Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia. Influence du stoïcisme sur la littérature à partir de la période hellénistique

Stoïcisme et jugement littéraire au Ier siècle avant J.-C. : le témoignage de Denys d’Halicarnasse

Stoicism and Literary Judgment in the First Century BC : the Testimony of Dionysius of Halicarnassus
Stoicismo e critica letteraria del I sec. a.C.:  la testimonianza di Dionigi di Alicarnasso
Mélina Lévy-Makinson

Résumés

Intégré au cercle des Aelii Tuberones, famille romaine d’obédience stoïcienne, l’historien et rhéteur Denys d’Halicarnasse était familier des théories du Portique : de fait, les théories stoïciennes sur le langage constituaient un intérêt certain pour les recherches stylistiques de Denys, comme en témoignent ses Opuscules Rhétoriques. D’autre part, sa réflexion reflète des enjeux importants du débat littéraire du Ier siècle avant J.-C. à Rome. Atticiste convaincu, Denys rédige ainsi deux traités (Sur Thucydide et la Seconde lettre à Ammée) en réaction contre les admirateurs stoïciens de l’auteur de la Guerre du Péloponnèse. Notre auteur développe pour sa part un « atticisme stoïcisant » qui s’adosse à une conception de l’Empire réconciliant Grecs et Romains.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir Antiquités romaines (abrégé ci-après AR),I, 6, 5.
  • 2  Cicéron, dans le Brutus, 117, le range parmi les stoïciens : « […] puisque j’ai parlé des stoïcien (...)
  • 3  Voir le témoignage de Cicéron (Tusculanes, II, 61). Quintus et son père Lucius avaient été des ami (...)

1Originaire d’Halicarnasse, en Carie, Denys partit s’installer à Rome alors qu’il avait une trentaine d’années. Il y exerça le métier de rhéteur, c’est-à-dire de professeur de rhétorique grecque, auprès des jeunes gens de l’élite romaine. On ignore tout de sa formation initiale, mais il s’intégra à l’importante communauté d’intellectuels grecs qui résidait à Rome depuis le IIe siècle avant J.-C. et Denys se réjouit d’ailleurs de la paideia dont il a pu ainsi bénéficier1. Il faisait plus précisément partie du cercle des Aelii Tuberones. Or bien des membres de cette famille, dont certains jouèrent un rôle important dans la vie politique romaine, étaient connus pour être d’obédience stoïcienne : Quintus Aelius l’Ancien fut un juriste et un orateur éminent, très estimé de Panetius2. Par ailleurs, Posidonius avait dédié l’un de ses ouvrages à Lucius Aelius Tubéron, le père du Quintus Aelius qui fut le patron romain de Denys3. Denys devait donc être familier des théories stoïciennes, et il est légitime de se demander dans quelle mesure son œuvre, rhétorique et historique, porte l’influence de cette école.

2De fait, les théories stoïciennes sur le langage constituaient un intérêt indéniable pour les recherches stylistiques de Denys d’Halicarnasse. Sur ce point, les Opuscules rhétoriques trahissent une familiarité certaine de Denys avec la réflexion stoïcienne, et Denys nous livre un témoignage précieux concernant l’influence du stoïcisme sur le jugement et les goûts littéraires de ses contemporains. En particulier, il nous informe du rôle qu’avaient les stoïciens dans la vogue de certains auteurs, notamment de Thucydide, au sein de la vaste mouvance des atticistes. Les deux traités qu’il rédige en réaction contre les fervents admirateurs de l’auteur de La Guerre du Péloponnèse constituent ainsi des documents majeurs pour nous représenter l’influence du stoïcisme sur les controverses littéraires du Ier siècle avant J.-C., et notamment les rapports entre stoïcisme et atticisme. Denys soutient pour sa part qu’il est contradictoire d’admirer Thucydide quand on se prétend stoïcien. En effet, d’un point de vue stylistique, Thucydide contrevient aux préceptes du Portique. Toutefois, il faut se garder de restreindre les critiques de Denys à une argumentation purement esthétique : Denys déborde le cadre stylistique pour dresser une critique de nature morale sur l’œuvre de Thucydide. Cette critique est sous-tendue par un projet atticiste original qui n’est pas pour Denys une conception strictement littéraire. Il s’agit d’un projet plus global, à portée politique. Sa finalité est la constitution d’un Empire romain « cosmopolite », qui semble nourrie par l’influence stoïcienne.

Un contexte stoïcien

La formation stoïcienne de Denys

3Denys d’Halicarnasse a pu s’intéresser à la rhétorique des stoïciens de deux points de vue : leur théorie linguistique et leur pratique oratoire. Denys est en effet l’auteur d’un important corpus d’Opuscules dits rhétoriques, dans lesquels il commente les œuvres des grands auteurs grecs classiques des Ve et IVe siècles. Ces traités ont pour but principal de mettre en évidence, à travers l’explication de passages précis, parfois très longs, ce qui, chez ces « classiques » (poètes, orateurs, philosophes, historiens), mérite d’être imité ou doit, au contraire, être évité.

  • 4  Isocr., 12, 3-4 : Κράτιστον δὲ ἐπιτήδευμα ἐν διαλέκτῳ πολιτικῇ καὶ ἐναγωνίῳ τὸ ὁμοιότατον τῷ κατὰ (...)
  • 5  Comp., 5, 1et suiv. : Ἐδόκει δή μοι τῇ φύσει μάλιστα ἡμᾶς ἑπομένους οὕτω δεῖν ἁρμόττειν τὰ μόρια τ (...)
  • 6  Voir l’argumentation de Chrysippe, conservée par le témoignage de Galien, PHP, III, 7, 34 et 42.
  • 7  Voir Apollonios Dyscole, Synt., dans Grammatici Graeci, II, 2, p. 15, 6 et suiv., et le commentair (...)

4À propos d’Isocrate par exemple, il juge qu’il n’y a pas lieu d’admirer son usage des figures de style, car il n’est pas conforme à la nature. En effet, « l’essentiel dans le langage de la discussion politique ou du débat public est de rester le plus près possible du naturel, et la nature réclame que l’expression se mette au service des idées et non l’inverse4 ». Cette exigence s’inscrit dans le droit fil des préceptes stoïciens. De fait, Denys semble avoir été sensible aux leçons stoïciennes, précisément sur ce point de la théorie de l’ordre naturel : « Je croyais que, nous surtout qui nous conformons à la nature, nous devions, dans l’ajustement des mots, respecter ses exigences5. » Il estime que la λέξις doit suivre naturellement les νοήματα, qu’il y a dans la phrase un accord entre la grammaire et la nature. C’est encore en vertu de ce même principe qu’il condamne le schématisme de Thucydide. Il reproche à ce dernier ses « tournures, ténébreuses, détournées de la construction naturelle (ἐκ τῆς κατὰ φύσιν συζυγίας) » (Thuc., 52, 4). Or selon les stoïciens, le discours parlé est l’expression du discours intérieur, qui représente l’activité du νοῦς en accord nécessaire avec l’ordre de la nature6. Si la pensée et la syntaxe possèdent le même principe d’organisation, le discours, pensé ou parlé, n’est correct que s’il adopte une sorte de syntaxe naturelle calquée sur la logique et la dialectique, hostile à l’hyperbate comme à l’interpolation7. Par conséquent, la mention de la notion de φύσις donne aux critiques dionysiennes un caractère fortement stoïcien.

5À titre d’hypothèse, on peut suggérer de mettre ce point en relation avec la réflexion originale de Denys sur l’écriture de l’histoire. Notre auteur insiste en effet beaucoup sur la nécessité de mener le récit κατὰ φύσιν : l’ordre naturel, c’est l’ordre chronologique que l’historien doit suivre dans sa narration. Or Denys est à cet égard très critique à l’égard de Thucydide, à qui il reproche ses anticipations, ses retours en arrière, ses digressions qui brisent la continuité du récit :

  • 8  Thuc., 11, 1 : Ἐχρῆν δὲ αὐτὸν ἀρξάμενον τὰς αἰτίας τοῦ πολέμου ζητεῖν πρώτην ἀποδοῦναι τὴν ἀληθῆ κ (...)

Thucydide aurait dû, en commençant cette enquête sur les causes de la guerre, présenter en premier la cause vraie, ou celle qu’il croit telle ; c’est une exigence de la nature que l’antérieur précède le postérieur, et que le vrai soit énoncé avant le faux8.

  • 9  On confrontera par exemple la séquence que Denys consacre aux Aborigènes (AR, I, 9-16) à la mentio (...)

6De fait, Denys semble appliquer à la lettre cette exigence dans les Antiquités romaines, et prendre notamment le contre-pied de la démarche livienne : le récit livien commence au livre I avec l’arrivée d’Énée au Latium, mais n’obéit pas ensuite à un ordre chronologique strict. Il procède à plusieurs reprises de manière rétrospective, par analepses. Toute la préhistoire de Rome antérieure à l’arrivée d’Énée n’est présente qu’en arrière-plan dans le récit livien : première dans l’ordre du temps, elle est secondaire dans l’ordre du récit, tout entier subordonné à la valorisation des origines troyennes. Denys procède au contraire en replaçant dans l’ordre chronologique les cinq grands moments de la préhistoire de Rome, migration par migration9.

Denys, un déçu du stoïcisme

7Pour revenir à l’enquête proprement esthétique qu’il mène dans ses Opuscules rhétoriques, il semble que Denys ait été déçu par la précarité des résultats obtenus au fil de ses différents traités. Renonçant à une analyse des textes qui s’appuie sur la logique et la raison, il propose dans le Comp. une approche nouvelle du problème ; il recourt à l’utilisation de critères différents, relevant davantage de l’impressionnisme et de la sensibilité musicale. Il opère une véritable palinodie par rapport à ses anciennes croyances et démontre que l’ordre naturel des mots n’a rien à voir avec celui qui donne la plus grande beauté à l’expression, qui est donc l’objet de ses recherches. Cette préoccupation prend la forme d’une réflexion théorique sur la disposition des mots dans la phrase, des phrases dans la période, des périodes dans le discours (Comp., 2, 1). Denys tente ainsi de dégager certaines règles susceptibles de donner au style de la beauté ou de l’agrément, et fait alors confidence des espoirs qu’il avait fondés dans la consultation des traités des philosophes du langage, tout particulièrement des stoïciens. Pourtant, si Chrysippe a écrit deux traités consacrés à « l’organisation des parties du langage » (Περὶ τῆς συντάξεως τῶν τοῦ λόγου μερῶν), malgré leur titre qui aurait pu laisser pressentir des affinités avec les préoccupations de Denys, ils offrent un point de vue non pas rhétorique mais dialectique :

  • 10  Comp., 4,19-21 : Ἐγώ γ᾽ οὖν ὅτε διέγνων συντάττεσθαι ταύτην τὴν ὑπόθεσιν, ἐζήτουν εἴ τι τοῖς πρότε (...)

En tout cas, lorsque je décidai de traiter ce sujet, je cherchai à savoir si des écrivains antérieurs en avaient parlé, en particulier les philosophes stoïciens, car ces gens-là, je le savais, ont accordé une attention considérable aux problèmes du style : c’est une justice à leur rendre. Je m’aperçus alors que rien, nulle part, n’avait été dit, par aucun des auteurs en renom, qui touche de près ou de loin à l’ouvrage que je m’étais proposé d’écrire ; je m’aperçus également que les deux traités laissés par Chrysippe et qui ont pour titre L’organisation des parties du langage nous offrent un point de vue dialectique et non rhétorique (ceux qui ont lu ces livres le savent) ; ils portent sur l’organisation des propositions suivant qu’elles sont vraies ou fausses, possibles ou impossibles, toujours admises ou tombées en désuétude, ou bien encore ambiguës, et ainsi de suite, toutes choses qui ne sont d’aucune utilité, d’aucun usage pour l’éloquence publique, au point de vue du moins de l’agrément ou de la beauté de l’expression, ce qui est précisément l’objectif de la composition stylistique. Je renonçai donc à ces investigations10.

8Ce constat d’une lacune théorique dans les traités rhétoriques anciens est renforcé, à ses yeux, par la propre pratique oratoire du stoïcien Chrysippe, dont les œuvres lui semblent illisibles :

  • 11  Comp., 4, 17 : Ἀπόχρη δὲ τεκμηρίῳ χρήσασθαι τῷ λόγῳ Χρυσίππου τοῦ Στωικοῦ (περαιτέρω γὰρ οὐκ ἂν πρ (...)

Je n’en veux pour preuve que l’œuvre du stoïcien Chrysippe (inutile de remonter plus haut) : personne n’a montré plus de rigueur dans ses traités dialectiques ni usé, dans ses ouvrages, d’un style plus exécrable parmi les auteurs du moins qui se sont fait un nom et une réputation11.

  • 12  Cette expression commode ne doit pas faire oublier que les deux mouvements rapprochés, stoïcisme e (...)

9La rhétorique stoïcienne se solde donc, pour Denys, par un échec pratique. D’ailleurs, bien des arguments de Denys peuvent se comprendre comme des réfutations des exigences de la rhétorique stoïcienne. À la fin du traité Démosthène, Denys réfute les différents reproches qui ont été faits à l’encontre du style de Démosthène ; il explique notamment qu’il n’y a pas lieu de critiquer ses pléonasmes, en s’adressant à « ceux qui mettent ce trait au nombre de ses défauts […] ; en portant cette condamnation, ils semblent réclamer à tout prix la brièveté » (Dém., 58, 3). Denys attaque vraisemblablement ici les préceptes stoïciens : on sait en effet, par une remarque de Quintilien (Inst. orat., IX, 3, 46), que Cécilius de Calè Aktè, un rhéteur appartenant à l’école du stoïcisme atticisant12, présentait le pléonasme comme un défaut de style. En un mot, les stoïciens contemporains ne lui paraissent pas aptes à juger des qualités et des défauts d’un orateur :

  • 13  Dém., 58, 3 : Οὐκέτι συνορῶντες ὅτι καὶ τῆς σαφηνείας δεῖ στοχάζεσθαι τὸν ῥήτορα καὶ τῆς ἐναργείας (...)

Ils semblent perdre de vue que l’orateur doit viser la clarté, la vie, l’ampleur, la beauté rythmique dans la composition stylistique, et que, outre cela, il doit donner à son style de l’émotion, une couleur morale, de la combativité, qualités dont dépend, pour la majeure part, le don de persuasion13.

Un atticisme stoïcien de Denys ?

  • 14  Voir Cicéron, De optimo genere oratorum, V, 15-VI, 16.

10Il reste que l’influence du stoïcisme à Rome au Ier siècle avant J.-C. est prégnante en matière de critique littéraire. Son rôle est par exemple décisif concernant la vogue littéraire de Thucydide, car l’auteur de La Guerre du Péloponnèse est présenté comme un modèle de sévérité antique et de simplicité archaïque. C’est un point que Denys conteste violemment dans le Sur Thucydide et la Seconde lettre à Ammée, qui sont tous les deux des ouvrages de commande. En effet, le stoïcien Quintus Aelius Tubéron, après la lecture du traité Sur l’imitation dans lequel Denys émettait déjà un jugement réservé sur Thucydide, s’avoue surpris ; il veut des éclaircissements sur des appréciations jugées trop sévères et commande ce qui deviendra le Sur Thucydide. Le débat se poursuivra dans un autre traité, dédié à son ami Ammée, la Seconde lettre à Ammée. Dans ces deux traités, Denys développe bien des critiques que Cicéron avait formulées à l’encontre de Thucydide, dans le cadre de sa polémique contre les atticistes : selon l’Arpinate, le style de l’historien ne pouvait convenir aux tribunaux en raison de son obscurité et surtout de son manquement à la théorie des trois devoirs de l’orateur14.

  • 15  Voir Thuc., 51, 3 : […] ἐκ δὴ τούτων ἁπάντων, δῆλός ἐστιν ἁνὴρ πρῶτος ἐπιτετηδευκὼς ταύτην τὴν ἑρμ (...)
  • 16  Pour le détail des particularités stylistiques évoquées, voir ibid., 24.
  • 17  Ibid.,24, 10 : […] ἀσαφὲς γινέται τὸ βραχύ.

11Or, dans le Sur Thucydide, Denys répond à un stoïcien en s’appuyant sur la doctrine stoïcienne la plus stricte, afin de lui prouver que son admiration pour le style de Thucydide est en contradiction avec ses principes. Denys s’en prend d’abord au malentendu de la simplicité archaïque de l'historien. En effet, ce préjugé laissait croire qu’on pouvait admirer tout à la fois Thucydide et Lysias au nom des mêmes principes d’ancienneté : autrement dit, c’est parce que ce préjugé assimilait l’ancienneté avec la brièveté et la simplicité que les stoïciens prenaient Thucydide pour modèle. Or Denys montre que Thucydide s’écarte de l’usage de ses contemporains : « […] par référence à ces auteurs, notre homme fut le premier à pratiquer ce mode d’expression15 », qu’il définit selon plusieurs critères : le choix de mots particuliers, riches en composés nouveaux, la sélection de termes abstraits ou de sens détourné, le goût pour les constructions irrégulières et obscures caractérisées par l’emploi de nombreuses figures qui sont autant de solécismes condamnés par la grammaire stoïcienne16. Denys revient également sur la réputation de brièveté de Thucydide, en montrant que celle-ci n’a de mérite que dans la mesure où elle se concilie avec la clarté : or dans La Guerre du Péloponnèse l’équilibre en est rompu chaque fois que « la brièveté devient obscurité17 ». Thucydide contrevient donc aux principes stoïciens de pureté du vocabulaire et de respect de l’usage courant des mots, et aussi à l’exigence de correction logique et de clarté de l’expression.

  • 18  Dans le Sur Thucydide, Denys critique assez longuement la harangue prononcée par Périclès devant l (...)
  • 19  Thuc., 41, 5 : « S’il était normal et convenable (οἰκεῖοι καὶ προσήκοντες) pour les Méliens de par (...)

12Enfin, les critiques de Denys visent le défaut de convenance (πρέπον) de certains passages de La Guerre du Péloponnèse. De fait, dans le Lysias, 9, Denys définit la convenance comme la « qualité la plus importante de toutes et la plus complète, étant donné qu’elle doit s’appliquer parfaitement à la fois à l’orateur, aux auditeurs et au sujet traité »18. Or le critère de convenance a une portée qui dépasse la simple évaluation esthétique, comme le montre le commentaire que fait Denys du discours des Athéniens aux Méliens (livre V, 85 et suivant). Il s’agit du discours fameux où une ambassade athénienne vient demander à la cité de Mélos, colonie lacédémonienne restée neutre jusqu’à ce point du conflit, de se soumettre. Athènes fait valoir le principe naturel en vertu duquel le plus fort impose toujours sa loi au plus faible. Or Denys critique les propos des Athéniens parce qu’ils sont dignes « du plus entortillé des labyrinthes » (40, 2), mais aussi parce qu’ils ne sont pas respectueux de la convenance19. En effet, ils donnent l’image d’une Athènes barbare et infidèle à son passé de libératrice des Grecs. Le texte trouble donc la compréhension de l’hellénisme : en montrant des Athéniens soucieux de faire triompher le bon plaisir du plus fort, le dialogue ne « convient » pas au sujet et aux Athéniens civilisateurs de l’humanité. Autrement dit, Denys reproche à Thucydide de montrer une image dégradée ou ternie d’Athènes. Si tout le traité rhétorique Sur Thucydide s’adresse à un stoïcien, si la démarche de Denys est de montrer que la rhétorique de Thucydide n’est pas conforme à l’idéal stoïcien, dans quelle mesure cette critique morale s’insère-t-elle dans sa démonstration ?

Stoïcisme et conception de l’histoire romaine dans les Antiquités romaines : la kosmopolis comme modèle et perspective théorique de l’Empire romain

De la réflexion rhétorique au projet politique

  • 20  Voir AR, I, 89, 2-3.

13Dans la réflexion de Denys, il y a un enjeu moral et politique à admirer et imiter Thucydide ou tout autre auteur grec classique. Cet enjeu apparaît clairement si l’on considère le projet historiographique de Denys dans les Antiquités romaines. Dans cette œuvre, Denys s’emploie à montrer que Rome s’inscrit dans le temps et l’histoire d’Athènes. Selon lui, les Romains ont des origines helléniques, mais ce lien originel entre les Romains et les Grecs s’est encore maintenu vivant au cours des siècles suivants, alors même que la cité subissait des influences allogènes et intégrait en son sein des populations barbares20. Les deux cités partagent en effet à ses yeux un destin commun, celui de la défense de l’hellénisme, ou du moins d’un hellénisme idéal. Si Athènes est vraiment « la cité la mieux policée du monde » (Thuc., 41, 6), et les Athéniens « les civilisateurs de l’humanité » (ibid.), rien ne doit déformer cette image ni troubler la signification de cet hellénisme. En l’occurrence, à ses yeux, admirer le discours déjà mentionné du livre V de Thucydide interdit de faire de l’Athènes qu’il dépeint un modèle pour Rome et, du même coup, d’insérer l’histoire romaine dans l’histoire grecque. La polémique contre les admirateurs de Thucydide prend une autre portée, puisqu’elle a pour enjeu une définition élargie de l’atticisme, qui n’est plus seulement esthétique : ce dernier a tout à voir avec la représentation de l’Empire romain comme kosmopolis.

14L’objectif de Denys, par le biais de ses œuvres de critique rhétorique, est en effet de contribuer à la renaissance de la culture grecque classique, de valoriser ses auteurs qui sont dignes d’être considérés comme des modèles. Dressant un vibrant éloge de la renaissance intellectuelle dont il est témoin à Rome en cette fin du Ier siècle avant J.-C., il annonce son propre programme :

  • 21  Vet. script. cens., 4, 1 : […] ἐξ ὧν δ᾽ ἂν ἔτι μείζω λάβοι τὰ κρείσσονα ἰσχύν, ταῦτα πειράσομαι λέ (...)

[…] ce que je vais tenter, c’est d’indiquer les moyens à utiliser pour intensifier encore les progrès, en traitant d’un sujet qui soit d’intérêt général, ait valeur humaine, et soit susceptible de rendre d’éminents services21.

15Le but de Denys est donc d’élaborer une culture qui soit commune à toutes les parts de l’Empire (c’est la κοινότης) et fondée sur un véritable humanisme (c’est la φιλανθρωπία). Or cette culture et cette éthique sont grecques, c’est-à-dire qu’elles relèvent d’un hellénisme idéal que Denys définit de la façon suivante :

  • 22  AR, XIV, 6 Jacoby (= 14 G Pittia) : Τὸ γὰρ Ἑλληνικὸν οὐκ ὀνόματι διαφέρειν τοῦ βαρβάρου ἠξίουν οὐδ (...)

Le Grec ne diffère pas du Barbare à cause du nom ou de la langue, mais par l’intelligence et par le choix des meilleures conduites, en particulier par le fait de ne s’infliger mutuellement aucune des violences qui bafouent la nature humaine. Par conséquent, tous ceux chez qui, par nature, ces traits prédominent doivent, je pense, être appelés Grecs, et tous ceux qui ont une nature contraire doivent être appelés Barbares. Je considère comme grecques les conceptions modérées et humaines, et les comportement qui en résultent ; comme barbares, celles qui sont cruelles et sauvages, surtout si elles concernent des parents et des amis22.

16Denys élabore en effet un système où Romain = Grec = humain, et donc dans lequel tout homme est appelé à devenir romain pour peu qu’il adhère aux valeurs de l’hellénisme. Denys s’insère donc dans ce mouvement de pensée qui conçoit la possibilité d’une cité universelle du genre humain, rejoignant ici le souhait des stoïciens.

Hégémonie et impérialisme

17Cette inspiration est particulièrement nette en ce qui concerne la théorie de l’impérialisme. Cicéron, rapportant les préceptes de Panétius, explique que l’impérialisme peut et doit être justifié par l’humanité des dirigeants, et qu’il implique la clémence à l’égard des vaincus :

  • 23  De off., I, 11, 35.

C’est aussi pourquoi les guerres doivent être entreprises pour ce motif : que l’on puisse vivre en paix, sans injustice : mais après la victoire, il faut laisser vivre ceux qui, dans la guerre, n’ont été ni sauvages, ni barbares […]. Il faut à la fois s’occuper de ceux que l’on a vaincus par la force, et accueillir ceux qui, ayant déposé les armes, se remettront à la loyauté du commandant en chef23.

18Or ce sont précisément ces principes qui, aux yeux de Denys, sont à l’origine de l’impérialisme romain : Denys indique en effet comment une mesure de Romulus « n’eut pas la part la plus mince dans la lutte qu’ils menèrent dans la suprématie. Cette mesure interdisait, dans les cités vaincues à l’issue d’une guerre, de massacrer les hommes en âge de porter les armes, de réduire en esclavage le reste de la population ou d’abandonner les terres en pâturage aux troupeaux » (AR, II, 16, 1). Selon Tullus Hostilius – même si cette opinion travestit quelque peu la réalité historique –, cette philanthropia « [a été prise en] exemple auprès de la cité des Athéniens, dont la réputation est immense chez les Grecs, notamment si ce n’est principalement, en raison de cette disposition de leur constitution »(III, 11, 4).

19L’hégémonie romaine est donc fondée sur des principes d’ouverture et d’assimilation, qui seraient l’expression d’un hellénisme idéal aux yeux de Denys : de fait, « dès le début, aussitôt après sa fondation, [Rome] attira à elle les nations voisines, qui étaient nombreuses et belliqueuses, et ne cessa ensuite de progresser en assujettissant tout ce qui s’opposait à elle » (I, 3, 4). C’est que Denys se représente l’Empire romain selon le modèle théorique d’une citégrecque qui au fil de son histoire tend à devenir hégémonique, universelle et éternelle : Rome est la κοινοτάτη πόλεων καὶ φιλανθρωποτάτη (I, 89, 1). Alors que Polybe voyait en Rome une cité habile à prendre chez tous les peuples conquis ce qu’ils avaient de meilleur (VI, 26), Denys comprend Rome comme une kosmopolis : la cité assimile ce qui lui est extérieur sous sa loi. De fait, l’expansion romaine s’est accompagnée d’une extension parallèle de sa politeia sans altérer son caractère hellénique. Même ceux des Romains, de plus en plus nombreux, qui ne sont pas grecs d’origine le sont devenus par l’octroi de la civitas, qui les a fait adhérer aux valeurs helléniques.

  • 24  On ne verra rien de surprenant dans ces conditions à ce que, aux yeux de Denys, l’hégémonie romain (...)

20Pour conclure, les exigences rhétoriques de Denys semblent influencées par la lecture des théories stoïciennes : grécité, clarté, concision, convenance et élégance, rejet du barbarisme et du solécisme. Pourtant les traités linguistiques stoïciens et leurs réalisations pratiques ne le satisfont pas pleinement. Denys est même conduit à relever les contradictions d’un tel système chez certains de ses contemporains, admirateurs de Thucydide. Or cette critique n’est pas seulement d’ordre esthétique, elle a une portée politique. De fait, cet « atticisme stoïcien » s’adosse à une conception de l’Empire romain réconciliant Grecs et Romains par le biais de l’hellénisme : c’est ce qui conduit d’ailleurs Denys à réfléchir sur la constitution et sur la citoyenneté romaines dans la perspective hégémonique qui est celle de la cité au Ier siècle avant J.-C.24

Haut de pageHaut de page

Notes

1  Voir Antiquités romaines (abrégé ci-après AR),I, 6, 5.

2  Cicéron, dans le Brutus, 117, le range parmi les stoïciens : « […] puisque j’ai parlé des stoïciens, je citerai Quintus Aelius Tubéron. Comme sa façon de vivre, son langage était dur, négligé, plein d’aspérités » (sauf mention contraire, les traductions françaises sont reprises de la Collection des universités de France).

3  Voir le témoignage de Cicéron (Tusculanes, II, 61). Quintus et son père Lucius avaient été des amis intimes de Cicéron : on connaît pourtant la critique de ce dernier à l’égard de la maigreur (exilitas) rhétorique atticiste de C. Licinius Calvus (Brutus, 284), qu’il rapproche du style hérissé (horridus) des stoïciens.

4  Isocr., 12, 3-4 : Κράτιστον δὲ ἐπιτήδευμα ἐν διαλέκτῳ πολιτικῇ καὶ ἐναγωνίῳ τὸ ὁμοιότατον τῷ κατὰ φύσιν· βούλεται δὲ ἡ φύσις τοῖς νοήμασιν ἕπεσθαι τὴν λέξιν, οὐ τῇ λέξει τὰ νοήματα.

5  Comp., 5, 1et suiv. : Ἐδόκει δή μοι τῇ φύσει μάλιστα ἡμᾶς ἑπομένους οὕτω δεῖν ἁρμόττειν τὰ μόρια τοῦ λόγου, ὡς ἐκείνη βεβούληται. « Il s’agit de placer les noms avant les verbes, les verbes avant les adverbes, les noms de personne avant les épithètes, les appellatifs avant les noms de personne, les pronoms avant les appellatifs ; pour les verbes, les formes simples avant les formes infléchies, les modes personnels avant les infinitifs. » Voir aussi Dem., 9, 3 ; Thuc., 24, 7-8 ; 52, 4 ; 53, 2 (en particulier l’expression ἐκ τῆς κατὰ φύσιν ἀκολουθίας).

6  Voir l’argumentation de Chrysippe, conservée par le témoignage de Galien, PHP, III, 7, 34 et 42.

7  Voir Apollonios Dyscole, Synt., dans Grammatici Graeci, II, 2, p. 15, 6 et suiv., et le commentaire de S. Aubert, dans sa thèse de doctorat, La Rhétorique des stoïciens, de ses origines grecques à la fin de la République, soutenue en Sorbonne en 2006, p. 94.

8  Thuc., 11, 1 : Ἐχρῆν δὲ αὐτὸν ἀρξάμενον τὰς αἰτίας τοῦ πολέμου ζητεῖν πρώτην ἀποδοῦναι τὴν ἀληθῆ καὶ ἑαυτῷ δοκοῦσαν· ἥ τε γὰρ φύσις ἀπῄτει τὰ πρότερα τῶν ὑστέρων ἄρχειν καὶ τἀληθῆ πρὸ τῶν ψευδῶν λέγεσθαι.

9  On confrontera par exemple la séquence que Denys consacre aux Aborigènes (AR, I, 9-16) à la mention rétrospective qu’en fait Tite-Live au cours du récit des aventures d’Énée (I, 1, 5).

10  Comp., 4,19-21 : Ἐγώ γ᾽ οὖν ὅτε διέγνων συντάττεσθαι ταύτην τὴν ὑπόθεσιν, ἐζήτουν εἴ τι τοῖς πρότερον εἴρηται περὶ αὐτῆς καὶ μάλιστα τοῖς ἀπὸ τῆς Στοᾶς φιλοσόφοις, εἰδὼς τοὺς ἄνδρας οὐ μικρὰν φροντίδα τοῦ λεκτικοῦ τόπου ποιησαμένους· δεῖ γὰρ αὐτοῖς τἀληθῆ μαρτυρεῖν. Οὐδαμῇ δ᾽ οὐδὲν εἰρημένον ὑπ᾽ οὐδενὸς ὁρῶν τῶν γοῦν ὀνόματος ἠξιωμένων οὔτε μεῖζον οὔτ᾽ ἔλαττον εἰς ἣν ἐγὼ προῄρημαι πραγματείαν, ἃς δὲ Χρύσιππος καταλέλοιπε συντάξεις διττὰς ἐπιγραφὴν ἐχούσας Περὶ τῆς συντάξεως τῶν τοῦ λόγου μερῶν οὐ ῥητορικὴν θεωρίαν ἐχούσας ἀλλὰ διαλεκτικήν, ὡς ἴσασιν οἱ τὰς βίβλους ἀνεγνωκότες, ὑπὲρ ἀξιωμάτων συντάξεως ἀληθῶν τε καὶ ψευδῶν καὶ δυνατῶν καὶ ἀδυνάτων ἐνδεχομένων τε καὶ μεταπιπτόντων καὶ ἀμφιβόλων καὶ ἄλλων τινῶν τοιουτοτρόπων, οὐδεμίαν οὔτ᾽ ὠφέλειαν οὔτε χρείαν τοῖς πολιτικοῖς λόγοις συμβαλλομένων, εἰς γοῦν ἡδονὴν ἢ κάλλος ἑρμηνείας, ὧν δεῖ στοχάζεσθαι τὴν σύνθεσιν, ταύτης μὲν τῆς πραγματείας ἀπέστην.

11  Comp., 4, 17 : Ἀπόχρη δὲ τεκμηρίῳ χρήσασθαι τῷ λόγῳ Χρυσίππου τοῦ Στωικοῦ (περαιτέρω γὰρ οὐκ ἂν προβαίην)· τούτου γὰρ οὔτ᾽ ἄμεινον οὐδεὶς τὰς διαλεκτικὰς τέχνας ἠκρίβωσεν οὔτε χείρονι ἁρμονίᾳ συνταχθέντας ἐξήνεγκε λόγους τῶν γοῦν ὀνόματος καὶ δόξης ἀξιωθέντων.

12  Cette expression commode ne doit pas faire oublier que les deux mouvements rapprochés, stoïcisme et atticisme, ne sont pas interchangeables. Contrairement à l’atticisme, la réflexion rhétorique stoïcienne s’adosse à toute une réflexion philosophique sur les rapports du langage et de la réalité. Sur cette question, envisagée du point de vue de la polémique cicéronienne, on consultera la thèse de doctorat de S. Aubert déjà citée n. 8.

13  Dém., 58, 3 : Οὐκέτι συνορῶντες ὅτι καὶ τῆς σαφηνείας δεῖ στοχάζεσθαι τὸν ῥήτορα καὶ τῆς ἐναργείας καὶ τῆς αὐξήσεως καὶ τῆς περὶ τὴν σύνθεσιν τῶν ὀνομάτων εὐρυθμίας, ὑπὲρ ἅπαντα δὲ ταῦτα τοῦ παθητικήν τε καὶ ἠθικὴν καὶ ἐναγώνιον ποιεῖν τὴν λέξιν, ἐν οἷς ἐστιν ἡ πλείστη τοῦ πιθανοῦ μοῖρα.

14  Voir Cicéron, De optimo genere oratorum, V, 15-VI, 16.

15  Voir Thuc., 51, 3 : […] ἐκ δὴ τούτων ἁπάντων, δῆλός ἐστιν ἁνὴρ πρῶτος ἐπιτετηδευκὼς ταύτην τὴν ἑρμηνείαν.

16  Pour le détail des particularités stylistiques évoquées, voir ibid., 24.

17  Ibid.,24, 10 : […] ἀσαφὲς γινέται τὸ βραχύ.

18  Dans le Sur Thucydide, Denys critique assez longuement la harangue prononcée par Périclès devant les Athéniens : ces derniers sont exaspérés contre lui pour les avoir persuadés de se mettre en guerre (voir Thucydide, II, 60-64). Denys reproche à Thucydide d’avoir donné comme forme la remontrance, alors que c’est l’apaisement qui convenait. Thuc.,44, 2 : οὐ γὰρ ἐρεθίζειν προσήκει τὰς τῶν ὄχλων ὀργὰς τοὺς δημηγοροῦντας ἀλλὰ πραύνειν ; « car la convenance veut, pour un orateur, qu’au lieu d’attiser la colère des foules, il cherche à la calmer ».

19  Thuc., 41, 5 : « S’il était normal et convenable (οἰκεῖοι καὶ προσήκοντες) pour les Méliens de parler au nom de la liberté et d’inviter les Athéniens à ne pas réduire en esclavage une cité grecque qui ne leur avait fait aucun tort, était-il aussi bienséant (πρέποντες), pour les stratèges d’Athènes, de tenir des propos qui, ne laissant aucune place à l’examen des droits ni à leur définition, prenaient pour règle la violence et la cupidité, et proclamaient qu’il n’y avait d’autres droits pour les faibles que le bon plaisir du plus fort ? »

20  Voir AR, I, 89, 2-3.

21  Vet. script. cens., 4, 1 : […] ἐξ ὧν δ᾽ ἂν ἔτι μείζω λάβοι τὰ κρείσσονα ἰσχύν, ταῦτα πειράσομαι λέγειν, ὑπόθεσιν τοῦ λόγου κοινὴν καὶ φιλάνθρωπον καὶ πλεῖστα δυναμένην ὠφελῆσαι λαβών.

22  AR, XIV, 6 Jacoby (= 14 G Pittia) : Τὸ γὰρ Ἑλληνικὸν οὐκ ὀνόματι διαφέρειν τοῦ βαρβάρου ἠξίουν οὐδὲ διαλέκτου χάριν, ἀλλὰ συνέσει καὶ χρηστῶν ἐπιτηδευμάτων προαιρέσει, μάλιστα δὲ τῷ μηδὲν τῶν ὑπὲρ τὴν ἀνθρωπίνην φύσιν εἰς ἀλλήλους παρανομεῖν. Ὅσοις μὲν οὖν ταῦτα ἐπὶ πλεῖον ὑπῆρξεν ἐν τῇ φύσει, τούτους οἶμαι δεῖν λέγειν Ἕλληνας, ὅσοις δὲ τἀναντία, βαρβάρους. Καὶ τὰς μὲν ἐπιεικεῖς καὶ φιλανθρώπους διανοίας τε καὶ πράξεις αὐτῶν Ἑλληνικὰς εἶναι λογίζομαι, τὰς δὲ ὠμὰς καὶ θηριώδεις, ἄλλως τε κἂν περὶ συγγενεῖς τε καὶ φίλους γίνωνται, βαρβαρικάς.

23  De off., I, 11, 35.

24  On ne verra rien de surprenant dans ces conditions à ce que, aux yeux de Denys, l’hégémonie romaine soit, en partie, le résultat de la faveur d’un dieu stoïcien, d’une providence favorisant le destin de l’Empire romain. D’une façon originale, qui tranche par exemple avec le parallèle livien, Denys fait en effet souvent référence à un dieu ou une divinité présidant au destin de Rome : dans le livre I (AR, I, 18 ; 31 ; 40), ce dieu favorise notamment un synœcisme entre Grecs et Latins. Sur cette providence divine, voir aussi J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, Rome, BEFAR, 1988, p. 274 et n. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélina Lévy-Makinson, « Stoïcisme et jugement littéraire au Ier siècle avant J.-C. : le témoignage de Denys d’Halicarnasse », Aitia [En ligne], 1 | 2011, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://aitia.revues.org/140 ; DOI : 10.4000/aitia.140

Haut de page

Auteur

Mélina Lévy-Makinson

Université de Perpignan

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page