Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Manuel Baumbach, Nicola Dümmler (dir.). Imitate Anacreon ! Mimesis, poiesis and the poetic inspiration in the Carmina Anacreontea

Berlin/Boston, 2014, De Gruyter (Millennium Studien, Bd 46). ISBN : 978-3-11-033402-9
Christophe Cusset
Référence(s) :

Manuel Baumbach (dir.) Nicola Dümmler (dir.). Imitate Anacreon ! Mimesis, poiesis and the poetic inspiration in the Carmina Anacreontea. Berlin-Boston, 2014, De Gruyter (Millennium Studien, Bd 46). ISBN : 978-3-11-033402-9

Texte intégral

1Ce volume réunit les actes d’une rencontre qui s’est tenue pendant l’été 2011 à l’Université de Zurich sur le recueil des Carmina Anacreontea qui ont été conservés avec l’Anthologie Palatine et auxquels une faible attention a été accordée dans les cinquante dernières années. Comme le rappellent les deux éditeurs scientifiques du volume dans un introduction efficace, la collection de 60 poèmes, qui datent de la fin de la période hellénistique jusqu’au VIe siècle, a été constituée à l’époque byzantine et a connue sa première édition en 1554 grâce à Henri Estienne. Jusqu’au XVIIIe siècle, la paternité des poèmes conservés a été attribuée à Anacréon lui-même. Si cette autorité poétique n’est plus reconnue aujourd’hui, le recueil, qui a connu dans la littérature occidentale une grande célébrité comme en témoigne sa réception en Europe, souffre aujourd’hui d’un manque de reconnaissance et d’un étiquetage défavorable qui en fait une œuvre mineure car disparate et tardive. Très peu d’études ont été consacrées à ce recueil et ce manque trouve ici un heureux début de réparation. Le titre programmatique du volume invite à considérer le recueil sous les différents angles de la mimesis, de la poiesis et de l’inspiration poétique qui constituent les trois parties de l’ouvrage réunissant 11 contributions des meilleurs spécialistes de la poésie hellénistique et de sa réception.

2La première partie est donc consacrée à la mimesis et à la réception d’Anacréon et de son œuvre dans les Carmina Anacreontea et dans la poésie jusqu’à l’époque hellénistique. Hans Bernsdorff commence par proposer une « Anacreon’s Palinode » (p. 11-24) : partant d’une anecdote de Maxime de Tyr qui établit un parallèle entre Stésichore et Anacréon, l’auteur entend montrer comment le motif de la palinodie se trouve combiné avec un autre motif ce qui pourrait expliquer pourquoi la partie iambographique de l’œuvre d’Anacréon a été négligée au profit de son œuvre érotique : la figure de Cléobule qui pourrait avoir été au centre d’une anecdote mettant en œuvre des insultes dont la poésie aurait été la compensation serait ainsi devenu ensuite le sujet de la poésie homo-érotique d’Anacréon. Peter Bing ensuite (p. 24-45) s’intéresse aux « Anacreontea avant la lettre : Euripides' Cyclops 495-518 » : il montre en quoi le deuxième stasimon du drame satyrique euripidéen, écrit en dimètre ionien anacréontique et dans un dialecte ionien plutôt que dorien, serait le premier exemple d’une imitation d’Anacréon, le premier des Anacreontea en somme, ce qui pose donc la question de la réception ancienne du poète lyrique. L’impact d’Anacréon fut en effet considérable à Athènes après la venue du poète en 522 et aurait été perçu comme une véritable star à l’égal d’un Elwis Presley ! Kathryn Gutzwiller nous fait entrer plus avant dans le recueil lui-même en étudiant les rapports entre « Anacreon, Hellenistic Epigram and the Anacreontic Poet » (p. 47-66). Elle montre comment Anacréon a été canonisé par la tradition et comment la poésie épigrammatique hellénistique représente le paradoxe d’un Anacréon mort depuis longtemps mais toujours vivant par sa poésie ; les Anacreontea sont comme une réanimation d’Anacréon, à la suite de ces épigrammes, en créant une image de la vie dionysiaque à travers une assimilation à Anacréon et aux thèmes de sa poésie. Francesca Dell’Oro propose enfin de lire dans une inscription funéraire de Cyzique un cas peu connu de réception de la figure d’Anacréon (« Anacreon, the Connoisseur of Desires » : An Anacreontic Reading of Menecrates’ Sepulchral Epigram (IKyzikos 18, 520 = Merkelbach/Stauber 08/01/47 Kyzikos », p. 67-93), en tant qu’il est expert en amour et en raison de la nature problématique de son personnage. Elle propose une meilleure lecture de l’inscription dont on a malheureusement perdu le contexte original mais qui présente l’avantage de remplir un vide entre la période hellénistique et les Carmina Anacreontea.

3La deuxième partie du volume traite de la poiesis, c’est-à-dire du langage et des données poétiques des Carmina Anacreontea. Alexander Sens aborde, à propos de « Dialect in the Anacreontea », p. 97-112), un problème similaire à celui des épigrammes de l’anthologie grecque dont notre collection partage la transmission, à savoir celui de l’instabilité du manuscrit sur le plan dialectal. Le recueil anacréontique recourt pour une moitié au dialecte ionien en ce qu’il s’efforce de reproduire la voix poétique d’Anacréon ; mais une autre moitié du recueil est constituée de poèmes écrits en dorien, ce qui reflète un moment particulier de la tradition littéraire où les thèmes conventionnels de la poésie anacréontiques sont déjà établis et peuvent être l’objet de manipulations poétiques. Alexander Sens attire aussi l’attention sur les cas particuliers du poème 11 qui comporte du dorien et de l’ionien et représente un commentaire autoréférentiel sur l’héritage dorien de la poésie amoureuse, ainsi que du poème 38 qui illustre le passage de l’ionien-attique au dorien. D’autres poèmes (15, 33) sont plutôt en attique, ce qui est peut-être un accident de la tradition, avec une influence plus marquée du grec koinè. Mario Baumann s’intéresse aux poèmes ecphratiques de la collection (3,4, 5, 16, 17, 54, 57) dans « “Come now, best of painters, paint my lover”. The Poetics of Ecphrasis in the Anacreontea » (p. 112-130). Il en étudie les structures paradigmatiques et notamment la variété des actes de discours mis en œuvre dans ces poèmes, ainsi que les structures syntagmatiques en montrant comment les poèmes 3, 4 et 5 se complètent alors que 16 et 17 s’opposent, l’ensemble de la séquence répondant à la logique d’une initiation à la production artistiques, à ses limites et à sa réception. Il en dégage finalement (mais sans doute trop rapidement) le sens métapoétique de ces poèmes. Il est dommage que rien ne soit dit sur le rapport à l’ecphrasis chez Moschos et dans le roman d’Achille Tatius. Alexander Rudolph étudie avec une grande perspicacité « the Problem of Self-Thematisation in the Carmina Anacreontea 1, 6 and 32 » (p. 131-144) qui reste problématique. Deux types de lectures s’opposent : une interprétation pragmatique qui est orientée par le contexte de performance du chant qui accorde au je une forte référencialité, et une interprétation littéraire qui en souligne au contraire la nature fictionnelle. L’auteur essaie de montrer qu’à propos des Anacreontea ces deux positions extrêmes ne sont pas tenables : les poèmes qui représentent des imitations d’Anacréon ne peuvent pas être attribués à des auteurs précis ni à une époque donnée, ce qui en renforce la nature essentiellement poétique, alors que dans le même temps les poèmes s’efforcent de se contextualiser dans le cadre du symposion, et de mettre en avant leur dimension pragmatique. Le je de ces poèmes doit donc être envisagé dans une double perspective. La question de l’imitation du point de vue poétique est traitée par Glenn W. Most dans « Τὸν Ἀνακρέοντα μιμοῦ. Imitation and Enactment in the Anacreontea » (p. 145-159) dans une lecture comparée des poèmes 1 et 60 : imiter Anacréon ne consiste pas seulement à écrire comme lui, mais la figure d’Anacréon être construite comme un rôle qu’il s’agit d’endosser dans les trois actions complémentaires de boire, chanter et aimer. Dans son imitation, le poète anacréontique s’efforce de tenir le rôle même d’Anacréon dans l’exécution quasi-dramatique du banquet.

4La troisième partie du volume porte sur la réception des Carmina Anacreontea depuis la Renaissance, et la redécouverte de la collection après l’édition d’Henri Estienne. Stefan Tilg établit un premier panorama très exhaustif de la « Neo-Latin Anacreontic Poetry : its Shape(s) and its Significance » (p. 163-197). Il rappelle l’importance de la redécouverte de la collection et de son impact dans la Pléiade en France. Le domaine de la poésie anacréontique néo-latine est presque inexploré et l’auteur établit ici les bases d’une étude systématique qui reste à faire. Il rappelle l’existence d’une poésie anacréontique néo-latine avant même l’édition d’Estienne chez Thomas More, Johannes Secundus et surtout Julius Caesar Scaliger et ses 122 poèmes anacréontiques. L’édition d’Estienne marque cependant un tournant : l’éditeur français propose lui-même la traduction latine de 32 pièces et est suivi par Élie André dans une veine moralisante et par Eilhard Lubinus qui s’efforce de rendre le texte grec mot pour mot en latin. De la traduction, on passer aux études (de Christ, de Gottsched), puis à la transposition et au travail d’adaptation avec J. Sambucus, J. Aurpach qui offre une approche autobiographique des poèmes anacréontiques, et F. Tautmann. Il apparaît que la forme anacréontique s’avère appropriée à toute forme poétique : l’auteur donne deux exemples extrêmes de ces adaptations dans le domaine religieux avec l’Anacreon Theologus de C. Barth et le panégyrique politique de Joshua Barnes. Cette vaste étude donne bien l’idée du succès de la mode anacréontique. Regina Höschele présente un exemple fameux de l’anacréontisme allemand dans « “Er fing an zu singen, und sang lauter Mägdchen” : Johann Wolfgang Ludwig Gleim, the German Anacreon » (p. 199-226) : ce poète adopte le rôle d’Anacréon non seulement dans sa poésie, mais aussi dans sa correspondance avec ses amis, de sorte qu’il rend incertaine la frontière entre fiction poétique et réalité. L’essai se termine par l’édition et l’interprétation d’un exemple peu connu d’anacréontisme chez le philologue alsacien Brunck qui dédicace son édition d’Anacréon en 1778 à Gleim en assumant la voix du poète de Téos. Enfin, Patricia A. Rosenmeyer (qui avait été l’auteur d’une des rares études contemporaines sur Anacréon et l’Anacréontisme parue à Cambridge en 1992 sous le titre The Poetics of imitation) propose ici une étude sur la traduction en hébreu des Carmina Anacreontea dans « Tschernikovsky’s Songs of Anacreon : A Curious Literary Phenomenon » (p. 227-254) : le poète russe a été attiré par la poésie anacréontique en raison du contrepoids qu’elle représente par rapport aux dures réalités du monde moderne que sont la guerre, la pauvreté ou l’antisémitisme. Mêlant l’héritage européen gréco-latin à la tradition hébraïque, le poète propose une ouverture inattendue à la mode anacréontique au début du XXe siècle.

5Avec son importante bibliographie (p. 263-291) et ses index (noms et passages cités), ce volume devrait marquer l’étude de ce recueil poétique et relancer les recherches sur le domaine anacréontique dont il démontre la richesse et l’importance dans l’histoire littéraire. Les contributions sont d’un excellent niveau et d’une grande complémentarité pour dresser un panorama de cet univers particulier qui parcourt toute l’histoire littéraire occidentale depuis le VIe siècle avant J.-C.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Manuel Baumbach, Nicola Dümmler (dir.). Imitate Anacreon ! Mimesis, poiesis and the poetic inspiration in the Carmina Anacreontea », Aitia [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 19 août 2015, consulté le 29 mai 2016. URL : http://aitia.revues.org/1349

Haut de page

Auteur

Christophe Cusset

École normale supérieure de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page