Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Margherita Maria Di Nino, I Fiori campestri di Posidippo. Ricerche sulla lingua e lo stile di Posidippo di Pella

Yannick Durbec
Référence(s) :

Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Hypomnemata, 182), ISBN : 978-3-525-25292-5, 76,95 euros.

Texte intégral

1L’édition du papyrus P. Mil. Vogl. VIII 309 par Guido Bastianini et Claudio Gallazzi fut pour les spécialistes de l’Antiquité un événement majeur. Les centaines de publications qui s’ensuivirent ont ouvert de multiples pistes de réflexion, préparant la voie pour des travaux de synthèse. Le présent ouvrage de Margherita Maria Di Nino, qui est le fruit de la réélaboration de sa thèse soutenue à l’université de Bologne, est plus que cela. En effet, ce volume offre de multiples réflexions stimulantes pour l’ensemble du champ de la poésie épigrammatique.

2Le premier chapitre, modestement intitulé « Introduzione », p. 17-76, est une synthèse critique minutieuse de l’ensemble des connaissances et hypothèses relatives à la vie et aux œuvres de Posidippe. La maîtrise scrupuleuse de la bibliographie – l’auteur est en effet en charge de la rubrique « Posidippus » pour la revue Poieisis – permet à Di Nino d’établir sa réflexion sur des bases solides.

3Le corps de ce volume est consacré à l’étude philologique de deux sections du papyrus : les nauagika et les iamatika. Le chapitre II – « La lingua dei nauagika », p. 77-186 – étudie dans un premier temps la symbolique et les conceptions antiques de la mer, puis l’élaboration littéraire du motif de la mort en mer à travers un large corpus, privilégiant les élégies archaïques et les épigrammes conservées par l’Anthologie. La spécificité des tombes pour les morts en mer est ensuite envisagée. Les épigrammes de Posidippe, 89-94 A.-B., font ensuite l’objet d’un commentaire exégétique approfondi dont la qualité doit être soulignée. On soulignera à la fin de ce chapitre, comme à la fin du suivant, l’importance de la dernière section de « conclusions » qui propose une véritable poétique de Posidippe. Semblablement le chapitre III – « La lingua degli Iamatika », p. 187-27 – est une étude soignée des épigrammes 95-101, précédée d’un essai consacré à Asclépios.

4Di Nino étudie dans un quatrième chapitre (p. 275-302) la langue et le style de Posidippe. Une attention toute particulière est portée aux hapax legomena, nombreux dans les épigrammes révélées par le papyrus de Milan. La conclusion générale brosse un dernier état du monde et de la langue poétique de Posidippe. La bibliographie rassemblée et utilisée (p. 311-344) est absolument considérable. Le volume comporte également deux index très volumineux et très précis : un index des passages cités (p. 345-360) et un index nominum et rerum notabilium (p. 361-378).

5Ce livre se recommande donc par son grand intérêt non seulement pour les spécialistes de la poésie hellénistique, qui y trouveront une matière féconde pour leurs propres recherches, mais aussi pour les étudiants, à qui il permettra de découvrir un des grands poètes de cette période.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Durbec, « Margherita Maria Di Nino, I Fiori campestri di Posidippo. Ricerche sulla lingua e lo stile di Posidippo di Pella », Aitia [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://aitia.revues.org/578

Haut de page

Auteur

Yannick Durbec

associé à l’UMR 6125

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page