Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Héraclès comme figure de l’archaïsme dans la poésie hellénistique

Heracles as figure of the archaism in the Hellenistic poetry
Eracle o la figura dell’arcaismo nella poesie ellenistica
Christophe Cusset et Benjamin Acosta-Hughes

Résumés

Christophe Cusset et Benjamin Acosta-Hughes s’intéressent ici aux traitements parallèles très différents que deux auteurs majeurs, Théocrite et Apollonios de Rhodes, ont consacrés dans leurs œuvres respectives à la figure d’Héraclès, figure emblématique de l’archaïsme que l’on peut donc, à loisir, réinventer, redimensionner ou au contraire écarter, suivant des choix qui paraissent, à chaque fois, porteurs de sens pour qui s’interroge sur l’esthétique de ces deux poètes. Apollonios en effet chasse de son épopée d'un nouveau genre ce héros fameux en tant qu’il représente l’attachement à une forme archaïque d’héroïsme épique, tandis que chez Théocrite Héraclès, tout en étant reconnaissable comme héros archaïque, est vu dans une perspective qui n’est pas archaïque, mais est totalement transformé par le regard nouveau que le poète porte sur lui.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette intervention commune a été composée lors du séjour de Benjamin Acosta-Hughes comme professeur invité à l’ENS de Lyon et dans le cadre de la préparation du futur projet ANR « Culture antiquaire et invention de la modernité ».

Texte intégral

L’Héraclès d’Apollonios : le héros expulsé

1Dans les Argonautiques, Héraclès a un statut un peu particulier – et double – de la présence et de l’absence : présence initiale imposée par la tradition argonautique incontournable en la matière ; absence consécutive aux objectifs propres d’Apollonios dans le traitement de la matière mythologique, dans sa conception de l’épopée et dans l’opposition qu’il convient d’établir entre archaïsme et renouvellement de l’esthétique. On peut dans cette perspective étudier les différentes occurrences de la figure d’Héraclès qui construisent peu à peu l’installation d’Héraclès comme représentant, dans l’épopée renouvelée par Apollonios, des restes d’une tradition archaïque.

2La première mention d’Héraclès se trouve dans le catalogue initial des héros qui rejoignent l’expédition. Cette évocation du héros est fortement programmatique et doit être lue attentivement (I, 122-132) :

Οὐδὲ μὲν οὐδὲ βίην κρατερόφρονος ῾Ηρακλῆος
πευθόμεθ᾽ Αἰσονίδαο λιλαιομένου ἀθερίξαι.
Ἀλλ᾽ ἐπεὶ ἄιε βάξιν ἀγειρομένων ἡρώων,
νεῖον ἀπ᾽ Ἀρκαδίης Λυρκήιον Ἄργος ἀμείψας,
τὴν ὁδὸν ᾗ ζωὸν φέρε κάπριον ὅς ῥ᾽ ἐνὶ βήσσῃς
φέρβετο Λαμπείης Ἐρυμάνθιον ἂμ μέγα τῖφος,
τὸν μὲν ἐνὶ πρώτῃσι Μυκηναίων ἀγορῇσι
δεσμοῖς ἰλλόμενον μεγάλων ἀπεσείσατο νώτων,
αὐτὸς δ᾽ ᾗ ἰότητι παρὲκ νόον Εὐρυσθῆος
ὡρμήθη· σὺν καί οἱ Ὕλας κίεν, ἐσθλὸς ὀπάων
πρωθήβης, ἰῶν τε φορεὺς φύλακός τε βιοῖο.

  • 1  Sauf indications contraires, le texte et la traduction sont ceux de l’édition de F. Vian et E. Del (...)

Quant à la force d’Héraclès au cœur ferme, nous n’avons pas non plus ouï dire qu’elle avait trompé l’attente de l’Aisonide. Au contraire, quand il eut appris que les héros se rassemblaient, à peine eut-il parcouru le chemin qui le menait d’Arcadie dans l’Argolide Lyrkéienne, en portant vivant le sanglier qui paissait dans les vallons de Lampéia à travers le vaste marais de l’Erymanthos qu’à l’entrée de la grand-place de Mycènes, il secoua son large dos pour en faire tomber la bête enveloppée de liens ; puis, de sa propre initiative, malgré l’ordre d’Eurysthée, il s’élança. Avec lui venait Hylas, son noble écuyer, tout jeune adolescent, qui portait ses flèches et gardait son arc1.

  • 2  Voir la note à ce passage de F. Vian, ibid., t. I, p. 245 : l’éditeur rappelle qu’Héraclès était a (...)
  • 3  Sur cette présence du narrateur dans le récit, voir notamment A. Hurst, Apollonios de Rhodes. Mani (...)
  • 4  Voir les vers I, 196-197 où – fait significatif – reparaît la voix si rare du narrateur dans le ré (...)

3Pour cette première apparition du héros dans le récit, force est de constater qu’Apollonios multiplie les marques d’insistance pour signaler l’importance du personnage : avec la double formule négative initiale (οὐδὲ μὲν οὐδέ), le narrateur insiste bien sur le fait que, dans une tradition fluctuante, il choisit de faire participer Héraclès à l’expédition2. L’utilisation exceptionnelle de la première personne du pluriel par le narrateur (πευθόμεθα) renforce cette position qui se donne pour assez originale3. On verra que cette insistance est d’autant plus intéressante qu’Héraclès, bien qu’étant donné dans le récit pour être « le meilleur des Argonautes »4, n'y tient pas un rôle en accord avec cette importance même.

  • 5  Voir Iliade, II, 658, 666 ; V, 638 ; XI, 690 ; XV, 640 ; XIX, 98 ; Odyssée, XI, 601.
  • 6  L’expression se trouve dans l’Iliade, XIV, 324. L’innovation d’Apollonios consiste ici à associer (...)
  • 7  C’est d’ailleurs ce qu’expliquera Glaucos aux Argonautes après l’abandon d’Héraclès (I, 1315-1320) (...)
  • 8  Avant sa participation à l’expédition argonautique, Héraclès a en effet déjà accompli plusieurs tr (...)

4Or, cette présence donnée pour originale doit être mise aussitôt en relation avec une autre caractéristique de l’apparition d’Héraclès, qui est ici son lien au passé, selon différentes modalités. D’une part, il s’agit de sa relation au passé de l’épopée archaïque du fait de la formulation retenue pour désigner le personnage : l’expression βίην κρατερόφρονος ῾Ηρακλῆος rappelle en effet les formulations de l’épopée homérique aussi bien par la périphrase insistante avec βίην5 que par l’épithète de nature κρατερόφρονος6 ; au moment même où il surgit dans le récit, Héraclès est désigné comme le sont les héros de l’épopée archaïque. C’est donc une tension qui s’installe dans le récit entre l’archaïsme de la formulation (qui se rapproche d’Homère) et le renouvellement de la matière mythologique et narrative (qui s’éloigne d’Homère par le choix d’un événement antérieur à la guerre de Troie rapportée dans l’épopée homérique). D’autre part, alors que la figure de Jason est entièrement inscrite dans cette aventure argonautique, Héraclès est aussitôt rapporté à un autre cycle mythique qui lui est propre, celui des douze travaux imposés par Eurysthée : Héraclès est déjà impliqué dans des aventures héroïques (ici il est en train de capturer le sanglier d’Érymanthe), aventures que l’épisode argonautique vient interrompre de manière parasitaire. Or, le lecteur sait qu’Héraclès est avant tout le héros des douze travaux : l’interruption même de ses travaux laisse entendre qu’il a mieux à faire ailleurs7 ; cette imbrication des deux cycles mythiques semble donc de nature à introduire une nouvelle tension entre un cycle déjà inscrit dans le passé parce qu’il est déjà bien entamé8, et un autre cycle orienté vers l’avenir parce qu’il ne fait ici que commencer. À l’orée de ce nouveau récit, la participation d’Héraclès, tout en étant volontaire et pleinement assumée, est mise en péril par d’autres impératifs concurrents : l’interdiction formulée par Eurysthée indique dès l’abord qu’Héraclès n’est pas fait pour prendre part à l’aventure argonautique. Il y a une erreur, une incohérence de type mythologique dans cette imbrication de cycles mythologiques concurrents. Cette difficulté présentée ici par le narrateur sur le simple plan du récit est certainement à lire sur un plan esthétique plus large comme la tension entre un archaïsme partiellement dépassé et le renouvellement poétique proposé par les Alexandrins. Cette tension trouve sa confirmation dans la suite du récit.

  • 9  Nous reprenons ici certaines analyses menées ailleurs dans une autre perspective : voir C. Cusset, (...)

5La position éminente qu’Héraclès devrait occuper dans le récit et que laisse attendre sa place dans le catalogue des héros est donc d’emblée problématique. Héraclès est sans doute un héros qui a un destin propre trop important et trop indépendant pour pouvoir jouer les seconds rôles dans un autre cycle mythique. Cette difficulté se fait jour notamment dans l’épisode du choix de leur chef par les Argonautes. En effet, aussitôt que les Argonautes se trouvent au complet, Jason leur demande de se choisir pour chef le meilleur d’entre eux (I, 338-340)9 :

νῦν τὸν ἄριστον ἀφειδήσαντες ἕλεσθε
ὄρχαμον ὑμείων, ᾧ κεν τὰ ἕκαστα μέλοιτο,
νείκεα συνθεσίας τε μετὰ ξείνοισι βαλέσθαι.

6Choisissez maintenant sans arrière-pensée le meilleur d’entre vous, pour qu’il soit le chef, chargé de veiller à tout, de faire la guerre comme la paix quand nous serons chez les étrangers.

  • 10  Le participe ἀφειδήσαντες (v. 338), tout en invitant les Argonautes à la plus grande justesse dans (...)

7Une telle définition du chef de l’expédition est problématique. Jason en effet semble vouloir se décharger de l’expédition à l’origine de laquelle il se trouve. Cette définition superlative ne peut convenir qu’à l’un d’entre eux qui se caractérise lui aussi par l’aspect superlatif de tous ses agissements : Héraclès. Cependant, si les propos de Jason sont à ce point exigeants que, même sans désigner expressément celui qui correspond à la définition donnée – et Jason feint de ne vouloir désigner personne10 –, seul Héraclès puisse y correspondre, il ne s’agit pas d’un véritable choix : Jason aurait déjà choisi pour ses compagnons. Mais s’il a déjà choisi, c’est aussi parce qu’il sait qu’il y a dans ce choix un élément discordant. Jason choisit Héraclès précisément parce qu’il ne peut pas accepter le commandement : il s’agirait donc de mettre d’emblée en défaut l’héroïsme épique et traditionnel incarné par Héraclès. C’est d’ailleurs ce qui se vérifie immédiatement : Héraclès, sans dénier sa supériorité évidente, refuse cette proposition pourtant unanime (I, 342) et propose Jason à sa place.

8Le refus d’Héraclès est à lire dans un sens nettement métalittéraire. Si Héraclès est le représentant de l’héroïsme absolu et traditionnel tel qu’il était notamment présenté dans l’épopée homérique – et qu’Héraclès repousse encore dans un passé plus lointain puisqu’il est lui-même antérieur aux événements de l’épopée homérique –, s’il est donc, dans le récit alexandrin des aventures d’une nouvelle génération de héros, une figure survivante de l’archaïsme épique, son refus de prendre le commandement doit être lu comme l’affirmation que l’épopée archaïque, tout en étant présente dans le récit comme modèle, comme auxiliaire, n’est pas l’objectif recherché par le poète. S’il y a une imitation, une réécriture de l’épopée archaïque, celle-ci ne consiste pas en une vénération improductive du modèle, mais en son dépassement. La mise au second plan d’Héraclès signifie donc que l’archaïsme est désormais établi comme tel, comme une esthétique révolue, que la nouvelle esthétique alexandrine ne renie pas puisqu’elle en utilise les ressources – comme Jason va utiliser la force d’Héraclès – mais entend bien absorber et dépasser.

9Une deuxième mise à l’écart volontaire d’Héraclès a lieu lors de l’escale à Lemnos. Jason a accepté de séjourner sur l’île qui est vide d’hommes. Ignorant tout de l’amour, il est en proie à un désir inassouvi, inspiré par Cypris (I, 850) qui le détourne momentanément de son projet initial : tout l’épisode lemnien est une préfiguration du tour que vont prendre les événements en Colchide, et notamment de la place que l’érotisme va avoir dans l’expédition aux dépens de l’héroïsme traditionnel. Jason n’hésite donc pas à interrompre momentanément son expédition. Héraclès, lui, n’épouse pas les vues de Jason (I, 855-856) :

ὁ γὰρ παρὰ νηὶ λέλειπτο
αὐτὸς ἑκὼν παῦροί τε διακρινθέντες ἑταῖροι.

10Celui-ci était resté près du navire, volontairement, avec quelques compagnons qui s’étaient tenus à l’écart.

  • 11  Voir la note complémentaire de F. Vian, op. cit., p. 259, et les remarques d’A. Ardizzoni, Studi d (...)
  • 12  Peut-on mettre cette attitude en parallèle avec l’évolution des arts figuratifs comme la sculpture (...)

11Cette mise à l’écart volontaire, qui n’est pas expliquée, instaure une séparation très nette dans le groupe des Argonautes entre deux manières de vivre et de se comporter. Face à l’expression débordante de la liesse collective (v. 857et suivants), Héraclès, qui incarne les valeurs d’une morale traditionnelle, se doit d’intervenir en rappelant que la gloire ne s’acquiert qu’en accomplissant des exploits et qu’il est à l’évidence impossible de l’acquérir dans cette expédition. Il faut remarquer qu’Héraclès, pour corriger ses compagnons, les incite à tout abandonner et à rentrer chacun chez eux : il est là encore clairement tourné vers le passé sécurisant, et non tendu vers un avenir riche de tous les possibles. Ainsi, Jason, alors qu’il dirige une expédition prometteuse en matière de grands exploits héroïques, ne recherche que ce qui l’éloigne d’un accomplissement de cette destinée dans un cadre traditionnel ; Héraclès au contraire essaie à chaque instant de faire revenir le récit dans le cadre de la pensée archaïque et de la morale héroïque en lui donnant un véritable tour épique. Ce faisant, la figure d’Héraclès apparaît comme étant beaucoup moins productive : alors même que le monde archaïque est révolu dans l’univers de réception de l’épopée d’Apollonios, le choix d’un Héraclès « passéiste », enfermé dans un héroïsme étroit et monomaniaque, qui ne vit et ne se donne de la peine que pour la beauté du geste, pour le renom potentiel attaché à des actions relevant d’un autre âge, met en lumière tous les risques d’un tel académisme recomposé11. Le refus par Héraclès de la sensualité assumée par Jason cantonne le héros dans une attitude hiératique qui semble dépassée ou au moins dépréciée12.

12Ces refus successifs d’Héraclès de reconnaître les valeurs incarnées par Jason conduisent finalement et logiquement à l’expulsion d’Héraclès hors du récit au cours de l’épisode de la disparition d’Hylas (I, 1280-1289) :

Ἦμος δ᾽ οὐρανόθεν χαροπὴ ὑπολάλπεται Ἠὼς
ἐκ περάτης ἀνιοῦσα διαγλαύσσουσι δ᾽ ἀταρποὶ
καὶ πεδία δροσόεντα φαεινῇ λάμπεται αἴγλῃ,
τῆμος τούς γ᾽ ἐνόησαν ἀιδρείῃσι λιπόντες.
Ἐν δέ σφιν κρατερὸν νεῖκος πέσεν, ἐν δὲ κολῳὸς
ἄσπετος, εἰ τὸν ἄριστον ἀποπρολιπόντες ἔβησαν
σφωιτέρων ἑτάρων. Ὁ δ᾽ ἀμηχανίῃσιν ἀτυχθεὶς
οὐδέ τι τοῖον ἔπος μετεφώνεεν οὐδέ τι τοῖον
Αἰσονίδης, ἀλλ᾽ ἧστο βαρείῃ νειόθεν ἄτῃ
θυμὸν ἔδων.

13À l’heure où dans le ciel l’Aurore au regard radieux commence à luire en montant de l’horizon, quand les sentiers s’éclairent et que les plaines humides de rosée brillent sous l’éclat de la lumière, ils s’aperçurent qu’ils avaient par mégarde laissé leurs compagnons. Entre eux s’éleva une violente querelle, un tumulte affreux : aurait-on en partant abandonné le plus brave de tous ? Désespéré par son impuissance, l’Aisonide ne parlait ni dans un sens ni dans l’autre, mais restait immobile, accablé en lui-même d’un lourd chagrin et se rongeant le cœur.

14Il ne s’agit pas de savoir si Jason est poussé par la jalousie ou tout autre sentiment à abandonner Héraclès, ni s’il l’abandonne volontairement ou non. L’essentiel tient dans l’opposition des modes littéraires incarnés par les deux personnages. C’est ce que signifient l’interrogation des héros (v. 1285-1286), d’une part, et la querelle qui surgit entre eux, d’autre part, à la tête de laquelle figure Télamon (v. 1290et suivants). La question que se posent les Argonautes n’est pas de savoir si Héraclès a été abandonné – son nom n’est pas cité –, mais de savoir s’ils ont abandonné le meilleur d’entre eux, reprenant ainsi la définition que Jason donnait de leur chef. Il est donc possible, même en l’absence d’Héraclès qui est objectivement le meilleur d’entre eux, de répondre par la négative à la question puisque Jason, cet autre meilleur, est toujours là : d’où aussi la perplexité de Jason. Son embarras est aussi causé par le fait qu’il n’est peut-être pas tout à fait innocent des faits que lui reproche Télamon (v. 1290-1293) :

Ἧσ᾽ αὔτως εὔκηλος, ἐπεί νύ τοι ἄρμενον ἦεν
Ἡρακλῆα λιπεῖν· σέο δ᾽ ἔκτοθι μῆτις ὄρωρεν,
ὄφρα τὸ κείνου κῦδος ἀν᾽ Ἑλλάδα μή σε καλύψῃ,
αἴ κε θεοὶ δώωσιν ὑπότροπον οἴκαδε νόστον.

15Tu restes ainsi tranquille, parce que tu avais organisé l’abandon d’Héraclès : c’est de toi qu’est parti le complot, pour que son prestige dans la Grèce n’obscurcît pas le tien, si les dieux nous accordent de rentrer chez nous.

16Mais le complot de Jason contre Héraclès n’est sans doute pas situé sur le plan où le situe ici Télamon. Certes c’est bien Jason qui d’une certaine façon a organisé le complot, mais non dans cette occasion précise. Le mal vient de plus loin et s’étend au-delà d’une simple querelle de personne. Il vient de plus loin, car ce n’est pas en cette occasion précise que Jason a véritablement comploté : c’est dès l’ouverture du récit, on l’a vu, qu’il use de stratagèmes ou de comportements qui visent à exclure Héraclès. Si Jason repousse Héraclès, ce n’est pas pour sa gloire personnelle, mais c’est qu’en tant que représentant d’une ligne narrative nouvelle, il ne peut admettre la présence d’Héraclès : Héraclès est certes un personnage glorieux (τὸ κείνου κῦδος), mais sa gloire reste circonscrite à l’univers grec (ἀν᾽ Ἑλλάδα) ; avec Jason, c’est un nouvel espace culturel qui est proposé aux héros, ainsi qu’une nouvelle approche de l’héroïsme. Il ne faut pas en effet qu’Héraclès fasse de l’ombre à Jason, comme le dit Télamon, mais cela vaut moins au niveau fictionnel que sur le plan poétique : cela signifie que l’épopée traditionnelle et archaïque ne doit pas étouffer cette nouvelle manière représentée par Jason. La disparition d’Héraclès à la fin du livre I des Argonautiques laisse comprendre que la voie est libre désormais pour mettre en œuvre de nouvelles modalités du récit épique.

17Héraclès n’est toutefois pas définitivement évincé du récit. Il réapparaît en effet – mais pour mieux disparaître – fugitivement au chant IV lors du passage des Argonautes chez les Hespérides où le fameux exécuteur des douze travaux les a précédés de peu. La description qui est faite d’Héraclès le positionne clairement comme un héros épique qui continue à agir selon des modalités traditionnelles montrant qu’il n’est pas encore sorti de l’âge archaïque : il a accompli un double exploit en volant les pommes d’or des déesses et en tuant le dragon qui les gardait. Cet exploit ne peut qu’être mis en parallèle avec celui-là même de Jason qui concernait également un objet d’or, la toison, lui aussi gardé par un dragon. L’exploit de Jason prend donc en quelque sorte la place de l’exploit d’Héraclès qui n’est pas relaté pour lui-même dans le récit principal : Jason en cela a bel et bien pris la place d’Héraclès et la nouvelle épopée a bel et bien rejeté la manière archaïque ; en effet, Jason a agi d’une manière totalement contraire aux pratiques d’Héraclès ; ce n’est pas la force, mais la ruse et la magie qui ont permis d’accomplir l’exploit ; ce n’est pas l’héroïsme, mais l’érotisme qui a ici triomphé. Par opposition, Héraclès apparaît comme étant sorti d’un autre âge ; il est décrit comme une brute épaisse, un sauvage mal dégrossi (IV, 1436-1440).

Ἤλυθε γὰρ χθιζός τις ἀνὴρ ὀλοώτατος ὕβριν
καὶ δέμας, ὄσσε δέ οἱ βλοσυρῷ ὑπέλαμπε μετώπῳ,
νηλής· ἀμφὶ δὲ δέρμα πελωρίου ἕστο λέοντος
ὠμόν, ἀδέψητον· στιβαρὸν δ᾽ ἔχεν ὄζον ἐλαίης
τόξα τε, τοῖσι πέλωρ τόδ᾽ ἀπέφθισεν ἰοβολήσας.

18Oui, hier est arrivé un homme redoutable entre tous par son insolence et sa stature ; ses yeux flambaient sous son front terrible, le sauvage ! Il était vêtu de la peau brute d’un énorme lion ; il tenait un solide tronc d’olivier et un arc avec lequel il fit périr ce monstre à coups de flèches.

  • 13  On remarquera qu’il arrive souvent qu’Héraclès ne soit pas nommé ouvertement.

19Sans qu’il ait été nommé13, Héraclès est pourtant immédiatement reconnu par les Argonautes aussi bien en raison de son apparence (vêtement, armes) que de son comportement. Héraclès est donné comme un être effrayant, redoutable, dont tout l’être se résume dans sa force brute, programmée pour tuer : tout dans cette évocation souligne son caractère brutal, sauvage, excessif.

20Espérant alors le retrouver, les Argonautes lancent cinq des leurs à sa recherche (IV, 1477-1482) :

Ἀτὰρ τότε γ᾽ Ἡρακλῆα
μοῦνος ἀπειρεσίης τηλοῦ χθονός εἴσατο Λυγκεὺς
τὼς ἰδέειν, ὥς τίς τε νέῳ ἐνὶ ἤματι μήνην
ἢ ἴδεν ἢ ἐδόκησεν ἐπαχλύουσαν ἰδέσθαι·
ἐς δ᾽ ἑτάρους ἀνιὼν μυθήσατο μή μιν ἔτ᾽ ἄλλον
μαστῆρα στείχοντα κιχησέμεν.

21Pour lors, seul Lyncée crut voir Héraclès dans le lointain, sur la terre illimitée, ainsi qu’on voit ou qu’on pense voir la lune, voilée de brume, au premier jour du mois ; de retour auprès de ses compagnons, il leur jura qu’aucun de ceux qui le cherchaient ne pourrait plus le rattraper sur sa route.

22Héraclès réapparaît donc dans le récit, mais il s’éloigne vers ce qui fait de lui le héros que l’on sait, tandis que les Argonautes sont en train de rentrer chez eux et d’achever leur périple. Depuis le début du récit, Héraclès n’est donc pas sorti de la perspective des travaux qui était la sienne ; il n’est venu dans l’expédition des Argonautes que pour ajouter un autre trophée à la liste de ses exploits, sans avoir compris ou supposé que l’expédition pouvait avoir une tout autre configuration que celle que lui imposait la pensée archaïque. L’horizon où il est aperçu par Lyncée est la métaphore du statut de l’épopée archaïque dans le poème : l’épique tel qu’il est conçu par Homère est laissé à la marge du texte. Héraclès a cette fois définitivement opté pour le domaine épique traditionnel et se consacre entièrement aux travaux qui font de lui le meilleur des héros traditionnels, le meilleur des héros à la mode d’antan : le fait qu’il ne puisse plus être rattrapé est l’indice de la divergence profonde du récit d’Apollonios par rapport au modèle épique archaïque. Ces deux voies littéraires, représentées dans le texte par Héraclès et Jason, après avoir été un certain temps parallèles et concurrentes dans le chant I, se séparent pour ne plus pouvoir se retrouver ici à la fin du chant IV. L’éloignement dans l’espace représente ici un éloignement dans le temps et dans le mode de pensée : la frontière est définitivement marquée, établie entre un monde archaïque révolu (et pensé comme tel) et le présent alexandrin qui s’adonne avec délices aux joies de l’antiquariat.

L’Héraclès de Théocrite : une présence transformée

  • 14  Théocrite passe pour être à l’origine de la poésie bucolique littéraire. C’est en ce sens que peut (...)
  • 15  Voir S. Stephens, Seeing Double : Intercultural Poetics in Ptolemaic Alexandria, Berkeley-Los Ange (...)
  • 16  Sur la question de l’authenticité de l’Idylle 25, voir A. S. F. Gow, Theocritus, Cambridge, CUP, 1 (...)

23C’est une caractéristique remarquable du corpus théocritéen, étant donné le goût du poète pour la nouveauté en matière de création générique14 et d’adaptation (par exemple du mime en une forme littéraire), que le personnage le plus récurrent, qui apparaît dans une grande variété de types poétiques différents constitutifs de ce recueil, soit le héros Héraclès, le héros par essence de la mythologie grecque primitive. Les raisons de cette place prééminente dans ces poèmes ne sont pas difficiles à trouver : on peut alléguer qu’il s’agit de la figure mythologique dont les Ptolémées se réclament les descendants ; comme dans le cas d’Alexandre (et aussi de Ptolémée Sôter), sa naissance est à la fois d’origine divine et humaine ; en tant que héros vénéré partout dans le monde grec, il n’est pas attaché à une localité particulière, mais revêt une dimension panhellénique. Comme Susan Stephens l’a bien exposé en détail15, Héraclès est en outre une figure qui relève à la fois des mythologies grecque et égyptienne : il est donc une figure idéale pour un public qui appartient à une double culture. Il n’en demeure pas moins remarquable que, dans un recueil de brefs poèmes hexamétriques, dont un grand nombre met en œuvre ce que nous pouvons appeler des « figures mineures » des mondes bucolique, urbain ou même mythologique, la présence du héros vraiment megas est tout à fait frappante. Paradoxalement, ce qui le caractérise est peut-être aussi bien sa présence récurrente dans les poèmes nouveaux de Théocrite que son absence dans le poème héroïque des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, comme deux modalités possibles d’une représentation de l’archaïsme dans la poésie des neoteroi. Trois des idylles qui sont sans aucun doute de Théocrite le mettent en scène ; si nous y ajoutons l’Héraclès tueur de lion (qui est peut-être de Théocrite, sans que cela puisse être prouvé de manière indubitable16) et la Mégara (un poème parfois attribué à Moschos, l’émule de Théocrite, et qui fait partie de la collection des Bucolici Graeci), il y a en tout cinq poèmes concernés. Chacun d’entre eux se distingue nettement du reste du groupe ; chacun est, à sa manière, un exemple de la transformation hellénistique d’une figure centrale de l’héritage culturel grec transposée dans un nouveau cadre. Notre propos est ici de considérer chacune des manifestations d’Héraclès dans les trois idylles qui sont indiscutablement attribuées à Théocrite (Idylles 17, 24 et 13), puis de tirer quelques conclusions sur ce que peut signifier cette transformation. Bien que nous laissions ici de côté les deux poèmes à l’authenticité discutée, nous les prendrons néanmoins en compte dans notre conclusion.

24Nous pouvons commencer par l’Idylle 17 de Théocrite : l’Éloge de Ptolémée. Ce poème célèbre Ptolémée II en raison de sa piété filiale (à l’égard de ses parents décédés récemment et désormais au rang des dieux), de son excellence guerrière (dans une série de comparaisons héroïques) et de ses relations plus éloignées avec les dieux (Alexandre et Héraclès, et pour finir Zeus et Héra). Le poème s’ouvre sur l’Olympe (sur lequel il s’achèvera également) dans une formulation qui à la fois imite la structure narrative homérique et rappelle au public la future existence de Ptolémée parmi les dieux (v. 13-33) :

Ἐκ πατέρων οἷος μὲν ἔην τελέσαι μέγα ἔργον
Λαγείδας Πτολεμαῖος, ὅτε φρεσὶν ἐγκατάθοιτο
βουλάν, ἃν οὐκ ἄλλος ἀνὴρ οἷός τε νοῆσαι.
Τῆνον καὶ μακάρεσσι πατὴρ ὁμότιμον ἔθηκεν
ἀθανάτοις, καί οἱ χρύσεος θρόνος ἐν Διὸς οἴκῳ
δέδμηται· παρὰ δ᾽αὐτὸν ᾽Αλέξανδρος φίλα εἰδώς
ἑδριάει, Πέρσαισι βαρὺς θεὸς αἰολομίτρας.
Ἀντία δ᾽ Ἡρακλῆος ἕδρα κενταυροφόνοιο
ἵδρυται στερεοῖο τετυγμένα ἐξ ἀδάμαντος·
ἔνθα σὺν ἄλλοισιν θαλίας ἔχει Οὐρανίδῃσι,
χαίρων υἱωνῶν περιώσιον υἱωνοῖσιν,
ὅττι σφεων Κρονίδης μελέων ἐξείλετο γῆρας,
ἀθάνατοι δὲ καλεῦνται ἑοὶ νέποδες γεγαῶτες.
Ἄμφω γὰρ πρόγονός σφιν ὁ καρτερὸς Ἡρακλείδας,
ἀμφότεροι δ᾽ἀριθμεῦνται ἐς ἔσχατον Ἡρακλῆα.
Τῷ καὶ ἐπεὶ δαίτηθεν ἴοι κεκορημένος ἤδη
νέκταρος εὐόδμοιο φίλας ἐς δῶμ᾽ ἀλόχοιο,
τῷ μὲν τόξον ἔδωκεν ὑπωλένιόν τε φαρέτραν,
τῷ δὲ σιδάρειον σκύταλον κεχαραγμένον ὄζοις·
οἳ δ᾽ εἰς ἀμβρόσιον θάλαμον λεθκοσφύρου Ἥβας
ὅπλα καὶ αὐτὸν ἄγουσι γενειήταν Διὸς υἱόν.

  • 17  Les traductions de Théocrite sont celles de l’édition de P.-E. Legrand, Les Bucoliques grecs, Pari (...)

25Faveurs héréditaires. De quels talents était doué, pour mener à terme une grande action, Ptolémée fils de Lagos, lorsqu’il s’était mis dans l’esprit un dessein qu’un autre homme eût été incapable de concevoir ! Le Père souverain l’éleva jusqu’aux mêmes honneurs que les bienheureux Immortels ; un trône d’or est préparé pour lui dans le palais de Zeus. Près de lui siège Alexandre qui l’aime, redoutable divinité pour les Perses aux mitres bariolées. En face est établi le siège d’Héraclès tueur de Centaures, fait de solide acier. Héraclès y prend part à des banquets avec les autres descendants d’Ouranos, profondément joyeux du sort des petits-enfants de ses petits-enfants, parce que le fils de Cronos a exempté leurs membres de la vieillesse et qu’on les appelle Immortels, eux qui sont nés de sa race. L’un et l’autre en effet ont pour ancêtre le vaillant Héraclide, l’un et l’autre remontent, comme premier auteur, à Héraclès. Aussi, quand, rassasié de nectar parfumé, celui-ci quitte le festin pour l’appartement de son épouse aimée, à l’un il donne son arc et le carquois attaché sous son bras, à l’autre sa massue ferrée où se dessinent des nœuds ; eux portent ses armes dans la chambre divine d’Hébé aux blanches chevilles et y conduisent lui-même le fils barbu de Zeus17.

  • 18  Sur cette ambiguïté, voir R. Hunter, Theocritus : Encomium of Ptolemy Phildadelphus, Berkeley - Lo (...)

26Ce passage implique différentes mythologies et différents intertextes. L’âme d’Héraclès est la dernière image qu’Ulysse aperçoit dans son voyage aux Enfers (voir Odyssée, XI, 601-627) ; Ulysse dit alors qu’il a vu l’âme de la part terrestre d’Héraclès (εἴδωλον), mais que sa part immortelle avait été appelée dans l’Olympe pour épouser Hébé, et de fait, il est ici, dans la scène d’ouverture de l’Idylle 17 de Théocrite, le premier à entrer dans la chambre nuptiale d’Hébé. Cette part immortelle (puisqu’il est un ἡμίθεος, l’une de ces figures de la poésie antérieure auxquelles le chanteur de cet encomion fait allusion au vers 5), trouve son reflet dans les parts immortelles de ses descendants Alexandre et Ptolémée, qui sont venus partager l’immortalité de leur ancêtre (il y a une ambiguïté curieuse dans le πατήρ du vers 16 : est-ce une référence à la divinité prétendue de Ptolémée I18 ?). Un deuxième intertexte est constitué par l’Hymne homérique à Apollon ; là, Léto accueille Apollon sur l’Olympe parmi les dieux, tandis qu’ici Héraclès est escorté par sa progéniture. La prédiction de Tirésias dans la Ire Néméenne de Pindare (v. 70-71) est désormais accomplie, tout comme l’est celle du Tirésias de l’Héracliscos de Théocrite (v. 79-85) qui expose le même mariage sur l’Olympe ; il convient de noter que, comme l’Idylle 24 précède l’Idylle 17 du point de vue de la datation de l’occasion supposée de leur composition, la première de ces idylles représente le jeune Héraclès, tandis que la dernière représente un Héraclès désormais divin. Un autre intertexte qui est peut-être en jeu ici est la peinture d’Héraclès dans l’Élégie platéenne de Simonide ; Théocrite, dans la composition du héros archaïque sur l’Olympe, a dessiné celui-ci, pour ainsi dire, à travers la mosaïque des portraits antérieurs.

  • 19  Voir S. Stephens, op. cit., p. 129, sur le récit de la Souda attribué à Élien et qui suggère que P (...)

27Héraclès, le héros archaïque, le destructeur de centaures (v. 20 : κενταυροφόνοιο), est placé sur un pied d’égalité avec Alexandre, le destructeur des Perses (v. 19 : Πέρσαισι βαρὺς θεὸς αἰολομίτρας ; on notera qu’ici c’est Alexandre qui est désigné comme un dieu). La préparation de son installation sur l’Olympe introduit fortuitement la propagande ptolémaïque de la relation de Ptolémée à Alexandre ; l’expression par exemple des vers 23-27 renvoie à l’exacte nature de l’association des deux monarques hellénistiques19. Leur position en tant qu’écuyers d’Héraclès est un élément concret qui vient s’ajouter aux remarques triviales du passage (Héraclès, un glouton fameux, est finalement rassasié de nectar et est complètement armé sur l’Olympe divin), tout en formant un contraste avec la fin du poème où Iris est au service de la couche de Zeus et d’Héra – cependant qu’Héraclès et Hébé sont bien sûr demi-frère et demi-sœur (ils ont le même père), et introduisent donc déjà le thème filé des relations incestueuses culminant dans l’union de Ptolémée II et de sa sœur Arsinoé vers la fin du poème, qui trouve son parallèle divin dans l’union de Zeus et d’Héra.

  • 20  Si aussi bien Alexandre que Ptolémée sont ici des descendants d’Héraclès, leur relation mutuelle e (...)
  • 21  Par exemple dans les Argonautiques d’Apollonios.

28Alexandre et Héraclès, les deux hemitheoi qui sont présentés ici avec Ptolémée I, sont des figures avec lesquelles la maison royale s’est en fait elle-même associée très étroitement. Les raisons de l’association avec Alexandre sont assez évidentes ; en rapportant le corps d’Alexandre d’abord à Memphis puis à Alexandrie, Ptolémée I proclamait un droit de succession qui trouve son écho dans le présent poème de Théocrite20. Héraclès, contrairement à de nombreux héros grecs, n’est pas attaché à une localité ; les errances occasionnées par ses travaux en font un modèle idéal non seulement pour une interprétation mythologique plus tardive21, mais aussi pour les campagnes « errantes » d’Alexandre qui diffusèrent la culture grecque à travers l’ensemble du monde connu, en particulier grâce à la paideia dont Héraclès lui-même, en tant que divinité tutélaire du gymnasion, devient le symbole omniprésent. En outre, Héraclès, contrairement à beaucoup d’autres héros archaïques, est associé à l’Égypte et à la mythologie égyptienne ; tout comme le pharaon grec, c’est un personnage qui peut, pour citer Susan Stephens, être « vu double ». Héraclès a ici, pour ainsi dire, deux facettes : nous le voyons à la fois comme un héros archaïque (le destructeur brutal de centaures armé de sa massue) et comme ancêtre royal des rois hellénistiques.

  • 22  Sur les modèles génériques de ce poème, voir R. Hunter, op. cit., p. 8-24.

29L’Idylle 17 de Théocrite est un encomion poétique en l’honneur de Ptolémée II Philadelphe22, étroitement et délibérément modelé à la manière d’un hymne en hexamètres. Le poème s’ouvre sur une indication qui renvoie à son exécution :

ἐκ Διὸς ἀρχώμεσθα καὶ ἐς Δία λήγετε Μοῖσαι,
ἀθανάτων τὸν ἄριστον, ἐπὴν † ἀείδωμεν ἀοιδαῖς·
ἀνδρῶν δ’ αὖ Πτολεμαῖος ἐνὶ πρώτοισι λεγέσθω
καὶ πύματος καὶ μέσσος· ὂ γὰρ προφερέστατος ἀνδρῶν.

  • 23  Le texte du vers 2 est incertain, même si le sens est clair.

30Commençons par Zeus et finissez par Zeus, Muses, quand nous voulons célébrer par nos chants le plus grand des Immortels23 ; mais, parmi les hommes, que Ptolémée soit nommé en premier et à la fin et au milieu ; car, comparé aux autres, il est le plus éminent.

  • 24  Aratos, Phénomènes, 1-2 : Ἐκ Διὸς ἀρχώμεσθα, τὸν οὐδέποτ’ ἄνδρες ἐῶμεν / ἄρρητον ; « Commençons pa (...)

31On commente ordinairement l’ouverture du poème en l’éclairant par l’ouverture parallèle des Phénomènes d’Aratos24 et en évoquant par là la relation entre les deux poètes. Mais ce n’est qu’un parallèle contemporain. Il en existe un autre fourni par l’Hymne à Zeus de Callimaque qui commence, littéralement, par « Zeus » :

Ζηνὸς ἔοι τί κεν ἄλλο παρὰ σπονδῇσιν ἀείδειν
λῴιον ἢ θεὸν αὐτόν, ἀεὶ μέγαν, αἰὲν ἄνακτα,
[…].

32Zeus, à l’instant des libations, que chanter d’autre, que chanter de mieux que le dieu lui-même, toujours grand, toujours seigneur […].

  • 25  Voir A. S. F. Gow, op. cit., t. II, p. 327, et R. Hunter, op. cit., p. 97-98.
  • 26  S. Stephens, op. cit., p. 123-127.

33Ces trois textes rappellent une tournure fréquente aussi bien dans les hymnes hexamétriques que dans les hymnes lyriques25, mais ce qui rend le parallèle avec Callimaque particulièrement intéressant à nos yeux est qu’il intervient dans un poème qui se trouve aussi célébrer Ptolémée II Philadelphe sous les traits de Zeus (en donnant donc corps à cette assimilation implicite concomittante) et surtout être un poème commémoratif que l’on tient en général pour avoir été exécuté dans une occasion particulière, la célébration de la co-régence entre Ptolémée Ier et son fils en 285 avant J.-C. L’Idylle 24 (Héraclès enfant) semble avoir été composée pour la même occasion26.

  • 27  Papyrus Petrie, 49a (= 114 AB).

34Il semble très raisonnable d’en déduire que l’Idylle 17 a été également composée pour célébrer un événement particulier dans la première partie du règne de Ptolémée II ; Arsinoé est son épouse et est encore en vie, si bien qu’on se situe dans la période qui va de 279-278 à 274-273 (qui voit l’institution du culte des θεοὶ ἀδελφοί, auquel le poème ne fait pas référence). Étant donné la place importante du thème du mariage divin dans le poème (entre Héraclès et Hébé aux vers 28-33, qui sont, faut-il le rappeler, demi-frère et demi-sœur ; entre Zeus et Héra aux vers 127-134, qui sont véritablement frère et sœur, comme le sont Ptolémée et Arsinoé ; la fidélité conjugale entre Bérénice I et Ptolémée I aux vers 34-44), il semble que les noces de Ptolémée et d’Arsinoé, ou un événement qui leur est associé, ne seraient pas une occasion mal à propos pour l’Idylle 17. Le poète macédonien Posidippe composa d’ailleurs aussi un poème pour cette occasion27, ce qui suggère qu’il y eut alors quelque chose comme une compétition poétique.

  • 28  Sur ce parallélisme, voir C. Cusset, « L’enfance perdue d’Héraclès : l’image du héros au service d (...)
  • 29  L. Koenen, Ein Agonistische Inschrift aus Ägypten und frühpolemaïsche Königsfeste, Meisenheim am G (...)
  • 30  Voir S. Stephens, op. cit., p. 78.
  • 31  Posidippe emploie βασιλίς (78.14, 82.6 AB) et βασίλισσα (79.1, 116.5), qui est clairement la forme (...)

35L’Idylle 24, l’Héracliscos, a effectué une transformation similaire du héros archaïque ; le nourrisson tueur de serpents de la mythologie grecque (et de la Ire Néméenne de Pindare28) évolue désormais dans le cours du poème et en vient à recevoir l’éducation d’un prince hellénistique, bénéficiant donc lui-même de la paideia, alors que sa propre statue est, aux côtés de celle d’Hermès, une présence récurrente dans les gymnasia hellénistiques. Différents savants, reprenant l’initiative lancée par Ludwig Koenen en 197729, ont suggéré que l’Héracliscos avait été composé pour les basileia de 285, cette célébration macédonienne de Zeus Basileus qui avait été l’occasion de mettre en place la co-régence de Ptolémée II et Ptolémée I (la circonstance même pour laquelle Callimaque avait composé l’Hymne à Zeus)30. Théocrite fait peut-être allusion à cette circonstance à un moment qui semble sans importance – et qui n’a pas encore été remarqué, à notre connaissance – du poème lui-même. Dans la conclusion de l’imitation pindarique, c’est-à-dire à la fin du récit du combat du nourrisson Héraclès contre les serpents, Alcmène, qui, comme on l’imagine, est inquiète, prend conseil auprès de Tirésias ; à la fin de sa demande d’éclaircissements, Théocrite écrit simplement (v. 72) : τόσσ᾽ ἔλεγεν βασίλεια ; « voilà tout ce que dit la reine ». Au premier abord, ce n’est pas une expression remarquable, même si, dans le récit domestique précédent, il y avait eu peu d’occasions d’introduire un titre royal. Pourtant, le terme que Théocrite emploie ailleurs est βασίλισσα31, qui est métriquement équivalent (15, 23-24 : ἀκούω χρῆμα καλόν τι / κοσμεῖν τὰν βασίλισσαν ; « à ce que j’entends dire, c’est quelque chose de beau que la reine fait arranger »). De plus, l’expression apparaît à un moment de transition ; on passe en effet ici au pronostic concernant le futur d’Héraclès (pour ainsi dire dans deux versions : la vie de la mythologie grecque traditionnelle, que prédit Tirésias, et l’éducation d’un prince hellénistique, que raconte le poète de l’Idylle 24). Ce passage s’ouvre sur une comparaison héroïque que l’on pourrait trouver dans l’épopée antérieure :

Ἡρακλέης δ᾽ ὑπὸ ματρὶ νέον φυτὸν ὣς ἐν ἀλωᾷ
ἐτρέφετ᾽, Ἀργείου κεκλημένος Ἀμφιτρύωνος.

36Sous l’autorité de sa mère, Héraclès forcissait, comme un jeune arbrisseau dans un verger et était appelé le fils d’Amphitryon l’Argien.

37Suit alors un catalogue de l’instruction princière qui commence par un élément surprenant :

γράμματα μὲν τὸν παῖδα γέρων Λίνος ἐξεδίδαξεν,
υἱὸς Ἀπόλλωνος μελεδωνεὺς ἄγρυπνος ἥρως·

38Le vieux Linos enseigna à son [c’est-à-dire d’Amphitryon] fils les lettres, Linos le fils d’Apollon, vigilant gardien que ce héros.

  • 32  Voir H. White, Theocritus’ Idyll XXIV, Amsterdam, Adolf M. Hakkert Publisher, 1979, p. 98.
  • 33  Voir R. Thomas, Reading Virgil in His Texts. Studies in Intertextuality, Ann Arbor, UMP, 1999, p.  (...)
  • 34  L’éducation d’Héraclès était déjà un topos du mythe (Apollodore, 2, 4, 9) et apparemment de la com (...)

39Linos, qui était dans la mythologie le chanteur de la première chanson32, essaie traditionnellement d’enseigner à Héraclès l’art de chanter et Héraclès le tue pour ses efforts. Voilà ce qu’on gagne à tenter de cultiver un héros archaïque ! Ici Linos est devenu un grammatodidascalos, et il est même gratifié de l’épithète ἄγρυπνος, qui est un terme devenant synonyme à cette période et par la suite du labor physique que représente la création poétique33. L’enseignement des lettres vient en tête de la liste des occupations scolaires d’Héraclès, qui comprennent l’étude plus traditionnelle de la lyre sous la direction du bien nommé Eumolpos (v. 109-110), ainsi que l’art d’un roi hellénistique accompli qu’est le commandement d’une armée aux vers 127-128 ; même la course en char dont les Ptolémées étaient grandement amateurs, comme l’attestent les Hippika récemment découverts et attribués à Posidippe, se trouve faire partie des activités d’Héraclès, enseignée pour le coup par son père adoptif (v. 119-124). Cette formation d’un héros mythologique à la manière d’un prince hellénistique trouve un parallèle dans la poésie d’éloge de Théocrite (Idylles 16 et 17), dans laquelle aussi bien Hiéron que Ptolémée sont pressés de manifester leur générosité à l’égard des chanteurs. Pour finir, il faut rappeler que, telle que nous l’avons, l’idylle est aujourd’hui incomplète, mais il semble, d’après les restes que nous possédons, que l’exposé détaillé de la paideia d’Héraclès continuait : on assiste à une transformation d’un récit mythologique archaïque, certes avec nombre d’accents manifestement égyptiens, en un modèle royal « paideutique » – le nourrisson Héraclès étranglant les deux serpents est désormais un prince hellénistique34.

40L’Idylle 13 s’ouvre par une adresse à l’ami du poète, Nicias, qui représente ce qu’il faut bien considérer comme un exemplum surprenant (v. 1-11) :

Οὐχ ἁμῖν τὸν Ἔρωτα μόνοις ἔτεχ᾽, ὡς ἐδοκεῦμες,
Νικία, ᾧτινι τοῦτο θεῶν ποκα τέκνον ἔγεντο·
οὐχ ἁμῖν τὰ καλὰ πράτοις καλὰ φαίνεται ἦμεν,
οἳ θνατοὶ πελόμεσθα, τὸ δ᾽ αὔριον οὐκ ἐσορῶμες·
ἀλλὰ καὶ Ἀμφιτρύωνος ὁ χαλκεοκάρδιος υἱός,
ὃς τὸν λῖν ὑπέμεινε τὸν ἄγριον, ἤρατο παιδός,
τοῦ χαρίεντος Ὕλα, τοῦ τὰν πλοκαμῖδα φορεῦντος,
καί νιν πάντ᾽ ἐδίδασκε, πατὴρ ὡσεὶ φίλον υἱόν,
ὅσσα μαθὼν ἀγαθὸς καὶ ἀοίδιμος αὐτὸς ἔγεντο·
χωρὶς δ᾽ οὐδέποκ᾽ ἦς, οὔτ᾽ εἰ μέσον ἆμαρ ὄροιτο,
οὔθ᾽ ὁπόχ᾽ ἁ λεύκιππος ἀνατρέχοι ἐς Διὸς Ἀώς.

41Ce n’est pas pour nous seuls, comme nous le croyions, Nikias, qu’Éros fut mis au monde par celui des dieux, quel qu’il soit, qui l’a eu pour enfant ; ce n’est pas à nous les premiers que les beaux objets paraissent beaux, à nous qui sommes mortels et qui ne voyons pas le lendemain. Mais le fils lui-même d’Amphitryon, au cœur de fer, qui ne recula pas devant le lion féroce, fut épris d’un enfant, du gracieux Hylas, qui portait les cheveux bouclés. Et il lui enseigna, comme un père à son fils chéri, tout ce que lui-même avait appris pour devenir brave et digne d’être chanté. Jamais il n’était loin de lui, ni quand le jour était au milieu de sa course, ni lorsque l’Aurore aux blancs coursiers s’élançait vers la demeure de Zeus.

42Le passage commence par une allusion à l’origine de la naissance d’Éros, et continue par une discussion sur le beau, thèmes qui évoquent simultanément l’œuvre érotique de Platon, en particulier le Banquet et le monde de l’amour pédérastique. Les histoires d’amour d’Héraclès avec les femmes sont souvent terrifiantes (par exemple, Mégara, Déjanire, Iole – Omphale est peut-être l’exception) et la nature destructrice de son eros a déjà fait l’objet de traitements poétiques. Ici cependant, il aime un jeune garçon, non à la manière des récits héroïques (dans lesquels l’histoire du meurtre du père d’Hylas était sans doute plus à sa place, une histoire que traite Callimaque dans le premier livre des Aitia), mais à la manière d’un erastès de Platon :

καί νιν πάντ᾽ ἐδίδασκε, πατὴρ ὡσεὶ φίλον υἱόν,
ὅσσα μαθὼν ἀγαθὸς καὶ ἀοίδιμος αὐτὸς ἔγεντο·

43Et il lui enseigna, comme un père à son fils chéri, tout ce que lui-même avait appris pour devenir brave et digne d’être chanté.

44D’où en réalité l’ironie de l’expression « comme un père à son propre fils » ; mais ici le contexte est nouveau : Héraclès en tant qu’erastès est concerné par l’éducation correcte de son eromenos, et Héraclès, l’élève de l’Idylle 24, est ici le maître du garçon qu’il aime. Comme ils ne sont jamais séparés, Hylas embarque avec Héraclès sur l’Argo (v. 25), transférant ainsi leur amour dans un contexte héroïque, ce qui s’avère désastreux pour les deux hommes : Hylas périt et Héraclès, partant à la recherche de son eromenos désormais à la manière d’une figure héroïque (v. 55-57), manque l’embarquement de l’Argo pour la Colchide, échouant donc dans une entreprise héroïque à cause de son amour. L’héroïque Héraclès réagit à la perte d’Hylas (qui se déroule dans un cadre bucolique, l’Idylle 13 à la fois jouant avec et questionnant différents genres poétiques) :

Ἀμφιτρυωνιάδας δὲ ταρασσόμενος περὶ παιδί
ᾤχετο, Μαιωτιστὶ λαβὼν εὐκαμπέα τόξα
καὶ ῥόπαλον, τό οἱ αἰὲν ἐχάνδανε δεξιτερὰ χείρ.
Τρὶς μὲν Ὕλαν ἄυσεν, ὄσον βαθὺς ἤρυγε λαιμός·
τρὶς δ᾽ ἄρ᾽ ὁ παῖς ὑπάκουσεν, ἀραιὰ δ᾽ ἵκετο φωνά
ἐξ ὕδατος, παρεὼν δὲ μάλα σχεδὸν εἴδετο πόρρω.
Ὡς δ᾽ ὁπότ᾽ ἠυγένειος ἀπόπροθι λὶς ἐσακούσας
νεβροῦ φθεγξαμένας τις ἐν οὔρεσιν ὠμοφάγος λίς
ἐξ εὐνᾶς ἔσπευσεν ἑτοιμοτάταν ἐπὶ δαῖτα·
Ἡρακλέης τοιοῦτος ἐν ἀτρίπτοισιν ἀκάνθαις
παῖδα ποθῶν δεδόνητο, πολὺν δ᾽ ἐπελάμβανε χῶρον.
Σχέτλιοι οἱ φιλέοντες, ἀλώμενος ὅσσ᾽ ἐμόγησεν
οὔρεα καὶ δρυμούς, τὰ δ᾽ Ἰάσονος ὕστερα πάντ᾽ ἦς.

45Cependant le fils d’Amphitryon, s’inquiétant au sujet de l’enfant, se mit en route, avec son arc recourbé à la mode scythique, et sa massue, qu’il avait toujours dans sa main droite. Trois fois, il appela Hylas, de toute la force de son gosier profond. Trois fois l’enfant répondit ; mais sa voix, venant du fond de l’eau, arriva toute grêle ; et, bien qu’il fût tout proche, il semblait éloigné. Comme il arrive quand un lion à la belle crinière a entendu de loin un faon bramer dans la montagne, un lion carnassier, et qu’il se précipite de son repaire vers le repas qui l’attend ; ainsi Héraclès, plein du désir d’Hylas, s’agitait au milieu d’épines impraticables et dévorait une vaste étendue de pays. Malheureux ceux qui aiment ! Que de peines il endura, à battre montagnes et fourrés ! Toutes les affaires de Jason ne venaient pour lui qu’en seconde ligne.

  • 35  Le terme δεδόνητο ici rappelle peut-être Sappho, fr. 130 L.-P. : Ἔρος δηὖτε μ’ ὀ λυσιμέλης δόνει,  (...)

46Ce passage mérite une brève analyse détaillée à cause de son inversion curieuse des normes épiques : la réaction héroïque pour une raison non héroïque, soulignée par la juxtaposition de la force et de la faiblesse des sons, la réunion discordante d’une comparaison épique avec un lion et des images de la poésie pédérastique, le héros épique déplacé au milieu de chardons bucoliques. Le vers 65 (παῖδα ποθῶν δεδόνητο) évoque à la fois les aspects actifs et passifs de l’engouement amoureux35. Quant au vers 66 σχέτλιοι οἱ φιλέοντες, il est sûrement une variation d’Apollonios (σχέτλιος Ἔρως), sorte de preuve finale, si besoin était, que ce poème est en partie une réponse à l’épopée d’Apollonios, si l’on considère que les deux poètes connaissaient sûrement chacun l’œuvre de l’autre au cours de leur rédaction mutuelle.

  • 36  vers 63 : δέρμα τε θηρός […] χειροπληθῆ τε κορύνην.
  • 37  R. Hunter et M. Fantuzzi, Tradition and Innovation in Hellenistic Poetry, Cambridge, CUP, 2004, p. (...)

47Héraclès comme ancêtre ptolémaïque, comme prince hellénistique, comme héros épique déplacé dans un paysage bucolique : dans tous les cas, une figure à la fois reconnaissable et passée à un nouveau plan, emblématique, pour ainsi dire, de l’appropriation de l’archaïsme par la poésie hellénistique. On peut terminer par une dernière remarque, sur un poème attribué à Théocrite, sans certitude absolue : l’Idylle 25, Héraclès tueur de lion. Comme l’épisode de Molorchos dans la Victoire de Bérénice de Callimaque, ce poème représente l’un des travaux traditionnels d’Héraclès, la mise à mort du lion de Némée, mais selon un point de vue particulier. Héraclès devient le narrateur effectif de son propre mythe auprès d’un public qui ne l’a pas encore reconnu dans la célébrité qu’il doit encore atteindre (l’Achille enfant du livre I des Argonautiques vient à l’esprit comme parallèle d’un futur héros d’une grande épopée, alors qu’il est tout à fait à la périphérie de la présente épopée). Héraclès se présente avec sa peau de lion et sa massue caractéristiques36 : alors que ce sont pourtant les symboles mêmes que Dionysos dans les Grenouilles met en évidence pour prouver son identité présumée comme Héraclès, ils n’ont ici aucun effet, car, comme le remarque Hunter37, nous sommes dans le monde qui précède le kleos. Ce point pourrait servir ici de note de conclusion, car dans chacun de ces poèmes le kleos archaïque d’Héraclès est singulièrement mis sur la touche : ses armes sont déposées à la porte de la chambre nuptiale d’Hébé et sont inefficaces contre la perte d’Hylas ; sa massue ne fait pas partie de l’équipement militaire lors de sa formation dans l’Héracliscos, ni n’est reconnue pour sa signification symbolique dans l’Héraclès tueur de lion. L’Héraclès de Théocrite est reconnaissable comme héros archaïque, mais il est vu dans une perspective qui n’est pas archaïque, ce qui donne à notre attention un objet à la fois familier et nouveau. Le traitement que lui réserve Apollonios est tout différent : en lui faisant endosser le rôle de héros archaïque, il ne peut plus le maintenir dans une épopée d’un nouveau style. Dans un cas comme dans l’autre, il n’y a pas de place pour l’Héraclès de la tradition : soit il faut modifier l’image du héros, soit il faut l’évincer.

Haut de pageHaut de page

Notes

1  Sauf indications contraires, le texte et la traduction sont ceux de l’édition de F. Vian et E. Delage, Apollonios de Rhodes. Argonautiques, Paris, Les Belles Lettres, 1974-1981.

2  Voir la note à ce passage de F. Vian, ibid., t. I, p. 245 : l’éditeur rappelle qu’Héraclès était absent de l’expédition dans une tradition représentée par Hésiode, Phérécyde, Hérodoros, Antimaque, Éphore, Hellanicos, Posidippe.

3  Sur cette présence du narrateur dans le récit, voir notamment A. Hurst, Apollonios de Rhodes. Manière et cohérence. Contribution à l’étude de l’esthétique alexandrine, Rome, Institut suisse de Rome, 1967, p. 46-49.

4  Voir les vers I, 196-197 où – fait significatif – reparaît la voix si rare du narrateur dans le récit : τοῦ δ᾽ οὔ τιν᾽ ὑπέρτερον ἄλλον ὀίω / νόσφιν γ᾽ Ἡρακλῆος ἐπελθέμεν ; « aucun autre, je crois, de ceux qui arrivaient, sauf Héraclès, ne l’aurait emporté sur lui ».

5  Voir Iliade, II, 658, 666 ; V, 638 ; XI, 690 ; XV, 640 ; XIX, 98 ; Odyssée, XI, 601.

6  L’expression se trouve dans l’Iliade, XIV, 324. L’innovation d’Apollonios consiste ici à associer deux expressions homériques indépendantes.

7  C’est d’ailleurs ce qu’expliquera Glaucos aux Argonautes après l’abandon d’Héraclès (I, 1315-1320) : Τίπτε παρὲκ μεγάλοιο Διὸς μενεαίνετε βουλήν / Αἰήτεω πτολίεθρον ἄγειν θρασὺν Ἡρακλῆα ; / Ἄργεΐ οἱ μοῖρ᾽ ἐστὶν ἀτασθάλῳ Εὐρυσθῆι / ἐκπλῆσαι μογέοντα δυώδεκα πάντας ἀέθλους, / ναίειν δ᾽ ἀθανάτοισι συνέστιον, εἴ κ᾽ ἔτι παύρους / ἐξανύσῃ· τῶ μή τι ποθὴ κείνοιο πελέσθω ; « Pourquoi, contre la volonté du grand Zeus, tenez-vous à emmener le courageux Héraclès dans la ville d’Aiétès ? Son destin est d’aller en Argolide achever à grand-peine pour l’orgueilleux Eurysthée tous ses douze travaux, puis d’habiter au foyer des immortels, quand il aura fini le peu qu’il lui en reste. N’ayez donc point de regret à son sujet ». L’immortalité d’Héraclès est subordonnée à l’accomplissement de ses travaux, non à sa participation au périple argonautique. Héraclès est engagé dans un autre cycle vraiment héroïque et il n’a pas besoin de participer à l’entreprise des Argonautes pour affirmer son caractère héroïque.

8  Avant sa participation à l’expédition argonautique, Héraclès a en effet déjà accompli plusieurs travaux qui sont d’ailleurs évoqués dans l’épopée d’Apollonios : outre l’épisode du sanglier d’Érymanthe qui est rapporté ici, on peut signaler comme autres travaux antérieurs à l’expédition les événements suivants : le lion de Némée (Héraclès en effet se dépouille de la peau du lion en I, 1195 ; cette même peau non tannée est aussi mentionnée en IV, 1438) ; l’hydre de Lerne (dont le venin imprègne les flèches avec lesquelles Héraclès a terrassé le dragon Ladon en IV, 1404) ; les oiseaux du lac Stymphale (dont l’exemple déjà canonique est invoqué par Amphidamas lors de l’attaque des oiseaux de l’île d’Arès en II, 1052-1057) ; la ceinture d’Hippolytè (épisode qui est déjà connu du roi Lycos en II, 777-779). Un autre épisode se déroule pendant la suite de l’expédition : il s’agit du vol des pommes d’or du jardin des Hespérides (voir IV, 1397-1405 et 1432-1449), sur lequel il faudra revenir.

9  Nous reprenons ici certaines analyses menées ailleurs dans une autre perspective : voir C. Cusset, « Le Jason d’Apollonios de Rhodes : un personnage romanesque ? », dans B. Pouderon (dir.), Les Personnages du roman grec, Lyon, CMO, 2001, p. 207-218.

10  Le participe ἀφειδήσαντες (v. 338), tout en invitant les Argonautes à la plus grande justesse dans leur choix, est en fait l’indice que ce choix ne sera pas juste : il est la marque de l’ironie du stratagème de Jason. Les Argonautes ne vont rien négliger parce que Jason a déjà choisi à leur place. Or, ce faisant, Jason se donne lui-même comme celui qui « veille à tout » (κεν τὰ ἕκαστα μέλοιτο, v. 339), et donc, au-delà d’Héraclès, se désigne lui-même comme celui qui doit diriger l’expédition.

11  Voir la note complémentaire de F. Vian, op. cit., p. 259, et les remarques d’A. Ardizzoni, Studi di poesia ellenistica, Naples, Loffredo, 1940, p. 44 et suiv., qui soulignent l’aspect épuré d’Héraclès.

12  Peut-on mettre cette attitude en parallèle avec l’évolution des arts figuratifs comme la sculpture ? Héraclès représenterait ici les kouroi archaïques figés dans l’immobilisme. Par opposition, le comportement de Jason et des Argonautes est davantage tourné vers des attitudes lascives et sensuelles plus proches de la statuaire hellénistique.

13  On remarquera qu’il arrive souvent qu’Héraclès ne soit pas nommé ouvertement.

14  Théocrite passe pour être à l’origine de la poésie bucolique littéraire. C’est en ce sens que peut se lire l’Idylle 1.

15  Voir S. Stephens, Seeing Double : Intercultural Poetics in Ptolemaic Alexandria, Berkeley-Los Angeles, UCP, 2003, p. 130-131.

16  Sur la question de l’authenticité de l’Idylle 25, voir A. S. F. Gow, Theocritus, Cambridge, CUP, 1952, p. 439-441.

17  Les traductions de Théocrite sont celles de l’édition de P.-E. Legrand, Les Bucoliques grecs, Paris, Les Belles Lettres, 1927.

18  Sur cette ambiguïté, voir R. Hunter, Theocritus : Encomium of Ptolemy Phildadelphus, Berkeley - Los Angeles, UCP, 2003, p. 111.

19  Voir S. Stephens, op. cit., p. 129, sur le récit de la Souda attribué à Élien et qui suggère que Ptolémée Ier, comme Alexandre, est un fils de Zeus. Cette tradition ferait donc des trois figures d’Alexandre, Ptolémée et Héraclès des demi-frères, ou du moins les mettrait au même niveau.

20  Si aussi bien Alexandre que Ptolémée sont ici des descendants d’Héraclès, leur relation mutuelle est laissée dans l’implicite.

21  Par exemple dans les Argonautiques d’Apollonios.

22  Sur les modèles génériques de ce poème, voir R. Hunter, op. cit., p. 8-24.

23  Le texte du vers 2 est incertain, même si le sens est clair.

24  Aratos, Phénomènes, 1-2 : Ἐκ Διὸς ἀρχώμεσθα, τὸν οὐδέποτ’ ἄνδρες ἐῶμεν / ἄρρητον ; « Commençons par Zeus que nous, les hommes, nous ne laissons jamais innommé ».

25  Voir A. S. F. Gow, op. cit., t. II, p. 327, et R. Hunter, op. cit., p. 97-98.

26  S. Stephens, op. cit., p. 123-127.

27  Papyrus Petrie, 49a (= 114 AB).

28  Sur ce parallélisme, voir C. Cusset, « L’enfance perdue d’Héraclès : l’image du héros au service de l’autre », BAGB, 1999, p. 191-201 ; N. Otto, Enargeia. Untersuchung zur Charakteristik alexandrinischer Dichtung, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2009, p. 135-173.

29  L. Koenen, Ein Agonistische Inschrift aus Ägypten und frühpolemaïsche Königsfeste, Meisenheim am Glan, Verlag Anton Hain (Beiträge zur klassischen Philologie, 56), 1977, p. 86 ; S. Stefens, op. cit., p. 125-127 ; J. J. Clauss, « Lies and Allusions. The Address and Date of Callimachus’ Hymn to Zeus », Classical Antiquity 2, 1986, p. 155-170.

30  Voir S. Stephens, op. cit., p. 78.

31  Posidippe emploie βασιλίς (78.14, 82.6 AB) et βασίλισσα (79.1, 116.5), qui est clairement la forme macédonienne préférée pour désigner la « reine ».

32  Voir H. White, Theocritus’ Idyll XXIV, Amsterdam, Adolf M. Hakkert Publisher, 1979, p. 98.

33  Voir R. Thomas, Reading Virgil in His Texts. Studies in Intertextuality, Ann Arbor, UMP, 1999, p. 251.

34  L’éducation d’Héraclès était déjà un topos du mythe (Apollodore, 2, 4, 9) et apparemment de la comédie. Le poète comique du IVe siècle Alexis (fr. 135) dépeint déjà Linos donnant à Héraclès une leçon de lecture ; parmi les auteurs, Linos propose un choix constitué d’Orphée, d’Hésiode, des Tragiques, d’Homère et d’Épicharme ; Héraclès choisit un ouvrage ayant pour titre Sur la cuisine (ὀψαρτυσία) ; on a là un jeu sur l’appétit fameux d’Héraclès, mais en même temps un aperçu de ce que pouvait être une leçon de lecture. Platon (Theag., 122e) donne à l’enseignement des lettres la première place dans l’éducation de l’honnête homme ; Théocrite suit partiellement Platon sur ce point (comme il le fait ailleurs pour sa conception de l’éducation), ainsi que le remarque Gow, mais il suit aussi une tradition comique qui a déjà représenté le brutal tueur de monstres comme un étudiant en lettres (même s’il n’est pas très doué). Voir également, R. Thomas, op. cit., p. 251.

35  Le terme δεδόνητο ici rappelle peut-être Sappho, fr. 130 L.-P. : Ἔρος δηὖτε μ’ ὀ λυσιμέλης δόνει, / γλυκύπικρον ἀμάχανον ὄρπετον ; « Derechef Éros qui délie les membres me tourmente, cet invincible serpent doux-amer ». Étant donné l’usage étendu que Théocrite fait de Sappho (voir B. Acosta-Hughes, Arion’s Lyre. Archaic Lyric into Hellenistic Poetry, Princeton, PUP, 2010, p. 16-39), on peut se demander s’il ne faut pas aussi voir ici un parallèle possible – merveilleusement réemployé par Théocrite aux vers 12-13 de l’Idylle 13 : οὔθ’ ὁπόκ’ ὀρτάλιχοι μινυροὶ ποτὶ κοῖτον ὁρῷεν, / σεισαμένας πτερὰ ματρὸς ἐπ’ αἰθαλόεντι πετεύρῳ ; « ni à l’heure où les jeunes oiseaux regardaient en pépiant vers le nid, tandis que leur mère battait des ailes sur une poutre enfumée » – avec l’image sapphique du soir qui tombe (fr. 104 V.). À ce passage Théocrite semble encore faire allusion, parmi de nombreux autres de Sappho, dans l’Idylle 18 : Ἔσπερε πάντα φέρων ὄσα φαίνολις ἐσκέδασ’ αὔως / † φέρεις ὄιν, φέρεις αἶγα, φέρεις † μάτερι παῖδα ; « Ô Soir, qui conduis tout ce qui a été dispersé par l’aurore, tu conduis le mouton, tu conduis la chèvre, tu conduis l’enfant à sa mère ».

36  vers 63 : δέρμα τε θηρός […] χειροπληθῆ τε κορύνην.

37  R. Hunter et M. Fantuzzi, Tradition and Innovation in Hellenistic Poetry, Cambridge, CUP, 2004, p. 212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset et Benjamin Acosta-Hughes, « Héraclès comme figure de l’archaïsme dans la poésie hellénistique », Aitia [En ligne], 1 | 2011, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://aitia.revues.org/105 ; DOI : 10.4000/aitia.105

Haut de page

Auteurs

Christophe Cusset

Université de Lyon - ENS de Lyon

Articles du même auteur

Benjamin Acosta-Hughes

Université de l’Ohio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page