apposé à αἴγλη, équivalent de la relative rencontrée plus haut : ἐξανιοῦσα avec le génitif ὕδατος, entraînant lui-même une relative τὸ δὴ νέον ἠὲ λέβητι / ἠέ που ἐν γαυλῷ κέχυται, et un retour au thème principal du rayon de soleil avec le vers 759.

23La comparaison homérique la plus proche semble Od. IV, 45-48, citée dans le commentaire de R. Hunter ad loc. : elle commence presque litttéralement de la même manière :

ὥς τε γὰρ ἠελίου αἴγλη πέλεν ἠὲ σελήνης
δῶμα καθ᾽…

24Mais Apollonios la détourne manifestement de son usage homérique (manifester la splendeur éblouissante du palais de Ménélas) vers une analyse psychologique du cœur de Médée.

  • 34 Voir par ex. Il. XXII, 452-453 : στήθεσι πάλλεται ἦτορ ἀνὰ στόμα, νέρθε δὲ γοῦνα / πήγνυτ (...)
  • 35 Il est construit par redoublement à partir de *ewel- ou de *wewel (P. Chantraine, Diction (...)
  • 36 Le commentaire de R. Hunter va dans le même sens dans sa première partie (p. 174-175), et (...)

25Les éléments liant image et réel insistent sur l’intériorité : κραδίη στηθέων ἔντοσθεν pour ce cœur avant la comparaison proprement dite, δόμοις ἔνι (reprenant fidèlement le δῶμα καθ᾽ homérique) au début de la comparaison, inséré entre les termes essentiels de l’image, ἠελίου… αἴγλη. La forme verbale dans le terme-image, πάλλεται est au présent, conformément à l’usage homérique. Mais l’élément lexical choisi surprend : ce verbe non seulement ne se trouve pas dans l’image homérique qui sert de modèle, mais s’applique d’ordinaire à un cœur qui « bat »34, comme s’il y avait un glissement métaphorique du réel vers l’image, destiné à exprimer peut-être l’effet de vibration visuelle produit par un rayon de soleil à l’intérieur d’une maison. Au vers 760, avec le ὧς « résomptif » habituel dans les comparaisons étendues, ἐν στήθεσσι κέαρ… κούρης fait bien écho à la fois à la formule introductive κραδίη στηθέων ἔντοσθεν et à celle de l’image δόμοις ἔνι, mais le choix lexical de la forme verbale ἐλελίζετο, à nouveau, surprend : le verbe désigne un mouvement de « tournoiement », par exemple pour un radeau pris dans un tourbillon (Od. V, 314 ; XII, 416)35. La traduction d’É. Delage , utilisant le mot « vertige », semble excellente, ainsi que la note complémentaire de l’édition Vian-Delage, p. 133, signalant le commentaire de H. Fränkel et la riche postérité de cette comparaison : « La comparaison évoque les battements désordonnés du cœur de Médée qui bondit furieusement (ἔθυιεν, glosé par ἐκινεῖτο : cf. A 342) dans sa folle agitation (ἐλελίζετο ∞ τινάσσεται ; cf. 4, 351). » On peut ajouter que l’expansion secondaire donnée à la comparaison par la relative accrochée au nom de l’eau apporte encore un élément essentiel, par le datif στροφάλιγγι qui précise que l’eau est agitée (τινάσσεται) par un tourbillon36.

26L’analogie entre le cœur de Médée et celui d’Agamemnon dans Il. X, 5-10 invoquée par C. Reitz est intéressante par l’insistance commune des deux passages sur l’intériorité (voir Il. X, 10 : Νειόθεν ἐκ κραδίης, τρομέοντο δέ οἱ φρένες ἐντός) ; mais l’image choisie chez Homère pour Agamemnon tourmenté par l’insomnie, celle de Zeus déclenchant une tempête (Il. X, 5-6 : ὡς δ’ ὅτ’ ἂν ἀστράπτῃ πόσις Ἥρης ἠυκόμοιο...), est toute autre.

  • 37 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 206-208.

27C. Cusset commente cette comparaison d’une manière beaucoup plus visuelle : il la rapproche des descriptions des palais d’Alkinoos et de Ménélas dans l’Odyssée et d’une image analogue d’Apollonios dans le chant IV des Argonautiques, au moment où Jason arrache la Toison du chêne. Il s’agit d’une « géométrie lumineuse » dans des « jeux de lumière »37.

  • 38 C. Kossaifi, « L’incandescente beauté de Seirios (Arg. III, 956-963) », Gaia (...)
  • 39 L’opposition aspectuelle insiste peut-être sur la durée du regard de Médée sur Jason, com (...)

28Mentionnons brièvement la manière dont Médée aperçoit l’apparition de Jason dans leur rendez-vous comme celle de l’astre Sirius sortant de l’Océan que Christine Kossaifi commente en détail dans notre dossier (vers 957-962 cités dans l’annexe)38, ce qui permet de limiter strictement nos remarques aux éléments de parallèle et de variation par rapport à la tradition homérique : la comparaison est introduite d’une manière inusuelle par ἅ τε au vers 958, alors que le terme-réel (Jason) « apparaît » à l’aoriste ἐφαάνθη au vers 957. Ἐσιδέσθαι à l’infinitif aoriste dans l’image au vers 959 est rappelé dans le terme-réel par l’infinitif présent εἰσοράασθαι39. Le participe φαανθείς à la fin du vers 961 vient en quelque sorte rappeler ἐφαάνθη du vers introductif, comme pour clôturer en boucle la comparaison. J.F. Carspecken a noté que le parallèle avec la comparaison d’Achille à un astre d’arrière-saison en Il. XXII, 26-31 était de mauvais augure. Le point de vue de Médée est censé être parallèle à celui de Priam voyant le héros ennemi qui présage la mort de son fils. Mais le caractère néfaste de l’apparition de Sirius « pour les troupeaux » est par lui-même suffisamment explicite dans l’image d’Apollonios lui-même. R. Hunter analyse bien l’ambiguïté que cela implique pour Médée.

29Après la visite de Médée au sanctuaire d’Hécate et sa quête de la drogue d’invincibilité qu’elle veut fournir à Jason, une comparaison la montre retournant vers la ville avec ses servantes, visiblement calquée sur la comparaison odysséenne de Nausicaa avec Artémis et ses Nymphes :

οἵη δέ, λιαροῖσιν ἐν ὕδασι Παρθενίοιο
ἠὲ καὶ ‘Αμνισοῖο λοεσσαμένη ποταμοῖο,
χρυσείοις Λητωὶς ἐϕ’ ἅρμασιν ἑστηυῖα
ὠκείαις κεμάδεσσι διεξελάῃσι κολώνας,
τηλόθεν ἀντιόωσα πολυκνίσου ἑκατόμβης·
τῇ δ’ ἅμα νύμϕαι ἕπονται ἀμορβάδες, αἱ μὲν ἀπ’ αὐτῆς
ἀγρόμεναι πηγῆς Ἀμνισίδες, αἱ δὲ λιποῦσαι
ἄλσεα καὶ σκοπιὰς πολυπίδακας, ἀμϕὶ δὲ θῆρες
κνυζηθμῷ σαίνουσιν ὑποτρομέοντες ἰοῦσαν –
ὧς αἵγ’ ἐσσεύοντο δι’ ἄστεος, ἀμϕὶ δὲ λαοί
εἶκον ἀλευάμενοι βασιληίδος ὄμματα κούρης. 
(vers 876-886)

  • 40 Avec ἀγρόμεναι au lieu de ἀγρονόμοι, voir A. Rengakos, in A Companion to Apollonius Rhodi (...)

30Chez Homère, la comparaison commence semblablement par οἵη δέ, mais nomme explicitement Artémis, environnée d’un cadre agreste comparable à celui qu’Apollonios développe ici en retardant de deux vers l’identitification de la déesse, appelée de son matronyme « Létoïde », rappelant d’une manière très indirecte le vers 106 du chant VI de l’Odyssée (… γέγηθε δὲ Λητώ). Comme le remarque le commentaire de R. Hunter, la comparaison homérique montrait la supériorité d’Artémis, donc de Nausicaa, sur ses compagnes, alors que la version colchidienne de l’aventure est un peu plus « égalitaire » ;on peut le voir entre autres dans le jeu des pronoms, respectivement οἵη δέ…, τῇ δέ θ᾽ ἅμα …, ὥς ἥ γ’ (Od. VI, vers 102, 105 et 109), en contraste avec οἵη δέ, … τῇ δ᾽ἅμα …, ὧς αἵγ’ (Arg. III, vers 876, 881 et 885). Comme dit plus haut, tout en évoquant un terme homérique relativement rare, l’association entre λιαροῖσιν et ὕδασι est tout à fait originale ici. Les vers 880-881 font même penser qu’Apollonios connaît un texte de l’Odyssée d’après un manuscrit ancien ignoré en général40. Concluons sur ce passage en citant C. Cusset :

  • 41 C. Cusset (La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 253-254) note aussi la différence (...)

Le rapport entre la figure féminine principale et le reste du groupe est bien différent : l’entente ludique et la joie qui réchauffent le cœur de la comparaison homérique ont disparu et n’ont plus lieu d’être, car le seul sentiment provoqué par la vue de Médée est la peur éprouvée par les habitants qu’elle croise dans sa traversée de la ville (vers 885-886) ; cette peur rappelle que Médée est proche de la déesse Hécate avec laquelle Artémis est parfois identifiée.41

31Une dernière comparaison de cette première partie du chant III unit Médée et Jason dans une même immobilité, d’abord silencieuse, puis douée de communication, aux vers 968-971 

τὼ δ’ ἄνεῳ καὶ ἄναυδοι ἐφέστασαν ἀλλήλοισιν,
ἢ δρυσὶν ἢ μακρῇσιν ἐειδόμενοι ἐλάτῃσιν,
αἵ τε παρᾶσσον ἕκηλοι ἐν οὔρεσιν ἐρρίζωνται
νηνεμίῃ, μετὰ δ’ αὖτις ὑπὸ ῥιπῆς ἀνέμοιο
κινύμεναι ὁμάδησαν ἀπείριτον – ὧς ἄρα τώγε
μέλλον ἅλις φθέγξασθαι ὑπὸ πνοιῇσιν ῎Ερωτος.

  • 42 Sur ἄνεῳ, exemple d’un mot qui après Homère ne se trouve que chez Apollonios, voir A. Ren (...)
  • 43 Remarquons la présence de τε dans une relative au subjonctif (ἐρρίζωνται) : c’e (...)
  • 44 C. Cusset (La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 165-168), commente cett (...)

32Un peu comme dans le cas de Jason-Sirius, le vers 968 porte sur le duo « réel » immobile et sans voix (anaphore des deux adjectifs négatifs ἄνεῳ καὶ ἄναυδοι42) formé par Médée et Jason, tandis que la comparaison est introduite au vers suivant par un terme plus habituel pour les comparaisons brèves, ἐειδόμενοι : effectivement, on pourrait croire qu’il s’agit d’une comparaison brève à des arbres, chênes ou peupliers : ἢ δρυσὶν ἢ μακρῇσιν… ἐλάτῃσιν. Mais une proposition relative vient alors développer le thème de ces arbres « qui ont pris racine l’un à côté de l’autre, immobiles, dans les montagnes, en l’absence de vent »43. Et une autre proposition montre un mouvement léger qui anime, non les troncs, mais semble-t-il le feuillage des arbres : « mais ensuite, remués par un coup de vent, ils sont réunis dans un tumulte sans fin » (l’aoriste ὁμάδησαν n’a probablement pas de valeur temporelle). Le début ἄνεῳ καὶ ἄναυδοι ἐφέστασαν entraîne l’image des arbres dressés, immobiles (παρᾶσσον ἕκηλοι ἐν οὔρεσιν ἐρρίζωνται / νηνεμίῃ), après quoi l’intervention du vent entraîne le paradoxe d’un mouvement bruissant déjà évoqué44. Le parallèle évident entre ὑπὸ ῥιπῆς ἀνέμοιο et ὑπὸ πνοιῇσιν ῎Ερωτος entraîne avec lui l’interprétation des autres parallèles, moins évidents formellement, entre κινύμεναι ὁμάδησαν ἀπείριτον et ἅλις φθέγξασθαι.

  • 45 R. Hunter , commentaire ad loc. Selon A. Rengakos, in A Companion to Apollonius (...)

33R. Hunter45 note très justement que les comparaisons d’êtres humains à des arbres sont très fréquentes chez Homère, et relève en particulier II. XII, 131-134, mais aussi que l’idée de l’analogie entre l’amour et le vent se trouve dans la poésie archaïque (Sappho, fr. 47 ; Ibycus 286), ce qui entraîne à nouveau l’effet de synthèse entre les genres qu’Apollonios recherche, ce que l’exemple suivant confirme encore. Insistons sur le fait que la comparaison à des arbres met en image un phénomène essentiel : l’amour met les êtres en situation de communication sans paroles.

  • 46 Le commentaire de R. Hunter porte d’une part sur les vers 1015-1016, de l’autre (...)

34Avant la comparaison étendue suivante, une suite de comparaisons brèves (vers 856-859) montre le Prométheion, cette drogue d’invincibilité que Médée donne à Jason pour lui garantir la victoire dans l’épreuve, comme une plante ambiguë, relevant du ciel et de la terre, mais aussi de l’humain par sa racine χροιῇ Κωρυκίῳ ἴκελον κρόκῳ (vers 855). La rencontre en seul-à-seule permet enfin le don de la drogue par Médée fixant Jason du regard (vers 1013-1014). Ce don provoque la joie (vers 1014, ὑπέδεκτο γεγηθώς), et toujours sans échange verbalisé, leurs attitudes corporelles se répondent dans une belle comparaison (vers 1015-1021). Nous la faisons commencer au vers 1015 parce que le τοῖος du vers 1017 implique qu’on est au deuxième terme d’une comparaison dont le premier n’a pas été explicité, mais réside dans la proposition hypothétique introduite par νύ κέ en 1015 et dans l’emploi métaphorique de ἐγγυάλιξεν au vers 1016 : « C’est toute son âme qu’elle aurait arrachée alors de sa poitrine… » : le verbe s’applique chez Homère à un combattant qui arrache sa lance de la poitrine d’un ennemi vaincu, avec une violence guerrière a priori paradoxale pour un geste féminin46.

καί νύ κέ οἱ καὶ πᾶσαν ἀπὸ στηθέων ἀρύσασα
ψυχὴν ἐγγυάλιξεν ἀγαιομένη χατέοντι·
τοῖος ἀπὸ ξανθοῖο καρήατος Αἰσονίδαο
στράπτεν ἔρως ἡδεῖαν †ἀπὸ ϕλόγα, τῆς δ’ ἀμαρυγάς
ὀϕθαλμῶν ἥρπαζεν, ἰαίνετο δὲ ϕρένας εἴσω
τηκομένη, οἷόν τε περὶ ῥοδέῃσιν ἐέρση
τήκεται ἠῴοισιν ἰαινομένη ϕαέεσσιν.

  • 47 Il. XXIII, 97 : … τοῖο δὲ θυμὸς / ἰάνθη, ὡς εἴ θε περὶ σταχύεσσιν ἐέρση. On a parfois (...)
  • 48 Od. XIX, 205-207 : ὡς δὲ χίων κατατήκετ᾽ […] / ὥς τῆς τήκετο καλὰ παρήια δάκρυ (...)

35Pour nous, la proposition qui commence par τοῖος sert de justification à l’hypothèse faite aux vers précédents. La métaphore de l’âme « arrachée » du cœur comme une arme, bien visible, provient de la simitude gestuelle avec celui de tirer la drogue de son bandeau de poitrine que fait Médée avec une violence inhabituelle pour une femme. Mais en même temps que la comparaison implicite sous-jacente, la métaphore implique un dédoublement entre deux combattants, suggérant, me semble-t-il, que deux forces antagonistes s’opposent en elle. Les vers 1016-1017 donnent le rayonnement partant de la tête de Jason comme une explication de l’âme de Médée arrachée à sa poitrine, entraînant τῆς δ’ ἀμαρυγάς / ὀϕθαλμῶν ἥρπαζεν : le sujet de ce verbe est ἔρως, et la similitude sémantique et phonique avec ἐγγυάλιξεν implique bien la présence d’une comparaison sous l’apparence du système hypothétique. Cette première comparaison se tresse à une autre, plus explicite, introduite par οἷόν τε, aux vers 1019-1021. Reposant sur l’association entre les deux actions de chauffer et de fondre avec renversement en chiasme entre verbe conjugué et participe (ἰαίνετο… τηκομένη / τήκεται… ἰαινομένη), elle oppose fortement en fin de vers ϕρένας εἴσω pour le réel à ϕαέεσσιν pour l’image. Apollonios a pris à Il. XXIII, 597-599 l’association entre un processus psychologique et la chaleur avec l’image de la rosée47, mais aussi τήκεται à une célèbre comparaison de l’Odyssée montrant Pénélope comme un paysage à la fonte des neiges48. Lumière et chaleur se fondent ainsi dans la superposition de deux comparaisons successives dont le poète a au moins partiellement effacé les contours, préparant l’échange de regards amoureux qui fait écho aux vers 1022-1024 à l’image des arbres des vers 968-971.

36Toute la première partie du chant III s’articule donc autour des images de l’amour, des jeux de l’enfant pour qui tirer une flèche dans le cœur d’une jeune fille est un passe-temps analogue à ses jeux habituels, à cette fixation des deux personnages métamorphosés par la grâce de l’image en deux troncs d’arbre communiquant par leur feuillage, puis en une généreuse nature dans laquelle la chaleur dissipe la rosée matinale.

  • 49 Od. XI, 222 : ψυχὴ δ᾽ἠύτ᾽ ὄνειρος ἀποπταμένη πεπότηται.

37Au vers 1151 encore, une quasi-citation de l’Odyssée49 transpose à l’âme de Médée transportée par l’amour l’image de l’envol des âmes dans la Nekuia dans le registre de la poésie élégiaque.

2. Labour, semis et moisson

  • 50 Voir dans les instructions de Médée la métaphore du vers 1055 : οἱ δ’ ἤδη κατὰ (...)
  • 51 Renvoyons pour cette question à l’article de B. Daniel-Muller, « Une épopée au féminin. L (...)

38La seconde partie du chant est dominée par l’image agricole de la moisson dont Jason se charge, celle des Gégeneis jaillis du sol, vus à plusieurs reprises comme des épis50. Dès les préparatifs de l’épreuve, les comparaisons amoureuses font place à des images beaucoup plus viriles certes, mettant en jeu un net partage entre les genres51, mais bien moins guerrières qu’on ne pourrait s’y attendre.

39Aux vers 1240-1245, une comparaison montre les préparatifs du roi Aiétès, glorieusement comparé à Poséidon sur son char pour aller voir les Jeux Isthmiques :

οἷος δ’ ῎Ισθμιον εἶσι Ποσειδάων ἐς ἀγῶνα,
ἅρμασιν ἐμβεβαώς, ἢ Ταίναρον ἢ ὅγε Λέρνης
ὕδωρ ἠὲ καὶ ἄλσος ‘Υαντίου Ὀγχηστοῖο,
καί τε Καλαύρειαν μετὰ δὴ θαμὰ νίσσεται ἵπποις
Πέτρην θ’ Αἱμονίην, ἢ δενδρήεντα Γεραιστόν –
τοῖος ἄρ’ Αἰήτης Κόλχων ἀγὸς ᾖεν ἰδέσθαι.

  • 52 Commentaire ad loc., p. 234-235.
  • 53 A. Rengakos, Apollonios Rhodios und die antike Homererklärung, Munich, Beck (Zetemata 92) (...)

40Avec οἷος δ’ (verbes au présent)…, τοῖος ἄρ’ (et l’imparfait ᾖεν de mise dans le récit), cette comparaison largement charpentée est développée par un catalogue des lieux de culte du dieu. Comme R. Hunter l’a noté52, le passage évoque une apparition de Poséidon sur son char dans l’Iliade (XIII, 23-31), ce qui n’est pas entièrement positif pour Aiétès, car Poséidon est dans la mythologie souvent vaincu dans ses rivalités avec d’autres dieux. A. Rengakos, de son côté, note le parallèle des vers qui précèdent la comparaison avec la scène d’armement de Pâris dans l’Iliade53. Être mis en parallèle avec le prince troyen ou le dieu Poséidon n’est pas un bon signe pour Aiétès. Il semble surtout que cette comparaison lumineuse est destinée à être mise en contraste avec la dernière comparaison du chant III.

41Quelques vers plus loin, la scène de l’équipement de Jason évoque assez directement les scènes typiques de l’équipement du héros dont l’Iliade donne quatre exemples mémorables, en particulier par le catalogue des armes que le héros revêt. Comme l’a montré C. Cusset, Apollonios applique la scène typique d’armement homérique à Aiétès (III, 1225-1234, p. 277-279) plutôt qu’à Jason qui utilise la magie. C’est paradoxal puisqu’Aiétès ne va pas combattre.

  • 54 Cette comparaison est étudiée par C. Cusset sous le signe de « La force du chev (...)

42Pourtant, une comparaison montre Jason en train de s’équiper comme un cheval de guerre54, évoquant d’assez près une même comparaison rencontrée deux fois dans l’Iliade, à propos de Paris au chant VI et d’Hector au chant XV.

43Voyons d’abord Jason :

ὡς δ’ ὅτ’ ἀρήιος ἵππος, ἐελδόμενος πολέμοιο,
σκαρθμῷ ἐπιχρεμέθων κρούει πέδον, αὐτὰρ ὕπερθε
κυδιόων ὀρθοῖσιν ἐπ’ οὔασιν αὐχέν’ ἀείρει –
τοῖος ἄρ’ Αἰσονίδης ἐπαγαίετο κάρτεϊ γυίων,
πολλὰ δ’ ἄρ’ ἔνθα καὶ ἔνθα μετάρσιον ἴχνος ἔπαλλεν,
ἀσπίδα χαλκείην μελίην τ’ ἐν χερσὶ τινάσσων. (vers 1259-1261)

  • 55 C. Reitz, Zur Gleichnistechnik des Apollonios von Rhodos, ouvr. cit., p. 89.
  • 56 La répétition de la comparaison chez Homère a entraîné bien sûr la suspicion de (...)

44Le premier vers, après la conjonction la plus traditionnelle, introduit en fanfare le thème guerrier, la « danse de guerre » comme dit C. Reitz55 en l’explicitant par deux mots, ἀρήιος et πολέμοιo. La comparaison nous fait donc passer très clairement dans ce domaine, en vif contraste avec la première partie. Après trois vers consacrés à l’image hippique, la comparaison en consacre trois à Jason, ce qui modifie sensiblement l’usage traditionnel56.

  • 57 Il. VI, 509 = XV, 266-267 κυδιόων· ὑψοῦ δὲ κάρη ἔχει, ἀμφὶ δὲ χαῖται / ὤμοις ἀί (...)

45Le parallèle homérique semble d’abord opposer le cheval qui rest à l’étable, στατὸς ἵππος avec cet ἀρήιος ἵππος, mais chez Homère la comparaison montre ensuite le cheval qui a brisé son licol et jouit de sa liberté imprévue. La comparaison iliadique commence exactement de la même manière par ὡς δ’ ὅτ’… ἵππος, avec τις στατὸς au lieu de ἀρήιος. L’indice le plus fort du souvenir homérique latent dans notre passage est sans doute le mot κυδιόων qui ouvre le dernier vers de l’image apollinienne comme il ouvre le vers 509 d’Iliade VI pour Pâris, le vers 266 du chant XV pour Hector. Chez Homère, ce mot est immédiatement suivi de la belle image de la tête dressée du cheval et de sa crinière flottante57, et Apollonios s’en souvient visiblement dans la suite du vers 1261, même si le texte en diffère littéralement.

46Il utilise aussi un procédé homérique bien plus rare, celui qui consiste à prolonger la comparaison par φαίης κεν, agrandissant la description de l’équipement de Jason aux dimensions cosmiques d’une tempête orageuse :

φαίης κεν ζοϕεροῖο κατ’ αἰθέρος ἀίσσουσαν
χειμερίην στεροπὴν θαμινὸν μεταπαιφάσσεσθαι
ἐκ νεϕέων, †ὅτ’ ἔπειτα† μελάντατον ὄμβρον ἄγωνται· (vers 1265-1267)

  • 58 Il y a aussi un usage homérique du même optatif avec négation, en fin de vers (3 exemples (...)
  • 59 Cela semble paradoxal au premier abord, car la comparaison fait d’ordinaire appel à un au (...)
  • 60 Voir en particulier le fameux vers 222 : καὶ ἔπεα νιφάδεσσιν ἐοικότα χειμερίησι

47Ce procédé se rencontre chez Homère à deux reprises dans la même position métrique du terme introducteur58, dans la description d’Ulysse comme orateur (Il. III, 220), et en XV, 697 pour décrire un affrontement guerrier, par une image parallèle59. L’occurrence du chant III de l’Iliade semble a priori plus éloignée du contexte argonautique, mais ce n’est peut-être pas si vrai si l’on se rappelle que dans le récit d’Anténor, après ce vers 220 montrant qu’Ulysse a d’abord une piètre apparence, ensuite, dès qu’il a la parole, c’est une tempête de mots qui se déchaîne60. La tempête métaphorique de l’Iliade a peut-être suscité celle d’Apollonios, χειμερίην au vers 1266 évoquant directement le χειμερίησι d’Il. III, 222. Par ailleurs, de nombreuses comparaisons météorologiques se rencontrent chez Homère, qui ont pu influencer son imaginaire poétique, par exemple :

[χαλκὸς] λάμφ’ ὥς τε στεροπὴ πατρὸς Διός (Il. X, 154, peu différent de XI 66)
Οἵη δ’ ἐκ νεφέων ἐρεβέννη φαίνεται ἀήρ (V, 864)
Οἷος δ’ ἐκ νεφέων ἀναφαίνεται οὔλιος ἀστήρ (XI, 62)
ὡς δ’ ὅτ’ ἄν ἐκ νεφέων πτῆται νιφὰς ἠὲ χάλαζα (XV, 170)

  • 61 W.C. Scott, The Oral Nature of the Homeric Simile, ouvr. cit., p. 63.

48La fine analyse de W. Scott montre que chez Homère, les comparaisons de vent et de tempête impliquent d’habitude des groupes humains qui se rencontrent violemment61. Dans le passage des Argonautiques, il s’agit d’un individu, et qui plus est, avant la bataille. Il s’agit de lui donner une dimension épique, comparable à celle d’Achille quand il apparaît, étincelant, revêtu de ses nouvelles armes, ou plutôt de prolonger l’image de l’astre Sirius des vers 956-961.

  • 62 On comparera ce passage à Il. II, 478-479 : ὄμματα καὶ κεφαλὴν ἴκελος Διὶ τερπικεραύνῳ / (...)

49Effectivement, le ton martial des comparaisons d’Apollonios décrivant les préparatifs de Jason se retrouve dans une comparaison brève des vers 1282-1283 : après avoir revêtu ses armes brillantes (vers 1280, παμφανόωνταν... πήληκα), Jason apparaît « semblable à Arès ou à Apollon au glaive d’or »62 :

... ἄλλα μὲν ῎Αρει
εἴκελος, ἄλλα δέ που χρυσαόρῳ Ἀπόλλωνι.

50La comparaison brève de Jason à un rocher ferme sous l’assaut des vagues prolonge ces comparaisons martiales :

... αὐτὰρ ὁ τούσγε
εὖ διαβὰς ἐπιόντας ἅ τε σπιλὰς εἰν ἁλὶ πέτρη
μίμνεν ἀπειρεσίῃσι δονεύμενα κύματ’ ἀέλλαις (vers 1294-1296)

  • 63 Le parallèle homérique cité par R. Hunter, Il. XV, 618-621, montre Hector solid (...)

51comme en écho aux dimensions cosmiques de la tempête63. Un passage plus loin utilisant le même mot pour les écueils lui fait aussi un effet d’écho : σπιλάδεσσιν, au vers 1371.

  • 64 Il. XXI, 257-262.

52Mais ensuite, quand le récit s’attache au combat contre les terribles taureaux cracheurs de feu, puis à la multitude des Géants nés de la terre, on ne rencontre plus du tout d’images guerrières, mais un répertoire artisanal et paysan d’aspect paradoxal par rapport à la tradition épique, bien qu’Homère recoure assez souvent à des images qui ne concordent pas avec la violence de la guerre, par exemple en comparant le débordement cosmique du fleuve Xanthe avec les canalisations organisées par un jardinier 64.

53Cela commence en fanfare par la célèbre comparaison qui nous transporte dans l’espace en clair-obscur d’une forge :

ὡς δ’ ὅτ’ ἐνὶ τρητοῖσιν ἐύρρινοι χοάνοισιν
φῦσαι χαλκήων ὁτὲ μέν τ’ ἀναμαρμαίρουσιν
πῦρ ὀλοὸν πιμπρᾶσαι, ὅτ’ αὖ λήγουσιν ἀυτμῆς,
δεινὸς δ’ ἐξ αὐτῶν πέλεται βρόμος, ὁππότ’ ἀίξῃ
νειόθεν – ὧς ἄρα τώγε θοὴν φλόγα φυσιόωντες
ἐκ στομάτων ὁμάδευν, τὸν δ’ ἄμφεπε δήιον αἶθος
βάλλε θ’ ἅ τε στεροπή· κούρης δέ ἑ φάρμακ’ ἔρυτο. (vers 1299-1305)

  • 65 Non en début de vers, mais cela se rencontre aussi chez Homère. On connaît une comparaiso (...)
  • 66 Peut-être aussi parce que l’amour est désigné au moins deux fois par la locutio (...)
  • 67 Voir l’apparat critique de Vian-Delage. L’important est qu’il s’agisse d’un ver (...)
  • 68 Le substantif ὅμαδος désigne une foule tumultueuse, et le verbe dérivé est attesté dans l (...)

54La comparaison commence très classiquement par ὡς δ’ ὅτ’, la reprise se faisant par ὧς ἄρα τώγε… au vers 130365. Les termes parallèles justifiant la comparaison jouent autour de l’idée de « souffler le feu » : φῦσαι... πῦρ… πιμπρᾶσαι / φλόγα φυσιόωντες. On note que les épithètes semblent avoir été déplacées : pourquoi le feu est-il qualifié d’une manière négative (πῦρ ὀλοὸν) quand il s’agit de l’activité du forgeron, si ce n’est parce que l’adjectif anticipe sur le feu funeste des taureaux66 ? Inversement, θοὴν φλόγα ne semble pas qualifié négativement, mais c’est peut-être pour faire attendre δήιον αἶθος au vers suivant. Alors que le forgeron semble absent de la forge dans le terme-image (sinon dans le génitif pluriel χαλκήων du vers 1306), le terme-réel remet Jason au centre de la scène au vers 1304 par le pronom τὸν, qui ramène l’intérêt vers son exploit, car c’est lui que menace cette « chaleur destructrice ». Un autre élément renforce la comparaison, le bruit : ἀναμαρμαίρουσιν, ou ἀναμωρμυρουσιν, ἀναμαρμύρουσιν67 au vers 1300 est repris par δεινὸς δ’ ἐξ αὐτῶν πέλεται βρόμος au vers 1302, avant le ὧς ἄρα du vers 1303 certes, mais il me semble que le pronom anaphorique ἐξ αὐτῶν peut être ambigu, renvoyant aux soufflets de l’image mais aussi aux taureaux du récit. Le bruit des taureaux est en tout cas rappelé au vers 1304 par le verbe ὁμάδευν68, rare et dit d’ordinaire du bruit d’humains en foule, mais impliquant bien un tumulte.

  • 69 Une comparaison brève va dans le même sens en 1327-1328 : … ὦρτο δ᾽ἀυτμή / ἠύτε βυκτάων (...)
  • 70 C. Cusset (La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., 1999, p. 241-243) étudie (...)

55Le vers 1305 prolonge l’image par une comparaison brève à un éclair pour laquelle nous renvoyons aux exemples homériques de comparaisons brèves comportant στεροπή. Mais autour des parallèles relativement explicites entre l’image et le réel, il y a, me semble-t-il, un non dit important, qui contribue probablement à la présence poétique de l’image. Le vers 1300 évoque 1es creusets des fondeurs (τρητοῖσιν χοάνοισιν) dans lesquels soufflent en mugissant les soufflets aux bons conduits (ἐύρρινοι… φῦσαι) : si les naseaux fumants des taureaux constituent bien le terme réel dont la comparaison essaie de donner l’idée, quel est celui des creusets de forge ? Il n’y a rien qui leur corresponde dans le texte. On peut penser aux sillons dans lesquels Jason va semer les dents du dragon, ce qui anticiperait sur la suite, mais correspond à la manière dont Apollonios fait « diffuser » un thème poétique au-delà de son contexte immédiat. Aux vers 1300-1301, le contraste dans l’activité des soufflets entre deux temps (ὁτὲ μέν τ’…, ὅτ’ αὖ) paraît très intéressant bien qu’il n’y ait rien d’explicite dans le terme réel : il s’agit de dire que le feu se renforce par cette alternance entre des moments de souffle et des moments de respiration (ἀναμα/ορμαί/ουρουσιν / λήγουσιν ἀυτμῆς)69. Car les taureaux aussi doivent inspirer et expirer, on peut imaginer que le feu qui sort de leur gueule, attisé par les moments où ils reprennent leur souffle, semble à chaque inspiration un répit provisoire, mais laissant attendre un feu encore plus puissant, comme le feu attisé par un soufflet70.

56Après la description des taureaux, destinée à provoquer l’effroi, une comparaison brève décrit la manière dont Jason réussit à les atteler, commençant par les piquer au flanc « comme un laboureur avec un aiguillon pélasgique » :

ἐργατίνης ὥς τίς τε Πελασγίδι νύσσεν ἀκαίνῃ
οὐτάζων λαγόνας. (vers 1323-1324)

  • 71 Note 3 au vers 232, p. 60.

57La comparaison de l’énorme lance de Jason à cet outil agricole lance le thème du labour (réel et métaphorique à la fois) qui va suivre en le rattachant au temps mythique des ancêtres Pélasges, comme si le labour qu’entreprend le héros était le premier travail humain sur ce sol. Comme une note de l’édition Vian-Delage le signale, la charrue utilisée aussi est archaïque, ramenant les Argonautes aux premiers temps de la culture, dans tous les sens du mot71.

58L’avance de Jason, muni de sa lance et de son casque plein des dents du dragon, pour tracer des sillons dans la jachère commence alors, avec aux vers 1327-1329 une comparaison brève des taureaux à une tempête :

οἱ δ’ ἤτοι †εἵως μὲν περιώσια† θυμαίνεσκον,
λάβρον ἐπιπνείοντε πυρὸς σέλας, ὦρτο δ’ ἀυτμή
ἠύτε βυκτάων ἀνέμων βρόμος, οὕς τε μάλιστα
δειδιότες μέγα λαῖϕος ἁλίπλοοι ἐστείλαντο·

  • 72 R. Hunter renvoie au modèle d’Il. XV, 624-628, où Hector est comparé à un feu ou une vagu (...)

59Comme dans le cas de la comparaison de la forge analysée plus haut, c’est le souffle de feu des taureaux qui motive la comparaison : la fin du vers 1327 et le début du vers 1330 sont concernés, « leur souffle s’élevait comme le grondement des bourrasques de vent ». Mais le poète fait précéder cette comparaison très simple par une description (texte controversé comme le montre la crux), et il la prolonge par une évocation de marins craignant cette tempête72.

  • 73 Il utilise son casque – vidé des dents qu’il a semées – comme un récipient, intéressante (...)

60Une comparaison brève montre ensuite Jason qui retrouve de l’ardeur en buvant de l’eau après le labour73, comme un sanglier faisant face à des chasseurs :

… μαιμώων συῒ εἴκελος, ὅς ῥά τ’ ὀδόντας
θήγει θηρευτῇσιν ἐπ’ ἀνδράσιν (vers 1352-1353)

  • 74 Voir A. Schnapp-Gourbeillon, Lions, héros, masques, Paris, Maspéro, 1981, p. 47 (...)
  • 75 Le commentaire de C. Cusset (La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit.,) montre très préci (...)
  • 76 Voir R. Hunter, passage cité, qui conclut qu’il a pu s’agir pour le poète de «  (...)

61Les commentateurs divers renvoient à de nombreuses comparaisons homériques qui montrent les héros dans des épisodes de combat. Le sanglier, comme le lion, est toujours l’image d’un héros fort, destiné au triomphe sur les cervidés, les bovins ou autres animaux sans défense. Quand le lion et le sanglier s’affrontent, c’est évidemment le premier qui domine, comme Hector face à Patrocle au chant XVI de l’Iliade74. Le rapprochement avec Iliade XIII, 471-477, fait dans la note de F. Vian et É. Delage au vers 1351 montre des analogies formelles évidentes : συῒ εἴκελος rappelle Il. XIII, 471, … ὡς ὅτε τις σῦς οὔρεσιν ἀλκὶ πεποιθώς,, où le sanglier attend l’assaut des chasseurs75. Dans l’image d’Apollonios, le sanglier assailli par les chasseurs est blessé et attend de même l’assaut. Un scholiaste d’Apollonios a bien remarqué que le stratagème de Jason correspond mieux à la tactique du sanglier et à l’image homérique d’Idoménée qu’à celle d’un lion76. Le choix de la comparaison va dans le sens de la dramatisation de l’épisode pour Jason. Le répit trouvé par le gibier fait attendre et craindre l’attaque qui va suivre. Il me semble remarquable que le type de comparaison qu’Homère utilise dans le cadre du combat soit précisément mobilisé par Apollonios quand il montre son héros se détendant entre les deux épisodes de l’épreuve, après le semis et avant la moisson : on a l’impression qu’il réutilise les comparaisons homériques à contre-temps.

  • 77 W.B. Stanford, Greek Metaphor, ouvr. cit.

62Le vers 1355 voit surgir les Géants du champ avec une deuxième occurrence de la métaphore des épis : οἱ δ’ ἤδη κατὰ πᾶσαν ἀνασταχύεσκον ἄρουραν /
 γηγενέες. Apollonios réutilise ensuite l’image homérique ἔϕριξεν δὲ μάχη… (Il. XIII, 339-343) – notée par W.B. Stanford comme l’un des exemples de métaphore chez Homère77 – en supprimant le terme de combat : le hérissement d’armes n’a rien de métaphorique puisque les Géants qui sortent du sol sont effectivement armés, les datifs σακέεσσιν / 
δούρασί τ’ ἀμϕιγύοις κορύθεσσί τε λαμπομένῃσιν l’impliquent clairement.

63L’éclat lumineux de leurs armes exprimé dans les vers 1356-1357 entraîne alors une nouvelle comparaison étendue aux vers 1359-1364 :

ὡς δ’ ὁπότ’, ἐς γαῖαν πολέος νιφετοῖο πεσόντος,
ἂψ ἀπὸ χειμερίας νεφέλας ἐκέδασσαν ἄελλαι
λυγαίῃ ὑπὸ νυκτί, τὰ δ’ ἀθρόα πάντα φαάνθη
τείρεα λαμπετόωντα διὰ κνέϕας – ὧς ἄρα τοίγε
λάμπον ἀναλδήσκοντες ὑπὲρ χθονός.

  • 78 On rencontre le génitif de ce participe ἀναλδήσκοντος, en Il. XXIII, 599, dans une compar (...)
  • 79 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 223-225, passage cité p. 224.

64Le registre météorologique du début (neige hivernale et nuées : νιϕετοῖο πεσόντος, χειμερίας νεϕέλας, ἄελλαι) laisse place ensuite à un grand souffle cosmique (λυγαίῃ ὑπὸ νυκτί, πάντα... τείρεα λαμπετόωντα, διὰ κνέφας, ὑπὲρ χθονός). La lumière est le motif central de la comparaison, l’articulation entre τὰ δ’ ἀθρόα πάντα φαάνθη / τείρεα λαμπετόωντα dans le terme-image et λάμπον pour le terme-réel le montre bien, en écho à λαμπομένῃσιν du vers 1356. La forme verbale qui exprime le jaillissement des Gégeneis, ἀναλδήσκοντες, sans correspondant dans le terme-image, en reçoit peut-être encore davantage de relief, d’autant qu’il s’agit d’un élément lexical rare78. C. Cusset montre bien que cette image emprunte des éléments à trois passages de l’Iliade, sans correspondre précisément à aucune comparaison homérique particulière, et même qu’Apollonios « semble s’ingénier à ne pas reprendre les termes employés par Homère »79.

  • 80 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 186-187.

65Aux vers 1370-1371, la foule des Colques criant donne lieu à une comparaison brève à la mer se brisant sur des écueils (ὡς ὅτε πόντος /
 ἴαχεν ὀξείῃσιν ἐπιβρομέων σπιλάδεσσιν)80, peut-être avec un effet d’écho à un passage précédent qui montrait Jason comme un écueil ferme dans la tempête.

66Trois comparaisons s’enchaînent ensuite très rapidement :

67– vers 1373-1375, les Gégeneis comparés d’abord à des chiens qui s’entretuent :

… οἱ δ’ ὥστε θοοὶ κύνες ἀμφιθορόντες
ἀλλήλους βρυχηδὸν ἐδήιον, ἠδ’ ἐπὶ γαῖαν
μητέρα πῖπτον ἑοῖς ὑπὸ δούρασιν…

  • 81 Suivant un modèle homérique assez fréquent (Il. IV, 482-487, V, 560, etc.) : R. (...)

68– puis, vers 1375-1376, à des peupliers ou des chênes abattus par le vent81 :

ἠύτε πεῦκαι
ἢ δρύες ἅς τ’ ἀνέμοιο κατάικες δονέουσιν.

  • 82 R. Hunter renvoie à plusieurs parallèles homériques, surtout Il. IV, 75-78 . Comme une no (...)

69– La chaîne des images continue avec une grande comparaison de Jason à une étoile filante, assez conventionnelle d’ailleurs82, vers 1378-1381 :

οἷος δ’ οὐρανόθεν πυρόεις ἀναπάλλεται ἀστήρ
ὁλκὸν ὑπαυγάζων, τέρας ἀνδράσιν οἵ μιν ἴδωνται
μαρμαρυγῇ σκοτίοιο δι’ ἠέρος ἀίξαντα –
τοῖος ἄρ’ Αἴσονος υἱὸς ἐπέσσυτο γηγενέεσσιν,
γυμνὸν δ’ ἐκ κολεοῖο φέρεν ξίφος…

  • 83 Selon une scholie et la note de R. Hunter, le nom Πυρόεις désigne Mars/Arès, mais dans le (...)

70Une comparaison homérique comporte la même forme verbale ἀναπάλλεται que celle-ci, Il. XXIII, 692-694 : ce verbe s’y applique à un poisson qui saute sur le sable, image une fois encore d’un combattant frappé. Apollonios a substitué ἀστήρ à ἰχθύς en fin de vers en détournant l’ensemble du tableau marin vers le ciel, ὑπὸ φρικὸς Βορέω devenant οὐρανόθεν du point de vue thématique, ce qui en économisant les trois syllabes du nom propre, permet d’adjoindre à ἀστήρ l’épithète πυρόεις, l’atout poétique de ce vers83.

  • 84 On remarque que la proportion donnée à l’image par rapport au terme-réel (5 vers / 1 vers (...)

71La comparaison suivante est plus originale : la moisson prématurée d’un paysan qui craint une invasion ennemie, aux vers 1385-1390, sert d’image à la moisson de Jason ; charpentée par ὡς δ’ ὁπότ’… ὧς ὅγε…, elle se ferme avec la troisième occurrence de la métaphore de la « moisson des Géants », qui prend toute son ampleur à cause de la répétition de κείρει στάχυν, à la même place dans le vers à la fin du terme-image et à la fin du second terme, et à cause de la comparaison qui précède et prépare la métaphore84 :

ὡς δ’ ὁπότ’, ἀγχούροισιν ἐγειρομένου πολέμοιο,
δείσας γειομόρος μή οἱ προτάμωνται ἀρούρας,
ἅρπην εὐκαμπῆ νεοθηγέα χερσὶ μεμαρπώς
ὠμὸν ἐπισπεύδων κείρει στάχυν, οὐδὲ βολῇσιν
μίμνει ἐς ὡραίην τερσήμεναι ἠελίοιο –
ὧς ὅγε γηγενέων κεῖρεν στάχυν…

72Une comparaison porte sur le thème de la moisson dans l’Iliade, Il. XI, 67-71 ; elle montre les épis qui tombent drus (vers 69 : τὰ δὲ δράγματα ταρφέα πίπτει) comme les combattants de part et d’autre. Elle n’est d’ailleurs pas exploitée autant qu’elle l’aurait pu, car chez Homère, elle fournit une image des Troyens et Achéens qui s’entretuent, en débouchant sur une autre comparaison, à des loups affamés. Apollonios a préféré un autre enchaînement, d’abord sur l’image des rigoles de sang, puis sur celle des baleines échouées sur le rivage, sans reprendre le thème des Gégeneis qui s’entretuent comme on aurait pu s’y attendre : peut-être joue-t-il sur les attentes des connaisseurs.

  • 85 Effet difficile à rendre en traduction : É. Delage « se presse de couper les épis avant (...)

73À l’attaque du vers 1389, l’adjectif ὠμόν emphatiquement dissocié de son régime στάχυν, s’il fait bien penser à de la viande comme il me semble, produit un effet métaphorique (« une moisson crue »85) dont on ne connaît pas d’exemple chez Homère. Cela me semble confirmer que ce thème est au centre de cette seconde partie du chant III, tant dans le récit que dans le registre des images. Il semble que vers la fin du chant III, le poète s’éloigne de plus en plus de ses modèles homériques , cela se vérifie pour les images qui s’enchaînent ensuite, dans les vers 1391-1394 :

αἵματι δ’ ὁλκοί
ἠύτε κρηναίαις ἀμάραι πλήθοντο ῥοῇσιν.
πῖπτον δ’ οἱ μὲν ὀδὰξ τετρηχότα βῶλον †ὀδοῦσιν
λαζόμενοι πρηνεῖς, οἱ δ’ ἔμπαλιν…

  • 86 J’ai essayé ici de garder l’ordre des mots du grec, qui met en valeur le sang plus que ne (...)
  • 87 Il. XXI, 257-264, comparaison de laquelle j’extrais l’hémistiche qui nous concerne, 259 : (...)

74« Et de sang les sillons s’emplissaient / comme les rigoles [le font] des flots des fontaines »86 : je n’ai trouvé aucun commentaire sur cette comparaison, peut-être parce qu’elle ne correspond à aucun modèle. Pour rendre l’image des flots de sang que Jason fait couler, Apollonios disposait pourtant d’au moins une image homérique, celle de la teinture de l’ivoire par la pourpre des femmes méoniennes (Il. IV, 141-146, épisode de la blessure de Ménélas). Le contraste du rouge et du blanc ne lui convenait sans doute guère, et dans le prolongement du thème de la moisson qui conjuguait précédemment le réel et l’image, il a préféré enchaîner sur les sillons creusés dans la terre par le labour (réel) de Jason, ὁλκοί, peut-être en relation souterraine avec les creusets de la forge analysés plus haut. Il faut reconnaître la puissance poétique de l’évocation des rigoles coulant d’une fontaine. Apparemment, le seul autre emploi de ce mot ἀμάρα/η se trouve dans une comparaison homérique d’Il. XXI où le débordement cosmique du fleuve troyen est comparé aux canaux que creuse un jardinier pour arroser87. S’il s’est bien servi de cette image en en extrayant un mot rare qui joue le rôle d’un « indice » intertextuel, il l’a probablement fait avec la conscience du décalage entre la violence du contexte et le caractère paisible, presque bucolique de l’image, d’ailleurs analogue à celui que l’on peut constater dans le texte homérique.

75Le vers qui suit fait problème à cause de ὀδὰξ… †ὀδοῦσιν : une fois de plus, la crux de l’édition reproduite le montre. Peut-être y a-t-il une recherche d’un effet phonétique dans la répétition. Peut-être aussi la chute « sur les dents » fait-elle écho au semis des dents du dragon d’où sont sortis les Gégeneis. Dans le cadre de la recherche sur l’inspiration des comparaisons homériques, on peut remarquer que le πῖπτον à l’attaque du vers 1393 reprend peut-être le πίπτει d’Iliade XI, 69, cité ci-dessus : Apollonios aurait repris la comparaison homérique des moissonneurs en retardant ce mot-clef de la comparaison et en l’insérant dans le récit principal.

76La comparaison brève du vers 1395 cherche peut-être à condenser dans un espace étroit l’énormité des monstres marins auxquels les Géants sont comparés :

οἱ δ’ ἐπ’ ἀγοστῷ
καὶ πλευροῖς, κήτεσσι δομὴν ἀτάλαντοι ἰδέσθαι· (vers 1394-1395)

77En tout cas, une fois encore, on ne connaît pas de modèle homérique à cette comparaison ; de même encore pour l’image qui suit des rejets de jeunes plants dans un verger, vers 1399-1401 :

ἔρνεά που τοίως, Διὸς ἄσπετον ὀμβρήσαντος,
φυταλιῇ νεόθρεπτα κατημύουσιν ἔραζε
κλασθέντα ῥίζηθεν, ἀλωήων πόνος ἀνδρῶν

78Enfin, la dernière image du chant montre Aiétès quittant le lieu de la moisson comme le maître d’un domaine dévasté qui s’en retourne chez lui, abattu :

τὸν δὲ κατηφείη τε καὶ οὐλοὸν ἄλγος ἱκάνει
κλήρου σημαντῆρα φυτοτρόφον – ὧς τότ’ ἄνακτος
Αἰήταο βαρεῖαι ὑπὸ φρένας ἦλθον ἀνῖαι· (vers 1402-1404)


79C. Cusset commente l’image du verger ravagé dans le cadre des images des « arbres qui tombent », sans commenter les images précédentes. Il me semble pourtant que les jeunes plants des vers 1399-1401 rendent la dévastation des vers 1402-1404 plus poignante.

80J’ai morcelé le texte image par image pour toute cette fin du chant III des Argonautiques, mais la composition du texte est remarquable par sa fluidité, par l’enchaînement entre deux images pratiquement sans texte narratif, sans que l’on puisse toujours en marquer les bornes, ce qui n’a plus rien de commun avec la démarcation claire des comparaisons homériques.

81Pour revenir sur l’ensemble des comparaisons du chant III et de l’imitation d’Homère, on voit se dessiner les grandes lignes de l’analyse : toute la première partie s’attache à la psychologie de l’amour, avec des comparaisons qui se situent d’abord dans l’espace intime de la maison, avec une tonalité de tristesse et de deuil surprenante, qui s’explique probablement par l’annonce des malheurs qui suivront. Si l’on s’en tient à l’enchaînement chronologique des comparaisons, un rayon de soleil vient toutefois éclairer cette maison endeuillée et prépare un déplacement vers l’extérieur, vers un cadre naturel qui évoque le genre bucolique. Les arbres immobiles dans un murmure sans fin marquent la réunion au moins provisoire de Médée et de Jason dans un même sentiment amoureux et une communication muette. Mais l’image de la drogue que Médée donne à Jason avec violence, comme si elle arrachait son âme de sa poitrine, marque encore la différence irréductible des « genres » : Jason, le destinataire de ce geste, est d’une certaine manière le combattant qui arrache l’arme du corps du vaincu dans la métaphore qui forme l’arrière-plan de cette image.

82La seconde moitié du chant, consacrée aux épreuves de Jason, commence assez paradoxalement par des images guerrières décrivant les préparatifs du héros. Mais ensuite, quand il y a véritablement combat, contre les taureaux cracheurs de feu d’abord, puis contre les Géants nés de la Terre, le registre choisi pour les images est celui de l’agriculture. Il est vrai que toute l’épreuve est au fond constituée par un labour et une moisson : Apollonios utilise les images pour leur donner la grandeur requise dans l’épopée, et il mobilise pour cela les ressources des comparaisons épiques traditionnelles, assez fidèlement aux modèles d’abord, en s’en éloignant davantage dans la fin du chant, quand précisément les images se succèdent à un rythme accéléré, effaçant pratiquement le récit proprement dit.

  • 88 Pour éviter le terme anglais de cluster.

83Le trait le plus marquant dans les comparaisons de ce chant III est qu’elles semblent se grouper, par grappes pour ainsi dire88, avec un effet poétique puissant : les comparaisons concernant Médée la montrent comme une « femme d’intérieur » solitaire, une pauvre ouvrière puis une jeune veuve, enfin éclairée par un rayon de soleil. La réunion avec Jason permet des images de communion à défaut de dialogue, celle des arbres bruissants surtout. Dans la seconde partie, deux images du roi Aiétès se répondent, la première le montrant brillant comme le dieu Poséidon sur son char, la seconde comme le maître pitoyable d’un domaine dévasté. Entre ces deux comparaisons concernant Aiétès, le texte s’attache à donner successivement des images des deux épreuves, le labour et la moisson, qui montrent Jason par des comparaisons guerrières quand il se prépare, mais plutôt par des comparaisons artisanales et agricoles pour le déroulement des épreuves : la forge d’abord, puis des images parfois fulgurantes des travaux des champs, dominées par la récurrence de la « moisson des Géants ».

84Les images imitées d’Homère donnent au texte d’Apollonios une profondeur particulière, confirmant que la Muse a quitté la nature pour la bibliothèque, suivant la belle analyse de C. Cusset. Cependant, les images sans hypotexte de la fin du chant III montrent aussi que le poète est capable de s’évader de sa cage érudite vers des terres inexplorées de la poésie grecque antérieure. S’il ne s’agissait que d’un seul passage, on pourrait supposer que ce qui nous paraît nouveau chez Apollonios se trouvait dans une source que nous avons perdue, mais cela paraît moins vraisemblable pour une série de plusieurs comparaisons.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 M. Fantuzzi et A. Rengakos dans T.D. Papanghelis, A. Rengakos (éd.), A Companion to Apollonius Rhodius, Leiden, Brill (Mnemosyne Suppl. 217), 2001, p. 147-169.

2 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque. Réécriture et intertextualité dans la littérature alexandrine, Paris, CNRS Éditions, 1999, deuxième partie, p. 113-257 : le nombre de pages montre bien l’importance de cette recherche et explique le nombre de nos références à ce travail.

3 H. Fränkel, Die homerischen Gleichnisse, Göttingen, Vanderhoeck & Ruprecht, 1921, ouvrage réédité sans changements en 1977 par Ernst Heitsch avec deux pages de Nachwort (« Après-propos, post-face ») et une bibliographie, texte de H. Fränkel reproduit en graphie gothique.

4 W.B. Stanford, Greek Metaphor : Studies in Theory and Practice, Oxford, OUP, 1936.

5 Voir sur le sujet les travaux de R. Schmidt (Dichtung und Dichtersprache in indo-germanischer Zeit, Wiesbaden, Harrassowitz, 1967, et l’ouvrage collectif publié par lui, Indogermanische Dichtersprache, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1968), M. Durante (Sulla preistoria della tradizione poetica greca, Roma, Ed. dell’Ateneo, 1971-1974), plus récemment ceux de C. Watkins, en particulier How to kill a dragon : aspects of Indo-European Poetics, Oxford, OUP, 1995, 20012.

6 D.J.N. Lee, The Similes of the Iliad and the Odyssey compared, Melbourne, Melbourne University Press,1964 ; W.C. Scott, The Oral Nature of the Homeric Simile, Leiden, Brill, 1974 ; C. Moulton, Similes in the Homeric Poems, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Hypomnemata 49), 1977 ; R. Friedrich, « On the compositional use of similes in the Odyssey », AJP 102, 1981, p. 146-173, repr. in I.J.F. de Jong (éd.), Homer : Critical Assessments, London et New York, Routledge, 1999.

7 S. Lonsdale, Creatures of Speech : Lion, Herding, and Hunting, Stuttgart, Teubner (BzA 5), 1990.

8 C.J. Ruijgh, Autour de « τε épique ». Études sur la syntaxe grecque, Amsterdam, A.M. Hakkert, 1971.

9 J.F. Carspecken, « Apollonius Rhodius and the Homeric epic », YClS 13, 1952, p. 33-143.

10 C. Reitz, Zur Gleichnistechnik des Apollonios von Rhodos, Frankfurt am Main, Peter Lang (Studien zur klassischen Philologie 99), 1996.

11 B. Effe, « The similes of Apollonius Rhodius. Intertextuality and epic innovation », in T.D. Papanghelis, A. Rengakos (éd.), A Companion to Apollonius Rhodius, ouvr. cit., p. 147-169.

12 On tiendra compte aussi des pages consacrées au sujet par C. Cusset dans le volume des éditions Atlande publié pour le programme d’agrégation 2012-2014 : R. Faure, C. Cusset, Silves grecques2012-2013 : Xénophon, Economique, Banquet, Apologie de Socrate ; Apollonios de Rhodes, Argonautiques, III, Atlande, 2012.

13 Cette limitation certainement volontaire a parfois été interprétée comme un élément de critique d’Homère par Apollonios.

14 Le commentaire de R. Hunter à ce passage, sans traiter de la comparaison, note des parallèles pour une négociation analogue entre Héra et Hypnos dans l’Iliade. A propos de l’objet lui-même, le parallèle avec la balle des fils d’Alcinoos en Od. VIII, 372-376 paraît très pertinent.

15 Sur cette comparaison, voir C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque. ouvr. cit., p. 201-202, avec l’hypotexte des sources du Xanthe dans l’Iliade.

16 Voir M. Fusillo, Il tempo delle Argonautiche. Un’ analisi del racconto in Apollonio Rodio, Roma, Ed. dell’Ateneo, 1985, p. 297-8 ; R. Hunter, Apollonius of Rhodes, Argonautica Book III, Cambridge, CUP, 1989, p. 112. Sur le verbe rare ἐψιάομαι , « jouer » (Arg. III, 118 et 950) et « discuter » (II, 811), voir A. Rengakos, in A Companion to Apollonius Rhodius, ouvr. cit., p. 203.

17 W.C. Scott, (The Oral Nature of the Homeric Simile, ouvr. cit., p. 74-75) note que ce type de comparaison est utilisé pour des groupes de combattants peu élévés dans la hiérarchie de l’épopée (Il. II, 87 et 469, XVI, 641). La comparaison n’a rien de glorieux donc.

18 R. Hunter, Apollonius Rhodius, Argonautica Book III, ouvr. cit. R. Hunter invoque aussi p. 128 le rapprochement avec Io. Dans l’analyse des comparaisons d’Apollonios, J.F. Carspecken (« Apollonius Rhodius and the Homeric epic », art. cit.) et B. Effe (« The similes of Apollonius Rhodius », art. cit.) en particulier ont remarqué comment il cherche souvent à mieux les intégrer au contexte qu’elles ne le sont chez Homère.

19 Apollonios de Rhodes, Argonautiques,tome II, chant III, texte établi et annoté par F. Vian, traduit par É. Delage, Paris, CUF, 1980 (première édition par F. Vian seul, 1956).

20 Vers 286-287 : … βέλος δ’ ἐνεδαίετο κούρῃ / νέρθεν ὑπὸ κραδίῃ φλογὶ εἴκελον.

21 C. Reitz, Zur Gleichnistechnik des Apollonios von Rhodos, ouvr. cit., p. 59.

22 Parallèle noté aussi dans le commentaire de R. Hunter ad loc. Voici les termes pertinents de la comparaison iliadique : … ὥς τε τάλαντα γυνὴ χερνῆτις ... / ἥ τε σταθμὸν ἔχουσα καὶ εἴριον ἀμφὶς ἀνέλκει / ἰσαζουα᾽ … / ὣς μὲν τῶν ἐπὶ ἶσα μάχη τέτατο... Le même commentaire note aussi que cette comparaison fait sens avec une comparaison du chant IV à une veuve au travail, aussi inspirée par le même passage de l’Iliade, et que le mot εἰλυμένος dans l’image au vers 296 fait écho au même mot dans le récit au vers 281 (ἐλυσθείς), liant ainsi discrètement l’image au récit.

23 B. Effe, « The similes of Apollonius Rhodius », art. cit., p. 154-155.

24 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 215.

25 Le modèle de l’expression θαλερὸν πόσιν se trouve dans Il. VIII, 190 sous la forme du nominatif θαλερὸς πόσις. La traduction traditionnelle par « époux florissant » ne semble plus guère parlante aujourd’hui.

26 H. Fränkel, « Problems of text and interpretation in Apollonius’ Argonautica », AJPh 71, 1950, p. 113-133, discuté par A. Hurst, Apollonius de Rhodes, manière et cohérence, Rome, Institut suisse de Rome, 1967. Intéressant que le même Hermann Fränkel dont nous avons cité le livre sur les comparaisons homériques ait aussi ici publié l’article philologique mentionné, puis, bien des années plus tard ses précieuses Noten zu den Argonautika des Apollonios (München, Beck, 1968), que nous n’avons malheureusement pas la place d’approfondir ici.

27 A la suite d’autres auteurs que nous ne pouvons pas reprendre en détail ici (C. Reitz, Zur Gleichnistechnik des Apollonios von Rhodos, ouvr. cit., p. 64). Elle évoque aussi Andromaque et Briséis (p. 66), mais à mon sens trop brièvement, avec Il. VI, 429 et suiv. et XIX, 291 et suiv.

28 J.F. Carspecken, « Apollonius Rhodius and the Homeric epic », art. cit., p. 78-79 ; B. Effe, « The similes of Apollonius Rhodius », art. cit., p. 154-155 : « In this way, the discrepancy between situation and actors, already present in Homer, becomes, so to speak, functional. The pitiful condition of the poor woman cast a compassionate light in the victim of Eros, and this effect is heightened by a further contrast : the fire is in one instance the means to a useful end, in the other a destructive force. »

29 Arg. III, 648-650 : δὴν δὲ καταυτόθι μίμνεν ἐνὶ προδόμῳ θαλάμοιο / αἰδοῖ ἐεργομένη· μετὰ δ’ ἐτράπετ’ αὖτις ὀπίσσω / στρεφθεῖσ’· ἐκ δὲ πάλιν κίεν ἔνδοθεν.

30 Voir l’analyse de B. Effe, « The similes of Apollonius Rhodius », art. cit., p. 150-151.

31 Plus loin dans le chant III, les vers 1063-1065 semblent faire écho à cette image, avec μυρομένη en tête du vers 1065, mais aussi avec le mot rare λιαροῖσι associé au nom des larmes au datif pluriel, δάκρυσι : chez Homère, δάκρυσι se trouve en général en tête de vers et sans adjectif. Mais la forme d’accusatif δάκρυα, elle, a un statut formulaire avec l’adjectif θερμὰ (voir δάκρυα θερμὰ en tête de vers dans Il. VII, 426 ; XVI, 3 ; XVIIII, 17, 235 ; Od. IV, 253 ; XXIV, 46 ; et la même association formulaire dans une autre position, Il. XVII, 437 ; Od. XIX, 362), dont λιαρός semble le substitut expressif (associé formulaire chez Homère du nom du sang, voir Il. XI, 477 : αἷμα λιαρόν, et du sommeil, voir Il. XIV, 164 : ὕπνον ἀπημονά τε λιαρόν τε). Voir sur cet adjectif A. Rengakos, in A Companion to Apollonius Rhodius, ouvr. cit., p. 200. On peut en conclure qu’Apollonios a remplacé la formule traditionnelle par une expression nouvelle, plus piquante.

32 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 233-234.

33 Selon son analyse, l’histoire d’Iphidamas (Il. XI, 221-247) a pu exercer une influence sur l’image d’Apollonios.

34 Voir par ex. Il. XXII, 452-453 : στήθεσι πάλλεται ἦτορ ἀνὰ στόμα, νέρθε δὲ γοῦνα / πήγνυται...

35 Il est construit par redoublement à partir de *ewel- ou de *wewel (P. Chantraine, Dictionnaire Étymologique de la Langue Grecque, Paris, Klincksieck, 1968-1980).

36 Le commentaire de R. Hunter va dans le même sens dans sa première partie (p. 174-175), et suggère pour cette image des sources philosophiques s’ajoutant à Od. IV, 45-46.

37 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 206-208.

38 C. Kossaifi, « L’incandescente beauté de Seirios (Arg. III, 956-963) », Gaia 15, 2013, p. 163-182.

39 L’opposition aspectuelle insiste peut-être sur la durée du regard de Médée sur Jason, comme si l’infinitif présent exprimait en quelque sorte la jouissance prolongée du regard. Dans les comparaisons homériques traditionnelles, on a le plus souvent des présents pour la description de l’image, en contraste avec des aoristes et des imparfaits pour le réel, qui revient au récit.

40 Avec ἀγρόμεναι au lieu de ἀγρονόμοι, voir A. Rengakos, in A Companion to Apollonius Rhodius, ouvr. cit., p. 213 : « The Argonautica passage displays a “conjunctive error” common to Apollonius’ Homeric readings and the older tradition, thus offering proof that for his Homeric text Apollonius took account of the older manuscripts ».

41 C. Cusset (La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 253-254) note aussi la différence dans le moment du tableau comparatif : « Homère place la comparaison au moment où les jeunes filles se trouvent sur le lieu même de leur destination, après qu’elles ont achevé leur tâche. Dans les Argonautiques, la comparaison intervient au moment du départ des jeunes filles, avant que la destination qu’elles se sont fixée ne soit atteinte. » Et le cadre rapproche la comparaison de la visite d’Aphrodite à Anchise dans l’Hymne homérique à Aphrodite.

42 Sur ἄνεῳ, exemple d’un mot qui après Homère ne se trouve que chez Apollonios, voir A. Rengakos, in A Companion to Apollonius Rhodius, ouvr. cit., p. 202.

43 Remarquons la présence de τε dans une relative au subjonctif (ἐρρίζωνται) : c’est le type d’emploi qui justifiait l’étude de fond des comparaisons dans le livre de C.J. Ruijgh cité ci-dessus, note 8.

44 C. Cusset (La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 165-168), commente cette comparaison sous le titre poétique « Des arbres qui bruissent », voir en particulier p. 166 : « Apollonios reprend la même comparaison qu’Homère, tout en s’écartant d’elle par des modifications de mots et de places de mots qui lui permettent d’éviter un vers spondaïque. L’intention intertextuelle d’Apollonios peut être assurée par le redoublement, en partie superflu, du comparant auquel il fait référence : Homère ne parle que d’une seule sorte d’arbre à la fois, alors qu’Apollonios greffe l’image des sapins sur une comparaison évoquant des chênes qu’il compose à partir des vers 132-134 du chant XII de l’Iliade. »

45 R. Hunter , commentaire ad loc. Selon A. Rengakos, in A Companion to Apollonius Rhodius, ouvr. cit., p. 206, un fragment de l’œuvre critique d’Apollonios suggère qu’il lisait ἐγγυαλίζει et non ἐγγυαλίξει comme la vulgate en Il. II, 436, prouvant son intérêt pour cet élément du lexique homérique.

46 Le commentaire de R. Hunter porte d’une part sur les vers 1015-1016, de l’autre sur les vers 1019-1021 : l’unité d’ensemble de la comparaison n’est ainsi pas soulignée.

47 Il. XXIII, 97 : … τοῖο δὲ θυμὸς / ἰάνθη, ὡς εἴ θε περὶ σταχύεσσιν ἐέρση. On a parfois soutenu que la comparaison d’Apollonios visait à expliquer celle d’Homère (voir R. Hunter, Apollonius Rhodius, Argonautica Book III, ouvr. cit., p. 211 avec références), en négligeant la synthèse avec l’image odysséenne sur laquelle une note de l’édition Vian-Delage a raison d’attirer l’attention.

48 Od. XIX, 205-207 : ὡς δὲ χίων κατατήκετ᾽ […] / ὥς τῆς τήκετο καλὰ παρήια δάκρυ χέουσης.

49 Od. XI, 222 : ψυχὴ δ᾽ἠύτ᾽ ὄνειρος ἀποπταμένη πεπότηται.

50 Voir dans les instructions de Médée la métaphore du vers 1055 : οἱ δ’ ἤδη κατὰ ὦλκας ἀνασταχύωσι γίγαντες, en remarquant au passage que ce discours de Médée contient aussi des comparaisons brèves : le pharmakon comme un onguent (ἠύτ’ ἀλοιφῇ, vers 1042), les Géants « comme des chiens aux dents aigües » (καρχαλέοι κύνες ὥστε περὶ βρώμης, vers 1058). Ce discours contient d’ailleurs en son cœur une comparaison complexe de Jason aux dieux : οὐδέ κε ϕαίης / ἀνδράσιν ἀλλὰ θεοῖσιν ἰσαζέμεν ἀθανάτοισιν (vers 1044-1045). Jason dit en retour que ses compatriotes vénèreront Médée comme une déesse au vers1124.

51 Renvoyons pour cette question à l’article de B. Daniel-Muller, « Une épopée au féminin. La question des genres dans le livre III des Argonautiques », Gaia 15, 2013, p. 97-120.

52 Commentaire ad loc., p. 234-235.

53 A. Rengakos, Apollonios Rhodios und die antike Homererklärung, Munich, Beck (Zetemata 92), 1994, p. 55-58 ; et Id., in A Companion to Apollonius Rhodius, ouvr. cit., p. 209-210.

54 Cette comparaison est étudiée par C. Cusset sous le signe de « La force du cheval », La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 151-153.

55 C. Reitz, Zur Gleichnistechnik des Apollonios von Rhodos, ouvr. cit., p. 89.

56 La répétition de la comparaison chez Homère a entraîné bien sûr la suspicion de la critique, le plus souvent pour contester la comparaison à propos d’Hector ; voir Σ à Il. XV, 263a, 265ab. À mon sens, la répétition prouve le caractère traditionnel de la comparaison, et des comparaisons homériques en général.

57 Il. VI, 509 = XV, 266-267 κυδιόων· ὑψοῦ δὲ κάρη ἔχει, ἀμφὶ δὲ χαῖται / ὤμοις ἀίσσονται...

58 Il y a aussi un usage homérique du même optatif avec négation, en fin de vers (3 exemples dans l’Iliade, 1 dans l’Odyssée), qui me semble assez différent.

59 Cela semble paradoxal au premier abord, car la comparaison fait d’ordinaire appel à un autre monde de référence que le réel. Dans le contexte homérique, c’est peut-être une manière d’exprimer la confusion du combat.

60 Voir en particulier le fameux vers 222 : καὶ ἔπεα νιφάδεσσιν ἐοικότα χειμερίησι.

61 W.C. Scott, The Oral Nature of the Homeric Simile, ouvr. cit., p. 63.

62 On comparera ce passage à Il. II, 478-479 : ὄμματα καὶ κεφαλὴν ἴκελος Διὶ τερπικεραύνῳ / ῎Αρει δὲ ζώνην, στέρνον δὲ Ποσειδάωνι. L’épithète d’Apollon employée ici, χρυσαόρ-, est hésiodique, non homérique, ce qui confirme une fois encore comment Apollonios combine ses modèles textuels dans une synthèse originale.

63 Le parallèle homérique cité par R. Hunter, Il. XV, 618-621, montre Hector solide comme un roc sous l’assaut des vagues. Il me semble que cette comparaison prolonge les comparaisons martiales analysées ci-dessus, en écho aux dimensions 21.1cosmiques de la tempête. Voir C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 184.

64 Il. XXI, 257-262.

65 Non en début de vers, mais cela se rencontre aussi chez Homère. On connaît une comparaison homérique impliquant un forgeron et ses outils, Od. IX, 391-395 (Ulysse faisant tourner le pieu dans l’œil du Cyclope comme un forgeron trempant une hache qu’il a forgée dans l’eau fraîche), mais l’image des soufflets est originale, et le vocabulaire employé évoque plutôt celui de la forge d’Héphaïstos en Il. XVIII, 468-475, et surtout 470-471 : φῦσαι δ᾽ἐν χοάνοισιν ἐείκοσι πᾶσαι ἐφύσων / παντοίην εὔπρηστον ἀυτμὴν ἐξανιεῖσαι.

66 Peut-être aussi parce que l’amour est désigné au moins deux fois par la locution Oulos eros.

67 Voir l’apparat critique de Vian-Delage. L’important est qu’il s’agisse d’un verbe onomatopéique expressif. Du point de vue sémantique, μορμύρω s’applique au bouillonnement d’un liquide : μαρμαίρω s’applique à un rayonnement (visuel) qui est moins bien venu dans le contexte.

68 Le substantif ὅμαδος désigne une foule tumultueuse, et le verbe dérivé est attesté dans l’Odyssée.

69 Une comparaison brève va dans le même sens en 1327-1328 : … ὦρτο δ᾽ἀυτμή / ἠύτε βυκτάων ἀνέμων βρόμος…

70 C. Cusset (La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., 1999, p. 241-243) étudie cette comparaison dans le cadre des évocations de « l’univers quotidien », s’attachant à la respiration des taureaux, analogue de cette des soufflets, et à l’emprunt homérique des creusets et des soufflets dont Apollonios inverse l’ordre, « désarticulant » le vers homérique.

71 Note 3 au vers 232, p. 60.

72 R. Hunter renvoie au modèle d’Il. XV, 624-628, où Hector est comparé à un feu ou une vague qui s’abat sur un navire. La crainte des marins est effectivement très similaire.

73 Il utilise son casque – vidé des dents qu’il a semées – comme un récipient, intéressante notation empruntée à la vie quotidienne où l’on détourne souvent les objets de leur utilisation normale attendue. Le moment où Jason achève son labour est marqué explicitement aux vers 1340 et suivant par une formule qui rappelle un vers de la Dolonie qui pose l’un des problèmes de la critique homérique alexandrine, voir A. Rengakos, Der Homertext und die hellenistichen Dichter, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Hermes Einzelschriften 64), 1993, p. 70.

74 Voir A. Schnapp-Gourbeillon, Lions, héros, masques, Paris, Maspéro, 1981, p. 47-48.

75 Le commentaire de C. Cusset (La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit.,) montre très précisément l’imitation d’Homère et les écarts avec l’hyptoexte, p. 124-127, en particulier avec le tableau de la p. 126.

76 Voir R. Hunter, passage cité, qui conclut qu’il a pu s’agir pour le poète de « refléter une discussion contemporaine du texte homérique ».

77 W.B. Stanford, Greek Metaphor, ouvr. cit.

78 On rencontre le génitif de ce participe ἀναλδήσκοντος, en Il. XXIII, 599, dans une comparaison du cœur de Ménélas à la rosée sur des épis : on retrouvera d’ailleurs plus loin d’autres termes qui semblent avoir été empruntés à ce passage.

79 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 223-225, passage cité p. 224.

80 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 186-187.

81 Suivant un modèle homérique assez fréquent (Il. IV, 482-487, V, 560, etc.) : R. Hunter, Apollonius Rhodius, Argonautica Book III, ouvr. cit., p. 251-252. Voir C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 171, sur « les arbres qui tombent ».

82 R. Hunter renvoie à plusieurs parallèles homériques, surtout Il. IV, 75-78 . Comme une note complémentaire de Vian-Delage le remarque d’ailleurs, ἀναπάλλεται gêne et a suscité des corrections diverses. Sur les images astronomiques de Jason, voir C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, ouvr. cit., p. 216-221, p. 220-221 sur celle-ci en particulier.

83 Selon une scholie et la note de R. Hunter, le nom Πυρόεις désigne Mars/Arès, mais dans le vers, il a, me semble-t-il, une valeur visuelle forte : « en feu », qui contribue à la valeur poétique de l’image.

84 On remarque que la proportion donnée à l’image par rapport au terme-réel (5 vers / 1 vers) à la manière homérique, loin de nuire au poids poétique du réel, paraît le renforcer. L’image homérique qui a pu inspirer Apollonios, Il. XI, 67-71 est citée par R. Hunter, Apollonius Rhodius, Argonautica Book III, ouvr. cit., p. 253.

85 Effet difficile à rendre en traduction : É. Delage « se presse de couper les épis avant l’heure », R. Hunter : « “unripe”, but in the context of the main narrative we hear also “cruel”, “savage” ».

86 J’ai essayé ici de garder l’ordre des mots du grec, qui met en valeur le sang plus que ne le fait la traduction d’É. Delage.

87 Il. XXI, 257-264, comparaison de laquelle j’extrais l’hémistiche qui nous concerne, 259 : … ἀμάρης ἐξ ἔχματα βάλλων.

88 Pour éviter le terme anglais de cluster.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Létoublon, « La moisson des Argonautiques et la poétique d’Apollonios dans le chant III », Aitia [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://aitia.revues.org/784 ; DOI : 10.4000/aitia.784

Haut de page

Auteur

Françoise Létoublon

Université Stendhal - Grenoble 3, équipe RARE

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page