Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À propos de quelques parallèles entre le poème de Lycophron et la documentation figurée

Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit troyen

Between family histories and world history: generational ties, kinship and marriage in the representation of the time frame surrounding the Trojan war
Tra storie di famiglia e la storia del mondo: legami generazionali, parentela e matrimonio nella rappresentazione del lasso di tempo che circonda la guerra di Troia
Évelyne Prioux et Claude Pouzadoux

Résumés

À travers cette confrontation entre la céramique italiote et l’Alexandra, nous nous proposons de rechercher les éventuelles convergences entre un corpus d’images datant du IVe siècle avant J.-C. et un poème dont il faut peut-être situer la composition au début du IIIe siècle avant J.-C., mais qui pourrait témoigner d’une tentative de réélaboration de la matière mythologique en partie inspirée par l’actualité politique de la deuxième moitié du IVe siècle avant J.-C. Dans un précédent travail, nous avions montré que l’une des convergences les plus frappantes entre le texte et les images tenait à la présentation qui était donnée, dans les deux corpus, de l’histoire des rapports entre Europe et Asie. La question qui nous intéresse plus spécifiquement aujourd’hui est celle du traitement de la matière troyenne et de sa réélaboration dans les deux séries : l’émergence du conflit troyen et l’histoire des sacs de Troie constituent en effet des événements saillants du conflit séculaire entre Europe et Asie qui, au tournant des IVe et IIIe siècles, pouvaient aisément se prêter à une réélaboration inspirée par des événements historiques récents comme les conquêtes d’Alexandre. À travers l’exemple de la matière troyenne, nous souhaiterions analyser la présentation des liens familiaux (liens générationnels et relations de sungeneia) et des relations entre les hommes ou entre les hommes et les dieux. Les figures qui retiendront plus spécifiquement notre attention sont celles d’Hélène, d’Aithra et d’Hésione. Il s’agira notamment de voir si la présentation que le poème et les images nous donnent des liens familiaux, de la société et de l’ordre du monde se signale, dans ces différents mythes, par des particularités signifiantes. Nous nous efforcerons ainsi de voir si les rapprochements entre différents épisodes ou personnages de la légende troyenne en renforcent la signification historique pour construire un discours sur l’histoire du monde.

Haut de page

Texte intégral

Autour du conflit troyen : liens générationnels, parentés et mariages dans l’Alexandra de Lycophron

  • 1 G. Amiotti, « Lico di Reggio e l’Alessandra di Licofrone », Athenaeum, n.s. 60, 1982, p. 452-460 ; (...)
  • 2 C. Pouzadoux, É. Prioux, « Orient et Occident au miroir de l’Alexandra et de la céramique apulienne (...)
  • 3 C. Pouzadoux, « Guerre et paix en Peucétie à l’époque d’Alexandre le Molosse (notes sur quelques va (...)

1De l’identité de Lycophron, auteur du long poème obscur qu’est l’Alexandra, nous ne savons rien d’assuré. Si le témoignage de la Souda nous incite à rattacher son activité de philologue à la cour de Ptolémée II et donc au deuxième quart du IIIe siècle avant J.-C., aucune des hypothèses proposées sur le ou les contextes de rédaction du poème ne remporte une adhésion unanime auprès des spécialistes de Lycophron. L’« italocentrisme » de l’Alexandra et l’importance que ce poème donne à la puissance romaine ont conduit une partie des commentateurs à discerner plusieurs strates de rédaction différentes et à descendre la datation de tout ou partie du texte qui nous est parvenu. Face à cette démarche, d’autres commentateurs ont au contraire tenté de montrer que les conditions d’élaboration du matériau mythologique de l’Alexandra étaient d’ores et déjà réunies en Italie du Sud dès la fin du IVe siècle, autrement dit dans le contexte où pourrait se situer la formation de Lycophron si celui-ci est bien lié à la figure de l’historien Lycos de Rhégion, comme l’affirme la notice de la Souda. C’est notamment le cas des études proposées par Gabriella Amiotti, qui reconnaît, dans le texte de Lycophron, l’influence probable des thèmes mythologiques réactivés ou réinterprétés à l’occasion de l’intervention d’Alexandre le Molosse en Italie du Sud1. L’enquête que nous proposons aujourd’hui, centrée autour de quelques aspects de la réélaboration de la matière troyenne dans la céramique italiote et dans le texte de l’Alexandra, s’inscrit dans le prolongement de cette réflexion, dans la mesure où nous nous proposons de rechercher certaines convergences entre un corpus d’images datant du IVe siècle avant J.-C. et un texte peut-être daté du début du IIIe siècle avant J.-C., mais qui pourrait témoigner d’une tentative de réélaboration de la matière mythologique en partie inspirée par l’actualité politique de la seconde moitié du IVe siècle avant J.‑C. Dans une précédente étude, nous avions montré que l’une des convergences les plus frappantes entre le texte et les images tenait à la présentation qui était donnée, dans les deux corpus, de l’histoire des rapports entre Europe et Asie2. En effet, l’histoire du conflit séculaire opposant ces deux continents constitue bel et bien l’horizon de la prédiction de Cassandre puisque celle-ci en résume les principales étapes à la fin de son immense prophétie (vers 1283-1450) ; mais, comme Claude Pouzadoux l’a démontré dans plusieurs de ses travaux, il s’agit aussi de l’un des fils directeurs permettant de comprendre l’utilisation que le Peintre de Darius fait de la matière mythologique dans la seconde moitié du IVe siècle3. C’est dans la continuité de ces travaux que nous souhaiterions aujourd’hui nous pencher sur le cas de la matière troyenne et de sa réélaboration dans les deux séries : l’émergence du conflit troyen et l’histoire des sacs de Troie constituent en effet des événements saillants du conflit séculaire entre Europe et Asie qui, au tournant des IVe et IIIe siècles, pouvaient aisément se prêter à une réélaboration inspirée par des événements historiques récents comme les conquêtes d’Alexandre. À travers l’exemple de la matière troyenne, nous souhaiterions analyser la présentation des liens familiaux (liens générationnels et relations de συγγένεια) et des relations entre les hommes ou entre les hommes et les dieux. Il s’agit notamment de voir si la présentation que le poème et les images nous donnent des liens familiaux, de la société et de l’ordre du monde se signale par des particularités signifiantes : les rapprochements que ces deux corpus créent entre tel et tel mythe ou telle et telle figure suggèrent en effet des temporalités, mais aussi des analogies porteuses de sens. Dans un cas comme dans l’autre, nous verrons que la présentation qui est donnée des liens familiaux permet de renforcer la signification historique des différents épisodes mythologiques et peut-être de proposer un discours sur l’histoire du monde.

  • 4 Sur ce point, voir notamment M. Mari, « Cassandra e le altre : riti di donne nell’Alessandra di Lic (...)

2Parmi les épisodes de l’Alexandra qui se trouvent situés en amont ou en aval de l’Iliade et qui sont directement liés au destin de Troie et des Troyens, je souhaite retenir quelques cas de figures significatifs : la présentation de la naissance d’Hélène et de ses époux successifs, l’histoire d’Aithra qui est directement liée à celle du premier rapt d’Hélène, l’histoire d’Hésione et celle d’Œnone. Le choix d’une série de figures féminines ne fait que refléter l’importance que leur confère Lycophron au sein de son poème4.

Hélène : sa naissance et ses époux

3Les vers 86 à 89 de l’Alexandra sont consacrés au motif de la naissance d’Hélène :

  • 5 Traduction Chauvin-Cusset : Je vois courir un brandon ailé / Vers le rapt de la ramière, de la chie (...)

Λεύσσω θέοντα γρυνὸν ἐπτερωμένον
τρήρωνος εἰς ἅρπαγμα, Πεφναίας κυνός,
ἣν τοργος ὑγρόφοιτος ἐκλοχεύεται,
κελυφάνῳ στρόβιλον ὠστρακωμένην.5

  • 6 Alexandra, vers 506-507 : ὧν ὀστράκου στρόβιλος ἐντετμημένος / κόρσην σκεπάζει ῥῦμα φοινίου δορός ( (...)
  • 7 Voir C. Pouzadoux C., ici-même, n. 74 et 75.
  • 8 Voir aussi Alexandra, vers 224-231.

4Croisant des références à la métamorphose de Zeus en cygne avec des cryptages typiques du style de l’Alexandra (comme l’emploi d’un nom d’animal pour désigner, par métaphore, un personnage mythologique), ce passage, qui n’est pas dépourvu d’humour, présente Hélène comme un hybride étrange : une chienne née sous une coquille d’un vautour aquatique. Le terme de chienne renvoie, dans la bouche de Cassandre, à l’idée de luxure. Celui de vautour renforce les connotations négatives de ce tableau grotesque puisqu’il est employé ailleurs, à deux reprises, pour Ajax, auteur du rapt de Cassandre (vers 357 et 1080). Le vers 89 s’arrête avec insistance et sans doute humour sur le motif de la coquille en désignant celle-ci par trois mots très redondants qui occupent tout le trimètre iambique (κελυφάνῳ στρόβιλον ὠστρακωμένην) et qui nous montrent une Hélène carapacée dans l’enveloppe d’une coquille. Autre élément étrange : le verbe ἐκλοχεύεται employé ici pour Zeus convient davantage au sexe féminin qu’au sexe masculin. Se trouve-t-on face à un nouvel élément d’humour ou à un effort pour rapprocher la naissance extraordinaire et monstrueuse d’Hélène de celles d’Athéna et de Dionysos où Zeus joue un rôle si particulier ? L’insistance sur le motif de la coquille reçoit un écho au vers 506, avec la représentation des Dioscures, loups portant « l’enveloppe de leur coquille » (ὀστράκου στρόβιλος) où l’on retrouve la iunctura redondante du vers 89 : le pilos est ainsi assimilé à la coquille que les Dioscures porteraient comme deux poussins6. Encore une fois, on retrouve une hybridation qui peut faire sourire entre canidés et volailles. Nous verrons avec les images que le motif de la coquille est bien présent dans la céramique italiote où il a été mis en rapport avec l’influence du pythagorisme7 : dans l’hypothèse d’un lien entre le poème et la Grande-Grèce, faut-il penser que Lycophron s’amuse ici d’un motif mis à l’honneur par cette doctrine ? Dans tous les cas, Lycophron semble vouloir insister sur l’aspect inouï ou cauchemardesque de la naissance d’Hélène qui devient ainsi un pendant de la naissance de Pâris, annoncée à Hécube par un cauchemar que Cassandre vient de rappeler au vers 86 en désignant son frère par l’expression de « fagot ailé »8. Les naissances des deux membres du couple responsable du conflit forment ainsi un diptyque. On peut aussi constater que Lycophron est notre première source attestant, pour Pâris, l’intervention d’une ourse venue l’allaiter alors que Priam l’avait fait exposer (vers 138). Si la naissance d’Hélène se teinte ainsi d’aspects cauchemardesques, celle de Pâris inclut désormais une intervention animale qui renforce peut-être la cohérence du diptyque. L’intérêt pour ces naissances, et en particulier pour celle de Pâris, semble appuyer l’idée selon laquelle Troie ferait l’objet d’une malédiction initiale, ancrée dans la préhistoire du conflit : au seuil du poème (vers 29), Lycophron se penche en effet sur le personnage d’Ilos, ancêtre de la maison royale de Troie, fondant Ilion sur l’Atès lophos (la colline de la Fatalité). Lycophron reprend ici une tradition connue d’Hellanicos de Lesbos (FGrHist, 4, fr. 25a) qui inspirera également Nicandre (fr. 562, 1 Powell) et qui voulait que la déesse Atè, chassée du ciel, soit tombée sur la colline où Ilos s’arrêta.

  • 9 Scholia ad Lyc. Alex. 30 : παρὰ τὸ ἀλέξειν τοὺς ἄνδρας· παρθένος γὰρ ἦν.
  • 10 Voir M. Mari, art. cité.
  • 11 Sur la constitution du diptyque confrontant le rapt perpétré par Thésée au rapt commis par Pâris, v (...)
  • 12 V. Gigante Lanzara, Licofrone, Alessandra, Milan, Rizzoli, 2000, ad loc.
  • 13 Lycophron, Alexandra, vers 171-174 : Ἐν δὲ δεμνίοις / τὸν εx ὀνείρων πέμπτον ἐστροβημένον / εἰδωλοπ (...)

5Parmi les thèmes liés à Hélène qui semblent chers à Lycophron, il faut probablement citer celui des époux successifs de la « chienne de Pephnos ». Cassandre évoque en effet la multiplicité des époux d’Hélène avec cinq unions mentionnées dans les vers 143 et suivants, la comparaison d’Hélène avec un « râle des genêts deux fois enlevé » (vers 513) et enfin le qualificatif de « femme aux trois époux » au vers 851. Cette situation fait d’Hélène le double inversé de Cassandre, qui par l’histoire qui la lie à Apollon, par son nom d’« Alex-andra » (celle qui repousse les hommes9), et par son culte en Daunie qui s’adresse notamment aux jeunes filles fuyant le mariage, est, dans la présentation de Lycophron, particulièrement rétive à toute union10. Les cinq unions d’Hélène la lieront successivement à Thésée (vers 90, vers 147, vers 503), à Ménélas (vers 144, vers 850), à Pâris (vers 90, vers 142 et 147, vers 512), à Déïphobe (vers 168), puis à Achille (vers 172). Sur ces unions, on compte deux rapts, successivement commis par Thésée et par Pâris (vers 513)11. Contrairement à Valeria Lanzara12, je ne suis pas certaine que le passage de cinq à trois époux (vers 143 vs. vers 851) soit laissé au hasard : le chiffre de trois peut correspondre aux trois unions réelles avec Thésée, puis Ménélas et enfin Pâris pour une seule nuit. Après cette nuit de noces, Hélène aurait été remplacée par un εἴδωλον et les noces avec Déïphobe ne sont donc pas réelles. Celles qui lient Hélène à Achille sont tout aussi fantomatiques dans la présentation qu’en donne Lycophron13. Bien que l’Hélène de Lycophron soit remplacée par un εἴδωλον, il ne me paraît pas certain que Lycophron la représente comme passant le temps du conflit troyen en Égypte : ce n’est jamais clairement dit et Cassandre la qualifie, au vers 821, de « fantôme ailé enfui dans l’éther ».

  • 14 Voir Euphorion, fr. 90 Powell.

6Lycophron souligne les analogies ou les divergences qui lient les différentes unions d’Hélène. Du côté des analogies, il cite la descendance exclusivement féminine d’Hélène, avec Iphigénie supposément née des noces avec Thésée14, et Hermione fille de Ménélas (vers 850). Aussi bien dans les vers 90 et suivants que dans les vers 503 et suivants, Lycophron évoque les deux rapts d’Hélène : celui commis par Thésée et celui commis par Pâris (l’histoire d’Aithra, chère à Lycophron, permet d’ailleurs de relier les deux mythes puisque la libération d’Aithra, mère de Thésée, intervient lors de la ruine de Troie). Ces deux figures sont explicitement comparées aux vers 147-148 : Cassandre évoque « deux loups ravisseurs » (ἁρπακτῆρας […] λύκους) et deux « aigles légers à trois testicules » (πτηνοὺς τριόρχας αἰετούς). Lycophron souligne aussi les divergences majeures qui séparent les deux rapts : les Dioscures vengeront l’enlèvement d’Hélène par Thésée et le butin qui demeure limité à la seule personne d’Aithra ; dans le cas de la guerre de Troie, Zeus, pris de pitié pour les Troyens, empêchera les jumeaux d’intervenir en les retenant grâce à la querelle contre les Apharétiades. À l’inverse du butin prélevé par les Dioscures en Attique, la vengeance du deuxième rapt prend, avec la guerre de Troie et ses conséquences, des proportions gigantesques qui fournissent le sujet de la plus grande partie de la prophétie de Cassandre : faut-il prêter une importance particulière au fait que Lycophron souligne le caractère limité de la vengeance des Dioscures contre l’Attique, au point de faire de la magnanimité des jumeaux la raison de leur divinisation (vers 510) ? Est-ce une manière de noter toute la distance qui sépare ce premier enlèvement du deuxième rapt qui s’inscrit, lui, dans le cadre du conflit entre Europe et Asie ? Les froids embrassements que Pâris prodigue à une image vaine peuvent également être rapprochés de l’union entre Achille et Hélène, puisque Lycophron affirme qu’Hélène fait languir Achille dans ses rêves en lui montrant une image fabriquée (εἰδωλοπλάστῳ, vers 173). Cette tradition prolonge aussi, en l’étendant aux noces avec Achille, le thème de l’image trompeuse d’Hélène qui accompagne Pâris à Troie. Cassandre s’intéresse en effet à la figure de Protée qui rétablit la justice en éloignant Pâris d’Hélène après une première nuit d’amour, mais elle ne précise pas ce qu’il advient d’Hélène tandis qu’une image accompagne Pâris à Troie.

  • 15 E. Sistakou (Reconstructing the Epic. Cross-Readings of the Trojan Myth in Hellenistic Poetry, Louv (...)

7Il est assez remarquable que la mention des noces qui unissent, en rêve, Hélène et Achille soit immédiatement suivie par une allusion au mariage d’Achille et de Médée aux Enfers15. Ce choix permet de rapprocher la figure d’Hélène de celle de Médée, ce qui fait sens dans le cadre du discours portant sur les rapports entre Europe et Asie. Les rapts d’Hélène et de Médée constituent en effet des épisodes emblématiques du conflit séculaire entre ces deux continents. Le texte de Lycophron peut aussi suggérer un rapprochement entre Hélène et Iphigénie, sa fille issue des noces avec Thésée, puisqu’elles sont toutes deux énumérées, à peu de distance, parmi les épouses d’Achille.

  • 16 Pour cette remarque, voir G. Lambin, L’Alexandra de Lycophron. Étude et traduction, Rennes, PUR, 20 (...)
  • 17 Voir É. Prioux, « Géographie symbolique des errances de Protée : un mythe et sa relecture politique (...)
  • 18 Il s’agit d’une question très délicate, dans la mesure où le poème de Lycophron fait par moments al (...)

8Il me semble qu’il faut souligner que l’exposé de Lycophron est bien éloigné, sur ces points, de la propagande lagide : la figure d’Hélène fait en effet l’objet d’un traitement assez négatif. Hélène est même comparée au râle des genêts (κρεκί, vers 513), un oiseau, qui, chez Callimaque et Euphorion, apparaît comme étant de mauvais augure pour les mariages (Callimaque, fr. 428 Pf, et Euphorion, fr. 4 Powell16). Si l’on songe aux poèmes alexandrins qui assimilent Arsinoé II Philadelphe à Hélène17, à Isis, à Aphrodite et aussi à Héra, la présentation d’Hélène que nous donne Lycophron paraît, tout comme celle, assez négative, d’Isis-Io, qui est qualifiée de « compagne fatale pour le seigneur de Memphis » (πλᾶτιν […] κῆρα Μεμφίτῃ πρόμῳ, vers 1294), à la fois informée de réalités culturelles égyptiennes et en marge par rapport à l’usage politique que les autres auteurs alexandrins de la première moitié du IIIe siècle avant J.-C. ont pu faire de ces figures divines pour célébrer la nouvelle reine d’Alexandrie18.

  • 19 Lycophron, Alexandra, vers 149-151. Sur cette généalogie, voir le commentaire de A. Kolde, « Parodi (...)
  • 20 Pour ce passage, voir S. Eitrem, « Lykos and Chimaireus », The Classical Review, 34, 1920, p. 87-89 (...)

9De manière intéressante, Lycophron donne beaucoup de relief à la figure de Ménélas qui « supportera tout » pour son épouse (πάντα τλήσεθ’, vers 850). Il s’intéresse à la généalogie de cet époux et mentionne des traditions isolées qui le lieraient non seulement aux Argiens ou à la Crète mais aussi à l’Asie avec des origines cariennes : Ménélas est, pour Lycophron, un « barbare demi-crétois » (ἡμικρῆτα βάρβαρον, vers 150)19. Lycophron accorde aussi beaucoup d’importance au nostos de Ménélas, l’un des plus développés de l’Alexandra et qui présente la particularité remarquable de ne pas être accompagné par une évocation de la mort de Ménélas (vers 820-876). Soulignons aussi que Lycophron se penche sur un lien d’hospitalité peu connu liant, dans la préhistoire du conflit, Ménélas et Pâris20. Cassandre, qui tend à accentuer la culpabilité de son frère, place en effet à l’origine du conflit troyen une rupture de la χάρις entre Pâris et son hôte Ménélas. Elle indique notamment que Ménélas était venu en Troade pour se rendre sur les tombeaux de Chimairos et de Lykos, des héros identifiés comme étant les fils de Prométhée et de Kélaino (vers 132-138). Le nom de ces deux héros suggère qu’il s’agissait de démons capables de causer et de soigner pestes et famines et Tzetzès indique que Ménélas s’était rendu en Troade à l’instigation d’un oracle et dans l’espoir de soigner une peste qui faisait rage à Sparte. Il y aurait rencontré Pâris qui devait être exilé pour un an après avoir tué par mégarde Antheus fils d’Anténor. Ménélas proposa alors d’héberger Pâris pendant la durée de son exil et c’est ainsi que Pâris devait rencontrer et séduire Hélène. Si nous ne savons rien de la peste que Ménélas souhaitait arrêter, il est probable que celle-ci ait été provoquée par une première rupture de la χάρις entre hommes et dieux ou entre hommes et héros : les poètes hellénistiques sont en effet friands de ces récits susceptibles d’alimenter une réflexion sur les origines de tel ou tel culte, coutume ou monument. Dans ce cas, nous trouverions, à l’origine du conflit, une double rupture de la χάρις, une double entorse aux relations qui garantissent l’ordre du monde et le bon fonctionnement d’une société. Quant à la figure de Ménélas, elle pourrait être ici utilisée pour mettre en évidence des liens très anciens entre Europe et Asie, manifestés dans la double appartenance grecque et asiatique d’une figure de rang royal telle que Ménélas et dans les liens d’hospitalité que ce même Ménélas avait contractés avec la maison royale troyenne.

Aithra

  • 21 S. Ciampa, « Laodice : storia di una polemica mitologica dall’ellenismo alla tarda antichità », Pro (...)
  • 22 Lycophron, Alexandra, vers 501-503 : ὅταν τεκόντος αἰχμαλώτος ἐς χέρας / ἡ πατρομήτωρ τὸν δνόφῳ τεθ (...)
  • 23 Sur les codages de noms qui constituent la norme dans l’œuvre de Lycophron, voir E. Sistakou, « Bre (...)
  • 24 Lycophron utilise un procédé similaire au sujet de Troïlos : dans sa prophétie, Cassandre se lament (...)
  • 25 Sur ce mythe, voir I. Cazzaniga, « La Laodice Priamide di Trifiodoro e la tradizione di Euforione, (...)
  • 26 Ibid., p. 42.
  • 27 Euphorion, fr. 58 Powell = Tzetzès, ad Lyc. Alex. 495.
  • 28 Le cas de συγγένεια entre Grecs et Troyens qui est illustré par la généalogie d’Alexandre le Grand (...)

10Aithra fait partie des figures qui, dans le récit de Lycophron, permettent de relier le passé au futur et de mettre en évidence les éléments de continuité qui lient deux époques. Son sort est directement lié à la vengeance des deux rapts d’Hélène : mère de Thésée, elle est enlevée par les Dioscures en représailles après le premier rapt d’Hélène. Conduite à Troie dans la suite d’Hélène, elle sera libérée par Acamas, fils de Thésée, lors de l’Ilioupersis (vers 494). Lycophron, qui l’insère dans une scène pathétique, nous la montre tendant son arrière-petit-fils, Mounitos, à son petit-fils Acamas au moment de la ruine de Troie (vers 503-506). Lycophron se référerait ainsi à une tradition connue par Tzetzès qui voudrait qu’Acamas soit venu une première fois en Troade avant la guerre, dans le cadre d’une ambassade demandant le retour d’Hélène21, et se soit uni à Laodicè, sœur de Cassandre (vers 316-322 et 495) ; après le départ d’Acamas, celle-ci aurait mis au monde Mounitos, un enfant élevé en cachette en raison de ses origines grecques et qu’Aithra aurait rendu à son père durant le sac de Troie22. Ce même enfant est nommé sous son vrai nom par Lycophron au vers 49823. Lycophron renforce le pathos de la scène en faisant de Mounitos un « nouveau-né » (νεογνὸν σκύμνον)24, expression qui, si l’on s’en tient à l’enchaînement temporel des événements mythologiques, doit s’expliquer par un effet de focalisation centré sur le père de l’enfant, Acamas, qui voit son fils pour la première fois lors du sac de Troie (à moins que Cassandre ne veuille dire, comme au sujet de Troïlos, que Mounitos est encore un très jeune enfant au moment où elle délivre sa prophétie ?)25. Une autre possibilité consisterait à penser que Mounitos était effectivement un nouveau-né à la fin du conflit troyen, et que sa conception remonterait à l’arrivée tardive d’Acamas et Démophon à Troie26. Quoi qu’il en soit, le choix d’une telle image renforce le tragique de la scène et incite le lecteur à visualiser une scène impliquant un nouveau-né. Immédiatement avant ce passage, Lycophron associe la première mention de Mounitos à l’évocation de sa mort en Thrace, où, selon une tradition également reprise par Euphorion27, il aurait été mordu par un serpent. Lycophron choisit donc d’associer dans un raccourci saisissant l’image de la mort de Mounitos et celle d’une naissance, certes métaphorique, de ce dernier, entre les bras d’une prisonnière de guerre. Cette juxtaposition d’images souligne le destin tragique de Mounitos, un personnage dont nous ne savons rien par ailleurs, mais qui représente un premier cas de συγγένεια entre Grecs et Troyens28. Il est peut être significatif que ce même personnage, dont l’histoire fut certainement réélaborée en milieu athénien, s’établisse ensuite en Thrace, autrement dit dans une terre de confins entre Europe et Asie.

  • 29 Hellanicos, FGrHist, 4F21a Jacoby, évoque la libération d’Aithra par Hélène qui la rend à Acamas et (...)
  • 30 Au Ve siècle avant J.-C., les illustrations de cet épisode mythologique ont peut-être été particuli (...)

11Quant à la mention conjointe d’Aithra et de ses petits-fils Acamas et Démophon qui, arrivés à l’extrême fin du conflit troyen, libèrent leur grand-mère, elle permet peut-être d’illustrer une forme exceptionnelle de piété filiale. Cet épisode met en outre en évidence le rôle salvateur de deux héros que l’on pourrait aisément opposer aux nombreuses figures négatives de héros s’adonnant à des scènes de violence à l’encontre de femmes enlevées, violées ou sacrifiées qu’énumère Cassandre. Cette même opposition avait été exploitée dans les scènes d’Ilioupersis conçues en milieu athénien au Ve siècle avant J.-C.29, comme le montre par exemple la coupe d’Onésimos actuellement conservée au musée de Villa Giulia30.

Hésionè

  • 31 Voir E. Sistakou, Reconstructing the Epic, ouvr. cité, p. 118 (sur le rôle de la matière troyenne e (...)
  • 32 Alexandra, vers 31-37 : Αἰαῖ, τάλαινα θηλαμὼν κεκαυμένη, / καὶ πρόσθε μὲν πεύκτῃσιν οὐλαμηφόροις / (...)
  • 33 Alexandra, vers 337-339 : ὁ πρὸς καλύπτρης τῆς ὁμαίμονος τάλας / ὠνητὸς αἰθαλωτὸν ἐς πάτραν μολών, (...)
  • 34 Alexandra, vers 467-478 : Ἐλᾷ δὲ πάτρας τῆλε Τραμβήλου κάσιν, / ὃν ἡ ξύναιμος πατρὸς ἐκλοχεύεται, / (...)
  • 35 Alexandra, vers 951-957 : Ἄλλοι δ’ ἐνοικήσουσι Σικανῶν χθόνα / πλαγκτοὶ μολόντες, ἔνθα Λαυμέδων τρι (...)
  • 36 Alexandra, vers 1346-1348 : ἡ δ’ ἀντὶ τούτων τάρροθον βοηλάτην / τὸν ἑξάπρυμνον στέρφος ἐγχλαινούμε (...)
  • 37 Pour cette remarque, voir A.S. Hollis, « Hellenistic Colouring in Virgil’s Aeneid », HSCPh 94, 1992 (...)
  • 38 L’histoire d’Hésionè avait été traitée par Hellanicos de Lesbos, FGrHist, 4, fr. 26b. Voir aussi Il (...)

12Dans l’Alexandra, l’histoire d’Aithra n’est pas rattachée au récit de l’Ilioupersis où Cassandre se focalise sur le sort des siens et ne mentionne Acamas qu’en passant, dans un court passage consacré à sa sœur Laodicè. Aithra elle-même sera évoquée au sein des nostoi où il sera notamment question de la colonisation de Chypre dans un passage où Lycophron multiplie les digressions tout en évoquant les cinq héros qui s’établirent à Chypre après avoir combattu à Troie (vers 447-591) : Acamas, fils de Thésée et petit-fils d’Aithra, est l’un d’eux, tout comme Teucer, fils d’Hésionè et de Télamon. L’excursus consacré aux fondateurs de Chypre est donc l’un des passages de l’Alexandra où le lecteur rencontre la figure d’Hésionè, fille de Laomédon et sœur de Priam. Si ce passage est bien le plus long récit consacré à la figure d’Hésionè dans ce poème, il n’est pas le seul : ce mythe constitue en effet un leitmotiv de l’Alexandra31, puisqu’on le retrouve aux vers 31 et suivants32, 335 et suivants33, 452 et suivants34, 951 et suivants35 et à nouveau, de manière allusive, aux vers 1346 et suivants36. La présentation du mythe d’Hésionè où Héraclès pénètre dans le ventre du monstre, suivant une version remontant à Hellanicos de Lesbos (FGrHist, 4F26b Jacoby), rejaillit même sur le traitement de l’histoire de Persée que Lycophron suppose avoir été lui aussi englouti par un κῆτος (vers 837). L’histoire d’Hésionè se présente donc bien comme un leitmotiv parcourant l’Alexandra du début à la fin. Comment expliquer cet intérêt pour une figure par ailleurs rare dans les traitements poétiques de la mythologie ? Que l’histoire d’Hésionè soit un mythe attaché à la culture antiquaire est par exemple confirmé par le fait que Virgile place une allusion à ce mythe dans la bouche d’Évandre, un personnage qui semble se complaire à relater des épisodes dont la connaissance témoigne d’une érudition antiquaire37. L’importance exceptionnelle que Lycophron confère à Hésionè s’explique probablement par la volonté de mettre en valeur la première ruine de Troie, et donc de mettre en perspective la guerre de Troie en rappelant qu’elle est une nouvelle manifestation d’un conflit dont les protagonistes sont en partie les descendants38. Hésionè fait en outre partie d’une longue série d’héroïnes qui passent d’Asie en Europe ou d’Europe en Asie dans le cadre des relations conflictuelles des deux continents et qui sont pour certaines appelées à donner le jour à des personnages qui pourraient représenter une forme de συγγένεια entre les deux terres.

13Le premier passage où l’on rencontre Hésionè explique la première ruine de Troie par une double rupture de la χάρις entre Laomédon, roi de Troie, et les dieux : Laomédon aurait en effet refusé de rétribuer les services d’Apollon et de Poséidon qui avaient bâti les murailles de Troie et Poséidon aurait donc envoyé le κῆτος pour ravager Troie, événement qui débouche sur l’exposition d’Hésionè. Héraclès libère Hésionè, mais Laomédon se fait une deuxième fois parjure en ne lui remettant pas l’attelage qu’il lui a promis en échange de cette libération. C’est alors qu’Héraclès dévaste Troie en déclenchant un incendie. On retrouve donc ici le thème de la χάρις dont la rupture semble mettre en cause l’ordre du monde. Ce premier traitement du mythe d’Hésionè lie aussi de manière explicite, au seuil du poème, l’Ilioupersis à venir à la première ruine de Troie : Cassandre rapproche les deux incendies consumant la cité. La présence d’Hésionè au seuil de la prophétie s’inscrit vraisemblablement dans une stratégie plus large qui consiste à souligner d’emblée les liens entre les générations et la répétition d’événements similaires. Les premiers mots de Cassandre constituent en effet, par touches suggestives, un premier portrait de famille de la maison royale de Troie puisque la toute première image de sa prophétie n’est autre que celle d’Aurore quittant Tithon à l’aube du jour où Pâris quitte Troie pour la Laconie. Aux vers 18-19, Tithon est présenté comme étant frère de Priam, mais issu d’une mère différente. Trois enfants de Laomédon, Priam, Tithon et Hésioné, sont ainsi évoqués dès l’initiale de l’Alexandra. Si la mention d’Hésioné rappelle le souvenir de la première ruine de Troie, celle de Tithon et de ses amours avec Aurore évoque immanquablement le destin de Memnon qui mourra, victime d’Achille. Le choix de représenter le moment de l’aube et la déesse qui préside au lever du jour à l’initiale du poème est donc tout à fait remarquable : non seulement l’aurore coïncide avec l’initiale du poème, mais elle met aussi en évidence le destin tragique d’une autre victime de la guerre de Troie, Memnon, l’allié et le parent des Troyens. La propre mère de Memnon devient en quelque sorte la complice involontaire du drame à venir en éclairant le jour du départ de Pâris.

  • 39 L’aition expliquant le nom de Priam dérive peut-être des Troica d’Hellanicos (FGrHist, 4, fr. 31) : (...)
  • 40 Voir E. Sistakou, art. cité.
  • 41 Faut-il percevoir un léger effet d’anagrammatisation du nom Podarkès dans πρὸς καλύπτρης au vers 33 (...)
  • 42 Sur ces éléments parodiques, voir A. Kolde, art. cité.

14Le motif du lien entre les générations et entre les deux ruines de Troie est repris dans le deuxième passage relatif à Hésionè avec, cette fois, une insistance sur la figure de Priam qui, aux deux extrémités de la vie, joue un rôle central dans les deux prises de Troie : Lycophron indique en effet que Priam se serait d’abord appelé Podarkès, nom porté, dans la tradition homérique, par le seul fils survivant de Laomédon à l’issue de la prise de Troie par Héraclès. Lycophron introduit ensuite une tradition isolée qui pourrait dériver en partie d’Hellanicos : Podarkès devait être vendu comme esclave mais sa sœur Hésionè le racheta en échange de son voile39. La suite du récit peut être interprétée comme une allusion métapoétique de la part d’un auteur qui, comme Lycophron, se plaît à crypter et détourner les noms des personnages40 : Lycophron indique en effet que Podarkès aurait ensuite « plongé son premier nom dans l’obscurité ». Il faut comprendre que Podarkès prit le nom de Priam, en commémoration de l’acte de sa sœur qui l’avait acheté (πρίασθαι, cf. « ὠνητὸς », vers 338)41. Le troisième passage insiste lui aussi sur le lien étroit entre le destin de Troie et la famille de Cassandre à travers la répétition du terme ξύναιμος (parent, vers 452 et 468). Le thème des relations familiales sont véritablement au cœur de ce troisième passage où Cassandre évoque la figure de Teucros, fils illégitime qu’Hésionè donna à Télamon et qui est donc le demi-frère d’Ajax. Le récit de Cassandre s’attarde sur le destin de Teucros perçu par son père comme un fratricide puisqu’il survit à Ajax et revient seul à Salamine. Dans le premier et le troisième passage, on peut relever d’importants éléments de grotesque aussi bien dans la présentation du monstre que dans celle d’Héraclès le libérateur : le κῆτος est un chien de Triton aux dents aiguës (vers 33-34) appelé à ingérer un scorpion indigeste, Héraclès. Le héros bout comme un oignon dans le ventre du monstre et en perd ses cheveux. Si ces éléments parodiques ne sont pas rares dans l’Alexandra, ils semblent ici particulièrement marqués42.

Œnone

  • 43 Alexandra, vers 57-68 : τὰ πάντα πρὸς φῶς ἡ βαρύζηλος δάμαρ / στείλασα κοῦρον τὸν κατήγορον χθονὸς  (...)
  • 44 La singularité de ce traitement a notamment retenu l’attention de Tzétzès qui cite Lycophron comme (...)
  • 45 Sur le traitement des histoires d’Œnone et de Corythos, Parthénios, Erotika, 4 et 34, cite les sour (...)

15Pour achever cette brève présentation consacrée aux Troyens de Lycophron et aux causes et aux conséquences que le poète prête au conflit troyen, j’aimerais m’attacher à la figure d’Œnone43, personnage qui fait ici l’objet d’un traitement original (vers 57-68)44. Parmi les sources que nous connaissons, l’Alexandra présente en effet la particularité d’introduire une cause originale du conflit troyen : Cassandre place à l’origine du conflit la jalousie d’Œnone abandonnée par Pâris qui envoie son fils Corythos en Europe pour susciter la guerre (vers 60)45.

  • 46 D. Briquel, L’Origine lydienne des Étrusques. Histoire de la doctrine dans l’Antiquité, Rome, CEFR (...)
  • 47 Pour des remarques sur ce même passage, voir E. Sistakou, ouvr. cité, p. 104-105. Sur Cortone et le (...)

16Le Corythos fils d’Œnone dont le nom est connu grâce à Hégésianax ne semble pas avoir de lien avec le Corythos roi d’Arcadie qui recueillit Télèphe et qui passa peut-être, à un moment de la constitution du mythe des origines du peuple étrusque, pour être l’éponyme de Cortone, une cité qui semble intéresser Lycophron46, mais il n’est pas certain que cet intérêt pour Corythos n’ait pas été éveillé par une notice qui rapprochait les deux héros aux noms similaires. Quoi qu’il en soit, le choix de Lycophron appelle plusieurs remarques : en effet, la source des hostilités se trouve ainsi déplacée en Asie et les causes du désastre sont doublement liées à Troie à travers la figure de Pâris et à travers celle d’Œnone. D’autre part, Œnone est l’un de ces personnages en proie à des passions intenses qui semblent intéresser Lycophron : elle est qualifiée de βαρύζηλος (intensément jalouse) et se trouve associée à des images de violence soulignées, dans ce passage, par une série remarquable de participes (soulignons notamment que ses passions sont comme un fleuve débordant, ἐκβράζω). La scène qui nous montre Œnone se jetant tête la première d’une tour avec un cri atroce pour se tuer sur le corps de Pâris dont elle a causé la mort donne le ton de ce passage intensément pathétique qui rappelle peut-être des images de personnages se suicidant auprès d’un compagnon déjà mort. Sans pouvoir citer de parallèles précis, je me contenterai de noter que ce motif est particulièrement mis en valeur par la structure des pages liminaires de l’Alexandra où Cassandre évoque la préhistoire et les causes du conflit troyen47. Un premier ensemble d’épisodes mythologiques s’achève sur l’image d’Œnone expirant sur le cadavre encore chaud de Pâris (vers 65-68). Avant cette image, on peut délimiter deux sous-ensembles : la présentation d’Héraclès, l’auteur de la première ruine de Troie (vers 31-51), puis l’évocation d’Œnone, responsable féminin de la deuxième ruine de Troie (vers 52-64). La présentation d’Héraclès est centrée sur son rôle pernicieux pour sa famille : Cassandre insiste sur les ruptures tragiques des liens familiaux avec, d’abord, l’image isolée d’un Héraclès défiant son père Zeus dans une lutte et l’image plus connue d’Héraclès s’en prenant à sa marâtre Héra, ainsi que l’image d’Héraclès infanticide. Ce portrait saisissant est entouré par des images de monstres marins : le κῆτος menaçant Hésionè et Scylla, présentée ici comme l’un des monstres combattus par Héraclès – image qu’il reprendra au vers 648 et suivants (s’agit-il de rapprocher, là encore, deux ennemis de Troie : Ulysse et Héraclès ?). Après ce premier ensemble formé par l’histoire d’Héraclès (et d’Hésionè), l’histoire de la jalousie d’Œnone et son union impossible avec le corps mort de Pâris, il me semble qu’il faut délimiter un deuxième ensemble avec à nouveau des images marines effrayantes : les origines lointaines de Troie avec la traversée de Dardanos vers Troie pendant le déluge, les créatures marines allant sur terre et les hommes « nageant la mort dans les yeux ». Ces images marines sont suivies par l’histoire du rapt d’Hélène par Pâris, pendant de l’image de la jalousie d’Œnone, et s’achèvent avec une autre union impossible : Pâris embrassant un lit vide après qu’Hélène a été remplacée par un εἴδωλον. Si elle n’a pas de parallèles dans l’iconographie, cette structure témoigne de l’art avec lequel Lycophron rapproche des épisodes signifiants et assemble les mythes en sélectionnant (ou en inventant ?) des versions originales afin de servir un propos sur l’histoire du monde.

Passé Futur (et réalisation à venir de certaines causes de la 2e ruine de Troie) Union impossible
- 1re ruine de Troie (vers 31-33)
- monstre marin : κῆτος (vers 34-37)
- Héraclès, l’infanticide, est aussi celui qui lutte contre sa marâtre Héra et contre son père - mythe attesté chez le seul Lycophron (vers 38-43)
- monstre marin : Scylla (vers 44-51)
- 2e ruine de Troie (vers 52-56)
- jalousie d’Œnone = cause de la ruine de Troie (vers 57-64)
- Mort d’Œnone sur le corps de Pâris (vers 65-68)
- déluge (Dardanos, créatures marines allant sur terre, hommes nageant avec la mort dans les yeux) ; images de déluge et de noyade liées à l’évocation de la fondation de Troie (vers 69-85) - rapt d’Hélène par Pâris = cause de la guerre de Troie (vers 86-111) - Pâris embrasse un lit vide (vers 112-114)

17L’histoire du conflit troyen, dédoublée à travers les fréquentes allusions à la première prise de Troie, apparaît ainsi comme un épisode particulièrement significatif au sein d’une histoire toujours recommencée : des causes cachées permettent d’expliquer des événements surgissant à plusieurs générations de distance. La prophétie de Cassandre permet de faire apparaître les relations qui existent, dans le temps, entre une série d’épisodes qui témoignent des relations entre Europe et Asie ou qui illustrent les conséquences désastreuses d’une rupture de la χάρις. Il s’agit là d’un mode de présentation du mythe qui intéresse d’autres auteurs alexandrins, en particulier Callimaque dont les Aitiai contiennent plusieurs exemples de ruptures de la χάρις dont les prolongements peuvent être perçus par l’antiquaire à des années de distance. Comme nous le verrons, certaines images de la céramique italiote suggèrent, elles aussi, une vision du monde assez similaire.

É.P.

L’image d’Hélène dans la céramique apulienne au IVe siècle avant J.-C.

  • 48 Lycophron, Alexandra, vers 570-583 ; M. Halm-Tisserant, « De Délos à l’Apulie : les filles d’Anios (...)
  • 49 Alexandra, vers 999-1001 ; C. Pouzadoux, « Mythe et culture politique dans la peinture apulienne » (...)
  • 50 J.-M. Moret, « Le Jugement de Pâris en Grande-Grèce. Mythe et actualité politique », AK 21, 1978, (...)
  • 51 J.-M. Moret, L’Ilioupersis dans la céramique italiote. Les mythes et leur expression figurée au IV(...)
  • 52 T. Morard, Les Troyens à Métaponte, Mayence, P. von Zabern, 2000 ; A. Pontrandolfo, « Uso e funzio (...)

18Cette nouvelle occasion qui m’a été offerte par Évelyne Prioux de confronter les peintres italiotes au poème de Lycophron me permet de rappeler combien l’Alexandra et les commentaires de ses scholiastes sont souvent sollicités dans la tradition des études iconographiques en Grande-Grèce pour éclairer la représentation sur un vase d’une version qui ne trouve aucun équivalent, ni dans la tradition figurée, ni dans la tradition littéraire. Riche en suggestions, cette confrontation ne doit pas dissimuler les risques qu’il y a à comparer un corpus d’images dispersées dans le temps, et qui obéissent à des logiques d’ateliers variés, à une œuvre dont la cohérence, malgré l’obscurité du poème, relève d’un projet attribuable à un seul auteur. Le traitement du conflit troyen offre cependant plus qu’une simple convergence d’informations sur telle ou telle version d’une scène rare. Il révèle plus largement une même utilisation du mythe pour mettre l’histoire en perspective. On le voit, comme l’a rappelé Évelyne, dans la tendance à historiciser la matière troyenne en recherchant dans les causes de la guerre de Troie une des clefs de lecture des conflits entre Orient et Occident. En témoignent non seulement la reprise du thème hérodotéen des rapts de femmes, mais aussi le recours aux épisodes qui encadrent la guerre de Troie comme les filles d’Anios48 ou la décapitation de Thersite par Achille49, que les peintres n’avaient encore jamais représentés sur des vases et qui trouvent un écho précis chez Lycophron. Leur introduction dans le répertoire italiote va de pair avec un fort engouement en Grande-Grèce au IVe siècle pour des thèmes troyens, certes plus classiques, mais adaptés aux exigences de la culture religieuse locale. Tel est le cas des scènes du Jugement de Pâris à Poseidonia-Paestum dans lesquelles Héra, comme l’a montré Jean-Marc Moret50, bénéficie d’une attention nouvelle conformément au rôle de premier plan qu’elle tient dans la colonie achéenne. La faveur dont jouit l’Ilioupersis en Italie du Sud51 se traduit aussi par la réception et l’utilisation des images de la fuite d’Énée52. La réélaboration de la matière troyenne dans l’iconographie apulienne se mesure enfin à quelques innovations introduites dans le cycle d’Hélène. Trois scènes où elle est replacée de manière originale dans le cadre de tableaux de famille – la réunion des prétendants à Sparte, l’arrivée d’Hélène à Troie et son enlèvement par Pâris – qui permettent de tisser des liens entre le passé, le présent et le futur fournissent à travers elle une ample vision de l’histoire et du destin des royaumes.

  • 53 Scènes de sa naissance miraculeuse, persuasion par Aphrodite, enlèvement par Thésée, puis par Pâri (...)
  • 54 Toutes les dates sont entendues avant notre ère.
  • 55 Cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230) et daté vers 400 : A.D. Trendall, « Archaeology in S (...)
  • 56 M. Maggialetti, art. cité, avec bibliographie précédente p. 289, n. 2, et p. 305 pour son interpré (...)

19Tout en accueillant les thèmes du répertoire attique53, les peintres de Tarente ont innové en tirant notamment parti des différents âges de la vie d’Hélène. Outre celui de la petite enfance associée à l’éclosion de l’œuf, un peintre du cercle du Peintre de la Naissance de Dionysos la représente à l’âge nubile. Sur un cratère en calice retrouvé et conservé à Tarente, et daté des environs de 400 avant notre ère54, l’image d’Hélène à Sparte relie des épisodes habituellement distincts tissant ainsi des liens entre plusieurs époques. Ce vase (illustration 1a-b)55 a été abondamment commenté en raison du caractère unique, énigmatique et lacunaire de la scène principale. La complémentarité entre les décors – Hélène et les Tyndarides d’un côté, l’abandon d’Ariane par Thésée de l’autre – exprimerait, selon Laura Maggietti qui en a proposé une étude très fouillée en 2007, le point de vue philospartiate et anti-athénien des Tarentins dans les décennies qui suivent la guerre du Péloponnèse56.

  • 57 E. Mugione, « Temi figurativi della ceramica attica e committenze occidentale. Una esemplificazion (...)
  • 58 M. Maggialetti, art. cité, p. 292-293.
  • 59 La couleur du chiton pourrait constituer un signe de la servitude d’Aithra comme sur le coffret de (...)
  • 60 K. Schefold, F. Jung, ouvr. cité, p. 117.
  • 61 Ibid.
  • 62 A. Bottini, « Elena fra Atene e Metaponto », Ostraka VI, 1, 1997, p. 155-159, en particulier p. 15 (...)
  • 63 M. Nafissi, « La documentazione letteraria ed epigrafica », in E. Lippolis, S. Garraffo, M. Nafiss (...)
  • 64 M. Maggialetti M., art. cité, p. 306.
  • 65 M. Schmidt, « La ceramica », Taranto e il Mediterraneo : atti del quarantunesimo convegno di studi (...)
  • 66 M. Maggialetti, art. cité, p. 298, n. 51, cite comme seule autre représentation un cratère en cloc (...)
  • 67 Dès les premières décennies du Ve siècle, et jusqu’au milieu du IVe siècle, l’intervention de Dion (...)

20Le nombre de personnages, le sujet et l’usage des inscriptions plaident a priori en faveur d’une forte dichotomie entre les deux côtés du vase. En regard d’une scène où l’on reconnaît si aisément la découverte par Dionysos d’Ariane abandonnée par Thésée57 que le peintre n’a pas jugé utile d’indiquer le nom des personnages (illustration 1a), l’autre offre en revanche le tableau si peu fréquent de la réunion des prétendants d’Hélène à Sparte en présence des Tyndarides qu’il les a tous accompagnés d’une inscription (illustration 1b)58. La disparition ou le caractère lacunaire de certaines d’entre elles gênent la compréhension de la scène. Les personnages identifiés sont Hélène, assise en bas à gauche, sur les genoux de sa mère, Léda, Ulysse qui se tient debout à proximité, Ménélas, assis au-dessus, et Thersite debout face à lui un stylet à la main. Malgré l’absence de noms, on reconnaît aussi Aphrodite et Éros en haut à droite ; l’identité de Tyndare assis dans son palais, sur un siège pliant, drapé dans son himation richement orné et muni d’un bâton, ne prête pas à discussion, pas plus que celle de l’un des Dioscures reconnu dans le jeune homme nu debout à proximité d’un cheval à droite de l’édifice. Plus incertaines demeurent les deux figures qui encadrent le roi : à droite, une femme en noir assise sur la klinè serait Aithra59, ou Némésis60, tandis que le second jeune homme nu serait l’autre Dioscure, ou bien Achille61. Le point de vue favorable à Sparte se déduit de l’opposition entre l’image négative de Thésée dans l’épisode de l’abandon d’Ariane62 et l’exaltation de la maison royale de Sparte à travers l’allusion à la naissance miraculeuse d’Hélène et la présence des Dioscures. Ces deux héros qui occupent une place déterminante dans le patrimoine religieux de Tarente63 évoqueraient, grâce à la libération de leur sœur, la victoire de Sparte sur Athènes64. En m’appuyant sur les résultats de cette récente étude qui redonne toute leur force aux liens entre les deux faces figurées, je souhaiterais reporter l’attention sur le thème de la face principale, la réunion des prétendants, dont Margot Schmidt aurait souhaité approfondir l’examen65, et dont Laura Maggiotti a rappelé à juste titre le caractère exceptionnel66. Si ce dernier exalte bien la gloire de Sparte, il n’adopte pas nécessairement un point de vue anti-athénien67, mais pose, au-delà d’un conflit interne aux Grecs, les prémices d’une alliance panhellénique en vue de la guerre de Troie.

  • 68 Pausanias, I, 33, 2-3.
  • 69 Le rôle de Némésis comme mère d’Hélène a été rattachée à l’auteur des Chants cypriens, comme le ra (...)
  • 70 La présence, dans la tombe collective des Spartiates morts à Athènes en 403, d’un fragment de crat (...)
  • 71 C’est le cas de la comédie que Cratinos avait consacrée à Némésis probablement dans les premières (...)
  • 72 Selon Pausanias, I, 33, 2-3, Phidias aurait réalisé la statue monumentale de Némésis avec le marbr (...)
  • 73 Pausanias, I, 33, 7-8. Pour une synthèse des reconstitutions et une nouvelle étude : B. Petrakos, (...)
  • 74 Plutôt que la version attique qui montre surtout Zeus et les Dioscures rassemblés autour d’un aute (...)
  • 75 La présence de ce thème dans la petite statuaire de Grande-Grèce, dans les années 430, a été révél (...)
  • 76 A. Bottini, « Elena fra Atene… », art. cité, p. 156, rappelle les enjeux religieux attachés au per (...)
  • 77 Κ. Schefold, Die Göttersage…, ouvr. cité, p. 247, illustration 345 : cratère en cloche, Peintre de (...)
  • 78 L’abandon d’Ariane par Thésée sert moins ici à déprécier Athènes qu’à rappeler, comme nous le verr (...)
  • 79 L’interprétation d’E. Mugione des noces d’Hélène et de Thésée et de la scène du premier rapt sur l (...)

21Bien qu’attique, étant donné l’emplacement du principal sanctuaire de Némésis à Rhamnonte68, la version qui fait d’Hélène la fille de cette déesse69 exprimerait en fait un point de vue philospartiate70 et hostile à la politique belliqueuse de Périclès71. Au-delà d’une opposition entre les deux cités, les origines d’Hélène auraient même favorisé la politique d’alliance prônée par Sparte : si le projet de Périclès, aux environs de 436, cherchait à faire d’Athènes le porte-parole de la justice et le symbole de la réparation72, sa reprise et son achèvement, entre 421 et 418, après l’interruption des travaux durant la guerre du Péloponnèse, s’inscrivaient dans le cadre d’une tentative de réconciliation entre Sparte et Athènes à l’occasion de la paix de Nicias. En adoptant la version attique de la naissance d’Hélène pour décorer la base de la statue où la jeune fille était amenée par Léda, sa mère adoptive, à Némésis, sa mère biologique, en présence des Tyndarides et des Atrides73, le sculpteur fit d’Hélène, attique de naissance et spartiate d’adoption, le symbole de cet accord précaire. La série limitée aux 16 vases attiques représentant les Tyndarides autour de l’œuf clos de Némésis confirme la valeur symbolique et politique de cette version qui n’est plus représentée dans cette production céramique après la défaite d’Athènes74. Le transfert du sujet en Occident par l’exportation de vases attiques, puis à travers sa réélaboration par les peintres italiotes qui préfèrent représenter l’éclosion de l’œuf75, montre une adaptation du schéma aux exigences locales, en particulier religieuses, et une signification probablement différente76. Le traitement comique du thème constitue un indice supplémentaire du succès dont il bénéficia en Grande-Grèce77. La valorisation de Sparte à travers le tableau de la famille royale se construit moins cependant sur l’opposition à Athènes par le biais de l’abandon d’Ariane78 que par la reconnaissance de la capacité du roi à réaliser l’unité des Grecs. Cette politique a pu trouver un écho auprès des cités grecques d’Italie méridionale dans les années qui suivirent la fondation de la colonie panhellénique de Thourioi79. Le serment des prétendants constituait donc un thème apte à mettre en évidence le rôle d’une cité laconienne telle que Sparte ou Tarente dans l’union des Grecs.

  • 80 Stésichore, fr. 190 Page ; L. B. Gahi-Kahil, Les Enlèvements et le Retour d’Hélène dans les textes (...)
  • 81 Euripide, Iphigénie à Aulis, vers 51-69.
  • 82 Hygin, Fables, 78.
  • 83 Isocrate, Hélène, 39-41.
  • 84 Hésiode, Catalogue des femmes : H. G. Evelyn-White, Hesiod [Works]. Homeric hymns. Epic cycle. Hom (...)
  • 85 Apollodore, III, 3, 10, 8.
  • 86 Hygin, Fables, 81.
  • 87 M. Maggialetti, art. cité, p. 301 avec bibliographie.
  • 88 Euripide, Hélène, vers 99.
  • 89 Euripide, Iphigénie à Aulis, vers 51-69.
  • 90 Pausanias, III, 20, 9, rapporte cet épisode à propos de la présence dans le sanctuaire de Thérapné (...)
  • 91 Sur ce culte commun à Sparte et à Tarente : M. Osanna, « Sui culti arcaici di Sparta e Taranto : A (...)
  • 92 Tzetzès, Lycophron, Alexandra, vers 1123.
  • 93 Sur ces cultes, voir M. Nafissi, « La documentazione letteraria… », art. cité, p. 219-222. Les not (...)

22Imaginé après Homère pour justifier la réunion des troupes achéennes devant Troie80, le serment des prétendants avait été conçu, selon les sources81, par Tyndare sur les conseils d’Ulysse82 ou collectivement par les nobles grecs venus à Sparte briguer la main d’Hélène83 pour résoudre leur rivalité. Des différents noms mentionnés dans les listes transmises par la tradition hésiodique84, Apollodore85 et Hygin86, on retrouve sur le vase Ménélas et Ulysse. Seul Thersite n’y figure pas, mais le caractère lacunaire des papyri relatifs aux catalogues hésiodiques ne permet pas, selon Maria Maggialetti87, de l’en exclure. Un passage de l’Hélène d’Euripide où la jeune femme cite Achille parmi les prétendants88 permettrait même de valider la proposition faite par Karl Schefold et Franz Jung de le reconnaître dans le jeune homme debout sous l’édifice. On doit à ce poète la présentation la plus détaillée de l’idée qu’eut le roi de substituer l’alliance à la discorde en engageant les prétendants à porter assistance à celui qui se verrait ravir Hélène en faisant la guerre au ravisseur, grec ou barbare89. L’affirmation du pouvoir de Tyndare à cette occasion est également bien visible dans le passage où Pausanias le montre en train de sacrifier un cheval pour valider le serment90. Il est peut-être aussi suggéré par la présence d’Aphrodite dont les liens avec la fonction royale étaient connus des Spartiates et des Tarentins qui rendaient un culte à l’Aphrodite basilis91. Grâce au serment, Tyndare attira sur Sparte « la gloire d’une guerre menée en fait par un roi de Mycènes » et c’est ce qui valut aux Spartiates, selon Tzetzès92, leur réputation d’hommes rusés dans l’Alexandra. Cette évocation qui précède, chez Lycophron, la mention des Dauniens, favorise l’analogie entre Sparte et Tarente, la colonie laconienne située au sud de l’Apulie. Elle aide à comprendre les raisons d’une telle représentation qui rassemble, pour la plus grande gloire de Sparte, des héros de l’épopée troyenne célébrés à Tarente à travers les rites en l’honneur des Atrides, des Éacides et d’Achille93. Le thème de l’alliance entre ces familles pouvait trouver un écho auprès de l’aristocratie tarentine pour promouvoir les liens non seulement au sein de leur cité, mais aussi entre celles de la côte ionienne pour faire face à la menace d’une guerre contre des Grecs ou des Barbares. La présence d’une femme en noir assise aux côtés de Tyndare révèle le caractère fatal de cette alliance qui conduira inévitablement à un conflit.

  • 94 A. D’Amicis, « Cratere a calice apulo a figure rosse », in F. Radina et G. Recchia (dir.), Ambra p (...)
  • 95 On fera cependant remarquer que la femme de l’œciste lacédémonien de Tarente, Phalantos, a pour ép (...)
  • 96 Les réserves de M. Schmidt étaient liées à l’examen autoptique du vase et plus particulièrement de (...)

23Bien que la majorité des commentateurs ait adhéré à l’hypothèse d’Aithra, la perte des inscriptions rend possibles d’autres interprétations. La mère de Thésée a le mérite de renforcer le lien avec la scène du revers et de situer le moment représenté après la libération d’Hélène94. Cependant la place d’une servante aux côtés du roi a de quoi étonner95. Le statut que lui confère cette distinction, ainsi que la couleur noire qui rappelle celle de l’œuf, invite à prendre en considération la proposition faite par K. Schefold et F. Jung d’y voir Némésis. Si l’on peut encore douter de l’œuf (illustration 1c)96, la présence de la déesse dans la scène est riche de significations qui recoupent en partie celles attachées à la figure d’Aithra.

  • 97 Cette version lui vaut d’être qualifiée de Rhamnousis par Callimaque, Hymnes, 232.
  • 98 Si l’allusion, au vers 506, à l’œuf des Dioscures renvoie à celui de Némésis, la séquence reflète (...)
  • 99 E. Mugione, art. cité, p. 114-115 ; E. Pellegrini, art. cité, p. 317. Sur l’enchaînement de ces de (...)
  • 100 M. Maggialetti, art. cité, p. 304 : Plutarque, Thésée, 19, 1 ; 31, 1-3.
  • 101 Dans la Grèce archaïque, la connotation positive de cet épisode d’origine péloponnésienne est atte (...)
  • 102 G. Greco, « Un cratere del Pittore di Talos da Serra di Vaglio », RIASA, 1985-1986, p. 5-35 ; C. S (...)
  • 103 Stésichore, fragment 191 : PMG, Davies ; Hellanicos : FGrHist, 4F, 134-138 ; Phérécyde, FGrHist, 3 (...)
  • 104 Euripide, Hélène, vers 50. L. B. Ghali-Kahil, ouvr. cité, p. 16.
  • 105 Lycophron, Alexandra, vers 513.
  • 106 Ibid., vers 102-105. On retrouve l’association entre le cycle troyen et les enlèvements de femmes (...)

24Au-delà de la version attique de la naissance d’Hélène97, cette divinité introduit en effet l’idée de la réparation, tout comme Aithra dont la captivité compense l’enlèvement d’Hélène par Thésée, ainsi que le rappelle Cassandre dans l’Alexandra (vers 503-507)98. La présence d’Aithra n’est cependant pas nécessaire pour faire allusion à cet épisode. L’abandon d’Ariane y pourvoit. Depuis le début du Ve siècle ce dernier remplace en effet l’enlèvement d’Hélène dans la céramique attique exportée sur la côte tyrrhénienne99. Malgré l’aspect négatif qu’il avait pu revêtir dans l’antiquité100, ce premier rapt fait partie des exploits qui permettaient au héros d’accéder à la maturité101. Sa reprise à la fin du Ve siècle sur le cratère de Serra di Vaglio, en Basilicate, qui porte sur l’autre face les préparatifs des noces d’Hélène et de Thésée, souligne la valeur nuptiale que cet épisode avait acquise102. La version transmise par Stésichore aux auteurs d’époque hellénistique, et connue grâce à Pausanias, faisait de ce couple le paradigme des jeunes époux103. Sur le vase de Tarente, l’évocation de ce premier enlèvement du fait de la présence de Thésée d’un côté et d’Hélène de l’autre pourrait donc bien annoncer l’enchaînement des rapts. Tandis qu’Euripide dans son Hélène privilégie le lien entre l’expédition de Ménélas et l’enlèvement par Pâris, dans la lignée d’une tradition qui remonte à l’Iliade104, le peintre fait implicitement d’Hélène, à l’instar de Lycophron, la femme au « double rapt »105. L’association entre les deux est explicite chez le poète qui les place l’un à la suite de l’autre dans une même séquence106. On observe donc une même logique qui consiste à recourir au motif de l’enlèvement pour décliner les causes lointaines et proches des guerres entre Grecs, puis entre Grecs et Barbares. Hélène occupe une place privilégiée au sein de cette réflexion sur les conflits entre Orient et Occident, car son histoire permet de tisser des liens entre les personnages, les époques et les lieux.

  • 107 Avec ces deux derniers, Thésée constitue peut-être en Occident le troisième époux de la femme « au (...)
  • 108 On retrouve le même type de coiffure constituée d’un large bandeau entourant la tête sur une pélik (...)
  • 109 Je remercie N. Icard pour sa suggestion.

25Sans constituer le centre du tableau, Hélène relie entre elles les figures réunies sous l’édifice et celles placées à l’extérieur. Tous les personnages ont à voir avec elle : ses parents, Tyndare, les Dioscures et Léda, Némésis ou sa servante, Aithra, et les prétendants, Ulysse, Thersite, Ménélas et peut-être Achille107. Hélène possède aussi la faculté de tisser des liens entre le passé et le futur. Si la position assise sur les genoux de sa mère lui confère un aspect enfantin en accord avec l’épisode du premier enlèvement par Thésée, sa taille, ses ornements et sa coiffure suggèrent une apparence nubile qui convient au statut de future épouse de Ménélas108. Entre les lieux enfin : Dionysos au revers et Ménélas qui, contre toute attente, a les jambes et les bras couverts et porte un habit richement décoré introduisent une référence à l’Orient qui suggère l’horizon troyen, rendu implicite par l’épisode du serment109.

  • 110 Euripide, Iphigénie à Aulis, vers 70-71. Chez Apollodore, c’est Tyndare qui choisit Ménélas : Apol (...)
  • 111 Amphoriskos attribuée au Peintre de l’Heimarnénè (Berlin, Antikensammlungen, 30036) vers 420 : J.D (...)

26Si Hélène a pu constituer un symbole de l’union entre les Grecs pour la paix, au moment de la guerre du Péloponnèse, il semble que ce soit davantage une union pour la guerre qu’elle symbolise ici. Loin d’en porter la responsabilité, elle apparaît plutôt comme l’instrument du destin et de la volonté des dieux, comme le suggèrent l’allusion probable à Némésis, la présence d’Aphrodite qui regarde dans sa direction, comme pour lui inspirer le choix de Ménélas, de même que chez Euripide110, et la même attitude pensive que celle qu’on lui voit sur l’amphoriskos attique de Berlin111.

  • 112 E. Pellegrini, art. cité, p. 369.
  • 113 A. Bottini, « Elena fra Atene… », art. cité, p. 158.
  • 114 Euripide, Hélène, vers 36-37.

27Sur ce vase, Hélène est assise cette fois sur les genoux d’Aphrodite, la tête baissée en appui sur sa main gauche, dans une attitude de pudeur liée à la rencontre avec Pâris que Némésis, debout derrière, indique du doigt112. La présence de Peithô et d’Heirmanénè place cette image dans l’optique de la réhabilitation d’Hélène, victime du destin et de la toute-puissance de l’amour, comme la présentent Gorgias, puis Euripide dans la pièce homonyme, dans le sillage de la palinodie de Stésichore113. Le peintre de Tarente n’est donc pas le premier à réunir Némésis et Hélène, mais il l’a fait de manière originale en soulignant non seulement l’utilisation d’Hélène dans le plan de Zeus pour soulager la terre du fardeau des humains114, mais aussi plus largement les conséquences des enlèvements de femmes. Plus encore que les héros, ce sont en effet les personnages féminins, Hélène, Aithra et Ariane, liées entre elles par le rapt dont elles furent chacune victime, qui expriment les enjeux symboliques du programme iconographique du cratère de Tarente. Cette manière qu’a le peintre de tisser des liens entre les figures pour raconter les antécédents du conflit troyen trouve un écho dans la prophétie de Cassandre où le rapt joue également un rôle structurant comme l’a souligné Évelyne. La guerre de Troie continue d’inspirer les peintres deux générations plus tard, mais désormais du point de vue troyen.

28Sur des vases décorés par le Peintre de Darius et ses prédécesseurs, l’introduction des Priamides dans des scènes appartenant au répertoire archaïque, comme l’arrivée d’Hélène à Troie et son enlèvement par Pâris, fait du rêve d’Hécube et des prophéties de Cassandre ou d’Hélénos les clefs d’analyse de l’enchaînement inéluctable des faits qui annoncent cette fois, au-delà de la guerre, la chute d’Ilion.

  • 115 Cratère à volutes attribué au Peintre de Schulthess (coll. priv.) : C. Aellen, C. Cambitoglou, J.  (...)
  • 116 Skyphos de Macron (Boston, Museum of Fine Arts, 13.186) vers 490 : K. Schefold, F. Jung, Die Götte (...)
  • 117 Une tache plus claire de forme ovale entre le pouce et l’index d’Aphrodite a été prise pour un œuf (...)

29Un cratère à volutes, attribué au Peintre de Schulthess (illustration 2), montre l’arrivée d’Hélène à Troie. Ce thème peu représenté sauf au temps de Polygnote occupe le registre supérieur de ce cratère conservé à Genève115, tandis qu’on peut voir, au registre inférieur, le débarquement de ses effets. Connu de la céramique attique116, l’épisode révèle sa dimension tragique du fait de la présence de Troïlos et de Cassandre. Tous deux portent, comme Priam et Pâris, des bretelles croisées sur la poitrine en signe de leur commune identité troyenne. À l’exception de Cassandre, l’attention des autres personnages est focalisée sur l’accueil d’Hélène (inscrite), suivie de Pâris (Alexandros), par Aphrodite (inscrite). Cette dernière s’apprête à saisir de la main gauche la main droite de la jeune femme pour la conduire vers Priam117. Les différentes réactions des membres de la famille annoncent l’issue fatale de l’épisode.

  • 118 Pyxis attique à fond blanc (Bâle, Antikenmuseum, Kä 431) vers 460 : L. Kahil, N. Icard-Gianolio, « (...)
  • 119 Mythographe du Vatican, I, 120.

30Tandis que le bras tendu du roi, debout à droite, peut passer pour un salut qu’il adresse au couple, le geste de lamentation du jeune Troïlos, qui porte une main à sa tête, évoque plutôt la crainte. La balle tombée à ses pieds souligne la vivacité du geste. En confiant à l’enfant une attitude qu’un peintre attique avait attribuée à Priam118, le peintre suggère d’autant mieux les conséquences funestes de cette présence d’Hélène à Troie pour la famille royale et la ville que le sort de Troïlos est étroitement lié à celui de sa cité. Connu par une source tardive, le Mythographe du Vatican119, l’oracle qui liait la prise de Troie à la mort du prince est ici déjà suggéré. La complémentarité entre son jeune âge, rendu par la petite taille du personnage, et la vieillesse de son père aux cheveux blancs ne renforce les liens familiaux que pour mieux évoquer l’enchaînement cruel de leurs destins, auquel Cassandre fait écho au vers 313 du poème de Lycophron.

  • 120 C. Daremberg, E. Saglio, Le Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines d’après les textes et (...)
  • 121 Sur la particularité de ce motif : C. Roscino, « L’agrenon di Cassandra sul cratere apulo ginevra (...)

31L’autre particularité de cette scène est d’avoir représenté Cassandre dans sa fonction de prophétesse sous un nom qui propose une synthèse inédite de Cassandre et d’Alexandra, Cassaxidra, créant une homophonie avec le nom de son frère, Alexandros. Sa fonction est révélée par deux branches de laurier ornées d’une file de perles ainsi que par le filet posé sur ses cuisses. Qu’il s’agisse d’« un vêtement réticulé en laine recouvrant les autres habits, qui était propre aux devins » ou du « réseau dont était couverte, à Delphes, la pierre ombilicale »120, cet agrenon caractérise ses qualités divinatoires en lien avec Apollon121. La prophétesse a une attitude affligée, la tête penchée vers la droite et les traits abattus. La présence à terre d’un rameau de laurier renversé, alors qu’elle tient l’autre dressé à la manière d’une suppliante, contribue à marquer le sentiment d’impuissance qui ressort de sa pose. En écho à la réaction de son jeune frère, son attitude confirme le mauvais pressentiment suscité par l’arrivée du couple. Au moment même où son accueil par Aphrodite et Priam pourrait lui conférer une forme de légitimité, il se trouve désavoué par l’expression de sentiments contraires de la part de figures qui en annoncent l’issue funeste. Tous deux appartiennent à ce titre à un réseau d’indices destinés à révéler la teneur tragique d’une scène qui pourrait passer pour l’accueil de la jeune épousée.

  • 122 FGrHist, 4F, 142.

32Ainsi la fontaine placée au-dessous de Troïlos constitue-t-elle une discrète allusion au décor de l’embuscade dans laquelle il trouvera la mort, tandis que le bateau figuré sous Cassandre rappelle le caractère fatal de la navigation qu’un oracle avait prédit aux Troyens122. La représentation d’Éros et du trousseau d’Hélène suffirait, elle aussi, à évoquer un épisode nuptial si l’emplacement de la fontaine en pendant au bateau ne suggérait que seule la chute de Troie pourra réparer la trahison commise par Pâris et Hélène à l’encontre de l’hôte et de l’époux. Le dispositif destiné à annoncer cette triste fin trouve une expression symbolique dans la présence de la sphinge sur le col juste au-dessus d’Hélène.

  • 123 A. Ciancio, Silbion. Una città tra Greci e indigeni, Bari, Levante, 1997, p. 99, illustration 128, (...)
  • 124 Virgile, Énéide, II, 585.

33Bien connue des monuments funéraires attiques, elle est associée sur les vases apuliens à des scènes de deuil, celui de Niobé ou celui d’Achille. Sa présence sur un cratère attribué au Peintre de Gravina dans une scène qui pourrait se rapporter à l’arrivée de Pâris chez Ménélas et à sa rencontre amoureuse avec Hélène fait peser sur la représentation des richesses et des plaisirs une connotation funeste123. L’association entre Hélène et la Sphinge favorisée par l’organisation du décor assimile la jeune femme à une porteuse de destruction et de mort comme chez Virgile où elle est assimilée à une Érinye et qualifiée de nefas124. De la même manière l’invocation à une sphinge noire au début de l’Alexandra place la prophétie de Cassandre sous le signe d’une figure funeste. C’est encore la présence d’une Sphinge et d’une Furie sur le col du cratère des Funérailles de Patrocle qui invite à retrouver Hélène dans la jeune femme appuyée au montant du baldaquin sous lequel conversent Phoenix et Nestor. La fonction proleptique de la Sphinge complète celle de Cassandre et de Troïlos faisant du mythe la base d’une réflexion morale et philosophique sur les causes et conséquences du conflit troyen.

  • 125 A.D. Trendall, A. Cambitoglou, Second Supplement…, ouvr. cité, p. 152, no 70a ; K. Schefold, F. Ju (...)
  • 126 C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, ouvr. cité, p. 142.
  • 127 Homère, Iliade, XX, 127-128 ; Odyssée, VII, 196-198 ; Platon, République, X, 617c ; Catulle, Poème (...)
  • 128 C. Aellen précise qu’elle les tient dans sa main enveloppée par son himation, car ce sont des obje (...)
  • 129 En faveur d’Apollon : K. Schefold, F. Jung, Die Sagen von den Argonauten…, ouvr. cité, p. 122.
  • 130 D’autres scholies à Lycophron, ainsi que des bronzes d’Olynthe, en Chalcidique, l’orientèrent vers (...)
  • 131 Homère, Iliade, III, 54. À l’époque d’Alexandre le Grand, on montrait la lyre de Pâris aux visiteu (...)
  • 132 Sujet déjà représenté dans la céramique à figures rouges attique : coupe du Peintre de Brygos RC68 (...)
  • 133 Telle est également l’interprétation retenue par A. Cambitoglou présentée à la suite de celle C. A (...)
  • 134 Ibid., p. 143 ; Apollodore, La Bibliothèque, III, 12, 4 ; scholie à Lycophron, Alexandra, vers 307
  • 135 C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, ouvr. cité, p. 149, n. 15, avec renvoi pour l’étude de ce mo (...)

34C’est aussi par le biais d’un tableau familial que le Peintre de Darius a tiré un parti original du rapt d’Hélène par Pâris sur un lécythe monumental (illustration 3a-d)125. La répartition des personnages sur deux registres distincts a d’emblée paru nuire à l’unité de l’ensemble dont l’interprétation était en outre rendue plus difficile, selon Christian Aellen, par le manque de parallèles126. Malgré l’absence des inscriptions ce dernier a pu identifier les mêmes personnages que sur le vase précédent. Au registre supérieur, les membres de sa famille, complétée de manière tout à fait exceptionnelle par Hécube (illustration 3a), entourent Priam debout devant son trône. Vêtus à la grecque, ils sont identifiables par leurs attributs et par leur complémentarité : son « port royal » désignerait Hécube comme épouse du roi, les fuseaux, un attribut des Moires127, et le rameau de laurier Cassandre comme prophétesse128 et prêtresse d’Apollon (illustration 3b), tandis que le jeune officiant à droite du roi serait Troïlos. L’identité du joueur de cithare est plus énigmatique. Qu’il s’agisse d’Apollon129 ou de Pâris, selon l’hypothèse retenue par C. Aellen130, cette figure renforce les liens familiaux. Comme dans l’Iliade131, la cithare et la beauté serviraient d’attributs au jeune prince prêt à conquérir Hélène et la contrariété du roi serait liée à l’énoncé du projet de partir à Sparte. Le peintre tiendrait son sujet de l’Alexandros d’Euripide qui avait mis en scène le retour de Pâris de l’Ida et la reconnaissance par les siens132. La figuration de Pâris enlevant Hélène au registre inférieur affaiblit cependant, à mon sens, celle en faveur du prince, au profit de celle qui favorise le dieu. Sa présence, comme l’avait souligné C. Aellen lui-même, assure à la scène « une cohérence parfaite, car chacun des personnages serait lié, de près ou de loin, au dieu qui constitue le centre d’attraction du vase »133. Soulignant par son rôle la dimension prophétique en écho à celui de Cassandre, elle ne nuit pas non plus à la force des liens familiaux. Une tradition poétique connue par Apollodore et une scholie à Lycophron en font en effet le père de Troïlos134. En outre, en permettant d’évoquer, d’après C. Aellen, les liens de Laomédon avec le dieu, ce motif ajoute une explication supplémentaire au sort funeste de Troie qui paie encore la faute de son premier roi. C. Aellen fait également l’hypothèse que la torche dans les mains d’un des Orientaux fasse allusion à celle du rêve d’Hécube (illustration 3c)135. L’association du vieux roi et de son plus jeune fils introduit une note tragique dans un paisible tableau familial. Troïlos évoque le destin de Troie que le spectateur peut déduire de la présence du couple formé par Hélène et Pâris sur le bandeau inférieur. Le peintre joue de la juxtaposition des bandeaux pour créer l’effet tragique produit par les liens de cause à effet entre les scènes.

  • 136 New York, Metropolitan Museum of Art 1971.258.3 : J.D. Beazley, ouvr. cité, 1256,1 ; L. Kahil, N.  (...)
  • 137 Isocrate et Gorgias font d’Hélène une victime de la beauté et du destin : Gorgias, 6 ; Isocr., Hél (...)
  • 138 Scholie à Lycophron, Alexandra, vers 132.
  • 139 C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, ouvr. cité, p. 144.
  • 140 Voir les références données par C. Aellen, ibid., p. 144, n. 33-37.
  • 141 Alexandra, vers 97 ; Gorgias, 6-7 ; L. B. Gahi-Kahil, ouvr. cité, p. 147.
  • 142 Gorgias, 6 et 19 ; L. B. Gahi-Kahil, ouvr. cité, p. 148.
  • 143 Ibid., p. 147.

35La scène du rapt se présente elle aussi sous une forme originale. L’enlèvement est un thème traditionnel que Lycophron choisit de traiter comme un enlèvement de force remettant un ancien thème à l’honneur. L’iconographie de l’enlèvement change à la fin du Ve siècle comme on peut le voir sur un vase attique à figures rouges en forme d’œuf attribué à un proche du Peintre d’Érétrie136. En dépit de son innovation, ce vase ne semble pas être à l’origine de l’enlèvement en char représenté sur ce cratère. La violence est ici tempérée par la dimension érotique de la séduction, conformément au consentement d’Hélène majoritairement présent dans les sources137. Les indices qui signalent la force utilisée par Pâris et la résistance opposée par Hélène sont discrets : c’est par exemple le geste d’Hélène qui tend la main vers l’arrière et celui de la nourrice qui présente la paume de sa main en signe d’opposition. Cette vieille femme pourrait représenter Aithra ou une des servantes qui suivirent Hélène dans son voyage à Troie. C’est encore une scholie à Lycophron qui le rappelle138. Mais personne ne semble vraiment très motivé pour résister à ce qui paraît commandé par la force d’Éros représenté en cocher du quadrige, « le visage de face »139. Le thème de la séduction est mis en valeur par les atours d’Hélène, ses ornements, mais surtout la transparence de son péplos. Le choix du motif de l’enlèvement par force utilisé d’habitude dans les légendes de Thétis, de Coré, d’Oreithyie et des Leucippides, pourrait donc être lié à la volonté d’insérer la traversée, évoquée par le sac de voyage posé à terre, dans la liste des enlèvements de femmes qui sont cause des guerres entre Grecs et Troyens. Tout en étant plus aisément assimilable aux autres héroïnes enlevées, Hélène est aussi présentée comme une épousée, en vertu de la valeur nuptiale que le rapt amoureux acquiert dans les rites de mariage140. Lycophron privilégie l’enlèvement de force, une innovation introduite par Gorgias pour prouver l’innocence d’Hélène et attribuer le tort au ravisseur141. L’autre argument est qu’elle a agi sous l’impulsion d’un dieu, le plan de Zeus, qui la rend également innocente. La présence d’Éros évoque le quatrième argument qui fait agir Hélène par amour, un dieu dont la toute-puissance ôte toute liberté d’action à l’homme142. Elle a été séduite par l’attrait physique du ravisseur. On pourrait voir aussi dans la femme placée à droite avec la palme une représentation de Peithô (illustration 3d), le troisième argument utilisé par Gorgias : le pouvoir du logos exerce une contrainte irrésistible, car Peithô est l’équivalent d’ἀνάγκη143.

36Ce parcours en images montre non seulement la vitalité de la matière troyenne à Tarente tout au long du IVe siècle, mais aussi l’accès à des traditions différentes de l’épopée homérique. Du serment des prétendants à l’arrivée à Troie, en passant par l’enlèvement, la figure d’Hélène révèle la souplesse du mythe qui s’adapte aux enjeux du moment. Symbole de la concorde entre les Grecs à la suite de la guerre du Péloponnèse, elle devient l’image par excellence de leur union pour la guerre contre les Barbares en écho aux discours panhelléniques d’Isocrate. La portée tragique du mythe est sous-tendue dès le début par l’évocation subtile des conséquences des rapts de femmes, pour prendre toute son ampleur avec la réunion des membres de la famille de Priam. Au gré de cette évolution, on voit se préciser le rôle de Cassandre, prophétesse malheureuse. Réceptifs aux débats de leur époque, les ateliers tarentins témoignent d’une nouvelle mobilisation des mythes de l’épopée au service de la réflexion historique. Le choix de reprendre le thème de l’enlèvement d’Hélène sur une mosaïque d’une maison de Pella dans la seconde moitié du IVe siècle prend tout son sens en écho à la politique panhellénique de Philippe II et aux conquêtes d’Alexandre le Grand. L’expérience artistique et culturelle élaborée à Tarente permet d’expliquer l’intérêt de Lycophron pour des traditions occidentales qui réagissent aux bouleversements politiques du monde grec.

C.P.

Illustrations

Illustration 1a : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), face A. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.

Illustration 1a : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), face A. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.

Illustration 1b : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), face B. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.

Illustration 1b : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), face B. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.

Illustration 1c : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), détail, face A. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.

Illustration 1c : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), détail, face A. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.

Illustration 2 : cratère à volutes attribué au Peintre de Schulthess (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0044). Photo : Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 2 : cratère à volutes attribué au Peintre de Schulthess (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0044). Photo : Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 3a : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134). Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 3a : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134). Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 3b : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail de Cassandre. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 3b : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail de Cassandre. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 3c : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail des Orientaux. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 3c : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail des Orientaux. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 3d : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail de Peithô. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.

Illustration 3d : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail de Peithô. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.
Haut de pageHaut de page

Notes

1 G. Amiotti, « Lico di Reggio e l’Alessandra di Licofrone », Athenaeum, n.s. 60, 1982, p. 452-460 ; « Alessandro Magno e il mito troiano in Licofrone e nella tradizione occidentale », in M. Sordi (dir.), Alessandro Magno tra storia e mito, Milan, Jaca Book, 1984, p. 113-121 ; « La sirena Ligea, Licofrone e il territorio lametino », in G. De Sensi (dir.), Tra l’Amato e il Savuto. Studi sul Lametino antico e tardo-antico, t. II, Soveria Mannelli, Rubbettino (Società Antiche. Storia, culture, territori, 1. 2), 1999, p. 87-92 ; « Asia ed Europa in Licofrone », in M. Sordi (dir.), Studi sull’Europa antica, I, Turin, Edizioni dell’Orso, 2000, p. 90-97. Voir aussi M. Mahé-Simon, « Les deux Alexandre dans l’Alexandra de Lycophron », in C. Cusset, É. Prioux (dir.), Lycophron : éclats d’obscurité, Actes du colloque international de Lyon et Saint-Étienne, 18-20 janvier 2007, Saint-Étienne, PUSE, 2009, p. 441-450.

2 C. Pouzadoux, É. Prioux, « Orient et Occident au miroir de l’Alexandra et de la céramique apulienne », ibid., p. 451-486.

3 C. Pouzadoux, « Guerre et paix en Peucétie à l’époque d’Alexandre le Molosse (notes sur quelques vases du Peintre de Darius) », in É. Deniaux (dir.), Le Canal d’Otrante et la Méditerranée antique et médiévale, colloque organisé à l’Université de Paris X - Nanterre (20-21 novembre 2000), Bari, Edipuglia, 2005, p. 51-65 ; « L’invention des images dans la seconde moitié du IVe siècle : entre peintres et commanditaires », in M. Denoyelle, E. Lippolis, M. Mazzei, C. Pouzadoux (dir.), La Céramique apulienne. Bilan et perspectives (Naples, 2000), Naples, Centre Jean Bérard, 2005, p. 187-199 ; Éloge d’un prince daunien. Mythes et images en Italie méridionale au IVe siècle av. J.-C, BEFAR 352, Rome, École Française de Rome, 2013.

4 Sur ce point, voir notamment M. Mari, « Cassandra e le altre : riti di donne nell’Alessandra di Licofrone », in Lycophron : éclats d’ obscurité, ouvr. cité, p. 405-440.

5 Traduction Chauvin-Cusset : Je vois courir un brandon ailé / Vers le rapt de la ramière, de la chienne pephnaïenne / Dont un vautour aquicole accouche, / Carapaçonnée sous le cône d’une coquille.

6 Alexandra, vers 506-507 : ὧν ὀστράκου στρόβιλος ἐντετμημένος / κόρσην σκεπάζει ῥῦμα φοινίου δορός (traduction Chauvin-Cusset : Eux dont d’une coquille le cône coupé en deux / Couvre la tête, refuge contre la lance meurtrière).

7 Voir C. Pouzadoux C., ici-même, n. 74 et 75.

8 Voir aussi Alexandra, vers 224-231.

9 Scholia ad Lyc. Alex. 30 : παρὰ τὸ ἀλέξειν τοὺς ἄνδρας· παρθένος γὰρ ἦν.

10 Voir M. Mari, art. cité.

11 Sur la constitution du diptyque confrontant le rapt perpétré par Thésée au rapt commis par Pâris, voir, ici-même, C. Pouzadoux, sur le commentaire d’un cratère en calice de Tarente (Tarente, Mus. Naz., 52230).

12 V. Gigante Lanzara, Licofrone, Alessandra, Milan, Rizzoli, 2000, ad loc.

13 Lycophron, Alexandra, vers 171-174 : Ἐν δὲ δεμνίοις / τὸν εx ὀνείρων πέμπτον ἐστροβημένον / εἰδωλοπλάστῳ προσκαταξανεῖ ῥέθει, / τὸν μελλόνυμφον εὐνέτην Κυταϊκῆς (traduction Chauvin-Cusset : Et, dans son lit, le cinquième, bouleversé au sortir de ses rêves, elle le caressera de son corps imaginaire, lui qui, lors de futures fiançailles, sera l’époux de la Cytaïque…).

14 Voir Euphorion, fr. 90 Powell.

15 E. Sistakou (Reconstructing the Epic. Cross-Readings of the Trojan Myth in Hellenistic Poetry, Louvain, Peeters, Hellenistica Groningana 14, 2008, p. 106-107) remarque que la cinquième union d’Hélène constitue l’une des originalités de Lycophron dans le traitement de cette figure. Dans les Chants cypriens, une scène présente la rencontre d’Achille et d’Hélène grâce à l’intervention divine d’Aphrodite et de Thétis (Proclus, 41 K.).

16 Pour cette remarque, voir G. Lambin, L’Alexandra de Lycophron. Étude et traduction, Rennes, PUR, 2005, n. 229.

17 Voir É. Prioux, « Géographie symbolique des errances de Protée : un mythe et sa relecture politique à l’époque hellénistique », in A. Rolet (dir.), Protée en trompe-l’œil. Genèse et survivances d’un mythe d’Homère à Bouchardon, Rennes, PUR, 2010, p. 139-164.

18 Il s’agit d’une question très délicate, dans la mesure où le poème de Lycophron fait par moments allusion à la religion égyptienne et à des divinités et des sanctuaires intéressant le pouvoir lagide. Sur le lien entre les images choisies par Lycophron et des données culturelles égyptiennes, voir J. Gwyn Griffiths, « Lycophron on Io and Isis », The Classical Quarterly, n.s. 36-2, 1986, p. 472-477. Sur Lycophron et l’Aphrodite Xené de Memphis, identifiée à Hélène, voir É. Prioux, art. cité.

19 Lycophron, Alexandra, vers 149-151. Sur cette généalogie, voir le commentaire de A. Kolde, « Parodie et ironie chez Lycophron : un mode de dialogue avec la tradition ? », in Lycophron : éclats d’obscurité, ouvr. cité, p. 39-57, en particulier p. 47 : « La prophétesse insiste avec ironie sur l’origine non grecque de celui pour lequel […] toute la Grèce va se mobiliser. »

20 Pour ce passage, voir S. Eitrem, « Lykos and Chimaireus », The Classical Review, 34, 1920, p. 87-89, en particulier p. 88 ; E. Sistakou, ouvr. cité, p. 106. Le sacrifice de Ménélas aux divinités troyennes est attesté dans les scholies anciennes (Sch. ex. Il., V, 64d). L’hospitalité dont Pâris avait bénéficié à Sparte faisait l’objet d’un épisode des Chants cypriens (Proclus, 8-11 K.)

21 S. Ciampa, « Laodice : storia di una polemica mitologica dall’ellenismo alla tarda antichità », Prometheus, 35, 2009, p. 34-52, en particulier p. 41.

22 Lycophron, Alexandra, vers 501-503 : ὅταν τεκόντος αἰχμαλώτος ἐς χέρας / ἡ πατρομήτωρ τὸν δνόφῳ τεθραμμένον / βάλῃ νεογνὸν σκύμνον (Quand dans les mains de son géniteur, captive du fer, la mère du père [Aithra, mère de Thésée, père d’Acamas] jettera le lionceau nouveau-né élevé dans l’obscurité [Mounitos, fils d’Acamas]). Suivant les versions, Mounitos est fils de Démophon ou d’Acamas : voir P. Harding, The Story of Athens. The Fragments of the Local Chronicles of Attika, Abingdon et New York, Routledge, 2007, p. 75.

23 Sur les codages de noms qui constituent la norme dans l’œuvre de Lycophron, voir E. Sistakou, « Breaking the name codes in Lycophron’s Alexandra », in Lycophron : éclats d’obscurité, ouvr. cité, p. 237-257.

24 Lycophron utilise un procédé similaire au sujet de Troïlos : dans sa prophétie, Cassandre se lamente sur le destin de son plus jeune frère, Troïlos, qu’elle qualifie de « lionceau-rameau de lait », comme si celui-ci était toujours allaité par Hécube (vers 307-313) au moment où elle délivre sa prophétie, ce qui est peut-être envisageable, ou encore au moment de sa mort, ce qui entrerait entièrement en contradiction avec sa présentation comme « guerrier monté à cheval » chez Homère (Iliade, XXIV, 257). Sur ce passage et d’autres similaires, voir A. Hurst, « Étincelles dans l’ombre ? », in Lycophron : éclats d’obscurité, ouvr. cité, p. 195-208.

25 Sur ce mythe, voir I. Cazzaniga, « La Laodice Priamide di Trifiodoro e la tradizione di Euforione, Licofrone e Polignoto », PP 14, 1959, p. 321-336, qui, partant d’une comparaison avec d’autres sources qui prouvent l’existence d’un débat antique sur le sort de Laodicè fils de Priam après la ruine de Troie, mais aussi de l’idée selon laquelle Lycophron serait postérieur à Euphorion, considère que Lycophron témoigne de la connaissance de deux traditions différentes concernant le destin de Laodicè : l’une qui la fait mourir en Troade dans un gouffre et qui lie son destin, à travers l’emplacement du gouffre où elle disparaît, à celui de Mounippos et de Cilla, fils illégitime et maîtresse de Priam, tués à la place du petit Pâris et de sa mère Hécube ; l’autre qui fait de Laodicè une femme éventuellement prisonnière qui s’éprendrait de son maître Acamas et le suivrait en Thrace. Pour un point de vue récent sur les difficultés d’interprétation posées par ces vers, voir S. Ciampa, art. cité.

26 Ibid., p. 42.

27 Euphorion, fr. 58 Powell = Tzetzès, ad Lyc. Alex. 495.

28 Le cas de συγγένεια entre Grecs et Troyens qui est illustré par la généalogie d’Alexandre le Grand ou celle des rois épirotes intéresse, semble-t-il, de près Lycophron : Alexandra, vers 803 et 1440. Sur ces généalogies mythiques, voir C. Pouzadoux, « Mythe et histoire des ancêtres royaux de Pyrrhus : formes et fonctions de la généalogie mythique dans l’historiographie de la monarchie épirote », in D. Auger et S. Saïd (dir.), Généalogies mythiques, VIIIe Colloque du Centre de recherches mythologiques de l’Université de Paris-X, Chantilly, 14-16 septembre 1995, Paris, Les Belles Lettres, 1998, p. 419-443.

29 Hellanicos, FGrHist, 4F21a Jacoby, évoque la libération d’Aithra par Hélène qui la rend à Acamas et Démophon. Son Atthis rapportait vraisemblablement l’enlèvement d’Aithra par les Dioscures : voir P. Harding, ouvr. cité, p. 74. Démophon et Akamas venant pour libérer Aithra étaient aussi représentés dans l’Ilioupersis de Polygnote (Pausanias, X, 25, 7). Sur Aithra chez Polygnote (il se pourrait qu’elle ait aussi figuré dans la Leschè comme la figure de vieille ou d’esclave accompagnée par un enfant apeuré), voir I. Cazzaniga, art. cité.

30 Au Ve siècle avant J.-C., les illustrations de cet épisode mythologique ont peut-être été particulièrement bien reçues en milieu étrusque comme pourrait en témoigner la découverte de plusieurs scènes illustrant la libération d’Aithra à Vulci : voir les remarques de R. Osborne, « Why did Athenian pots appeal to the Etruscans ? », World Archaeology, 33-2, 2001, p. 277-295, en particulier p. 281-283.

31 Voir E. Sistakou, Reconstructing the Epic, ouvr. cité, p. 118 (sur le rôle de la matière troyenne et de ses leitmotivs dans l’Alexandra).

32 Alexandra, vers 31-37 : Αἰαῖ, τάλαινα θηλαμὼν κεκαυμένη, / καὶ πρόσθε μὲν πεύκτῃσιν οὐλαμηφόροις / τριεσπέρου λέοντος, ὅν ποτε γνάθοις / Τρίτωνος ἠμάλαψε κάρχαρος κύων. / Ἔμπνους δὲ δαιτρὸς ἡπάτων φλοιδούμενος / τινθῷ λέβητος ἀφλόγοις ἐπ’ἐσχάραις / σμήριγγας ἐστάλαξε κωδείας πέδῳ (Hélas ! ô pauvre nourricière [Troie], incendiée autrefois aussi par les pins porte-troupes du lion des trois soirs [Héraclès], qu’entre ses mâchoires, un jour, le chien aux crocs acérés de Triton [le κῆτος] élimina - survivant, débiteur de foie flammant à la vapeur d’un chaudron sur un brasier sans flamme, il écoula les crins de sa tête sur le sol).

33 Alexandra, vers 337-339 : ὁ πρὸς καλύπτρης τῆς ὁμαίμονος τάλας / ὠνητὸς αἰθαλωτὸν ἐς πάτραν μολών, / τὸ πρὶν δ’ ἀμυδρὸν οὔνομ’ αἰστώσας σκότῳ (Lui qui, par le voile de sa sœur de sang, le pauvre, fut racheté, revenant dans sa patrie réduite en cendres et dans l’ombre anéantissant son nom obscur de jadis).

34 Alexandra, vers 467-478 : Ἐλᾷ δὲ πάτρας τῆλε Τραμβήλου κάσιν, / ὃν ἡ ξύναιμος πατρὸς ἐκλοχεύεται, / δοθεῖσα πρωταίχμεια τῷ πυργοσκάφῳ. / Ἣν δή ποτ’ ἐν ῥήτρῃσι δημοτῶν σταθεὶς / γλαυκῷ κελαινὸν δόρπον ὤτρυνεν κυνὶ / στεῖλαι τριπλᾶς θύγατρας ὁ σπείρας βάβαξ / τῷ πᾶσαν ἅλμῃ πηλοποιοῦντι χθόνα, / ὅταν κλύδωνας ἐξερεύγηται γνάθων, / λάβρῳ σαλεύων πᾶν τρικυμίᾳ πέδον. / Ὁ δ’ ἀντὶ πιποῦς σκορπίον λαιμῷ σπάσας / Φόρκῳ κακῆς ὠδῖνος ἔκλαυσεν βάρος, / χρῄζων πυθέσθαι πημάτων ξυμβουλίαν (Il [Télamon] chassera loin de sa patrie le frère de Trambélos, dont enfante la sœur de mon père, donnée comme part du butin au démolisseur de nos donjons ; oui, elle dont un jour, debout entre les harangues de ses concitoyens, il incitait qu’on l’envoie en sanglant repas au chien pers, de trois filles le père bavard, à l’embourbeur, dans la salure, de toute la contrée quand de ses mâchoires il vomit des vagues, d’un triple flot déferlant ébranlant tout le sol : lui, qui au lieu d’un pivert en sa gorge avala un scorpion, chez Phorcos, d’une méchante gésine il pleura le fardeau, désirant y entendre un conseil à ses peines).

35 Alexandra, vers 951-957 : Ἄλλοι δ’ ἐνοικήσουσι Σικανῶν χθόνα / πλαγκτοὶ μολόντες, ἔνθα Λαυμέδων τριπλᾶς / ναύταις ἔδωκε Φοινοδάμαντος κόρας, / ταῖς κητοδόρποις συμφοραῖς δεδηγμένος, / τηλοῦ προθεῖναι θηρσὶν ὠμησταῖς βορὰν / μολόντας εἰς γῆν ἕσπεραν Λαιστρυγόνων, / ὅπου συνοικεῖ δαψιλὴς ἐρημία (D’autres viendront habiter le pays des Sicanes, parvenus, errants au lieu où Laomédon, rongé par le sinistre festin d’un monstre glouton, donna à des marins les trois filles de Phoïnodamas, pour qu’au loin ils les exposent en pâture aux bêtes carnassières, une fois parvenus à la terre hespérique des Lestrygons où se concentrent de vastes solitudes).

36 Alexandra, vers 1346-1348 : ἡ δ’ ἀντὶ τούτων τάρροθον βοηλάτην / τὸν ἑξάπρυμνον στέρφος ἐγχλαινούμενον / στείλασα λίστροις αἰπὺν ἤρειψεν πάγον (Et en échange, elle envoya comme sauveur le toucheur de bœufs aux six poupes, empelissé de cuir, et renversa à la bêche leur piton abrupt).

37 Pour cette remarque, voir A.S. Hollis, « Hellenistic Colouring in Virgil’s Aeneid », HSCPh 94, 1992, p. 269-285, en particulier p. 270.

38 L’histoire d’Hésionè avait été traitée par Hellanicos de Lesbos, FGrHist, 4, fr. 26b. Voir aussi Iliade, V, 638. Pour d’autres traitements de ce thème, voir, à l’époque hellénistique, Cléon de Kourion, Argonautiques (SH, fr. 339A – pour l’intégration de l’histoire d’Hésionè au cycle des Argonautes, voir aussi Valérius Flaccus, Argonautiques, II, 478-549), Euphorion, fr. 54 Powell, Nicandre, fr. 562 (SH) et peut-être Callimaque (voir R. Pfeiffer, Callimachus I, Oxford, Clarendon Press, 1949, comm. ad fr. 698 et 537).

39 L’aition expliquant le nom de Priam dérive peut-être des Troica d’Hellanicos (FGrHist, 4, fr. 31) : voir C. von Holzinger, Lykophron’s Alexandra, Leipzig, Teubner, 1895, comm. ad vers 337.

40 Voir E. Sistakou, art. cité.

41 Faut-il percevoir un léger effet d’anagrammatisation du nom Podarkès dans πρὸς καλύπτρης au vers 337 et du nom Priam dans πρὶν δ’ ἀμυδρὸν au vers 339 ?

42 Sur ces éléments parodiques, voir A. Kolde, art. cité.

43 Alexandra, vers 57-68 : τὰ πάντα πρὸς φῶς ἡ βαρύζηλος δάμαρ / στείλασα κοῦρον τὸν κατήγορον χθονὸς / ἄξει, πατρὸς μομφῇσιν ἠγριωμένη, / λέκτρων θ’ἕκατι τῶν τ’ἐπεισάκτων γάμων. / Αὐτὴ δὲ φαρμακουργός, οὐκ ἰάσιμον / ἕλκος δρακοῦσα τοῦ ξυνευνέτου λυγρόν, / Γιγαντοραίστοις ἄρδισιν τετρωμένου / πρὸς ἀνθοπλίτου, ξυνὸν ὀγχήσει μόρον, / πύργων ἀπ’ ἄκρων πρὸς νεόδμητον νέκυν / ῥοιζηδὸν ἐκβράσασα κύμβαχον δέμας· / πόθῳ δὲ τοῦ θανόντος ἠγκιστρωμένη / ψυχὴν περισπαίροντι φυσήσει νεκρῷ (Tout au grand jour, l’épouse à la cruelle jalousie, en envoyant son garçon comme dénonciateur de son sol, l’y produira, envers son père folle de griefs à cause de ses coucheries et de ses noces étrangères ; elle-même faiseuse de drogues, observant, inguérissable, la plaie funeste de son compagnon blessé par les dards broyeurs de géants de son antagoniste, elle subira une fatalité partagée, du haut des donjons sur le cadavre à peine dompté recrachant, la tête en avant, son corps sifflant ; crochetée au regret du défunt, elle expirera son âme sur un cadavre palpitant).

44 La singularité de ce traitement a notamment retenu l’attention de Tzétzès qui cite Lycophron comme étant une autorité sur la question de la mort d’Œnone en Posthomerica, 597.

45 Sur le traitement des histoires d’Œnone et de Corythos, Parthénios, Erotika, 4 et 34, cite les sources suivantes : Hellanicos de Lesbos qui pourrait bien sûr avoir été utilisé par Lycophron, ainsi que deux textes du IIe siècle avant J.-C., le Sur les poètes de Nicandre et les Troika d’Hégésianax d’Alexandrie (= « Kephalon de Gergis ») – œuvre qui laissait semble-t-il une large place à des traditions locales mais qui serait postérieure à celle de Lycophron, si l’on admet une datation de l’Alexandra au IIIe siècle avant J.-C.

46 D. Briquel, L’Origine lydienne des Étrusques. Histoire de la doctrine dans l’Antiquité, Rome, CEFR 139, 1991, p. 212-213 ; É. Prioux, « Lycophron et les errances d’Énée : mythes “locaux”, érudition ethnographique et poétique des griphes », Eruditio antiqua 1, 2009, p. 105-122 : [URL : http://www.eruditio-antiqua.mom.fr/vol1/EA1f.Prioux.pdf], consulté le 26 février 2014.

47 Pour des remarques sur ce même passage, voir E. Sistakou, ouvr. cité, p. 104-105. Sur Cortone et le mont Pergô chez Lycophron, voir Alexandra, vers 805-806. Les liens entre la légende de Télèphe, les origines du peuple étrusque et Ulysse/Nanas, autre héros de Cortone sont évoqués aux vers 1242-1249.

48 Lycophron, Alexandra, vers 570-583 ; M. Halm-Tisserant, « De Délos à l’Apulie : les filles d’Anios et le Peintre de Darius », Ktema, 25, 2000, p. 133-142, pl. I-VIII.

49 Alexandra, vers 999-1001 ; C. Pouzadoux, « Mythe et culture politique dans la peinture apulienne », in Osanna M. (dir.), Verso la città. Forme insediative in Lucania e nel mondo italico fra IV e III sec.a.C. : atti delle giornate di studio, Venosa, 13-14 maggio 2006, Venosa, Osanna Edizioni, 2009, p. 23-39. À la différence de l’Éthiopide d’Arctinos de Milet où Achille tue Thersite d’un coup de poing, selon les commentaires de la Chrestomathie de Proclos, 105, 27, sa décapitation dans la scène figurée ne peut être due qu’à l’usage d’un outil tranchant comme dans l’Alexandra, où il n’est cependant pas question de tête coupée. Voir aussi à ce sujet les remarques de S. Barbara dans ce numéro. Sur les commentaires au texte de Proclos : A. Séveryns, Le Cycle épique dans l’école d’Aristarque, Paris et Liège, Bibl. de la Faculté de Philosophie et de Lettres de l'Univ. de Liège 40, 1928, p. 316-318.

50 J.-M. Moret, « Le Jugement de Pâris en Grande-Grèce. Mythe et actualité politique », AK 21, 1978, p. 76-98.

51 J.-M. Moret, L’Ilioupersis dans la céramique italiote. Les mythes et leur expression figurée au IVe siècle, Genève, Institut suisse de Rome (Bibliotheca Helvetica Romana 14), 1975. Pour des images récemment découvertes, voir aussi A. Kossatz-Deissmann, LIMC Supplementum, s.v. « Ilioupersis », 2009, p. 293-295.

52 T. Morard, Les Troyens à Métaponte, Mayence, P. von Zabern, 2000 ; A. Pontrandolfo, « Uso e funzione delle immagini tra Atene e l’Occidente : una esemplificazione », in A. Stazio, S. Ceccoli (éd.), Atene e la Magna Grecia dall’età arcaica all’ellenismo : atti dell’quarantasettesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 27-30 settembre 2007, Tarente, Istituto per la storia e l'archeologia della Magna Grecia, 2008, p. 507-517 ; ead., « Diffusione e ricezione dell’immagine di Enea in Occidente », in F. Giudice, R. Panvini (dir.), Il Greco, il Barbaro e la ceramica attica. Immaginario del diverso, processi di scambio e autorappresentazione degli indigeni, IV : atti del Convegno Internazionale di Studi (14-19 maggio 2001), Catania, Caltanissetta, Gela, Camarina, Vittoria, Siracusa, Rome, L'Erma di Bretschneider, 2007.

53 Scènes de sa naissance miraculeuse, persuasion par Aphrodite, enlèvement par Thésée, puis par Pâris, union avec Ménélas, puis avec Pâris, retrouvailles enfin avec son premier époux : L. Kahil, N. Icard, LIMC IV, s.v. « Hélène », 1988, p. 498-563 ; K. Schefold, F. Jung, Die Sagen von den Argonauten, von Theben und Troia in der klassichen une hellenistischen Kunst, Munich, Hirmer, 1989, p. 118-126.

54 Toutes les dates sont entendues avant notre ère.

55 Cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230) et daté vers 400 : A.D. Trendall, « Archaeology in Sicily and Magna Graecia », ArchRepts, 1955, p. 47-62, en particulier p. 61-62, pl. 5a-b ; A.D. Trendall, A. Cambitoglou, The Red-figured Vases of Apulia, vol. I : Early and Middle Apulian, Oxford, Clarendon Press, 1979, 2/25, p. 40-41, pl. 12, 2 ; K. Schefold, Die Göttersage in der klassischen und hellenistischen Kunst, Munich, Hirmer, 1981, p. 247-248 ; L. Kahil, N. Icard, art. cité, p. 513, no 60, avec illustration ; K. Schefold, F. Jung, ouvr. cité, p. 117- 118, illustration 97. Pour la reconstitution du contexte de découverte dans un puits avec d’autres fragments de vases dont un décoré d’un épisode relatif à la légende des Argonautes : M. Maggialetti, « Tra Atene e Sparta. Mito e politica sul cratere apulo Taranto, MN 52230 », Ostraka XVI, 2, 2007, p. 289-310, en particulier p. 289-291.

56 M. Maggialetti, art. cité, avec bibliographie précédente p. 289, n. 2, et p. 305 pour son interprétation en relation avec la guerre du Péloponnèse.

57 E. Mugione, « Temi figurativi della ceramica attica e committenze occidentale. Una esemplificazione : il mito di Teseo », Ostraka VI, 1, 1997, p. 109-128, en particulier p. 113, 116, 125.

58 M. Maggialetti, art. cité, p. 292-293.

59 La couleur du chiton pourrait constituer un signe de la servitude d’Aithra comme sur le coffret des Cypsélides : Pausanias, V, 19, 2-3.

60 K. Schefold, F. Jung, ouvr. cité, p. 117.

61 Ibid.

62 A. Bottini, « Elena fra Atene e Metaponto », Ostraka VI, 1, 1997, p. 155-159, en particulier p. 157 ; M. Maggialetti, art. cité, p. 304.

63 M. Nafissi, « La documentazione letteraria ed epigrafica », in E. Lippolis, S. Garraffo, M. Nafissi (éd.), Taranto, Tarente, Istituto per la storia e l'archeologia della Magna Grecia (Culti greci in Occidente 1), 1995, p. 155-334, en particulier p. 226-228, et « From Sparta to Taras. Nomina, ktiseis and relationships between colony and mother city », in S. Hodkinson, A. Powell (dir.), Sparta. New Perspectives, Londres, Classical Press of Wales, 1999, p. 245-272, en particulier p. 247.

64 M. Maggialetti M., art. cité, p. 306.

65 M. Schmidt, « La ceramica », Taranto e il Mediterraneo : atti del quarantunesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 12-16 ottobre 2001, Tarente, Istituto per la storia e l'archeologia della Magna Grecia, 2002, p. 343-364, en particulier p. 360-361.

66 M. Maggialetti, art. cité, p. 298, n. 51, cite comme seule autre représentation un cratère en cloche à figures rouges venant d’Apulie et que T. Panofka a vu à Rome : T. Panofka, « Il giuramento dei proci di Elena », BullInst XVIII, 1847, p. 158-159, en particulier p. 158-159.

67 Dès les premières décennies du Ve siècle, et jusqu’au milieu du IVe siècle, l’intervention de Dionysos et d’Athéna forçant Thésée à quitter Ariane visait à réhabiliter le héros, aussi bien dans les sources littéraires, notamment chez l’historien Phérécyde d’Athènes, FGrH, 3F, 148, que sur les vases attiques, comme sur une hydrie attribuée au Peintre de Syleus, provenant de Vulci (Berlin, Staatliche Museen, F 2179), vers 480, et sur un cratère en calice attribué au Groupe L.C. (Berkeley, University of California, R.H. Lowie Museum of Anthropology, 8/3297), vers 350. Comme le souligne M. Maggialetti, art. cité, p. 302-303, nos 101-105, 304-305, no 126, le schéma le plus proche de celui du cratère tarentin se trouve sur un cratère en calice attribué au Peintre de Cadmos, provenant de Camarine (musée national de Syracuse P. Orsi, inv. 17427), vers 430-420, qui montre le départ de Thésée et l’arrivée de Dionysos, et sur un stamnos apulien attribué au Peintre d’Ariane (Boston, Museum of Fine Arts, inv. 00.349), vers 425-400. Ces rapprochements nous conduisent à nuancer, à la suite d’E. Mugione, art. cité, p. 125-126, la valeur négative de l’épisode.

68 Pausanias, I, 33, 2-3.

69 Le rôle de Némésis comme mère d’Hélène a été rattachée à l’auteur des Chants cypriens, comme le rapporte Athénée, VIII, 334 B-D. Elle figure aussi chez Ératosthène, 25, qui place à Rhamnonte son union avec Zeus transformé en cygne ; chez Apollodore, III, 3, 10, 7, où Zeus, sous la forme d’un cygne, s’unit à elle qui s’est transformée en oie (= Tzetzès, Lycophron, Alexandra, vers 88).

70 La présence, dans la tombe collective des Spartiates morts à Athènes en 403, d’un fragment de cratère en cloche attique attribué au Peintre de Sémélé avec la naissance d’Hélène qui sort de l’œuf de Némésis, rappelle peut-être l’importance de ce thème en lien avec l’identité spartiate : E. Pellegrini, « Ἁγεῖται δ᾽ ἁ Λήδας παῖς / ἁγνὰ χοραγὸς εὐπρεπής (Aristophane, Lysistrata, 1314-1315), Elena sposa ideale ad Atene negli anni della guerra del Peloponneso », Ostraka XVI, 2, 2007, p. 365-389, en particulier p. 377, n. 76.

71 C’est le cas de la comédie que Cratinos avait consacrée à Némésis probablement dans les premières années de la guerre du Péloponnèse : A. Bottini, art. cité, p. 156 ; E. Pellegrini, art. cité, p. 376.

72 Selon Pausanias, I, 33, 2-3, Phidias aurait réalisé la statue monumentale de Némésis avec le marbre de Paros que les Mèdes, débarqués à Marathon, pensaient utiliser pour ériger leur trophée contre les Athéniens. La statue était attribuée à son contemporain Agoracrite de Paros par Strabon et Pline l’Ancien ; P. Karanastassi, LIMC VI, s.v. « Nemesis », 1992, p. 733-762, en particulier p. 754, no 210.

73 Pausanias, I, 33, 7-8. Pour une synthèse des reconstitutions et une nouvelle étude : B. Petrakos, « La base de la Némésis d’Agoracrite », BCH 105, 1, 1981, p. 227-253.

74 Plutôt que la version attique qui montre surtout Zeus et les Dioscures rassemblés autour d’un autel sur lequel est posé l’œuf clos de Némésis et qui fut connue en Italie, dans le dernier tiers du Ve siècle, par une coupe du Peintre de Xénotimos retrouvée à Capoue (Boston, MFA CI 1899.539, vers 430 : L. Kahil, N. Icard-Gianolio, LIMC VI, s.v. « Leda », 1992, p. 231-236, 245, en particulier p. 234, no 28) avec un aigle à côté de l’œuf posé sur un autel, ainsi qu’un peu plus tard, à San Agata dei Goti, par un cratère en cloche attribué au Peintre de Sémélé (coll. Mustili, fin du Ve siècle : L. Kahil, N. Icard-Gianolio, « Leda », art. cité, p. 234, no 30), avec un aigle volant vers l’œuf, les peintres italiotes ont retenu celle de l’éclosion attestée sur une olpè de la fin du Vsiècle retrouvée à Analypsis en Laconie (Athènes, mus. nat., fin Ve : L. Kahil, N. Icard-Gianolo, « Hélène », art. cité, p. 503, no 4) et sur un seul vase attique, une pyxis, retrouvée à Locres Épizéphirienne (pyxis fragmentaire attique de Reggio Calabria, Locres, Mus. Naz., vers 450 : ibid., p. 503, no 3. Sur l’un des deux fragments Hélène rampe hors d’une demi-coquille d’œuf posée sur un autel).

75 La présence de ce thème dans la petite statuaire de Grande-Grèce, dans les années 430, a été révélée par la découverte d’une tombe de Métaponte. Il reçut une large audition auprès des peintres italiotes à partir du deuxième quart du IVe siècle (cratère à colonnettes du Peintre des Longs Rabats, Londres BM F 172, vers 380-370 : A.D. Trendall, A. Cambitoglou, ouvr. cité, 4/186 ; L. Kahil, N. Icard-Gianolio, « Leda », art. cité, p. 235, no 37. Pélikè du Peintre d’Athènes 1680, Kiel, Kunsthalle, B 501, vers 360-350 : A.D. Trendall, A. Cambitoglou, ouvr. cité, 9/137 ; L. Kahil, N. Icard-Gianolio, art. cité, p. 503, no 6. Amphore de Python, Paestum, vers 360 : ibid., p. 504, no 8. Cratère en cloche du Peintre de Caivano, Naples, Mus. Arch. Naz., inv. 147950, vers 340 : A.D. Trendall, The Red-figured Vases of Lucania, Campania and Sicily, Oxford, Clarendon Press, 1967, p. 307, no 567, pl. 123, 1 ; L. Kahil, N. Icard-Gianolio, art. cité, p. 504, no 9. Hydrie du Peintre de Cassandre, Berlin, Staatl. Mus., V. I. 4533, fin du IVe siècle : A.D. Trendall, ouvr. cité, p. 228, no 9 ; L. Kahil, N. Icard-Gianolio, art. cité, p. 503, no 7). Voir aussi récemment les contributions d’A. Bottini qui suivent la découverte de la tombe de Métaponte : A. Bottini, « Elena in Occidente. Una tomba dalla chora di Metaponto », BdA L-LI, 1988, 1-18, p. 13-14 ; I. Chirassi Colombo, « I poteri di Helene », in S. Marino, C. Montepaone, M. Tortorelli (dir.), Il potere invisibile. Figure del femminile tra mito e storia. Studi in memoria di Maria Luisa Silvestre, Naples, Filema, 2002, p. 25-40 ; E. Pellegrini, art. cité, p. 376-377, avec bibliographie.

76 A. Bottini, « Elena fra Atene… », art. cité, p. 156, rappelle les enjeux religieux attachés au personnage d’Hélène qui faisait aussi l’objet d’un culte à Sparte. Sa sortie spectaculaire de l’œuf qui assimile sa naissance à une épiphanie évoque la nature divine de cette figure salvatrice. Voir aussi, en rapport avec les religions à mystère comme le pythagorisme et l’orphisme en Grande-Grèce, les remarques d’A. Rouveret (Histoire et imaginaire de la peinture ancienne, Ve siècle av. J.-C. - Ier siècle apr. J.-C., Rome, BEFAR 274, 1989, p. 303) et de M. Détienne, « La légende pythagoricienne d’Hélène », Rev. Hist. Rel. 152, 1957, p. 129-152.

77 Κ. Schefold, Die Göttersage…, ouvr. cité, p. 247, illustration 345 : cratère en cloche, Peintre de Dijon, Bari, Museo civico, 3899, vers 380-370 : A.D. Trendall, A. Cambitoglou, ouvr. cité, 6/96 ; L. Kahil, N. Icard-Gianolio, « Hélène », art. cité, p. 503, no 5.

78 L’abandon d’Ariane par Thésée sert moins ici à déprécier Athènes qu’à rappeler, comme nous le verrons plus loin, le rôle des rapts de femmes dans le déclenchement des guerres.

79 L’interprétation d’E. Mugione des noces d’Hélène et de Thésée et de la scène du premier rapt sur le cratère attique attribué au Peintre de Talos retrouvé à Serra di Vaglio invite également à envisager un horizon plus large que celui des conflits entre cités grecques et à replacer ce sujet dans le contexte de la fondation de la colonie panhellénique de Thourioi entre 446 et 443 : E. Mugione, art. cité, p. 125-126.

80 Stésichore, fr. 190 Page ; L. B. Gahi-Kahil, Les Enlèvements et le Retour d’Hélène dans les textes et les documents figurés, Paris, De Boccard, 1955, p. 16. Contra : Thucydide, I, 9, 1, croit plus en la puissance de la flotte d’Agamemnon qu’en l’engagement des prétendants.

81 Euripide, Iphigénie à Aulis, vers 51-69.

82 Hygin, Fables, 78.

83 Isocrate, Hélène, 39-41.

84 Hésiode, Catalogue des femmes : H. G. Evelyn-White, Hesiod [Works]. Homeric hymns. Epic cycle. Homerica, Cambridge, Harvard University Press, Londres, 1936, fr. 94-96 ; C. Robert, Die griechische Heldensage, Berlin, Weidmann, 1966-1967, p. 1066-1069.

85 Apollodore, III, 3, 10, 8.

86 Hygin, Fables, 81.

87 M. Maggialetti, art. cité, p. 301 avec bibliographie.

88 Euripide, Hélène, vers 99.

89 Euripide, Iphigénie à Aulis, vers 51-69.

90 Pausanias, III, 20, 9, rapporte cet épisode à propos de la présence dans le sanctuaire de Thérapné de la tombe du cheval sacrifié à l’occasion du serment des prétendants. La présence d’un cheval sur le cratère ne sert peut-être pas seulement à identifier un des Dioscures, mais aussi à souligner l’importance de cet animal dans la définition du pouvoir royal. Un cavalier nommé Hippeus figure aussi sur la base de la statue de Némésis à Rhamnonte : voir plus haut n. 73.

91 Sur ce culte commun à Sparte et à Tarente : M. Osanna, « Sui culti arcaici di Sparta e Taranto : Afrodite Basilis », PP XLV, 1990, p. 81-94.

92 Tzetzès, Lycophron, Alexandra, vers 1123.

93 Sur ces cultes, voir M. Nafissi, « La documentazione letteraria… », art. cité, p. 219-222. Les notices relatives à ces cultes sont contenues dans le recueil des Mirabilibus auscultationibus, 106, attribué au Pseudo-Aristote et qui remonterait au IIIe siècle avant J.-C.

94 A. D’Amicis, « Cratere a calice apulo a figure rosse », in F. Radina et G. Recchia (dir.), Ambra per Agamennone : indigeni e micenei tra Adriatico, Ionio ed Egeo, catalogue de l’exposition éponyme, Bari, Palazzo Simi et Museo Civico, 28 mai - 16 octobre 2010, Bari, 2010, p. 399-402, en particulier p. 400.

95 On fera cependant remarquer que la femme de l’œciste lacédémonien de Tarente, Phalantos, a pour épouse une femme appelée Aithra. C’est un jeu de mots sur le sens de son nom, « air pur », qui permit au fondateur de comprendre l’oracle de Delphes sur l’emplacement de la colonie : Pausanias, X, 10, 6-8.

96 Les réserves de M. Schmidt étaient liées à l’examen autoptique du vase et plus particulièrement de la forme ovale de couleur noire que tient la jeune Hélène. Elle y avait décelé les traces d’un filet lui permettant de reconnaître dans cet objet une balle. Cette réserve l’avait conduite à dissocier ce vase de la série relative à la naissance d’Hélène, contrairement à A. Bottini pour qui elle constituait le point d’orgue de cette série (A. Bottini, « Elena fra Atene… », art. cité, p. 157). Sa proposition n’a pas été retenue par M. Maggialetti (art. cité, p. 295, n. 28) qui confirme, après analyse du motif, la présence de lignes perpendiculaires, non pas peintes mais incisées et dissimilées par la couche de vernis, et qui constitueraient un repère pour le dessin de l’œuf. Le vernis noir correspondrait à la teinte foncée qu’exprime l’adjectif ὑακίνθινον employé dans un fragment de Sappho pour désigner l’œuf de Némésis : ibid., p. 296-297. D. Fontannaz qui a étudié et photographié ce vase dans le cadre de ses recherches sur la céramique proto-italiote de Tarente prend parti pour l’hypothèse de M. Schmidt. Je le remercie de m’avoir communiqué le résultat de ses observations.

97 Cette version lui vaut d’être qualifiée de Rhamnousis par Callimaque, Hymnes, 232.

98 Si l’allusion, au vers 506, à l’œuf des Dioscures renvoie à celui de Némésis, la séquence reflète peut-être la même imbrication que dans l’image entre les différents liens qui rattachent Hélène à l’Attique.

99 E. Mugione, art. cité, p. 114-115 ; E. Pellegrini, art. cité, p. 317. Sur l’enchaînement de ces deux rapts : Athénée, XIII, 4.

100 M. Maggialetti, art. cité, p. 304 : Plutarque, Thésée, 19, 1 ; 31, 1-3.

101 Dans la Grèce archaïque, la connotation positive de cet épisode d’origine péloponnésienne est attestée par sa présence sur le trône d’Amyclée (Pausanias, III, 18, 15). Le fait que l’enlèvement d’Hélène par Thésée ait pu passer pour un des exploits du héros pour arriver à la maturité se voit à l’allure éphébique qu’il revêt à l’époque classique. Cela permet d’annuler le problème de la différence d’âge entre les deux personnages au moment de la valorisation du héros par Cimon : E. Mugione, art. cité, p. 114-115 ; E. Pellegrini, art. cité, p. 372-374 ; M. Maggialetti, art. cité, p. 304, dès l’époque de Pisistrate. La question de son âge lors de son enlèvement par Thésée divisait en effet les auteurs anciens : selon Hellanicos, FGrH 4 F 134 et 168 b, Hélène avait sept ans, tandis qu’Apollodore, 1, 23, lui en donnait douze, contre cinquante pour Thésée : A. Séveryns, ouvr. cité, p. 275. Pour l’iconographie : L. B. Gahi-Kahil, ouvr. cité, p. 307-309 ; L. Kahil, N. Icard-Gianolio, art. cité, p. 498-499 ; ibid., p. 507-513, nos 27-28, 30-35bis, 41-42.

102 G. Greco, « Un cratere del Pittore di Talos da Serra di Vaglio », RIASA, 1985-1986, p. 5-35 ; C. Servadei, La figura di Theseus nella ceramica attica. Iconografia e iconologia del mito nell’Atene arcaica e classica, Bologne, Ante Quem, 2005, p. 164, fig. 71.

103 Stésichore, fragment 191 : PMG, Davies ; Hellanicos : FGrHist, 4F, 134-138 ; Phérécyde, FGrHist, 3F, 153 ; Douris : FGrHist, 76F, 88 et 92 ; Euphorion, fr. 90 ; Alex. Aetol., fr. 12 Poell ; Pausanias, II, 32, 7. E. Mugione, art. cité, p. 124-125 ; E. Pellegrini, art. cité, p. 373-377. Voir la fondation d’un culte à Aphrodite Nymphia à Trézène à l’occasion de cet épisode : V. Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque. Contribution à l'étude de ses cultes et de sa personnalité dans le panthéon archaïque et classique, Athènes et Liège, Centre International d'Etude de la Religion Grecque Antique (Kernos Suppl. 4), 1994, p. 183-188, 422.

104 Euripide, Hélène, vers 50. L. B. Ghali-Kahil, ouvr. cité, p. 16.

105 Lycophron, Alexandra, vers 513.

106 Ibid., vers 102-105. On retrouve l’association entre le cycle troyen et les enlèvements de femmes par Thésée dans le récit que Nestor fait à Ménélas au retour de Crète chez Proclos, Chrestomathie. Après avoir tenu conseil avec son frère sur la guerre de Troie, Nestor évoque parmi d’autres récits l’abandon d’Ariane par Thésée.

107 Avec ces deux derniers, Thésée constitue peut-être en Occident le troisième époux de la femme « aux trois époux » de la scholie à l’Oreste d’Euripide, vers 249, et de l’Alexandra, vers 851.

108 On retrouve le même type de coiffure constituée d’un large bandeau entourant la tête sur une pélikè de Ruvo dans une scène de femmes à la toilette : H. Sichtermann, Griechische Vasen in Unteritalien aus der Sammlung Jatta in Ruvo, Tübingen, Wasmuth, 1966, p. 50. La comparaison montre qu’il s’agit d’un attribut de la séduction féminine.

109 Je remercie N. Icard pour sa suggestion.

110 Euripide, Iphigénie à Aulis, vers 70-71. Chez Apollodore, c’est Tyndare qui choisit Ménélas : Apollodore, III, 3, 10, 9.

111 Amphoriskos attribuée au Peintre de l’Heimarnénè (Berlin, Antikensammlungen, 30036) vers 420 : J.D. Beazley, Attic Red-figured Vase-Painters, 2e édition, Oxford, Clarendon Press, 1963, 1173, 1 ; L. Kahil, N. Icard-Gianolio, art. cité, no 140, illustration ; K. Schefold, F. Jung, Die Sagen von den Argonauten…, ouvr. cité, p. 119-120, illustration 198bis.

112 E. Pellegrini, art. cité, p. 369.

113 A. Bottini, « Elena fra Atene… », art. cité, p. 158.

114 Euripide, Hélène, vers 36-37.

115 Cratère à volutes attribué au Peintre de Schulthess (coll. priv.) : C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, Le Peintre de Darius et son milieu. Vases grecs d’Italie méridionale, Genève, Hellas et Roma, 1986, p. 97-108 ; A.D. Trendall, A. Cambitoglou, Second Supplement to The Red-figured Vases of Apulia, Londres, Institute of Classical Studies (BICS, supplement 60), 1991-1992, p. 135, no 77, pl. 32, 3 ; K. Schefold, F. Jung, Die Sagen von den Argonauten…, p. 125-126, illustration 102bis ; P. Paoletti, LIMC VII, s.v. « Kassandra I addenda », p. 956-970, no 26, p. 959.

116 Skyphos de Macron (Boston, Museum of Fine Arts, 13.186) vers 490 : K. Schefold, F. Jung, Die Göttersage…, ouvr. cité, p. 118-119, illustration 98.

117 Une tache plus claire de forme ovale entre le pouce et l’index d’Aphrodite a été prise pour un œuf. Il s’agit en fait d’une lacune qui ne permet pas d’identifier avec précision la nature du geste. On se demande en effet si la déesse cherche à prendre la main d’Hélène qu’elle tient pourtant déjà ou si elle veut lui remettre un objet.

118 Pyxis attique à fond blanc (Bâle, Antikenmuseum, Kä 431) vers 460 : L. Kahil, N. Icard-Gianolio, « Hélène », art. cité, p. 533, no 186 ; C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, ouvr. cité, p. 104.

119 Mythographe du Vatican, I, 120.

120 C. Daremberg, E. Saglio, Le Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines d’après les textes et les monuments, Paris, Hachette, 1877, s.vagrenon : [URL : ], consulté le 26 février 2014.

121 Sur la particularité de ce motif : C. Roscino, « L’agrenon di Cassandra sul cratere apulo ginevra HR44 : dall’indunamento al personnaggio », in F. Di Martino (dir.), Abiti da mito, Kleos 15, 2008, p. 293-308.

122 FGrHist, 4F, 142.

123 A. Ciancio, Silbion. Una città tra Greci e indigeni, Bari, Levante, 1997, p. 99, illustration 128, p. 100-101.

124 Virgile, Énéide, II, 585.

125 A.D. Trendall, A. Cambitoglou, Second Supplement…, ouvr. cité, p. 152, no 70a ; K. Schefold, F. Jung, Die Sagen von den Argonauten…, p. 122-123, illustration 100bis ; P. Paoletti, « Kassandra… », art. cité, no 25, p. 959.

126 C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, ouvr. cité, p. 142.

127 Homère, Iliade, XX, 127-128 ; Odyssée, VII, 196-198 ; Platon, République, X, 617c ; Catulle, Poèmes, 64, 305-322 ; Apollodore, Bibliothèque, I, 8, 2 ; Pausanias, Périègèse, X, 31,4.

128 C. Aellen précise qu’elle les tient dans sa main enveloppée par son himation, car ce sont des objets sacrés. Il donne des éléments de comparaison de cet usage avec Diomède qui tient le Palladion.

129 En faveur d’Apollon : K. Schefold, F. Jung, Die Sagen von den Argonauten…, ouvr. cité, p. 122.

130 D’autres scholies à Lycophron, ainsi que des bronzes d’Olynthe, en Chalcidique, l’orientèrent vers un oracle d’Apollon que Priam avait consulté à la naissance de Pâris : Scholie à Lycophron, Alexandra, vers 319 ; Ennius, fr. 18 ; voir aussi relief d’Olynthe : D.M. Robinson, Metal and Minor Miscellaneous Finds, an Original Contribution to Greek Life, Olynthus X, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1941, p. 20-21, illustration 4-5.

131 Homère, Iliade, III, 54. À l’époque d’Alexandre le Grand, on montrait la lyre de Pâris aux visiteurs qui se rendaient à Troie : Plutarque, Alexandre, 15, 9 ; Sur la fortune d’Alexandre, 1, 331.

132 Sujet déjà représenté dans la céramique à figures rouges attique : coupe du Peintre de Brygos RC6846 de Tarquinia (J.D. Beazley, ouvr. cité, 639, no 4) et coupe du Peintre de Briséis G151 du Louvre (ibid., 406, no 8). Sur le retour et la reconnaissance : Hygin, Fabula, 91 ; Ovide, Les Héroïdes, XVI, 119-126.

133 Telle est également l’interprétation retenue par A. Cambitoglou présentée à la suite de celle C. Aellen dans le catalogue, p. 144.

134 Ibid., p. 143 ; Apollodore, La Bibliothèque, III, 12, 4 ; scholie à Lycophron, Alexandra, vers 307.

135 C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, ouvr. cité, p. 149, n. 15, avec renvoi pour l’étude de ce motif à F. Jouan, Euripide et les légendes des Chants cypriens, Paris, Les Belles Lettres, 1966, p. 117, n. 2.

136 New York, Metropolitan Museum of Art 1971.258.3 : J.D. Beazley, ouvr. cité, 1256,1 ; L. Kahil, N. Icard-Gianolio, « Hélène », no 171, avec illustration.

137 Isocrate et Gorgias font d’Hélène une victime de la beauté et du destin : Gorgias, 6 ; Isocr., Hélène ; L. B. Gahi-Kahil, ouvr. cité, p. 145-153.

138 Scholie à Lycophron, Alexandra, vers 132.

139 C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, ouvr. cité, p. 144.

140 Voir les références données par C. Aellen, ibid., p. 144, n. 33-37.

141 Alexandra, vers 97 ; Gorgias, 6-7 ; L. B. Gahi-Kahil, ouvr. cité, p. 147.

142 Gorgias, 6 et 19 ; L. B. Gahi-Kahil, ouvr. cité, p. 148.

143 Ibid., p. 147.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1a : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), face A. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Titre Illustration 1b : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), face B. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Illustration 1c : cratère en calice (Tarente, Mus. Naz., 52230), détail, face A. Photo du musée, su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Direzione per i Beni Culturali e Paesaggistici della Puglia-Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 833k
Titre Illustration 2 : cratère à volutes attribué au Peintre de Schulthess (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0044). Photo : Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Illustration 3a : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134). Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Illustration 3b : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail de Cassandre. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/923/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 3c : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail des Orientaux. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/923/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 3d : lécythe attribué au Peintre de Darius (Ville de Genève, Musées d’art et d’histoire, inv. no HR 0134) : détail de Peithô. Photo du musée de Bettina Jacot‑Descombes : © Musées d’art et d’histoire, Ville de Genève, dépôt de l’Association Hellas et Roma.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/923/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Évelyne Prioux et Claude Pouzadoux, « Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit troyen », Aitia [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 16 janvier 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://aitia.revues.org/923 ; DOI : 10.4000/aitia.923

Haut de page

Auteurs

Évelyne Prioux

CNRS, UMR 7041 ArScAn équipe ESPRI / Université de Paris Ouest - Nanterre - La Défense / projet CAIM

Articles du même auteur

Claude Pouzadoux

Centre Jean Bérard, Naples, CNRS, USR 3133 / projet CAIM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page