Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes-rendus

Marios Skempis, « Kleine Leute » und grosse Helden in Homers Odyssee und Callimachos’ Hecale

Christophe Cusset
Référence(s) :

Berlin et New York, De Gruyter (Beiträge zur Alterumskunde, Bd. 274), ISBN : 978-3-11-022413-9, 119, 95 euros

Texte intégral

  • 1 C. McNelis, « Mourning glory : Callimachus’Hecale and heroic honors », MD 50, 2003, (...)
  • 2 A. Ambühl, Kinder und junge Helden. Innovative Aspekte des Umgangs mit der literarischen Tr (...)
  • 3 W.G. Müller, « Interfigurality : a study on interdependence of literary figures », dans H.F (...)

1L’ouvrage de Marios Skempis, qui propose une lecture de l’Hécalé de Callimaque à la lumière de certaines données de l’Odyssée, et notamment sous l’angle des personnages humbles de ces deux récits épiques, s’inscrit parfaitement dans le mouvement actuel de relecture et de réhabilitation de l’epyllion hellénistique. Le propos de M. Skempis est de montrer que l’influence de l’Odyssée est à l’œuvre aussi bien dans la peinture des petites gens que dans les structures épiques du récit et la langue employée par Callimaque. L’ambiguïté du statut de figures mineures socialement, comme Hécalé, qui pourtant peuvent être des personnages principaux dans le récit, est un phénomène déjà présent dans le poème homérique où Ulysse, tout en étant roi d’Ithaque, se fait passer pour un mendiant, ou encore avec les figures d’Eumée et d’Euryclée qui, malgré leur condition inférieure, sont traitées positivement dans la narration. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner que Callimaque choisisse de faire d’Hécalé son personnage principal dans ce qui passe pour être le plus homérique des poèmes de Callimaque. Cette étude s’inscrit résolument dans la lignée des travaux sur la réception du texte homérique, sur l’intertextualité alexandrine (à la suite notamment de Charles McNelis1 et Annemarie Ambühl2), mais aussi sur l’« interfiguralité » conceptualisée par Wolfgang Müller3 et sur la construction du genre, l’héroïsation du personnage féminin reposant ici sur sa souffrance passée, son chagrin présent et la reconnaissance future que pourrait lui valoir son rôle d’hôtesse.

2L’étude comporte cinq chapitres. Le premier (p. 16-71) s’intéresse à la stylisation du personnage d’Hécalé, au mécanisme de caractérisation d’un personnage littéraire aux multiples facettes. En tant que vieille femme et mère plaintive, Hécalé n’est pas seulement porteuse de morale et de pathétique, mais construit en elle ces deux dimensions en les associant étroitement. Si la mère plaintive rappelle la figure odysséenne de Pénélope, Hécalé s’affirme aussi comme un substitut maternel pour Thésée et, tout en incarnant l’autochtonie attique, pose le thème exemplaire de l’ouverture à l’étranger ; une scène où une vieille femme fait la rencontre d’un jeune homme n’est pas sans être teintée d’une certaine ironie au regard de l’arrière-plan odysséen.

3Le deuxième chapitre (p. 72-150) propose une lecture comparée des figures d’Eumée et d’Hécalé. Les deux personnages ont notamment en commun qu’ils entretiennent dans chaque poème une relation quasi-parentale avec le héros épique. Cette relation n’est pas seulement structurale, mais s’appuie aussi sur un travail formulaire et paraformulaire. Si Eumée est en effet qualifié de δῖος ὑφορβός, et si sa fonction dans le récit se trouve inscrite dans l’appellation ὄρχαμος ἀνδρῶν, on peut établir en écho pour l’expression πρηεῖα γυναικῶν (fr. 80 H.) qu’elle se présente à son tour comme une déconstruction de la formule homérique δῖα γυναικῶν, tout en renonçant au statut formulaire. Enfin, les apostrophes épiques permettent de compléter cette comparaison des deux personnages. De même que dans l’Odyssée les adresses du narrateur à Eumée, plus nombreuses que pour tout autre personnage, mettent en évidence la sympathie du narrateur à son égard, en même temps qu’elles en soulignent, en tant qu’indices métanarratifs, les changements de fonction dans le récit, de même, les adresses à Hécalé chez Callimaque mettent en place l’idée que les personnages modestes, et pas seulement les héros, peuvent être invoqués et loués dans un style influencé par l’emploi de la deuxième personne dans la poésie hymnique.

4Le troisième chapitre (p. 151-209) traite de la scène typique d’hospitalité. L’absence de forme standardisée des scènes typiques chez Homère permet de mieux comprendre la construction qu’en propose ici Callimaque : le poète alexandrin utilise en effet, en des positions-clés dans le vers, comme marqueurs caractéristiques, des raretés lexicales décontextualisées et réinvesties dans un nouveau contexte ; ces déplacements permettent d’appréhender le rapport notamment à la scène d’accueil d’Ulysse par Eumée, et le jeu de variation engagé par le poète alexandrin.

5Le quatrième chapitre (p. 210-305) aborde le motif de la faim (associé à celui de la supplication), qui est central dans la poésie de Callimaque, comme le montrent l’Héraclès de la Victoire de Bérénice ou Erysichthon dans l’Hymne à Déméter, qui sont autant de variations tragiques ou comiques de ce motif. On peut alors s’interroger sur le statut de Thésée dans l’Hécalé. Le potentiel comique du personnage permet de souligner son caractère ambivalent. Situé entre l’adolescence et l’âge adulte, Thésée est une figure de l’intermédiaire, qui n’est pas encore un héros fondateur, même s’il en a le courage et les valeurs morales. Son identité héroïque subit un certain nombre de rabaissements : par sa fonction d’aide culinaire, il se trouve rapproché des serviteurs homériques. L’innovation de Callimaque consiste précisément en la peinture de la distinction morale dans une situation inattendue, ce qui vaut bien un exploit héroïque. Selon M. Skempis, Callimaque n’a pas l’intention de dégrader le héros par le comique.

6Le cinquième chapitre (p. 306-348) engage une nouvelle comparaison, cette fois entre Hécalé et Euryclée. À partir d’une présentation des traits caractéristiques d’Euryclée dans l’Odyssée, M. Skempis montre en quoi cette vieille servante peut servir de modèle pour Hécalé autour des motifs de la mort de la mère, de la prière à Athéna et du lavement des pieds.

  • 4 A.S. Hollis, Callimachus. Hecale, Oxford, OUP, 1990.

7Avec une abondante bibliographie très internationale (p. 353-399) et trois index (passages cités, mots grecs, noms et thèmes), ce volume s’affirme comme une étude sérieuse et approfondie qui, dans l’étude comparative, ne laisse aucun élément de côté, sans rien avancer au hasard et sans forcer l’interprétation. On soulignera l’attention apportée au détail du texte en même temps qu’une hauteur de vue qui permet de dégager les enjeux théoriques et esthétiques de cette écriture intertextuelle qui, bien loin de se réduire à un simple exercice d’érudition, s’impose comme une (re-)création artistique pleine et entière, dans un cadre poétique renouvelé. Avec une grande acribie et beaucoup d’intelligence dans ses analyses, cette étude propose l’une des premières lectures systématiques du poème de Callimaque depuis l’édition magistrale qu’en a donné Adrian Hollis4. En se mettant pleinement au service du poème qu’elle éclaire, cette étude rend aux trop maigres fragments de l’epyllion callimachéen toute leur beauté et leur richesse littéraire. C’est donc un ouvrage qui devrait faire date et servir de modèle aux études qui restent encore à faire sur bien d’autres œuvres hellénistiques.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 C. McNelis, « Mourning glory : Callimachus’Hecale and heroic honors », MD 50, 2003, p. 155-161.

2 A. Ambühl, Kinder und junge Helden. Innovative Aspekte des Umgangs mit der literarischen Tradition bei Kallimachos, Louvain, Paris et Dudley, Peeters (Hellenistica Groningana, vol. 9), 2005.

3 W.G. Müller, « Interfigurality : a study on interdependence of literary figures », dans H.F. Plett (dir.), Intertextuality, Berlin et New York, De Gruyter (Untersuchungen zur Texttheorie vol. 15), 1991, p. 101-121.

4 A.S. Hollis, Callimachus. Hecale, Oxford, OUP, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Marios Skempis, « Kleine Leute » und grosse Helden in Homers Odyssee und Callimachos’ Hecale », Aitia [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://aitia.revues.org/817

Haut de page

Auteur

Christophe Cusset

ENS de Lyon - UMR 5189 Hisoma
ANR Culture antiquaire et invention de la modernité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page