Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

M.A. Harder, R.F. Regtuit, G.C. Wakker (dir.). Hellenistic Poetry in Context

Louvain-Paris-Walpole, MA : Peeters. 2014. ISBN : 978-90-429-2985-2
Christophe Cusset
Référence(s) :

M.A. Harder, R.F. Regtuit, G.C. Wakker (dir.). Hellenistic Poetry in Context. Louvain-Paris-Walpole, MA : Peeters. 2014. ISBN : 978-90-429-2985-2

Texte intégral

1Ce vingtième volume publié dans la collection « Hellenistica Groningana » témoigne de la vivacité des études hellénistiques et des rencontres organisées aux Pays-Bas dans ce domaine de recherche depuis plus de vingt ans par les éditeurs scientifiques de ce recueil qui reprend les actes du dernier « workshop » qui s'est tenu à l'Université de Groningen en 2010 et qui cherchait à étudier différents aspects des rapports qu'entretient la poésie hellénistique avec le monde contemporain dans lequel elle voit le jour. Cette approche, qui remet à juste titre en question l'image trop longtemps véhiculée d'une poésie d'érudits qui ne se comprendraient qu'entre eux et qui ne rechercheraient que le pur plaisir de l'art pour l'art, a été l'objet d'un réel intérêt de la communauté scientifique depuis quelques années et c'est donc tout naturellement que cette rencontre proposait une sorte de survol des différents aspects de cette vaste question permettant de mettre à jour le rôle de la poésie hellénistique dans le contexte social et culturel de son époque, en dépit de son caractère érudit. Parmi les principaux domaines qui reçoivent ici un éclairage particulier on peut relever, comme le souligne la préface, le rapport entre poésie et religion, l'interrogation sur la position des femmes à différents niveaux de la société, l'importance du contexte idéologique et politique dans la production poétique ainsi que l'interaction entre littérature, épigraphie et art monumental. Les treize communications réunies sont présentées dans l'ordre alphabétique de leur auteur, conformément aux pratiques de la collection, mais la présentation que nous en proposons ici est organisée thématiquement.

2Le rapport au contexte religieux est d'abord illustré par l'étude de l'un des trois hymnes mimétiques de Callimaque par Keyne Cheshire : « Callimachus' Hymn 5 and an Alexandrian audience » (p. 59-83). L'auteur s'interroge sur la possibilité de faire coexister piété et jeu intellectuel au sein d'un même poème, c'est-à-dire sur la double fonction religieuse et civiques des Hymnes de Callimaque, pour se demander comment la population grecque d'Alexandrie peut recevoir un poème comme l'Hymne 5 dont l'action se trouve localisée dans la cité d'Argos, laquelle se trouve prendre en fait une dimension panhellénique. Les différents niveaux du poème, d'une part cultuel et mimétique, d'autre part narratif et mythologique, sont bien mis en valeur ainsi que la stratégie poétique à l'œuvre qui permet de donner une place à la voix du poète lui-même. Evitant l'épiphanie redoutable de la déesse, Callimaque invite surtout le public alexandrin à s'interroger sur son identité civique à travers l'expérience argienne. Amanda Regan (p. 285-301 : « 'In such a Night': Hellenistic Magic in the Argonautica ») s'intéresse au portrait de Médée comme magicienne hellénistique dans l'épopée d'Apollonios de Rhodes. Elle montre que cette dimension de la jeune fille ne repose pas seulement sur la tradition littéraire qui remonte notamment à Hésiode, mais aussi à la Circé homérique, mais aussi sur la connaissance qu'a le poète de la magie contemporaine. La Médée d'Apollonios, qui n'a aucune faiblesse dans sa pratique magique, semble proposer une sorte de syncrétisme de ces diverses influences combinant les usages altruiste et égoïste de la magie qu'assument d'ordinaire de manière distincte vieilles sorcières et jeunes magiciennes. Ingo Schaaf (p. 303-322) propose l'étude d'une inscription hymnique : « Trick and Trade ? the Eretrian 'Hymn to th Idaean Dactyls' (IG XII, 9. 259) ». Après une présentation de cette inscription de la fin du IVe siècle, l'auteur propose un texte critique de l'inscription fondé sur l'autopsie de la stèle et les travaux scientifiques antérieurs, ainsi que sa traduction et propose plusieurs lignes d'interprétation(s). Replaçant l’œuvre dans le contexte religieux grec, égyptien et eubéen du début de l’époque hellénistique, il analyse le rôle dans le récit des trois personnages principaux –Apollon, Eurythéos et les Dactyles–, ainsi que les liens que ces derniers entretiennent avec d’autres personnages mythologiques.

3Un second ensemble de contributions est orienté autour de la question très actuelle de l’importance des femmes dans la société hellénistique, dans les arcanes du pouvoir royal et aussi dans les domaines artistiques. Stefano Caneva (p. 25-57 « Courtly love, stars, and power. The Quenn in 3rd-century royal couples, through poetry and epigraphic texts ») s’intéresse ainsi d’une façon dynamique et éclairante au rôle tenu par les femmes et au pouvoir d’éros entre eris et homonia dans la représentation du couple royal dans les dynasties ptolémaïque et séleucide. Il mobilise des textes poétiques comme les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes (à travers notamment le couple royal d’Alcinoos et Arété) ou les Idylles 15 et 17 de Théocrite et des documents épigraphiques (autour de Laodicé, l’épouse d’Antiochos III) pour montrer l’importance accordée à la coopération des époux, à leur complémentarité et à la réciprocité du sentiment amoureux ; la figure de la reine n’est plus mise de côté, mais se trouve au centre des représentations du pouvoir et son association étroite au culte d’Aphrodite à Alexandrie sert fortement l’idéologie ptolémaïque. Ce corpus est heureusement complété par l’étude de Dee L. Clayman (p. 85-102, « Historical context for two Aitia from book III : "Acontius & Cydippe" (frr. 67-75 Pf.) and "Phrygius & Pieria (fr. 80-83 Pf.) ») qui porte sur deux épisodes mythologiques rapportés par Callimaque qui sont développés avec l’arrière-plan nettement politique du mariage de Ptolémée III et Bérénice II, contre la datation proposée par A. Cameron. L’auteur montre comment ces deux épisodes entretiennent des liens entre eux et en quoi ils doivent être aussi rapprochés de la Boucle de Bérénice du même Callimaque : cet ensemble poétique a aussi une valeur de propagande officielle et réhabilite l’image de la reine en montrant en quoi elle est une figure de femme et de reine idéale.

4À travers l’évocation de figures féminines, c’est déjà la contexte idéologique et politique qui transparaît. Celui-ci est plus directement examiné dans plusieurs contributions. Ainsi Andreas Fountoulakis (p. 103-124, « The Poet and the Prophetess : Lycophron’s Alexandra in context ») montre comment le poème de Lycophron fait écho à l’idéologie de la dynastie ptolémaïque. Aussi bien la forme que le contenu du poème répondent à une demande idéologique et au milieu culturel alexandrins, en posant notamment la question du rapport entre Est et Ouest, entre Asie et Europe. Il est dommage que l’auteur ne fasse pas ici mention des travaux d’E. Prioux et C. Pouzadoux sur ces mêmes questions. Dans ce poème oraculaire total à visée didactique, les motifs empruntés aux historiens comme Hérodote et aux Tragiques permettent de traduire obliquement les desseins politiques des souverains alexandrins, tandis que le poète lui-même, prenant une position de prophète, peut tenir un discours pénétrant jouant d’une ambiguïté calculée entre passé, présent et futur. André R. Looijenga étudie le motif de la lance (p. 217-245 « The spear and the ideology of kingship in Hellenistic Poetry »). Chez des auteurs variés (Théocrite, Lycophron, Apollonios de Rhodes et les épigrammatistes) ce motif du combattant à la lance, qui permet de représenter les Ptolémées, se trouve lié à la figure d'Alexandre à travers les modèles guerriers d’Achille ou d’Agamemnon. Une conclusion synthétique aurait été bien venue après cette revue de la poésie hellénistique. Jackie Murray propose une contribution vraiment décisive et pleine d’acribie et d’intelligence pour une nouvelle datation des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes en s’appuyant sur les données astronomiques qui parcourent le poème (p. 247-283, « Anchored in time : the date in Apollonius’ Argonautica »). Après un rappel des rapports entre astronomie et poésie chez différents poètes (Homère, Alcman, Pindare, Théocrite et Plaute), elle analyse le calendrier astronomique des Argonautiques, dont le paysage stellaire correspond à celui de l’année 238 av. J.-C., moment clef du règne de Ptolémée Evergète. Dans ce contexte politique, le poème d’Apollonios serait une pièce maîtresse dans la construction du règne de Ptolémée III. Cette lecture des Argonautiques devrait assurément faire date et renouveler la compréhension de l’épopée d’Apollonios. On appréciera particulièrement les schémas astronomiques présents en annexe. La dernière contribution du volume, celle de Rolf Strootman (p. 323-339, « The dawning of a golden age : images of peace and abundance in Alexandrian court poetry in relation to Ptolemaic imperial ideology ») montre comment l’image de l’âge d’or est étroitement connectée à l’idéologie ptolémaïque ; après un rappel des données de l’âge d’or dans la poésie de cour, il montre comment ces images poétiques sont reliées à la représentation du pouvoir monarchique. Le souvenir de la dynastie ptolémaïque justifiera par l’avènement d’une nouvelle aire de paix l’expansion d’un empire, donnant du souverain l’image d’un vainqueur sauveur.

5Le contexte d’une œuvre poétique se trouve parfois matérialisé dans le support concret de diffusion des textes littéraires. À l’ouverture du volume (p. 1-24, « Inscribed epigrams in and out of sequence »), Peter Bing montre, dans un texte extrêmement stimulant, quelle influence exerce un changement de contexte sur la réception d’inscriptions épigrammatiques. Il étudie successivement trois exemples : une inscription de Delphes présente dans une série poétique qui reprend une épigramme unique servant de dédicace à une statue de Lysippe à Pharsale ; cet exemple pose plus largement la question de la constitution des collections poétiques ; cinq épigrammes de Dioscoride ; trois inscriptions de l’agora d’Athènes citées par Eschine dans le Contre Ctésiphon, mais dans un ordre qui n’est pas manifester les intentions polémiques de l’orateur. L’épigramme peut ainsi avoir une double vie et le changement de lieu de son inscription peut entraîner de nouveaux effets esthétiques. Deux autres contributions au centre du volume s’intéressent à des modalités de l’épigraphie. Valentina Garulli (p. 125-169, « Stones as books : the layout of Hellenistic inscribed poems », avec les reproductions des inscriptions étudiées) montre avec précision technique et finesse littéraire, comment pour la première fois à l’époque hellénistique des épigrammes inscrites sont écrites comme des textes imprimés. Elle étudie huit inscriptions de provenances fort diverses. Elle conclut sur le fait qu’il y a un rapport entre la forme du texte et son message, entre le monument et le texte inscrit ; ces inscriptions d’apparence livresque une ambition poétique qui donne une certaine image de l’auteur et cherche à attirer l’attention de son lecteur futur. Regina Höschele (p. 171-194) s’intéresse, comme Peter Bing, à un ensemble épigraphique de neuf épigrammes écrites par Honestus, auteur contemporain d’Auguste, et présentes sur les socles d’un ensemble statuaire monumental représentant les neuf Muses, érigé dans le sanctuaire du Mont Hélicon. Elle discute l’ordre dans lequel les épigrammes devaient être disposées et lues, et propose une lecture linéaire qui se construit avec des liens thématique et lexicaux qui unissent les épigrammes entre elles comme dans un recueil, et une lecture qui suppose une interaction avec d’autres monuments et d’autres épigrammes retrouvées sur le site.

6Jan Kwapisz se consacre enfin à la composition de l’épigramme dans l’espace du banquet (p. 195-215, « Kraters, Myrtle and Hellenistic Poetry »). Ce cadre de la performance poétique est modifié à l’époque hellénistique ce qui entraîne un changement dans la mécanique du symposion avec notamment le déclin du jeu de coupes de sorte que l’improvisation poétique n’est plus la manière ordinaire de composition.

7Le volume est complété par trois index utiles. La variété des approches fait la richesse de ce volume qui comporte également certaines contributions remarquables qui devraient faire date dans l’étude de la poésie hellénistique. L’approche retenue pour ce workshop, à savoir le rapport de la poésie à son contexte, devait être riche de sens et ce volume confirme tout l’intérêt qu’il y a à étudier cette poésie jugée souvent uniquement érudite et abstraite dans la complexité même des contextes littéraires, idéologiques, politiques et éventuellement archéologiques.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « M.A. Harder, R.F. Regtuit, G.C. Wakker (dir.). Hellenistic Poetry in Context », Aitia [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 19 août 2015, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://aitia.revues.org/1352

Haut de page

Auteur

Christophe Cusset

École normale supérieure de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page