Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes-rendus

Gregor Weber (dir.), Alexandria und das ptolemäische Ägypten. Kulturbegegnungen in hellenistischer Zeit

Christophe Cusset
Référence(s) :

Berlin, Verlag Antike, ISBN : 978-3-938032, 49, 90 euros

Texte intégral

1Gregor Weber réunit dans ce volume les actes d’un colloque qui s’est déroulé à l’université d’Augsburg pendant le semestre d’hiver 2007-2008 sur la question essentielle des rencontres entre les cultures dans l’Égypte ptolémaïque, selon les perspectives complémentaires de l’archéologie, de la philologie et de l’histoire. Dans l’introduction (p. 9-29), G. Weber montre clairement la nécessité de prendre en compte la pluralité des cultures pour comprendre l’Égypte ptolémaïque, et d’étudier les interactions culturelles. Il s’efforce de définir les concepts de culture, d’identité, de rencontre des cultures, et il rapelle rapidement l’état de la recherche, pour constater que la période qui a souvent été délaissée, car considérée comme décadente du point de vue de l’hellénisme, hybride dans les arts en général, artificielle en littérature, cette période donc commence à sortir de l’obscurité, comme en témoigne l’élan d’enthousiasme qu’a suscité le nouveau Posidippe. G. Weber se propose de faire porter son enquête sur cinq domaines exemplaires qui recoupent les différentes disciplines qui traitent de l’Égypte ptolémaïque, mais qui souvent encore communiquent peu : la question des élites à la fois gréco-macédoniennes et égyptiennes ; la conception de la monarchie où l’on voit que l’unité dynastique conduit à adapter la notion égyptienne de mariage au sein de la fratrie ; la religion, dans laquelle persiste une division claire entre les mondes divins ; la situation dans la χώρα que nous montrent de nombreux papyrus ; enfin, les formes d’opposition au régime que l’on voit se développer dès le milieu du IIIe siècle.

2La première contribution, due à Sitta von Reden (p. 30-54), évoque l’importance de la transformation économique qui marque l’Égypte au début de la dynastie des Ptolémées, en mettant en évidence en quoi la monnaie est un véritable instrument de pouvoir : on voit en effet se mettre en place progressivement en Égypte la monétarisation de l’administration, tandis que le royaume s’organise en un ensemble cohérent. Dans ce cadre, les élites locales, en préférant les paiements en monnaie, se rendent en partie responsables du rôle dévolu à la monnaie. G. Weber traite ensuite (p. 55-83) longuement et précisément du culte ptolémaïque pour souligner notamment la variété des positions de la dynastie à l’égard des différents groupes de la population égyptienne. Il apparaît que le monarque s’est aisément glissé dans la posture que tenaient jusqu’alors les Pharaons à la direction des affaires aussi bien financières et économiques, qu’administratives et religieuses, même si les fonctionnaires sous les premiers Ptolémées sont majoritairement issus de l’implantation gréco-macédoniennne. Le culte du souverain et le culte dynastique (qui part d’Alexandre, et non des Pharaons) ont dans ces conditions une importance tant religieuse que politique : il s’agit notamment de souder la population gréco-macédonienne avec le clergé local, sans qu’on s’intéresse de trop près aux pratiques cultuelles dans le cadre privé. À propos de la pierre de Rosette (p. 84-108), Stefan Pfeiffer souligne de son côté les continuités entre les pratiques grecques et les pratiques égyptiennes : l’inscription rappelle en effet l’importance maintenue des clergés de Memphis et de Thèbes, mais tout en rappelant la manière des inscriptions honorifiques hellénistiques. Il est bien montré que le culte dynastique était observé dans tous les temples, mais que le roi était dans une dépendance secondaire à l’égard des autres dieux auxquels il empruntait sa légitimité. Marianne Bergmann fait ensuite (p. 109-135) une bonne mise au point sur l’état de nos connaissances sur le culte de Sérapis qui, assez peu développé dans la population, a été étroitement lié à la maison royale, au point d’être particulièrement en faveur au sein de l’administration. Selon M. Bergmann, l’importance de Sérapis à Memphis sous les traits d’Osirapis en tant qu’avatar local d’Osiris aurait apporté un soutien supplémentaire au culte dynastique, notamment sous le règne de Ptolémée III Evergète et de Ptolémée IV Philopator qui en avait fait sa divinité protectrice. Stefan Schmidt (p. 136-159) examine en quoi l’architecture funéraire peut se faire l’écho de l’architecture de la vie quotidienne ; elle est notamment sous l’influence de l’architecture égyptienne. S. Schmidt évoque aussi les cryptes funéraires communes, qui met en évidence l’importance des associations dans la société alexandrine de l’époque. Avec la contribution de Irmgard Männlein-Robert (p. 160-186), on aborde ensuite le domaine littéraire : il s’agit d’établir ici que les Aitia ont été composés par Callimaque afin de fabriquer aux Alexandrins une identité propre, en unifiant une population aux origines géographiques diverses grâce à des traditions communes. Callimaque a cherché à transférer en Égypte la culture hellénique et de l’identité pour un nouveau monde, en s’efforçant de réduire le fossé entre le présent égyptien et le passé grec.

3Enfin, avec Karl-Heinz Stanzel (p. 186-207), une dernière étude essaie de montrer comment Callimaque, Hérondas, et Théocrite ont transposé les formes traditionnelles de la poésie dans leur époque et leur société. Callimaque introduit la verve d’Hipponax à Alexandrie. Hérondas montre dans ses Mimiambes un univers socio-économique de basse condition. Les « mimes » de Théocrite ne montrent pas seulement des scènes de la vie bucolique, mais aussi la vie urbaine, avec ses tracas ou ses solutions radicales pour s’extraire du désespoir.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Gregor Weber (dir.), Alexandria und das ptolemäische Ägypten. Kulturbegegnungen in hellenistischer Zeit », Aitia [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://aitia.revues.org/813

Haut de page

Auteur

Christophe Cusset

ENS de Lyon - UMR 5189 Hisoma
ANR Culture antiquaire et invention de la modernité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page