Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À propos de quelques parallèles entre le poème de Lycophron et la documentation figurée

Introduction

Évelyne Prioux

Texte intégral

1L’Alexandra de Lycophron est un poème hellénistique de 1474 vers qui se présente sous la forme d’une prophétie prononcée d’une seule traite par Cassandre, alors que Pâris s’embarque pour la Grèce où il enlèvera Hélène. Cette gigantesque fresque mythologique contient en miniature l’ensemble du cycle troyen, qu’elle insère au sein d’une histoire universelle. Cassandre évoque le destin de ses proches (v. 31-1282), en rassemblant quelques images saisissantes du passé de Troie (par exemple, le premier sac de Troie par Héraclès, alors que Priam n’était qu’un enfant) et en annonçant les conséquences de la faute de Pâris, à savoir la prise et l’incendie de Troie par les Grecs. Sa parole oraculaire égrène aussi les destins des vainqueurs et des vaincus du conflit, à travers l’évocation des nostoi (retours), et de la manière dont Énée et ses descendants s’établiront en Italie. Dans un deuxième mouvement de la prophétie (v. 1283-1450), cette histoire de la famille royale de Troie et des parents de Cassandre, qui commence avec le déluge et s’étend jusqu’à une époque contemporaine des premiers lecteurs de Lycophron, est explicitement resituée dans le cadre d’une histoire universelle des conflits entre Europe et Asie. La prophétie de Cassandre passe ainsi une deuxième fois en revue les mêmes épisodes mythologiques, tout en les associant à une série d’événements identifiés comme analogues à l’enlèvement d’Hélène et au conflit troyen (l’enlèvement d’Europe, l’expédition des Argonautes, etc.). Le conflit sans cesse renouvelé des deux continents ne prend fin qu’avec une forme de réconciliation ou d’apaisement advenue à une époque qui, pour les lecteurs du poème, est apparemment proche. Le poème de Lycophron articule ainsi le mythe à l’histoire : les mythes qui peuvent être rattachés au conflit entre Europe et Asie sont chargés de sens pour les lecteurs du poème qui évoluent dans un monde redessiné par les conquêtes d’Alexandre et où s’affirme déjà très clairement, aux yeux du poète, la puissance romaine. L’Alexandra témoigne donc d’une conscience des enjeux politiques et des équilibres géostratégiques de son temps. Comme d’autres poèmes hellénistiques, elle s’efforce aussi de tisser et d’identifier des liens entre des réalités géographiques ou des cultes locaux et le passé mythologique.

2Mais l’Alexandra, œuvre qui tente de regrouper tous les mythes et tous les cycles épiques dans la longueur d’une tragédie, est aussi un poème parfaitement atypique : Lycophron pousse en effet à l’extrême le goût hellénistique pour les mots rares et pour les mots composés, s’exprime par métaphores, crypte le discours de Cassandre en désignant les personnages mythologiques au moyen de périphrases et d’images, et non par leurs vrais noms. Poème oraculaire, l’Alexandra est donc avant tout un poème obscur, d’accès difficile et qui dut très tôt circuler accompagné d’un appareil de commentaires et de scholies permettant d’en déchiffrer le sens.

  • 1 Voir principalement E. Scheer, Lycophronis Alexandra recensuit Eduardus Scheer, vol. II : Scholia c (...)
  • 2 Voir principalement B.G. Niebuhr, « Über das Zeitalter Lycophrons des Dunkeln », RhM 1, 1827, p. 10 (...)

3De l’auteur de ce poème et des conditions de rédaction de cette œuvre, nous ne savons rien ou presque. La Souda fait de Lycophron le contemporain de Ptolémée II Philadelphe, l’associe à l’Eubée (« Lycophron de Chalcis »), situe le gros de son activité à Alexandrie, mais introduit aussi un lien entre Lycophron et la figure de l’historien Lycos de Rhégion qui serait, nous dit cette encyclopédie, le « père adoptif » de l’auteur de l’Alexandra. Cette datation du poème dans la première moitié du IIIe siècle a été maintes fois contestée dans les études : plusieurs commentateurs ont préféré rattacher les passages relatifs à la grandeur de Rome à l’œuvre d’un interpolateur1 ou à un Lycophron opérant intégralement au IIe siècle avant J.-C.2

  • 3 C. Pouzadoux et É. Prioux, « Orient et Occident au miroir de l’Alexandra et de la céramique apulien (...)
  • 4 La base Callythéa ([URL : http://www.cn-telma.fr/callythea/index/], consulté le 26 février 2014) fa (...)
  • 5 Pour des exemples particulièrement intéressants tirés de l’Alexandra, consulter les commentaires ic (...)

4De par ses allusions fréquentes à des mythes rares et de par le caractère encyclopédique de son traitement des mythes, des lieux et des cultes, l’Alexandra est fréquemment citée et consultée par les archéologues et les historiens de l’art. Elle demeure cependant rarement utilisée in extenso et fort peu d’études pluridisciplinaires ont tenté de comprendre la portée ou la signification d’ensemble de ce poème pour le confronter de manière plus systématique aux productions figurées de l’époque hellénistique. Quelques études isolées ont pourtant montré l’intérêt d’une telle enquête, notamment dans le cadre du colloque Lycophron : éclats d’obscurité (Lyon et Saint-Étienne, 18-20 janvier 2009)3 . Des premiers résultats mis en évidence par ces travaux est née l’idée d’organiser une table ronde rassemblant philologues et historiens de l’art autour de la personnalité de Lycophron (Lycophron et les images, Paris, INHA, 17 décembre 2009). Nous souhaitions ainsi examiner les rapports entre Lycophron et les images prises au sens large (tant les métaphores, abondantes dans son texte, que les productions figurées antiques dont les thèmes convergeaient avec ceux traités par Lycophron). L’organisation de cette rencontre, dont nous publions aujourd’hui les actes dans la revue Aitia, est en outre intimement liée aux phases d’élaborations de la base Callythéa4, qui est aujourd’hui consultable en ligne et qui vise à mettre à disposition du public les textes poétiques de l’époque hellénistique tout en présentant des rapprochements pertinents entre ces textes et la documentation figurée5.

  • 6 Voir principalement les contributions de S. Barbara ; C. Cusset et P. Linant de Bellefonds ; E. Mug (...)

5Les articles qui suivent relèvent donc une série de parallèles significatifs entre le texte poétique et des œuvres figurées antiques : images chargées de violence, représentations de sacrifices impliquant notamment les figures d’Iphigénie et de Polyxène, images de la famille royale troyenne où la représentation d’un portrait de famille et des relations familiales permet d’esquisser un discours sur l’histoire et sur le monde6.

  • 7 Voir les contributions de M. Menichetti et de G. Biffis.

6Ils s’attachent aussi aux représentations figurées évoquées et citées dans le texte de Lycophron (statues de culte, images liées à un contexte religieux, qui traversent les siècles et autour desquelles se noue parfois un récit étiologique7), ou encore au rôle des images mentales dans la fabrique du poème (Antonella Marandino s’attache ainsi à la question de l’enargeia et à la manière dont la composition même de l’Alexandra est mise au service de la formation d’images mentales dans l’esprit du lecteur, tandis que Laurent Haumesser revient à la question des parallèles entre texte et images en soulignant que la logique de composition par images et mythes comparés se retrouve dans des monuments figurés complexes du début de l’époque hellénistique).

  • 8 Voir principalement les contributions de S. Barbara ; C. Cusset et P. Linant de Bellefonds ; A. Mar (...)
  • 9 Voir les contributions de P. Linant de Bellefonds, de M. Menichetti et de G. Biffis.
  • 10 Voir par exemple les commentaires de S. Barbara, ou, dans la base Callythéa, les notices de P. Lina (...)

7Ces articles mettent en évidence certaines lignes directrices du poème de Lycophron : la prégnance de la violence et du macabre dans les scènes qui composent la vision oraculaire de Cassandre8, l’importance du rôle dévolu par Lycophron aux figures féminines, qui sont les victimes répétées de cette violence mais aussi les protagonistes de plusieurs cultes évoqués par l’auteur9, et enfin la présence de l’Italie et la convergence avec la documentation figurée provenant de fouilles en sol italien ; cette convergence suggère que l’« italocentrisme » de l’Alexandra ne peut être ramené à l’action d’un interpolateur remaniant le poème de Lycophron. On retrouve au contraire une convergence marquante entre le poème et la documentation figurée provenant d’Italie et plus particulièrement d’Italie méridionale, et ce dans la représentation de scènes qui ne concernent pas directement l’Italie et le destin des Troyens dans la péninsule, mais des épisodes mythologiques que nul ne songerait à assigner à l’action d’un interpolateur remaniant le poème pour un public italien10.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Voir principalement E. Scheer, Lycophronis Alexandra recensuit Eduardus Scheer, vol. II : Scholia continens, Berlin, Weidmann, 1908 ; L. Braccesi, « Licofrone e l’interpolatore augusteo », Athenaeum 80, 1992, p. 506-511 ; S. West, « Lycophron italicised », JHS 104, 1984, p. 127-151.

2 Voir principalement B.G. Niebuhr, « Über das Zeitalter Lycophrons des Dunkeln », RhM 1, 1827, p. 108-117 ; J. Beloch, Campania. Storia e topografia della Napoli antica e dei suoi dintorni, ristampa in italiano a cura di C. Ferone e F. Pugliese Carratelli, Naples, Bibliopolis, réimpr. 1989 (réédition en italien de l’édition allemande de 1890) ; K. Ziegler, « Lykophron [8] », in W. Kroll (dir.) Pauly-Wissowa Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Bd. 13, Stuttgart, J. B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung, 1927, col. 2316-2381 ; P. Lévêque, « Lycophronica », REA 57, 1955, p. 36-56.

3 C. Pouzadoux et É. Prioux, « Orient et Occident au miroir de l’Alexandra et de la céramique apulienne », in C. Cusset et É. Prioux (dir.), Lycophron : éclats d’obscurité, Saint-Étienne, PUSE, 2009, p. 451-485 ; F.-H. Massa-Pairault, « Lycophron et les Géants », ibid., p. 492-493.

4 La base Callythéa ([URL : http://www.cn-telma.fr/callythea/index/], consulté le 26 février 2014) fait partie, tout comme la table ronde « Lycophron et les images », des réalisations du programme d’ANR CAIM (Culture antiquaire et invention de la modernité) coordonné par A. Rouveret et qui rassemble plusieurs partenaires (les équipes ESPRI et LIMC de l’UMR 7041 ArScAn et l’antenne de l’ENS Lyon de l’UMR 5189 HiSoMA).

5 Pour des exemples particulièrement intéressants tirés de l’Alexandra, consulter les commentaires iconographiques associés aux extraits de texte suivants :
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait262/ ;
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait268/ ;
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait715/ ;
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait753/ ;
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait828/ ;
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait887/ ;
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait905/ ;
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait932/

6 Voir principalement les contributions de S. Barbara ; C. Cusset et P. Linant de Bellefonds ; E. Mugione ; É. Prioux et C. Pouzadoux.

7 Voir les contributions de M. Menichetti et de G. Biffis.

8 Voir principalement les contributions de S. Barbara ; C. Cusset et P. Linant de Bellefonds ; A. Marandino ; E. Mugione.

9 Voir les contributions de P. Linant de Bellefonds, de M. Menichetti et de G. Biffis.

10 Voir par exemple les commentaires de S. Barbara, ou, dans la base Callythéa, les notices de P. Linant de Bellefonds sur la représentation par Lycophron de la prise de Thèbes ou de la mort des fils d’Apharée :
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait905/ ;
http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait932

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Évelyne Prioux, « Introduction », Aitia [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 17 décembre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://aitia.revues.org/848 ; DOI : 10.4000/aitia.848

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page