Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Présentation

Évelyne Prioux

Texte intégral

  • 1  M. Citroni (dir.), Memoria e identità. La cultura romana costruisce la sua immagine, Florence, Uni (...)

1Les récents travaux sur l’histoire des collections, sur la sculpture archaïsante et sur des textes littéraires conservés par les papyrus sont venus enrichir, de manière indépendante, notre compréhension du regard que les Anciens portaient sur leur propre Antiquité. Les rapports entre représentation du patrimoine artistique et littéraire et constitution d’une identité culturelle ont fait l’objet d’enquêtes fructueuses pour la période romaine, et en particulier pour la Rome d’Auguste ou des Flaviens. Après de nombreuses enquêtes consacrées à des cas particuliers, on peut notamment citer trois volumes collectifs récemment publiés par un même groupe de chercheurs réunis, dans une perspective pluridisciplinaire, autour de Mario Citroni1.

2Si la question du rapport à l’archaïsme est fréquemment soulevée pour l’analyse des productions d’époque impériale, on peut aussi s’interroger sur la compréhension et la réception des documents archaïques à l’époque hellénistique. Période de rupture politique majeure, le début de l’époque hellénistique est marqué par la volonté d’inventer, dans les arts figurés et dans la poésie, une forme de modernité. Les fragments poétiques découverts tout au long du XXe siècle ont montré que les Alexandrins ont consacré un effort théorique majeur à la définition des rapports que les créations nouvelles de leurs contemporains entretenaient avec le patrimoine artistique et littéraire du monde grec : ces auteurs raisonnent ainsi sur la manière dont les objets, les pratiques cultuelles, les genres littéraires et les images sont susceptibles d’être séparés de leurs contextes d’origine, déplacés et resémantisés pour intégrer de nouveaux contextes d’exposition ou de mise en œuvre sous le regard de princes qui s’impliquent parfois de très près dans les processus de création artistique.

  • 2  B. Acosta-Hughes, Polyeideia. The Iambi of Callimachus and the Archaic Iambic Tradition, Berkeley  (...)
  • 3  Voir par exemple R. Hunter, Theocritus and the Archaeology of Greek Poetry, Cambridge, CUP, 1996 ; (...)

3De fait, les productions littéraires de l’époque hellénistique sont souvent analysées sous l’angle des relations qu’elles entretiennent avec leurs modèles et hypotextes de l’époque archaïque. Nombreux sont les commentateurs qui ont souhaité étudier la manière dont les auteurs alexandrins, qui sont à la fois poètes et philologues, avaient cherché à réinvestir des genres littéraires perçus comme typiquement archaïques. Ainsi pour les Iambes de Callimaque, qui, au IIIe siècle avant J.-C., font revivre un genre littéraire dont la mémoire était étroitement associée à des figures de poètes archaïques comme Archiloque et Hipponax2. Ainsi pour l’intérêt que suscite, à l’époque hellénistique, la lyrique archaïque3.

  • 4  Voir par exemple H. U. Cain, Römische Marmorkandelaber, Mayence, P. von Zabern, 1985 ; D. Grassing (...)
  • 5  Voir par exemple M.-A. Zagdoun, La Sculpture archaïsante dans l’art hellénistique et dans l’art ro (...)
  • 6  Sur l’art éclectique, voir les récents travaux d’E. Perry, The Aesthetics of Emulation in the Visu (...)

4Pour ce qui est de l’histoire de l’art et de l’analyse des productions figurées, de nombreux historiens de l’art se sont penchés sur les phénomènes liés à la naissance, vers le milieu du IIe siècle avant J.-C., d’un art dit « néo-attique », qui puise son inspiration dans l’art grec des Ve et IVe siècles avant J.-C.4 ; si une longue interruption dans les études a suivi les travaux fondateurs d’Heinrich Bulle et d’Eduard Schmidt, plusieurs monographies publiées dans les vingt dernières années ont été consacrées au problème de l’art archaïsant5 ou de l’art classicisant. Cet intérêt pour l’émergence d’une « modernité classique » se traduit plus particulièrement dans les études consacrées au courant éclectique qui fleurit, en Italie, au Ier siècle avant J.-C., sous l’influence du sculpteur et historien de l’art Pasitélès ou de son disciple Stéphanos. Pasitélès, auteur d’un ouvrage théorique consacré aux Œuvres célèbres (Opera nobilia), est connu pour avoir créé des œuvres à partir de la combinaison, au sein d’une seule et même composition, de citations de sculptures plus anciennes et d’archétypes célèbres6.

  • 7  Voir M.-A. Zagdoun, op. cit. ; pour le cas d’Artémis/Hécate, voir M. D. Fullerton, « The Archaisti (...)
  • 8  Sur la notion de raideur comme critère d’évaluation esthétique dans la critique d’art ancienne, vo (...)

5Si la question du sémantisme des styles est désormais fréquemment abordée dans l’analyse des œuvres des IIe et Ier siècles avant J.-C., peu d’études se sont en revanche penchées sur le problème de la réception de l’art archaïque au début de l’époque hellénistique, sur ses présupposés théoriques et idéologiques et sur sa place dans les processus de création artistique. Certains travaux identifient le travail d’ateliers produisant ou reproduisant des types archaïsants, en particulier pour des figures comme celle de Dionysos ou d’Artémis/Hécate7, mais il demeure difficile de problématiser le rapport que les créations du début de l’époque hellénistique entretiennent avec le passé artistique grec et avec la manière dont aurait pu se mettre en place un sémantisme des formes et des styles. En effet, l’art du IIIe siècle avant J.-C., avec ses statues parfois qualifiées d’« hyper-réalistes », se définit plus aisément par son modernisme radical et par la recherche d’une illusion de vie qui trancherait avec les créations antérieures à l’époque d’Alexandre le Grand, œuvres qui sont parfois décrites, dans les sources littéraires, comme « rigides8 ».

  • 9  C. Kunze, Zum Greifen nah. Stilphänomene in der hellenistischen Skulptur und ihre inhaltliche Inte (...)

6Pour l’histoire de l’art, des pistes suggestives ont été récemment ouvertes par Christian Kunze dans un ouvrage consacré à la sculpture du début de l’époque hellénistique9. Dans cet ouvrage, Kunze propose notamment d’analyser les célèbres figures « hyper-réalistes » de vieux pêcheurs – sculptures hellénistiques dont nous connaissons des copies d’époque romaine – comme des images votives exposées dans des temples. Cette suggestion va de pair avec l’idée selon laquelle de telles images constitueraient des réinterprétations hellénistiques du motif archaïque de la figure de l’offrant venu dédier un animal dans un temple : on pense par exemple aux représentations de kouroi cryophores ou moschophores qui pouvaient orner les sanctuaires. Le sujet de ces vieux pêcheurs hellénistiques, dont l’esthétique « hyper-réaliste » tranche avec tous les canons connus, serait alors directement emprunté à une catégorie bien connue d’œuvres archaïques – œuvres que les spectateurs de l’époque hellénistique percevaient comme rigides et peu aptes à donner une illusion de vie. La position de Kunze doit bien sûr être débattue, mais il n’en demeure pas moins qu’elle ouvre des perspectives très suggestives pour l’analyse de la sculpture hellénistique. Elle pose notamment le problème de la survivance ou de la réactivation, à l’époque hellénistique, d’un répertoire de formes archaïques dont le sémantisme serait largement codifié.

  • 10  B. Schweitzer, Xenokrates von Athen. Beiträge zur Geschichte der antiken Kunstforschung und Kunsta (...)
  • 11  P. Mil. Vogl., VIII, 309.

7Il nous semble que ces travaux récemment publiés tant dans le domaine de la philologie classique que dans celui de l’histoire de l’art nous invitent à reconsidérer le problème de la réception de l’archaïsme au début de l’époque hellénistique. Quels phénomènes culturels ont accompagné l’émergence, en art, d’une forme de « modernité antiquaire » ? L’un d’eux n’est autre que la naissance de l’histoire de l’art : les travaux de Bernhard Schweitzer, puis d’Agnès Rouveret et de Salvatore Settis ont en effet permis de mettre en évidence le rôle majeur que le philosophe et bronzier Xénocrate d’Athènes avait joué, autour de 280 avant J.‑C., dans la constitution d’un appareil théorique et historique permettant de rendre compte de l’évolution de la statuaire grecque10. Certains textes poétiques écrits peu après ces premiers traités portent l’empreinte très nette d’une réflexion sur les beaux-arts et sur leur histoire ainsi que sur les évolutions de leurs caractéristiques stylistiques : c’est notamment le cas pour les épigrammes de Posidippe de Pella, récemment découvertes dans un papyrus11.

8Les textes que nous avons réunis dans le cadre de ce premier numéro de la revue Aitia visent à illustrer différents aspects de la réception de l’archaïsme auprès des poètes et artistes du début de l’époque hellénistique. Ces différentes études visent notamment à mettre en évidence le discours d’ordre esthétique et stylistique, ou encore la réflexion éthique et politique qui se noue autour de l’utilisation de références à l’archaïsme. Deux articles s’intéressent plus particulièrement aux allusions que fait Callimaque à des œuvres statuaires datant de l’époque archaïque : Maria Rosaria Falivene se penche sur la signification des références aux ateliers chiotes dans les Iambes, tandis qu’Évelyne Prioux s’intéresse au choix d’œuvres archaïques évoquées dans les Aitia. Parallèlement à ces deux articles consacrés à la représentation des statues archaïques dans la poésie du IIIe siècle avant J.-C., Claude Pouzadoux se penche sur la nature et la signification des éléments d’archaïsme que l’on peut repérer dans la céramique italiote de la seconde moitié du IVe siècle avant J.-C. Deux études complémentaires de Christophe Cusset et de Benjamin Acosta-Hughes s’intéressent pour finir aux traitements très différents que deux auteurs majeurs, Théocrite et Apollonios de Rhodes, ont réservés dans leurs œuvres respectives à la figure d’Héraclès, figure emblématique de l’archaïsme que l’on peut donc, à loisir, réinventer, redimensionner ou au contraire écarter, suivant des choix qui paraissent, chaque fois, porteurs de sens pour qui s’interroge sur l’esthétique de ces deux poètes.

Haut de pageHaut de page

Notes

1  M. Citroni (dir.), Memoria e identità. La cultura romana costruisce la sua immagine, Florence, Università degli studi di Firenze, Dipartimento di scienze dell’antichità Giorgio Pasquali, 2003 ; F. Gasti et G. Mazzoli (dir.), Modelli letterari e ideologia nell’età flavia, Pavie, Collegio Ghislieri, 2006 ; A. Bonadeo et E. Romano (dir.), Dialogando con il passato. Permanenze e innovazioni nella cultura latina di età flavia, Florence, Le Monnier Università, 2007.

2  B. Acosta-Hughes, Polyeideia. The Iambi of Callimachus and the Archaic Iambic Tradition, Berkeley - Los Angeles, UCP, 2002.

3  Voir par exemple R. Hunter, Theocritus and the Archaeology of Greek Poetry, Cambridge, CUP, 1996 ; B. Acosta-Hughes, Arion’s Lyre : Archaic Lyric into Hellenistic Poetry, Princeton, PUP, 2010.

4  Voir par exemple H. U. Cain, Römische Marmorkandelaber, Mayence, P. von Zabern, 1985 ; D. Grassinger, Römische Marmorkratere, Mayence, P. von Zabern, 1991 ; M. Fuchs, In hoc etiam genere Graeciae nihil cedamus : Studien zur Romanisierung der späthellenistischen Kunst im 1. Jh. v. Chr., Mayence, P. von Zabern, 1999.

5  Voir par exemple M.-A. Zagdoun, La Sculpture archaïsante dans l’art hellénistique et dans l’art romain du Haut-Empire, Athènes, BEFAR, 1989 ; M. Fullerton, The Archaistic Style in Roman Statuary, Leyde, E. J. Brill, 1990.

6  Sur l’art éclectique, voir les récents travaux d’E. Perry, The Aesthetics of Emulation in the Visual Arts of Ancient Rome, Cambridge, CUP, 2005.

7  Voir M.-A. Zagdoun, op. cit. ; pour le cas d’Artémis/Hécate, voir M. D. Fullerton, « The Archaistic Perirrhanteria of Attica », Hesperia 55, 1986, p. 207-217.

8  Sur la notion de raideur comme critère d’évaluation esthétique dans la critique d’art ancienne, voir A. Stewart, « Posidippus and the Truth in Sculpture », dans K. Gutzwiller (dir.), The New Posidippus. A Hellenistic Poetry Book, Oxford, OUP, 2005, p. 183-205.

9  C. Kunze, Zum Greifen nah. Stilphänomene in der hellenistischen Skulptur und ihre inhaltliche Interpretation, Munich, Biering & Brinkmann, 2002.

10  B. Schweitzer, Xenokrates von Athen. Beiträge zur Geschichte der antiken Kunstforschung und Kunstanschauung, Halle, M. Niemeyer, 1932 ; A. Rouveret, Histoire et imaginaire de la peinture ancienne, Rome, BEFAR, 1989 ; S. Settis, « La trattastica delle arti figurative », dans Lo spazio letterario della Grecia antica, vol. I : La produzione et la circolazione del testo, t. II : L’Ellenismo, Rome, Salerno, 1993, p. 469-498 ; A. Rouveret, « Artistes, collectionneurs et antiquaires : l’histoire de l’art dans l’encyclopédie plinienne », dans É. Pommier (dir.), Histoire de l’histoire de l’art, t. I : De l’Antiquité au XVIIIe siècle, Paris, Louvre-Klincksieck, 1995, p. 51-64. Voir aussi J. Tanner, The Invention of Art History in Ancient Greece : Religion, Society and Artistic Rationalisation, Cambridge, CUP, 2006, chap. 5.

11  P. Mil. Vogl., VIII, 309.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Évelyne Prioux, « Présentation », Aitia [En ligne], 1 | 2011, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://aitia.revues.org/62 ; DOI : 10.4000/aitia.62

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page