Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À propos de quelques parallèles entre le poème de Lycophron et la documentation figurée

La violence lycophronienne au miroir des arts figurés de l’Italie ancienne

Violence in Lycophron in the mirror of figurative arts of Ancient Italy
Violenza in Licofrone nello specchio delle arti figurative dell’antica Italia
Sébastien Barbara

Résumés

L’Alexandra n’a évidemment pas, dans la littérature antique, le monopole des allusions à des épisodes sanglants, mais, pour des raisons littéraires évidentes, la prophétesse de Lycophron enchaîne les scènes brutales dans sa monodie, ce qui aboutit à une concentration tout à fait inédite de la violence. Nous nous proposons donc de dégager la typologie de ces scènes de violence et d’en étudier quelques-unes. Les exemples choisis présentent la particularité de pouvoir être confrontés à des images dont l’archéologie nous a montré la probable prégnance dans tel ou tel contexte de l’Italie ancienne. Même si les thèmes guerriers et les mises à mort ont souvent été privilégiés dans les arts figurés, il nous a en effet semblé que cette poétique lycophronienne de la violence faisait curieusement écho aux goûts de certains publics de la péninsule en matière d’images. À cela s’ajoute que l’Alexandra est animée par ce que l’on pourrait appeler une « dynamique italienne », voire un « italocentrisme » – qui s’explique certes par les sources utilisées, mais aussi sans doute par l’origine de Lycophron – et qu’elle est traversée par une forme de téléologie qui, sous certains aspects, se retrouve en Italie : la toute-puissance du destin associée à des considérations millénaristes et à une conception cyclique du temps. Tous ces éléments concourent à faire de l’Alexandra une œuvre entretenant des liens particuliers avec l’hellénisme occidental et le thème de l’affrontement entre Grecs et Barbares. On distingue finalement, derrière les propos assurés de cette femme du passé qui parle au futur, une grande inquiétude devant un présent incertain.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie, pour leur invitation à cette table ronde, É. Prioux et C. Pouzadoux. Je leur ai emprunté la formule de ce titre.

  • 1 L. Giuliani, « Rhesus between dream and death : on the relation of image to literature in Apulian v (...)
  • 2 Voir M. Schmidt, « Livello culturale di singoli pittori : dalla erudizione individuale all’automati (...)

1Tenter une analyse comparée des niveaux de culture des artistes de la péninsule italienne et de Lycophron est une entreprise hasardeuse. Si l’érudition de Lycophron n’a pas à être démontrée, les connaissances des peintres sont plus délicates à évaluer. À toutes les époques les vases présentent des variantes singulières que la littérature n’atteste pas – ou alors exceptionnellement – et qui peuvent parfois passer pour des fantaisies de peintre. Il semble pourtant que, dans la seconde moitié du IVe siècle, en Apulie, le niveau culturel des peintres est non seulement très élevé1, mais que certains d’entre eux – non sans influence de leurs acheteurs – apprécient les scènes rares et recherchent à dessein l’originalité dans le choix des scènes mythologiques : le Peintre de Darius, par exemple, se détache du lot et montre qu’en Apulie, parfois assez loin de l’influence tarentine, on produit et on apprécie des images qui relèvent d’une forme d’érudition allant de pair avec l’hellénisation et le raffinement aristocratique2.

  • 3 C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, Le Peintre de Darius et son milieu. Vases grecs d’Italie méri (...)
  • 4 Ibid., p. 124-131.
  • 5 M. Schmidt, Der Dareiosmaler und seine Umkreis. Untersuchungen zur spätapulischen Vasenmalerei, Mun (...)
  • 6 C. Ioannitis, Le Vase des Ibères. Un lécythe du Peintre de Darius, Mayence, P. von Zabern, 2007, p. (...)
  • 7 A.-F. Laurens, LIMC IV, 1, s.v. « Hekabe », p. 480-481.

2Si Lycophron est parfois le seul à attester certaines légendes, il en va de même de la céramique italiote où l’on trouve des scènes extrêmement rares comme celle des jumeaux de Mélanippé exécutée par le Peintre des Enfers vers 330-3203 ou encore la légende de Leukôn illustrée par le Peintre de Darius vers 340-3304. Que l’on pense également au vase des funérailles d’Archémoros sur le cratère homonyme conservé à Naples5 ou à l’énigmatique lécythe des Ibères de Hambourg6, deux autres pièces du Peintre de Darius qui se signalent par la rareté du sujet abordé. Lycophron, de son côté, évoque des épisodes qui n’ont laissé aucune trace dans l’iconographie antique, comme la lapidation d’Hécube7.

  • 8 Néanmoins C. Pouzadoux et É. Prioux (« Orient et Occident au miroir de l’Alexandra et de la céramiq (...)

3Néanmoins, comme Lycophron présente déjà un certain nombre de difficultés philologiques et littéraires, confronter son œuvre à des vases qui, de leur côté, soulèvent leurs propres problèmes revient à tenter une enquête difficile et incertaine8. Dans ces conditions, que l’on n’attende pas ici la rigueur d’une démonstration implacable : il s’agit de peser des minuties et des incertitudes et de souligner un faisceau de convergences entre l’œuvre de Lycophron et les goûts des élites italiennes – essentiellement étrusques et apuliennes –, en matière de thèmes mythologiques, en explorant un axe important de la poétique lycophronienne : la violence. Et comme il ne saurait d’ailleurs être question d’étudier ici toutes les formes de violence dans l’Alexandra, nous nous contenterons, après avoir signalé les formes les plus fréquentes que prend cette brutalité, d’étudier quelques exemples intéressants dans le cadre d’une confrontation entre texte littéraire et artefacts italiens.

4L’Alexandra est avant tout une longue lamentation où la prophétesse privilégie les scènes brutales et pathétiques qu’elle « visualise », des scènes qui illustrent le futur malheur de Troie dans un temps antérieur où tous ces maux semblent pure fiction aux auditeurs troyens éberlués et un galimatias sanglant aux auditeurs réels. Que cette vaste hypotypose qu’est l’Alexandra entretienne des liens avec les arts figurés pourra sembler au fond très naturel.

  • 9 V. Gigante Lanzara (éd.), Licofrone. Alessandra, Milan, Rizzoli, 2000, p. 21.
  • 10 V. Gigante Lanzara (ibid., p. 37-38) l’associe surtout au grotesque, mais elle s’inscrit plus large (...)
  • 11 Voir C. Cusset, « Tragic elements in Lycophron’s Alexandra », Hermathena 173-174, 2004, p. 148-151.
  • 12 Pour d’autres éléments sur la réception du nom, voir A. Berra, « Obscuritas Lycophronea. Les témoig (...)
  • 13 Voir Scholia in Ibin, 525, 531 La Penna.
  • 14 F. D. Dehèque (éd.), La Cassandre de Lycophron, Paris, Durand-Klincksieck, 1853, p. III ; C. Cusset (...)

5L’Alexandra n’a certes pas, dans la littérature antique, le monopole de l’expression de la violence et l’épopée homérique, comme la tragédie, regorge d’évocations brutales, mais l’on conviendra aisément que, pour des raisons littéraires évidentes – le poème vise clairement l’ἔκπληξις9 –, la prophétesse de Lycophron enchaîne dans sa monodie les scènes sanglantes, ce qui aboutit à une concentration vertigineuse et inédite de la violence10 qui se décline selon une palette très riche – comme le montre l’abondance des composés en -brôtos, -raistès, -ktonos, -sphagos, -phthoros11 –, où la précipitation, la dévoration et la combustion occupent une place de choix. Cette situation était sans doute manifeste déjà dans l’Antiquité qui aurait pu associer à Lycophron une forme de sauvagerie involontairement présente dans son nom (Lyko-phron)12 et qui lui a inventé une mort tout à fait en accord avec les situations décrites dans l’Alexandra : on trouve en effet chez Ovide (Ibis, 529-530)13 une allusion à sa mort violente ; le poète aurait rendu l’âme, transpercé par une flèche14 :

  • 15 « Comme périt, dit-on, le poète tragique Lycophron, qu’une flèche se plante et se fixe dans tes ent (...)

Vtque coturnatum periisse Lycophrona narrant,
Haereat in fibris fixa sagitta tuis.15

  • 16 S. Muth, Gewalt im Bild. Das Phänomen der medialen Gewalt im Athen des 6. und 5. Jahrunderts v. Chr (...)
  • 17 Voir le sacrifice particulièrement atroce de Polyxène sur une amphore tyrrhénienne à figures noires (...)
  • 18 Voir H. Cassimatis, « La violence dans les figurations de scènes théâtrales portées par la céramiqu (...)
  • 19 Ce goût reflète sans doute l’intérêt de l’époque hellénistique pour la littérature paradoxographiqu (...)
  • 20 Sur le sens « affectif » de ce terme, voir A. Zucker, « Étude épistémologique du mot κῆτος », in J. (...)
  • 21 À cet égard, il n’est pas du tout anodin que Lycophron ait écrit une tragédie intitulée Ἀνδρομέδα : (...)
  • 22 Dans ces trois cas le monstrueux est associé au thème de la dévoration par les liens tissés avec le (...)

6De la même façon les thèmes guerriers et les mises à mort ont toujours occupé une place importante dans la céramique, notamment attique, comme l’illustre à l’envi l’étude récente de Susanne Muth intitulée Gewalt im Bild16, mais il semble pourtant possible de trouver un écho de la poétique lycophronienne de la violence dans les goûts des publics de la péninsule italienne en matière d’images : depuis longtemps, en effet, les savants ont remarqué la prédilection des Étrusques pour les scènes de violence17 et la céramique apulienne apprécie également les scènes brutales18 et insolites où la cruauté rivalise parfois avec un goût manifeste pour le monstrueux. Cet intérêt pour la figure du monstre n’est pas absent chez Lycophron19 qui évoque de façon récurrente le kètos20 d’Hésionè (vers 33-36 ; 471-475 ; 954), d’Andromède (vers 836 et suiv.)21 ou encore la monstrueuse Scylla (vers 45-47 ; 650-651 ; 669)22.

Tableau I. Figures monstrueuses

vers 33-36 Héraclès dans les entrailles du kètos (Τρίτωνος κάρχαρος κύων)
vers 45-47 Mort de Scylla (ἀγρίαν κύνα, ταυροσφάγον λέαιναν)
vers 413-414 Grecs dévorés par les poissons (βρωθεὶς πολυστοίχοισι καμπέων γνάθοις)
vers 471-475 Hésioné, pâture du kètos (γλαυκῷ […] κυνί)
vers 650-651 Mort de Scylla (μιξόθηρος)
vers 669 Cadavres dévorés par Scylla (μιξοπάρθενος κύων)
vers 836 et suiv. Kètos d’Andromède (φάλαινα)
vers 954 Allusion au kètos d’Hésioné (κητοδόρποις)
  • 23 H. Blanck, « Démons étrusques et démons médiévaux », Les Étrusques et l’Europe, Paris et Milan, RMN (...)
  • 24 Amphore corinthienne de Caeré à figures noires du milieu du Ve siècle (Berlin, F 1652 = LIMC, s.v.  (...)
  • 25 Pour les scènes d’égorgement, voir F.-H. Massa-Pairault, Iconologia e politica nell’Italia antica. (...)
  • 26 Voir, à propos de la coupe d’Euphronios dédiée dans le temple d’Hercule à Cerveteri, A.M. Moretti S (...)

7Or cet intérêt pour le kètos – et d’une façon générale le goût pour les créatures hydrides ou monstrueuses – est partagé par le public étrusque23, comme le montrent, sur une longue période, plusieurs vases pittoresques reprenant ce thème24. Les Étrusques se sont aussi signalés par un goût tout à fait unique pour la violence (démembrements et égorgements), qui apparaît sur des supports très variés (miroirs, gemmes, coroplastie, peinture…)25. Dans cette optique, la fortune dont a joui, en Italie, le thème de l’Ilioupersis est un élément large de convergence26 qui intéresse la réception des légendes achéo-troyennes et les traditions spécifiquement italiennes par le biais des nostoi, mais l’on pourrait trouver des parallèles dans d’autres « thématiques ».

  • 27 Voir V. Gigante Lanzara, édition citée, p. 38.

8Un relevé des différentes formes de mort violente permet de constater que, malgré la variété, Lycophron en a tout de même privilégié quelques-unes : ainsi il utilise largement le thème du sacrifice ou bien l’assimilation de l’homicide à un sacrifice. Il signale également plusieurs fois des morts dues à des chutes ; certains personnages sont lapidés ou enterrés vivants ; d’autres meurent d’une blessure infligée par un animal. Le poète cherche manifestement à dresser un catalogue d’homicides terribles et surprenants, propre à frapper l’esprit de ses lecteurs. Mais il est, dans cet ensemble, un thème prédominant, celui de la dévoration27, présenté dans le tableau suivant, en association avec deux thèmes majeurs, le démembrement et la combustion.

Tableau II. Une typologie des morts violentes dans l’Alexandra

Le sacrifice
vers 187 La prêtresse Iphigénie sacrifie des Grecs (Ἑλλάδος καρατόμον)
vers 229 et suiv. Sacrifices d’enfants à Palémon βρεφοκτόνος
vers 313 Troïlos égorgé (καρατομηθείς)
vers 323 et suiv. Sacrifice de Polyxène
vers 991-992 À Siris, mort du grand prêtre sur l’autel
vers 1187 Hécube lapidée (sacrifice à Hadès)
La précipitation
vers 65-68 Suicide d’Œnone par précipitation
vers 164 Chute de Myrtilos, écuyer d’Œnomaos
vers 714 et suiv. Suicide des Sirènes par précipitation
vers 1325 Mort de Thésée par précipitation à Scyros
L’immersion, la noyade
vers 381 et suiv. Grecs noyés
vers 387 et suiv. Ajax frappé par le trident et noyé
vers 413-414 Grecs dévorés par les poissons
vers 1141 et suiv. Corps des Locriennes précipités en mer
La lapidation
vers 330 et suiv. Lapidation d’Hécube
vers 1187 Lapidation d’Hécube
L’enterrement
vers 316 et suiv. Laodicè enterrée vive
vers 1061 Les ambassadeurs étoliens enterrés vivants par les Dauniens
Blessures infligées par des animaux
vers 498-499 Mounitos mordu par une vipère
vers 881 Mort de Mopsus en Libye (?)
vers 912 Philoctète mordu par le serpent (non létal)
vers 486-487 Ancée déchiré par un sanglier ; mort de Méléagre
vers 833 Mort d’Adonis tué par un sanglier
Le démembrement
vers 481 Mentions des Arcadiens lycomorphes qui dépecèrent Nyctime, fils de Lycaon
vers 656 Compagnons d’Ulysse déchirés
La dévoration
vers 154 et suiv. Pélops dévoré
vers 202-203 Cronos dévorant ses enfants et leur mère
vers 347 Le serpent Porkè παιδοβρῶτος
vers 654 Compagnons d’Ulysse dévorés
vers 668 Cadavres dévorés par Charybde et Scylla
vers 955 Allusion à un supplice manqué : l’exposition aux bêtes (ὠμησταῖς)
vers 1066 Tydée κρατοβρῶτος
vers 1075 et suiv. Supplice de Sétée, enchaînée, proie des vautours
vers 1199 Allusion à Cronos παιδοβρώτους
La combustion
vers 178 Les six enfants de Thétis brûlés
vers 198-199 Combustion des chairs des Grecs dans la « chaudière d’Hadès »
vers 1141 et suiv. Corps des Locriennes brûlés

9Comme il ne saurait être question d’étudier la totalité de ce relevé, nous avons choisi de privilégier l’étude de quelques exemples précis, d’abord des vases de la seconde moitié du IVe siècle, qui renvoient à une époque qui n’est pas trop éloignée de celle de Lycophron, et qui attestent un goût des épisodes rares, enfin des parallèles étrusques qui renvoient souvent à une période antérieure, mais qui témoignent d’un goût prononcé pour la mise en scène de la violence.

  • 28 Voir P. Grimal, DMGR9, s.v. « Myrtilos ».

10Dans la légende de Pélops, le personnage de Myrtilos28, l’écuyer d’Œnomaos, se signale dans deux épisodes : le sabotage du char du roi de Pise et sa mort des mains de l’ingrat Pélops. Lycophron fait allusion à son meurtre dans un passage consacré à Ménélas le Pélopide (vers 149 et suivants) :

τὸν δὲ λοῖσθον ἐκπιὼν σκύφον
φερωνύμους ἔδυψε Νηρέως τάφους,
πανώλεθρον κηλῖδα θωύξας γένει,
ὁ τὴν πόδαργον Ψύλλαν ἡνιοστροφῶν
καὶ τὴν ὁπλαῖς Ἅρπινναν Ἁρπυίαις ἴσην.

  • 29 Toutes les traductions de l’Alexandra sont issues de l’édition de C. Chauvin et C. Cusset, Lycophro (...)

lequel vidant la coupe ultime,
Plongea dans les sépulcres éponymes de Nérée,
Vociférant contre sa race de très fatales infamies,
Le postillon de Psylla aux pieds luisants,
Et d’Harpinna par ses sabots pareille à une Harpie.29

  • 30 Sur la chute de Myrtilos, voir L. Séchan, Études sur la tragédie grecque dans ses rapports avec la (...)
  • 31 Voir Scholia in Apollonii Rhodii Argonautica, I, 752-8a. Déjà chez Phérécyde, voir fr. 37a Fowler ( (...)
  • 32 Phérécyde, fr. 37b Fowler (= Scholia in Sophoclis Electram, 504) : καθ’ ὁδὸν δὲ καταλαβὼν αὐτὸν προ (...)
  • 33 Sophocle, Électre, vers 509-515 ; Euripide, Oreste, vers 988-994. Voir L. Séchan, ouvr. cité, p. 46 (...)

11Lycophron atteste donc ici la précipitation en mer de Myrtilos30, ses imprécations contre la race de Pélops et transmet au passage les noms des chevaux de l’attelage31. L’épisode, déjà connu de Phérécyde (dont l’akmè se situe vers 465 avant J.-C.)32, a pu aussi figurer chez les Tragiques comme le laissent penser quelques allusions de Sophocle et d’Euripide33.

  • 34 L. Séchan, ouvr. cité, illustration 135 ; I. Triantis, art. cité, E. 25.
  • 35 A.D. Trendall, Red Figure Vases of South Italy and Sicily, Londres, Thames & Hudson, 1989, p. 160.

12Or, il est assez intéressant de constater que cet épisode, assez rare malgré tout, de la légende de Pélops, figure sur un lécythe aryballique à figures rouges provenant de Capoue (Antikensammlung Berlin, inv. no F3072)34, daté de la seconde moitié du IVe siècle avant J.-C. et attribué par Trendall au Peintre de Caivano35.

Ill.  1 : lécythe à figures rouges provenant de Capoue, ca. 320. Antikensammlung Berlin, inv. n° F3072.

Ill.  1 : lécythe à figures rouges provenant de Capoue, ca. 320. Antikensammlung Berlin, inv. n° F3072.
  • 36 Scholia in Lycophronis Alexandram, 157 (p. 74 Scheer).
  • 37 L. Séchan, ouvr. cité, p. 466, n. 4 ; I. Triantis, art. cité, E. 26-27 ; F.-H. Massa-Pairault, ouvr (...)
  • 38 Une scène qui, selon C. Robert, serait issue d’une tragédie de Sophocle : voir I. Triantis, art. ci (...)

13En effet, si les autres épisodes de la légende de Myrtilos sont bien représentés dans la peinture apulienne, le lécythe de Capoue se distingue par sa rareté puisque c’est un des très rares documents à représenter la mort du cocher par précipitation. Cela est d’autant plus curieux que l’étiologie impliquée dans cette phase du mythe – à savoir la chute au cap Geraistos qui permet d’expliquer que la mer de Myrtô tire son nom de Myrtilos36 – ne concerne pas la zone italienne, de sorte que ce n’est pas un intérêt géographique qui a pu motiver la représentation… Les autres documents illustrant la mort de Myrtilos sont par ailleurs des urnes étrusques37 où l’on peut voir le cocher poignardé par Pélops38.

  • 39 Scholia in Lycophronis Alexandram, 157 (p. 74 Scheer) : περὶ Γεραιστὸν ἀκρωτήριον πίπτει τὸν Μυρτίλ (...)

14Il y a néanmoins une différence si l’on se penche sur la version attestée par les scholies à Lycophron ; en effet dans ce récit Myrtilos a tenté de violer Hippodamie pendant que Pélops était parti chercher de l’eau : à son retour ce dernier le précipite dans la mer depuis le cap Geraistos39. Le vase atteste donc une variante selon laquelle le cocher fut précipité en vol depuis le char et non depuis la terre ferme. Le texte de Lycophron, flou sur ce point, ne permet pas de connaître les conditions précises de la mise à mort du cocher. Il faut sans doute imaginer une version où Pélops fait semblant de ne rien savoir, reprend sa route aérienne et expulse inopinément Myrtilos au-dessus de la mer.

  • 40 N. Zorzetti, « Tragediografi greci minori », in F. Della Corte (dir.), Dizionario degli scrittori g (...)
  • 41 La Souda, s.v. Λυκόφρων (Lexicographi Graeci, I, 3, p. 299 Adler), donne une liste partielle de ses (...)
  • 42 L. Giuliani, art. cité, p. 72.
  • 43 L. Séchan, ouvr. cité, p. 466.

15Même si la légende de la précipitation de Myrtilos est attestée depuis Phérécyde, au milieu du Ve siècle, Lycophron et le Peintre de Caivano l’attestent tous deux à l’époque hellénistique, peut-être sous l’influence des pièces du répertoire tragique ou simplement à partir d’une donnée mythographique ayant d’ailleurs pu transiter dans une pièce. On ne peut en effet exclure que Lycophron combine des sources mythographiques à des sources tragiques pour créer quelque chose de nouveau et de déroutant : cette technique « agglutinante », qui appartient au processus d’obscurcissement, lui correspond bien. Pourtant, même s’il est vrai que Lycophron fut essentiellement un poète tragique40 (γραμματικὸς καὶ ποιητὴς τραγῳδιῶν)41 et que l’on peut trouver une fonction cathartique dans les scènes qu’il dépeint dans l’Alexandra, il serait risqué de méconnaître ses capacités d’innovation. Il est intéressant de constater que le cas de ce vase rend perplexe Louis Séchan qui, bien que partisan de ce que Luca Giuliani a appelé le courant « philodramatique »42, en vient même à douter de son lien avec le répertoire tragique43.

16La geste d’Achille comprenait un épisode assez peu à l’avantage du héros : tombé amoureux de l’Amazone Penthésilée qu’il avait pourtant tuée et ne supportant pas les sarcasmes de Thersite à ce sujet, le fils de Pélée l’aurait mis à mort. Lycophron signale incidemment cette péripétie brutale dans un passage où il est question de Clété, l’esclave de Penthésilée.

Ἧς ἐκπνεούσης λοῖσθον ὀφθαλμὸς τυπεὶς
πιθηκομόρφῳ πότμον Αἰτωλῷ φθόρῳ
τεύξει τράφηκι φοινίῳ τετμημένῳ.

Celle-là même, expirant pour la dernière fois dont l’œil achèvera
Le sort de qui l’aura frappée – le sort du fléau aïtole
À l’allure de singe, qu’atteindra un épieu sanglant.

  • 44 Cette chronologie est contestée par G. Morelli, « La morte di Tersito nella “Tabula Iliaca” del Cam (...)

17Dans l’Aethiopis – du moins si l’on accorde quelque crédit au résumé de Proclus (172 = arg. Bernabé) –, les Troyens récupéraient et rendaient les honneurs funèbres au corps de Penthésilée (θάπτουσι), puis Achille tuait Thersite qui s’était moqué de lui44. Proclus ne fournit aucune précision sur les conditions de la mort de Thersite (ἁναιρεῖ). On voit mal, cependant, comment Thersite aurait pu dans ce contexte blesser l’Amazone à l’œil.

  • 45 Scholia in Lycophronis Alexandram, 999 : ὁ δὲ Θερσίτης λαθὼν ἐξώρυξε τοὺς ὀφθαλμοὺς αὐτῆς.
  • 46 Scholia in Sophoclis Philocteten, 445.

18En réalité la version de la blessure à l’œil évoquée par Lycophron45 ne semble pas cyclique. Il est probable que c’est une création des Néôtéroi ou des Tragiques puisqu’on ne la trouve que dans les scholies de Sophocle46 : ὁ Θερσίτης δόρατι ἔπληξε τὸν ὀφθαλμὸν αὐτῆς. Dans cette version, incompatible avec la version cyclique rapportée par Proclus, l’altercation a lieu avant que l’Amazone ne reçoive les honneurs funèbres. Thersite avait achevé l’Amazone sur le champ de bataille, ce qui lui avait valu la haine d’Achille.

  • 47 Scholia in Lycophronis Alexandram, 999. Voir G. Morelli, Teatro attico e pittura vascolare. Una tra (...)
  • 48 Cette œuvre est signalée par la Souda, s.v. Λυκόφρων.
  • 49 G. Morelli, ouvr. cité, p. 64.
  • 50 Eustathe, Commentaire sur l’Iliade, II, 200 ; Quintus de Smyrne, I, 743 ; Scholia in Sophoclis Phil (...)
  • 51 Il a pu néanmoins exister une troisième version de la mort de Thersite : la Tabula Iliaca Capitolin (...)

19Sur la mort de Thersite proprement dite, il existe deux versions célèbres : dans un cas Achille le tue d’un coup de poing, dans l’autre il le tue avec une lance47. À partir d’un fragment de Phérécrate – que Lycophron devait d’ailleurs connaître et dont il avait pu parler dans son traité sur la comédie48 –, Giuseppe Morelli a déduit que la mort de Thersite à coups de poing remontait précisément à ce dramaturge49. Quelle que soit son origine, cette mise à mort est attestée par la majorité des sources50 et Lycophron est un des rares à dire que Thersite fut tué d’un coup de lance51.

  • 52 Même s’il est centré sur le meurtre de Thersite, ce vase montre bien que ce qui intéresse le peintr (...)
  • 53 A.D. Trendall et A. Cambitoglou, The Red-Figured Vases of Apulia, vol. II, Oxford, Clarendon Press, (...)
  • 54 Cratère à volutes apulien à figures rouges représentant la mort de Thersite. Provenance : Ceglie de (...)
  • 55 C. Pouzadoux, « L’invention des images dans la seconde moitié du IVe siècle : entre peintres et com (...)
  • 56 K. Zimmermann, LIMC VIII, 1, s.v. « Thersites », 1997, p. 1207-1209.
  • 57 Il semble que ce vase, comme d’ailleurs les représentations du meurtre de Rhésos, témoigne aussi d’ (...)
  • 58 C. Drago, « Astidamante, Chaeremon e un vaso italiota di Ceglie », Iapigia 5/4, 1934, p. 342-344 ; (...)
  • 59 Aristote, Rhétorique, III, 12, 2 (1413b) ; Poétique, 1447b ; 1460a.

20La mort de Thersite, rarement traitée sur les vases, est néanmoins le sujet central52 d’une œuvre de grande qualité : il s’agit d’un cratère apulien à volutes qui se trouve au Museum of Fine Arts de Boston53 et qui provient de Ceglie del Campo54, la Caelia peucète. Il est attribué à un peintre défini par les historiens de l’art comme un successeur du peintre Varrese et un précurseur du Peintre de Darius55. Le cratère montre Thersite56 décapité, gisant dans un bric-à-brac, sous le regard méprisant d’Achille, tandis que Phoenix s’afflige et que Diomède57, qui entend demander réparation de cette offense par les armes, est retenu par Ménélas. La scène de ce vase a souvent été rattachée à l’Achille Thersitoctone de Chérémon58, un dramaturge actif dans la première moitié du IVsiècle, contemporain d’Aristote, qui le signale d’ailleurs dans la Rhétorique et dans la Poétique59.

Illustration 2 – Détail d’un cratère à volutes apulien à f. r. représentant la mort de Thersite. Provenance : Ceglie del Campo. Conservation : Museum of Fine Arts, Boston (inv. no 03.804).

  • 60 L. Giuliani, art. cité, p. 85.
  • 61 F. Giacobello, « Il furto dei cavalli di Reso nella ceramica apula », in I. Colpo, I. Favaretto, F. (...)
  • 62 Voir déjà J.-M. Moret, ouvr. cité, p. 262 et suiv.
  • 63 Voir les réserves d’H. Cassimatis, art. cité, p. 43.
  • 64 L. Séchan, ouvr. cité, p. 527-533 ; Appendice VIII.

21Il ne faut cependant pas perdre de vue la conclusion de Luca Giuliani sur un dossier similaire – le vase de la mort de Rhésos – où il apparaît que le peintre, bien que connaissant les textes de référence que sont la Dolonie et le Rhésos du Pseudo-Euripide, élabore quelque chose qui n’est pas vraiment l’illustration des textes, mais une reconstruction personnelle de la « matière mythologique »60. Il sélectionne en effet des aspects du mythe qui vont plaire aux acheteurs locaux : Diomède, la violence, les chevaux61. Ce soupçon pesant sur l’influence des pièces de théâtre62 atteint également ce vase consacré à Thersite63 pourtant longtemps présenté comme l’illustration de la pièce de Chérémon64. Il se peut en effet qu’il repose sur la combinaison de sources variées.

22Pourtant, si tant est que l’on accorde une valeur à la comparaison de deux sources aussi « particulières » que le poème de Lycophron et l’inspiration d’un peintre apulien, on peut se pencher sur les conditions de la mort de Thersite dans ces deux œuvres.

23La scène figurée sur le vase surprend puisque la décollation de Thersite n’est jamais mentionnée dans les textes. L’adéquation avec le texte de Lycophron n’est pas non plus évidente puisque Lycophron dit τράφηκι φοινίῳ τετμημένῳ. Mais l’expression de Lycophron n’est pas elle-même d’une grande clarté puisque τέμνω signifie à la fois « percer, piquer, transpercer » et « couper, égorger » ; par ailleurs τράφηξ est un terme difficile, quasi hapax, que, selon Bailly, Lycophron utiliserait au sens d’« épieu » dans le vers 641, et au sens de « lance », vers 1001 !

  • 65 A. Hurst, édition citée, p. 58.
  • 66 Ibid., p. 255, note au vers 1001.

24Les différentes traductions du passage reposent sur les gloses des différentes scholies. Ainsi Félix Désiré Dehèque dit « que frappera un javelot meurtrier » d’après les scholia vetera (vers 1001) qui paraphrasent ainsi : ἤγουν τῷ δόρατι. Récemment André Hurst traduit « un bois qui, sanglant, le découpera »65, sans doute parce que les scholiastes signalent que τράφηξ pouvait signifier « planche de boulanger », détail qu’A. Hurst rapporte effectivement en note66. Il y a néanmoins plus de chance pour que τράφηξ soit une métonymie pour δόρυ et convienne plus à une lance qu’à un glaive. Même si une lance n’est pas incompatible avec l’égorgement à l’antique, elle se prête assez peu à la décapitation. Du reste il ne s’agit pas d’examiner si concrètement l’on peut décapiter à l’aide d’une pointe de lance : s’il y avait eu égorgement et décapitation, Lycophron, friand de ce genre de détail, l’aurait probablement dit.

  • 67 R.M. Rosen, « The death of Thersites and the sympotic performance of Iambic poetry », Pallas 61, 20 (...)

25Il serait par ailleurs vain de chercher à savoir comment périssait Thersite sur le vase de Ceglie : le bric-à-brac dans lequel gît Thersite (bassin, phiale, œnochoé, cratère, trépied) laisse penser qu’il est mort soit près de la tombe (matériel cultuel) – mais on ne voit pas pourquoi le peintre n’aurait pas représenté la tombe –, soit au cours d’un banquet (service de banquet), ce qui ne concorde pas avec la tradition littéraire tout en étant très vraisemblable67. Si Achille a utilisé la lance qu’il tient dans le naiskos, comment expliquer la décollation ? Bref, il semble que le vase, en attestant un peu confusément la mort de Thersite par arme blanche, est finalement assez proche de Lycophron et s’inscrit contre la vulgate de la mort infligée par coups de poing.

  • 68 F.-H. Massa-Pairault, ouvr. cité, p. 133-134.
  • 69 Ibid., illustration 117.
  • 70 Repris par Eustathe, Commentaire à l’Iliade, II, 200 : ὁ δέ, ὡς εἴρηται, πιθηκόμορφος ἐπὶ λαγνειᾴ σ (...)
  • 71 Voir M. Plaoutine, « La représentation de Thersite par le peintre des hydries dites de Caeré et les (...)

26Cette scène peut aussi faire penser au célèbre cratère du Cabinet des Médailles où l’on voit Ajax égorgeant un individu aux traits déformés. Or Françoise-Hélène Massa-Pairault68 pense que ce vase, où Ajax remplace Achille, s’explique par le fait que le sacrifice est accompli pour apaiser Penthésilée qui est justement représentée sur l’autre face du vase69. Cette victime aux traits déformés pourrait donc être Thersite. Il ne s’agirait pas d’un Troyen dont les traits seraient altérés par la douleur dans une sinistre grimace, mais du faciès simiesque de Thersite. D’ailleurs le terme πιθηκομόρφῳ utilisé par Lycophron70 pour qualifier Thersite n’est pas sans rencontrer d’autres échos dans les textes et les représentations plastiques71.

  • 72 Voir Scholia in Lycophronis Alexandram, 433 ; 437 ; 1066.
  • 73 Thème également traité par le peintre de Caivano cité supra, voir P. Linant de Bellefonds, texte no (...)

27Une des bizarreries de Lycophron est de ne pas se contenter de la violence liée au conflit troyen et d’annexer dès que possible d’autres épisodes sanglants. On voit ainsi rattachées à la déploration majeure de Cassandre des évocations d’épisodes célèbres du cycle thébain et notamment les morts parallèles de Tydée et Capanée72. Le passage consacré à Sthénélos, aux vers 433-438, est essentiellement une évocation de son père Capanée foudroyé par Zeus sous les murs de Thèbes73 :

Τρίτον δέ, τοῦ μόσσυνας Ἐκτήνων ποτὲ
στερρᾷ δικέλλῃ βουσκαφήσαντος γόνον,
ὃν Γογγυλάτης εἷλε Βουλαῖος Μυλεύς,
ἀγηλάτῳ μάστιγι συνθραύσας κάρα

Le troisième est le fils de celui qui décavaillonna un jour
Avec une solide houe les charpentes des Ectènes,
Lui qu’attrapa Tournoyeur Conseilleur Meulier,
En lui fracassant la tête de son fouet piaculaire.

28Et le vers 1066, qui vient clore l’épisode des Étoliens enterrés vivants, est une périphrase servant à désigner Diomède qui renvoie aux circonstances atroces de la mort de Tydée :

τοῦ κρατοβρῶτος παιδὸς ἀτρέστου κάπρου.

Celle de l’enfant de l’impavide sanglier dévoreur de tête.

  • 74 Voir le fr. 9 Bernabé pour Tydée.
  • 75 J.P. Small, Studies Related to the Theban Cycle on Late Etruscan Urns, Rome, G. Bretschneider, 1981 (...)
  • 76 J.P. Small, ouvr. cité, p. 157-160. Voir, pour Capanée, le cas d’une urne de Volterra reproduite da (...)
  • 77 F.-H. Massa-Pairault, ouvr. cité, p. 72-73.
  • 78 Ibid., p. 74.
  • 79 E. Simon, S. Lorenz, LIMC VIII, 1, s.v. « Tydeus », D. f., p. 144, et voir par exemple Berlin, Staa (...)

29Ces deux allusions, séparées l’une de l’autre par près de six cents vers, mais obéissant au même principe d’élaboration, remontent à une source commune, qu’il s’agisse de la Thébaïde cyclique74 ou des tragédies du cycle thébain. L’écho de ces deux morts permet d’intégrer une violence supplémentaire pourtant sans lien aucun avec le conflit troyen. L’insistance sur les comportements hybristiques de ces deux guerriers peut être rapprochée du fait qu’ils sont très souvent figurés sur des documents étrusques, notamment les scarabées75 et les urnes76, et qu’ils sont, précisément pour cette raison, associés sur le fronton du temple A de Pyrgi77 dans la première moitié du Ve siècle78. La majorité des documents illustrant la mort de Tydée sont en outre étrusques79 et aucun n’atteint le degré de sauvagerie montré par le fronton du temple A de Pyrgi, puisque le père de Diomède y est représenté en train de mordre directement la tête de Mélanippe alors que celle-ci se trouve toujours sur son propriétaire.

30Lycophron signale inévitablement la mort pathétique de Troïlos, égorgé (καρατομηθεὶς) sur l’autel d’Apollon Thymbréen (vers 313) :

καρατομηθεὶς τύμβον αἱμάξεις πατρός.

Ta tête tranchée, ensanglanteras le tombeau de ton père.

  • 80 Voir Scholia in Lycophronis Alexandram, 307 ; Servius, Ad Aeneidem, I, 474 ; A. Kossatz-Deissmann, (...)
  • 81 F.-H. Massa-Pairault, Recherches sur quelques séries d’urnes de Volterra à représentations mytholog (...)
  • 82 Proclus, Chrestomathie, 80 = Cypria, arg. Bernabé (p. 60).
  • 83 E. Giudice, « Postilla in margine ad uno scarabeo etrusco di Monaco », dans Iconografia 2006. Gli e (...)
  • 84 F.-H. Massa-Pairault, Recherches…, ouvr. cité, p. 183 et pl. 48a par exemple ; R. Rebuffat, « Le me (...)
  • 85 F.-H. Massa-Pairault, Recherches…, ouvr. cité, p. 197 et pl. 70.

31Lycophron, qui transmet d’ailleurs une variante érotique de l’épisode (vers 309-312)80, rapporte aussi la mise à mort la plus cruelle qui soit : la décapitation. Deux phases de la mort de Troïlos sont en effet souvent représentées : le moment où Achille guette le jeune garçon près de l’autel et le moment où il le tue. Il est sans doute significatif qu’un grand nombre de documents figurés retrouvés en Étrurie81 montrent précisément son exécution. Quant à la décapitation du fils de Priam, qui n’est pas signalée par Proclus82, elle est aussi attestée par des vases83 et des urnes cinéraires étrusques à Chiusi et Volterra84. Une urne de Volterra montre même Achille tenant la tête de Troïlos à la main85.

Ill. 3 : amphore attique à figures noires représentant la mort de Troïlos (Munich, Staatliche Antikensammlungen, inv. no 1426).

Ill. 3 : amphore attique à figures noires représentant la mort de Troïlos (Munich, Staatliche Antikensammlungen, inv. no 1426).

32Lycophron a donc, là encore, privilégié la mise en scène sacrificielle et l’horreur de cet acte d’hybris. Cela s’explique bien sûr du point de vue de Cassandre, soucieuse de poser les jalons aboutissant au juste châtiment des Achéens, mais aussi par la volonté de l’auteur de faire souffler sur la prophétie de Cassandre un vent de barbarie.

  • 86 Voir A.D. Trendall, Red Figure Vases…, ouvr. cité, nos 148, 355. On pourrait aussi penser à Médée, (...)

33Si l’on observe le relevé saisissant des types de décès évoqués par Lycophron, on constate la variété recherchée par le poète et l’accent mis sur les victimes de mort violente : il cherche aussi à privilégier les sujets pathétiques en mettant notamment en scène des femmes et des enfants. La situation fait penser à des scènes tragiques où des héros fous s’en prennent à des enfants (Héraclès, Lycurgue, Athamas)86, mais aussi à ces peintres grecs peignant des scènes atroces pour un public étrusque friand de brutalité.

Tableau III. Morts d’enfants

vers 38 Héraclès teknoraistès
vers 178 Les six enfants de Thétis brûlés
vers 202-203 Cronos dévorant ses enfants et leur mère
vers 229 et suiv. Sacrifices d’enfants à Palémon brephoktonos
vers 232 et suiv. Mort des deux fils de Cycnus
vers 313 Troïlos égorgé (karatomètheis)
vers 347 Le serpent Porkè paidobrôtos
vers 481 Nyctime, fils de Lycaon, dépecé par les Arcadiens lycomorphes
vers 498-499 Mounitos mordu par une vipère
vers 801 Allusion au meurtre d’Héraclès, fils d’Alexandre, empoisonné par le drakôn Polyperchon
vers 1199 Allusion à Cronos (παιδοβρώτους)
vers 1220 et suiv. Leucus tue les enfants d’IdoménéeTemple de la fosse aux Furies
  • 87 Voir P.A. Brunt, « Alexander, Barsine and Heracles », RFIC 103, 1975, p. 22-34.
  • 88 Scholia in Lycophronis Alexandram, 801. Voir Pausanias, IX, 7, 2 (ὑπὸ φαρμάκων).

34Outre les liens tissés entre les différentes allusions, on notera l’intéressant dialogue entre les épisodes mythologiques et un épisode historique, qui contribue à intégrer les vaticinations de Cassandre dans un temps cyclique : ici, en raison de son destin tragique, le fils d’Alexandre le Grand87, assassiné en 30988, rejoint les grandes figures mythologiques du conflit troyen.

  • 89 E.M. De Juliis, Mille anni di ceramica in Puglia, Bari, Edipuglia, 1997, p. 108.
  • 90 C. Pouzadoux et É. Prioux, art. cité.
  • 91 Selon la Souda (s.v. Λύκος ; voir Tzetz., Γένος Λυκόφρονος, p. 4 Scheer), Lycophron fut adopté par (...)

35Nous n’avons, jusqu’ici, signalé que de maigres parallèles thématiques entre un poète hellénistique et un vaste ensemble d’artistes de la péninsule. Cependant on pourrait aussi faire intervenir des considérations d’ordre esthétique : il n’est pas inintéressant, par exemple, de remarquer que le style des peintres de l’Apulien tardif a été qualifié de « baroque »89 et que ce terme, certes au prix d’un anachronisme, pourrait également être associé à la poétique lycophronienne. Mais il y a plus, puisque l’on peut également déceler un univers de pensée commun, une représentation commune du monde. L’Alexandra est en effet animée par ce que l’on pourrait appeler une « dynamique italienne » – voire une forme d’italocentrisme90 –, qui s’explique certes par les sources utilisées et la tradition des nostoi, mais aussi probablement par les attaches italiennes de Lycophron91 et cette dimension de l’œuvre ne peut qu’entrer en interaction avec le phénomène précédemment signalé, celui de l’adéquation entre la poétique de la violence dans l’œuvre de Lycophron et les goûts esthétiques des élites de la péninsule.

  • 92 P. Lévêque, « Lycophronica », REA 57, 1955, p. 52-56.
  • 93 J.-R. Jannot, Devins, dieux et démons. Regards sur la religion de l’Étrurie antique, Paris, Picard, (...)
  • 94 P. Lévêque, art. cité, p. 53.

36L’Alexandra s’inscrit en outre dans une forme de téléologie où la question du fatum et les considérations millénaristes occupent une place importante92, ou du moins elle reflète ces conceptions. Or ces considérations jouissaient d’une faveur notable dans le monde étrusque comme le montre la notion de « siècle »93 et elles florissaient également en Grande-Grèce. S’il ne s’agissait d’ajouter un problème à un autre, nous pourrions aussi signaler l’importance du phénomène oraculaire qui a conduit à la formation des fameux recueils Sibyllins94.

  • 95 D. Briquel, Le Regard des autres. Les origines de Rome vues par ses ennemis (début du IVe siècle / (...)
  • 96 Voir D. Briquel, « Sur un épisode sanglant des relations entre Rome et les cités étrusques : les ma (...)
  • 97 F.-H. Massa-Pairault, ouvr. cité, p. 127 et suiv.
  • 98 Ibid., illustration 116, p. 135.
  • 99 Ibid., llustration 115, p. 134.
  • 100 L. Bonfante, art. cité, p. 531-539.

37Dans cette optique, il est intéressant de remarquer que la mise à mort est souvent présentée comme un sacrifice et qu’elle s’inscrit dans un système de vengeance et d’apaisement des mânes. Or, si l’on se tourne vers des référents italiques, on constatera que les conceptions de ce genre ne relèvent pas de la fantaisie littéraire, mais de la triste réalité et qu’elles dépendent souvent d’une idéologie encline à interpréter les situations historiques en fonction des mythes. Car c’est bien ainsi qu’il faut interpréter l’exécution de la Tombe François95 et le sacrifice de Romains à Tarquinia en 358 dont Tite-Live se fait l’écho96. Des sarcophages et des urnes funéraires97 et certains vases comme celui du Cabinet des Médailles98 ou encore le stamnos falisque de Sovana conservé à Berlin99 témoignent également de cet intérêt pour le sacrifice humain100.

Ill. 4 : stamnos falisque représentant l’exécution de prisonniers troyens. Provenance : Sovana (Berlin, Altes Museum : Staatliche Museen 5825). Cliché S. Barbara.

Ill. 4 : stamnos falisque représentant l’exécution de prisonniers troyens. Provenance : Sovana (Berlin, Altes Museum : Staatliche Museen 5825). Cliché S. Barbara.
  • 101 Hérodote, I, 167.
  • 102 Diodore de Sicile, XIII, 62, 4.
  • 103 Sur cet épisode, outre Lycophron, Alexandra, vers 984-992, voir Justin, Abrégé des Histoires philip (...)
  • 104 La date est controversée : voir J. Perret, Siris. Recherches critiques sur l’histoire de la Siritid (...)
  • 105 J.-L. Lamboley, Les Grecs d’Occident. La période archaïque, Paris, SEDES, 1996, p. 138.

38La mise à mort d’individus dans ces circonstances sinistres – qu’il s’agisse d’un véritable acte religieux ou d’un contexte qui donne l’impression d’un sacrifice comme c’est le cas lorsque des gens réfugiés dans un temple y sont assassinés – n’est pas sans quelques échos historiques notamment dans l’Occident hellénique. Que l’on pense par exemple à ces Phocéens lapidés par les Étrusques de Caeré après la bataille d’Alalia vers 540101 ou aux trois mille Grecs d’Himère torturés et sacrifiés par Hannibal en 409 sur la tombe de son grand-père Hamilcar102 ou bien encore à ces Ioniens massacrés par d’autres Grecs lors du sac de Siris103 dans la première moitié du Ve siècle104 ou au milieu du Ve siècle105.

  • 106 Le scholiaste des Scholia in Lycophronis Alexandram, 937, y voit un mot latin, mais le terme vient (...)
  • 107 A. Vallone, « I Mamertini in Sicilia », Kokalos 1, 1955, p. 33 et suiv. ; G. Tagliamonte, I figli d (...)
  • 108 G. Tagliamonte, ouvr. cité, p. 199 et suiv. ; S. Carollo et A. Morello, ouvr. cité, p. 35 ; S. Péré (...)

39Finalement c’est le tableau d’un monde sous l’influence de Mamers que dresse Lycophron : il n’est pas anodin que ce théonyme, rare en dehors du milieu italien, soit attesté chez Lycophron à plusieurs reprises. On trouve en effet deux fois Μάμερτος (vers 938 et 1410) et une fois l’hapax Μάμερσα (vers 1417) servant à désigner Athéna. Un poète lié à Rhégion pouvait évidemment avoir connaissance de ce théonyme osque106, mais il est certain également que cette forme a connu une notoriété accrue avec la poussée sabellique et surtout avec l’émergence des Mamertins après la mort d’Agathocle en 289 avant J.-C.107 La prise de Messine par ces mercenaires autour de 285 avant J.-C. devait au premier chef inquiéter Rhégion qui ne tarda pas ensuite à tomber sous la coupe de Campani108. Un Grec vivant en Calabre ou en Sicile dans la première moitié du IIIe siècle voyait nécessairement en Mamers un puissant facteur de déstabilisation et la vivacité des traditions achéo-troyennes sur le sol italien l’amenait à envisager l’Histoire comme une poursuite du mythe.

  • 109 D. Briquel, Le Regard des autres…, ouvr. cité, p. 102-106 ; J.-R. Jannot, ouvr. cité, p. 32.

40Il y a donc notamment eu, à partir du Ve siècle en Grande-Grèce, une série d’événements historiques qui ont contribué à forger l’état d’esprit qui s’est diffusé dans une œuvre comme l’Alexandra et dans quelques documents figurés : entre confrontation brutale avec les Barbares et conflits entre cités, la valorisation du patrimoine héroïque devait refléter craintes et aspirations et l’histoire pouvait apparaître comme une répétition des grandes tensions agitant le monde depuis les temps immémoriaux109. L’histoire étant relue, sinon vécue, à la lumière du mythe, les représentations de légendes étaient donc aussi, en quelque sorte, des réflexions sur l’Histoire.

  • 110 T.H. Carpenter, « Prolegomenon to the study of Apulian red-figure pottery », AJA 113/1, 2009, p. 33
  • 111 Voir par exemple V. Gigante Lanzara, « Il νόστος di Odisseo e la prospezione della memoria. Lycophr (...)

41On ne saurait donc conclure à des emprunts assurés entre les peintres et Lycophron. Le but n’est d’ailleurs pas de dire que les peintres ont lu l’Alexandra ou que Lycophron passait son temps dans les ateliers de céramique, mais que la confrontation de ces deux ensembles artistiques fait penser qu’ils transmettent chacun de leur côté un ensemble de représentations communes qui renvoie au bagage culturel des élites de l’Italie du Sud des IVe-IIIe siècles et qui véhicule une vision commune du mythe. Les genres dramatiques ont contribué à diffuser une partie de ces mythèmes, ce qui explique certains points de contact thématiques et esthétiques110. L’Alexandra est l’œuvre hors norme d’un tragédien111 qui a lu les historiens de l’Occident ; il n’est donc guère étonnant que les artefacts de l’Italie ancienne transmettent occasionnellement des traits légendaires attestés par Lycophron.

42La question du niveau de culture des peintres entraînant la même interrogation à propos des destinataires, on peut se demander si face à des vases si complexes les processus herméneutiques n’étaient pas au cœur de la recherche des peintres et de leur public. L’exhibition des vases ou leur commentaire lors du banquet funèbre entraînant des discussions savantes et des réflexions sur l’existence en général autant que la mise en valeur du possesseur. Il en va de même de l’Alexandra : parce qu’elle n’était pas dénuée de dimension ludique et pédagogique, son obscurité l’a paradoxalement protégée de la disparition qui la guettait.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 L. Giuliani, « Rhesus between dream and death : on the relation of image to literature in Apulian vase-painting », BICS 41, 1996, p. 72 : « in Apulia we are dealing with a highly “literarised” art ».

2 Voir M. Schmidt, « Livello culturale di singoli pittori : dalla erudizione individuale all’automatismo artigianale ? », in M. Denoyelle, E. Lippolis, M. Mazzei et C. Pouzadoux (dir.), La Céramique apulienne. Bilan et perspectives, Naples, Centre Jean Bérard, 2005, p. 201-206.

3 C. Aellen, C. Cambitoglou, J. Chamay, Le Peintre de Darius et son milieu. Vases grecs d’Italie méridionale, Genève, Hellas et Roma, 1986, p. 190-195.

4 Ibid., p. 124-131.

5 M. Schmidt, Der Dareiosmaler und seine Umkreis. Untersuchungen zur spätapulischen Vasenmalerei, Munster, Aschendorffsche Verlagbuchhandlung, 1960, p. 45, n. 69.

6 C. Ioannitis, Le Vase des Ibères. Un lécythe du Peintre de Darius, Mayence, P. von Zabern, 2007, p. 45-46.

7 A.-F. Laurens, LIMC IV, 1, s.v. « Hekabe », p. 480-481.

8 Néanmoins C. Pouzadoux et É. Prioux (« Orient et Occident au miroir de l’Alexandra et de la céramique apulienne », in C. Cusset et É. Prioux (dir.), Lycophron : éclats d’obscurité, Saint-Étienne, PUSE, 2009, p. 451-485) ont montré, il y a peu, qu’une telle recherche pouvait être menée avec profit.

9 V. Gigante Lanzara (éd.), Licofrone. Alessandra, Milan, Rizzoli, 2000, p. 21.

10 V. Gigante Lanzara (ibid., p. 37-38) l’associe surtout au grotesque, mais elle s’inscrit plus largement dans une poétique de l’excès.

11 Voir C. Cusset, « Tragic elements in Lycophron’s Alexandra », Hermathena 173-174, 2004, p. 148-151.

12 Pour d’autres éléments sur la réception du nom, voir A. Berra, « Obscuritas Lycophronea. Les témoignages anciens sur Lycophron », in Lycophron : éclats d’obscurité, ouvr. cité, p. 288-289.

13 Voir Scholia in Ibin, 525, 531 La Penna.

14 F. D. Dehèque (éd.), La Cassandre de Lycophron, Paris, Durand-Klincksieck, 1853, p. III ; C. Cusset, « Le bestiaire de Lycophron : entre chien et loup », Anthropozoologica 33-34, 2001, p. 62-63.

15 « Comme périt, dit-on, le poète tragique Lycophron, qu’une flèche se plante et se fixe dans tes entrailles », traduction J. André (éd.), Ovide, Contre Ibis, Paris, CUF, 1963. Voir A. Hurst et A. Kolde (éd.), Lycophron. Alexandra, Paris, CUF, 2008, p. X-XI.

16 S. Muth, Gewalt im Bild. Das Phänomen der medialen Gewalt im Athen des 6. und 5. Jahrunderts v. Chr., Berlin et New York, de Gruyter, 2008.

17 Voir le sacrifice particulièrement atroce de Polyxène sur une amphore tyrrhénienne à figures noires du British Museum (O. Touchefeu, LIMC VIII, 1, s.v. « Polyxene », 1994, no 26), mais cette violence n’est pas non plus totalement absente des artefacts d’autres zones comme le montre le sarcophage de Çanakkale : voir J.S. Burgess, The Death and Afterlife of Achilles, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2009, p. 115.

18 Voir H. Cassimatis, « La violence dans les figurations de scènes théâtrales portées par la céramique italiote », in J.-M. Bertrand (dir.), La Violence dans les mondes grec et romain, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 39-65.

19 Ce goût reflète sans doute l’intérêt de l’époque hellénistique pour la littérature paradoxographique qui repose largement sur l’exploitation des thaumata : voir A. Giannini, « Studi sulla paradossografia greca. I. Da Omero a Callimaco : motivi e forme del meraviglioso », RIL 97, 1963, p. 263-264 ; id., « Studi sulla paradossografia greca. II. Da Callimaco all’età imperiale : la letteratura paradossografica », Acme 17, 1964, p. 105 et suiv. ; G. Schepens et K. Delcroix, « Ancient paradoxography : origin, evolution, production and reception », in O. Pecere, A. Stramaglia (éd.), La letteratura di consumo nel mondo greco-latino : atti del convegno internazionale, Cassino, 14-17 settembre 1994, Cassino, Università degli studi di Cassino, 1996, p. 375-460, en particulier G. Schepens, « Part I. The Hellenistic period », p. 380-408 ; I. Pajón Leyra, Paradoxografía griega. Estudio de un género literario, thèse de doctorat, Université Complutense de Madrid, Madrid, 2009, p. 51 et suiv. Sur l’utilisation des mirabilia dans l’épigramme alexandrine, voir L.A. Guichard, « Posidipo y los prodigios. Una interpretación de PMilVogl VIII 309 », SEP 3, 2006, p. 129-130.

20 Sur le sens « affectif » de ce terme, voir A. Zucker, « Étude épistémologique du mot κῆτος », in J.-P. Dalbera, C. Kircher, S. Mellet et R. Nicolaï (éd.), Les zoonymes: Actes du colloque international tenu à Nice les 23, 24 et 25 janvier 1997, Nice, Publication de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines de Nice, 1997 (= LAMA 14), p. 425-454. Voir I. Pajón Leyra, ouvr. cité, p. 201-205.

21 À cet égard, il n’est pas du tout anodin que Lycophron ait écrit une tragédie intitulée Ἀνδρομέδα : voir la Souda, s.v. Λυκόφρων (Lexicographi Graeci, I, 3, p. 299 Adler). Pour le succès de ce thème en Lucanie, voir C. Pouzadoux, « Tra mondo greco e mondo lucano. Immagine e mito nella ceramografia del IV secolo a. C. », in M.L. Nava et M. Osanna (dir.), Immagine e mito nella Basilicata antica, Venosa, Osanna Edizioni, 2002, p. 127.

22 Dans ces trois cas le monstrueux est associé au thème de la dévoration par les liens tissés avec le chien et avec la mâchoire : voir Alexandra, vers 34 et 838 (γνάθοις) ; 34 (κάρχαρος) ; 34, 45, 471 et 669 (κύων).

23 H. Blanck, « Démons étrusques et démons médiévaux », Les Étrusques et l’Europe, Paris et Milan, RMN, 1992, p. 241.

24 Amphore corinthienne de Caeré à figures noires du milieu du Ve siècle (Berlin, F 1652 = LIMC, s.v. « Andromeda », I. I) ; cratère à colonnes corinthien à figures noires de Caeré du milieu du Ve siècle (Boston 63.420 = LIMC, s.v. « Hesione », 3). Plus tard pour l’Italie du Sud, une loutrophore apulienne du groupe Metope au Getty Museum de Malibu (Trendall, RFV, no 182 ; LIMC, s.v. « Perseus », 189) ; une pelike d’Armentum par un élève du Peintre de Darius, du musée de Naples (absente du LIMC ?) ; une hydrie campanienne du Peintre de Cassandre à Berlin (LIMC, s.v. « Perseus », 190) où le kètos a l’aspect d’un gros poisson.

25 Pour les scènes d’égorgement, voir F.-H. Massa-Pairault, Iconologia e politica nell’Italia antica. Roma, Lazio, Etruria dal VII al I secolo a.C., Milan, Longanesi, 1992, p. 126 et suiv. Voir aussi le miroir de Pérouse où Athéna brandit le bras qu’elle vient d’arracher au Géant Acrathe (G. Colonna, LIMC II, 1, s.v. « Athena / Menerva », 1984, no 226) et un stamnos étrusque signalé par F.-H. Massa-Pairault, « Lycophron et les Géants », in Lycophron : éclats d’obscurité, ouvr. cité, p. 503. Ce type d’amputation ne figure pas chez Homère, mais se retrouve dans la littérature latine à partir d’Ennius et surtout à l’époque impériale et dans l’épopée grecque tardive : voir G.W. Most, « Disiecti membra poetae : the rhetoric of dismembering in Neronian poetry », in R. Hexter et D. Selden (éd.), Innovation of Antiquity, New York et Londres, Routledge, 1992, p. 391-419, en particulier p. 398-400 ; L. Ozbek, « La medicina nei Posthomerica di Quinto Smirneo », in M. Baumbach et S. Bär (éd.), Quintus Smyrnaeus. Transforming Homer in Second Sophistic Epic, Berlin et New York, de Gruyter, 2007, p. 159-183, en particulier p. 160-163 et p. 161, n. 4. La littérature de l’époque hellénistique semble avoir amorcé le phénomène.

26 Voir, à propos de la coupe d’Euphronios dédiée dans le temple d’Hercule à Cerveteri, A.M. Moretti Sgubini, Euphronios epoiesen : un dono d’eccezione ad Ercole Cerite, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1999 ; pour le succès de la prise de Troie, voir J.-M. Moret, L’Ilioupersis dans la céramique italiote. Les mythes et leur expression figurée au IVe siècle, Genève, Institut suisse de Rome (Bibliotheca Helvetica Romana 14), 1975.

27 Voir V. Gigante Lanzara, édition citée, p. 38.

28 Voir P. Grimal, DMGR9, s.v. « Myrtilos ».

29 Toutes les traductions de l’Alexandra sont issues de l’édition de C. Chauvin et C. Cusset, Lycophron. Alexandra, Paris, L’Harmattan, 2008.

30 Sur la chute de Myrtilos, voir L. Séchan, Études sur la tragédie grecque dans ses rapports avec la céramique, 2e édition, Paris, Champion, 1967, « Thèmes d’Euripide VII », p. 459-466 ; Appendice VIII ; I. Triantis, LIMC VI, 1, s.v. « Myrtilos », 1992, p. 693-696 (E. = la mort de Myrtilos).

31 Voir Scholia in Apollonii Rhodii Argonautica, I, 752-8a. Déjà chez Phérécyde, voir fr. 37a Fowler (p. 299-300) ?

32 Phérécyde, fr. 37b Fowler (= Scholia in Sophoclis Electram, 504) : καθ’ ὁδὸν δὲ καταλαβὼν αὐτὸν προϊόντα πρὸς τὸ φιλῆσαι αὐτὴν ἔρριψεν εἰς θάλασσαν.

33 Sophocle, Électre, vers 509-515 ; Euripide, Oreste, vers 988-994. Voir L. Séchan, ouvr. cité, p. 465.

34 L. Séchan, ouvr. cité, illustration 135 ; I. Triantis, art. cité, E. 25.

35 A.D. Trendall, Red Figure Vases of South Italy and Sicily, Londres, Thames & Hudson, 1989, p. 160.

36 Scholia in Lycophronis Alexandram, 157 (p. 74 Scheer).

37 L. Séchan, ouvr. cité, p. 466, n. 4 ; I. Triantis, art. cité, E. 26-27 ; F.-H. Massa-Pairault, ouvr. cité, p. 235.

38 Une scène qui, selon C. Robert, serait issue d’une tragédie de Sophocle : voir I. Triantis, art. cité, p. 696.

39 Scholia in Lycophronis Alexandram, 157 (p. 74 Scheer) : περὶ Γεραιστὸν ἀκρωτήριον πίπτει τὸν Μυρτίλον.

40 N. Zorzetti, « Tragediografi greci minori », in F. Della Corte (dir.), Dizionario degli scrittori greci e latini, t. III, Milan, Marzorati, 1990, p. 2273 ; G. Xanthakis-Karamanos, « Hellenistic Drama. Development in Form and Performance », Platon 45, 1993, p. 117-133 ; B. Le Guen, « Décadence d’un genre ? Les auteurs de tragédie et leurs œuvres à la période hellénistique », in B. Le Guen (éd.), À chacun sa tragédie ? Retour sur la tragédie grecque, Rennes, PUR, 2007, p. 91 et suiv. ; A. Hurst et A. Kolde, édition citée, p. VIII ; A. Sens, « Hellenistic tragedy and Lycophron’s Alexandra », in J.J. Clauss et M. Cuypers (éd.), A Companion to Hellenistic Literature, Malden - Oxford - Chichester, Wiley-Blackwell, 2010, p 297-299.

41 La Souda, s.v. Λυκόφρων (Lexicographi Graeci, I, 3, p. 299 Adler), donne une liste partielle de ses œuvres.

42 L. Giuliani, art. cité, p. 72.

43 L. Séchan, ouvr. cité, p. 466.

44 Cette chronologie est contestée par G. Morelli, « La morte di Tersito nella “Tabula Iliaca” del Campidoglio », in R. Pretagostini (éd.), Tradizione e innovazione nella cultura greca da Omero all’età ellenistic : Scritti in onore di Bruno Gentili, I, Rome, Gruppo editoriale internazionale, 1993, p. 143-153, en particulier p. 147.

45 Scholia in Lycophronis Alexandram, 999 : ὁ δὲ Θερσίτης λαθὼν ἐξώρυξε τοὺς ὀφθαλμοὺς αὐτῆς.

46 Scholia in Sophoclis Philocteten, 445.

47 Scholia in Lycophronis Alexandram, 999. Voir G. Morelli, Teatro attico e pittura vascolare. Una tragedia di Cheremone nella ceramica italiota, Zurich et New York, Olms, 2001, p. 64.

48 Cette œuvre est signalée par la Souda, s.v. Λυκόφρων.

49 G. Morelli, ouvr. cité, p. 64.

50 Eustathe, Commentaire sur l’Iliade, II, 200 ; Quintus de Smyrne, I, 743 ; Scholia in Sophoclis Philocteten, 445. Les témoignages littéraires sont rassemblés par G. Xanthakis-Karamanos, « Ὁ Ἀχιλλεὺς Θερσιτοκτόνος τοῦ Χαιρήμονος », Platon 34, 1983, p. 57-58 ; A. Bernabé, Poetarum Epicorum Graecorum Testimonia et Fragmenta, Pars I, Stuttgart et Leipzig, Teubner, 1987, p. 68 ; et de façon exhaustive par G. Morelli, ouvr. cité, p. 23-46.

51 Il a pu néanmoins exister une troisième version de la mort de Thersite : la Tabula Iliaca Capitolina, du moins dans certaines restitutions, montre en effet Achille s’apprêtant à le poignarder sur la tombe de l’Amazone. Il se peut que dans cette version Penthésilée ait été précédemment mise dans la tombe et que la cause de la mort de Thersite soit le fait qu’il ait surpris Achille près de la tombe et se soit moqué de lui : voir A. Sadurska, Les Tables iliaques, Varsovie, PWN, 1964, p. 27, qui parle de « coup de poing », et la discussion de G. Morelli, art. cité. Le meurtre se transforme alors en une sorte de sacrifice funèbre conformément à un mode de représentation de la violence que l’on peut aussi d’ailleurs trouver chez Lycophron (voir C. Cusset, art. cité, p. 149-150).

52 Même s’il est centré sur le meurtre de Thersite, ce vase montre bien que ce qui intéresse le peintre, ce sont les répercussions de cet événement dramatique chez les Achéens : voir Proclus, Chrestomathie, 172 = Aethiopis, arg. 8 Bernabé (στάσις) ; Scholia in Lycophronis Alexandram, 999.

53 A.D. Trendall et A. Cambitoglou, The Red-Figured Vases of Apulia, vol. II, Oxford, Clarendon Press, 1982, p. 472, no 75 (= Séchan, illustration 156).

54 Cratère à volutes apulien à figures rouges représentant la mort de Thersite. Provenance : Ceglie del Campo. Conservation : Museum of Fine Arts, Boston, Vase-Painting in Italy (MFA), no 038 (accession number 03.804) : [URL : ], consulté le 26 février 2014.

55 C. Pouzadoux, « L’invention des images dans la seconde moitié du IVe siècle : entre peintres et commanditaires », in M. Denoyelle, E. Lippolis, M. Mazzei, C. Pouzadoux (dir.), La Céramique apulienne. Bilan et perspectives (Naples, 2000), Naples, Centre Jean Bérard, 2005, p. 196, n. 55 ; M. Schmidt, art. cité, p. 202. J.M. Padgett et al., Vase Painting in Italy : Red-Figure and Related Works in the Museum of Fine Arts, Boston, Museum of Fine Arts, 1993, no 38, signalent ses liens avec le Peintre de Gioia delle Colle et le Peintre de Copenhague 4223.

56 K. Zimmermann, LIMC VIII, 1, s.v. « Thersites », 1997, p. 1207-1209.

57 Il semble que ce vase, comme d’ailleurs les représentations du meurtre de Rhésos, témoigne aussi d’un intérêt particulier pour les légendes étoliennes : Diomède et Thoas sont en effet liés à l’Adriatique et, au IVe siècle, les liens de Diomède avec l’Apulie sont bien attestés ; les principes dauniens – ceux que Lycophron appelle les Δαυνίων ἄκροι (Alexandra, vers 1128) dans le passage sur le culte de Cassandre à Salapia – se sont rattachés à lui (Silius Italicus, Les Puniques, XIII, 30-32 ; Appien, La Guerre d’Hannibal, VII, 5).

58 C. Drago, « Astidamante, Chaeremon e un vaso italiota di Ceglie », Iapigia 5/4, 1934, p. 342-344 ; L. Séchan, ouvr. cité, p. 527-533 ; G. Morelli, ouvr. cité.

59 Aristote, Rhétorique, III, 12, 2 (1413b) ; Poétique, 1447b ; 1460a.

60 L. Giuliani, art. cité, p. 85.

61 F. Giacobello, « Il furto dei cavalli di Reso nella ceramica apula », in I. Colpo, I. Favaretto, F. Ghedini (dir.), Iconografia 2006. Gli eroi di Omero. Atti del Convegno internazionale (Taormina, 20-22 ottobre 2006), Rome, Quasar (Antenor Quaderni 8), 2007, p. 213.

62 Voir déjà J.-M. Moret, ouvr. cité, p. 262 et suiv.

63 Voir les réserves d’H. Cassimatis, art. cité, p. 43.

64 L. Séchan, ouvr. cité, p. 527-533 ; Appendice VIII.

65 A. Hurst, édition citée, p. 58.

66 Ibid., p. 255, note au vers 1001.

67 R.M. Rosen, « The death of Thersites and the sympotic performance of Iambic poetry », Pallas 61, 2003, p. 129, 131.

68 F.-H. Massa-Pairault, ouvr. cité, p. 133-134.

69 Ibid., illustration 117.

70 Repris par Eustathe, Commentaire à l’Iliade, II, 200 : ὁ δέ, ὡς εἴρηται, πιθηκόμορφος ἐπὶ λαγνειᾴ σκώπει τὸν καλὸν ἥρωα.

71 Voir M. Plaoutine, « La représentation de Thersite par le peintre des hydries dites de Caeré et les sources littéraires qui ont inspiré cet artiste », REG 55, 1942, p. 162-165.

72 Voir Scholia in Lycophronis Alexandram, 433 ; 437 ; 1066.

73 Thème également traité par le peintre de Caivano cité supra, voir P. Linant de Bellefonds, texte no 905, dans CALLYTHEA [URL : http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait 905/]. Première version : 25 juin 2010. Date de mise à jour : 8 mai 2012. Consulté le 26 février 2014.

74 Voir le fr. 9 Bernabé pour Tydée.

75 J.P. Small, Studies Related to the Theban Cycle on Late Etruscan Urns, Rome, G. Bretschneider, 1981, p. 145-146 ; I. Krauskopf, « Interesse privato nel mito, il caso degli scarabei etruschi », in F.-H. Massa-Pairault (dir.), Le Mythe grec dans l’Italie antique. Fonction et image, Rome, EFR 253, 1999, p. 405-421.

76 J.P. Small, ouvr. cité, p. 157-160. Voir, pour Capanée, le cas d’une urne de Volterra reproduite dans Les Étrusques et l’Europe, ouvr. cité, p. 109.

77 F.-H. Massa-Pairault, ouvr. cité, p. 72-73.

78 Ibid., p. 74.

79 E. Simon, S. Lorenz, LIMC VIII, 1, s.v. « Tydeus », D. f., p. 144, et voir par exemple Berlin, Staatliche Museen, inv. no FG 204 ; I. Krauskopf, LIMC II, 1, s.v. « Athanasia », p. 953-955 ; ead., LIMC V, 1, s.v. « Kapaneus », p. 952-963. On peut signaler en particulier le cratère attique à figures rouges dit « cratère Rosi », voir I. Krauskopf, « Athanasia », art. cité, no 1. Pour une fiche muséographique accessible en ligne au sujet de l’un des objets étrusques représentant Capanée, voir le scaraboïde (sardoine) étrusque du VIe siècle avant J.-C. (Capanée foudroyé : Londres, British Museum, 1867,0507,367 ; H.B. Walters, Catalogue of Engraved Gems and Cameos, Greek, Etruscan and Roman in the British Museum, Londres, 1926, no 652) : voir [URL : ], ainsi que [URL : http://www.britishmuseum.org/research/search_the_collection_database/search_object_image.aspx?objectId=463408&partId=1&searchText=Iphigeneia&fromADBC=ad&toADBC=ad&orig=%2fresearch%2fsearch_the_collection_database.aspx&images=on&numPages=10&currentPage=4&asset_id=130312], consultés le 26 février 2014.

80 Voir Scholia in Lycophronis Alexandram, 307 ; Servius, Ad Aeneidem, I, 474 ; A. Kossatz-Deissmann, LIMC VIII, 1, s.v. « Troilos », p. 91. La dimension perverse de l’épisode est à rapprocher du cas de Penthésilée : ces épisodes illustrent ces goûts qu’E. Sistakou (Reconstructing the Epic. Cross-Readings of the Trojan Myth in Hellenistic Poetry, Louvain, Peeters, Hellenistica Groningana 14, 2008, p. 210) associe au projet de Lycophron : « the obsessions of late Hellenism, eroticism and gory death ».

81 F.-H. Massa-Pairault, Recherches sur quelques séries d’urnes de Volterra à représentations mythologiques, Rome, EFR 12, 1972, p. 121.

82 Proclus, Chrestomathie, 80 = Cypria, arg. Bernabé (p. 60).

83 E. Giudice, « Postilla in margine ad uno scarabeo etrusco di Monaco », dans Iconografia 2006. Gli eroi di Omero, ouvr. cité, p. 243.

84 F.-H. Massa-Pairault, Recherches…, ouvr. cité, p. 183 et pl. 48a par exemple ; R. Rebuffat, « Le meurtre de Troïlos sur les urnes étrusques (La Nuit et l’Aurore, V) », MEFRA 84/1, 1972, p. 516 ; L. Bonfante, « Human sacrifice on an Etruscan urn », AJA 88, 1984, p. 537.

85 F.-H. Massa-Pairault, Recherches…, ouvr. cité, p. 197 et pl. 70.

86 Voir A.D. Trendall, Red Figure Vases…, ouvr. cité, nos 148, 355. On pourrait aussi penser à Médée, aux Niobides…

87 Voir P.A. Brunt, « Alexander, Barsine and Heracles », RFIC 103, 1975, p. 22-34.

88 Scholia in Lycophronis Alexandram, 801. Voir Pausanias, IX, 7, 2 (ὑπὸ φαρμάκων).

89 E.M. De Juliis, Mille anni di ceramica in Puglia, Bari, Edipuglia, 1997, p. 108.

90 C. Pouzadoux et É. Prioux, art. cité.

91 Selon la Souda (s.v. Λύκος ; voir Tzetz., Γένος Λυκόφρονος, p. 4 Scheer), Lycophron fut adopté par Lycos de Rhégion. Voir G. Amiotti, « Lico di Reggio e l’Alessandra di Licofrone », Athenaeum, n.s. 60, 1982, p. 452-460.

92 P. Lévêque, « Lycophronica », REA 57, 1955, p. 52-56.

93 J.-R. Jannot, Devins, dieux et démons. Regards sur la religion de l’Étrurie antique, Paris, Picard, 1998, p. 31.

94 P. Lévêque, art. cité, p. 53.

95 D. Briquel, Le Regard des autres. Les origines de Rome vues par ses ennemis (début du IVe siècle / début du Ier siècle av. J.-C.), Besançon, Université de Franche-Comté, 1997, p. 57-116 (en particulier p. 96 et suiv.) ; J.-R. Jannot, ouvr. cité, p. 32.

96 Voir D. Briquel, « Sur un épisode sanglant des relations entre Rome et les cités étrusques : les massacres de prisonniers au cours de la guerre de 358/351 », in La Rome des premiers siècles. Légende et Histoire, Actes de la table ronde en l’honneur de Massimo Pallottino (Paris, 3-4 mai 1990), Florence, Olschki, 1992, p. 37-46 ; Le Regard des autres…, ouvr. cité, p. 82 et suiv.

97 F.-H. Massa-Pairault, ouvr. cité, p. 127 et suiv.

98 Ibid., illustration 116, p. 135.

99 Ibid., llustration 115, p. 134.

100 L. Bonfante, art. cité, p. 531-539.

101 Hérodote, I, 167.

102 Diodore de Sicile, XIII, 62, 4.

103 Sur cet épisode, outre Lycophron, Alexandra, vers 984-992, voir Justin, Abrégé des Histoires philippiques, XX, 2, 3 ; Strabon, VI, 1, 14 (C 264).

104 La date est controversée : voir J. Perret, Siris. Recherches critiques sur l’histoire de la Siritide avant 433/2, Paris, Les Belles Lettres, 1941, p. 174 et suiv. ; E.M. De Juliis, Magna Grecia. L’Italia meridionale dalle origini leggendarie alla conquista romana, Bari, Edipuglia, 1996, p. 152-153.

105 J.-L. Lamboley, Les Grecs d’Occident. La période archaïque, Paris, SEDES, 1996, p. 138.

106 Le scholiaste des Scholia in Lycophronis Alexandram, 937, y voit un mot latin, mais le terme vient de l’osque : voir Festus, s.v. Mamertini (p. 150 L) ; E.T. Salmon, Il Sannio e i Sanniti, 2e édition, Turin, Einaudi, 1995, p. 170-171.

107 A. Vallone, « I Mamertini in Sicilia », Kokalos 1, 1955, p. 33 et suiv. ; G. Tagliamonte, I figli di Marte. Mobilità, mercenari e mercenariato italici in Magna Grecia e Sicilia, Rome, G. Bretschneider, 1994, p. 191 et suiv. ; S. Carollo et A. Morello, Mamertini. Storia e monetazione, Formia, Circolo Numismático Mario Rasile (Nummus et Historia III), 1999, p. 32 et suiv. ; S. Péré-Noguès, « L’aventure des Mamertins : entre pratique mercenaire et modèles siciliens », CPAM 28-29, 2002-2003, p. 56 et suiv.

108 G. Tagliamonte, ouvr. cité, p. 199 et suiv. ; S. Carollo et A. Morello, ouvr. cité, p. 35 ; S. Péré-Noguès, art. cité, p. 61-62.

109 D. Briquel, Le Regard des autres…, ouvr. cité, p. 102-106 ; J.-R. Jannot, ouvr. cité, p. 32.

110 T.H. Carpenter, « Prolegomenon to the study of Apulian red-figure pottery », AJA 113/1, 2009, p. 33.

111 Voir par exemple V. Gigante Lanzara, « Il νόστος di Odisseo e la prospezione della memoria. Lycophr. Alex. 648-819 », Maia 49/1, 1997, p. 56-68 ; C. Cusset, « Tragic elements… », art. cité ; E. Sistakou, ouvr. cité, p. 100-120.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill.  1 : lécythe à figures rouges provenant de Capoue, ca. 320. Antikensammlung Berlin, inv. n° F3072.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Ill. 3 : amphore attique à figures noires représentant la mort de Troïlos (Munich, Staatliche Antikensammlungen, inv. no 1426).
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Ill. 4 : stamnos falisque représentant l’exécution de prisonniers troyens. Provenance : Sovana (Berlin, Altes Museum : Staatliche Museen 5825). Cliché S. Barbara.
URL http://aitia.revues.org/docannexe/image/986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Barbara, « La violence lycophronienne au miroir des arts figurés de l’Italie ancienne », Aitia [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 19 janvier 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://aitia.revues.org/986 ; DOI : 10.4000/aitia.986

Haut de page

Auteur

Sébastien Barbara

Université Charles-de-Gaulle - Lille 3, Halma-Ipel - UMR 8164 du CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page