Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Les développements de la tradition épique à côté de l’épopée

Les images dans les Alexipharmaques de Nicandre

The images in Nicander’s Alexipharmaca: how to assimilate epic tradition?
Le immagini negli Alexipharmaca di Nicandro: come assimilare la tradizione epica?
Christophe Cusset

Résumés

Nous montrons dans cet article comment Nicandre dans les Alexipharmaques se réapproprie une pratique stylistique ordinaire de la poésie épique, à savoir l’usage des comparaisons, et comment il les utilise à des fins qui ne sont pas purement ornementales, mais qui relèvent aussi bien de la construction de son poème hexamétrique que de l’incursion dans un discours technique du discours mythologique voire métapoétique. Mais les comparaisons ne sont pas seulement une fenêtre ouverte sur un autre type de discours ; elles sont aussi parfois pleinement assumées par le discours technique et participent alors pleinement à la description iologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour l’usage des comparaisons dans la poésie scientifique, nous renvoyons à C. Cusset, « Les (...)

1La poésie scientifique est régulièrement décriée. Nous ne voulons pas ici la défendre à tout prix, mais simplement montrer que certaines dimensions de cette poésie méritent qu’on s’y attarde un peu. Nous voudrions montrer comment Nicandre dans les Alexipharmaques se réapproprie une pratique stylistique ordinaire de la poésie épique, à savoir l’usage des comparaisons, et comment il les utilise à des fins qui ne sont pas purement ornementales, mais qui ont souvent d’autres aspects, qu’il s’agisse de la construction de son poème hexamétrique, ou de l’incursion du discours technique dans un discours mythologique voire métapoétique1. Mais les comparaisons ne sont pas seulement une fenêtre ouverte sur un autre type de discours ; elles sont aussi parfois pleinement assumées par le discours technique et participent alors pleinement à la description iologique. Nicandre manifeste sur ce point une réelle virtuosité en démultipliant les possibilités de cet espace qui s’affiche d’emblée comme poétique dans la mesure où il établit, par l’artifice de l’outil grammatical, une relation analogique entre deux domaines qui n’ont pas lieu d’être rapprochés dans le monde réel.

2Le premier poison qui, après la dédicace à Protagoras de Cyzique (vers 1-11), fait l’objet du développement scientifique de Nicandre est l’aconit. La plante est d’abord assez rapidement identifiée et son habitat naturel précisé (vers 12-15). Puis le poète iologue en vient, en apportant davantage de détails, à la symptomatologie de l’empoisonnement avec l’aconit (vers 16-35). C’est à la conclusion de ce développement que se situe la première comparaison de l’ouvrage, située donc à une place relativement précoce dans le poème. Cette comparaison est relativement développée et mérite donc toute l’attention du lecteur (vers 30-35) :

ὡς δ᾿ ὁπότ᾿ ἀγριόεσσαν ὑποθλίψαντες ὀπώρην
Σιληνοὶ κεραοῖο Διωνύσοιο τιθηνοί
πρῶτον ἐπαφρίζοντι ποτῷ φρένα θωρηχθέντες
ὄθμασι δινήθησαν ἔπι, σφαλεροῖσι δὲ κώλοις
Νυσαίην ἀνὰ κλειτὺν ἐπέδραμον ἀφραίνοντες,
ὣς οἵ γε σκοτόωσι κακῇ βεβαρηότες ἄτῃ.

  • 2 Pour les traductions de Nicandre, nous reprenons, en respectueux hommage, celle donnée par J. (...)

Comme quand, après avoir foulé sous leurs pieds leur vendange sauvage, les Silènes, pères nourriciers du dieu cornu Dionysos, la première fois que l’écumant breuvage eut enivré leurs esprits, roulèrent des yeux, et, chancelant sur leurs jambes, au long des pentes Nyséennes, coururent, l’esprit égaré, de même les malades éprouvent des vertiges, alourdis par le cruel fléau.2

  • 3 J.-M. Jacques, ibid., p. 67.

3Cette comparaison a en effet été particulièrement soignée par Nicandre. Il convient tout d’abord de rappeler avec Jean-Marie Jacques que cette comparaison n’est nullement superflue, mais qu’elle s’intègre parfaitement au développement symptomatologique : elle permet de mettre en évidence le symptôme caractéristique de cet empoisonnement, à savoir la faiblesse musculaire des membres inférieurs qui se mettent à chanceler sous l’effet du poison. La victime est déjà présentée comme étant sujette à une pénible lourdeur céphalique (vers 27 : κράατι δ᾽ ἐν βάρος ἐχθρόν) ; sa vision est troublée comme sous l’effet du vin pur (vers 29 : χαλικρίῃ […] δεδαμασμένος οἴνῃ), et c’est ce thème de l’ivresse qui permet d’introduire l’image des Silènes pour ajouter un autre symptôme. Or, c’est une « adéquation parfaite »3 que pose ici la comparaison entre comparant et comparé : le comportement des Silènes pris de vin est identique à celui de la victime du poison et trahit un symptôme identique (σφαλεροῖσι δὲ κώλοις).

  • 4 Dans les Alexipharmaques, on compte 20 vers spondaïques, soit une proportion de 3,2 % contre (...)
  • 5 Signalons l’alternance sourde/aspirée dans le groupe labiale + ρ au vers 32, ou encore la con (...)
  • 6 Apollonios de Rhodes avait déjà employé l’expression Διωνύσοιο τιθηνήν (IV, 450) à propos de (...)

4Mais l’intérêt de cette comparaison me semble aller au-delà de son intégration au discours scientifique. La comparaison, que le poète scientifique emprunte comme ornement au discours épique, offre en effet un espace poétique distendu dans lequel le poète peut multiplier les effets poétiques qui lui permettent de rehausser le traitement poétique de son sujet. Or la mention des Silènes remplit ici parfaitement cette fonction : le vers 31 Σιληνοὶ κεραοῖο Διωνύσοιο τιθηνοί, construit en chiasme, propose un double effet d’assonance interne d’une part entre les termes isosyllabiques Σιληνοὶ et τιθηνοί qui encadrent le vers, d’autre part entre κεραοῖο et Διωνύσοιο au centre du vers autour de la coupe trochaïque. L’ensemble de cette désignation forme donc un tout fortement compact et structuré qui ne fait que renforcer la solennité produite par la distribution du vers en quatre termes seulement. Cette solennité, qui s’oppose dans une certaine mesure à l’ébriété accidentelle des Silènes, se trouve répétée dans les deux participes décrivant l’attitude des personnages ivres, θωρηχθέντες et ἀφραίνοντες, qui sont chaque fois l’occasion d’un vers spondaïque expressif : cette fréquence élevée du vers spondaïque au sein de la comparaison doit être prise pour un signal envoyé à l’attention du lecteur4. On pourrait encore signaler les effets nombreux et subtils d’assonances dans ce passage5, ou encore les emprunts lexicaux à la poésie non scientifique antérieure6, pour indiquer combien le poète prend soin ici de son écriture.

5Si la comparaison permet bien à l’ornementation poétique de se développer, c’est sur une autre dimension de cette ornementation qu’il faut davantage insister. La comparaison, qui dans son principe même convoque un comparant extérieur au propos principal qu’il éclaire par le biais de l’analogie, permet d’ouvrir ici le propos technique et médical à l’univers mythologique qui est le domaine propre de la poésie hexamétrique. Elle permet donc d’établir des liens étroits entre la poésie scientifique et son modèle épique. En outre, en choisissant comme premier comparant du poème la figure de Dionysos pour illustrer le phénomène du vertige, Nicandre n’agit sans doute pas au hasard : c’est peut-être une manière pour lui de placer indirectement son propre poème sous l’influence de ce dieu qui favorise aussi l’ivresse poétique. Les Silènes se trouvent à la fois être les pères nourriciers du dieu et être nourris par le breuvage même de Dionysos : ils pourraient ainsi représenter la poésie qui fonctionne de la même manière tout au long de la tradition homérique dont se réclame ailleurs Nicandre explicitement.

  • 7 On retrouve donc ici la fonction architecturante de la comparaison qui permet de souligner le (...)

6Le deuxième poison évoqué par Nicandre est la céruse, employée notamment dans le maquillage féminin pour donner une blancheur éclatante au teint. Cette nouvelle substance, qui peut empoisonner si elle est absorbée, se caractérise par sa couleur remarquable qui permet de l’identifier immédiatement ; il n’est pas étonnant que le poète choisisse cette caractéristique visuelle comme accroche d’une comparaison, placée ici à l’ouverture même de la notice iologique7, qui donne un traitement emphatique à cette blancheur spécifique (vers 74-77) :

Δεύτερα δ᾿ αἰγλήεντος ἐπιφράζευ πόσιν ἐχθρήν
κιρναμένην ὀλοοῦ ψιμυθίου ἥ τε γάλακτι
πάντοθεν ἀφρίζοντι νέην εἰδήνατο χροιήν
πελλίσιν ἐν γρώνῃσιν ὅτ᾿ εἴαρι πῖον ἀμέλξαις.

En second lieu, éclatante de blancheur, considère le breuvage odieux où se mêle la funeste céruse : du lait écumant sur toute sa surface il rappelle la jeune couleur, lorsqu’au printemps, tout crémeux, tu viens à le traire au creux des jattes.

  • 8 On retrouve une telle disposition des mots dans les vers 207 et 537 : Nicandre semble appréci (...)
  • 9 Le lait est à nouveau sollicité comme comparant par Nicandre aux vers 376-377 pour identifier (...)
  • 10 On notera ici encore le caractère judicieux et insidieux de la comparaison qui met la céruse (...)

7Cette couleur blanche est en effet d’emblée mise en évidence par la place de l’adjectif αἰγλήεντος souligné à la fois par la coupe trochaïque et par la forte disjonction avec ψιμυθίου au vers suivant8. En insistant dès l’abord sur cette couleur sur laquelle porte ensuite la comparaison, le poète entend manifestement repousser le jugement sur la céruse, néanmoins d’ores et déjà qualifiée négativement par son autre épithète (ὀλοοῦ). L’espace de la comparaison, ouvert en fin de vers par la clausule – justement nommée – bucolique (ἥ τε γάλακτι9), transporte en effet le propos dans un univers champêtre ou bucolique assez inattendu dans le contexte technique du poème, auquel le destinataire ne semble pas étranger, puisque la deuxième personne du verbe ἀμέλξαις, qui est certes un effet de rhétorique, peut malgré tout laisser entendre que le destinataire du poème pourrait se trouver dans une telle situation ; cet univers champêtre est rapidement brossé, mais rien n’y manque, ni les détails de la vie matérielle, ni les notations temporelles, ni les effets de réel. Cet univers de la traite bucolique connote à l’évidence une forme d’innocence ou d’innocuité qui sont parfaitement antithétiques du caractère néfaste du poison10.

8On voit que la comparaison prend une véritable stature poétique en ce qu’elle est l’occasion d’insérer dans le discours didactique un autre discours poétique de forme et d’esprit tout à fait différent ; la comparaison est un outil poétique précieux qui, grâce à son principe analogique, permet d’expérimenter in concreto la porosité des « genres », loin de toute séparation rigide et desséchante. La comparaison prend donc une dimension ici beaucoup plus esthétique que technique, même si elle s’intègre bien à la description iologique.

  • 11 Les Alexandrins se posent comme des νεώτεροι et leur poésie se doit d’être quelque chose (...)

9Or cette dimension esthétique est peut-être plus importante encore. On peut en effet noter que la couleur (χροιήν), en raison de la période printanière où la traite est ici placée, est qualifiée par l’adjectif νέην qui a une valeur d’hypallage ; or, ce n’est pas la couleur qui est « jeune » ou « nouvelle », mais le lait qui est fraîchement tiré. Ce léger décalage de l’objet décrit à une caractéristique, dont la dimension visuelle impose clairement un point de vue esthétique, peut attirer l’attention sur d’autres valeurs que pourrait prendre ici un tel adjectif, qui n’est pas sans rappeler certaines revendications poétiques des Alexandrins11. On pourrait donc suggérer que cet adjectif a aussi ici une valeur métapoétique indiquant, dans un moment charnière de la présentation, alors que l’on en est encore au début du poème, que le sujet abordé ici par Nicandre a quelque chose de neuf et que le traitement même qu’il donne de cette matière technique est lui aussi une nouveauté ; la couleur blanche du lait aurait la même nouveauté que la poésie scientifique de Nicandre.

10Si l’usage des comparaisons restait jusque-là mesuré, savamment calibré à des fins soit techniques soit poétiques, dans le cas du troisième poison, la cantharide, Nicandre développe très sensiblement cet outil poétique. En effet, il recourt par trois fois à des images qui ont des valeurs et des fonctions au demeurant bien différentes. La première occurrence apparaît, comme dans le cas précédent de la céruse, dans une perspective architecturante à l’ouverture de la notice iologique et sert à caractériser le poison en question (vers 115-118) :

Μὴ μὲν κανθαρίδος σιτηβόρου εὖτ᾿ ἂν ὀδώδῃ
κεῖνο ποτὸν δέξαιο χυτῇ ἐναλίγκια πίσσῃ·
Πίσσης γὰρ ῥώθωσιν ἄγει βάρος, ἐν δὲ χαλινοῖς
οἷά τε δὴ καρφεῖα νέον βεβρωμένα κέδρου.

Ne va pas, de la cantharide dévoreuse de blé, accepter le fameux breuvage quand il en a l’odeur, semblable à celle de la poix liquide ; car c’est un fort relent de poix qu’il amène aux narines et, dans la bouche, il fait songer aux baies de genièvre que l’on vient de manger.

  • 12 On notera que le poète se soucie néanmoins de variation dans le choix de l’outil compar (...)
  • 13 En dépit de la reprise ici de l’adjectif νέον en fonction de neutre adverbial, il ne se (...)

11Contrairement aux deux premiers exemples rencontrés, la comparaison n’est pas ici développée et a une simple valeur informative, que souligne d’ailleurs l’accumulation de deux comparaisons successives. Ces comparaisons minimales12 indiquent de manière emphatique les deux sens, l’odorat et le goût (et non plus la vue comme dans le cas précédent), qui permettent d’identifier le poison. Les deux comparaisons sont de simples outils cognitifs13 qui reposent sur une expérience pratique des sens sollicités et sur le jugement qui fonctionne lui-même par analogie ; la comparaison ne fait qu’imiter sur un plan poétique ce que l’analyse médicale fait sur un plan sensoriel.

  • 14 En effet, comme le note J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 13, le vers 126 reprend le vers 1 (...)

12Toutefois, Nicandre ne se contente pas de réduire la comparaison à un usage pratique. Quelques vers plus loin, il renoue avec la faculté de celle-ci à suggérer un tableau pittoresque qui vient heureusement s’ajouter à la fonction structurante ordinaire14 (vers 125-127) :

Le ὁ δ᾿ ἀελπέα δάμναται ἄταις,
οἷά τε δὴ γήρεια νέον τεθρυμμένα κάκτου
ἠέρ᾿ ἐπιπλάζοντα διαψαίρουσι πνοῇσι.

malheureux est dompté sans espoir des coups du fléau, il fait songer aux aigrettes nouvellement détachées du chardon qui, vaguant dans les airs, se dispersent au gré des brises.

  • 15 Voir ci-dessus la deuxième comparaison du poème.

13Dans son analyse symptomatologique, Nicandre vient d’évoquer les différents types de douleurs qui assaillent la victime ; celle-ci est même plongée dans un profond égarement et perd l’esprit. Or c’est cette souffrance pathétique que la comparaison vient illustrer, de manière assez inattendue. L’image en effet, qui emprunte son comparant une nouvelle fois15 à l’univers champêtre, ne peut manquer d’évoquer une image fameuse de l’Idylle VI de Théocrite qui, dans un tout autre domaine, sert à exprimer la frivolité féminine (vers 15-17) :

ὡς ἀπ᾽ ἀκάνθας
ταὶ καπυραὶ χαῖται, τὸ καλὸν θέρος ἁνίκα φρύγει,
καὶ φεύγει φιλέοντα καὶ οὐ φιλέοντα διώκει,

Capricieuse comme les aigrettes sèches qui se détachent de l’acanthe lorsque brûle le bel été, elle te fuit quand tu l’aimes aussi bien qu’elle te poursuit quand tu ne l’aimes pas.

  • 16 K. J. Dover, Theocritus. Select Poems, Londres, Macmillan, 1971, p. 143. Nous renvoyons (...)

14Comme on sait16, la comparaison développée ici par Théocrite se souvient très probablement d’une image de l’Odyssée (V, 328-330) :

ὡς δ᾽ ὅτ᾽ ὀπωρινὸς Βορέης φορέῃσιν ἀκάνθας
ἂμ πεδίον, πυκιναὶ δὲ πρὸς ἀλλήλῃσιν ἔχονται,
ὣς τὴν ἂμ πέλαγος ἄνεμοι φέρον ἔνθα καὶ ἔνθα·

Comme lorsque le Borée à la fin de l’été emporte des chardons à travers la plaine – et ceux-ci se trouvent abondamment mêlés les uns aux autres –, ainsi à travers la mer les vents emportaient le radeau ici et là.

15Si Nicandre s’inscrit bien dans cette longue tradition littéraire qui évoque les aigrettes d’un chardon emportées par les souffles du vent, on note qu’il prend soin de modifier le vocabulaire, renonçant ici à l’hapax homérique ἀκάνθα, pour un terme plus technique, sans doute mieux approprié à son propre discours, alors même qu’au vers 329 des Thériaques on peut lire γήρεια […] ἀκάνθης ; ce qu’il recherche donc avant tout, c’est la variation. S’il s’éloigne ici du lexique homérique, c’est qu’il veut une autre expression pour le pathétique : d’une part, il transpose à son tour totalement le champ d’application de la comparaison homérique, ce qui renforce la dimension pathétique, dans l’évocation de l’égarement, par l’écart plus grand entre la gravité de l’état de la victime comparée et le vol insouciant du végétal ; d’autre part, il recourt pour le dernier mot de la comparaison à une graphie tragique et non épique, qui lui permet d’adhérer plus étroitement au pathétique de la situation décrite par l’intermédiaire de l’image.

16On voit une nouvelle fois réapparaitre l’adverbe νέον placé ici au centre de l’hexamètre ; si nous avions écarté la possibilité d’une signification métapoétique dans l’occurrence précédente, la récurrence de cet adverbe invite à davantage de prudence et d’attention. Cette répétition vise peut-être à souligner ce que l’usage des comparaisons apporte de nouveau au traitement du sujet iologique chez Nicandre, à savoir sa nouvelle dimension poétique. Dans cette perspective il conviendrait peut-être de lire dans la versatilité des aigrettes emportées par les vents comme une image du poète inspiré – qui est donc lui aussi, comme la victime empoisonnée, mais selon de tout autres modalités, en proie à un certain égarement de l’esprit. Mais comme, dans le même temps, cette inspiration se révèle surtout relever de l’érudition littéraire, Nicandre ne serait pas loin de traiter avec une certaine ironie la revendication traditionnelle du poète à être inspiré des Muses.

  • 17 Voir J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 100.

17On ne s’attardera guère sur la troisième comparaison mobilisée pour la cantharide : réduite à la simple mention du comparant (vers 147 : οἵη περ μολόθουρος), cette comparaison minimale semble n’avoir qu’une valeur technique. On peut noter17 toutefois que Nicandre emprunte selon toute vraisemblance ce terme rare à Euphorion (fr. 133 Powell) où il apparaît pour la première fois : même réduite à sa plus simple expression, la comparaison affiche sa dimension poétique par le biais ici de l’intertextualité.

18Le cas de la coriandre offre un peu plus loin un nouveau traitement à cette dimension poétique de la comparaison, dès les premiers vers de cette nouvelle notice (vers 157-161) :

Ἤν γε μὲν οὐλόμενόν γε ποτὸν κορίοιο δυσαλθές
ἀφραδέως δεπάεσσιν ἀπεχθομένοισι πάσηται,
οἱ μέν τ᾿ ἀφροσύνῃ ἐμπληγέες οἷά τε μάργοι
δήμια λαβράζουσι παραπλῆγές θ᾿ ἅτε Βάκχαι
ὀξὺ μέλος βοόωσιν ἀταρμύκτῳ φρενὸς οἴστρῳ.

Quant au pernicieux breuvage de la coriandre qui cause un mal difficile à guérir, a-t‑on eu l’imprudence d’en absorber en des coupes détestables, les buveurs frappés de démence ont, comme les insensés, un torrent de paroles populacières et, dans leur égarement, tels que les Bacchantes, ils hurlent un chant d’une voix perçante, sous l’indomptable aiguillon qui agite leur esprit.

  • 18 Voir les notes de J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 104.

19Si l’on peut passer assez rapidement sur la dimension poétique que produisent les nombreux emprunts intertextuels à la tradition homérique18, ainsi que le choix de termes rares, on soulignera avec davantage d’insistance le choix de la thématique sur laquelle repose ici l’analogie comparative et qui reprend l’égarement de l’esprit déjà retenu pour la cantharide. On voit ici se multiplier les termes qui disent cet égarement et la comparaison progresse en deux temps : l’égarement produit par l’empoisonnement est d’abord rapporté à un comportement plus général de démence, qui est de vociférer des obscénités, puis, tout en restant dans le domaine du langage, c’est à un second comparant plus précis que le même égarement est rapporté : celui des Bacchantes, qui renvoie le lecteur à la figure de Dionysos dans la comparaison initiale. Toutefois, l’attention portée ici au langage et l’emploi du terme μέλος renvoient encore plus explicitement à certaines pratiques poétiques et à l’inspiration.

20L’image de l’aiguillon indomptable (ἀταρμύκτῳ […] οἴστρῳ) est, par le biais de l’analogie, transférée de l’inspiration dionysiaque à l’effet nocif du poison. Ce déplacement s’accompagne d’une dévalorisation indirecte de l’inspiration, qui est exprimée par l’association assez incongrue entre μέλος et βοόωσιν : l’aiguillon ne produit ici qu’une vocifération. L’expression δήμια λαβράζουσι (vers 160) va dans le même sens. Si l’on rapporte cette image à l’inspiration poétique, on voit se faire jour une assez nette dépréciation du travail poétique inspiré par la Muse, au profit du travail technique d’un poète qui, comme Nicandre, alimente sa propre production par ses lectures et l’étude de ses devanciers.

  • 19 J.-M. Jacques, « Médecine et poésie : Nicandre de Colophon et ses poèmes iologiques », dans J (...)

21Si la notice suivante consacrée à la ciguë ne comporte pas de comparaison – c’est le premier cas à se présenter depuis le début du poème –, c’est peut-être à cause du caractère plus commun de ce poison. Mais cette suspension n’est que très temporaire puisque la comparaison reparaît sous une forme particulièrement développée et remarquable19 dans la notice suivante consacrée au toxicon (vers 214-223) :

Αὐτὰρ ὁ μηκάζει μανίης ὕπο μυρία φλύζων.
Δηθάκι δ᾿ ἀχθόμενος βοάᾳ ἅ τις ἐμπελάδην φώς
ἀμφιβρότην κώδειαν ἀπὸ ξιφέεσσιν ἀμηθείς,
ἢ ἅτε κερνοφόρος ζάκορος βωμίστρια Ῥείης,
εἰνάδι λαοφόροισιν ἐνιχρίμπτουσα κελεύθοις,
μακρὸν ἐπεμβοάᾳ γλώσσῃ θρόον, οἱ δὲ τρέουσιν
Ἰδαίης ῥιγηλὸν ὅτ᾿ εἰσαΐωσιν ὑλαγμόν·
ὣς ὁ νόου λύσσῃ ἐσφαλμένα βρυχανάαται
ὠρυδόν, λοξαῖς δὲ κόραις ταυρώδεα λεύσσων
θήγει λευκὸν ὀδόντα παραφρίζει δὲ χαλινοῖς.

Quant au malade, il a des bêlements, et, sous l’action de la folie, il tient mille propos délirants. Maintes fois la souffrance lui arrache les cris qu’a soudain un homme dont la tête, clef de voûte du corps, est fauchée par le glaive ou celui de la kernophore, desservante attachée à l’autel de Rhéa, quand, au neuvième jour du mois, atteignant des chemins fréquentés, elle pousse à pleine gorge une longue clameur, et que les gens tremblent lorsque de l’Idéenne ils entendent l’aboiement qui les glace. De même, l’esprit égaré par la rage, il rugit en grondant de façon désordonnée, tandis que, l’œil torve, avec le regard menaçant du taureau, il aiguise sa blanche denture et que l’écume lui vient aux commissures des lèvres.

22Dans la lignée directe des notices précédentes, c’est encore à la description symptomatologique de l’égarement et de la folie qu’est consacrée la paire des deux comparaisons. Comme dans le cas précédent, on retrouve en effet un enchaînement de deux comparaisons ; mais si dans le cas de la coriandre, les deux comparaisons successives se renforçaient en offrant une double analogie similaire pour un même phénomène comportemental, dans le cas présent il s’agit moins d’une sorte de redondance emphatique que d’un véritable changement d’atmosphère d’un comparant à l’autre. Certes, le cri inarticulé est présent dans les deux images et, comme le suggère bien le vers 214 avec son allitération en mu et l’emploi du verbe μηκάζει à connotation animale, c’est bien sur le cri que Nicandre focalise ici son attention ; mais les circonstances des deux tableaux comparatifs n’offrent guère de similitude. La première comparaison, avec l’homme décapité, surprend avant tout le lecteur : Nicandre y multiplie les termes rares et rejette en fin de vers le verbe métaphorique qui dit la décapitation ; l’image n’apporte ici aucune précision sur le cri lui-même. On peut s’étonner du choix de cette situation extrême qui ne convient qu’à peine dans l’analogie, car le décapité ne peut pousser qu’un unique cri dont le caractère déchirant est sans doute ce qui retient l’attention de Nicandre ; mais l’homme empoisonné est susceptible de gémir plus longtemps. La seconde comparaison vient donc corriger ce que la première comparaison ne disait pas ; ce qu’elle perd en pathétique et en concision par rapport à la première image, elle le gagne en précision et en adéquation à la situation du comparé : les cris poussés par la servante du culte de Rhéa sont prolongés (μακρὸν) et ressemblent à un gémissement animal (ὑλαγμόν).

23On constate que la production de sons inarticulés est une nouvelle fois rapprochée par Nicandre de l’univers religieux ; la qualification initiale par le terme μανίης de l’égarement de l’intoxiqué n’est sans doute pas étrangère à ce phénomène. Ce n’est plus à l’univers dionysiaque, mais au culte de Rhéa-Cybèle que Nicandre fait appel ici en donnant d’assez grandes précisions sur ces pratiques cultuelles mystériques. On peut penser que la servante de Rhéa est, comme la bacchante du culte dionysiaque, en proie à une inspiration divine. Il y a lieu de s’interroger sur l’extension possible de cette comparaison au domaine poétique : il n’y a ici aucun support verbal à une telle extension, mais on peut se souvenir que chez Lycophron par exemple, la parole prophético-poétique de Cassandre est aussi présentée comme un long cri peu compréhensible et peu articulé.

24Une seconde comparaison, plus brève, vient encore agrémenter la notice concernant le toxicon ; elle est située cette fois dans les conseils thérapeutiques de la dernière partie de la notice (vers 230-233) :

καί τε σὺ μηλείης ῥηχώδεος ἄγρια κάρφη
οὔρεσιν ἐνθρεφθέντα πόροις ἀπὸ σίνεα κόψας,
ἢ ἔτι καὶ κλήροισιν ἐπήβολα τοῖά περ ὧραι
εἰαριναὶ φορέουσιν ἐνεψιήματα κούραις […].

Et de plus, du pommier raboteux, donne-lui les fruits sauvages grandis dans les montagnes, après en avoir retranché les trognons, ou bien encore les pommes de nos domaines, telles que les Heures printanières les apportent aux jeunes filles pour leur amusement […].

25Cette image, qui mobilise les figures divines que sont les Heures, n’est pas sans rappeler les vers 80-82 de l’Hymne à Apollon de Callimaque ; le vers 233, composé de quatre termes dont l’hapax absolu ἐνεψιήματα, attire plus spécialement l’attention sur la frivolité et la légèreté de cette évocation. On peut se demander à quels amusements songe Nicandre, mais il est vraisemblable qu’il s’agisse de jeux amoureux. La comparaison ne sert en fait techniquement qu’à indiquer que les pommes sont printanières, c’est-à-dire que leur maturité n’est pas encore atteinte, ce qui renforce leur caractère astringent. On voit bien l’écart ainsi créé entre l’aspect technique de l’image et sa portée mythologique qui ouvre sur l’univers de la poésie érotique, bien éloigné des considérations médicales ici en jeu.

26Le poison suivant, l’éphèméron « qui tue en un jour », est lui aussi introduit par un système comparatif qui a une double valeur de marqueur dans la composition du poème et d’indication technique pour repérer le poison comme tel. Son identification est ici du domaine du toucher et de l’irritation (vers 249-254) :

Ἢν δὲ τὸ Μηδείης Κολχηίδος ἐχθόμενον πῦρ,
κεῖνό τις ἐνδέξηται ἐφήμερον, οὗ περὶ χείλη
δευομένου δυσάλυκτος ἰάπτεται ἄμμιγα κνηθμός
οἷά τ᾿ ὀπῷ νιφόεντι κράδης ἢ τρηχέι κνίδῃ
χρῶτα μιαινομένοις ἢ καὶ σπειρώδεϊ κόρσῃ
σκίλλης ἥ τ᾿ ἔκπαγλα νέην φοινίξατο σάρκα.

Quant au détestable feu de Médée de Colchide, le célèbre éphèméron, en a-t-on accepté, lorsqu’on y trempe les lèvres, une tenace irritation assaille leur pourtour, diffusément, comme quand le suc neigeux du figuier ou l’âpre ortie souillent la peau, ou encore la tête aux nombreuses tuniques de la scille, qui fait violemment rougir les jeunes chairs.

  • 20 Voir les analyses de J.-M. Jacques, dans son édition de Nicandre, ouvr. cité, p. 137-13 (...)

27L’ancrage mythologique étant pour ce poison lié à son origine même – puisqu’il est donné comme une invention de Médée –, c’est l’identification du poison, liée à l’irritation des muqueuses qu’il produit, qui est ici opérée à travers trois images équivalentes de nature végétale ; l’irritation produite permet de justifier la description initiale de ce poison, défini comme étant le « feu de Médée de Colchide », dans laquelle l’ethnique qui accompagne le nom de la magicienne est sans doute une allusion pour identifier la plante vénéneuse au « colchique »20. Les comparaisons mobilisées relèvent de la pratique médicale générale, en ce qu’elles évoquent des irritations similaires de la peau liées à une plante : elles s’intègrent donc totalement dans le projet scientifique de Nicandre. Leur aspect doublement utilitaire ruine partiellement leur potentialité poétique.

28Il en va de même d’une autre comparaison qu’on trouve un peu plus loin dans la description des symptômes de cet empoisonnement (vers 255-259) :

τοῦ καὶ ἐπισχομένοιο περὶ στόμαχον βάρος ἵζει
πρῶτον ἐρεπτόμενον, μετέπειτα δὲ λοιγέι συρμῷ
ῥιζόθεν ἑλκωθέντα, κακὸν δ᾿ ἀποήρυγε δειρῆς,
ὡς εἴ τε κρεάων θολερὸν πλύμα χεύατο δαιτρός
σὺν δέ τε καὶ νηδὺς μεμιασμένα λύματα βάλλει.

Et quand il a porté le breuvage à ses lèvres, une lourdeur lui assiège l’estomac, qui, d’abord, en est rongé, puis, sous l’effet de néfastes haut-le-cœur, a tôt fait d’être ulcéré jusqu’à la racine, tandis que le malade dégorge une vilaine vomissure, telle les troubles eaux du lavage des viandes que répand le boucher, et en outre son ventre rejette des déjections polluées par le poison.

  • 21 Voir les parallèles fournis par J.-M. Jacques ad loc., p. 140.

29Le comparant transporte le lecteur dans un univers trivial quotidien, ce qui n’est pas étranger à la tradition homérique. Néanmoins la matière de cette comparaison semble être une innovation de Nicandre, reprise ensuite dans la littérature médicale21 : ces reprises ultérieures et cette spécialisation indiquent que la comparaison n’est pas ici ressentie comme un ornement poétique, mais bien plutôt comme un outil technique qui permet de bien faire comprendre à quoi ressemblent les évacuations du malade. On voit donc, dans le cas de l’éphémèron, se multiplier les comparaisons à valeur scientifique : il y a là une sorte de tournant dans le poème de Nicandre, qui va accorder de plus en plus d’importance dans la suite de son poème à ce type de comparaison, en délaissant presque totalement les comparaisons plus poétiques. Tout se passe comme si le poète scientifique accaparait une figure stylistique, que lui livre la tradition double de la poésie épique et de la poésie didactique, pour mieux l’intégrer à son propre propos et la transformer en un véritable outil descriptif utile à la démonstration scientifique.

30Mais, avant que ce tournant décisif ne soit franchi, c’est au contraire, dans la notice suivante concernant l’Ixias (ou « Chaméléon noir »), à des comparaisons beaucoup plus typiques de la manière homérique que se livre Nicandre. La première est empruntée aux domaines météorologique et maritime (vers 286-290) :

καταπνίγουσα δὲ πνεῦμα
ἐντὸς ὑποβρομέει, ὀλίγῳ δ᾿ ἐνελίσσεται ὄγμῳ
πολλάκι δὴ βροντῇσιν ἀνομβρήεντος Ὀλύμπου
εἰδόμενον, τοτὲ δ᾿ αὖτε κακοῖς ῥόχθοισι θαλάσσης
οἵοις πετραίῃσιν ὑποβρέμεται σπιλάδεσσι.

Son ventre s’aveugle ; puis il gronde sourdement, lorsqu’au-dedans de lui il bloque l’air qui tourne en rond dans une étroite orbite : souvent, on croirait entendre les roulements du tonnerre dans un ciel pluvieux, d’autres fois en revanche les terribles mugissements de la mer, tels ceux qui la font gronder au pied des récifs rocheux.

  • 22 On note une attention particulière aux labiales qui grondent sur une alternance vocalique dan (...)
  • 23 Iliade, XVII, 547-552.
  • 24 Iliade, XIII, 242-245.
  • 25 Iliade, V, 522-527 ; XVI, 297-302. Sur ces images météorologiques chez Homère, voir A.  (...)
  • 26 Voir C. Cusset, La Muse dans la Bibliothèque, Paris, CNRS Éditions, 1999, p. 194-206.
  • 27 Le tonnerre n’est pour autant pas ignoré d’Homère, mais il n’en fait pas un comparant, (...)
  • 28 On notera encore l’hapax absolu que constitue l’emploi de ἀνομβρήεντος et le sens parti (...)
  • 29 Sur cette image, voir A. Bonnafé, ouvr. cité, p. 30 ; nous reprenons ci-après la traduction q (...)

31Dans cette première comparaison double, le point d’analogie est le grondement, comme l’indique clairement la reprise verbale de deux hapax absolus : ὑποβρομέει et ὑποβρέμεται. De ce grondement le premier comparant donne d’abord un équivalent météorologique, celui du tonnerre, dont le traitement est surtout ici attentif aux effets d’assonances imitatives au vers 28822. Cette image vient s’inscrire parfaitement dans le sillage des images météorologiques qu’on trouve chez Homère, même si le poète archaïque mettait en avant surtout des phénomènes visuels plus qu’auditifs comme l’arc-en-ciel23 ou l’éclair24, ou les alternances d’ombre et de lumière liées à la présence ou l’absence de nuages25, ou encore diverses sortes de précipitations. Or, si chez les Alexandrins précédents, on retrouve globalement les mêmes comparants que dans la poésie homérique26, on voit ici que Nicandre, tout en s’inscrivant dans cette même tradition, change légèrement l’angle d’approche et traite un élément qui n’avait pas retenu l’attention dans les comparaisons27. Cette innovation se retrouve dans le choix des termes mêmes28. Le second temps de la comparaison suit lui aussi la tradition homérique, mais de beaucoup plus près, car, cette fois, les mugissements marins ne sont pas étrangers au stock de comparants homériques. Parmi les différents exemples que l’on peut solliciter, c’est sans doute l’image du chant XV de l’Iliade montrant l’assaut de l’armée troyenne poussée par la fougue d’Hector29 qui est la plus proche de notre passage de Nicandre (Iliade, XV, 618-629) :

ἴσχον γὰρ πυργηδὸν ἀρηρότες, ἠΰτε πέτρη
ἠλίβατος μεγάλη πολιῆς ἁλὸς ἐγγὺς ἐοῦσα,
ἥ τε μένει λιγέων ἀνέμων λαιψηρὰ κέλευθα
κύματά τε τροφόεντα, τά τε προσερεύγεται αὐτήν·
ὣς Δαναοὶ Τρῶας μένον ἔμπεδον οὐδὲ φέβοντο.
αὐτὰρ ὃ λαμπόμενος πυρὶ πάντοθεν ἔνθορ᾽ ὁμίλῳ,
ἐν δ᾽ ἔπεσ᾽ ὡς ὅτε κῦμα θοῇ ἐν νηῒ πέσῃσι
λάβρον ὑπαὶ νεφέων ἀνεμοτρεφές· ἣ δέ τε πᾶσα
ἄχνῃ ὑπεκρύφθη, ἀνέμοιο δὲ δεινὸς ἀήτη
ἱστίῳ ἐμβρέμεται, τρομέουσι δέ τε φρένα ναῦται
δειδιότες· τυτθὸν γὰρ ὑπ᾽ ἐκ θανάτοιο φέρονται·
ὣς ἐδαΐζετο θυμὸς ἐνὶ στήθεσσιν Ἀχαιῶν.

Ils tenaient bon, formés en rempart, comme un rocher escarpé, immense, qui, près de la blanche mer, soutient l’assaut des voies rapides des vents sonores et des vagues gonflées qui vomissent contre lui leur écume. Ainsi les Danaens attendaient les Troyens de pied ferme et ne reculaient pas. Mais Hector, étincelant de feu de toutes parts, se lança dans la mêlée. Il s’abattit sur eux comme une lame, sur une nef rapide, s’abat, impétueuse, sous les nuages, gonflée par le vent – et la nef entière disparaît sous l’écume, le souffle affreux du vent gémit dans la voilure et les marins, au fond d’eux-mêmes, tremblent, saisis de peur : c’est de peu qu’ils échappent à la mort. Ainsi se déchirait dans leur poitrine le cœur des Achéens.

32L’image de Nicandre est certes beaucoup plus restreinte, mais on y retrouve les éléments essentiels du tableau homérique : le rocher escarpé, le vent, le mugissement de la vague. On y retrouve aussi, sinon le vocabulaire homérique de ce passage de l’Iliade (l’hapax ὑποβρέμεται semble bien faire écho néanmoins à ἐμβρέμεται), du moins un vocabulaire homérique certain : le datif pluriel σπιλάδεσσι reprend en effet une forme qu’on ne trouve que deux fois dans l’Odyssée en III, 298 et V, 401. Cette dernière occurrence mérite d’ailleurs d’être relue plus précisément : il s’agit du récit de la longue dérive d’Ulysse après une tempête essuyée par Ulysse ; après deux jours de nage, Ulysse peut voir la terre toute proche et, dans sa joie, il s’approche du rivage (Odyssée, V, 400-405) :

ἀλλ᾽ ὅτε τόσσον ἀπῆν ὅσσον τε γέγωνε βοήσας,
καὶ δὴ δοῦπον ἄκουσε ποτὶ σπιλάδεσσι θαλάσσης·
ῥόχθει γὰρ μέγα κῦμα ποτὶ ξερὸν ἠπείροιο
δεινὸν ἐρευγόμενον, εἴλυτο δὲ πάνθ᾽ ἁλὸς ἄχνῃ·
οὐ γὰρ ἔσαν λιμένες νηῶν ὄχοι, οὐδ᾽ ἐπιωγαί.
ἀλλ᾽ ἀκταὶ προβλῆτες ἔσαν σπιλάδες τε πάγοι τε·

Mais lorsqu’il n’en fut éloigné que de la portée du cri, il entendit alors même un bruit sourd contre les récifs de la mer : la grosse mer grondait contre la terre ferme en un terrible mugissement, et recouvrait tout d’écume marine. Il n’y avait pas un port à bateaux en vue, ni de crique, mais il n’y avait que des éperons rocheux, des récifs et des écueils.

  • 30 Alexandra, 696, 742.
  • 31 Thériaques, 822, et Alexipharmaques, 390.

33Il apparaît donc que le rivage ne peut être abordé par le nageur épuisé. La côte n’est qu’un long hérissement rocailleux hostile. On remarque dans la description homérique le verbe rare qui est à l’origine du terme également rare ῥόχθοισι, qu’on ne trouve qu’en deux occurrences chez Lycophron30 et trois occurrences chez Nicandre31. Selon une pratique assez courante de contamination intertextuelle, Nicandre reformule en termes odysséens une sorte de résumé de la chaîne comparative iliadique dont il modifie la portée et le système analogique : c’est une expression du renouvellement poétique à partir des modèles eux-mêmes dignes des grands poètes érudits de l’époque alexandrine.

34La seconde comparaison renvoie à une scène campagnarde d’élevage (vers 292-297) :

πόσιες δὲ παραυτίκα λύματ᾿ ἔχευαν
φαρμακόεις ᾠοῖσιν ἀλίγκια τοῖά τε βοσκάς
ὀρταλὶς αἰχμητῇσιν ὑπευνασθεῖσα νεοσσοῖς
ἄλλοτε μὲν πληγῇσι νέον θρομβήια γαστρός
ἔκβαλεν ἐν μήνιγξιν ἀνόστρακα, πολλάκι νούσῳ
δαμναμένη δύσποτμον ὑπὲκ γόνον ἔκχεε γαίῃ.

Et, sur-le-champ, le breuvage vénéneux lui fait déverser des déjections pareilles aux œufs que la géline d’engrais, après avoir été couverte par les coqs belliqueux, expulse de son ventre, caillots dans des membranes, sans coquille, que parfois des coups, ou souvent la maladie, qui viennent de la dompter, lui font répandre à terre, son infortunée géniture.

35Cette image est le fruit d’un important travail de contamination de la part de Nicandre. Il y a sans doute d’abord un lointain souvenir d’une comparaison homérique qui fournit le comparant. Il s’agit d’une analogie par laquelle Achille justifie au chant IX de l’Iliade son refus de reprendre le combat (vers 323-325) :

ὡς δ᾽ ὄρνις ἀπτῆσι νεοσσοῖσι προφέρῃσι
μάστακ᾽ ἐπεί κε λάβῃσι, κακῶς δ᾽ ἄρα οἱ πέλει αὐτῇ,
ὣς καὶ ἐγὼ πολλὰς μὲν ἀΰπνους νύκτας ἴαυον…

Comme une oiselle à ses petits sans ailes apporte la becquée quand elle en trouve une, et c’est avec peine qu’elle se l’assure à elle-même, ainsi j’ai moi aussi passé de nombreuses nuits sans sommeil…

  • 32 Il n’y a chez Homère qu’un seul autre passage où le terme est employé (Iliade, II, 311).
  • 33 Ce réalisme n’est pas étranger à certaines images homériques comme celle des chiots, qui sert (...)
  • 34 Cet hapax semble forgé à partir du terme ὀρτάλιχος qu’on trouve chez Eschyle (Agamemnon, 54) (...)
  • 35 Voir Eschyle, Prométhée, 119 ; Sophocle, Électre, 1199 ; Euripide, Hippolyte, 1398.

36C’est l’emploi commun du terme assez rare νεοσσοῖσι qui permet de rapprocher les deux passages32, habilement employé par Nicandre dans un hexamètre à quatre termes qui attire l’attention ; mais on voit que la situation est très différente, car les poussins homériques, sans ailes et sans défense, sont devenus chez Nicandre des coqs belliqueux et la becquée est remplacée par l’expulsion prématurée de son œuf. Nicandre imagine à partir de là une situation nouvelle, dans laquelle il fait preuve d’un grand réalisme par les précisions qu’il apporte à la situation33 et par les détails concrets qu’il souligne. Ce réalisme lui permet de faire naître une certaine forme de pathétique, que renforce l’emploi de termes qui relèvent plutôt du vocabulaire tragique comme ὀρταλὶς34 ou surtout δύσποτμον35.

37Après une absence de comparaison dans la neuvième notice, on voit se multiplier dans les notices suivantes les comparaisons à contenu technique et médical qui signalent l’adoption dans le discours médical lui-même de ce procédé stylistique. On voit ainsi le poète solliciter les comparants suivants qui relèvent du domaine médical : l’hydropisie tympanique (vers 341-342), le nouveau-né (vers 356 et 542), le dysentrique (vers 382). On peut aussi noter les comparants relevant de la littérature technique comme le nard (vers 399), les sans-pieds putréfiés (vers 468). Si ces comparaisons techniques, qui le plus souvent ne sont pas développées, tendent à devenir majoritaires, elles ne parviennent pas à évacuer certaines images qui, pour être parfois assez techniques, n’en gardent pas moins une certaine poésie. C’est uniquement sur ces dernières que nous nous arrêterons pour poursuivre notre enquête sur les images de ce poème, dans la mesure où les autres comparaisons relèvent moins de l’effet stylistique à visée poétique, qui nous intéresse ici, qu’elles ne participent à part entière du discours scientifique du médecin.

  • 36 C’est ce que semblent suggérer les références d’Amipsias (fr. 17) et de Cratinos (fr. 466).
  • 37 Voir les remarques de J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 200.

38La notice du lièvre marin est particulièrement riche en comparaisons puisqu’elle en comporte trois exemples, ce qui n’est pas fréquent dans les autres notices du poème. Cette attention particulière s’explique peut-être à la fois parce que le poison tiré de cet animal était sans doute passé en proverbe36, mais aussi par le caractère paradoxal de la valeur mortelle accordée par les Anciens à la chair de ce mollusque inoffensif37. C’est par la comparaison qu’il faudrait restituer pour l’imaginaire la dangerosité de l’animal. C’est en tout cas ce à quoi travaille la première série de brèves comparaisons ou associations qui participent à la description de l’animal à l’ouverture de la notice (vers 467-473) :

Τοῦ δ᾽ ἤτοι λοπίδων μὲν ἰδὲ πλύματος πέλει ὀδμή,
γευθμὸς δ᾽ ἰχθυόεις νεπόδων ἅτε σαπρυνθέντων
ἠὲ καὶ ἀρρύπτων, ὁπόταν λοπὶς αὐξίδα χραίνῃ·
ὃς δή τοι ῥυπόεις μὲν ὑπ᾿ ὀστλίγγεσσιν ἀραιαῖς
τευθίδος ἐμφέρεται νεαλὴς γόνος ἢ ἀπὸ τεύθου,
οἷά τε σηπιάδος φυξήλιδος ἥ τε μελαίνει
οἶδμα χολῇ δολόεντα μαθοῦσ᾿ ἀγρώστορος ὁρμήν.

En vérité, il sent les écailles et la rinçure, et il a un goût de marée, tel celui des sans-pieds putréfiés ou mal lavés, comme quand l’écaille souille le jeune thon. Tout crasseux qu’il est sous ses tentacules grêles, il a l’air d’un jeune issu d’un calmar commun ou sagitté, tel celui de la seiche fuyante, qui noircit de sa bile le gonflement des eaux lorsqu’elle a décelé, sous sa traîtrise, l’attaque du pêcheur.

  • 38 Noter ὀδμή et γευθμὸς à la charnière des deux premiers hexamètres cités.
  • 39 Les scholies à Odyssée, VI, 87 donnent en effet ῥυπόεντα à la place de ῥυπόωντα.

39La notice s’ouvre sur une série d’associations qui ne fonctionnent pas syntaxiquement comme des comparaisons, mais reposent seulement sur des analogies qui sollicitent les sens de l’odorat et du goût38. Les rapprochements esquissés avec d’autres animaux marins se veulent systématiquement dépréciatifs : l’accumulation même indique une volonté de construire une idée particulièrement négative du mollusque. La même démarche se poursuit dans la phrase suivante qui rehausse le travail descriptif et définitionnel de plusieurs procédés stylistiques à visée poétique. L’aspect repoussant de l’animal lui est ici directement attribué par l’adjectif ῥυπόεις, sans être seulement suggéré par l’analogie ; Nicandre emprunte peut-être cet adjectif rare à Léonidas de Tarente (AP 6, 293, 3), à moins qu’il ne s’agisse pour Nicandre de reproduire une variante rare du texte homérique39. Cette saleté du mollusque est à nouveau amplifiée par une analogie avec deux sortes de calmar dont la mention ceinture le vers 471 en une épanadiplose étymologisante emphatique (τευθίδος […] τεύθου). Cette disposition permet d’imposer le calmar à la place du lièvre marin, et c’est le calmar qui est alors l’objet d’une comparaison développée avec la seiche : cette comparaison rejaillit indirectement sur la représentation du lièvre marin, mais on voit que c’est surtout ici la construction d’emboîtements analogiques qui semble motiver le développement de la notice, au point de faire momentanément perdre de vue l’objet initial. On peut se demander si Nicandre n’est pas ici tributaire d’un traité zoologique comme l’Histoire des animaux d’Aristote qui énumère à la suite calmars et seiches dans la série des animaux mous (HA, 490b) :

ἄλλο τὸ τῶν μαλακίων, οἷον τευθίδες τε καὶ τεῦθοι καὶ σηπίαι.

Un autre genre est celui des animaux mous, comme les petits et grands calmars, les seiches.

  • 40 Alexandra, 943. On le retrouve ensuite chez Nonnos, Dionysiaques, 1, 320 ; 20, 46 ; 22, (...)
  • 41 Voir J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 199.

40La famille zoologique suffit à justifier le glissement d’un animal à l’autre. La seiche est à son tour qualifiée par le terme rare φυξήλιδος qui est un hapax homérique (Iliade, XVII, 143) repris par Lycophron40 : si l’adjectif n’est appliqué qu’ici au monde animal41, on doit rappeler que, chez Homère, l’adjectif est employé dans la bouche du Lycien Glaucos, qui insulte Hector en le traitant de piètre guerrier dont la gloire est amoindrie par la fuite ; Lycophron récupère cet adjectif à propos du poltron Épéios. Dans ces deux occurrences précédentes, l’adjectif φύξηλις est opposé à ἐσθλός et appartient clairement à l’univers guerrier dans lequel il a une connotation fortement négative. Chez Nicandre, cette connotation semble être supprimée, car si la seiche fuit son agresseur, ce n’est pas un signe de pleutrerie ou de faiblesse ; au contraire c’est dans sa fuite même qu’elle révèle sa force en produisant une substance noirâtre qui lui permet d’échapper à la ruse (δολόεντα) du pêcheur. Ce qui caractérise ici la seiche, c’est sa perspicacité (μαθοῦσα) face aux méthodes déloyales du pêcheur ; sa réponse organique surprend et anéantit tous les espoirs de l’assaillant. On voit donc qu’ici sa fuite est valorisante : c’est l’expression de sa victoire sur le pêcheur qui s’en retourne bredouille.

41Une deuxième comparaison vient émailler la partie symptomatologique de la notice. Nicandre énumère différentes manifestations physiques des effets de l’empoisonnement. Après le changement de teint et l’amaigrissement, il en vient à deux manifestations physiques plus ciblées (vers 476-478) :

ἄλλοτε ῥινός
ἄκρον ἐποιδαίνων σφυρὰ πίμπραται, ἀμφὶ δὲ μήλοις
ἄνθε᾿ ἅτε βρυόεντα κυλοιδιόωντος ἐφίζει.

Parfois sa peau, fortement distendue, enfle aux chevilles, et comme des fleurs luxuriantes parsèment les joues de l’homme dont les yeux sont boursouflés.

  • 42 Il s’agit certes d’une correction sur le texte, mais celle-ci est à la fois minime et n (...)
  • 43 Cet adjectif, non attesté avant Nicandre, se retrouve une autre fois dans les Thériaques, 208

42L’emploi de la comparaison a ici une valeur descriptive forte : il s’agit de faire comprendre la manifestation cutanée évoquée ; mais outre la précision technique, l’analogie permet en même temps d’introduire une certaine forme de légèreté poétique dans l’évocation de ces symptômes repoussants. L’introduction d’un comparant relevant de l’univers végétal (ἄνθεα) permet en effet d’établir une certaine distance entre l’objet décrit et la manière dont il est décrit, mais la comparaison poétique tend à la métaphore technique : car, si l’on a bien encore l’outil comparatif exprimé (ἅτε42), le comparé en revanche est totalement remplacé par le comparant, qui devient de ce fait une sorte d’image à valeur technique, ce que laisse penser l’adjectif βρυόεντα spécifique de la poésie scientifique de Nicandre43.

43Une troisième comparaison vient enfin clore la troisième partie de la notice sur le lièvre marin. Après avoir énuméré cinq remèdes différents, Nicandre s’attarde davantage sur la grenade, qui peut être utilisée de deux manières, soit croquée directement, soit bue sous forme de jus ; c’est cette dernière opération qui est présentée dans le cadre d’une comparaison (vers 493-494) :

ἄλλοτε δ᾿ οἰνοβρῶτα βορὴν ἐν κυρτίδι θλίψαις
ὡς εἴ περ νοτέουσαν ὑπὸ τριπτῆρσιν ἐλαίην.

tantôt c’est la pulpe couleur de vin qu’il te faudra écraser dans un tamis comme on fait de l’olive qui rend son jus sous la presse.

44On voit bien qu’ici la comparaison n’apporte rien de particulier : elle ne donne guère de précision sur la technique à employer si ce n’est par l’emploi de l’expression technique ὑπὸ τριπτῆρσιν, mais la clausule du vers précédent donnait déjà l’essentiel ; l’image n’apporte pas non plus de précision dans la description du remède, l’olive n’étant nullement proche de la grenade, pour laquelle les vers précédents ont aussi multiplié les notations de couleur. La comparaison semble bien ici se réduire à la fonction d’ornementation poétique, mobilisant une référence à l’univers quotidien : cet ornement a une fonction conclusive dans la construction de la notice et sert à souligner de manière emphatique le dernier remède proposé par Nicandre.

  • 44 La qualification de cette scène d’ouverture est due à J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 209, qui (...)

45Nous terminerons cette étude par la dernière comparaison du poème, en laissant de côté les autres images embryonnaires qui ont le plus souvent un aspect purement technique. Celle-ci se trouve dans la notice sur les sangsues qui suit immédiatement celle sur le lièvre marin, de sorte que le poète semble renoncer pour les cinq dernières notices de son poème à utiliser l’ornement poétique de la comparaison. La notice ici s’ouvre directement sur la comparaison qui intervient donc, comme il arrive souvent, dans la partie descriptive du poison étudié, avec un pouvoir architecturant, d’autant plus visible que la notice précédente s’achevait elle-même sur une comparaison ; il s’agit ici d’une mise en situation concrète d’absorption accidentelle, qui se donne pour une véritable « scène de genre »44 (vers 495-500) :

Ἢν δέ τις ἀζαλέῃ πεπιεσμένος αὐχένα δίψῃ
ἐκ ποταμοῦ ταυρηδὸν ἐπιπροπεσὼν ποτὸν ἴσχῃ
λεπτὰ διαστείλας παλάμῃ μνιώδεα θρῖα,
τῷ μέν τε ῥοιζηδὰ φιλαίματος ἐμπελάουσα
ῥύμῃ ἅλις προὔτυψε ποτοῦ μέτα χήτεϊ βρώμης
βδέλλα πάλαι λαπαρή τε καὶ ἱμείρουσα φόνοιο.

Si un homme, la gorge pressée d’aride soif, se jette à plat ventre pour boire à une rivière tel un taureau, après avoir écarté de la main les feuilles ténues des mousses aquatiques, de lui fougueusement s’approche l’amie du sang qui, avec sa boisson, se rue d’un trait par besoin de nourriture, la sangsue depuis longtemps efflanquée et avide de sang frais.

  • 45 Voir Aristophane, Grenouilles, 804 ; Platon, Phédon, 117b.
  • 46 Voir C. Cusset, La Muse dans la Bibliothèque, ouvr. cité, p. 154-160.

46L’élément comparatif est à vrai dire limité au seul adverbe ταυρηδὸν qui est souvent employé dans la littérature classique pour qualifier un regard en dessous45 ; l’adverbe est ici détourné de cet usage classique mais indique sans doute aussi la manière (en dessous) dont il faut regarder le texte qui comporte des strates successives. L’adverbe en effet concentre en lui-même tout un substrat comparatif hérité de la poésie homérique, où le taureau est un comparant fréquent pour dire la puissance terrassée, la force abattue : cette image culmine dans des comparaisons qui impliquent la figure d’Héraclès46. La position caractéristique du taureau qui boit est aussi l’objet d’une comparaison détaillée dans les Thériaques de Nicandre (vers 340-342) :

Αὐτὰρ ὅ γ᾽ ἠύτε ταῦρος ὑπὲρ ποταμοῖο νενευκώς
χανδὸν ἀμέτρητον δέχεται ποτόν, εἰσόκε νηδύς
ὀμφαλὸν ἐκρήξειε, χέῃ δ᾽ ὑπεραχθέα φόρτον.

Quant au patient, pareil à un taureau, la tête penchée au-dessus d’une rivière, il avale à plein gosier la boisson, sans mesure, jusqu’à tant que le ventre lui éclate au nombril, et qu’il déverse le fardeau qui le charge à l’excès.

  • 47 Sur les rapports entre l’image des Thériaques et différents passages des Argonautiques, (...)

47On voit quels éléments similaires se répondent symétriquement d’une image à l’autre. Cette dernière image des Thériaques est influencée par l’une de ces fameuses comparaisons concernant Héraclès qu’on trouve dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, qui n’est pas non plus sans lien avec le passage des Alexipharmaques qui nous intéresse47 (Argonautiques, IV, 1447-1449) :

Αὐτὰρ ὅ γ᾽, ἄμφω χεῖρε πέδῳ καὶ στέρνον ἐρείσας,
ῥωγάδος ἐκ πέτρης πίεν ἄσπετον, ὄφρα βαθεῖαν
νηδύν, φορβάδι ἶσος, ἐπιπροπεσών, ἐκορέσθη.

Lui alors, prenant appui sur le sol des deux mains et de la poitrine, but sans compter au creux du rocher jusqu’à ce qu’il eut rassasié dans cette position allongée son vaste ventre, semblable à une bête au pâturage.

48L’emploi homotaxique du participe ἐπιπροπεσών par les deux poètes invite à établir un rapprochement, d’autant que la comparaison n’est pas plus développée dans un cas que dans l’autre. Sans aller jusqu’à dire que Nicandre fait un commentaire au texte d’Apollonios, on ne peut s’empêcher de trouver une certaine ironie à voir mis dans des situations similaires le héros mythologique invincible qu’est Héraclès et l’individu anonyme des Alexipharmaques, qui risque la mort pour n’avoir pas observé une prudence suffisante en buvant dans une rivière. La reprise des mêmes situations montre qu’une matière identique peut être traitée dans la poésie scientifique et la poésie épico-mythologique : la présence de l’adverbe à valeur comparative ταυρηδὸν rappelle la pratique épique de la comparaison animale de l’épopée, tout en s’en distinguant d’un point de vue formel en évitant la structure comparative elle-même.

49Ce parcours (non exhaustif) à travers les comparaisons des Alexipharmaques nous semble bien mettre en évidence le caractère très réfléchi de la pratique poétique de Nicandre. On voit bien dans quelle mesure ces comparaisons servent très souvent à structurer les notices iologiques et à attirer l’attention du lecteur sur tel ou tel détail ; dans le même temps, ces comparaisons sont de véritables espaces poétiques dans lesquels le poète se livre à toutes sortes d’effets stylistiques, tout en pratiquant le plus souvent une discrète (mais volontiers complexe) réécriture qui mobilise toute la tradition de la poésie homérique dont le poète se revendique. Ce sont aussi ces mêmes comparaisons qui permettent d’introduire allusivement une forme de métapoéticité dans un discours qui s’y prête sans doute assez peu. Mais si le poète peut se permettre dans ces espaces comparatifs une telle virtuosité poétique, c’est que la comparaison peut participer en même temps du discours scientifique, dans la mesure où il relève du descriptif : les images sont alors le moyen de faire mieux voir ce qui est décrit et deviennent de véritables outils techniques dans le discours spécialisé. C’est cette ambivalence même de la comparaison qui permet au poème scientifique de simuler le discours épique tout en gardant son authenticité scientifique.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Pour l’usage des comparaisons dans la poésie scientifique, nous renvoyons à C. Cusset, « Les images dans la poésie scientifique alexandrine : les Phénomènes d’Aratos et les Thériaques de Nicandre », dans C. Cusset (dir.), Musa docta. Recherches sur la poésie scientifique dans l’Antiquité, Saint-Étienne, PUSE, p. 49-104. Le présent article s’inscrit dans la continuité directe de cette précédente contribution. Sur les rapports entre science et poésie (notamment sur la manière dont la poésie est mise au service de la science), voir R. Netz, Ludic Proof. Greek Mathematics and the Alexandrian Aesthetic, Cambridge, University Press, 2009, p. 189-190.

2 Pour les traductions de Nicandre, nous reprenons, en respectueux hommage, celle donnée par J.-M. Jacques dans son édition magistrale : Nicandre, Œuvres, t III, Les Alexipharmaques, Paris, CUF, 2007.

3 J.-M. Jacques, ibid., p. 67.

4 Dans les Alexipharmaques, on compte 20 vers spondaïques, soit une proportion de 3,2 % contre 96,8 % de vers dactyliques ; cette proportion est assez proche de la poésie homérique qui emploie le vers dactylique à 95,4 %, mais plus éloignée des pratiques alexandrines (Apollonios de Rhodes : 92 % ; Callimaque : 92,9 % ; la position de Théocrite est à part avec 98,2 % de vers dactyliques). C’est peut-être aussi en cela que Nicandre se veut « homérique ».

5 Signalons l’alternance sourde/aspirée dans le groupe labiale + ρ au vers 32, ou encore la construction en miroir de l’expression Νυσαίην ἀνὰ κλειτὺν (vers 34).

6 Apollonios de Rhodes avait déjà employé l’expression Διωνύσοιο τιθηνήν (IV, 450) à propos de Macris, et l’épithète κεραοῖο, qui semble ici hors de son contexte, serait empruntée directement à Euphorion (fr. 14 Powell).

7 On retrouve donc ici la fonction architecturante de la comparaison qui permet de souligner le passage à une nouvelle notice iologique.

8 On retrouve une telle disposition des mots dans les vers 207 et 537 : Nicandre semble apprécier ce procédé emphatique.

9 Le lait est à nouveau sollicité comme comparant par Nicandre aux vers 376-377 pour identifier la couleur du dorycnion.

10 On notera ici encore le caractère judicieux et insidieux de la comparaison qui met la céruse en rapport avec une boisson inoffensive comme le lait : la céruse est un poison d’autant plus dangereux qu’il pourrait être confondu avec une substance anodine.

11 Les Alexandrins se posent comme des νεώτεροι et leur poésie se doit d’être quelque chose de neuf ; on voit par exemple que la coupe décrite par Théocrite dans l’Idylle I, qui est à l’image de la poésie bucolique, est qualifiée de νεοτευχές (vers 27). Ce type de qualification est récurrent dans la poésie alexandrine.

12 On notera que le poète se soucie néanmoins de variation dans le choix de l’outil comparatif (ἐναλίγκια, οἷά τε δὴ).

13 En dépit de la reprise ici de l’adjectif νέον en fonction de neutre adverbial, il ne semble pas justifié d’en faire un marqueur esthétique, dans la mesure où il ne qualifie pas la caractéristique sensorielle relevée, mais une action mise en œuvre dans le comparant.

14 En effet, comme le note J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 13, le vers 126 reprend le vers 118 à la fois grammaticalement et métriquement, de sorte que le début et la fin des symptômes sont encadrés par ce puissant effet d’écho structurant.

15 Voir ci-dessus la deuxième comparaison du poème.

16 K. J. Dover, Theocritus. Select Poems, Londres, Macmillan, 1971, p. 143. Nous renvoyons à notre commentaire à paraître sur cette Idylle VI de Théocrite.

17 Voir J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 100.

18 Voir les notes de J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 104.

19 J.-M. Jacques, « Médecine et poésie : Nicandre de Colophon et ses poèmes iologiques », dans J. Jouanna et J. Leclant (éd.), La médecine grecque antique, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2004, p. 109-124, choisit cette longue comparaison pour illustrer l’usage que Nicandre fait de cette figure de style dans ses descriptions de symptômes (p. 119).

20 Voir les analyses de J.-M. Jacques, dans son édition de Nicandre, ouvr. cité, p. 137-139.

21 Voir les parallèles fournis par J.-M. Jacques ad loc., p. 140.

22 On note une attention particulière aux labiales qui grondent sur une alternance vocalique dans laquelle le [o] revient à intervalles réguliers.

23 Iliade, XVII, 547-552.

24 Iliade, XIII, 242-245.

25 Iliade, V, 522-527 ; XVI, 297-302. Sur ces images météorologiques chez Homère, voir A. Bonnafé, Poésie, nature et sacré, t. I, Lyon, MOM, 1984, p. 22-25.

26 Voir C. Cusset, La Muse dans la Bibliothèque, Paris, CNRS Éditions, 1999, p. 194-206.

27 Le tonnerre n’est pour autant pas ignoré d’Homère, mais il n’en fait pas un comparant, même s’il intervient parfois dans un tableau comparatif (comme dans l’Iliade, XIII, 796). On le trouve aussi bien dans l’Iliade (VIII, 133 ; XIII, 796 ; XX, 56 ; XXI, 199) que dans l’Odyssée (XII, 415 ; XX, 103, 113, 121 ; XIV, 305). On notera que l’analogie entre les bruits intestinaux et le tonnerre n’est pas une invention de Nicandre : on la trouve, sous un rapport inversé, dans une célèbre scène de l’enseignement que Socrate prodigue à Strépsiade dans les Nuées (vers 385-394).

28 On notera encore l’hapax absolu que constitue l’emploi de ἀνομβρήεντος et le sens particulier du terme Ὀλύμπου pour désigner le ciel.

29 Sur cette image, voir A. Bonnafé, ouvr. cité, p. 30 ; nous reprenons ci-après la traduction que donne A. Bonnafé de ce passage.

30 Alexandra, 696, 742.

31 Thériaques, 822, et Alexipharmaques, 390.

32 Il n’y a chez Homère qu’un seul autre passage où le terme est employé (Iliade, II, 311).

33 Ce réalisme n’est pas étranger à certaines images homériques comme celle des chiots, qui sert à dire de quelle manière le Cyclope fracasse le corps des compagnons d’Ulysse (Odyssée, IX, 289-290).

34 Cet hapax semble forgé à partir du terme ὀρτάλιχος qu’on trouve chez Eschyle (Agamemnon, 54) et Sophocle (fr. 962 R.).

35 Voir Eschyle, Prométhée, 119 ; Sophocle, Électre, 1199 ; Euripide, Hippolyte, 1398.

36 C’est ce que semblent suggérer les références d’Amipsias (fr. 17) et de Cratinos (fr. 466).

37 Voir les remarques de J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 200.

38 Noter ὀδμή et γευθμὸς à la charnière des deux premiers hexamètres cités.

39 Les scholies à Odyssée, VI, 87 donnent en effet ῥυπόεντα à la place de ῥυπόωντα.

40 Alexandra, 943. On le retrouve ensuite chez Nonnos, Dionysiaques, 1, 320 ; 20, 46 ; 22, 249 ; 25, 57 ; 32, 277 ; 33, 50, 365 ; 34, 270.

41 Voir J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 199.

42 Il s’agit certes d’une correction sur le texte, mais celle-ci est à la fois minime et nécessaire : voir les remarques de J.-M. Jacques à ce sujet, ouvr. cité, p. 202.

43 Cet adjectif, non attesté avant Nicandre, se retrouve une autre fois dans les Thériaques, 208.

44 La qualification de cette scène d’ouverture est due à J.-M. Jacques, ouvr. cité, p. 209, qui donne également d’abondants parallèles dans la littérature contemporaine ou plus récente de ce type d’accidents (p. 209-211).

45 Voir Aristophane, Grenouilles, 804 ; Platon, Phédon, 117b.

46 Voir C. Cusset, La Muse dans la Bibliothèque, ouvr. cité, p. 154-160.

47 Sur les rapports entre l’image des Thériaques et différents passages des Argonautiques, voir C. Cusset, « Les images dans la poésie scientifique alexandrine… », art. cité, p. 87-89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Les images dans les Alexipharmaques de Nicandre », Aitia [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://aitia.revues.org/400 ; DOI : 10.4000/aitia.400

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page